05 sept.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (326)

L'fouèle, l'biête et l'viel heomme.

D'puis huit jours asteur, l'pluèfe cait goutte à goutte, ceulle feos chi, on peut vir que l'été i-est bin oute. Su l'grand arpe, tout au feond du gardin, eine pétite fouèle vit ses derniers momints. Elle ne d'a pus pou lommint, elle est à l'agonie, quançqu'au matin, elle s'a réveillée, elle a vu qu'elle aveot gauni. Elle est in train d'morir à p'tit feu et elle a raminvrance des jours hureux.

Elle a vu l'jour au dernier meos d'mai, l'bourgeon, au solel, i-a éclaté. Ave mille eautes, elle a grandi, formant pa d'zeur m'tiête eine bieau parapluie. Hureusse, i-falleot l'vir s'mette à danser quand l'vint d'été, dins les branques, veneot canter. Elle éteot si fière, pa ein des quate élémints d'no tierre, elle se laicheot courtiser sans faire d'manière. Pourtant, i-li a fallu, alfeos, s'accrocher et avoir du corache au momint dusque l'arpe i-éteot arloché pa ein violent orache.

Aujord'hui, elle ne comprind vraimint pus rien, l'brafe Eole n'a pus l'air d'ête s'copain. A chaque feos qu'i-a ein queop d'vint, elle balanche, elle est prise d'trimblemints. Bétêot, fragile et leugère, elle va aller orjointe l'tierre. Au grand arpe, s'n'amisse, elle va rinte ein dernier service, in perdant, jour après jour, ein peu d'consistance, elle va lui asseurer pou lommint acore s'n'existence.

 

Hier, l'biête qui vit dins l'petit beos, elle a orjoint s'terrier, comme elle le fait toudis quançqu'elle sint qu'l'hiver va arriver. Elle a ouvré tant et puque pindant tout l'été, amassant bin des proviseons pou faire face aux jours mauvais. Elle a pourméné pa les camps et les patûres buvant l'ieau du ruchéau ou bin s'muchant dans les heyures. Asteur, elle s'indort peu à peu et elle a raminvrances des jours hureux.

Ave ses quate frères, l'bieau pétit lapin i-est né, dins l'beos de l'Marmite, in plein mitan du meos d'mai. Jeone acore, i-a quitté l'terrier et s'mamère pou cacher après eine mam'zelle et à s'tour dev'nir mopère. Comme i-éteot leon d'ête ein fainéant, i-a eu près d'chinquante infants. Attintieon, l'vie d'ein lapin elle n'est pos toudis facile, surtout quançqu'arrivet'ent les chasseurs venus de l'ville.

Aujord'hui, sous ein bieau sapin, inter ses rachènes, i-orsint l'mort qui, peu à peu, dins ses gréaux, l'inchaîne. I-busie à ses quate frères mingés pa les Tournisiens, ein soir d'hiver, quançqu'à Tournai, on fiête l'lapin, li aussi i-va morir à l'Marmite, mais tout seu, comm ein tchien, sans avoir l'sanche de guernoter dins les preones et les rogins.

 

Pou l'dernière feos avant-hier, l'viel heomme i-a ringé s'n'otiache, hercher, déwaroquer, brond'ler, ch'est pus l'ouvrache de s'n'âche. I-s'sint total'mint usé, ses forches sannent l'avoir abandeonné, S'sintant flaubir, i-s'a alleongé su s'lit et i-n'a pos fallu lommint pou qui cait indormi. Des imaches li seont v'nues peu à peu et i-a eu l'raminvrance des jours hureux.

I-est né à l'chaussée d'Lille, i-a pus d'quater-vingts ans, au meos d'mai, qu'on appelle par chi, le meos des bruants. I-s'orveot infant, berché su les écours de s'mamère, i-s'ortruèfe porménant l'diminche ave s'mopère. I-intind les ortes berlés pa l'adjudant qui l'inveyeot au mitard, quançqu'après eine virée arrosée, à l'gaserne i-rintreot treop tard. I-orveot toudis les is de l'douche Elise, s'feimme, li adresser ein dernier adieu, ein jour de sétimpe, quançqu'elle a ormis s'belle âme inter les mains du Beon Dieu.

