24 juil.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (320)

Ein sapré cabadèche !

Si i-a bin ein heomme ave qui j'n'os'reos jamais aller eine séchu, ch'est bin ave l'grand Batisse, ein garcheon du forbou d'Morel, ein greos panch'lu.

On n'queompte même pus les histoires qui li seont arrivées, elles ormeonteot'ent d'jà eine paire d'meos après qu'i-éteot né.

Pou pouvoir nettier à s'n'aisses'mamère l'metteot dins s'n'alloire. Ein bieau jour, l'temps d'aller querre ein séeau dins l'ormisse, l'infant i-a pris ses pétites gampes à s'cou et on l'a ortrouvé eine heure après dins l'quartier du vingt-quatre août.

Du queop, l'brafe feimme, elle a pris l'décisieon, de l'mette, in hauteur, su ein coussin, pou li raviser pa l'ferniête pindant l'temps qu'elle feseot s'saim'di (à Tournai, on imploie l'expressieon "faire s'saim'di" quançqu'on fait l'nettiache mais ch'est l'pus souvint l'verdi, si pos l'jeudi ainsin l'cambusse elle est d'jà tout incrapée l'diminche). Bin seûr, cha n'a fait ni eine, ni deux, i-a eu vite fait d'ouvère l'cassis et... i-est cait dins les peots à fleurs qu'i-aveot pas d'zous. Hureusem'int que ch'éteot au rez-de-chaussée d'eine pétite maseon basse. On s'a précipité et on l'a trouvé in plein mitan des pâquerettes, ein peu ébeubi.

Quand i-a grandi, Léontine, s'mamère, elle n'a pos été sauvée, cha n'a pos été beauqueop mieux, bin souvint, i-orveneot d'l'école ave l'tour de s'bouque rimpli d'incre bleue. Tout cha pasqu'i-aveot l'mauvaisse habitude d'chucher l'porte-pleume quanç'qu'i-busieot (à eaute cosse à c'que l'maîte i-diseot) ou qui raviseot les neuaches. Pindant les vacances, quanç'qu'i-alleot jeuer à l'balle dins l'pâture ave les infants du ruache, ch'éteot presque seûr et certain qui s'rétaleot dins eine flate de vaque. Comme i-n'aveot pos 'cor les produits miraques qu'on a asteur pou faire partir l'tache sins frotter, Léontine, s'mamère, elle deveot user d'eine brouche et d'huile de bras pou ravoir l'cataplasse qui aveot fait su s'mareonne du diminche.

L'prumière jeone file qu'i-a connu, cha n'a vraimint pos duré lommint, elle a eu vite vu qu'elle aveot affaire ave ein riche annochint. Elle l'aveot pourtant prév'nu qu'elle éteot allergique, qu'elle éteot toudis in train d'mouquer s'nez, li, i-n'a pos trouvé mieux que d'li offère ein bouquet d'fleurs des camps. Cha n'a pos fait ein pli, tout à n'ein queop, l'file elle a attrapé des catoupis à s'nez, les nareines qui se seont dilatées, les is qui seont dev'nus tout rouches, l'gorche qui s' mis à déminger. In brayant comme eine Madeleine, vers l'maseon de s'mamère elle a queuru et l'bruant d'Batisse i-l'a attindue mais i-n'l'a pus jamais orvue.

Je n'vous parle pos de s'service militaire ou alors j'vous deonne rapid'mint eine pétite rawette. L'colonel quand i-l'a vu arriver, i-a tout d'suite compris qu'i-aveot pa d'vant li eine riche canule. A chaque feos qui f'seot eine flinque, i-éteot d'corvée ou bin i-éteot aux arrêts. I-peleot les penn'tierres, i-nettieot l'cour, i-d'veot faire blinquer les cuifes des chintureons. Au mitard, i-éteot tout bénaisse, l'temps i-passeot à ne rien faire, jusse à queompter les aronnes qui déquindeot'ent du plafeond, à orwettier les mouques qui tourneot'ent in reond et à attinte l'minger : ein morcieau d'pain ave de l'grosse soupe et ein verre d'ieau.

