26 août
2015

Tournai : les chantiers, pas de panique !

La fin des uns, le début d'autres.

Depuis notre dernier rendez-vous concernant les chantiers qui fleurissent un peu partout en ville, certains ont pris fin et d'autres ont ou vont démarrer.

Avenue de Maire.

L'allée latérale menant de la chaussée du Pont Royal (anciennement mieux connue par les Tournaisiens sous le nom de chaussée de Roubaix) et la rue de Lannoy vient d'être rénovée. Elle est avant tout réservée à une circulation locale qui doit la partager avec les cyclistes.

Quai des Vicinaux.

Ce quai emprunté, surtout aux heures de pointe, par les automobilistes qui viennent ou se rendent à Kain a été réaménagé, une partie délimitée par un marquage au sol est réservée aux cyclistes et, à intervalles réguliers, des "coussins berlinois" ont été placés afin de réduire la vitesse des usagers qui oublient trop souvent que ce quai (tout comme celui qui lui fait face sur la rive gauche) est toujours situé en agglomération et, de ce fait, limité à 50 km/heure.

Vitesse limitée en ville.

A propos de limitation de vitesse, beaucoup d'automobilistes tournaisiens et étrangers risquent d'être drôlement surpris à partir du 1er septembre (notamment les étudiants qui ont pris l'habitude de "koter" en ville et qui, jusqu'alors, oubliaient même systématiquement d'alimenter les tirelires pour le stationnement payant). Des ouvriers s'activent actuellement à créer une bande d'asphalte transversale de couleur rouge à chaque entrée de la ville, elle informe les usagers que, dorénavant, la vitesse est limitée à 30 km/h dans toutes les rues de la cité. Les habituels "grisés de vitesse" qui ne respectent déjà pas la limitation à 50km/h devraient avoir de mauvaises surprises s'ils n'adaptent pas leur comportement à cette nouvelle obligation. De plus, dans l'hyper-centre, la partie appelée le "quartier cathédral", des panneaux ont été apposés, il y a quelques temps déjà, et traduisent la présence d'un espace partagé où la limitation de vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h. Il faudra bien un jour expliquer cela aux chauffeurs des camionnettes de livraisons express qui les empruntent parfois à "fond la caisse".  

La rue du Marché au Jambon.

Elle relie la rue de la Tête d'Argent à la rue de Courtrai. Sa rénovation se termine, il faudra encore attendre une ou deux semaines avant de pouvoir l'emprunter. Rue à sens unique, on ne connait pas encore celui qui sera privilégié, probablement reviendra-t-on à la situation antérieure aux travaux.

La rue de l'Arbalète.

Sa rénovation se termine également. Il a fallu renforcer le bas-côté qui longe le terrain excavé de l'ancien cinéma Imagix (ex-ciné Multiscope Palace). Il n'y a pas d'information nouvelle en ce qui concerne les chancres que représentent ce terrain ainsi que les anciens bâtiments du journal le "Courrier de l'Escaut". Allons-nous voir éclater au grand jour des différends opposant les promoteurs et les administrations chargées d'accorder les permis ou bien la crise actuelle a-t-elle eu tout simplement raison du dynamisme affiché naguère par les constructeurs ?

La rue du Curé Notre-Dame.

Ce chaînon manquant de l'importante rénovation du quartier cathédral va faire l'objet d'une rénovation à partir, nous dit-on, du 1er septembre. Sa longueur d'environ deux cents mètres (distance qui sépare la rue du Four Chapitre de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la place Paul Emile Janson) ne devrait pas nécessiter un délai de réalisation trop important. On espère que le tout sera fini pour les fêtes de fin d'année et que le quartier retrouvera le dynamisme qui était le sien, avant que ne débute ce chaos, héritage d'une ancienne administration communale qui a littéralement "minéralisé" le centre de la cité, sacrifiant les derniers espaces verts qui ne manquaient pas de charme au pied de notre cathédrale. Nous ne tancerons jamais assez les responsables de la précédente mandature pour leur vision réductrice et minérale du paysage tournaisien !

