28 août
2015

14:03

Tournai : expressions tournaisiennes (325)

Tout n'est pos toudis très net... su internet !

Elle n'a pos acore vingt ans, Marie-Thérèse, l'nièche à Arlette, mais elle passe d'jà l'pus clair d'ces journées su internet et jusqu'à nulle heure de l'nuit, ses deogts de p'tite serpette queurent sur l'écran du smartphone ou bin de l'tablette.

S'mamère, Virginie, elle sanne fin hureusse ainsin, elle jeue les aveules et cha l'arringe bin.

"J'préfère l'vir surfer, comme les jeones i-dise'tent, à in dev'nir maboule que d'traîner dins les rues ave eine de ces bandes d'arsoules, j'aveos des amisses à s'n'âche qui éteot'ent d'jà mariées et, malhureus'mint, bramint aveot'ent d'jà aussi divorcé ". Virginie a seul'mint oblié qu'asteur i-n'a presque pus ein seul mariache et que tertous, des jeones aux pus vieux, vif'tent in concubinache.

Vu d'ceulle façeon, on peut pétête li deonner raiseon mais elle ne sait pos ce que s'file elle fait comme interrogatieons.

"Là d'zeur, je n'me sus jamais fait treop d'bile, elle ne va pus à l'école mais ch'est pos eine imbécile, mi, je l'dis tout net, que ce soiche gougelle ou skinette, j'n'ai jamais été orwettier, je n'sareos même pos alleumer s'PC"".

Pourtant, quançqu'on lit ce que les gins i-mettent su leu mur, on in veot alfeos des fameusses, des vertes et des pos mûres. I suffit d'vir ce que laichent des albrans comme commintaires pa d'zous les artiques dusqu'on parle des faits divers.

Vous me croyez pos, vous m'ravisez ave l'air d'avoir deux airs, ben bé, vous l'arez voulu, j'vas ichi vous in raqueonter pos mal d'affaires.

Ceulle sémaine, à propeos du camionneu qui su l'autoroute à chonqu'lié et s'a ortourné, l'inquête de l'police a vite permis d'découvrir que l' bonheomme i-éteot quervé. Ave ein tite parel, cha n'a pos raté, les commintaires i-on bin vite comminché.

I-a toudis l'polémique inter les gins qui su nos routes n'voudreot'ent pus voir ein camieon et les ceusses pou qui rouler tous les jours ave ein trinte teonnes ch'est l'professieon.

Cha deonne à peu près cha :

"Mi j'vas ête fin bénaisse quanç'que su les routes on n'verra pus tous ces bahuts".

"Ahais, ainsin te resteras à t'maseon pasque dins les magasins des stocks i-n'd'ara pus".

"On n'a qu'a mette tout cha su des greos batieaux et faire l'transport su l'ieau".

"Mette cha su des greos batieaux, bé te manifestes d'jà pou n'pos élarguir l'Esqueaut".

"On n'parle pos d'cha, mais d'ein camieon qui a volé su l'deos pasque l'heomme i-n'alleot pus fort dreot"

"I-feaut quand même comprinte c'malhureux, i-f'seot fort quieaud et i-aveot eu seo"

D'temps in temps, i-a ein sache qui vient mette s'grain d'sel, on peut dire que li aussi i-fait souvint des étincelles :

"Boire ou conduire, i-feaut queusir, mi j'vous l'dis !".

L'répeonse elle cait :

"Pou in dire eine parelle te n'as jamais ouvrer de t'vie".

Et ch'est ainsin pou tous les commintaires, pou mi les gins i-n'ont qu'cha à faire !

Si t'ortires les accidints, les scènes de ménache, les vols, les tueries, les arnaques, les manifestatieons et tout l'fourbi, te peux ête seûr que t'as presque tout li.

Je n'sais pos si vous avez vu, ceulle sémaine, l'info su les rats qu'on utilise pou déminer les terrains. Cha m'a à mitan saisi pasque d'puis lommint j'saveos qu'in rat ch'éteot fort malin. Attintieon, ch'est des rats apprivoisés qui ont orchu eine formatieon militaire, pos l'simpe biête qui in passant s'tiête, fait grimper in berlant l'feimme de m'visin su s'cayère

Dire qu'à l'drèfe de Maire, des d'rats, pindant d'z'ainnées, on d'a eu des nitées et que Mossieu Massy les a "éradiqués" pou mette à l'plache l'gaserne des pompiers !

J'veos d'jà ichi eine paire d'inciens supporters s'foutent in rache mais, allez, ch'est pour rire, savez, que j'ai écrit cha su m'pache !

I-est temps, après eine leonque parinthèse, d'orvenir à l'histoire de l'pétite Marie-Thérèse.

Hier au soir, elle n'a pos eu l'air gênée au momint que s'mamère elle li a d'mindé :

"J'éteos près de l'porte de t'campe tout à l'heure et, à m'mote, que te parles tout seu asteur !".

"Ah, neon, neon, m'webcam, elle éteot branchée et j'parleos ave ein garcheon que j'veneos jusse d'rincontrer".

"Bé... m'file... quoisque là te m'dis, de l'maseon te n'es pos sortie".

"Ch'est su la toile que j'ai rincontré, in ein seul clic on éteot raccordé".

L'mamère, elle n'éteot pos pou autant rasseurée car elle aveot intindu dire qu'à l'heure de l'informatique, les amours inter garcheons et files n'éteot'ent pos fauque platoniques. I-aveot d'jà eu bin des déceptieons et alfeos même des disparitieons. Les annochints, i-devreot'ent savoir que l'toile, elle orsanne l'pus souvint à... eine arnitoile.

Cha comminche à m'foute l'pépette, tes moumints passées su internet, ch'a n'est pos si beon qu'cha d'ête toudis su s'PC, j'l'ai intindu dire pos pus tard qu'hier au journal télévisé. I-a des professeurs à l'université qui ont découvert que l'cervelle elle pouveot rapt'icher. Te vas avoir ein cerveau comme eine passoire, te n'vas pus rien ortenir, te n'aras pus d'mémoire.

Marie-Thérèse, elle ne l'acouteot pos, ch'est s'n'écran qu'elle raviseot, elle veneot d'orchevoir ein messache inflammé du bieau garcheon qu'elle aveot rincontré mais, l'paufe infant, elle ne saveot pos que l'bel Adonis, ch'éteot in réalité ein vieux lubrique qui viveot à l'hospice.

Te vas qu'mincher pa coper t'machine à messaches et v'nir m'aider à faire l'nettiache. Ch'est pos in restant ainsin, su t'cayère, attiqué à t'n'internet que l'carrelache et l'vitrache de l'maseon i-veont ête tout nets.

Pou bin vite ortourner vir les cacoules su s'PC, ch'est rouf-rouf que l'bass'lette elle a wassingué. Su s'queompte Fesse-de-bouque, des amisses, elle d'a des chintaines mais, ch'est seûr et certain, elle n'in conneot pos eine. Elle a même queusi eine qui s'app'leot "l'Amère Michelle" parmi ses amisses, et l'biec-beos elle pinse que ch'est l'mamère d'no prumier minisse.

(lexique : toudis : toujours / acore : encore / l'nièche : la nièce / les deogts : les doigts / queurir : courir / s'mamère : sa mère / sanner : sembler / jeuer les aveules : jouer les aveugles, ne pas vouloir voir / les arsoules : les arsouilles / bramint : beaucoup / oblier : oublier / asteur : maintenant / tertous : tous / ceulle : cette / pétête : peut-être / s'file : sa fille / là d'zeur : là-dessus, à ce sujet / orwettier : regarder / alleumer : allumer / quanç'que : lorsque / on veot alfeos : on voir parfois / vir : voir / laicher : laisser / des albrans : des garnements / pa d'zous : en dessous / les artiques : les articles / dusque : où / raviser : regarder / avoir l'air d'avoir deux airs : avoir l'air équivoque / raqueonter : raconter / chonqu'lier : chanceler / s'ortourner : se retourner / ête quervé : être ivre, saoul / ein tite parel : un titre pareil / commincher : commencer / inter : entre / les ceusses : ceux / ête fin bénaisse : être bienheureux / ahais : oui / mette : mettre / l'ieau : l'eau / élarguir l'Esqueaut : élargir l'Escaut (le fleuve qui passe à Tournai) / l'deos : le dos / pasque : parce que / aller tout dreot : aller tout droit / faire quieaud : faire chaud / avoir seo : avoir soif / ein sache : un sage / queusir : choisir / caire : tomber / ouvrer : travailler / ortirer : retirer / et tout l'fourbi : tout le désordre, s'utilise ici dans le sens d'etc... certains disent aussi : et tout l'bazar et tout / ête seûr : être sûr / avoir li : avoir lu / lommint : longtemps / orchu : reçu / eine simpe biête : une simple bête / berler : hurler / m'visin : mon voisin / l'cayère : la chaise / pindant d'z'ainnées : durant des années / des nitées : des nichées, des ribambelles / à l'plache : à la place / l'gaserne : la caserne / ichi : ici / inciens : anciens / s'foute in rache : se mettre en rage, en colère / l'pache : la page / leonque : longue / au momint : au moment / l'campe : la chambre / à m'mote : selon moi, à mon idée / parler tout seu : soliloquer / neon : non / garcheon : garçon / jusse : juste / quoisque : qu'est-ce que / rasseurée : rassurée / fauque : seulement, hormis / les annochints : les innocents / orsanner : ressembler / eine arnitoile : une toile d'araignée / foute l'pépette : faire avoir peur / les moumints : autre façon d'écrire moment / rap'ticher : rapetisser / acouter : écouter / ein messache : un message / l'paufe infant : le pauvre enfant / qu'mincher : autre mot pour commencer / coper : couper / l'nettiache : le nettoyache / attiqué : collé, fixé / des cacoules : des mensonges; des exagérations / rouf-rouf : sans soin / l'basslette : la jeune fille / wassinguer : ramasser l'eau avec la serpillière / l'queompte : le compte / chintaines : centaines / l'biec-beos : désigne un pivert mais ici une personne dénuée de bon sens, une naïve). 

