31 juil.
2015

18:30

Tournai : expressions tournaisiennes (321)

Ein greos problème !

Chint-dix-huit kileos, pas ein d'puque, tout nu, tout net, même in ravisant à deux feos ave des neunettes ! Depuis l'velle, cha n'aveot pos bougé ! Du queop Mariette, elle s'a d'mindé si l'balanche elle n'éteot pos bloquée. Après l'avoir bin arlochée, d'zeur elle est ormontée. Ch'éteot tout à fait l'même résultat qu'hier, pou l'prumière feos elle éteot fière, ch'est l'prumier jour d'puis z'ainnées que les chifes i-n'aveot'ent pos aurminté !

Mariette elle a, comme bramint d'gins asteur, ein riche paire d'kileos in treop, du poids qu'elle a pris, comme tertous, ein p'tit peu à l'feos. A vingt ans, elle éteot comme ein esquélette, à quarante, elle éteot d'jà bin rondouillette, à près d'soixante ans, ch'est là le hic, elle fait pinser à ein barrique. On la met couchée tout in héaut de l'rue Saint-Martin, ch'est jusqu'in bas qu'in roulant, d'pus in pus in vite, elle déquind.

L'paufe Arthur, s'n'heomme d'puis quarante ans, li, i-est sec comme ein écalette, i-s'muchereot bin pa d'rière ein arpe sans qu'on n'in veot dépasser eine milette. Quanç'qu'i-veont au bal d'l'amicale des vieux, on direot toudis qu'elle danse tout seu. Si on pinse d'Arthur qui n'tient pos dins ses mareonnes, les mauvaisses lanques dise'tent d'elle qu'elle a ein cul comme ein mante à préones.

On n'truèfe jamais ein beon meot quançqu'on veut rire d'ein greos, ainsin Mariette et Arthur i-on d'jà intindu des vertes et des pos mûres :

"Ov'là ichi Mardi Gras et Mercredi des Chintes" ou bin "On n'nourrit pos les pourchéaux à l'ieau claire" ou bin acore" l'feimme ch'est ein tonnieau et l'heomme ein carilleon d'ossiéaux" et "elle est tout à s'panche et rien à s'deos" ou les gins canteot'ent : "Mo bé, ov'là ichi Laurel et Hardy, ch'est elle qui fait l'greos et li l'pétit".

In intindant tout cha, Mariette éteot tout débaltée et diseot :

"I-veaut mieux faire invie qu'pitié" ou "Mieux veaut avoir eine grosse boudaine que d'crier fameine".  

Aussi, no Mariette a pris eine décisieon l'sémaine dernière, elle s'a inscrit dins ein groupe comme les weightwatchers.

L'mardi au soir, elle éteot à l'salle Saint-Lazare et les ceusses qui éteot'ent là-vas n'éteot'ent pos v'nues par hasard. Près de l'scène, à eine pétite tape, éteot assise eine responsape : 

"Bonjour, j'm'appelle Linda, j'ai chinquante ans, mais pou mi ch'est l'éternelle jeonesse, orwettiez bin tertous et vous voirez que j'ai conservé m'corps de déesse, su m'vinte comme su mes fesses, j'n'ai pos ein gramme d'graisse et si vous saviez comme m'n'amisse Nénesse à m'vir ainsin i-est acore toudis bin bénaisse ".

Mariette elle a dit à l'feimme assisse près d'elle :

"Vous n'pouvez pos comprinte comme j'sus hureusse qu'Arthur i-est resté à l'maseon, in veyant eine parelle pin-up, j'sus seûre que, comme ein jeone d'lapin, i-areot fait des riches beonds".

Après les présintatieons, l'séance elle a comminché, on li a d'mindé ce qu'elle aimeot bin minger.

Mariette a dit :

"Je'n'sus pos difficile, j'ai toudis faim et tout fait fareine au moulin. Ein steak d'six chints grammes, eine platélée d'frites et de l'salate, ave cha, j'fais eine chère de roi et je n'sus jamais malate... Ahais, j'alleos oblier, pou ête vraimint bénaisse, j'rajoute aussi eine beonne louque d'mayonnaisse".

In intindant Mariette raqueonter des cosses parelles, l'feimme au corps de déesse, elle a failli tourner d'l'ouèl

"Mo Dieu, ave vous, j'pinse qu'i-va avoir ichi bramint d'traval, cha risque d'durer aussi lommint que l'chantier de l'cathédrale".

Dins ein bruit d'cayère, Mariette elle s'a levée, ch'éteot puqu'elle ne pouveot supporter. Elle mastodeonte saveot d'jà que pa d'rière s'deos, certaines diseot'ent qu'elle orsanneot à ein tonnieau, mais ichi, ch'éteot treop, cha li aveot vraimint fait mal d'ête comparer pa cette punaisse à l'cathédrale.

Elle a préféré perte ses liards que d'ortourner à l'salle Saint-Lazare, ch'est ainsin que no Mariette a été vir les régimes su internet.

"Maigrissez sans vous priver" pou elle ch'éteot l'régime rêvé. Elle deveot simplemint diminuer les ratieons, s'habituer à faire des petites portieons. Elle n'a pos voulu perte d'temps, elle a qu'minché à l'orpas suivant.

Quançqu'il l'a vu pa d'vant s'n'assiette, Arthur i-a busié dins s'tiête :

"I-n'a pos là beauqueop d'cangemint, asseuré, elle est toudis in train d'toffier".

"Te sareos bin m'dire quoisqu'i-a d'modifié, t'n'assiette elle est toudis rimplie à clotier".

"I-est dit que pou mi m'habituer, j'deos très lint'mint diminuer, m'corps n'deot pos ormarquer que j'li deonne d'moinse in moinse à minger, adeon... j'ai pris fauque chint chints quater-vingt grammes d'bué et pou les frites eine beonne vingtaine j'in ai ortirées. J'ai mis de l'mayonnaisse allégée su mes fuelles d'salate qu'in deux j'ai copées".

"Mo bé, m'pétite mimisse (Arthur i-aveot gardé malgré l'désastre les doux neoms qui li diseot in début d'ménache), ch'est pos comme cha que te vas perte des kileos, cha va faire autant d'effet qu'eine équette sur ein plat d'beos".

D'abord estoquée, su ces paroles, Mariette a sinti l'rache li meonter, elle a queuru après s'n'heomme ave s'fourchette comme pou l'imborgner. Après deux tours de l'salle à minger, elle éteot tout in nache, elle est cait dins l'fauteul in disant tout cha, ch'est pus des jeux de m'n'âche.

L'soir, pou souper, elle n'a mingé que treos tarteines, comme elle dit cha f'ra siept in moinse su eine sémaine.

"Aujourd'hui, chez l'boucher, j'ai acaté du flanquet ave eine sauce aux champigneons, te n'me diras pos que ch'n'est pos beon. ".

"Ce que te devreos faire, ch'est arrêter d'minger pindant tout l'après-deîner, n'pus printe d'crème ou des coucoubaques à l'castonate d' chez Couplet, t'in avales des floppées, te t'in fous d'riches vintrées". J'risque acore d'attraper eine baffe mais pou mi t'es eine fameusse goulafe.

"Ahais, mais dins l'régime i-est seul'mint marqué quoisque j'deos minger au moumint du deîner et du souper, si je n'peux pus m'faire plaisir, j'vas ichi vite flaubir, autant morir".

Arthur i-li a dit :

"J'ai l'raminvrance que l'docteur qui soigneot m'mamère i-a eine feos dit que pou maigrir i-falleot diminuer les intrées et aurminter les sorties".

"Mo bé, à chaque feos qu'on sort on s'in fout jusqu'à z'orelles et on écluse in puque quate ou chinq pale-ale, ch'est pos ainsin qu'on maigrit, on fait eine provisieon d'calories" qu'elle a répeondu l'feimme.  

"I-feaut presque pos minger et, au contraire, beauqueop bouger, j'pinse que cha t'arrange bin alfeos d'jeuer les annochints".

Pou Mariette, j'ai beauqueop d'compréhinsieon pasque mi aussi j'deos faire attintieon et si inter les orpas, j'deos faire des privatieons, bin vite, je m'mets à tourner in reond. Ave m'tasse d'café, j'vid'reos tout l'chuquerrier.

J'ai fait ein pari avec elle pou l'aider, tous les meos j'vas vous parler d'ses progrès. Si vous laichez ein commintaire su internet, j'vas tout d'suite l'transmette à Mariette. Vous s'rez ses supporters dins ses momints d'misère. Vous pouvez aussi inveyer ein messache à Arthur, pasque l'paufe ch'est li des deux qui l'a l'pus dur, j'pinse à li, ch'n'est vraimint pos d'l'orpeos que d'vife ave eine feimme qui veut perte des kileos.

A tous les gins qui s'truèfe'tent ein peu treop greos, à tous le ceusses qui veulent perte des kileos, aux heommes qui seont vite à bout d'haleine, aux feimmes qui orsannent à des baleines, mi j'sus là pou les incourager. I-feaut marcher, i-feaut bouger, tous les jours i-feaut s'forcher, i-feaut s'priver, i-feaut faire carême même in été et ramadan tout l'leong d'l'ainnée.

A tous les gins qui veule'tent ortrouver leu vingt ans, à tous les ceusses qui rêvent de leu jeone temps, aux heommes qui s'prenne'tent pou Georges Clooney, aux feimmes qui aimereot'ent avoir les formes d'Alizée, mi j'sus à leu côtés. I-feaut queurir, i-feaut bondir, tous les jours, i-feaut tenir, et ainsin, peu à peu, à l'avenir, vous allez infin vir les kileos partir et ortrouver l'sourire.

