10 août
2015

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (8)

Le XVIe siècle (de l'appartenance française à l'espagnole en passant par l'anglaise).

En l'an 1502 : Tournai est considéré comme "clef et entrée du royaume de France" suivant l'expression de Louis XII qui exhorte le magistrat de fortifier la cité.

En l'an 1505 : fondation de la chapelle de la Tombe par l'archevêque de Cambrai.

En l'an 1513 : en septembre, siège de Tournai par les troupes du roi d'Angleterre Henri VIII et de Maximilien d'Autriche, son allié. Le 25 de ce mois, entrée triomphale d'Henri VIII, il s'installe à la place des Acacias, alors appelée "Monceau", au pied de la cathédrale. Henri VIII fait célébrer des fêtes somptueuses dont un "Grand Tournoi", un évènement qui restera gravé dans la mémoire collective.

En l'an 1515 : construction du château de Saint-Nicolas du Bruille, sur la rive droite de l'Escaut, un château-fort dont la "Tour Henri VIII" est le l'unique vestige.

En l'an 1518 : la garnison s'installe au château sous les ordres d'un gouverneur qui se fait construire un hôtel à proximité de l'église Saint-Nicolas.

En l'an 1519 : fin de la période anglaise et retour de Tournai à la France, désormais sous le règne de François 1er.

En l'an 1521 : en juillet, la ville est investie par le comte de Gave, au nom de Charles-Quint. Celui-ci s'attendait à une grande résistance des Tournaisiens qui possédait l'artillerie la plus puissante mais que pouvait faire une garnison d'un peu plus de 300 soldats aidés de 75 canonniers et d'une milice bourgeoise renforcée par les habitants obligés de défendre une enceinte de plus d'une lieue. Le 16 décembre, le comte de Nassau qui logeait depuis novembre à la Chartreuse de Chercq fait son entrée en ville.

En l'an 1522 : séparée de la France, Tournai constitue les "Etats de Tournai" formés des Consaux de la ville tandis que les "Etats du Tournaisis" sont composés du clergé et de la noblesse de la région.

En l'an 1525 : fondation de l'Université de Tournai sur décision des Consaux. On y organise les trois facultés de théologie, de droit et de médecine.

En l'an 1530 : l'Université de Louvain (Leuven) gagne son procès intenté à l'Université de Tournai dont elle craignait la concurrence. Celle-ci doit fermer ses portes après cinq années d'existence.

En l'an 1531 : le 28 novembre, entrées solennelles de Charles-Quint et de Philippe II à Tournai. L'Empereur organise, en la cathédrale, le 30 novembre, le grand chapitre annuel de la "Toison d'Or". L'Empereur reviendra plusieurs fois à Tournai (en 1540 et en 1549).

En l'an 1532 : fondation du collège Saint-Paul en la rue des Choraux par le chanoine Jean Trouille.

En l'an 1544 : La ville de Tournai est représentée comme étant un "très grand nid d'hérétiques", une majorité de ses habitants a adhéré au calvinisme.

En l'an 1554 : vingt ans après le fondation de l'ordre par Ignace de Loyola, les Jésuites s'installent à Tournai mais ne peuvent endiguer le flot montant de l'hérésie.

En l'an 1559 : Bruges et Ypres se séparent du diocèse de Tournai. La cité scaldéenne était la capitale religieuse du Comté de Flandres depuis l'an 496.

En l'an 1560 : les hérétiques défient les autorités en organisant des processions dans les rues de Tournai durant lesquelles ils chantent des psaumes mis en rimes par Clément Marot.

En l'an 1564 : Philippe II qui a succédé à son père Charles-Quint publie des décrets du Concile de Trente pour combattre l'hérésie, il se heurte à un refus d'application par les Tournaisiens.

En l'an 1566 : durant le mois d'août, les "Iconoclastes" saccagent les édifices religieux, vandalisent, détruisent et brûlent des chartes de grande valeur détenues à la cathédrale.

En l'an 1568 : de nombreux habitants sont bannis de la ville, on relève 68 à Notre-Dame, 38 à Sainte-Marguerite, 78 à Saint-Jacques, 36 à Sainte-Catherine, 45 à Saint-Piat, 10 à Saint-Nicaise, 22 à Saint-Jean. En outre, d'avril à septembre, 23 personnes sont brûlées vives, 33 pendues, 18 décapitées.

En l'an 1569 : 152 Tournaisiens sont exécutés sur la Grand-Place.

En l'an 1581 : Alexandre Farnèse envoyé pour mater la rébellion dans les provinces du Nord fait le siège de Tournai au nom du très catholique roi d'Espagne, Philippe II. Christine de Lallaing, princesse d'Espinoy, galvanise la résistance des Tournaisiens. Le fait qu'elle participe à la bataille à la tête des défenseurs de Tournai et y soit blessée relève pour une grande partie de la légende. La ville capitule le 30 novembre. le 1er décembre, entrée du prince de Parme, au nom de Philippe II. Christine de Lallaing est exilée comme de nombreux protestants.

En l'an 1584 : les villes de Gand, Bruges ainsi que le "Franc de Bruges" viennent se réconcilier à Tournai en présence du prince de Parme.

En l'an 1586 : une fois encore, la peste frappe Tournai et y fait de nombreuses victimes.

En l'an 1594 : fondation d'un hospice pour 6 invalides à la rue Barre Saint-Brice par Pierre Cazier et sa femme.

En l'an 1595 : les locaux de la rue des Jésuites sont reconstruits à destination de résidence et de collège d'Humanités par les disciples de Saint-Ignace de Loyola.

En l'an 1597 : fondation d'un hôpital au Rhoduy (réduit) des Dominicains.

En l'n 1598 : fondation de deux écoles dominicales à Saint-Pierre par Mademoiselle Jacqueline D. (Desruelles).  

(à suivre)

S.T. août 2015 

 

Les commentaires sont fermés.