S.T. août 2015.

14:03 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

26 août
2015

16:02

Tournai : les chantiers, pas de panique !

La fin des uns, le début d'autres.

Depuis notre dernier rendez-vous concernant les chantiers qui fleurissent un peu partout en ville, certains ont pris fin et d'autres ont ou vont démarrer.

Avenue de Maire.

L'allée latérale menant de la chaussée du Pont Royal (anciennement mieux connue par les Tournaisiens sous le nom de chaussée de Roubaix) et la rue de Lannoy vient d'être rénovée. Elle est avant tout réservée à une circulation locale qui doit la partager avec les cyclistes.

Quai des Vicinaux.

Ce quai emprunté, surtout aux heures de pointe, par les automobilistes qui viennent ou se rendent à Kain a été réaménagé, une partie délimitée par un marquage au sol est réservée aux cyclistes et, à intervalles réguliers, des "coussins berlinois" ont été placés afin de réduire la vitesse des usagers qui oublient trop souvent que ce quai (tout comme celui qui lui fait face sur la rive gauche) est toujours situé en agglomération et, de ce fait, limité à 50 km/heure.

Vitesse limitée en ville.

A propos de limitation de vitesse, beaucoup d'automobilistes tournaisiens et étrangers risquent d'être drôlement surpris à partir du 1er septembre (notamment les étudiants qui ont pris l'habitude de "koter" en ville et qui, jusqu'alors, oubliaient même systématiquement d'alimenter les tirelires pour le stationnement payant). Des ouvriers s'activent actuellement à créer une bande d'asphalte transversale de couleur rouge à chaque entrée de la ville, elle informe les usagers que, dorénavant, la vitesse est limitée à 30 km/h dans toutes les rues de la cité. Les habituels "grisés de vitesse" qui ne respectent déjà pas la limitation à 50km/h devraient avoir de mauvaises surprises s'ils n'adaptent pas leur comportement à cette nouvelle obligation. De plus, dans l'hyper-centre, la partie appelée le "quartier cathédral", des panneaux ont été apposés, il y a quelques temps déjà, et traduisent la présence d'un espace partagé où la limitation de vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h. Il faudra bien un jour expliquer cela aux chauffeurs des camionnettes de livraisons express qui les empruntent parfois à "fond la caisse".  

La rue du Marché au Jambon.

Elle relie la rue de la Tête d'Argent à la rue de Courtrai. Sa rénovation se termine, il faudra encore attendre une ou deux semaines avant de pouvoir l'emprunter. Rue à sens unique, on ne connait pas encore celui qui sera privilégié, probablement reviendra-t-on à la situation antérieure aux travaux.

La rue de l'Arbalète.

Sa rénovation se termine également. Il a fallu renforcer le bas-côté qui longe le terrain excavé de l'ancien cinéma Imagix (ex-ciné Multiscope Palace). Il n'y a pas d'information nouvelle en ce qui concerne les chancres que représentent ce terrain ainsi que les anciens bâtiments du journal le "Courrier de l'Escaut". Allons-nous voir éclater au grand jour des différends opposant les promoteurs et les administrations chargées d'accorder les permis ou bien la crise actuelle a-t-elle eu tout simplement raison du dynamisme affiché naguère par les constructeurs ?

La rue du Curé Notre-Dame.

Ce chaînon manquant de l'importante rénovation du quartier cathédral va faire l'objet d'une rénovation à partir, nous dit-on, du 1er septembre. Sa longueur d'environ deux cents mètres (distance qui sépare la rue du Four Chapitre de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la place Paul Emile Janson) ne devrait pas nécessiter un délai de réalisation trop important. On espère que le tout sera fini pour les fêtes de fin d'année et que le quartier retrouvera le dynamisme qui était le sien, avant que ne débute ce chaos, héritage d'une ancienne administration communale qui a littéralement "minéralisé" le centre de la cité, sacrifiant les derniers espaces verts qui ne manquaient pas de charme au pied de notre cathédrale. Nous ne tancerons jamais assez les responsables de la précédente mandature pour leur vision réductrice et minérale du paysage tournaisien !

Le quartier Saint-Pierre.

La rénovation de celui-ci est menée tambour battant. Les rues du Chevet Saint-Pierre et Poissonnière ainsi que la ruelle d'Ennetières ont été terminées avant les congés. La rue de la Lanterne va bientôt être ouverte à la circulation. Constatons au passage que, face à l'Hôtel Cathédral jadis très prisé par les touristes anglais, on a procédé à la confection de faux pavés en imprimant, en profondeur, une imitation de leur structure dans le béton, procédé déjà utilisé par le TEC pour ses voies de circulation réservées au bus ainsi que pour leurs arrêts. Le chantier de  la place Saint-Pierre va débuter la semaine prochaine avec pratiquement trois semaines d'avance sur le planning. Avec une météo toujours aussi favorable, on peut espérer le voir terminé pour la Toussaint.

Le parvis du beffroi.

La pose des impétrants terminée, de lourds engins excavent les lieux, spectacle désolant en pleine saison touristique et slalom obligé pour les visiteurs du symbole de nos libertés locales. Il faudra encore patienter quelques semaines.

Le pont de Fer.

Le chantier de réfection de la rampe empruntée par les automobilistes venant de la rue du Château n'a pas traîné, il s'est terminé avec une semaine d'avance sur le planning. Asphalté, il fait oublier ce déplacement chaotique auquel les conducteurs devaient faire face depuis des années.

Le quai Saint-Brice.  

Depuis deux semaines, la pose des impétrants par la firme Ores est en cours. Celle-ci nécessite la fermeture du quai Saint-Brice à la circulation ainsi que l'interdiction d'emprunter le pont Notre-Dame.

La rue des Sports.

Rien n'a évolué depuis notre dernier article, la couche de finition n'as toujours pas été posée mais la voirie a été ouverte à la circulation locale.

 Les travaux ont parfois des effets qui peuvent s'avérer dramatiques.

Le chantier de rénovation en profondeur de l'autoroute entre Kain et Lamain est parfois à l'origine de faits qui prouvent qu'un automobiliste peut perdre la tête dès que son itinéraire habituel est bouleversé. Ainsi ce mercredi, vers 12h30, nous avons été témoins que deux automobilistes, à quelques minutes d'intervalle, ont emprunté en sens inverse la descente d'autoroute réservée aux usagers venant de Bruxelles ou de Mons qui veulent rejoindre la chaussée de Courtrai. Le revêtement des montées et descentes d'autoroute a été rabotés et celles-ci sont actuellement interdites à la circulation, toutefois deux automobilistes sont passés entre les piquets au risque d'arriver à contre-sens sur l'autoroute ! On peut être rassuré, ils ont été contraints de faire demi-tour.

Mardi après-midi, dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, un automobiliste venant du quai Notre-Dame, perturbé par le fait que le franchissement du pont levant est actuellement interdit en raison du chantier de la rue Royale et du quai Saint-Brice, a emprunté le sens interdit m'arrivant ainsi de face. Par un appel de phares et un geste amical de la main, je l'ai informé qu'il était en sens interdit. Enervé, il a reculé dans les bornes amovibles régissant l'accès à la placette du Bas-Quartier, en déboîtant une, et a filé sans demander son reste.

Dimanche, on a vu des automobilistes slalomer entre les barrières de fermeture de la rue Royale pour franchir le pont levant pourtant interdit à la circulation. Ils étaient probablement perdus parce que, depuis toujours, c'est par là qu'ils passent et ils n'ont sans doute pas la capacité d'intégrer une voie de déviation ou refusent toute interdiction.

Profitant de l'ouverture aménagée à la rue de Paris pour le passage des camions se rendant sur le chantier du parvis du beffroi, les piétons sont fréquemment confrontés à l'un ou l'autre véhicule descendant jusqu'à la place Paul Emile Janson et, se trouvant face à l'impossibilité d'aller plus loin, remontant le rue des Chapeliers !

Dans pareilles circonstances, il est important de garder son calme !

S.T. août 2015.

16:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, panique |

24 août
2015

10:59

Tournai : la Ville continue de se souvenir des Territoriaux de Vendée !

La survivance d'une commémoration!

Les commémorations du sacrifice des soldats territoriaux de Vendée d'août 1914 avait connu un point d'orgue, le dimanche 24 août de l'année dernière, cent ans, jour pour jour, après cette journée d'un combat inégal entre quelques 1.700 Français et plus de 15.000 soldats allemands. Hélas, une semaine plus tard, Patrick Desauvage, celui qui avait repris le flambeau de son père et de son grand-père, instigateurs de ces journées commémoratives, nous quittait prématurément à l'âge de 63 ans.

Patrick parti, un siècle s'étant écoulé, la traditionnelle journée du vingt-quatre août, réunissant les autorités communales, les représentants de France, les familles de Vendée, les sociétés patriotiques et les Tournaisiens reconnaissants envers ces hommes venus de cette lointaine région pour défendre leur ville, allait-elle disparaître avec celui qui en était l'âme ?

L'organisateur avait publiquement émis le souhait que celle-ci soit organisée jusqu'en 1918, année du centenaire de la fin du premier conflit mondial.

Une nouvelle organisation.

Patrick Desauvage étant le dernier membre actif du "Souvenir Franco-Belge", cette association de fait a disparu en même temps que lui. Alertée par des personnes soucieuses de conserver ce témoignage de bravoure et d'héroïsme, de rappeler cette page glorieuse de note Histoire, l'Administration communale a repris à son compte l'organisation de cette commémoration.

Œuvre de mémoire au pied du tertre.

Sous un soleil radieux ce dimanche 23 août, le monument élevé à la mémoire des soldats Vendéens a accueilli l'Echevin délégué à la fonction maïorale, Pol-Olivier Delannoy accompagné de l'Echevin Philippe Robert, le consul de France, Mr. Bodson et Mr. Hervé Tonnel le maire de Wannehain, village frontalier français d'où partirent les troupes vendéennes. Les porte-drapeaux d'associations patriotiques formaient une haie d'honneur auprès de la flamme ravivée pour cette occasion.