Le quartier Saint-Pierre.

La rénovation de celui-ci est menée tambour battant. Les rues du Chevet Saint-Pierre et Poissonnière ainsi que la ruelle d'Ennetières ont été terminées avant les congés. La rue de la Lanterne va bientôt être ouverte à la circulation. Constatons au passage que, face à l'Hôtel Cathédral jadis très prisé par les touristes anglais, on a procédé à la confection de faux pavés en imprimant, en profondeur, une imitation de leur structure dans le béton, procédé déjà utilisé par le TEC pour ses voies de circulation réservées au bus ainsi que pour leurs arrêts. Le chantier de  la place Saint-Pierre va débuter la semaine prochaine avec pratiquement trois semaines d'avance sur le planning. Avec une météo toujours aussi favorable, on peut espérer le voir terminé pour la Toussaint.

Le parvis du beffroi.

La pose des impétrants terminée, de lourds engins excavent les lieux, spectacle désolant en pleine saison touristique et slalom obligé pour les visiteurs du symbole de nos libertés locales. Il faudra encore patienter quelques semaines.

Le pont de Fer.

Le chantier de réfection de la rampe empruntée par les automobilistes venant de la rue du Château n'a pas traîné, il s'est terminé avec une semaine d'avance sur le planning. Asphalté, il fait oublier ce déplacement chaotique auquel les conducteurs devaient faire face depuis des années.

Le quai Saint-Brice.  

Depuis deux semaines, la pose des impétrants par la firme Ores est en cours. Celle-ci nécessite la fermeture du quai Saint-Brice à la circulation ainsi que l'interdiction d'emprunter le pont Notre-Dame.

La rue des Sports.

Rien n'a évolué depuis notre dernier article, la couche de finition n'as toujours pas été posée mais la voirie a été ouverte à la circulation locale.

 Les travaux ont parfois des effets qui peuvent s'avérer dramatiques.

Le chantier de rénovation en profondeur de l'autoroute entre Kain et Lamain est parfois à l'origine de faits qui prouvent qu'un automobiliste peut perdre la tête dès que son itinéraire habituel est bouleversé. Ainsi ce mercredi, vers 12h30, nous avons été témoins que deux automobilistes, à quelques minutes d'intervalle, ont emprunté en sens inverse la descente d'autoroute réservée aux usagers venant de Bruxelles ou de Mons qui veulent rejoindre la chaussée de Courtrai. Le revêtement des montées et descentes d'autoroute a été rabotés et celles-ci sont actuellement interdites à la circulation, toutefois deux automobilistes sont passés entre les piquets au risque d'arriver à contre-sens sur l'autoroute ! On peut être rassuré, ils ont été contraints de faire demi-tour.

Mardi après-midi, dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, un automobiliste venant du quai Notre-Dame, perturbé par le fait que le franchissement du pont levant est actuellement interdit en raison du chantier de la rue Royale et du quai Saint-Brice, a emprunté le sens interdit m'arrivant ainsi de face. Par un appel de phares et un geste amical de la main, je l'ai informé qu'il était en sens interdit. Enervé, il a reculé dans les bornes amovibles régissant l'accès à la placette du Bas-Quartier, en déboîtant une, et a filé sans demander son reste.

Dimanche, on a vu des automobilistes slalomer entre les barrières de fermeture de la rue Royale pour franchir le pont levant pourtant interdit à la circulation. Ils étaient probablement perdus parce que, depuis toujours, c'est par là qu'ils passent et ils n'ont sans doute pas la capacité d'intégrer une voie de déviation ou refusent toute interdiction.

Profitant de l'ouverture aménagée à la rue de Paris pour le passage des camions se rendant sur le chantier du parvis du beffroi, les piétons sont fréquemment confrontés à l'un ou l'autre véhicule descendant jusqu'à la place Paul Emile Janson et, se trouvant face à l'impossibilité d'aller plus loin, remontant le rue des Chapeliers !

Dans pareilles circonstances, il est important de garder son calme !

S.T. août 2015.

16:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, panique |

Les commentaires sont fermés.