12 sept.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (327)

De quoisqu'on peut acore rire asteur, dusqu'i-est passé l'bonheur ?

Deux ou trois amisses qui ont li m'babillarte d'saim'di dernier, i-ont trouvé que l'artique i-n'éteot pos vraimint gai. J'sus d'accord avec eusses, on n'a pos toudis l'invie d'rire, d'puis des meos, ch'est à peine si on truèfe acore l'occasieon d'sourire.

Que cha soiche au momint d'ouvère l'gazette, d'acouter l'radio ou bin d'surfer su internet, vous l'avez seûrmint ormarqué, ch'est toudis parel, on n'apprind pus jamais eine beonne nouvelle. Si on nous d'minde d'faire l'bilan de tous les morts, bé, chaque jour, on va rimplir ein riche rapport.

I-a chinquante ainnées, on est intré dins l'ère de l'communicatieon, d'puis, sans bouger de t'plache, t'orchois pa chintaines des informatieons. Dins tout cha, i-a bramint d'affaires qui nous feont pinser : "mais quoisqu'on peut faire ?".

Tins, au journal télévisé, pos pus tard qu'hier, à midi, j'ai vu des imaches qui v'neot'ent de Hongrie. Des soldats casqués invéyés pa l'bieau Mossieu Orban, ruot'ent l'minger, comme on f'reot à des biêtes sauvaches, aux migrants.

Quançqu'i-est v'nu à Bruxelles, l'bonheomme i-a dit :

"Je n'veux pos ein seul migrant dins m'pays, i-n'ont qu'à aller vir in Allemane si j'y suis".

Et dire qu'in 1956, à l'révolte des Hongrois, no pays i-a accueilli, bramint d'gins d'là-vas chassés pa les forches du Pacte d'Varsovie. Ichi, l'dirigeant magyar i-a moutré, à tertous, s'vrai visache, l'ceu d'ein coeur rimpli d'égoïsme et tout plein d'rache. On peut ête d'accord ou avoir l'esquite de ceulle émigratieon, chacun d'inter nous, pou cha, a pétête ses raiseons, mais ch'est pos à l'gloire de l'nature humaine de vir des gins ainsin agir ave eine telle haine.  .

Alfeos, in cachant bin, dins les paches de l'gazette, i-a pourtant des tites qui m'ont fait faire risette.

Ainsin :

"Dins ein accidint qui, hier, s'a passé, ein heomme i-a l'tiête décapitée". Mo bé, acore hureux que ch'n'éteot pos ses pieds. A lire l'ceu qui a écrit cha, au Moyen-Ache, l'bourréau i-areot été obligé d'minder au condamné de n'pos oblier de s'placher su l'billeot du beon côté ! 

Sous eine photeo d'ein eaute accidint arrivé mardi (i-d'a tell'mint tous les jours), on aveot écrit :

"Ein camieon rinte dins eine auteo", à moinse que l'bahut i-rouleot in marche arrière mais su l'photeo, ch'éteot l'automobilisse qui li aveot rintré dins l'derrière".

Cha m'fait pinser à ceulle blaque des deux annochints partant su l'route de la mer pa ein bieau matin. 

"Serrez bin à droite si vous êtes à hauteur d'Courtrai pasque ch'est ein conducteur fantôme que vous risquez d'rincontrer. L'heomme i-ravise s'feimme et dit ainsin, tout débalté, :

"I-n'feaut surtout pos les acouter, orwettiez bin, ma chère, ch'est tertous qui roule'tent à l'invers".  

Pos pus tard qu'hier, j'ai li :

"Après eine inquête approfondie, l'affaire ch'est avérée vraie". Avéré, cha veut dire reconnu pou vrai, pou l'andoule qui a écrit parelle cacoule, consulter ein dictionnaire cha s'avère, comme on dit, pus qu'nécessaire.

