15 août
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (323)

L'gazette.

D'puis près d'chinquante ainnées, jusse avant d'printe m'déjeuner, j'vas, tous les jours, à l'boîte à lettes pou querre l'ceulle que j'attinds : m'pétite gazette.

Malhureus'mint, je n'deos pos l'ouvère pou adveiner les infos que j'vas y découvère. Quanç'que t'as li la "une" de l'gazette, bé... t'as d'jà l'moral à mitan dins tes cauchettes. Les guerres, les attintats, les accidints, les catastrophes, les manifestatieons, les déraill'mints d'train, les aurmintatieons des tasques, les meurtres, les berdouillaches d'no gouvernemint, ch'est à peu près tout qu'on truèfe là-d'dins.

I-a des gins qui m'ont dit des meots qui, dins m'tiête, seont acore toudis : "Te t'rinds queompte, l'amisse, i-a septante ans que l'guerre elle est finie". Quoisque te dis, l'guerre elle est finie ? I-a eu l'Corée, l'Vietnam, l'Congo, l'Algérie, l'Afghanistan, l'Moyen-Orient et asteur l'Ukraine et l'Syrie et, malgré tout cha, t'oses dire que l'guerre elle est finie ! I-a pétête ein point que t'as raiseon, l'guerre elle n'est pus à l'porte de t'maseon ! Mi, j'peux faire l'queompte de tous les jeones qui à l'guerre seont morts, ch'est l'gazette tous les matins qui m'in fait l'rapport !

I-a ein jour pus qu'eine eaute que j'ai l'pépette d'ouvère l'gazette, ch'est l'lindi, pasque pindant l'week-end, su les routes, ch'est, à chaque feos, eine véritape tuerie. J'ai l'raminvrance d'mes lointaines ainnées d'jeonesse, quanç'qu'orveneot l'saim'di, on éteot tout bénaisse. A c'temps-là, au bal ou bin au cinéma, on alleot à pied, on n'aveot pos b'soin d'auteos pou bin s'amuser. On alleot acouter les Polaris, les Aigle Stars ou bin Rock Crosy, i-n'nous in falleot pos beauqueop puque pou avoir du lari. On buveot rar'mint comme des treos et on saveot acore erdaller tout dreot.¨Pou ête hureux, on n'aveot pos b'soin d'cannabis, mais pou l'amus'mint on éteot des artisses. Pos facil'mint, les parints i-donneot'ent l'permissieon d'minuit mais si te rintreos pus tard, te saveos que pou l'week-end suivant ch'éteot cuit. Asteur... bé ch'est d'jà l'verdi au soir qu'aux parints (qui n'ose'tent pus rien dire) on lanche un à r'voir et les paufes vieux, comme on les appelle, i-prient pindant tout l'week-end pou qu'on n'vient pos leu anneoncher eine mauvaisse nouvelle. Mi j'peux faire l'queompte de tous les jeones qui su les routes seont morts, ch'est l'gazette du lindi qui m'in fait l'rapport !

Ceulle sémaine, eine informatieon m'a fait caire de m'cayère, on parleot du prix payé pa les parints pour eine ainnée à l'école primaire. Nuef chint trinte-nuef eureos, vous avez bin li, pou mi les gins seont seots. Vous vous rindez queompte, nuef chint trinte-nuef eureos, cha fait trinte-huit mille francs d'avant au bas meot. Bin seûr, asteur, on est dins eine société d'consommatieon, mi, j'appelle puteôt cha ein système d'esploitatieon. Quand j'alleos à l'école communale, m'mamère acateot des cosses tout à fait normales : ein cartape in cuir mais sans l'tiète de Donald. M'compas i-m'a servi pindant douze ainnées, j'l'ai acore su m'tape et i-n'est pos cassé et m'trousse, j'l'ai cangée l'jour de l'intrée à l'Athénée. M'porte-pleime, i-éteot bin ein p'tit peu machoté, cha n'm'a pos impêché d'faire toutes mes dictées. M'mamère, elle aveot orcouvert tous mes cahiers, et i-paraisseot'ent toudis aussi nués à l'fin d'l'ainnée. J'veux bin que tout i-a aurminté mais j'pinse qu'on forche aussi aux gins à garchenner. Tout à fait inter nous, dites me si l'infant i-ara pus d'maturité pasqu'i-a l'Reine des Neiches su l'couverture de s'cahier ? L'prumière cosse qu'on d'vreot réapprinte aux gins, ch'est tout simplemint d'avoir ein peu pus d'soin.