(lexique : d'puque : de plus / raviser : regarder / des neunettes : des lunettes / l'velle : la veille / du queop : du coup / l'balanche : la balance / arlocher : secouer / d'zeur : dessus / ormonter : remonter / l'prumière : la première / les chifes : les chiffres / aurminter : augmenter / bramint : beaucoup / asteur : maintenant / tertous : tous / ein esquélette : un squelette / in héaut : en haut / déquinte : descendre / l'paufe : le pauvre / eine écalette : logiquement une crécelle mais dans l'expression sec comme eine écalette, cela désigne une personne très maigre / s'mucher : se cacher / bin : bien / ein arpe : un arbre / eine milette : une miette / quanç'que : lorsque / toudis : toujours / les mareonnes : les culottes / les lanques : les langues / eine mante à préones : une corbeille à prunes / truèfe : trouve / ein meot : un mot / les chintes : les cendres / ein pourchéau : un porc, un cochon / l'ieau : l'eau / ein tonnieau : un tonneau / ein carilleon d'ossiéaux (ou bin ein moncheau d'oches) : un homme qui n'a que la peau sur les eaux / l'panche : la panse, le ventre / l'deos : le dos / canter : chanter / ête débaltée : utilisé ici dans le sens d'être désespérée /  invie : envie / l'boudaine : le ventre, la bedaine / l'fameine : la famine / les ceusses : les ceux / eine tape : une table / l'jeonesse : la jeunesse / orwettier : regarder / m'vinte : mon vente / m'n'amisse : mon ami / bénaisse : content / hureusse : heureuse / l'maseon : la maison / parelle : pareille / ête seûr : être sûr / commincher : commencer / faire fareine au moulin : faire farine au moulin signifie tout passe, tout profite / eine platélée : une platée, une grande assiette / oblier : oublier / eine louque : une louche / tourner d'l'ouèl : tourner de l'oeil / lommint : longtemps / l'cayère : la chaise / orsanner : ressembler / ichi : ici / ortourner : retourner / qu'mincher : autre forme de commencer / l'orpas : le repas / busier : penser / l'cang'mint ; le changement / asseuré : assuré / toffier : manger goulûment / quoisque : qu'est-ce que / clotier : clocher / ormarquer : remarquer / fauque : seulement / l'bué : le bœuf / ortirer : retirer / les fuelles : les feuilles / coper : couper / l'pétit mimisse : mot d'affection dit bien souvent à un jeune enfant / l'ménache : le ménage, le couple / faire autant d'effet qu'eine équette su ein plat d'beos : faire autant d'effet qu'un éclat de bois sur un tas, ne faire aucun effet / estoquer : abasourdi, frappé de stupéfaction / l'rache : la rage / queurir : courir / imborgner : éborgner / ête in nache : être en nage, être mouiller de sueur / caire : tomber / l'âche : l'âge /  treos tarteines : trois tartines / siept : sept / su : sur / acater : acheter / du flanquet : du flancher, morceau de boeuf / printe : prendre / des coucoubaques : des crêpes / l'castonate : la cassonade, en Begique sucre roux tiré de la betterave / des floppées : des grandes quantités / des vintrées : des ventrées, s'empiffrer de nourriture / eine goulafe : une gourmande / flaubir : faiblir / morir : mourir / avoir l'raminvrance : se souvenir / m'mamère : ma mère / s'in foute jusqu'à z'orelles : manger jusqu'à satiété et plus encore / quate ou chinq : quatre ou cinq / alfeos : parfois / jeuer les annochints : se faire passer pour un innocent / pasque : parce que / inter nous : entre nous / tourner in reond : tourner en rond / l'chuquerrier : le sucrier / les meos : les mois / laicher : laisser / inveyer ein messache : envoyer un message / l'orpeos : le repos / vife : vivre / s'forcher : se forcer / l'leong : le long)

S.T. juillet 2015. 

18:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

29 juil.
2015

08:43

Tournai : les chantiers, on n'est pas sorti de l'auberge.

Le calme avant la tempête !

Pour l'instant, en raison des congés, tout est calme au cœur de la ville de Tournai. Chaque année, durant la période comprise entre le 21 et le 31 juillet, la cité des cinq clochers semble entrer en léthargie, simplement arpentée par les touristes venus la découvrir. C'est également la période durant laquelle on trouve le plus facilement une possibilité de stationner au centre-ville.

Préparons-nous cependant !

Toutes bonnes choses ont une fin, bientôt, entre le 4 et le 10 août, les ouvriers vont (re)prendre possession de nos rues et, cette fois, cela risque d'être sérieux.

Il y a tout d'abord la reprise des chantiers abandonnés durant quatre semaines.

Le parvis du beffroi.

Où en est la pose des impétrants ? Qu'en est-il de la restauration (chemisage) du système d'égouttage ? Va-t-on encore fouler la cendrée durant plusieurs semaines ? Le revêtement de sol en dalles va-t-il bientôt être reposé ? Les terrasses des cafés et restaurants vont-elles refleurir avant la fin de l'hiver ? Voilà autant de questions que se posent les passants qui empruntent régulièrement la rue des Chapeliers ou le Vieux Marché aux Poteries. 

La rue du Marché au Jambon.

Voilà un des derniers maillons manquants du projet de rénovation du quartier cathédral (il y a longtemps qu'on a perdu l'habitude de dire de "revitalisation" lorsqu'on dénombre les vitrines vides). La pose du revêtement a débuté avant les congés, elle devrait se poursuivre durant le mois d'août.

La place Saint-Pierre.

Le pavage des rues du Chevet Saint-Pierre, Poissonnière et de la ruelle d'Ennetières est terminé. Les travaux concernent désormais la place Saint-Pierre. Actuellement, la rue de la Lanterne dans sa section comprise entre le quai du Marché au Poisson et la place Saint-Pierre est interdite à la circulation, la déviation s'effectue par la rue Poissonnière.

La rue du Général Piron.

Dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, les travaux de rénovation de la voirie vont reprendre. Ceux-ci semblent bien avancés puisqu'il reste à déposer le revêtement définitif en asphalte.

Angle des rues des Sports, Allard l'Olivier et de la Citadelle.

Le chantier a débuté bien avant la période des congés. Il devrait reprendre au mois d'août. Dans la foulée, il restera à rénover la rue des Sports proprement dite, la rue de la Citadelle, dans sa section comprise entre la rue Allard l'Olivier et la rue de Barges et enfin d'entreprendre les travaux dans cette même rue de Barges. Pour rappel, ce vaste chantier d'infrastructure routière a été nécessité par l'ouverture, très probablement dans le courant de l'année 2016, du site "Union" du CHwapi, ceci, afin de sécuriser les différents accès à cet important complexe hospitalier.

Il y a des situations qui s'éternisent !

La place Verte.

La section comprise entre la rue de l'Epinette et la rue du Sondart reste fermée à la circulation et cela depuis plus de deux ans  déjà suite à des dégâts à la voirie (effondrements) provoqués durant l'hiver. Le chantier fait partie d'un vaste projet de rénovation qui semble prévu pour l'année 2016.

Il y a de nouveaux chantiers qui vont débuter !

Le quai des Vicinaux.

Dès le 4 août et jusqu'au 21, des travaux d'aménagement cyclables seront entrepris au quai des Vicinaux (un détour souvent emprunté par les automobilistes se rendant à Kain et voulant éviter le rond-point du Viaduc, principalement aux heures de pointe). Ce chantier nécessitera une interdiction de la circulation automobile entre la rue des Trois Coins et le quai Andréï Sakaharov (Pont des Trous). La circulation des cyclistes sera néanmoins maintenue.

La rampe du pont de Fer.

Les automobilistes venant de la rue du Château et du quai Sakharov qui souhaitent traverser l'Escaut en empruntant le Pont de Fer savent, depuis bien longtemps, combien la rampe de ce pont est en mauvais état. Il faut slalomer entre enfoncements de pavés, bosses et plaques d'égout surélevées pour éviter les nombreuses secousses néfastes à la suspension des véhicules et désagréables pour les occupants de ceux-ci. Pour les usagers des bus, la situation est pire encore, il vaut mieux s'accrocher au siège !

Entre le 10 et le 31 août, le revêtement va être refait, cela nécessitera l'interdiction de circulation sur cette rampe. L'administration communale conseille donc de rejoindre le Pont-à-Pont via les rues du Becquerelle, Royale et des Campeaux.

La fermeture du pont Notre-Dame.

Le pont levant sera fermé à la circulation à partir du 10 août en raison de travaux entrepris par la firme Ores à la rue Royale et au quai Saint-Brice. Ces travaux doivent normalement être terminés pour la rentrée des classes du début du mois de septembre.

Mais voilà le hic, deux des trois ponts situés dans le centre-ville qui permettent de traverser l'Escaut dans le sens rive droite vers la rive gauche seront fermés durant les trois dernières semaines du mois d'août. A lui seul, le Pont-à-Pont va devoir supporter toute la circulation automobile. Cela promet de fameuses files, aux heures de pointe, entre le rond-point de Saint-Brice et le carrefour du beffroi ! Le mot "coordination de chantier" semble avoir perdu son sens au sein des administrations.

La rue des Bastions.

Celle-ci sera fermée entre le 3 août et le 4 septembre dans le cadre du chantier de l'extension du centre commercial des Bastions.

La rue de la Lys.

Perpendiculaire à la rue des Bastions, la rue de la Lys connaîtra elle aussi un chantier de pose de câbles par la firme Ores entre le 10 août et le 15 septembre. La circulation sera maintenue mais se fera alternativement, réglée par des feux.

D'autres chantiers qui restent à réaliser.

La rue du Curé Notre-Dame.

Après la réfection de la rue du Marché au Jambon, la rue du Curé Notre-Dame, comprise entre la rue des Choraux et la place Paul Emile Janson, deviendra le chaînon manquant dans le cadre de la réfection du quartier cathédral. La date de démarrage du chantier n'est pas encore programmée.

L'avenue de Maire.

L'allée latérale donnant accès aux habitations dans sa section comprise entre la chaussée de Roubaix (appellation que les Tournaisiens retiennent mieux) et la rue de Lannoy a été totalement rénovée et est désormais également dévolue aux cyclistes. La section comprise entre  la rue de Lannoy et le rond-point de l'Europe est fortement dégradée. Comme cet endroit est régulièrement inondé lors de fortes pluies, on réalise actuellement, par caméra, un audit de l'égouttage sur l'entièreté de l'avenue. La rénovation du revêtement ne pourra être effectué que suite aux conclusions de cet état des lieux.