Dans son discours, le Consul de France rappela la mémoire de Patrick Desauvage, évoqua le sacrifice des soldats vendéens et, rattachant les évacuations que provoquent bien souvent les conflits, rappela la venue des migrants, actualité brûlante qui partage profondément la population tournaisienne.

Dans sa réponse, le bourgmestre faisant fonction le remercia pour cette pensée envers Patrick Desauvage, l'ami de tous qui a conservé un souvenir vivace au cœur de la cité. Il rappela la mémoire de ces hommes venus se battre à Tournai et constata que, malheureusement, la notion de conflit avait radicalement changé, les évacuations d'alors étaient temporaires, chacun espérant retourner au plus vite dans sa région et dans sa ville alors qu'aujourd'hui la fuite d'un pays, victime d'une guerre bien souvent entretenue en raison d'intérêts économiques multinationaux, oblige les migrants à quitter définitivement le lieu dont ils sont originaires. Il annonça ensuite que, pour répondre au vœu formulé par Patrick Desauvage, la cérémonie serait maintenue jusqu'en 1918 et qu'alors le collège communal se réunira pour envisager de l'intégrer aux cérémonies du 11 novembre dans le cadre des commémorations de l'Armistice.

Après l'exécution du "Last post", de la Marseillaise et de la Brabançonne, des gerbes de fleurs furent déposées par les personnalités avant que ne se clôture la cérémonie suivie par quelques dizaines de personnes parmi lesquelles on reconnaissait Charles Deligne, conservateur du Musée Militaire visité l'année dernière par les descendants des soldats vendéens, Sabrina de Cuyper, professeur d'Histoire à l'Athénée Royal de Tournai, impliquée avec ses élèves dans des reconstitutions historiques, les Ecrivains publics de Wallonie picarde représentés par Caroline Jesson et Eliane Vanmellearts, auteurs d'un livre sur la première guerre mondiale, Annick Veys et Bernard Valle des Amis de Tournai, Pierre Bauters, ancien commandant de place, Noël Noël pour la police...

Il est à noter que lors de cette commémoration, une célébration religieuse était organisée, au même moment, à l'église du Sacré-Coeur en mémoire des soldats morts dans le quartier qui a pris nom de "quartier du 24 août".

Un défi pour les passeurs de mémoire.

Constatons encore qu'un homme très âgé, se déplaçant avec difficulté, avait demandé à sa fille de l'amener à la cérémonie, il était probablement le vétéran de cette assistance. Par contre, aucun jeune n'avait songé consacrer quelques minutes à se souvenir de ces héros. Pourtant, des hommes jeunes ou dans la fleur de l'âge ont un jour donné leur vie ou ont été mutilés sur un champ de bataille pour qu'eux et leur famille puissent vivre en paix. Il est inconcevable de cultiver les fleurs de l'ingratitude dont le parfum semble si prisé à notre époque.

S.T. août 2015.

22 août
2015

10:05

Tournai : expressions tournaisiennes (324)

L'ortour d'Edmeond et Fifinne.

Alleluia, alleluia, eine beonne nouvelle pou tous leus fans, i-seont infin orvenus après ein meos passé à la Panne. Vous n'avez pos compris, j'le veos à vo mine, qui ch'est qui est orvenu ? Bé... Edmeond et Fifinne. Vous ne l'avez pétête pos ormarqué pasque l'temps, comme i-f'seot bieau, i-a vite passé mais cha fait pus d'ein meos que je n'vous ai pus deonné des nouvelles de nos habitants de l'rue Montifeaut.

Ch'est pos l'peine de d'minder si i-ont eu du bieau temps, i-suffit d'les vir, aussi bruns qu'des speculoos, presque aussi noirs que des fouans ! Comme Edmeond i-acateot l'gazette tous les matins, i-éteot au courant de quoisqu'i-s'a passé d'sous l'ciel tournisien :

"Fifinne et mi, on a presque attrapé l'drisse in déquindant du train in veyant deux agints d'ville venir à not'rinconte in nous orwettiant in coin, on s'a dit qu'ave l'couleur de no pieau bin bazanée, ch'est seûrmint à la gaserne Saint-Jean qu'i-z-alleot'ent nous transférer".

"Escusez nous d'vous d'minder pardon, on vous a orconnus tout dreot, vous êtes bin les gins qui habitent au fin feond de l'rue Montifeaut".

"Ahais... (ouf, i-save'tent qu'on est tournisien, j'sus d'jà à mitan rasseuré) mais dites-me pourquoi qu'à peine on est arrivé vous nous ratindez ?".

"Ch'est pou vous anneoncher que, comme pindant vo n'absence i-a eu des cambriolaches, on va vous accompagner pasque vo maseon, ch'est l'seule qu'on n'a pos contrôlée dins l'ruache".

A ces meots, Fifinne elle est dev'nue toute blanque, l'babielleuse pou eine feos, elle aveot perdue s'lanque, elle tranneot comme ein arpe à preones et ch'est à peine si elle n'a pos fait à s'mareonne.

I-seont meontés dins l'camionnette comme des ceusses qui s'in veont à l'priseon et, in moinse de temps qu'i-n'feaut pou l'dire, i-seont arrivés pa d'vant l'porte de leu maseon.

"I-a eine perseonne qui v'neot ouvère vos battantes et printe vo courrier ?" qui a d'mindé à Fifinne, l'orprésintant d'la loi in sortant s'pétit carnet.

"Neon, neon, ichi, dins no coin, ch'est tertous des péqueux, vous n'pouvez pos l'imaginer, et je n'veux pos qui vienne'tent faire l'inventaire de m'meublier pou après aller, chez les visins, nous démépriser. " Vous devriez voir ma chère comme ils ont des vielles affaires". Savez, i-a ichi à côté deux ou treos badoulettes qu'on peut dire d'eusses que ch'est eine vraie binde d'clapettes. Pou l'courrier, comme vous l'veyez, l'boîte à lettes elle est toute pleine, l'treop-plein, elle est même in train de démaquer, bin qu'on aveot mis d'zeur : "pos d'publicité". On a probablemint orsaqué l'papier, tout cha pou nous faire bisquer".

"Bah, je n'pinse pos. Cha, ch'est seûrmint l'orache, vous n'avez pos su ce qui a ichi cait comme drache, in attindant tout cha nous a nous deonné bin d'l'ouvrache, hein Mimile (ch'est l'neom d'l'eaute policier), à l'drève de Maire et à l'chaussée d'Lille dusque les gins i-s'seont foutus in rache".

"I-feaut les comprinte, l'velle on aveot fait ein grand débouchache mais l'pluèfe elle éteot tell'mint forte qu'elle a fait saut'ler les plaques d'égouttache et, in chinq minutes, bé tins, cha a été ein riche dégueulache".

"Orveneons à nos mouteons, on n'a pos qu'cha à faire, vo porte elle n'a pos été forchée. A l'vir, i-d'a pos l'air ! Adeon, si ch'est pos pa'd'vant qui sereot'ent passés, on va toudis aller vir pa d'rière, des feos qu'i-areot eine séquoi d'cassé".

Ayant orchu les mêmes cours que s'tchien policier, l'Sherlock Holmes tournisien i-a tout orwettié.

"Su l'pélouse, l'leong d'l'héyure, i-a pos eine trace d'dins et on n'veot pos qu'on a marché dins vo gardin, i-n'a pos d'marque de pas su l'quémin mais pourtant l'porte de vo véranda elle est ouvère ein crin ?".

Edmeond i-a tout d'suite dit :

"Ch'est pos grafe, ch'est mi qui n'l'a pos serrée, ch'est pou deonner ein p'tit peu d'air, ch'est pos l'prumière feos que cha s'a passé, pou cha, i-n'feaut surtout pos vous in faire".

"Et vous, vous trouvez cha tout naturel, ch'est d'l'incitatieon au vol que cha s'appelle, on pourreot presque dire que vous êtes complice. In attindant, vo n'alarme elle a été misse ?".

"Neon, neon, pou cha, Fifinne elle me suffit, ch'est l'meilleu système d'alarme et i-est gratuit. Quanç'qu'elle berle on l'intind dins tout l'quartier, i-n'feaut pos qu'ein agripeu cait su elle nez-à-nez, elle li fout d'abord eine belle marnioufe et si elle nettie ein beon queop d'brouche (l'luméreo, elle l'a d'jà assez répété su mi) et puis si i-n'a pos 'cor détalé, elle se met alors à l'arlocher. L'heomme i-sint tell'mint s'coeur balbuter qui s'met à queurir comme in dératé".

L'policier et s'collègue se seont ravisés et i-ont bin ri :

"Allez quand même vir si on n'vous à rien pris ?"

Fifinne elle est allée cacher après ses pinderleots (ave bramint d'pinderloques) et s'n'argint et Edmeond,li, i-a été queompter ses boutelles d'goutte, d'bière et d'vin. J'vous veos d'jà vous moquer, chacun i-a ses priorités.

"Tout i-est là, bin seûr, à prumière vue !" qui ont dit quanç'qu'i-seont orvenus.

"On va vous laicher" qui z'ont dit les agints, su l'planque on a acore bin du pain. On nous a signalé ein vol d'GSM à l'plache Crombez, ch'est presque tous les jours qu'on deot y aller.

Quand l'porte elle a été serrée, Edmeond i-a dit :

" Les gins i-feont tout pou tinter l'diape, i-n'seont pos très prudints".

Fifinne elle l'a ravisé et ses is li ont moutré l'directieon du gardin. In s'rapp'lant qu'i-n'aveot pos serré l'porte, l'paufe Edmeond i-a eu l'gueule morte, comme on dit pou ein tchien, elle veneot d'li mette s'nez dins s'brin.

