18 sept.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (328)

Ch'est béteôt l'apocalypse !

Si j'creos l'info que j'ai li mercredi su internet, eine météorite va béteôt caire su no planète. J'vous l'dis tout net, ch'est pos fort précis mais ch'est avant l'28 à minuit. L'boule de feu d'treos kilomètes d'diamète va ichi réduire no tierre ein p'tites milettes et, j'pinse qu'on va tertous connaîte l'même sort qui est arrivé, i-a des millieons d'ainnées, aux dinosaures.

L'NASA elle a dit qu'elle n'aveot, jusqu'asteur rien vu, mais l'ceulle qui a cait in Russie, on n'l'aveot pos vue neon pus.

D'puis bin lommint, j'ne creos pus à toutes ces cacoules, pus d'eine feos, i-a bramint gins qui nous ont foutu des coules.

I-d'a ein qu'i-est v'nu m'vir in m'disant : "Cha va ête Armaguédeon" 

J'li ai dit : "Ch'est pos cha qui va m'impêcher d'sortir de m'maseon !".

D'puis treos ans, j'n'acoute pus tous ces prophètes là, d'puis qu'on a d'jà dépassé l'calinderreir des Mayas.

J'ai wardé l'raminvrance de ceulle affaire là, on n'in aveot même fait ein film d'cinéma.

J'ai eu l'sanche de rincontrer m'incien collègue Frédéric qui aveot comminché des héautes études pou ête ein scientifique.

"Te sareos m'dire quoisqu'i-s'passereot, si i-aveot eine météorite qu'i-approch'reot".

"Même si on n'le vereot pos, à bin des cosses on l'sintireot. Ainsin, l'météo elle va qu'mincher pa s'détraquer, l'bieau temps qu'on aveot, i-va ête vite oblié, on va vir arriver des greos neuaches et on va intinte teonner l'orache, au même momint, l'vint i-va chufller dins les quémeinées, les draches i-veont caire et tout va bourler. L'meilleu des eximpes que j'peux t'moutrer, ch'est l'temps qu'on a eu, diminche, pou les fiêtes à Tournai". Après on va vir déquinte l'thermomète et, dehors, de l'rache qui f'ra noir, qu'on va devoir alleumer les leumières à chinq heures au soir".

"Mo Dieu, Mo Dieu, tes esplicatieons, Frédéric, te les arrêtes pasque mi j'comminche sérieus'mint à avoir l'pépette".

"Après  cha, i-va avoir des grands trimblemints d'tierre, ein peu, comme l'ceu qu'i-a eu au Chili avant-hier, partout, cha va ête l'déroute, on va vir s'ébouler des autoroutes et su les nationales i-ara des tréos si profeonds que les auteos, tout à n'ein queop, elles veont caire au feond. L'ieau qui déquind des montanes, elle va briser les barraches et cha n's'ra même pus nécessaire de s'rapp'ler commint que ch'est qu'on nache".

Alors au firmamint, on va vir apparaîte l'boule et cha, cha va rinte l'meonte complèt'mint maboule. Comme canteot Guy Béart, cha va ête l'grand chambardemint, qui va mette, in moinse d'eine minute, in orbite tous les gins.

C'garcheon là, je n'vouleos pus l'acouter, je m'sinteos flaubir, j'éteos mansé !

Quanç'que j'ai rincontré m'visin André, l'jour même au soir, i-m'a dit :

"Quoisque ch'est acore pou ein histoire que t'essayes d'm'faire ichi accroire ! A m'mote qu'i-feaut avoir éclusé chinq ou six pale-ale pou aller raqueonter aux gins des cosses parelles".

L'viel Arsène qu'i-éteot su l'porte de s'maseon et qui aveot intindu tout l'conversatieon, i-m'a apporté eine eaute précisieon :

"Quanç'que j'éteos acore ein p'tit rotleot, i-aveot m'mofrère Jean qui anneoncheot d'jà à qui vouleot l'intinte, l'fin des temps. On diseot d'Jean qu'i-éteot ein peu poète, ein peu artisse, mais pou l'fin du meonte ch'éteot ein véritape espécialisse. I-diseot souvint : vous voirez des gins qui s'reont obligés d'déménager pou cacher, dins d'eautes pays, après l'sécurité et i-ara des signes qui veont apparaîte dins les cieux qui s'reont vus pa tertous sauf pétête pa les aveules et les cachiveux. In puque, i-s'a passé eine séquoi, ceulle sémaine, dins no beonne vielle cité, on n'l'a pos ormarqué mais on n'a pus intindu l'carilleon du bieffreo seonner, si les cloques elles s'arrêtent ch'est ein mauvais présache, cha veut pétête dire qu'on est arrivé à l'fin des âches".