L'avenue des Peupliers.

Vu son très mauvais état dans le tronçon compris entre le Vieux Chemin de Willems et l'avenue Vert-Bois, le collège communal a prévu, en mai, un budget pour sa rénovation. Là non plus, on ne connaît pas la date de début des travaux.

Conclusions.

En terminant cette revue de chantiers qui empoisonnent le quotidien des Tournaisiens depuis bien longtemps, il ne reste plus qu'à souhaiter une bonne route aux automobilistes et à leur conseiller vivement d'emprunter les boulevards de ceinture s'ils ne font que traverser la ville. Il ne doivent pas hésiter, non plus, à utiliser le parking de délestage de la plaine des Manœuvres (Esplanade du Conseil de l'Europe) s'ils veulent se rendre dans l'hyper-centre (Grand-Place) situé à moins de cinq minutes à pied, c'est gratuit, illimité dans le temps et cela permet d'entretenir sa forme par un peu de marche à pied ! 

S.T. juillet 2015.

08:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, travaux, chantiers, rénovations, rues, circulation |

27 juil.
2015

10:14

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (5)

Le XIIe siècle.

A la charnière entre le XIIe et le XIIIe siècle : construction de l'église Saint-Jacques. Celle-ci est située sur la route empruntée par les pèlerins de Flandres et de Hollande qui se rendent à Compostelle.

En l'an 1202 : le bourg de Saint-Brice est incorporé à la cité.

En l'an 1213 : nouvelle tentative d'annexion de la cité par la Flandre et le comte Ferrand du Portugal, l'abbaye de Saint-Martin est ravagée, la ville est pillée. Philippe-Auguste envoie des troupes pour chasser l'envahisseur.

En l'an 1229 : la grande procession de septembre attire une telle foule que, selon le chroniqueur li Muisis, abbé de Saint-Martin, trente et une personnes meurent étouffées au passage de la porte Prime.

En l'an 1232 : établissement par l'évêque Walter de Marvis du Monastère Notre-Dame du Conseil aux Prés Porcins.

En l'an 1234 : reconstruction de la Halle des Consaux (hôtel de ville de l'époque).

En l'an 1238 : Fondation de l'abbaye du Saulchoir par Jean Altaque, construction de la porte de la Sainte-Fontaine (enceinte de la ville).

En l'an 1241 : fondation dans le quartier de la Madeleine du béguinage.

Vers l'an 1243 : l'évêque Walter (Gauthier) de Marvis désire transformer sa cathédrale romane en un édifice gothique. Pour cela, il commence par faire démolir le chœur roman et dresser, à sa place, un immense chœur gothique. Les travaux seront terminés vers 1255. Depuis cette époque, la cathédrale Notre-Dame présente deux styles : le roman pour la nef et le transept et le gothique pour le chœur. Ce qui en fait une de ses nombreuses particularités avec ses cinq tours et sa longueur exceptionnelle.  

En l'an 1247 : confection de la châsse de saint Eleuthère, chef d'œuvre de l'orfèvrerie du Moyen-Age, relevant de l'école d'Hugo d'Oignies. C'est encore une des pièces maîtresses du Trésor de la cathédrale avec la châsse de Notre-Dame, exécutée un cinquantaine d'années plus tôt.

 En l'an 1251 : construction de l'église Sainte-Marie-Madeleine.

En l'an 1255 : construction de la porte Prime (enceinte de la ville).

En l'an 1257 : visite à Tournai du roi de France, Saint Louis. En souvenir de son passage, on construira et on lui dédicacera une chapelle ouvrant dans la partie droite de la nef de la cathédrale Notre-Dame.

En l'an 1261 : construction de l'église Sainte-Catherine, celle-ci est située dans le quartier qui mène à la route de Valenciennes. Elle sera démolie ainsi que pratiquement tout le quartier lors de la construction de la citadelle à l'époque de Louis XIV.

En l'an 1277 : vingt-six personnes meurent étouffées à proximité de la Ladrerie (léproserie) du Val d'Orcq dans la petite chapelle qui accueillent les pèlerins venus assister à la procession.

En l'an 1278 : construction des murs de l'enceinte entre l'Escaut et la porte de Lille.

En l'an 1281 : construction de la tour du Bourdiel, élément du Pont des Trous, située sur la rive gauche de l'Escaut (enceinte de la ville). La seconde, la tour de la Thieulerie sera bâtie, sur la rive droite, une vingtaine d'années plus tard. Cette année-là, on note le séjour de Charles d'Anjou à l'abbaye de Saint-Martin.

En l'an 1284 : officialisation par Philippe-Auguste de la "Franche Foire" organisée depuis longtemps déjà et qui coïncide avec la grande procession du 14 septembre. Désormais, elle se déroulera durant les quinze jours qui suivent le 8 septembre. A noter qu'il existe également, à cette époque, une ducasse qui sera appelée par la suite "Foire de Mai", organisée en souvenir de la dédicace de la cathédrale Notre-Dame, elle se déroule alors de l'Ascension à la Fête-Dieu.  

En l'an 1288 : construction de l'église Sainte-Marguerite.  

En l'an 1289 : intégration du quartier du Bruille (quartier du château) à la cité, cela permet de poursuivre la construction de la grande enceinte sur la rive droite de l'Escaut.

En l'an 1294 : rehaussement du beffroi pour lui donner pratiquement la forme qu'on lui connaît actuellement.

En l'an 1297 : venue à Tournai du roi Philippe le Bel, il vient chercher le reine Jeanne, réfugiée à l'abbaye de Saint-Martin durant le siège de Lille.  

En l'an 1298, Philippe-Auguste insiste pour qu'on relie par l'enceinte la porte Saint-Martin à l'Escaut.

Durant ce XIIe siècle, on construit une première halle-aux-draps, totalement en bois. Elle sera détruite par une violente tempête au XVIIe siècle.

(à suivre)

S.T. juillet 2015.

24 juil.
2015

22:45

Tournai : expressions tournaisiennes (320)

Ein sapré cabadèche !

Si i-a bin ein heomme ave qui j'n'os'reos jamais aller eine séchu, ch'est bin ave l'grand Batisse, ein garcheon du forbou d'Morel, ein greos panch'lu.

On n'queompte même pus les histoires qui li seont arrivées, elles ormeonteot'ent d'jà eine paire d'meos après qu'i-éteot né.

Pou pouvoir nettier à s'n'aisses'mamère l'metteot dins s'n'alloire. Ein bieau jour, l'temps d'aller querre ein séeau dins l'ormisse, l'infant i-a pris ses pétites gampes à s'cou et on l'a ortrouvé eine heure après dins l'quartier du vingt-quatre août.

Du queop, l'brafe feimme, elle a pris l'décisieon, de l'mette, in hauteur, su ein coussin, pou li raviser pa l'ferniête pindant l'temps qu'elle feseot s'saim'di (à Tournai, on imploie l'expressieon "faire s'saim'di" quançqu'on fait l'nettiache mais ch'est l'pus souvint l'verdi, si pos l'jeudi ainsin l'cambusse elle est d'jà tout incrapée l'diminche). Bin seûr, cha n'a fait ni eine, ni deux, i-a eu vite fait d'ouvère l'cassis et... i-est cait dins les peots à fleurs qu'i-aveot pas d'zous. Hureusem'int que ch'éteot au rez-de-chaussée d'eine pétite maseon basse. On s'a précipité et on l'a trouvé in plein mitan des pâquerettes, ein peu ébeubi.

Quand i-a grandi, Léontine, s'mamère, elle n'a pos été sauvée, cha n'a pos été beauqueop mieux, bin souvint, i-orveneot d'l'école ave l'tour de s'bouque rimpli d'incre bleue. Tout cha pasqu'i-aveot l'mauvaisse habitude d'chucher l'porte-pleume quanç'qu'i-busieot (à eaute cosse à c'que l'maîte i-diseot) ou qui raviseot les neuaches. Pindant les vacances, quanç'qu'i-alleot jeuer à l'balle dins l'pâture ave les infants du ruache, ch'éteot presque seûr et certain qui s'rétaleot dins eine flate de vaque. Comme i-n'aveot pos 'cor les produits miraques qu'on a asteur pou faire partir l'tache sins frotter, Léontine, s'mamère, elle deveot user d'eine brouche et d'huile de bras pou ravoir l'cataplasse qui aveot fait su s'mareonne du diminche.

L'prumière jeone file qu'i-a connu, cha n'a vraimint pos duré lommint, elle a eu vite vu qu'elle aveot affaire ave ein riche annochint. Elle l'aveot pourtant prév'nu qu'elle éteot allergique, qu'elle éteot toudis in train d'mouquer s'nez, li, i-n'a pos trouvé mieux que d'li offère ein bouquet d'fleurs des camps. Cha n'a pos fait ein pli, tout à n'ein queop, l'file elle a attrapé des catoupis à s'nez, les nareines qui se seont dilatées, les is qui seont dev'nus tout rouches, l'gorche qui s' mis à déminger. In brayant comme eine Madeleine, vers l'maseon de s'mamère elle a queuru et l'bruant d'Batisse i-l'a attindue mais i-n'l'a pus jamais orvue.

Je n'vous parle pos de s'service militaire ou alors j'vous deonne rapid'mint eine pétite rawette. L'colonel quand i-l'a vu arriver, i-a tout d'suite compris qu'i-aveot pa d'vant li eine riche canule. A chaque feos qui f'seot eine flinque, i-éteot d'corvée ou bin i-éteot aux arrêts. I-peleot les penn'tierres, i-nettieot l'cour, i-d'veot faire blinquer les cuifes des chintureons. Au mitard, i-éteot tout bénaisse, l'temps i-passeot à ne rien faire, jusse à queompter les aronnes qui déquindeot'ent du plafeond, à orwettier les mouques qui tourneot'ent in reond et à attinte l'minger : ein morcieau d'pain ave de l'grosse soupe et ein verre d'ieau.