Quançqu'i-ont eu fini d'raqueonter leus bernettes d'annochints, j'ai busié à l'histoire qui est ein jour arrivé din ein grand magasin. Eine feimme a pris s'mobile et elle a app'lé s'n'amisse Odile .

"Te n'sareos jamais adveiné quoisque j'viens dvir ichi pa d'vant mi "

"Dusque t'es d'abord, t'es à t'maseon ou bin t'es acore partie ?".

"Ah neon, à m'maseon j'appelle su m'poste fixe, ichi j'sus m'mobile, te deos l'vir au préfixe? Ch'est pos tous cha, j'viens d'vir l'heomme d'Amélie ave eine file bin pus jeone que li. Eine sorte d'pétite rousselette ave des brins d'judas et des neunettes. In tous cas, elle a l'air d'eine fameusse safriquette et si j'ai bin intindu, i-l'a même app'lé Babette !".

"Babette, mo bé... ch'est leu nièche d'Arlon, elle est v'nue in vacance à leu maseon".

Et ch'est ainsin qu'in rue, dins les restaurants ou dins les magasins, on sort, sans arrêt, l'gsm, le smartphone ou bin l'tablette pou rien. Si l'feimme aveot attindu l'soir pou raqueonter à s'namisse l'histoire, mi j'vous l'dit, elle areot fait d'fameusses écolomies.

"Te n'sais pos dusqu'on est, bé, ave m'heomme, on est asteur au restaurant et j'ai queusi d'minger des tripes à la mode de Caen". Ov'là acore eine feos ein détal qui est important, j'sus seûr que l'correspondant i-n'sareot pos faire sans ! Et l'eaute feimme qui appelle à l'usine de s'n'heomme d'puis chez l'épicière in li disant : "les penn'tierres à deux eureos du kileos te n'pinses pos que ch'est ein peu treop tchier, l'sémaine qui vient pou orchevoir les amisse, ave l'poulet à l'oranche on f'ra du risse !". Au resto, on veot les infants jeuer ave les écrans et on intind les SMS invéyés pas les grands. In arrivant ave les plats dins ses mains, l'serveur i-s'escus'reot presque du déring'mint. J'ai presqu'invie de leu dire :

"Vous êtes venus minger dins ein restaurant gastronomique ou bin vous cachiez après eine cabine téléphonique". ".

Edmeond et Fifinne i-seont orvenus, me gins, vous pouvez ête bénaisses, infin, pou m'n'artique j'vas acore avoir des cacoules à mette d'dins !  

(lexique : l'ortour : le retour / orvenus : revenus / l'meos : le mois / pétête : peut-être /  ormarqué  : remarqué / pasque : parce que / i-f'seot : il faisait / vir : voir / des fouans : des taupes, on dit noir comme des fouans : dans le texte désigne un aspect sale dû à la noirceur de la peau / acater : acheter / quoisque : qu'est-ce que / déquinte : descendre / orwettier : regarder / l'gaserne : la caserne / orconnus : reconnus / à mitan : à moitié / rasseurer : rassurer / ratinte : attendre une personne avec l'intention de lui tendre une embuscade / anneoncher : annoncer / l'ruache : utiliser populairement désigne le quartier / blanque : blanche / l'babielleuse : la bavarde / l'lanque : la langue / tranner : trembler / ein arpe à preone : littéralement un arbre à prunes, un prunier / l'mareonne : la culotte, le pantalon / les ceusses : ceux / in moinse : en moins / pa d'vant : devant / ouvère : ouvrir / les battantes : volets sous forme de panneaux de bois qu'on devait fermer de l'extérieur / ichi : ici / tertous : tous / des péqueux : ici utilisé dans le sens de curieux / l'meublier : le mobilier / les visins : les voisins / démépriser : critiquer, dire du mal... / des badoulettes : des femmes qui ont de l'embonpoint / des clapettes : des commères (avoir eine beonne clapette, c'est avoir une bonne langue) / démaquer : vomir / d'zeur : dessus / orsaquer : retirer / bisquer : enrager / l'orache : l'orage / caire : tomber / l'drache : forte averse / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / in rache : en rage, en colère / l'velle : la veille / l'débouchache : le débouchage / saut'ler : sauter / l'égouttache : l'égouttage / ein riche dégueulache : état de saleté / orveneons : revenons / forcher : forcer / adeon : donc /  pa d'rière : derrière / eine séquoi : quelque chose / orchu : reçu / l'tchien : le chien / l'leong d'l'héyure : le long de la haie / l'gardin : le jardin / l'quémin : le chemin / laisser ein crin ouvère : ne pas fermer la porte complètement, laisser un interstice / grafe : grave / l'prumière feos : la première fois / quanç'que : lorsque / berler : crier / ein agripeu : un voleur / eine marnioufe : une gifle bine appuyée / nettier : nettoyer / ein beon queop d'brouche ; un bon coup de brosse / l'luméreo : le numéro / arlocher : secouer / balbuter : palpiter / queurir : courir / les pinderleots : objets pendants, le mot s'utilise pour les bijoux / bramint : beaucoup / les pinderloques : pendentifs de pacotille / queompter : compter / bin seûr : bien sûr / laicher : laisser / l'planque : la planche / serrer : fermer / l'diape : le diable / moutrer : montrer / avoir l'gueule morte : ne plus savoir quoi dire / ein brin d'tchien : une déjection canine / raqueonter : raconter / les bernettes : les niaiseries, les balivernes / les annochints : les innocents / busier : penser / adveiner : deviner / dusque : où / jeone : jeune / des brins d'judas : des taches de rousseur / des neunettes : des lunettes /  eine safriquette : une jeune fille délurée, éveillée / des écolomies : des économies / asteur : maintenant / queusir : choisir : ov'là : voilà / les penn'tierres : les pommes de terre / tchier : cher /orchevoir : recevoir / l'risse : le riz / jeuer : jouer / cacher : chercher :/ bénaisses : contents / l'artique : l'article / les cacoules : des mensonges, des histoires à dormir debout)

S.T. août 2015.

10:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

20 août
2015

09:49

Tournai : la fin des vacances !

J-15 pour la rentrée : cela sent la fin des vacances !

Ce 16 août, "Tournai les Bains" a définitivement fermé ses portes, les transats sont remisés, le démontage des installations a débuté, le sable doré ne sera bientôt plus qu'un souvenir qui va s'estomper. Ce 17 août, sur le quai Andréï Sakaharov, le silence est retombé seulement rompu par le bruit de la circulation qui sera bientôt plus dense avec la rentrée.

Initié, il y a quelques années déjà, par Marjorie Bonnet, la grande papesse du Carnaval de Tournai, ce rendez-vous festif de l'été a, de nouveau, attiré la grande foule (on parle d'environ 25.000 entrées) malgré des conditions climatiques qui ne furent pas toujours des plus favorables.

"Tournai les Bains" a été créé pour offrir de la joie aux enfants, des moments de détente pour les parents, une solution économique pour ceux et celles qui ne peuvent quitter la ville pour les vacances. Pour peu que le soleil brille et que la chaleur soit au rendez-vous, le grand espace sablonneux, le décor paradisiaque, les bodegas, la restauration à thèmes, les animations diverses, les concours de pétanque transforment, avec un peu d'imagination, ce coin de la cité des cinq clochers en une plage des bords de la Méditerranée.

Si les journées sont appréciées par l'ensemble des Tournaisiens, il n'en est pas de même des nuits, car "Tournai les Bains" ferme ses portes bien tard (beaucoup trop tard pour certains), aux petites heures et, presque tous les soirs durant trois semaines, les sonos transforment cette imitation de petite plage du Sud de la France en une ambiance digne des Baléares, de Magaluf ou d'Ibiza, les excès de toutes sortes en moins... heureusement !  

Les habitants des maisons et résidences sous les fenêtres desquels la plage s'étire se plaignent de ne pouvoir dormir. Les organisateurs, conscients du problème, ont beau essayer de faire un effort pour réduire les décibels, peine perdue, une sono restera toujours une sono et les baffles continueront à marteler la joie des fêtards, à rythmer les déhanchements des noctambules et à... perturber le sommeil des voisins.  

Face à cette situation, les questions fusent : pourquoi les organisateurs doivent-ils systématiquement programmer, durant les trois semaines, des nuits festives si ce n'est qu'ils sont eux-mêmes de "sales petits vilains fêtards" qui peuvent roupiller le lendemain matin oubliant la plus élémentaire notion de "vivre ensemble" ? Pourquoi faut-il établir ce quartier général de l'amusement estival en plein centre-ville avec toutes les contraintes que cela engendre ? Pourquoi tolère-t-on pendant trois semaines un stationnement parfois anarchique près du Pont des Trous alors qu'en temps normal cela est interdit et susceptible de verbalisation ? Simplement répliquer qu'on fait des efforts pour baisser le son des férias nocturnes est assez puéril et même un peu court !

Il ne faut cependant pas jeter le bébé avec l'eau de... Tournai les Bains. Il faut rendre hommage aux organisateurs pour avoir le courage de créer des activités festives malgré l'ampleur jamais atteinte du phénomène "NIMBY" dans notre civilisation. L'actualité est triste, angoissante parfois, divertir le public, distraire les participants grâce à la venue des membres de la "Royale Compagnie du Cabaret Wallon" ou bien des "Filles, Celles Picardes", les dérouiller grâce à des activités ludiques ou sportives, les amuser avec les parties de boules, les restaurer avec des saveurs venues d'ailleurs, les désaltérer quand le thermomètre flirte avec les sommets ou leur permettre un petit pas de danse, voilà un concept qui mérite d'être soutenu et pérennisé ! 

Tournai les Bains a fermé ses portes, il nous reste plus qu'à attendre l'année prochaine car, après tout, Pierre Perret l'a chanté : "C'est au mois d'août qu'on fait les fous..".

Des dates à retenir !