In riant plein s'panche, André i-nous alors raqueonté pourquoi ch'éteot arrivé, quoisqu'i-s'éteot là passé :

"Bé cha n'a rien à vir ave l'fin du meonte, mes amisses, ch'est l'ceu qui l'a inl'vée qui a oblié d'ormette l'prisse. Cha s'a passé diminche dernier, pou le spectaque "Chinq Clotiers, Quate Chints Queops" on aveot, à ceulle occasieon, arrêté l'carilleon du bieffreo et après, dins l'euphorie générale du succès, i-a pus perseonne qui a busié qu'il falleot l'orbrancher, comme i-pleuveot comme vaque qui pisse, on-a oblié d'ormonter pou ormette l'prisse, pindant chinq jours on a ainsin caché pourquoi no bieffreo i-resteot muet".

Arsène i-a rajouté :

"In héaut lieu i-save'tent bin que cha va arriver mais i-n'dise'tent rien pou n'pos nous faire paniquer !".

Ave ces meots, je m'sus sinti tout in nache, j'me sus dit que tout i-s'metteot in plache. Aussi, au momint d'quitter André et Arsène, l'pétit vieux, j'ai fait ainsin :

"Je n'vous dis pas à'rvoir, mes amisses, mais putêot adieu".  

J'ai orwettié l'ciel, tout m'in rallant à m'maseon et inter les neuaches, i-a eu comme eine apparitieon, ein sorte d'leumière qui, pindant eine séconde, a éclairé l'tierre intière. J'deos dire que cha n'a pos duré, pa d'rière l'neuache cha s'a muché.

J'ai dit à m'feimme : "J'ai vu l'comète, j'in sus seûr, l'météor qui dins huits jours va nous caire d'zeur".

M'feimme elle a ouvère l'ferniête et tout in l'vant s'tiête, elle m'a d'mindé : "Dusqu'i-éteot c'fameux machin ?  Là-vas, bé, ch'est l'lune que t'as vue, espèce d'innochint".  

Je n'sus pos convaincu, j'sais bin quoisque j'ai vu. L'treos-chint vingt-huitième luméreo i-s'ra, pétête, l'ceu de m'dernier artique et dins eine sémaine comme asteur on s'ra trinsformé ein poussière cosmique. Asteur, si des feos, à l'fin du meos, j'veos que j'me sus treompé, pou fiêter cha, j'irai boire eine crasse pinte à vo santé. 

 

(lexique : béteôt : bientôt / j'creos : je crois / caire : tomber / treos : trois / ichi : ici / eine milette : une miette /  tertous : tous / asteur : maintenant / ceulle : cette / lommint : longtemps / cacoule : inventions, mensonges / bramint : beaucoup / foute des coules : inventer des histoires / l'calinderrier : le calendrier / warder l'raminvrance : garder le souvenir / l'sanche : la chance / commincher ou qu'mincher : commencer / oblier : oublier / des neuaches : des nuages / intinte : entendre / l'orache : l'orage / chuffler ou chiffler : siffler / les quémeinées : les cheminées / les draches : les averses / bourler : tomber en roulant /  les eximpes : les exemples / moutrer : montrer / déquinte : descendre / alleumer les leumières : allumer les lumières / l'rache : la rage, l'expression "de l'rache que" signifie tellement / avoir l'pépette : avoir peur / on va vir s'ébouler : on va voir s'effondrer / des tréos : des trous / tout à n'ein queop : tout à coup / l'ieau : l'eau / les montanes : les montagnes / les barraches : les barrages / l'nache : la nage / l'meonte : le monde / canter : chanter / s'sintir flaubir : se sentir faiblir/ ête mansé : être angoissé, avoir la gorge serrée / quanç'que : lorsque / quoisque : qu'est-ce que / faire accroire : faire croire / des cosses parelles : des choses pareilles / l'viel : le vieux / acore : encore / ein rotleoat : un roitelet , désigne aussi un jeune enfant / m'mofrère : mon frère / anneoncher : annoncer / cacher après : chercher / des aveules : des aveugles / des cachiveux : des hommes qui ont de la matière séchée au bord des yeus, des cachives : de la chassie / in puque ; de plus / eine séquoi : quelque chose / ceulle : cette / ormarquer : remarquer / les cloques : les cloches / l'âche : l'âge / rire plein s'panche : rire en soulevant son ventre, rire à gorge déployée / l'prisse : la prise (de courant) / Chinq clotiers, quate chints queops : titre du spectacle présenté à Tournai ce dernier dimanche qui signifie cinq clochers, quatre cents coups / busier : penser / orbrancher : rebrancher / eine vaque : une vache / ainsin : ainsi / les meots : les mots / in plache : en place / puteôt : plus tôt / orwettier : regarder / tout in m'in rallant : tout en retournant /  l'tierre intière : la terre entière / pa d'rière : derrière / s'mucher : se cacher / seûr : sûr / d'zeur : dessus / dusque : où / innochint (ou annochint) : innocent / l'luméreo : le numéro / pétête : peut-être / des feos : des fois / des meos : des mois).

S.T. septembre 2015.       

13:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Vous n'avez pas eu de chance le week-end dernier à Tournai avec la météo pour vos activités. J'espère que tu vas bien, et te souhaite un bon week-end. A bientôt Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 19/09/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour l'aide lexicale en bas d'article, j'aodre, trop fort ! :)

Écrit par : Visiter Marseille | 22/09/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.