Au momint d'ête démobilisé, i-a fait guinse pindant huit journées. I-éteot tell'mint quervé qui s'a ortrouvé, ceulle feos, au cacheot du commissariat d'police de l'rue d'l'Athénée. Ch'est là qui a fait l'connissance d'Marceline, eine flaminque qui v'neot tout dreot d'Malines mais qui n'éteot pos très... maline. I-s'a mis in ménache, l'lind'min de l'sortie du commissariat et i-a parti d'meurer au cour Catteau. Si Marceline elle n'éteot pos maline, elle éteot au moinse débrouillarte. Elle est intrée comme nettieusse chez eine vielle comtesse qui n'aveot pos d'infants et vous comperdez d'jà que pou l'héritache, ch'est Marceline qui a été couchée su l'testamint.

Quanç'que l'vielle elle a ortourné s'brouette ou prit s'pinsieon à Mulette comme dit Batisse toudis fort respecteux des gins, ch'est eusses deux qui ont ramassé l'liards. I-seont ainsin devenus rintiers, ch'est-à-dire qu'i-z-ont ortrouvé l'professieon d'avant : vife d'amour et d'ieau fraîque ou, puteôt de vin et d'bière.

Ceulle sémaine, Batisse i-a fiêter ses soixante-chinq ans, malgré qu'i-n'a jamais ouvré de s'vie, i-a été ave Marceline pou fiêter s'misse à l'pinsieon dins ein grand restaurant. Même là, i-a fallu qui s'distingue. Au momint de s'servir dins l'plat, i-a involé s'verre de vin de Bordeaux et i-a tout ramassé su s'belle quémisse blanque que Marceline aveot acatée pou l'occasieon. Elle éteot toute défoutue, pou in peu elle alleot braire, elle aveot eu bin de russes à l'orpasser, ave l'caleur, i-falleot vir comme elle aveot sué.  

"Ch'a n'fait rien va, fifile, ravise, asteur à m'quémisse, i-a ein côté blanc et l'eaute rouche, cha moute que j'sus fier d'ête Tournisien. Là d'zeur, I-a voulu s'mette à canter "les Tournaisiens sont là" et dins eine lyrique involée, ave s'bras, ch'a a été au tour de l'saucière d'décoller.

"Mais ch'n'est jamais possipe, te n'in f'ras jamais eine belle, asteur t'col i-est tout cras, orwette ichi...t'col...i-colle".

Les gins se seont mis à rire plein leu panche, l'serveusse s'a précipité pou l'épeonger.

"I-feaut mette du sel, Mossieu" qu'elle li a dit.

"Ah neon, surtout pos, pos d'sel, mi j'sus ein chucré, apportez ichi l'chuquerrier".

"Pou t'nir d'parels propeos, à ceulle file, ch'est qui est d'jà berzèque" qu'elle a pinsé Marceline.

"Beon, allez..., te t'es bin deonné in spectaque, orclame l'additieon, on va d'aller débloquer tout cha à no maseon".

"Neon... Neon, i-a acore l'tarte aux preones ou bin l'glache au chucolat, je n'va pos m'in raller sans avoir minger l'déssert et chiffler m'pétit verre d'vodka".

I-éteot pourtant dit que l'quémin d'creox d'Marceline i-éteot leon d'ête terminé, elle alleot boire l'calice jusqu'à la lie, elle alleot béteôt caire jusqu'au pus profeond du puche.

In arrivant à leu maseon, Batisse i-s'a arrêté pa d'vant l'porte, i-aveot attraper l'souglou dins l'autobus, i-feaut dire que dins certaines rues d'no ville, i-s'reot bin nécessaire d'avoir eine chinture d'sécurité pou les passagers pasqu'à chaque tréo, in bas de t'fauteul, te risques d'bourler

"Attintieon, ch'est pos n'importe quoi, ch'est ein royal souglou, j'l'ai attrapé inter l'incienne banque nationale et l'bloc d'écume (les inciens Tournisiens verreont dusque cha s'truèfe, pou les jeones d'asteur, ch'est dins l'rue Royale ave ses bosses et ses fosses).

"Quoisque t'attinds pou ouvère l'porte" qu'elle li a dm'indé Marceline.

"Bé, j'éteos tell'min préssé que j'ai laiché m'trousséeau d'clés à l'maseon, prinds les tiennes"

"Mi, j'ai pos l'même sa qu'au matin, elles... elles... seont aussi ... d'l'eaute côté de l'huche".

"Mo bé alors, on est déhors, i-va falloir téléphoner à n'ein serrurier, on va vir dins l'botin".

"I-feaudra aller chez ein visin pasque les paches guéaunes, elles seont, elles aussi, d'l'eaute côté de l'porte".

L'heomme i-est arrivé deux heures pus tard ave s'camionnette dusqu'i-éteot marqué in grand : dépannache urgint".

Batisse i-li a dit :

"Quanç'que ch'est pos urgint, combien d'temps on attind".

Ave s'main, l'vieux i-a frotté s'barpe et in simblant dire "ahais" ave s'tiête, i-li a répeondu :

"Mi, j'sais faire l'différince inter les accidints, par eximpe eine porte qui s'orferme ave l'courant d'air, et les cafouilleux qui s'in veont sans orwettier si i-ont pris les clés".

I a foré l'cyllndre et i-d'a mis ein nouvieau.

In souriant i-a dit :

"J'vas vous ormette les clés dins l'couloir, ainsin j's'rai certain qu'elles seont à l'intérieur";

"Neon mais, Vous nous prenez vraimint pou des biêtes" qui a dit Batisse.

Marceline, elle n'a rien dit mais elle n'in pinseot pos moinse :

"I-a quand même des gins qui seont observateurs".

Quant on va asteur à l'maseon d'Batisse et d'Marceline, in sortant, su l'porte, i- a ein grande fuelle d'papier qui a été collée et on peut lire :

"T'as pos oblié d'mette tes sorlets, t'as serré l'porte du gardin, t'as pris tes liards, tes clés seont bin dins l'poche de t'jupeon, t'as pris t'tiête avec, alor... cha va, te peux claquer l'porte de l'rue".

Batisse i-m'a dit tout bas : "

"Ch'est ein pinse-biête pou Marceline, si je n'la surveille pos, elle me fait vir l'diape, je n'l'ai pos facile".

(lexique : ein sapré cabadèche : un fameux crétin / aller eine séchu : aller quelque part / l'forbou : le faubourg / ein panch'lu : un pansu, un homme qui a du ventre, de l'embonpoint / queompter : compter / pus : plus / ormeonter : remonter / des meos : des mois / nettier : nettoyer / à s'n'aisse : à son aise / s'mamère : sa mère / ein alloire : appareil en bois muni d'une planchette troué coulissante entre deux barres permettant à un enfant d'apprendre à marcher sans tomber / querre : chercher / ein séeau : un seau / l'ormisse : la remise / les gampes : les jambes / l'quartier du vingt-quatre août : situé au Nord de Tournai, jouxtant le village de Warchin, il fut le lieu de violents combats entre territoriaux français et troupes allemandes le 24.8.1914 (voir articles publiés sur ce blog concernant le Général de Villaret) / du queop : du coup / l'brafe : la brave / raviser : regarder / l'ferniête : la fenêtre / l'saim'di : le samedi / quanç'que : lorsque / l'nettiache : le nettoyage / l'verdi : le vendredi / l'cambusse : la masure / incrapée : encrassée / bin seûr : bien sûr / ouvère : ouvrir / l'cassis : le châssis / caire : tomber / les peots : les pots / pa d'zous : en-dessous / in plein mitan : au beau milieu / ébeubi : stupéfait / beauqueop : beaucoup / orvenir  : revenir / s'bouque : sa bouche / l'incre : l'encre / chucher : sucer / l'porte-pleume : le porte-plume / busier : penser / à eaute cosse : à autre chose / les neuaches : les nuages / jeuer : jouer / l'pâture : la prairie / l'ruache : la rue, le quartier populaire / s'rétaler : s'étaler, tomber à plat / eine flate de vaque : une bouse de vache /  miraques : miracles / asteur : maintenant / eine brouche : une brosse / l'cataplasse : le cataplasme / l'mareonne : la culotte, le pantalon / l'prumière jeone file : la première jeune fille / lommint : longtemps / annochint : innocent / toudis : toujours / mouquer : moucher / offère : offrir / les camps : les champs / tout à n'ein queop : tout à coup / avoir des catoupis : avoir des chatouillis / les nareines : les narines / le is : les yeux / rouches : rouges / l'gorche : la gorge / déminger : démanger / braire : pleurer / queurir : courir / ein bruant : désigne un hanneton mais aussi un homme sans vigueur / orvir : revoir / eine pétite rawette : un petit supplément / pa d'vant li : devant lui / eine riche canule : un fameux propre à rien / faire eine flinque : faire une gaffe / les penn'tierres : les pommes de terre / faire blinquer : faire briller / les cuifes : les cuivres / les chintureons : les ceinturons / ête bénaisse : être content, heureux / jusse : juste / les aronnes : les araignées /  orxwttier : regarder / les mouques : les mouches / l'morcieau : le morceau / l'ieau : l'eau /  faire guinse : s'enivrer / ête quervé : être ivre / s'ortrouver : se retrouver / ceulle feos : cette fois / faire l'connissance : faire la connaissance / eine flaminque : une flamande / dreot : droit / s'mette in ménache : se mettre en ménage, vivre en couple / ête débrouillarte : savoir se débrouiller / intrer : entrer / eine nettieusse : une nettoyeuse / ortourner s'brouette : mourir / Mulette : désigne le cimetière du Sud à Tournai / eusses deux : eux deux / les liards : l'argent / ainsin : ainsi / vife : vivre / fraîque : fraîche / puteôt : plutôt / fiêter : fêter / ouvrer : travailler / l'misse à l'pinsieon : la mise à la retaite / involer : envoler / l'quémisse blanque : la chemise blanche / acater : acheter / ête défoutu : être découragé, démoralisé / avoir des russes : avoir des difficultés, avoir de la peine / orpasser : repasser / l'caleur : la chaleur / fifile : fifille / moutrer : montrer / là d'zeur : là-dessus / canter : chanter / possipe : possible / ête cras : être gras / rire plein s'panche : attraper un fou-rire, rire à gorge déployée / Mossieur : Monsieur / chucré : sucré / l'chuquerrier : le sucrier / ête berzèque : être sur le bord de l'ivresse / spectaque : spectacle / orclamer : réclamer / débloquer : enlever les souillures, faire un premier lavage sommaire / l'tarte aux preones : la tarte aux prunes / l'glache au chucolat : la glace au chocolat / s'in raller : s'en retourner / chiffler : siffler, avaler d'un trait une boisson / l'quémin d'creox : le chemin de croix / ête leon : être loin / béteôt : bientôt / l'puche : le puits / avoir l'souglou : avoir le hoquet /  eine chinture : une ceinture /  pasque : parce que / ein tréo : un trou / bourler : tomber / dusque cha s'truèfe : où cela se trouve / quoisque : qu'est-ce que / laicher : laisser / l'sa : le sac / l'eaute : l'autre / l'huche : la porte / ein visin : un voisin / les paches guéaunes : les pages jaunes reprenant les numéros de téléphone des entreprises / l'barpe : la barbe / ahais : oui / inter : entre / eximpe : exemple / orfermer : refermer / les cafouilleux : les gens qui agissent sans méthode, de façon désordonnée /  ormette : remettre / biête : bête / pos moinse : pas moins / eine fuelle : une feuille / oblier : oublier / les sorlets : les souliers / l'gardin : le jardin / l'jupeon : le veston / faire vir l'diape : faire voir le diable).

