22 août
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (324)

L'ortour d'Edmeond et Fifinne.

Alleluia, alleluia, eine beonne nouvelle pou tous leus fans, i-seont infin orvenus après ein meos passé à la Panne. Vous n'avez pos compris, j'le veos à vo mine, qui ch'est qui est orvenu ? Bé... Edmeond et Fifinne. Vous ne l'avez pétête pos ormarqué pasque l'temps, comme i-f'seot bieau, i-a vite passé mais cha fait pus d'ein meos que je n'vous ai pus deonné des nouvelles de nos habitants de l'rue Montifeaut.

Ch'est pos l'peine de d'minder si i-ont eu du bieau temps, i-suffit d'les vir, aussi bruns qu'des speculoos, presque aussi noirs que des fouans ! Comme Edmeond i-acateot l'gazette tous les matins, i-éteot au courant de quoisqu'i-s'a passé d'sous l'ciel tournisien :

"Fifinne et mi, on a presque attrapé l'drisse in déquindant du train in veyant deux agints d'ville venir à not'rinconte in nous orwettiant in coin, on s'a dit qu'ave l'couleur de no pieau bin bazanée, ch'est seûrmint à la gaserne Saint-Jean qu'i-z-alleot'ent nous transférer".

"Escusez nous d'vous d'minder pardon, on vous a orconnus tout dreot, vous êtes bin les gins qui habitent au fin feond de l'rue Montifeaut".

"Ahais... (ouf, i-save'tent qu'on est tournisien, j'sus d'jà à mitan rasseuré) mais dites-me pourquoi qu'à peine on est arrivé vous nous ratindez ?".

"Ch'est pou vous anneoncher que, comme pindant vo n'absence i-a eu des cambriolaches, on va vous accompagner pasque vo maseon, ch'est l'seule qu'on n'a pos contrôlée dins l'ruache".

A ces meots, Fifinne elle est dev'nue toute blanque, l'babielleuse pou eine feos, elle aveot perdue s'lanque, elle tranneot comme ein arpe à preones et ch'est à peine si elle n'a pos fait à s'mareonne.

I-seont meontés dins l'camionnette comme des ceusses qui s'in veont à l'priseon et, in moinse de temps qu'i-n'feaut pou l'dire, i-seont arrivés pa d'vant l'porte de leu maseon.

"I-a eine perseonne qui v'neot ouvère vos battantes et printe vo courrier ?" qui a d'mindé à Fifinne, l'orprésintant d'la loi in sortant s'pétit carnet.

"Neon, neon, ichi, dins no coin, ch'est tertous des péqueux, vous n'pouvez pos l'imaginer, et je n'veux pos qui vienne'tent faire l'inventaire de m'meublier pou après aller, chez les visins, nous démépriser. " Vous devriez voir ma chère comme ils ont des vielles affaires". Savez, i-a ichi à côté deux ou treos badoulettes qu'on peut dire d'eusses que ch'est eine vraie binde d'clapettes. Pou l'courrier, comme vous l'veyez, l'boîte à lettes elle est toute pleine, l'treop-plein, elle est même in train de démaquer, bin qu'on aveot mis d'zeur : "pos d'publicité". On a probablemint orsaqué l'papier, tout cha pou nous faire bisquer".

"Bah, je n'pinse pos. Cha, ch'est seûrmint l'orache, vous n'avez pos su ce qui a ichi cait comme drache, in attindant tout cha nous a nous deonné bin d'l'ouvrache, hein Mimile (ch'est l'neom d'l'eaute policier), à l'drève de Maire et à l'chaussée d'Lille dusque les gins i-s'seont foutus in rache".

"I-feaut les comprinte, l'velle on aveot fait ein grand débouchache mais l'pluèfe elle éteot tell'mint forte qu'elle a fait saut'ler les plaques d'égouttache et, in chinq minutes, bé tins, cha a été ein riche dégueulache".

"Orveneons à nos mouteons, on n'a pos qu'cha à faire, vo porte elle n'a pos été forchée. A l'vir, i-d'a pos l'air ! Adeon, si ch'est pos pa'd'vant qui sereot'ent passés, on va toudis aller vir pa d'rière, des feos qu'i-areot eine séquoi d'cassé".

Ayant orchu les mêmes cours que s'tchien policier, l'Sherlock Holmes tournisien i-a tout orwettié.