I-paraît que, i-a pos bin lommint, les savants i-ont trouvé ein virus, d'pus d'trinte mille ans, in creusant ein tréau dins l'permafrost russe. J'me sus dit : acore hureux, ceulle feos, que l'meot permafrost i-a été bin écrit, si i-aveot été in deux meots (père Mafrost) on areot caché après ein vieux contagieux dins toute l'Sibérie.

Adeon, j'vous l'dit, eine nouvelle feos, tout net : pou vife hureux, viveons sans internet!

A partir d'aujord'hui, j'vas aller querre, ein feos pa meos, à l'boutique du coin, ein tas d'provisieons et quanç'que mes armoires elles-s'reont pleines à ras bord, je n'vas pus sortir de m'maseon. J'vas supprimer m'n'abonn'mint à la gazette, coper l'radio et débrincher l'télévisieon ainsin j'vas ête total'mint sêur et certain de n'pus avoir d'informatieons. J'sus d'jà, in partie, à l'aisse pasque, i-n'a presque jamais perseonne qui, d'puis d'z'ainnées, prind acore d'mes nouvelles pa télépheone. J'vas vife au rythme des quate saiseons comme les inciens, l'hiver bin au quieaud et l'été berché pa l'fauteul dins m'gardin. Leon du meonte qui perd l'boule, je n'vas pus intinte les f'seux de m'noules et je n'deos même pus m'in faire pou l'temps que, pindant les prochains jours, i-va faire. J'vas cultiver mes légueumes et avoir eine paire de glaines, j'vas minger les oués et élever des lapins d'garenne et, pou avoir l'moral tout du leon, j'vas acouter, in blouque, les cancheonnes du Cabaret Wallon.

Quanç'qu'i-l'a appris, Edmeond i-m'a dit :

"Ainsin te vas vife in autarcie !"

"Neon, neon, je n'pars pos d'ichi, quoisque j'ireos faire in Autarcie ?".

Inter nous, cha m'surprind même qu'i-conneot l'pays, li qui, à pétite école, i-a toudis été eine canule in géographie.

(lexique : de quoisque : de qu'est-ce que / acore : encore / asteur : maintenant / dusque : où / des amisses : des amis / l'babillarte : la lettre / l'artique : l'article / eusses : eux / toudis : toujours / l'meos : le mois / on truèfe : on trouve / que cha soiche : que ce soit / ouvère : ouvrir / acouter : écouter / ormarquer : remarquer / parel : pareil / apprinte : apprendre / chinquante : cinquante / l'plache : la place / t'orchois : tu reçois /  chintaines : centaines / dins tout cha : dans tout cela, parmi tout cela / bramint : beaucoup / des imaches : des images / invéyés : envoyés / ruer : jeter / des biêtes sauvaches : des bêtes sauvages / quanç'que : lorsque / vir : voir / là-vas : là-bas / les forches : les forces / ichi : ici / moutré : montré / l'visache : le visage / l'ceu : celui / l'rache : la rage / avoir l'esquite : avoir peur / pétête : peut-être / alfeos : parfois /  in cachant bin : en cherchant bien / les paches : les pages / les tites : les titres / faire risette : sourire discrètement, afficher un léger sourire / ainsin : ainsi / oblier : oublier / s'placher : se placer / rinte : rentre / à moinse : à moins / des annochints : des innocents / raviser : regarder / débalté : exaspéré / orwettier : autre forme pour regarder / eine andoule : une  andouille, un niais / des cacoules : des mensonges / lommint : longtemps / ein tréau : un trou / ceulle feos : cette fois / vife : vivre / mucher : cacher / querre : chercher / coper : couper / ête seûr et certain : être sûr et certain, être convaincu / ête à l'aisse : être à l'aise / quieaud : chaud / berché : bercé / leon du meonte : loin du monde / intinte : entendre / les f'seux de m'noules : les faiseurs d'embarras / les légueumes : les légumes / les glaines : les poules / les oués : les œufs / in blouque : en boucle / les cancheonnes : les chansons / inter nous : entre nous / eine canule : un ignorant).

S.T. septembre 2015     

 

09:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

super mais rempli de réalisme !!!!!

Écrit par : rauwers | 16/09/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.