S.T. juillet 2015. 

22:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

22 juil.
2015

18:44

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (4)

Les XIe et XIIe siècles.

En l'an 1010 : venue à Tournai de Baudouin le Barbu, comte de Flandre (celui-ci est appelé Baudouin à la belle Barbe par Chotin).

Vers l'an 1020 : Guéric le Sor, qui s'est emparé des châtellenies de Leuze, d'Escanaffles, Condé... fait valoir à main armée ses droits sur le quartier Saint-Brice.

En l'an 1023 : assemblée à Tournai à laquelle participe Baudouin le Barbu, le duc Gothelon, les évêques de Cambrai, de Liège et de Tournai-Noyon.

En l'an 1054 : les troupes d'Henri III assiègent la ville et établissent leur camp à proximité de l'église Saint-Brice.

En l'an 1064 : translation de Blandain à Tournai du corps de saint Eleuthère, celui-ci devient le patron de la cité à la place de saint Nicaise.

En l'an 1090 : depuis quelques années, la peste ravage la région, elle y fait des milliers de morts, en fait, il semble qu'il faille parler plutôt de la "maladie de l'ergot du seigle". Le 14 septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte-Croix, l'évêque Radbod II ordonne qu'une procession fasse le tour de la ville. Rapidement le fléau va disparaître, c'est l'origine de la grande procession de Tournai qui est encore organisée le deuxième dimanche de septembre.

En l'an 1092 : refondation (la première datant des XIe et XIIe siècles ayant été abandonnée) de l'abbaye de Saint-Martin par Odon l'écolâtre.

En l'an 1099 : deux Tournaisiens qui ont pris part à la première croisade de Godefroid de Bouillon entrent les premiers dans Jérusalem : on les connaît sous les noms de Lethalde et Engelbert. "Y entrèrent deux chevaliers qui estoient fors et frères. L'un avait nom Lutole, li autres Gilibers. Nés estoient de Tournai" (traduction de Guillaume le Tyr reprise par Chotin).

En l'an 1101 : Robert, comte de Flandre, s'empare de Tournai.

En l'an 1125 : fondation de l'abbaye de Saint-Nicolas des Prés.

En l'an 1140 :  début de la construction de la cathédrale Notre-Dame. Il est à noter que Paul Rolland situe la construction de la nef entre 1110 et 1140 et du transept et du chœur de 1146 à 1171. Tous les historiens sont unanimes pour désigner la date du 9 mai 1171 pour sa consécration. A cette époque, l'édifice est totalement de style roman.

En l'an 1146 : séparation des évêchés de Noyon et de Tournai.

En l'an 1147, de nombreux Tournaisiens participent à la seconde croisade en suivant leur châtelain Evrard II. Un des aumôniers est l'abbé de Saint-Martin, Hérinam, le chroniqueur qui disparut au cours de celle-ci.

En l'an 1153 : construction de la chapelle Saint-Lazare qui reste actuellement le seul vestige de la léproserie du Val d'Orcq. Apparition également, en cette année, des treize premiers jurés dont d'entre eux portent le titre de "prévôt". Ces derniers président les assemblées et exécutent les décisions prises par celles-ci.

En l'an 1187 : bien que la cité fut intégrée au comté de Flandre, Tournai jouit d'une certaine indépendance vis-à-vis de celui-ci et se rapproche de plus en plus de la couronne de France.

En l'an 1188 : début de la construction du beffroi suite au droit de cloche accordé aux Tournaisiens par le roi de France Philippe-Auguste.

En l'an 1197 : la ville résiste à une tentative de reprise par les troupes du comte de Flandre.

En l'an 1198 : l'évêque Etienne fait construire une chapelle épiscopale qui relie le palais à la cathédrale, elle surmonte la "fausse porte" comme les Tournaisiens surnomment encore l'ouverture qui se trouve en-dessous.

(à suivre)

S.T. Juillet 2015.

20 juil.
2015

11:29

Tournai : la lente mutation de la rue Saint-Eleuthère

La plus longue rue de Tournai.

Avec ses 1.250 mètres, la rue Saint-Eleuthère relie le boulevard Léopold à la chaussée de Lannoy au moment où celle-ci entame la traversée du village de Froyennes. Elle est depuis bien longtemps la plus longue rue de cité des cinq clochers.

Quelques commerces.

La rue Saint-Eleuthère n'est pas ce qu'on pourrait appeler une rue commerçante mais on y trouve néanmoins, un magasin spécialisé dans les couleurs et la décoration, une pharmacie, une fleuriste, une librairie, une agence bancaire, une boulangerie, un salon de coiffure et une épicerie. Les deux boucheries qui s'y trouvaient naguère ont fermé leurs portes, l'une d'elles a été transformée en maison d'habitation tandis que l'autre est (désespérément) à remettre. A la fin des années quatre-vingts, on y trouvait également une vinothèque. Le bureau de poste situé face au chemin de la Ramée, rendu tristement célèbre pour le hold-up sanglant perpétré par la bande de Patrick Haemers a fermé ses portes, victime de la rationalisation outrancière intervenue dans les services postaux.

Un important lieu de passage.

La circulation automobile y est relativement importante en raison de la présence de deux établissements scolaires, l'école d'horticulture qui y possède une entrée secondaire et l'école maternelle et primaire Saint-Michel. Elle est également empruntée, dans sa section comprise entre le chemin de la Ramée et la chaussée de Lannoy, par les automobilistes soucieux de rejoindre la zone commerciale de Froyennes à partir de la chaussée de Lille, évitant ainsi le carrefour de la Porte de Lille et le rond-point de l'Europe, presque toujours saturés aux heures de pointe. 

Une rue dangereuse ? 

Cette longue ligne droite se trouvant en agglomération, sa vitesse est limitée sur toute sa longueur à 50km/h (et même à 30km/h aux abords de l'école Saint-Michel). Il n'est cependant pas rare de voir des automobilistes l'emprunter à des vitesses nettement supérieures, alors que dans le sens Froyennes vers le boulevard, ils sont amenés à rencontrer quatre carrefours où la priorité de droite est de rigueur (avenue des Peupliers, avenue Beau Séjour, chemin de la Ramée et rue Georges Rodenbach).

Jusqu'il y a quelques années, dans la section comprise entre la rue Georges Rodenbach et le boulevard Léopold, elle fut le théâtre de nombreux accidents nocturnes spectaculaires y faisant de nombreux blessés et envoyant, bien souvent, à la casse les voitures de riverains qui s'y trouvaient régulièrement stationnées. Des aménagements ont été réalisés afin de ralentir les véhicules, mais il n'est pas rare d'encore voir des conducteurs négliger la présence d'ilots directionnels pour doubler d'autres qui respectent la limitation.

Un lieu qui fut fréquemment inondé.  

Cette même portion de rue, récoltant les eaux qui, lors de violentes averses, dégringolaient la rue Georges Rodenbach, était souvent inondée. Depuis que les égouts ont été redimensionnés, ces inconvénients semblent avoir disparu.

Une lente modification de son paysage.

Il y a cinquante ans, cette rue possédait encore un paysage semi-campagnard, de plus en plus marqué, plus on s'approchait de l'entrée de Froyennes. La résidence Marcel Carbonnelle n'existant pas à l'époque, sa construction datant du début des années septante, le chemin de la Ramée s'appelait encore le chemin 51 (appellation qu'il a étrangement conservé au niveau des lignes de bus TEC comme nous le fait remarquer Jacqueline une fidèle lectrice de ce blog). Ce chemin menait à une ferme encore existante et à un moulin depuis longtemps détruit, seuls bâtiments s'élevant au milieu de prairies et de bosquets. De même, avant l'apparition des quartiers Beau-Séjour, du Vert-Bois et de la résidence des Peupliers, l'avenue Beau-Séjour n'existait pas et, pour se rendre à la Marmite, on empruntait encore, le "chemin" dit des Peupliers en raison de la présence d'un grand nombre de ces arbres. Dans les années soixante, une grande partie de la rue Saint-Eleuthère était encore pavée et son état aurait pu lui permettre d'être intégrée au final de la course Paris-Roubaix.