"Su l'pélouse, l'leong d'l'héyure, i-a pos eine trace d'dins et on n'veot pos qu'on a marché dins vo gardin, i-n'a pos d'marque de pas su l'quémin mais pourtant l'porte de vo véranda elle est ouvère ein crin ?".

Edmeond i-a tout d'suite dit :

"Ch'est pos grafe, ch'est mi qui n'l'a pos serrée, ch'est pou deonner ein p'tit peu d'air, ch'est pos l'prumière feos que cha s'a passé, pou cha, i-n'feaut surtout pos vous in faire".

"Et vous, vous trouvez cha tout naturel, ch'est d'l'incitatieon au vol que cha s'appelle, on pourreot presque dire que vous êtes complice. In attindant, vo n'alarme elle a été misse ?".

"Neon, neon, pou cha, Fifinne elle me suffit, ch'est l'meilleu système d'alarme et i-est gratuit. Quanç'qu'elle berle on l'intind dins tout l'quartier, i-n'feaut pos qu'ein agripeu cait su elle nez-à-nez, elle li fout d'abord eine belle marnioufe et si elle nettie ein beon queop d'brouche (l'luméreo, elle l'a d'jà assez répété su mi) et puis si i-n'a pos 'cor détalé, elle se met alors à l'arlocher. L'heomme i-sint tell'mint s'coeur balbuter qui s'met à queurir comme in dératé".

L'policier et s'collègue se seont ravisés et i-ont bin ri :

"Allez quand même vir si on n'vous à rien pris ?"

Fifinne elle est allée cacher après ses pinderleots (ave bramint d'pinderloques) et s'n'argint et Edmeond,li, i-a été queompter ses boutelles d'goutte, d'bière et d'vin. J'vous veos d'jà vous moquer, chacun i-a ses priorités.

"Tout i-est là, bin seûr, à prumière vue !" qui ont dit quanç'qu'i-seont orvenus.

"On va vous laicher" qui z'ont dit les agints, su l'planque on a acore bin du pain. On nous a signalé ein vol d'GSM à l'plache Crombez, ch'est presque tous les jours qu'on deot y aller.

Quand l'porte elle a été serrée, Edmeond i-a dit :

" Les gins i-feont tout pou tinter l'diape, i-n'seont pos très prudints".

Fifinne elle l'a ravisé et ses is li ont moutré l'directieon du gardin. In s'rapp'lant qu'i-n'aveot pos serré l'porte, l'paufe Edmeond i-a eu l'gueule morte, comme on dit pou ein tchien, elle veneot d'li mette s'nez dins s'brin.

Quançqu'i-ont eu fini d'raqueonter leus bernettes d'annochints, j'ai busié à l'histoire qui est ein jour arrivé din ein grand magasin. Eine feimme a pris s'mobile et elle a app'lé s'n'amisse Odile .

"Te n'sareos jamais adveiné quoisque j'viens dvir ichi pa d'vant mi "

"Dusque t'es d'abord, t'es à t'maseon ou bin t'es acore partie ?".

"Ah neon, à m'maseon j'appelle su m'poste fixe, ichi j'sus m'mobile, te deos l'vir au préfixe? Ch'est pos tous cha, j'viens d'vir l'heomme d'Amélie ave eine file bin pus jeone que li. Eine sorte d'pétite rousselette ave des brins d'judas et des neunettes. In tous cas, elle a l'air d'eine fameusse safriquette et si j'ai bin intindu, i-l'a même app'lé Babette !".

"Babette, mo bé... ch'est leu nièche d'Arlon, elle est v'nue in vacance à leu maseon".

Et ch'est ainsin qu'in rue, dins les restaurants ou dins les magasins, on sort, sans arrêt, l'gsm, le smartphone ou bin l'tablette pou rien. Si l'feimme aveot attindu l'soir pou raqueonter à s'namisse l'histoire, mi j'vous l'dit, elle areot fait d'fameusses écolomies.