Au p'tit matin, Louisette, s'nièche elle l'a ortrouvé, détindu, souriant et l'visache orposé. L'velle au soir i-s'aveot lavé et rasé d'près, pou l'grand voyache i-vouleot ête rapproprié. Pou l'prumière feos, i-n'aveot pos préparé l'beonne jatte d'café, dins l'quel elle li orprocheot souvint d'mette ein peu treop d'chicorée. L'viel heomme i-est parti douch'mint, presqu'in catimini, i-est mort ainsin comme s'a passé s'vie... à bas bruit ! 

(lexique : l'fouèle : la feuille / l'biête : la bête, l'animal / asteur : maintenant / l'pluèfe : la pluie / caire : tomber / ceulle feos chi (ou ichi) : cette fois-ci / vir : voir / ête oute : être fini / l'arpe : l'arbre / l'gardin : le jardin / l'momint : le moment / lommint : longtemps / gauni : jauni / avoir l'raminvrance : se souvenir, avoir la souvenance / hureux : heureux / l'meos : le mois / eautes : autres / pa d'zeur : par-dessus / m'tiête : ma tête / bieau : beau / hureusse : heureuse / l'vint : le vent / les branques : les branches / canter : chanter / pa : par / quate : quatre / l'tierre : la terre / laicher : laisser / alfeos : parfois / corache : courage / dusque : où / arlocher : secouer / l'orache : l'orage / brafe : brave / ein queop : un coup / balancher : balancer / ein trimblemint : un tremblement / béteôt : bientôt / leugère : légère / orjointe : rejoindre / s'n'amisse : son ami / rinte : rendre / asseurer : assurer / l'beos : le bois / toudis : toujours / ouvrer tant et puque : travailler tant et plus / pourméner : promener / les camps : les champs / les pâtures : les prairies / l'ieau : l'eau / l'ruchéau : le ruisseau / s'mucher : se cacher / les heyures : les haies / in plein mitan : au beau milieu / jeone : jeune / s'mamère : sa mère / l'mam'zelle : la demoiselle / ête mopère : être père / ête leon : être loin / chinquante : cinquante / inter ses rachènes : entre ses racines / orsintir : ressentir / les gréaux : les griffes / busier : penser / minger : manger / fiêter : fêter / morir : mourir / tout seu : tout seul / ein tchien : un chien / l'sanche : la chance / guernoter : mijoter / les preones : les prunes / les rogins : les raisins / l'feos : la fois / l'otiache : l'outillage / hercher : herser / déwaroquer : briser les mottes / brond'ler : passer le rouleau / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / l'âche : l'âge / les forches : les forces / sanner : sembler / flaubir : faiblir / des imaches : des images / par chi : par ici / les bruants : les hannetons / bercher : bercer / les écours : partie comprise entre la ceinture et les genoux, là où on assied un enfant / i-s'ortruèfe : il se retrouve / porméner : autre façon d'écrire promener / les ortes : les ordres / l'gaserne : la caserne / toudis : toujours / les is  : les yeux / douche : douce / sétimpe : septembre / ormette : remettre / s'nièche : sa nièce / ortrouver : retrouvé / orposé : reposé / l'velle : la veille / rapproprié : rendu plus propre / l'prumière : la première / ein jatte : un bol arrondi dans lequel on boit le café du déjeuner / douch'mint : doucement / ainsin : ainsi).

S.T. septembre 2015.

20:04 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

quel joli texte mais tellement mélancolique, c'est pas vraiment ce qu'il nous faut ces temps-ci !!!!

Écrit par : rauwers | 16/09/2015

Répondre à ce commentaire

Très beau texte.

Écrit par : Platevoet Gérard | 16/09/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.