Peu à peu de nouvelles constructions sont apparues, principalement de coquettes petites villas érigées entre l'avenue Beau-Séjour et le carrefour de la chaussée de Lannoy. S'élevant au milieu de jardins fleuris, elle donnent un aspect des plus agréables à la rue.

La population du quartier ayant plus que doublé, la petite école Saint-Michel a été dans l'obligation d'agrandir ses locaux pour accueillir les nouveaux élèves. Dissimulant la vaste cour de récréation, un long bâtiment d'un étage a été érigé à front de rue. L'architecte a soigné l'esthétisme de celui-ci alternant les façades en brique rouge et celles en brique jaune rompant ainsi la monotonie et donnant un aspect plus léger au bâtiment qui s'intègre magnifiquement dans le paysage.

Il n'en est pas de même, hélas, pour l'imposant bâtiment qui est en cours de finition à l'emplacement des garages et bureaux de l'ancienne entreprise de voyages Roland, une maison, jadis, bien connue des vacanciers tournaisiens. Presqu'en face de la rue de Lannoy, bâti sur deux étages, il comprendra des cellules commerciales au rez-de-chaussée et de nombreux appartements. A l'arrière, une construction extrêmement volumineuse, en brique rouge, à usage de garde-meubles, (donc sans ouvertures excepté les portes) alourdit plus encore l'ensemble. Le long de la rue, entièrement en brique de teinte grisâtre, il écrase totalement les petites maisons voisines à un seul étage. Ici, rien ne rompt la monotonie de cette façade de plusieurs dizaines de mètres de long, si ce n'est les fenêtres entourées parfois d'un revêtement de bois. La toiture en zinc, étant en retrait, est peu visible dans la perspective de la rue ce qui fait ressembler le bâtiment à un énorme parallélépipède posé au milieu d'une rangée de petites maisons typiques des faubourgs de la ville.

Il en est, malheureusement, de même pour une villa située, légèrement en retrait, à l'angle de l'avenue Beau-Séjour. Un nouveau propriétaire lui a adjoint un bâtiment à usage d'un vaste garage. Celui-ci a nécessité, à front de rue, la construction d'un long et haut mur, à toit plat, sans aucune ouverture, donnant, là aussi, une impression de lourdeur pour ne pas dire de "blockhaus". Cette villa qui s'élevait jusqu'alors au milieu d'un espace vert a ainsi perdu son aspect champêtre. Il est à peine croyable, qu'à notre époque, il semble si difficile à un architecte de joindre le fonctionnel à l'esthétisme.

Il ne reste pratiquement plus un are de terrain à vendre dans cette longue rue qui a connu une mutation profonde ces quarante dernières années.

(S.T. juillet 2015)

 

11:29 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, rue staint-eleuthère, école saint-michel |

18 juil.
2015

11:43

Tournai : expressions tournaisiennes (319)

Queop d'solel !

"L'été s'ra quieaud, l'été s'ra quieaud dins les T-shirt...". Quançqu'Eric Charden i-a écrit ceulle cancheonne, on n'parleot pos 'cor de récauff'mint climatique, on aveot bin, alfeos, ein p'tit queop d'caleur et l'thermomète i-monteot alors à trinte degrés tout au puque et ein ou deux jours après on attrapeot ein orache carabiné pou rafraîquir l'atmosphère et démette l'temps.

Asteur, on n'parle pus que d'canicule, cha dure pindant des jours et des semaines et si on n'beot pos assez on areot vite fait nos treos tours. Bin seûr, ch'est d'l'ieau qui feaut boire, pos de l'bière, du vin ou bin du pastis.

L'eaute soir, in intindant l'météo à l'télévisieon, Fifinne elle a dit à s'n'heomme :

"Te n'sais pos qu'on annonche trinte-chinq degrés à l'ombre, dusqu'on va s'mette ?".

Et l'annochint d'Edmeond d'li répeonte :"

"On n'te forche pos à t'mette à l'ombre !".

J'vous l'ai d'jà dit l'sémaine passée, Edmeond i-est puteôt du ginre marmotte à l'invers, i-est toudis bin mieux in hiver. Dès que ch'est l'été et que l'solel i-luit, i-n'sort pus de s'maseon, i-serre les battantes, et, in short et in qu'misette, i-orwette l'télévisieon pindant toute l'journée.

Fifinne elle a bieau li répéter :

"N'laiche pos ceulle télé toudis alleumée, cha récauffe l'salle à minger !"

I-a rien à faire, tout c'qui passe à l'télé i-l'ravise même l'télé-shopping, l'voyance et "les Feux d'l'Amour", eine série qui va finir pa fiêter ses noces d'or su l'pétit écran.

L'malheur dins tout cha, ch'est qu'Edmeond i-n'sait pus aller dins s'gardin, adeon, i-a bin fallu printe ein étudiant pou gardeiner à s'plache.

"L'garcheon i-a l'air plein d'beonnes attintieons mais on peut pos dire qu'i-semble cait de l'dernière pluèfe". Ch'est ainsin qu'Emeond i-l'a tout d'suite catalogué.

Fifinne n'éteot pos d'accord ave s'jug'mint :

"Ch'est ein bieau et jeone garcheon d'beonne famile, bin comme i-feaut, ave des leongs ch'veux et d'bellés croles, même qu'ave s'pieau blanque et s'teint mat, on direot tout l'orprésintatieon d'un dieu grec" qu'elle a dit quançqu'elle elle l'a vu pou l'prumière feos.

"N'parle pos ichi d'dieu grec pasque cha risque d'nous coûter tchier" qui a répeondu Edmeond marqué pa les évén'mints qui veot tous les soirs à l'télévisieon.

"J'espère que l'dieu grec i-sait t'nir ein louchet et qu'i-a, ein jour, appris à rat'ler et à déwaroquer".

"L'bel Adonis", ch'est ainsin qu'Edmeond l'aveot surneommé, i-aveot tapé dins l'ouèl de Fifinne.

Pou Edmeond, ch'éteot pos l'même cosse, ein jour après-deîner, i-li a dit : 

"Viens ichi, comarate... i-fait bin treop quieaud dins l'gardin, on va in chiffler eine à deux"

L'paufe garcheon n'aveot pos l'air d'comprinte l'patois et i-li a fait ormarquer qu'à causse de ses dints i-n'aveot jamais su chiffler.

"I-feaudra apprinte l'Tournisien, m'garcheon, mi j'n'aime pos beauqueop les gins qui feont des preones pou parler, ichi on n'est à ti et à ta" li a dit Edmeond in moutrant l'boutelle d'Brunehaut.

L'paufe garcheon n'saveot pos qu'i-passeot là s'n'examen d'admissieon.

Edmeond i-a pinsé :

"Cha comminche bin, ov'là qu'i-n'beot que du coca... c'colas là".

Adonis, i-a espliqué à Fifinne que du temps dusqu'i-éteot à l'université à Mons, i-n'aveot jamais godaillé, pindant que les eautes alleot'ent faire guinse, li i-éteot dins ses bouquins à étudier.

"Et t'as réussi ?" qu'i-li a d'mindé Edmeond.

"Oui, Monsieur, avec la plus grande distinction".

"Cha z'i-est, cha li orprint, ichi on dit... ahais, te m'as bin suivi... ahais ?" qui li a dit Edmeond

"Oui Monsieur" qui a répeondu Adonis.

"Quoisque t'a eu comme diplôme ?".

"Je suis ingénieur civil".

"Pourquoi, i-a aussi des ingénieurs pou l'Définse nationale ? " qui a d'mindé Edmeond qui a toudis wardé ein dint conte l'armée d'puis s'service militaire.

"Et te ouèfes à Tournai ?"

"Non, je n'ai pas encore d'emploi, je suis inscrit au Forem".

"Mo Dieu, si te queomptes su mes gins pou ti trouver d'l'ouvrache, te risques d'ête à joque lommint, acore hureux que te n'deos pus aller presque tous les jours à l'tique comme dins l'temps !".

Adonis i-comperdeot l'flamind et l'inglais, mais là ch'éteot treop li d'minder.

"Beon, ch'est pos tout cha, passeons asteur aux cosses sérieusses. Te vas qu'mincher par orsaquer eine line d'penn'tierres et des porieons pou l'soupe à Fifinne, te vas busier à mette des pichoulits aux lapins, te donn'ras ein queop d'otoire pasque l'tierre elle est sèque, te pins'ras à abuter mes asperches, pou ti arroser les cabusettes laiche bin déquinte tout douch'mint l'séeau dins l'puche, te vas orwettier si i-n'est pos temps d'ceuillir les groselles su l'gros'lier du feond, pou les preones, je n'pinse pos qu'elles soiche'tent d'jà meurtes, te viendras m'dire si l'chéléri i-pousse bin malgré l'sécresse et t'oblieras surtout pos d'ormette les otieus dins l'cahute avant d'partir".

Et dire qu'Adonis, su s'nordinateur i-aveot ein traducteur. Ichi, i-est resté tout paf.

"Et alors, Mossieu l'ingénieur, on a eine panne de secteur ?".

Fifinne aveot intindu tout ce que s'heomme aveot dit et elle est v'nue au secours du malhureux in traduisant ceulle tirade bin d'chez nous.

"Pindant que te vas ouvrer au gardin, m'garcheon, mi j'vas faire m'confiture d'séhu" qu'elle li a dit.

Au soir, au momint d'partir, pa d'rière Edmeond, elle li a deonné ein abeondreot.

Edmeond, in soupant, tout défrisé, i-a berteonné inter ses dints :

"Ch'est bin pasque je n'veux surtout pos attraper ein queop d'solel, autermint, j'n'ingagereos jamais ein fate parelle".

"L'fate i-a fait tout l'ouvrache que te li a d'mindé, et même puque, i-a dédruit tes jeones carottes et i-s'a même piqué in ortirant les cardeons et les orties"

"Quoisque te dis... i-a inl'vé mes orties, bé, ch'eteot pou ti faire de l'soupe que j'les aveos laiché pousser. J'ai bin vu clair, Adonis, ch'est pétête t'pétit mimisse, mais pou mi ch'est ein sapré artisse".

Quanç'que te n'in décopes pos des lourdes, te-truèfes toudis à r'dire ! Bin vite l'hiver que te soiches ein peu moinse mourdreux !

(lexique : ein queop d'solel ; un coup de soleil / quieaud : chaud / quanç'que : lorsque / ceulle cancheonne : cette chanson / 'cor : diminutif d'acor(e) qui signifie encore / l'récauff'mint : le rechauffement / alfeos : parfois / tout au puque : tout au plus / ein orache : un orage / rafraîquir : rafraîchir / démette l'temps : changer le temps / asteur : maintenant / faire ses treos tours (ou ortourner s'brouette) : mourir / l'ieau : l'eau / l'eaute : l'autre / annoncher : annoncer / dusque : où / annochint : innocent / répeonte : répondre / forcher : forcer / puteôt : plutôt / toudis : toujours / les battantes : sortes de volets extérieurs / ein quémisette : une chemisette, un "marcel" comme on dit en France / orwettier : regarder / bieau : beau / alleumé : allumé / raviser : autre forme de regarder / fiêter : fêter / ein gardin : un jardin / adeon : donc / gardeiner à s'plache : jardiner à sa place / ête cait de l'dernière pluèfe : être tombé de la dernière pluie, être encore naïf / jeone : jeune / avoir des bellés croles : avoir les cheveux bouclés / blanque : blanche / l'prumière feos : la première fois / tchier ou tcher : cher / ein louchet : une bêche / rat'ler : ratisser / déwaroquer : briser les mottes de terre / l'ouèl : l'œil / eine cosse : une chose / l'après-deîner : littéralement l'après-dîner, l'après-midi / comarate : camarade / chiffler : siffler, in chiffler eine : boire (une bière) d'un trait / l'paufe : le pauvre / comprinte : comprendre / ormarquer : remarquer / à causse : à cause / ses dints : ses dents / apprinte : apprendre / m'garcheon : mon garçon / faire des preones : parler sur un ton qui manque de naturel / ête à ti et à ta : être à tu et à toi, être familier / moutrer : montrer / commincher : commencer / ov'là : voilà / l'colas : le crétin, le naïf / godailler : boire avec excès / faire guinse : s'enivrer / orprinte : reprendre / ahais : oui / warder : garder / te ouèfes : tu travailles (deuxième personne du verbe ouvrer) / queompter : compter / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / ête à joque : être au chômage / lommint : longtemps / aller à l'tique : aller pointer (contrôle régulier des chômeurs aujourd'hui disparu) / i-comperdeot : il comprenait / beon : bon / qu'mincher : autre forme pour commencer / orsaquer : retirer / eine line de penn'tierres : une ligne de pommes de terre / des porieons : des poireaux / busier : penser / des pichoulits : des pissenlits / deonner ein queop d'otoire : donner un coup de binette / sèque : sèche / abuter : buter, faire des monts de terre / les asperches : les asperges / les cabusettes : les laitues pommées / laicher : laisser / déquinte : descendre / l'séeau : le seau / l'puche : le puits / les groselles : les groseilles / l'gros'lier : le groseillier / l'feond : le fond / les preones : les prunes / meurtes : mûres / l'chéléri : le céléri / l'sécresse : la sécheresse / oblier : oublier / ormette : remettre / les otieus : les outils / l'cahute : la cabane / ête tout paf : être saisi, interdit / ouvrer : travailler / du séhu : du sureau / ein abondreot : un pourboire, une dringuelle qu'on donne aux ouvriers / ête défrisé : être contrarié /  berteonner : maugréer / autermint : autrement /  ein fate : un paresseux, un fainéant / dédruire : démarier, éclaircir un semis / ortirer : retirer / les cardeons : les chardons / quoisque : qu'est-ce que / pétête : peut-être / l'pétit mimisse : petit mot montrant l'affection qu'on porte à un enfant / ein sapré artisse : un sacré artiste / ne pas in décoper des lourdes : ne pas faire grand-chose / te truèfes : tu trouves / mourdreux : hargneux).

S.T. juillet 2015.

 

11:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

14 juil.
2015

21:37

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (3)

De la dynastie des Francs Saliens à l'an 1000 !

A la fin du 3ème siècle, dans nos régions, la période romaine connait un certain déclin. l'âge d'or est révolu.  

Vers 407, les Vandales saccage la cité.

Vers 431, la ville est conquise par les Francs Saliens, peuple venant d'au-delà du Rhin. A leur tête, on retrouve Clodion, parfois surnommé le Chevelu. Mérovée va lui succéder, il est à l'origine de ce qui deviendra la dynastie mérovingienne.

Vers 457 ou 458, Childéric, lui succède. Les historiens ne sont pas d'accord par rapport à une éventuelle filiation. Childéric a épousé Bassine ou Basine suivant les sources.

En l'an 466, naissance de Clovis 1er, fils de Childéric et de Bassine.

Vers l'an 481, mort de Childéric 1er, il est enterré aux abords de l'actuelle église Saint-Brice où son tombeau sera découvert en 1653 lors de travaux de démolition d'une habitation. Suivant la tradition franque, son fils, Clovis est élevé sur le pavois.

En l'an 486, Clovis délaisse Tournai, s'installe à Soissons, épouse Clotilde, se fait baptiser dans la foi chrétienne par saint Rémy, évêque de Reims, et part ensuite pour Paris dont il fera sa capitale. Clovis va mourir en 511.

Vers l'an 531, mort de saint Eleuthère (né probablement en l'an 456), premier évêque de Tournai en 486, il décède suite à des coups reçus à la sortie de son église. Il a eu pour tâche de convertir à nouveau une population redevenue païenne après la mort de saint Piat. 

En 575, Chilpéric 1er, fils de Clotaire et petit-fils de Clovis, fuyant son frère Sigebert vient se réfugier à Tournai avec sa femme Frédégonde et ses enfants. Chilpéric 1er sera assassiné en 584.

En l'an 854, ratification par Charles le Chauve d'une constitution qui confère le péage sur l'Escaut en faveur des chanoines. A cette époque l'Escaut semble donner un nouvel essor au commerce de la cité de Tournai. L'industrie des carrières est florissante, elle permet probablement l'édification de cette nouvelle cathédrale dont beaucoup d'historiens refusaient de reconnaître l'existence jusqu'à ce qu'on découvre les vestiges, sous le chœur de l'actuel édifice, à l'occasion du chantier de rénovation entrepris au début du XXIe siècle

En l'an 877, Charles le Chauve bat monnaie à Tournai.

En l'an 881, les Normands remontant l'Escaut s'emparent de la cité et la mettent à feu et à sang. Certains historiens situent cette prise de Tournai par les "Hommes du Nord", déjà en 879

(à suivre)

S.T. Juillet 2015

11 juil.
2015

10:36

Tournai : expressions tournaisiennes (318)

L'casquette à Edmeond.

Ein quieaud et bieau solel luit d'puis l'matin su Tournai, à l'horloche, i-est presque treos heures après-deînerInfonché su l'divan de l'salle à minger, Edmeond i-ravise l'Tour de France à l'télé.

Tout à n'ein queop, sans crier gare, dins tout l'ruache, on l'intind berler :

"Avite, Finne, ravitall'mint, j'ai comme eine éponche dins m'gosier".

On veot alors s'feimme qui, pa parelles caleurs, est à mitan lèque bin vite aqueurir ave, dins s'main, deux pintes bin fraîques.

I-feaut vir Edmeond fait eine bouque comme ein cul d'glaine et, hop, in moinse de deux, l'jus d'houbleon i-est d'jà dins s'boudaine.

"Et alors, l'peloteon i-est acore leon d'l'arrivée ?" qu'elle deminde Fifinne comme si elle éteot intéressée.

"Ch'est fauquchinq heures qui veont arriver, on a acore bin l'temps d'vider l'casier".

Et ch'est ainsin, chaque ainnée, pindant pus d'vingt-et-un jours, j'comprinds qu'Edmeond i-a chaque feos eine grosse panche à l'fin du Tour.

Après ein parel régime i-est vite à bout d'haleine, adeon, li, ch'est pindant l'meos d'août qu'i-fait carême.

On n'peut pourtant pos dire qu'Edmeond soiche ein véritape potieau d'cabaret, mais quanç'qu'i-est à s'maseon, j'ai d'jà vu qu'les bières i-sait bin les chiffler.

I-a treos ans, vous vous in souv'nez, l'Tour de France i-est arrivé à Tournai et on peut dire que là, Edmeond i-a passé eine riche journée.

A dix heures au matin, i-a quitté s'maseon de l'rue Montifaut, on areot vraimint dit que ch'éteot in voyache qu'i-parteot. I-aveot deux p'tits fauteuls dins eine main et dins l'eaute i-porteot l'pétite tape du gardin. Fifinne elle le suiveot (elle fait cha d'puis pus d'chinquante ans) ein grand sa bin rimpli dusqu'on intindeot provenir des leugers cliquetis.  

"T'as pos oblié les boutelles, hein, m'pétit lapin, pasqu'on est là pou six heures au leong du qu'min".

"Neon, neon, va, j'ai aussi les pistolets au fromache et au gambeon, l'tarte aux preones et ein thermos d'cheribeon".

Quand i-seont arrivé in face du cinéma Imagix, Edmeond i-n'aveot qu'eine idée fixe :

"Orwette, Fifinne, comme on va ête ichi fin bin, i-veont devoir ralintir pou passer l'reond-point".

Et ch'est ainsin, qu'in plein tournant, Edmeond i-a qu'minché à meonter l'camp.

Fifinne elle raviseot tout autour d'elle, elle aveot l'air d'ête tout in foufielle.

"Quoisqu'i-s'passe acore, vingt diapes d'baudet, te m'as 'cor ichi l'air tout infouterfé ?" .

"Si j'deos faire m'pétite commissieon, j'n'ai pos ichi bramint d'solutieons".

"Quand l'caravane elle arrivera, te profiteras du passache des voitures, pou ti aller, sans t'faire ormarquer, faire pipi pa d'rière l'heyure ".

A onze heures au matin, i-n'passeot pus eine seule voiture, mais l'solel li i-commincheot saprémint à taper dur.

"Hureus'mint que j'ai busié à printe m'casquette, pou n'pos avoir eine insolatieon à m'tiête".

"Mo Dieu, ch'est eine pièche d'musée qui li a dit, in l'veyant, l'heomme qu'i-éteot v'nu s'mette à côté". I-éteot intouré d'ein cinsier d'Mouchin et d'eine bande de supporters flaminds.

Pou cha, l'casquette d'Edmeond, cha mérite eine descriptieon.

Eine casquette in toile qui aveot ein jour été blanque ave eine visère verte in plastic transparente et ein publicité pou eine banque.

J'l'ai orchue in mille nuef-chint-chinquante-huit, à l'Expo d'Bruxelles, et pou m'protéger du solel, ch'est eine véritape mervelle. J'l'ai toudis eue su m'tiête, m'beonne vielle casquette, dins les dunes de La Panne ou bin su les canaux d'Amsterdam, au grand larche d'Péronne et même pou ein pélérinache à Malonne. Au Racing, on appeleot "Casquette", l'brafe Roger Leveau et bé mi, j'sus l'Casquette de l'rue Montifaut".

Fifinne m'a tout raqueonté :

"L'jour qu'on est allé pourméner à Hardelot, les infants l'suiveot in l'app'lant Mossieu Hulot.

L'pire dins tout cha ch'est qu'Edmeond i-est passé à l'télé quanç'que l'reporter i-a vu commint i-éteot afulé. In puque de s'caquette ave s'pétite visière verte, t'areos ichi vu, l'amisse, l'tablature, ein grand pan d'quémisse in dehors d'eine mareonne sans cheinture.

"Ch'est ein, ch'est ein... sh.. short" qui m'a fait ormarqué l'beffiou

"Ahais....ein short qui déquind dix chintimètes in d'zous d'tes gn'oux".

Et ch'est à chinq heures, toudis j'm'in souviendrais, que l'pire des drames i-est arrivé. Pus d'chint quater-vingt paires d'mollets à toute vitesse, l'boulevard des Nerviens i-ont dégringolé, Edmeond pou mieux les vir s'est avanché et ave l'déplach'mint d'air l'casquette s'a involée. Pa d'zeur, on a pos su queompter l'nombre d'véleos qui ont roulé mais on est seûr qu' i-d'aveot beauqueop. Et après cha, ch'a été pos moinse d'chinquante voitures, mi j'deveos tell'mint rire que j'sus partie pa d'rière l'heyure. I-éteot v'nu plein d'intrain vir Boonen, Cavendish et Contador et ch'est su l'boul'vard Delwart que s'couvre-chef i-a trouvé la mort. Ch'est in face du dépôt des autobus qu'i-a ortrouvé s'casquette razibus. Au soir quand à l'maseon on est rintré i-n'a même pos eu l'corache d'orwettier l'résumé à l'télé.

L'diminche qui a suivi, aux Bastions et à Froyennes, i-a fait les brocantes pour ortrouver ein nouvelle casquette blanque à visière transparente. Edmeond i-aveot pris ave li eine photeo pou moutrer aux gins l'modèle qu'i-cacheot.

Ein vieil heomme ave ein grande barpe qui veneot d'Roubaix li a dit :

"J'ai l'souvenir d'avoir vindu ein modèle ainsin i-a eine vingtaine d'ainnées. Ch'éteot ein accessoire pou ein film qu'on alleot tourner dins l'régieon du Nord ou bin du Pas d'Calais".

"Neon... mais...cha alors... Fifinne te t'rinds queompte asteur, l'même casquette elle a pétête été su l'tiête d'Dany Boon ou bin d'Ronny Couteure".

Fifinne li a dit : "Ahais, mais ch'éteot pos l'tienne !".

"Neon, bin seûr, mais ch'éteot du parel au même".

"T'as dit qu'ave m'casquette, j'aveos toudis l'air biête mais mi j'sais asteur elle a pris de l'valeur, elle a ein jour couvert l'tiête d'ein acteur".

Tout cha s'a passé i-a tout jusse quate ainnées, l'ormarque d' l'heomme d'Roubaix n'a pos été obliée mais asteur, dins l'rue Montifaut, on n'li dit pus Casquette comme à Mossieu Leveau, quand i-passe, ch'est à peine si les visins n'ortirent pos leu capieau :

"Ov'là ichi no n'Edmeond que s'casquette in 2012 elle a fait d'li eine vedette".

 (lexique : quieaud : chaud / bieau : beau / eine horloche : une horloge / treos : trois / après-deîner : après-midi (littéralement après le dîner) / infoncher : enfoncer / tout à n'ein queop : tout à coup / l'ruache : le voisinage, le quartier / berler : crier fort / avite : vite / eine éponche : une éponge / pa parelles caleurs : par des chaleurs pareilles / à mitan lèque : à moitié épuisée /  aqueurir : accourir / fraîques : fraîches / faire eine bouque comme ein cul d'glaine : faire une bouche en cul de poule, toute ronde / l'boudaine : le ventre, l'estomac / leon : loin / fauque : seulement / chinq : cinq / ainsin : ainsi / eine feos : une fois / eine panche : un ventre, une panse / adeon : donc / l'meos : le mois / soiche : soit / ein potieau d'cabaret : un pilier de bar / chiffler eine pinte : littéralement siffler une pinte, la boire d'un trait / eine tape d'gardin : une table de jardin / ein sa : un sac / leuger : léger / oblier : oublier / pasque : parce que / au leong du qu'min : le long du chemin / fromache : fromage / gambeon : jambon / des preones : des prunes / du chéribeon : de l'excellent café / orwettier : regarder / qu'mincher : commencer /  ête in foufielle : être en émoi, être dans tous ses états / vingt diapes : vingt diables / ête infourtéfé : être agité, être embarrassé / bramint : beaucoup / ormarquer : remarquer / pa d'rière : derrière / l'heyure : la haie / commincher : autre façon de dire commencer / saprémint : sacrément / busier : penser / printe : prendre / eine pièche : une pièce / ein cinsier : un fermier / ein flamind : un flamand / pou cha : pour cela / blanque : blanche / orchue : reçue / mervelle : merveille / toudis : toujours / l'larche : le large / pourméner : promener / les infants : les enfants / quanç'que : lorsque / afulé : mal habillé, vêtu de façon grotesque, accoutré / in puque : de plus / l'amisse : l'ami / l'tablature : la situation ridicule, gênante / l'quémisse : la chemise / l'mareonne : le pantalon / l'cheinture : la ceinture / l'béffiou : le bafouilleur, mot aussi utilisé pour désigner une personne qui bave énormément / déquinte : descendre / des chintimètes : des centimètres / in d'zous : en dessous / les gu'noux : les genoux /vir : voir / s'avancher : s'avancer / l'déplach'mint : le déplacement / pa d'zeur : par dessus / queompter : compter / ête seûr : être sûr, certain / beauqueop : beaucoup / pos moinse : pas moins / ortrouver : retrouver / l'corache : le courage / l'diminche : le dimanche / moutrer : montrer / cacher : chercher / ein barpe : une barbe / asteur : maintenant / pétête : peut-être / ahais : oui / jusse : juste / quate : quatre / les visins : les voisins / l'capieau : le chapeau / ov'là ichi : voilà ici).

S.T. juillet 2015.

10:36 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

09 juil.
2015

09:15

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (2)

Les origines de la cité.

La version légendaire.

- 606 avant J.C. : fondation d'une cité royale appelée "Petite Rome" ou "Autre Rome" sous le règne de l'empereur romain Tarquinius. Un autre nom apparaît : "Hérinam"

- 554 avant J.C. : révolte des habitants de la cité contre le tribut exigé par Rome.

- 340 avant J.C. : la ville est complètement détruite ! Par qui ???

- 297 avant J.C. : une nouvelle cité voit le jour à l'emplacement de l'ancienne, elle porte le nom de "Nervius", elle se choisit un roi qui pend le nom de "Turnus".

-   57 avant J.C. : Jules César s'empare de Nervius.

Cette tranche d'histoire reprise par Paul Rolland au tout début de son "Histoire de Tournai" est en fait basée sur une prétendue vision d'un chanoine, nommé Henri, datant de 1141. Aucune fouille n'a pu étayer celle-ci.

L'Histoire.

En l'an 50 de notre ère : existence d'un hameau s'étendant sur les deux rives de l'Escaut sous le règne de l'empereur Claude.

Au premier et deuxième siècle : le hameau se trouve au carrefour d'un réseau de voies romaines  le reliant à Cambrai, Arras et Thérouanne. exploitation de carrières à l'emplacement de l'actuelle cathédrale et d'un four à chaux creusé à même le roc dans l'actuel jardin de l'évêché.

A noter que cette bourgade est reprise sur la "Carte de Peuntinger" ou "Carte des étapes de Castorius" reprenant tous les itinéraires existant à l'époque romaine.

de l'an 100 à l'an 180 : la ville s'étend de Saint-Piat au Marché au Jambon sur la rive gauche et jusqu'à Saint-Brice sur la rive droite. Les fouilles du sous-sol semblent démontrer qu'un incendie général l'aurait probablement détruite, peut-être en l'an 180, lorsqu'elle est doit faire face à l'invasion des Chauques. Elle est reprise sous le nom de "Tornacum" ou "Turnacus".

En l'an 299 : un moine italien du nom de Piat de Bénévent vient évangéliser la cité, il sera par la suite désigné sous le nom de Saint-Piat.

Début du IVe siècle : création de la première enceinte de Tournai, on en retrouve des traces  à la rue Garnier, rue du Cygne, rue des Fossés... Une importante nécropole se trouve (hors enceinte) à l'emplacement de l'actuelle Grand-Place et de la rue Perdue.

(à suivre)

S.T. juillet 2015.