07 août
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (322)

Les babénaches d'Albert (*).

Verdi, dins l'poussière du parking d'eine grande surface d'Froyennes, j'ai rincontré l'pétit Albert, ein heomme que j'n'aveos pus vu d'puis lommint, ein bonheomme que d'puis no jeonessse, on a toudis surneommé inter nous "Albert Tonneu". Pasqu'on peut dire que li, ch'est ein Tournisien vrai de vrai, i-est toudis in train d'berteonner. I-ramache du matin au soir et malhureus'mint i-n'a pos toudis tort. Ch'est bin connu, ein beon Tournisien quançqu'i-arrête d'râler, ch'est qu'i-est mort.

Cha n'a pos râté, à peine l'temps d'faire eine salutatieon et i-a bin vite qu'minché à faire honneur à s'réputatieon.

"Ravise ichi, comarate, l'dallache, on est tout guéaune quand on rinte dins l'magasin de l'rache qu'i-a de l'poussière ave les travéaux su l'parking".

J'ai bin été obligé d'li deonner raiseon, comme on a raboté l'revêt'mint et comme i-feaut faire l'tour complet du parking pou trouver eine malhureusse plache, les auteos et les bus i-souliève'tent bramint d'poussière. Ch'est à l'aveule qu'on avinche ave no carrette pou intrer dins l'temple de l'consommatieon, récompinse suprême d'nos err'mints dins les deviatieons (cha, ch'est eine belle imache, tins, j'vas la warder).

Au moumint d'mette mes commissieons su l'tapis roulant, l'caissière elle m'a dit ave ein clin d'ouel :

"On veot l'différince, savez, les gins i-veont sans doute vir ailleurs et pétête qu'i-n'orviendreont pus quand tout s'ra fini, in puque, ch'est pos gai, la mitan des clients elle-est toudis in train d'berdéler". Pou nous amidouler, on a orchu deux paquets... d'oués in chucolat datant des dernières fiêtes de Pâques ! (du moinse, j'espère bin que ch'est de l'dernière).

Ch'est vrai qui n'aveot pos beauqueop d'meonte pou ein verdi au matin et on aveot été obligé d' mette l'voiture à deux chints mètes de l'intrée.

Albert i-aveot raiseon, éné, i-aveot là d'quoi berteonner.

Et Albert i-a continué s'litanie.

"L'sémaine qui vient, cha n'va pos ête mieux pou traverser l'ville in auteo. On va impêcher l'circulatieon au Peont d'Fier pindant quinze jours et on n'pourra même pos printe l'peont qui s'liève (i-parleot du peont Noter-Dame) pasque l'quai près de l'rue Royale, Ores i-va l'ouvère et l'peont i-va rester pindant près d'ein meos in l'air (je l'sais que j'li ai dit, i-a pus d'eine sémaine que su m'blog j'l'ai écrit). Tertous i-va devoir passer pa l'rue des Campeaux, neon mais... te t'rinds queompte du tabléeau. Mo Dieu, j'plains sincèr'mint les gins qui ont là-vas leu maseon, i-veont in vir des auteos et i-veont in intinte des queops d'klaxeons. Te n'vas quand même pos m'dire qu'i-falleot faire cha in même temps que j'me sus dit, pou l'coordinatieon in Belgique on a des espécialisses, des ingénieurs es fourbi".

Là neon pus, je n'pouveos pos li deonner tort, i-aveot l'dreot d'berteonner et de l'dire bin fort.

Et Albert i-a continué, on n'saveot pus l'arrêter :

"Cha n'va pos mieux ailleurs, sais-te, ave m'feimme, on a été au Luxembourg. On a mis deux heures d'puque pou faire l'trajet. I-aveot des travéaux à Mons, i-feont ein peont, i-in aveot à La Louvière, là-vas, i-orfeont l'peont. Après on a basculé pindant siept kilomètes su l'eaute bande à hauteur d'Charleroi, là-vas, i-orfeont l'route. Ch'est là que j'ai eu l'pépette de m'vie, j'rouleos à sieptante à l'heure comme ch'est indiqué su les pannéaux et j'aveos ein greos camieon étringer qui, à m'pare-choc, m'colleot. J'prieos Saint-Christophe de n'pos devoir freiner pasqu'i-m'areot défonché. Inter Wellin et Custinne, su l'autoroute des Ardennes, cha a orcomminché, i-aveotacore ein chantier. Acore hureux qu'au momint d'orvenir, j'déquindeos à Froyennes, sineon j'areos dû aussi m'taper l'chantier inter Marquain et Lamain, dis hardimint, si on vouleot nous imbêter on n'f'reot pos autermint".

I-aveot acore eine raiseon d'berteonner.

Et, bin seûr, cha n'a pos raté, i-a parlé des d'mindeus d'asile que no gouvernemint i-vouleot mette à l'gaserne Saint-Jean.