Pindant toute eine leonque ainnée, te busies ave impatience au meos d'juillet, après tout les vacances ch'est fait pou s'orposer, l'heomme i-n'est pos fait pou toudis ouvrer (i-d'a bramint asteur dins no ville que de ceulle phrase i-ont fait leur évangile)! A l'fin de t'dernière journée d'traval comminche d'jà eine riche bacchanale. T'es seûr et certain d'avoir bin tout préparé mais te t'rinds queompte que te n'as pos fait l'plein jusse avant d'démarrer. T'as à peine quitté Tournai que t'es d'jà arrêter pa l'prumier chantier. J'voudreos bin printe t'tinsieon quanç'que t'arrives à destinatieon ! A l'ortour à t'maseon, t'es pos à printe ave des pinchettes surtout si j'te dis : "vingt milliards, t'as vu les imbouteillaches qu'on moute dins l'gazette". Dins l'temps mi ch'éteot à La Panne que j'alleos et ch'est l'bus Georges d'Péronnes qui m'y conduiseot. Pos d'imbroule et pos d'tracas, in ein peu pus d'deux heures t'éteos là-vas. Au momint qu'à causse des files te t'mets acore in rache mi j'éteos d'jà su l'plache à chucher eine glache. Pindant que te raviseos les leonques files d'carrettes mi j'éteos in train, fin tranquille, d'lire m'gazette.

Comme vous l'veyez, mi, j'sus ein drogué, je n'sais pos faire sans mes doses d'actualité, m'feimme elle me dit même que ch'est eine forme de l'curiosité, qu'on f'reot mieux de n'pus ête abonné, de n'pus acouter Vivacité, ni même orwettier l'journal télévisé. J'li ai dit : "Mamour, on n'peut même pus raviser No Télé ?" elle m'a répeondu : " Ah neon, là i-a vraimint pos d'danger d'ête ein jour intoxiqué, tout c'qu'on veot l'pus souvint ch'est les fiêtes d'villaches et d'quartiers !". Du queop, comme chaque ainnée, l'sémaine prochaine, on va orwettier l'cortèche d'Ath, on est seûr de n'pos avoir d'surprisse, à moinse que David, i-n'parvient pos à batte Goliath !

Inter des heommes politiques qui cachent toudis à liards pindant que des eautes dépinse'tent des milliards, inter les migrants qui vienne'tent ichi pinsant ête dins ein pays d'cocagne et ce que ti, à l'fin du meos, te veos dins t'main l'pétit reste de ce que te gagnes, inter les sportifs qui s'dopent pou gagner des millieons et vife eine heure de gloire et les paufes gins dins la rue qui n'ont pou dortoir que l'malhureux trottoir, inter toutes les pannes de nos cintrales nucléaires et l'optimisme béat et complice des gins des ministères, inter l'diminutieon d'nos p'tites pinsieons et les mylords qui vive'tent grâce à l'corruptieon, comme te veos, dins la gazette, inter l'prumière pache et l'dernière, j'te défie de trouver acore eine informatieon qui va t'faire ruer le cul in l'air !

(lexique : chinquante : cinquante / jusse : juste / printe : prendre / querre : chercher / l'ceulle : celle / ouvère : ouvrir : adveiner : deviner / découvère : découvrir / quanç'que : lorsque / la mitan : la moitié / les cauchettes : les chaussettes / les aurmintatieons : les augmentations / les tasques : les taxes / les berdouillaches : les bredouillements / on truèfe : on trouve / des meots : des mots / acore : encore / te t'rinds queompte : tu te rends compte / l'amisse : l'ami / quoisque : qu'est-ce que / pétête : peut-être / les jeones : les jeunes / avoir l'pépette : avoir peur / l'lindi : le lundi / chaque feos : chaque fois / j'ai l'raminvrance : j'ai le souvenir / bénaisse : content / acouter : écouter / avoir du lari : avoir du plaisir (on dirait maintenant : prendre son pied) / des treos : des trous / erdaller  tout dreot : retourner (à sa maison) tout droit / l'verdi : le vendredi / lancher : lancer / les paufes : les pauvres / anneoncher : annoncer / caire : tomber / l'cayère : la chaise / nuef chint trinte- nuef : neuf cent trente neuf / seots : sots / bin seûr : bien sûr / asteur : maintenant / m'mamère acateot des cosses : ma mère achetait des choses / l'cartape : le cartable / l'tape : la table / l'porte-pleime (ou porte-pleume) : le porte-plume / machoter : mâchonner / orcouvrir : recouvrir / tout nué : tout neuf / forcher : forcer / garchenner : gaspiller / inter nous : entre nous / leonque : longue / busier : penser / l'meos : le mois / s'orposer : se reposer / ouvrer : travailler / bramint : beaucoup / des pinchettes : des pincettes / moutrer : montrer / eine imbroule : une difficulté, un embarras / à causse : à cause / ête in rache : être en rage, en colère / su l'plache : sur la plage / chucher eine glache : sucer une glace / raviser : regarder / orwettier : regarder / neon : non / du queop : du coup / cacher à liards : chercher à avoir de l'argent / ichi : ici / vife : vivre / s'ruer l'cul in l'air : bondir de joie).

S.T. août 2015.

 

10:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.