Tournai ne deviendra pas pour autant une ville morte, les festivités se poursuivent déjà ce week-end avec la 54ème "Kermesse Saint-Antoine" au pied de la chapelle de la chaussée de Saint-Amand. L'ouverture du chapiteau aura lieu ce vendredi 21 avec la kermesse à boudins, le traditionnel cabaret show patoisant et le show dance par la jeune troupe du quartier. Le samedi 22, chacun y trouvera de quoi se distraire grâce au tir à l'arc à l'horizontale (un folklore régional), le jogging de l'ACRHO, le show dance par la troupe du quartier et les chansons de toutes les époques grâce au duo Stevy et à Patrice le Guen qui rend hommage à Pierre Bachelet. Le dimanche, la chorale Saint-Amand de Taintignies animera l'office religieux suivi d'un apéro musical et d'un dîner campagnard. L'après-midi se déroulera la course cycliste pour non affiliés LVB et les animations de clôture avec Miss Stephi, le duo Sandra et Fabien et l'homme Orchestre Remy Bricka. Programmée par l'Association des Fêtes du Quartier Saint-Antoine dirigée par Noël Coeck, un orfèvre en la matière, cette fête génère des bénéfices redistribués dans le quartier !

Ce dimanche 23, les quais du Marché au Poisson et Notre-Dame accueilleront les "Chiffonades", marché du textile de seconde main, toujours un succès à une époque de l'année où toute la famille est à habiller pour la rentrée.

La semaine suivante, Tournai va vivre son troisième festival "Les Inattendues" dont le blog "Visite Virtuelle de Tournai" aura l'occasion de reparler.

Non, les vacances ne sont pas finies mais cela sent déjà la rentrée, les grandes surfaces nous le rappellent d'ailleurs tous les jours !

S.T. août 2015.

 

18 août
2015

10:41

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (10)

Le XVIIIe siècle, le ville des cinq clochers passe à nouveau de mains en mains !

En l'an 1700 : voici que débute la guerre de Succession d'Espagne. La France est rapidement opposée à la Grande Alliance composée de l'Angleterre, de la Hollande, de l'Empire, de la Suède et de la Savoie. Tournai était alors une ville appréciée de Louis XIV qui la considérait comme la tête de pont pour ses ambitions aux Pays-Bas.

En l'an 1709 : après un nouvel hiver très rude qui dura, selon les historiens, des "Rois" (janvier) à la fin du mois d'avril, les récoltes sont maigres et la famine fait sa réapparition. Tant le gel que la famine furent à l'origine de la mort de nombreux habitants de la cité des cinq clochers.

Le 27 juin 1709 : face à l'avancée des troupes ennemies du duc de Malborough (le Malbrouck de la chanson !) qui installe son quartier général dans le village d'Ere, le commandant de la troupe de défense de Tournai fait brûler les maisons du faubourg de Lille, de Saint-Martin, des Sept-Fontaines et détruire les moulins.

Le 1er août 1709 : les troupes alliées entrent en ville.

Le 3 septembre 1709 : les troupes occupant la citadelle se rendent.

En l'an 1714 : l'année s'achève, une fois encore, par un hiver rigoureux qui provoquera l'année suivant une nouvelle famine.

En l'an 1716 : la ville de Tournai organise de grandes réjouissances en mémoire des victoires remportées sur les Turcs par l'empereur Charles VI. On brûle l'effigie d'un grand Turc sur la Grand-Place.

En l'an 1720 : Jean de Mesgrigny, bâtisseur et défenseur de la ville durant près de cinquante ans, âgé de 90 ans et devenu infirme, s'éteint dans un hôtel particulier du quartier Saint-Piat, à proximité de l'église, un immeuble érigé à l'emplacement actuel d'un immeuble d'appartements sociaux ayant abrité l'école de Monnel.

De 1731 à 1794, le trône épiscopal va être occupé par deux représentants de la famille de Salm : François-Ernest, évêque de 1731 à 1770 et Guillaume-Florent de Salm-Salm, évêque de 1776 à 1794. Deux personnages épris de grand luxe possédant notamment un château à Helchin (Helkijn), d'importantes collections de porcelaines et d'œuvres d'art, une chapelle musicale créée par des artistes italiens et une écurie de vingt-quatre chevaux.

En l'an 1745 : après un hiver de famine, de nouveaux combats se déroulent aux portes de la ville, l'armée française sous les ordres du Maréchal de Saxe tente de reprendre la ville perdue en 1709.

Le 8 mai : la poudrière de la citadelle explose, on évoque plus d'un millier de morts (militaires et membres de leurs familles), la ville subit de nombreux et parfois importants dégâts, les vitraux de la cathédrale Notre-Dame sont brisés.

le 24 juin : après sa victoire à Fontenoy, le roi de France Louis XV entre en ville, celle-ci revient dans le giron de la France.

En l'an 1749 : suite aux traité d'Aix-la-Chapelle, la ville est rendue aux Autrichiens.

Jusqu'en 1780 (année de sa mort) : Tournai va vivre sous le règne de l'impératrice Marie-Thérèse, fille de Charles VI, aimée de la population. Elle est à l'origine de nombreuses réformes administratives.

En l'an 1751 : Jean-Baptiste Péterinck, venu de Lille, établit sa fabrique de porcelaine (voir l'article qui a été consacré à ce sujet).

En l'an 1755  : le chapitre cathédral fait construire son importante bibliothèque au pied de la cathédrale, incendiée lors des bombardements de 1940. Elle est détentrice de manuscrits précieux, de chartes et de milliers d'ouvrages qui y brûleront.

En l'an 1756 : à l'initiative du nommé Antoine Gilis, qui en sera le premier directeur, création de "l'Académie communale de peinture et de Sculpture", ancêtre de notre Académie des Beaux-Arts. 

En l'an 1758 : on réédifie les bâtiments à front de rue de l'hôpital Notre-Dame (actuelle Académie des Beaux-Arts).

En l'an 1769 : suppression de la paroisse Saint-Nicaise répartie au profit des paroisses Notre-Dame, Saint-Quentin et du village d'Ere.

En l'an 1779 : suite à l'abolition de l'ordre des Jésuites par l'édit de Marie-Thérèse, le collège de la rue des Jésuites est attribué aux religieux de Saint-Mard. Le noviciat est dirigé par le chapitre cathédral. Le collège Saint-Paul de la rue du Four Chapitre est également fermé. Création par Piat Lefèbvre et fils de la "Manufacture impériale et royale de tapis". Quatre années plus tard, celle-ci comptait 54 métiers et plus de 800 ouvriers et en 1786 pas moins de 1.200 ouvriers.

En l'an 1781 : Tournai est désormais sous le pouvoir de Joseph II, un despote éclairé à l'origine de nombreuses réformes pas toujours acceptées par la population.

En l'an 1782 : les troupes des Provinces-Unies quittent Tournai laissant la garde de la ville aux compagnies bourgeoises et à un garnison autrichienne.

En l'an 1784 : dans la traversée de la ville, on remplace les ponts dormants de l'Escaut par des ponts tournants. A partir de cette année, il est interdit d'encore inhumer les défunts dans l'intra-muros, on assiste à la création des cimetières du Sud (dite de Mulette) et du Nord (dit Navieau).

En l'an 1786 : la ville compte 25.726 habitants.  

En l'an 1787 : la fabrique de porcelaine de Tournai crée le prestigieux service, orné par Mayer, dit "aux oiseaux de Buffon". Riche de 1.600 pièces, il ne sera jamais payé par son acheteur, le duc d'Orléans, un coût estimé à 60.000 livres.

En l'an 1789 : Tournai vit un terrible hiver, il "gèle à pierre fendre" du 25 novembre au 1er janvier. Un froid qui touche en premier les plus pauvres.

En l'an 1792 : Tournai va vivre sous la domination des Révolutionnaires français. De nombreux vols seront perpétrés, notamment ceux d'importantes œuvres d'art non encore restituées par une France qui s'est surtout enrichie en dépouillant les régions par où certains de ses sujets sont passés. (voir les articles écrits sur ce blog concernant la période de la Révolution et les exactions commises à Tournai). Le siècle ne se termine pas dans la joie pour les Tournaisiens.

(à suivre)

S.T. août 2015. 

15 août
2015

10:13

Tournai : expressions tournaisiennes (323)

L'gazette.

D'puis près d'chinquante ainnées, jusse avant d'printe m'déjeuner, j'vas, tous les jours, à l'boîte à lettes pou querre l'ceulle que j'attinds : m'pétite gazette.

Malhureus'mint, je n'deos pos l'ouvère pou adveiner les infos que j'vas y découvère. Quanç'que t'as li la "une" de l'gazette, bé... t'as d'jà l'moral à mitan dins tes cauchettes. Les guerres, les attintats, les accidints, les catastrophes, les manifestatieons, les déraill'mints d'train, les aurmintatieons des tasques, les meurtres, les berdouillaches d'no gouvernemint, ch'est à peu près tout qu'on truèfe là-d'dins.

I-a des gins qui m'ont dit des meots qui, dins m'tiête, seont acore toudis : "Te t'rinds queompte, l'amisse, i-a septante ans que l'guerre elle est finie". Quoisque te dis, l'guerre elle est finie ? I-a eu l'Corée, l'Vietnam, l'Congo, l'Algérie, l'Afghanistan, l'Moyen-Orient et asteur l'Ukraine et l'Syrie et, malgré tout cha, t'oses dire que l'guerre elle est finie ! I-a pétête ein point que t'as raiseon, l'guerre elle n'est pus à l'porte de t'maseon ! Mi, j'peux faire l'queompte de tous les jeones qui à l'guerre seont morts, ch'est l'gazette tous les matins qui m'in fait l'rapport !