Au momint d'ête démobilisé, i-a fait guinse pindant huit journées. I-éteot tell'mint quervé qui s'a ortrouvé, ceulle feos, au cacheot du commissariat d'police de l'rue d'l'Athénée. Ch'est là qui a fait l'connissance d'Marceline, eine flaminque qui v'neot tout dreot d'Malines mais qui n'éteot pos très... maline. I-s'a mis in ménache, l'lind'min de l'sortie du commissariat et i-a parti d'meurer au cour Catteau. Si Marceline elle n'éteot pos maline, elle éteot au moinse débrouillarte. Elle est intrée comme nettieusse chez eine vielle comtesse qui n'aveot pos d'infants et vous comperdez d'jà que pou l'héritache, ch'est Marceline qui a été couchée su l'testamint.

Quanç'que l'vielle elle a ortourné s'brouette ou prit s'pinsieon à Mulette comme dit Batisse toudis fort respecteux des gins, ch'est eusses deux qui ont ramassé l'liards. I-seont ainsin devenus rintiers, ch'est-à-dire qu'i-z-ont ortrouvé l'professieon d'avant : vife d'amour et d'ieau fraîque ou, puteôt de vin et d'bière.

Ceulle sémaine, Batisse i-a fiêter ses soixante-chinq ans, malgré qu'i-n'a jamais ouvré de s'vie, i-a été ave Marceline pou fiêter s'misse à l'pinsieon dins ein grand restaurant. Même là, i-a fallu qui s'distingue. Au momint de s'servir dins l'plat, i-a involé s'verre de vin de Bordeaux et i-a tout ramassé su s'belle quémisse blanque que Marceline aveot acatée pou l'occasieon. Elle éteot toute défoutue, pou in peu elle alleot braire, elle aveot eu bin de russes à l'orpasser, ave l'caleur, i-falleot vir comme elle aveot sué.  

"Ch'a n'fait rien va, fifile, ravise, asteur à m'quémisse, i-a ein côté blanc et l'eaute rouche, cha moute que j'sus fier d'ête Tournisien. Là d'zeur, I-a voulu s'mette à canter "les Tournaisiens sont là" et dins eine lyrique involée, ave s'bras, ch'a a été au tour de l'saucière d'décoller.

"Mais ch'n'est jamais possipe, te n'in f'ras jamais eine belle, asteur t'col i-est tout cras, orwette ichi...t'col...i-colle".

Les gins se seont mis à rire plein leu panche, l'serveusse s'a précipité pou l'épeonger.

"I-feaut mette du sel, Mossieu" qu'elle li a dit.

"Ah neon, surtout pos, pos d'sel, mi j'sus ein chucré, apportez ichi l'chuquerrier".

"Pou t'nir d'parels propeos, à ceulle file, ch'est qui est d'jà berzèque" qu'elle a pinsé Marceline.

"Beon, allez..., te t'es bin deonné in spectaque, orclame l'additieon, on va d'aller débloquer tout cha à no maseon".

"Neon... Neon, i-a acore l'tarte aux preones ou bin l'glache au chucolat, je n'va pos m'in raller sans avoir minger l'déssert et chiffler m'pétit verre d'vodka".

I-éteot pourtant dit que l'quémin d'creox d'Marceline i-éteot leon d'ête terminé, elle alleot boire l'calice jusqu'à la lie, elle alleot béteôt caire jusqu'au pus profeond du puche.

In arrivant à leu maseon, Batisse i-s'a arrêté pa d'vant l'porte, i-aveot attraper l'souglou dins l'autobus, i-feaut dire que dins certaines rues d'no ville, i-s'reot bin nécessaire d'avoir eine chinture d'sécurité pou les passagers pasqu'à chaque tréo, in bas de t'fauteul, te risques d'bourler

"Attintieon, ch'est pos n'importe quoi, ch'est ein royal souglou, j'l'ai attrapé inter l'incienne banque nationale et l'bloc d'écume (les inciens Tournisiens verreont dusque cha s'truèfe, pou les jeones d'asteur, ch'est dins l'rue Royale ave ses bosses et ses fosses).