"Te n'sais pos dusqu'on est, bé, ave m'heomme, on est asteur au restaurant et j'ai queusi d'minger des tripes à la mode de Caen". Ov'là acore eine feos ein détal qui est important, j'sus seûr que l'correspondant i-n'sareot pos faire sans ! Et l'eaute feimme qui appelle à l'usine de s'n'heomme d'puis chez l'épicière in li disant : "les penn'tierres à deux eureos du kileos te n'pinses pos que ch'est ein peu treop tchier, l'sémaine qui vient pou orchevoir les amisse, ave l'poulet à l'oranche on f'ra du risse !". Au resto, on veot les infants jeuer ave les écrans et on intind les SMS invéyés pas les grands. In arrivant ave les plats dins ses mains, l'serveur i-s'escus'reot presque du déring'mint. J'ai presqu'invie de leu dire :

"Vous êtes venus minger dins ein restaurant gastronomique ou bin vous cachiez après eine cabine téléphonique". ".

Edmeond et Fifinne i-seont orvenus, me gins, vous pouvez ête bénaisses, infin, pou m'n'artique j'vas acore avoir des cacoules à mette d'dins !  

(lexique : l'ortour : le retour / orvenus : revenus / l'meos : le mois / pétête : peut-être /  ormarqué  : remarqué / pasque : parce que / i-f'seot : il faisait / vir : voir / des fouans : des taupes, on dit noir comme des fouans : dans le texte désigne un aspect sale dû à la noirceur de la peau / acater : acheter / quoisque : qu'est-ce que / déquinte : descendre / orwettier : regarder / l'gaserne : la caserne / orconnus : reconnus / à mitan : à moitié / rasseurer : rassurer / ratinte : attendre une personne avec l'intention de lui tendre une embuscade / anneoncher : annoncer / l'ruache : utiliser populairement désigne le quartier / blanque : blanche / l'babielleuse : la bavarde / l'lanque : la langue / tranner : trembler / ein arpe à preone : littéralement un arbre à prunes, un prunier / l'mareonne : la culotte, le pantalon / les ceusses : ceux / in moinse : en moins / pa d'vant : devant / ouvère : ouvrir / les battantes : volets sous forme de panneaux de bois qu'on devait fermer de l'extérieur / ichi : ici / tertous : tous / des péqueux : ici utilisé dans le sens de curieux / l'meublier : le mobilier / les visins : les voisins / démépriser : critiquer, dire du mal... / des badoulettes : des femmes qui ont de l'embonpoint / des clapettes : des commères (avoir eine beonne clapette, c'est avoir une bonne langue) / démaquer : vomir / d'zeur : dessus / orsaquer : retirer / bisquer : enrager / l'orache : l'orage / caire : tomber / l'drache : forte averse / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / in rache : en rage, en colère / l'velle : la veille / l'débouchache : le débouchage / saut'ler : sauter / l'égouttache : l'égouttage / ein riche dégueulache : état de saleté / orveneons : revenons / forcher : forcer / adeon : donc /  pa d'rière : derrière / eine séquoi : quelque chose / orchu : reçu / l'tchien : le chien / l'leong d'l'héyure : le long de la haie / l'gardin : le jardin / l'quémin : le chemin / laisser ein crin ouvère : ne pas fermer la porte complètement, laisser un interstice / grafe : grave / l'prumière feos : la première fois / quanç'que : lorsque / berler : crier / ein agripeu : un voleur / eine marnioufe : une gifle bine appuyée / nettier : nettoyer / ein beon queop d'brouche ; un bon coup de brosse / l'luméreo : le numéro / arlocher : secouer / balbuter : palpiter / queurir : courir / les pinderleots : objets pendants, le mot s'utilise pour les bijoux / bramint : beaucoup / les pinderloques : pendentifs de pacotille / queompter : compter / bin seûr : bien sûr / laicher : laisser / l'planque : la planche / serrer : fermer / l'diape : le diable / moutrer : montrer / avoir l'gueule morte : ne plus savoir quoi dire / ein brin d'tchien : une déjection canine / raqueonter : raconter / les bernettes : les niaiseries, les balivernes / les annochints : les innocents / busier : penser / adveiner : deviner / dusque : où / jeone : jeune / des brins d'judas : des taches de rousseur / des neunettes : des lunettes /  eine safriquette : une jeune fille délurée, éveillée / des écolomies : des économies / asteur : maintenant / queusir : choisir : ov'là : voilà / les penn'tierres : les pommes de terre / tchier : cher /orchevoir : recevoir / l'risse : le riz / jeuer : jouer / cacher : chercher :/ bénaisses : contents / l'artique : l'article / les cacoules : des mensonges, des histoires à dormir debout)

S.T. août 2015.

10:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.