I-a ein jour pus qu'eine eaute que j'ai l'pépette d'ouvère l'gazette, ch'est l'lindi, pasque pindant l'week-end, su les routes, ch'est, à chaque feos, eine véritape tuerie. J'ai l'raminvrance d'mes lointaines ainnées d'jeonesse, quanç'qu'orveneot l'saim'di, on éteot tout bénaisse. A c'temps-là, au bal ou bin au cinéma, on alleot à pied, on n'aveot pos b'soin d'auteos pou bin s'amuser. On alleot acouter les Polaris, les Aigle Stars ou bin Rock Crosy, i-n'nous in falleot pos beauqueop puque pou avoir du lari. On buveot rar'mint comme des treos et on saveot acore erdaller tout dreot.¨Pou ête hureux, on n'aveot pos b'soin d'cannabis, mais pou l'amus'mint on éteot des artisses. Pos facil'mint, les parints i-donneot'ent l'permissieon d'minuit mais si te rintreos pus tard, te saveos que pou l'week-end suivant ch'éteot cuit. Asteur... bé ch'est d'jà l'verdi au soir qu'aux parints (qui n'ose'tent pus rien dire) on lanche un à r'voir et les paufes vieux, comme on les appelle, i-prient pindant tout l'week-end pou qu'on n'vient pos leu anneoncher eine mauvaisse nouvelle. Mi j'peux faire l'queompte de tous les jeones qui su les routes seont morts, ch'est l'gazette du lindi qui m'in fait l'rapport !

Ceulle sémaine, eine informatieon m'a fait caire de m'cayère, on parleot du prix payé pa les parints pour eine ainnée à l'école primaire. Nuef chint trinte-nuef eureos, vous avez bin li, pou mi les gins seont seots. Vous vous rindez queompte, nuef chint trinte-nuef eureos, cha fait trinte-huit mille francs d'avant au bas meot. Bin seûr, asteur, on est dins eine société d'consommatieon, mi, j'appelle puteôt cha ein système d'esploitatieon. Quand j'alleos à l'école communale, m'mamère acateot des cosses tout à fait normales : ein cartape in cuir mais sans l'tiète de Donald. M'compas i-m'a servi pindant douze ainnées, j'l'ai acore su m'tape et i-n'est pos cassé et m'trousse, j'l'ai cangée l'jour de l'intrée à l'Athénée. M'porte-pleime, i-éteot bin ein p'tit peu machoté, cha n'm'a pos impêché d'faire toutes mes dictées. M'mamère, elle aveot orcouvert tous mes cahiers, et i-paraisseot'ent toudis aussi nués à l'fin d'l'ainnée. J'veux bin que tout i-a aurminté mais j'pinse qu'on forche aussi aux gins à garchenner. Tout à fait inter nous, dites me si l'infant i-ara pus d'maturité pasqu'i-a l'Reine des Neiches su l'couverture de s'cahier ? L'prumière cosse qu'on d'vreot réapprinte aux gins, ch'est tout simplemint d'avoir ein peu pus d'soin.

Pindant toute eine leonque ainnée, te busies ave impatience au meos d'juillet, après tout les vacances ch'est fait pou s'orposer, l'heomme i-n'est pos fait pou toudis ouvrer (i-d'a bramint asteur dins no ville que de ceulle phrase i-ont fait leur évangile)! A l'fin de t'dernière journée d'traval comminche d'jà eine riche bacchanale. T'es seûr et certain d'avoir bin tout préparé mais te t'rinds queompte que te n'as pos fait l'plein jusse avant d'démarrer. T'as à peine quitté Tournai que t'es d'jà arrêter pa l'prumier chantier. J'voudreos bin printe t'tinsieon quanç'que t'arrives à destinatieon ! A l'ortour à t'maseon, t'es pos à printe ave des pinchettes surtout si j'te dis : "vingt milliards, t'as vu les imbouteillaches qu'on moute dins l'gazette". Dins l'temps mi ch'éteot à La Panne que j'alleos et ch'est l'bus Georges d'Péronnes qui m'y conduiseot. Pos d'imbroule et pos d'tracas, in ein peu pus d'deux heures t'éteos là-vas. Au momint qu'à causse des files te t'mets acore in rache mi j'éteos d'jà su l'plache à chucher eine glache. Pindant que te raviseos les leonques files d'carrettes mi j'éteos in train, fin tranquille, d'lire m'gazette.

Comme vous l'veyez, mi, j'sus ein drogué, je n'sais pos faire sans mes doses d'actualité, m'feimme elle me dit même que ch'est eine forme de l'curiosité, qu'on f'reot mieux de n'pus ête abonné, de n'pus acouter Vivacité, ni même orwettier l'journal télévisé. J'li ai dit : "Mamour, on n'peut même pus raviser No Télé ?" elle m'a répeondu : " Ah neon, là i-a vraimint pos d'danger d'ête ein jour intoxiqué, tout c'qu'on veot l'pus souvint ch'est les fiêtes d'villaches et d'quartiers !". Du queop, comme chaque ainnée, l'sémaine prochaine, on va orwettier l'cortèche d'Ath, on est seûr de n'pos avoir d'surprisse, à moinse que David, i-n'parvient pos à batte Goliath !

Inter des heommes politiques qui cachent toudis à liards pindant que des eautes dépinse'tent des milliards, inter les migrants qui vienne'tent ichi pinsant ête dins ein pays d'cocagne et ce que ti, à l'fin du meos, te veos dins t'main l'pétit reste de ce que te gagnes, inter les sportifs qui s'dopent pou gagner des millieons et vife eine heure de gloire et les paufes gins dins la rue qui n'ont pou dortoir que l'malhureux trottoir, inter toutes les pannes de nos cintrales nucléaires et l'optimisme béat et complice des gins des ministères, inter l'diminutieon d'nos p'tites pinsieons et les mylords qui vive'tent grâce à l'corruptieon, comme te veos, dins la gazette, inter l'prumière pache et l'dernière, j'te défie de trouver acore eine informatieon qui va t'faire ruer le cul in l'air !

(lexique : chinquante : cinquante / jusse : juste / printe : prendre / querre : chercher / l'ceulle : celle / ouvère : ouvrir : adveiner : deviner / découvère : découvrir / quanç'que : lorsque / la mitan : la moitié / les cauchettes : les chaussettes / les aurmintatieons : les augmentations / les tasques : les taxes / les berdouillaches : les bredouillements / on truèfe : on trouve / des meots : des mots / acore : encore / te t'rinds queompte : tu te rends compte / l'amisse : l'ami / quoisque : qu'est-ce que / pétête : peut-être / les jeones : les jeunes / avoir l'pépette : avoir peur / l'lindi : le lundi / chaque feos : chaque fois / j'ai l'raminvrance : j'ai le souvenir / bénaisse : content / acouter : écouter / avoir du lari : avoir du plaisir (on dirait maintenant : prendre son pied) / des treos : des trous / erdaller  tout dreot : retourner (à sa maison) tout droit / l'verdi : le vendredi / lancher : lancer / les paufes : les pauvres / anneoncher : annoncer / caire : tomber / l'cayère : la chaise / nuef chint trinte- nuef : neuf cent trente neuf / seots : sots / bin seûr : bien sûr / asteur : maintenant / m'mamère acateot des cosses : ma mère achetait des choses / l'cartape : le cartable / l'tape : la table / l'porte-pleime (ou porte-pleume) : le porte-plume / machoter : mâchonner / orcouvrir : recouvrir / tout nué : tout neuf / forcher : forcer / garchenner : gaspiller / inter nous : entre nous / leonque : longue / busier : penser / l'meos : le mois / s'orposer : se reposer / ouvrer : travailler / bramint : beaucoup / des pinchettes : des pincettes / moutrer : montrer / eine imbroule : une difficulté, un embarras / à causse : à cause / ête in rache : être en rage, en colère / su l'plache : sur la plage / chucher eine glache : sucer une glace / raviser : regarder / orwettier : regarder / neon : non / du queop : du coup / cacher à liards : chercher à avoir de l'argent / ichi : ici / vife : vivre / s'ruer l'cul in l'air : bondir de joie).

S.T. août 2015.

 

10:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

12 août
2015

10:10

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (9)

Le XVIIe siècle ou le siècle de Louis XIV.

En l'an 1600 : Joyeuse entrée des Archiducs Albert et Isabelle.

En l'an 1606 : une violente tempête détruit totalement la Halle-aux-Draps (bâtiment alors en bois).

En l'an 1607 : les Jésuites déménagent à la rue du Quesnoy, les bâtiments deviendront plus tard l'Athénée Royal.

En l'an 1610 : sous la direction du maître-maçon tournaisien Quentin Ratte, la Halle-aux-Draps est reconstruite, la cour intérieure, réminiscence des cours italiennes, est l'œuvre du Gantois Gérard Spelbault.

En l'an 1612 : construction de la conciergerie qui jouxte la Halle-aux-Draps ainsi que de la maison du Bailliage également sur la Grand-Place.

En l'an 1618 : début de la construction du Mont de Piété par l'architecte bruxellois Wenceslas Coberger, bâtiment toujours existant à la rue des Carmes.

En l'an 1619 : parution de la première "Histoire de Tournai" dont l'auteur est le chanoine Jean Cousin.

En l'an 1620 : fondation du collège des Hibernois ou Irlandais par l'évêque, originaire de Gand, Maximilien Vilain.

En l'an 1621 : l'ordre des Carmes Déchaus (Déchaux) s'établit à Tournai, tout d'abord au "Marché as vaques" (marché aux vaches), nom donné alors à l'actuelle place de Lille et ensuite à la rue des Reyers (des écuyers) devenue par la suite la rue des Carmes.

En l'an 1633 : construction de la "Grange aux dîmes" de l'abbaye de Saint-Martin dans l'actuelle rue des Maux.

En l'an 1653 : fondation de l'hôpital Saint-François, dit de "Montifaut" (orthographié Montifaux par Chotin et Rolland), par François Leclercq, médecin et chanoine à Cambrai, Seigneur de Montifaut. Le 27 mars de cette même année, un maçon sourd et muet, démolissant une maison située le long du cimetière de Saint-Brice découvre un tombeau qui s'avère être celui de Childéric Ier. Le trésor est emmené à Paris et, comme bien d'autres œuvres emportées par les occupants français à différentes époques, ne sera jamais restitué.