"On dit que les gins seont racistes, je n'creos pos, j'ai des amisses étringers et j'm'intinds bin avec eusses mais on va finir pa nous radicaliser tertous si on continue ainsin à imposer tout et n'importe quoi aux gins. On nous dit qu'i-feaut ête solidaire, que ch'est eine actieon humanitaire. J'sus bin d'accord mais ave tous ces gins quoisqu'on va faire. J'veos bin qu'on n'in met pos à Jodoigne et dins l'Brabant Walleon, l'père Michel i-n'in veut pos à l'porte de s'maseon. I-paraît qu'on va avoir siept chints migrants ormisés dins les grands bâtimints du quartier Saint-Jean. Admetteons qu'on trouèfe pou eusses des solutieons, cha, cha m'étonnereot fort pasque m'pétit garcheon i-a fait des études et cha fait deux ans qu'i-est au chômache, deux ans tout plein qui cache après d'l'ouvrache. Au Forem, on li dit qui n'a pos d'traval, que ch'est l'crisse, qu'attinte ainsin après tout ch'est normal, qu'i-feaut aller s'plainte aux minisses. Beon, admetteons quand même mais... quanç'qu'on sait qu'i-a d'jà pus d'deux chints vingt mille exilés qui seont arrivés in eine demi ainnée, combin i-veont ête in décimpe et dusqu'on va mette tout cha ? Cha fait des meos que l'Europe discute, mais quoisqu'elle a trouvé comme solutieon, à part parquer les gins dins la promiscuité (Albert, quanç'qu'i-veut faire ein effort, i-a eine belle parlemintature). Nos députés européens, ch'est des rois de la palabre (ch'est ainsin qu'on appelle les discutieons qu'on fait pa d'zous ein arpe in Afrique) mais i-seont bin pus forts pou s'impoigner su l'diminsieon d'l'ouverture d'eine planque de water, su l'circonférince des peommes et des poires ou acore su l'épaisseur minimale du papier toilette pou éviter que les deogts passe'tent toutoute, i-seont bin pus fort, j'diseos, pou tout cha que pou mette fin à cet exode de la honte, que pou s'in printe aux passeus qui s'feont des liards su l'deos d'malhureux ou pou cacher s'i-na pos dins l'tas des gins qui pourreot'ent ein jour nous faire vir l'diape. In attindant, tous les gins du quartier i-seont infouterfés".

J'comprinds qu'Albert berteonne et qui busie avant tout cosse à trouver eine plache pou s'garcheon.

Après l'avoir quitté, ave m'feimme, on a mis les sas à commissieons dins l'coffre et on est parti vers l'rue de l'Borgnette. Arrivé au carrefour près du peont du qu'min d'fier, ein greos camieon luxembourgeois m'a tout bell'mint orfusé l'priorité d'droite. J'ai été obligé d'freiner comme ein malate et l'conducteur qui m'suiveot i-a failli m'rintrer d'dins. Comme si cha n'suffiseot pos, l'rourtier i-m'a fait eine deogt d'honneur et, chint mètes pus leon, près de l'pizzéria, i-a tout simplemint brûler l'feu rouche. Et dire que dins l'temps, on diseot que les routiers éteot'ent sympas. I-est bin leon c'temps-là !

J'éteos débalté, alors, m'feimme elle m'a orwettié et elle m'a dit :

"Neon, te vas t'mette ti aussi à berteonner ?".

* tout orsannance avec eine perseonne que j'conneos est bin seûr l'fait du pus grand des hasards.

(lexique : les babénaches : les bavardages / verdi : vendredi / lommint : longtemps / l'jeonesse : la jeunesse / toudis : toujours / inter : entre / pasque : parce que / berteonner : bougonner, râler / ramacher : grommeler seul / quanç'que : quand / qu'mincher : commencer / ravise : regarde / comarate : camarade / l'dallache : le désordre / guéaune : jaune / de l'rache : tellement , (le mot rache désigne la rage) / l'plache : la place / bramint : beaucoup / ch'est à l'aveule : c'est à l'aveugle, sans presque de visibilité / avincher : avancer / eine carrette : une charrette / eine imache : une image / warder : garder / au moumint : au moment / l'ouel : l'œil / vir : voir / pétête : peut-être / in puque : de plus / la mitan : la moitié / berdéler : manifester son mécontentement en rouspétant / amidouler : amadouer / orchu : reçu / des oués : des œufs / du chucolat : du chocolat / des fiêtes : des fêtes / du moinse : du moins / beauqueop : beaucoup / l'meonte : le monde / deux chints mètes : deux cents mètres / éné : n'est-ce pas / l'peont d'fier : le pont de fer / printe : prendre / ouvère : ouvrir / tertous : tous / te t'rinds queompte : tu te rends compte, tu es concient / des queops : des coups / des espécialisses : des spécialistes / du fourbi : du désordre / orfaire : refaire / avoir l'pépette : avoir peur / défoncher : défoncer / orcommincher : recommencer / déquinte : descendre / imbêter : embêter, ennuyer / autermint : autrement / bin seûr : bien sûr / l'gaserne : la caserne / des amisses : des amis / eusses : eux / l'maseon : la maison / ormiser : remiser / truèfe : trouve / l'chômache : le chômage / l'ouvrache : l'ouvrage / beon : bon / décimpe : décembre / dusque : où / des meos : des mois / quoisque : qu'est-ce que / l'parlemintature ou bin acore l'lanque du diminche : un langage châtié / pa d'zous : en dessous / ein arpe : un arbre / s'impoigner : s'empoigner / l'planque : la planche / les deogts passe'tent toutoute : les doigts passent au travers / l'diape : le diable / ête infouterfé : être en émoi / busier : penser / eine cosse : une chose /  l'sa à commissieons : le sac à commissions /  l'qu'min d''fier : le chemin de fer / bell'mint : bellement / orfuser : refuser / ein malate : un malade / pus leon : plus loin / rouche : rouge / ête débalté : être exaspéré / orwettier : regarder / eine orsannance : une ressemblance).

S.T. août 2015

15:53 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.