"Quoisque t'attinds pou ouvère l'porte" qu'elle li a dm'indé Marceline.

"Bé, j'éteos tell'min préssé que j'ai laiché m'trousséeau d'clés à l'maseon, prinds les tiennes"

"Mi, j'ai pos l'même sa qu'au matin, elles... elles... seont aussi ... d'l'eaute côté de l'huche".

"Mo bé alors, on est déhors, i-va falloir téléphoner à n'ein serrurier, on va vir dins l'botin".

"I-feaudra aller chez ein visin pasque les paches guéaunes, elles seont, elles aussi, d'l'eaute côté de l'porte".

L'heomme i-est arrivé deux heures pus tard ave s'camionnette dusqu'i-éteot marqué in grand : dépannache urgint".

Batisse i-li a dit :

"Quanç'que ch'est pos urgint, combien d'temps on attind".

Ave s'main, l'vieux i-a frotté s'barpe et in simblant dire "ahais" ave s'tiête, i-li a répeondu :

"Mi, j'sais faire l'différince inter les accidints, par eximpe eine porte qui s'orferme ave l'courant d'air, et les cafouilleux qui s'in veont sans orwettier si i-ont pris les clés".

I a foré l'cyllndre et i-d'a mis ein nouvieau.

In souriant i-a dit :

"J'vas vous ormette les clés dins l'couloir, ainsin j's'rai certain qu'elles seont à l'intérieur";

"Neon mais, Vous nous prenez vraimint pou des biêtes" qui a dit Batisse.

Marceline, elle n'a rien dit mais elle n'in pinseot pos moinse :

"I-a quand même des gins qui seont observateurs".

Quant on va asteur à l'maseon d'Batisse et d'Marceline, in sortant, su l'porte, i- a ein grande fuelle d'papier qui a été collée et on peut lire :

"T'as pos oblié d'mette tes sorlets, t'as serré l'porte du gardin, t'as pris tes liards, tes clés seont bin dins l'poche de t'jupeon, t'as pris t'tiête avec, alor... cha va, te peux claquer l'porte de l'rue".

Batisse i-m'a dit tout bas : "

"Ch'est ein pinse-biête pou Marceline, si je n'la surveille pos, elle me fait vir l'diape, je n'l'ai pos facile".

(lexique : ein sapré cabadèche : un fameux crétin / aller eine séchu : aller quelque part / l'forbou : le faubourg / ein panch'lu : un pansu, un homme qui a du ventre, de l'embonpoint / queompter : compter / pus : plus / ormeonter : remonter / des meos : des mois / nettier : nettoyer / à s'n'aisse : à son aise / s'mamère : sa mère / ein alloire : appareil en bois muni d'une planchette troué coulissante entre deux barres permettant à un enfant d'apprendre à marcher sans tomber / querre : chercher / ein séeau : un seau / l'ormisse : la remise / les gampes : les jambes / l'quartier du vingt-quatre août : situé au Nord de Tournai, jouxtant le village de Warchin, il fut le lieu de violents combats entre territoriaux français et troupes allemandes le 24.8.1914 (voir articles publiés sur ce blog concernant le Général de Villaret) / du queop : du coup / l'brafe : la brave / raviser : regarder / l'ferniête : la fenêtre / l'saim'di : le samedi / quanç'que : lorsque / l'nettiache : le nettoyage / l'verdi : le vendredi / l'cambusse : la masure / incrapée : encrassée / bin seûr : bien sûr / ouvère : ouvrir / l'cassis : le châssis / caire : tomber / les peots : les pots / pa d'zous : en-dessous / in plein mitan : au beau milieu / ébeubi : stupéfait / beauqueop : beaucoup / orvenir  : revenir / s'bouque : sa bouche / l'incre : l'encre / chucher : sucer / l'porte-pleume : le porte-plume / busier : penser / à eaute cosse : à autre chose / les neuaches : les nuages / jeuer : jouer / l'pâture : la prairie / l'ruache : la rue, le quartier populaire / s'rétaler : s'étaler, tomber à plat / eine flate de vaque : une bouse de vache /  miraques : miracles / asteur : maintenant / eine brouche : une brosse / l'cataplasse : le cataplasme / l'mareonne : la culotte, le pantalon / l'prumière jeone file : la première jeune fille / lommint : longtemps / annochint : innocent / toudis : toujours / mouquer : moucher / offère : offrir / les camps : les champs / tout à n'ein queop : tout à coup / avoir des catoupis : avoir des chatouillis / les nareines : les narines / le is : les yeux / rouches : rouges / l'gorche : la gorge / déminger : démanger / braire : pleurer / queurir : courir / ein bruant : désigne un hanneton mais aussi un homme sans vigueur / orvir : revoir / eine pétite rawette : un petit supplément / pa d'vant li : devant lui / eine riche canule : un fameux propre à rien / faire eine flinque : faire une gaffe / les penn'tierres : les pommes de terre / faire blinquer : faire briller / les cuifes : les cuivres / les chintureons : les ceinturons / ête bénaisse : être content, heureux / jusse : juste / les aronnes : les araignées /  orxwttier : regarder / les mouques : les mouches / l'morcieau : le morceau / l'ieau : l'eau /  faire guinse : s'enivrer / ête quervé : être ivre / s'ortrouver : se retrouver / ceulle feos : cette fois / faire l'connissance : faire la connaissance / eine flaminque : une flamande / dreot : droit / s'mette in ménache : se mettre en ménage, vivre en couple / ête débrouillarte : savoir se débrouiller / intrer : entrer / eine nettieusse : une nettoyeuse / ortourner s'brouette : mourir / Mulette : désigne le cimetière du Sud à Tournai / eusses deux : eux deux / les liards : l'argent / ainsin : ainsi / vife : vivre / fraîque : fraîche / puteôt : plutôt / fiêter : fêter / ouvrer : travailler / l'misse à l'pinsieon : la mise à la retaite / involer : envoler / l'quémisse blanque : la chemise blanche / acater : acheter / ête défoutu : être découragé, démoralisé / avoir des russes : avoir des difficultés, avoir de la peine / orpasser : repasser / l'caleur : la chaleur / fifile : fifille / moutrer : montrer / là d'zeur : là-dessus / canter : chanter / possipe : possible / ête cras : être gras / rire plein s'panche : attraper un fou-rire, rire à gorge déployée / Mossieur : Monsieur / chucré : sucré / l'chuquerrier : le sucrier / ête berzèque : être sur le bord de l'ivresse / spectaque : spectacle / orclamer : réclamer / débloquer : enlever les souillures, faire un premier lavage sommaire / l'tarte aux preones : la tarte aux prunes / l'glache au chucolat : la glace au chocolat / s'in raller : s'en retourner / chiffler : siffler, avaler d'un trait une boisson / l'quémin d'creox : le chemin de croix / ête leon : être loin / béteôt : bientôt / l'puche : le puits / avoir l'souglou : avoir le hoquet /  eine chinture : une ceinture /  pasque : parce que / ein tréo : un trou / bourler : tomber / dusque cha s'truèfe : où cela se trouve / quoisque : qu'est-ce que / laicher : laisser / l'sa : le sac / l'eaute : l'autre / l'huche : la porte / ein visin : un voisin / les paches guéaunes : les pages jaunes reprenant les numéros de téléphone des entreprises / l'barpe : la barbe / ahais : oui / inter : entre / eximpe : exemple / orfermer : refermer / les cafouilleux : les gens qui agissent sans méthode, de façon désordonnée /  ormette : remettre / biête : bête / pos moinse : pas moins / eine fuelle : une feuille / oblier : oublier / les sorlets : les souliers / l'gardin : le jardin / l'jupeon : le veston / faire vir l'diape : faire voir le diable).

S.T. juillet 2015. 

22:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.