(En ce qui concerne la fondation Montifaut, il est à noter que l'historien Hoverlant situe celle-ci en 1652, un synoptique des différents auteurs réserve parfois des surprises comme on le verra encore dans ce qui suit !).

En l'an 1667 : les 20 et 21 juin, prise de la ville par les troupes de Louis XIV (à noter que Chotin situe cet évènement les 20 et 21 juillet). Le 25 : le "Roi Soleil" fait son entrée en ville sous les acclamations de la foule. Par la suite, il fera de nombreux séjours dans la cité des cinq clochers.

En l'an 1667 : début de la construction de la citadelle, suivant le principe de Vauban, sous la supervision de Jean de Mesgrigny. Celle-ci va nécessiter la destruction complète de la paroisse Sainte-Catherine, les travaux vont durer six ans et huit mois pour se terminer au printemps de l'année 1674. Parallèlement, De Mesgrigny va faire procéder au bastionnement de l'enceinte communale, ce travail va durer près de dix-neuf années.En l'an 1670 : début des travaux de rectification des quais de l'Escaut. La largeur du fleuve sera réduite entre 18 et 21 mètres dans sa traversée de Tournai, cela nécessitera la modification de certains ponts mais aussi en la rationalisation des moulins par l'installation d'une seule meunerie à eau à proximité de l'arc des Chauffours (aux environs de l'actuel Luchet d'Antoing). A cette époque, on assiste aussi  à la réédification du quartier du Château.

En l'an 1671 : la reine préside en l'abbaye de Saint-Martin à la première pose de la nouvelle église. Débutent également, en cette année, les travaux de la reconstruction du palais épiscopal par l'évêque Gilbert de Choiseul du Plessy-Praslin

En l'an 1673 : la reine revient en séjour durant deux mois à Tournai accompagnée de la duchesse de Lavallière et de la marquise de Montespan.

En l'an 1675 : naissance à Tournai de Charles-Joseph de Pollichove, Président du Parlement de Flandre à Douai, conseiller ordinaire du roi.

En l'an 1676 : naissance à Tournai de Théobald Michau, peintre flamand, membre de la Guilde de Bruxelles et ensuite de la Guilde d'Anvers. Certaines de ses œuvres sont conservées au Musée des Beaux-Arts de Rennes.

En l'an 1678 : établissement à Tournai d'une "Chambre du Commerce".  

En l'an 1681 : construction de la caserne des Sept-Fontaines à la rue Frinoise. D'autres casernes seront construites un peu partout en ville dont la caserne Saint-Jean.

En l'an 1682 : naissance à Tournai de Ferdinand-Ignace Malotau de Villerode, conseiller provincial, prévôt et chef des magistrats de Valenciennes.

En l'an 1686 : fondation du "Parlement de Tournai", cour souveraine provinciale installée dans le quartier du Château.

En l'an 1688 : fondation du séminaire par l'évêque Gilbert de Choiseul, les bâtiments deviendront par la suite l'hospice des Sœurs de la Charité. En cette année, on dénombre 30.173 habitants dans la cité des cinq clochers.

En l'an 1694 : Tournai ne compte pas moins de cinquante brasseurs brassant "bière cabaretière".

(à suivre)

S.T. août 2015.

10 août
2015

10:53

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (8)

Le XVIe siècle (de l'appartenance française à l'espagnole en passant par l'anglaise).

En l'an 1502 : Tournai est considéré comme "clef et entrée du royaume de France" suivant l'expression de Louis XII qui exhorte le magistrat de fortifier la cité.

En l'an 1505 : fondation de la chapelle de la Tombe par l'archevêque de Cambrai.

En l'an 1513 : en septembre, siège de Tournai par les troupes du roi d'Angleterre Henri VIII et de Maximilien d'Autriche, son allié. Le 25 de ce mois, entrée triomphale d'Henri VIII, il s'installe à la place des Acacias, alors appelée "Monceau", au pied de la cathédrale. Henri VIII fait célébrer des fêtes somptueuses dont un "Grand Tournoi", un évènement qui restera gravé dans la mémoire collective.

En l'an 1515 : construction du château de Saint-Nicolas du Bruille, sur la rive droite de l'Escaut, un château-fort dont la "Tour Henri VIII" est le l'unique vestige.

En l'an 1518 : la garnison s'installe au château sous les ordres d'un gouverneur qui se fait construire un hôtel à proximité de l'église Saint-Nicolas.

En l'an 1519 : fin de la période anglaise et retour de Tournai à la France, désormais sous le règne de François 1er.

En l'an 1521 : en juillet, la ville est investie par le comte de Gave, au nom de Charles-Quint. Celui-ci s'attendait à une grande résistance des Tournaisiens qui possédait l'artillerie la plus puissante mais que pouvait faire une garnison d'un peu plus de 300 soldats aidés de 75 canonniers et d'une milice bourgeoise renforcée par les habitants obligés de défendre une enceinte de plus d'une lieue. Le 16 décembre, le comte de Nassau qui logeait depuis novembre à la Chartreuse de Chercq fait son entrée en ville.

En l'an 1522 : séparée de la France, Tournai constitue les "Etats de Tournai" formés des Consaux de la ville tandis que les "Etats du Tournaisis" sont composés du clergé et de la noblesse de la région.

En l'an 1525 : fondation de l'Université de Tournai sur décision des Consaux. On y organise les trois facultés de théologie, de droit et de médecine.

En l'an 1530 : l'Université de Louvain (Leuven) gagne son procès intenté à l'Université de Tournai dont elle craignait la concurrence. Celle-ci doit fermer ses portes après cinq années d'existence.

En l'an 1531 : le 28 novembre, entrées solennelles de Charles-Quint et de Philippe II à Tournai. L'Empereur organise, en la cathédrale, le 30 novembre, le grand chapitre annuel de la "Toison d'Or". L'Empereur reviendra plusieurs fois à Tournai (en 1540 et en 1549).

En l'an 1532 : fondation du collège Saint-Paul en la rue des Choraux par le chanoine Jean Trouille.

En l'an 1544 : La ville de Tournai est représentée comme étant un "très grand nid d'hérétiques", une majorité de ses habitants a adhéré au calvinisme.

En l'an 1554 : vingt ans après le fondation de l'ordre par Ignace de Loyola, les Jésuites s'installent à Tournai mais ne peuvent endiguer le flot montant de l'hérésie.

En l'an 1559 : Bruges et Ypres se séparent du diocèse de Tournai. La cité scaldéenne était la capitale religieuse du Comté de Flandres depuis l'an 496.

En l'an 1560 : les hérétiques défient les autorités en organisant des processions dans les rues de Tournai durant lesquelles ils chantent des psaumes mis en rimes par Clément Marot.

En l'an 1564 : Philippe II qui a succédé à son père Charles-Quint publie des décrets du Concile de Trente pour combattre l'hérésie, il se heurte à un refus d'application par les Tournaisiens.

En l'an 1566 : durant le mois d'août, les "Iconoclastes" saccagent les édifices religieux, vandalisent, détruisent et brûlent des chartes de grande valeur détenues à la cathédrale.

En l'an 1568 : de nombreux habitants sont bannis de la ville, on relève 68 à Notre-Dame, 38 à Sainte-Marguerite, 78 à Saint-Jacques, 36 à Sainte-Catherine, 45 à Saint-Piat, 10 à Saint-Nicaise, 22 à Saint-Jean. En outre, d'avril à septembre, 23 personnes sont brûlées vives, 33 pendues, 18 décapitées.

En l'an 1569 : 152 Tournaisiens sont exécutés sur la Grand-Place.

En l'an 1581 : Alexandre Farnèse envoyé pour mater la rébellion dans les provinces du Nord fait le siège de Tournai au nom du très catholique roi d'Espagne, Philippe II. Christine de Lallaing, princesse d'Espinoy, galvanise la résistance des Tournaisiens. Le fait qu'elle participe à la bataille à la tête des défenseurs de Tournai et y soit blessée relève pour une grande partie de la légende. La ville capitule le 30 novembre. le 1er décembre, entrée du prince de Parme, au nom de Philippe II. Christine de Lallaing est exilée comme de nombreux protestants.

En l'an 1584 : les villes de Gand, Bruges ainsi que le "Franc de Bruges" viennent se réconcilier à Tournai en présence du prince de Parme.

En l'an 1586 : une fois encore, la peste frappe Tournai et y fait de nombreuses victimes.

En l'an 1594 : fondation d'un hospice pour 6 invalides à la rue Barre Saint-Brice par Pierre Cazier et sa femme.

En l'an 1595 : les locaux de la rue des Jésuites sont reconstruits à destination de résidence et de collège d'Humanités par les disciples de Saint-Ignace de Loyola.

En l'an 1597 : fondation d'un hôpital au Rhoduy (réduit) des Dominicains.

En l'n 1598 : fondation de deux écoles dominicales à Saint-Pierre par Mademoiselle Jacqueline D. (Desruelles).  

(à suivre)

S.T. août 2015 

 

07 août
2015

15:53

Tournai : expressions tournaisiennes (322)

Les babénaches d'Albert (*).

Verdi, dins l'poussière du parking d'eine grande surface d'Froyennes, j'ai rincontré l'pétit Albert, ein heomme que j'n'aveos pus vu d'puis lommint, ein bonheomme que d'puis no jeonessse, on a toudis surneommé inter nous "Albert Tonneu". Pasqu'on peut dire que li, ch'est ein Tournisien vrai de vrai, i-est toudis in train d'berteonner. I-ramache du matin au soir et malhureus'mint i-n'a pos toudis tort. Ch'est bin connu, ein beon Tournisien quançqu'i-arrête d'râler, ch'est qu'i-est mort.

Cha n'a pos râté, à peine l'temps d'faire eine salutatieon et i-a bin vite qu'minché à faire honneur à s'réputatieon.

"Ravise ichi, comarate, l'dallache, on est tout guéaune quand on rinte dins l'magasin de l'rache qu'i-a de l'poussière ave les travéaux su l'parking".

J'ai bin été obligé d'li deonner raiseon, comme on a raboté l'revêt'mint et comme i-feaut faire l'tour complet du parking pou trouver eine malhureusse plache, les auteos et les bus i-souliève'tent bramint d'poussière. Ch'est à l'aveule qu'on avinche ave no carrette pou intrer dins l'temple de l'consommatieon, récompinse suprême d'nos err'mints dins les deviatieons (cha, ch'est eine belle imache, tins, j'vas la warder).

Au moumint d'mette mes commissieons su l'tapis roulant, l'caissière elle m'a dit ave ein clin d'ouel :

"On veot l'différince, savez, les gins i-veont sans doute vir ailleurs et pétête qu'i-n'orviendreont pus quand tout s'ra fini, in puque, ch'est pos gai, la mitan des clients elle-est toudis in train d'berdéler". Pou nous amidouler, on a orchu deux paquets... d'oués in chucolat datant des dernières fiêtes de Pâques ! (du moinse, j'espère bin que ch'est de l'dernière).

Ch'est vrai qui n'aveot pos beauqueop d'meonte pou ein verdi au matin et on aveot été obligé d' mette l'voiture à deux chints mètes de l'intrée.

Albert i-aveot raiseon, éné, i-aveot là d'quoi berteonner.

Et Albert i-a continué s'litanie.

"L'sémaine qui vient, cha n'va pos ête mieux pou traverser l'ville in auteo. On va impêcher l'circulatieon au Peont d'Fier pindant quinze jours et on n'pourra même pos printe l'peont qui s'liève (i-parleot du peont Noter-Dame) pasque l'quai près de l'rue Royale, Ores i-va l'ouvère et l'peont i-va rester pindant près d'ein meos in l'air (je l'sais que j'li ai dit, i-a pus d'eine sémaine que su m'blog j'l'ai écrit). Tertous i-va devoir passer pa l'rue des Campeaux, neon mais... te t'rinds queompte du tabléeau. Mo Dieu, j'plains sincèr'mint les gins qui ont là-vas leu maseon, i-veont in vir des auteos et i-veont in intinte des queops d'klaxeons. Te n'vas quand même pos m'dire qu'i-falleot faire cha in même temps que j'me sus dit, pou l'coordinatieon in Belgique on a des espécialisses, des ingénieurs es fourbi".

Là neon pus, je n'pouveos pos li deonner tort, i-aveot l'dreot d'berteonner et de l'dire bin fort.

Et Albert i-a continué, on n'saveot pus l'arrêter :

"Cha n'va pos mieux ailleurs, sais-te, ave m'feimme, on a été au Luxembourg. On a mis deux heures d'puque pou faire l'trajet. I-aveot des travéaux à Mons, i-feont ein peont, i-in aveot à La Louvière, là-vas, i-orfeont l'peont. Après on a basculé pindant siept kilomètes su l'eaute bande à hauteur d'Charleroi, là-vas, i-orfeont l'route. Ch'est là que j'ai eu l'pépette de m'vie, j'rouleos à sieptante à l'heure comme ch'est indiqué su les pannéaux et j'aveos ein greos camieon étringer qui, à m'pare-choc, m'colleot. J'prieos Saint-Christophe de n'pos devoir freiner pasqu'i-m'areot défonché. Inter Wellin et Custinne, su l'autoroute des Ardennes, cha a orcomminché, i-aveotacore ein chantier. Acore hureux qu'au momint d'orvenir, j'déquindeos à Froyennes, sineon j'areos dû aussi m'taper l'chantier inter Marquain et Lamain, dis hardimint, si on vouleot nous imbêter on n'f'reot pos autermint".

I-aveot acore eine raiseon d'berteonner.

Et, bin seûr, cha n'a pos raté, i-a parlé des d'mindeus d'asile que no gouvernemint i-vouleot mette à l'gaserne Saint-Jean.

"On dit que les gins seont racistes, je n'creos pos, j'ai des amisses étringers et j'm'intinds bin avec eusses mais on va finir pa nous radicaliser tertous si on continue ainsin à imposer tout et n'importe quoi aux gins. On nous dit qu'i-feaut ête solidaire, que ch'est eine actieon humanitaire. J'sus bin d'accord mais ave tous ces gins quoisqu'on va faire. J'veos bin qu'on n'in met pos à Jodoigne et dins l'Brabant Walleon, l'père Michel i-n'in veut pos à l'porte de s'maseon. I-paraît qu'on va avoir siept chints migrants ormisés dins les grands bâtimints du quartier Saint-Jean. Admetteons qu'on trouèfe pou eusses des solutieons, cha, cha m'étonnereot fort pasque m'pétit garcheon i-a fait des études et cha fait deux ans qu'i-est au chômache, deux ans tout plein qui cache après d'l'ouvrache. Au Forem, on li dit qui n'a pos d'traval, que ch'est l'crisse, qu'attinte ainsin après tout ch'est normal, qu'i-feaut aller s'plainte aux minisses. Beon, admetteons quand même mais... quanç'qu'on sait qu'i-a d'jà pus d'deux chints vingt mille exilés qui seont arrivés in eine demi ainnée, combin i-veont ête in décimpe et dusqu'on va mette tout cha ? Cha fait des meos que l'Europe discute, mais quoisqu'elle a trouvé comme solutieon, à part parquer les gins dins la promiscuité (Albert, quanç'qu'i-veut faire ein effort, i-a eine belle parlemintature). Nos députés européens, ch'est des rois de la palabre (ch'est ainsin qu'on appelle les discutieons qu'on fait pa d'zous ein arpe in Afrique) mais i-seont bin pus forts pou s'impoigner su l'diminsieon d'l'ouverture d'eine planque de water, su l'circonférince des peommes et des poires ou acore su l'épaisseur minimale du papier toilette pou éviter que les deogts passe'tent toutoute, i-seont bin pus fort, j'diseos, pou tout cha que pou mette fin à cet exode de la honte, que pou s'in printe aux passeus qui s'feont des liards su l'deos d'malhureux ou pou cacher s'i-na pos dins l'tas des gins qui pourreot'ent ein jour nous faire vir l'diape. In attindant, tous les gins du quartier i-seont infouterfés".

J'comprinds qu'Albert berteonne et qui busie avant tout cosse à trouver eine plache pou s'garcheon.

Après l'avoir quitté, ave m'feimme, on a mis les sas à commissieons dins l'coffre et on est parti vers l'rue de l'Borgnette. Arrivé au carrefour près du peont du qu'min d'fier, ein greos camieon luxembourgeois m'a tout bell'mint orfusé l'priorité d'droite. J'ai été obligé d'freiner comme ein malate et l'conducteur qui m'suiveot i-a failli m'rintrer d'dins. Comme si cha n'suffiseot pos, l'rourtier i-m'a fait eine deogt d'honneur et, chint mètes pus leon, près de l'pizzéria, i-a tout simplemint brûler l'feu rouche. Et dire que dins l'temps, on diseot que les routiers éteot'ent sympas. I-est bin leon c'temps-là !

J'éteos débalté, alors, m'feimme elle m'a orwettié et elle m'a dit :

"Neon, te vas t'mette ti aussi à berteonner ?".

* tout orsannance avec eine perseonne que j'conneos est bin seûr l'fait du pus grand des hasards.

(lexique : les babénaches : les bavardages / verdi : vendredi / lommint : longtemps / l'jeonesse : la jeunesse / toudis : toujours / inter : entre / pasque : parce que / berteonner : bougonner, râler / ramacher : grommeler seul / quanç'que : quand / qu'mincher : commencer / ravise : regarde / comarate : camarade / l'dallache : le désordre / guéaune : jaune / de l'rache : tellement , (le mot rache désigne la rage) / l'plache : la place / bramint : beaucoup / ch'est à l'aveule : c'est à l'aveugle, sans presque de visibilité / avincher : avancer / eine carrette : une charrette / eine imache : une image / warder : garder / au moumint : au moment / l'ouel : l'œil / vir : voir / pétête : peut-être / in puque : de plus / la mitan : la moitié / berdéler : manifester son mécontentement en rouspétant / amidouler : amadouer / orchu : reçu / des oués : des œufs / du chucolat : du chocolat / des fiêtes : des fêtes / du moinse : du moins / beauqueop : beaucoup / l'meonte : le monde / deux chints mètes : deux cents mètres / éné : n'est-ce pas / l'peont d'fier : le pont de fer / printe : prendre / ouvère : ouvrir / tertous : tous / te t'rinds queompte : tu te rends compte, tu es concient / des queops : des coups / des espécialisses : des spécialistes / du fourbi : du désordre / orfaire : refaire / avoir l'pépette : avoir peur / défoncher : défoncer / orcommincher : recommencer / déquinte : descendre / imbêter : embêter, ennuyer / autermint : autrement / bin seûr : bien sûr / l'gaserne : la caserne / des amisses : des amis / eusses : eux / l'maseon : la maison / ormiser : remiser / truèfe : trouve / l'chômache : le chômage / l'ouvrache : l'ouvrage / beon : bon / décimpe : décembre / dusque : où / des meos : des mois / quoisque : qu'est-ce que / l'parlemintature ou bin acore l'lanque du diminche : un langage châtié / pa d'zous : en dessous / ein arpe : un arbre / s'impoigner : s'empoigner / l'planque : la planche / les deogts passe'tent toutoute : les doigts passent au travers / l'diape : le diable / ête infouterfé : être en émoi / busier : penser / eine cosse : une chose /  l'sa à commissieons : le sac à commissions /  l'qu'min d''fier : le chemin de fer / bell'mint : bellement / orfuser : refuser / ein malate : un malade / pus leon : plus loin / rouche : rouge / ête débalté : être exaspéré / orwettier : regarder / eine orsannance : une ressemblance).

S.T. août 2015

15:53 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |