18 juil.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (319)

Queop d'solel !

"L'été s'ra quieaud, l'été s'ra quieaud dins les T-shirt...". Quançqu'Eric Charden i-a écrit ceulle cancheonne, on n'parleot pos 'cor de récauff'mint climatique, on aveot bin, alfeos, ein p'tit queop d'caleur et l'thermomète i-monteot alors à trinte degrés tout au puque et ein ou deux jours après on attrapeot ein orache carabiné pou rafraîquir l'atmosphère et démette l'temps.

Asteur, on n'parle pus que d'canicule, cha dure pindant des jours et des semaines et si on n'beot pos assez on areot vite fait nos treos tours. Bin seûr, ch'est d'l'ieau qui feaut boire, pos de l'bière, du vin ou bin du pastis.

L'eaute soir, in intindant l'météo à l'télévisieon, Fifinne elle a dit à s'n'heomme :

"Te n'sais pos qu'on annonche trinte-chinq degrés à l'ombre, dusqu'on va s'mette ?".

Et l'annochint d'Edmeond d'li répeonte :"

"On n'te forche pos à t'mette à l'ombre !".

J'vous l'ai d'jà dit l'sémaine passée, Edmeond i-est puteôt du ginre marmotte à l'invers, i-est toudis bin mieux in hiver. Dès que ch'est l'été et que l'solel i-luit, i-n'sort pus de s'maseon, i-serre les battantes, et, in short et in qu'misette, i-orwette l'télévisieon pindant toute l'journée.

Fifinne elle a bieau li répéter :

"N'laiche pos ceulle télé toudis alleumée, cha récauffe l'salle à minger !"

I-a rien à faire, tout c'qui passe à l'télé i-l'ravise même l'télé-shopping, l'voyance et "les Feux d'l'Amour", eine série qui va finir pa fiêter ses noces d'or su l'pétit écran.

L'malheur dins tout cha, ch'est qu'Edmeond i-n'sait pus aller dins s'gardin, adeon, i-a bin fallu printe ein étudiant pou gardeiner à s'plache.

"L'garcheon i-a l'air plein d'beonnes attintieons mais on peut pos dire qu'i-semble cait de l'dernière pluèfe". Ch'est ainsin qu'Emeond i-l'a tout d'suite catalogué.

Fifinne n'éteot pos d'accord ave s'jug'mint :

"Ch'est ein bieau et jeone garcheon d'beonne famile, bin comme i-feaut, ave des leongs ch'veux et d'bellés croles, même qu'ave s'pieau blanque et s'teint mat, on direot tout l'orprésintatieon d'un dieu grec" qu'elle a dit quançqu'elle elle l'a vu pou l'prumière feos.

"N'parle pos ichi d'dieu grec pasque cha risque d'nous coûter tchier" qui a répeondu Edmeond marqué pa les évén'mints qui veot tous les soirs à l'télévisieon.

"J'espère que l'dieu grec i-sait t'nir ein louchet et qu'i-a, ein jour, appris à rat'ler et à déwaroquer".

"L'bel Adonis", ch'est ainsin qu'Edmeond l'aveot surneommé, i-aveot tapé dins l'ouèl de Fifinne.

Pou Edmeond, ch'éteot pos l'même cosse, ein jour après-deîner, i-li a dit : 

"Viens ichi, comarate... i-fait bin treop quieaud dins l'gardin, on va in chiffler eine à deux"

L'paufe garcheon n'aveot pos l'air d'comprinte l'patois et i-li a fait ormarquer qu'à causse de ses dints i-n'aveot jamais su chiffler.

"I-feaudra apprinte l'Tournisien, m'garcheon, mi j'n'aime pos beauqueop les gins qui feont des preones pou parler, ichi on n'est à ti et à ta" li a dit Edmeond in moutrant l'boutelle d'Brunehaut.

L'paufe garcheon n'saveot pos qu'i-passeot là s'n'examen d'admissieon.

Edmeond i-a pinsé :

"Cha comminche bin, ov'là qu'i-n'beot que du coca... c'colas là".

Adonis, i-a espliqué à Fifinne que du temps dusqu'i-éteot à l'université à Mons, i-n'aveot jamais godaillé, pindant que les eautes alleot'ent faire guinse, li i-éteot dins ses bouquins à étudier.

"Et t'as réussi ?" qu'i-li a d'mindé Edmeond.

"Oui, Monsieur, avec la plus grande distinction".

"Cha z'i-est, cha li orprint, ichi on dit... ahais, te m'as bin suivi... ahais ?" qui li a dit Edmeond

"Oui Monsieur" qui a répeondu Adonis.

"Quoisque t'a eu comme diplôme ?".

"Je suis ingénieur civil".

"Pourquoi, i-a aussi des ingénieurs pou l'Définse nationale ? " qui a d'mindé Edmeond qui a toudis wardé ein dint conte l'armée d'puis s'service militaire.

"Et te ouèfes à Tournai ?"

"Non, je n'ai pas encore d'emploi, je suis inscrit au Forem".

"Mo Dieu, si te queomptes su mes gins pou ti trouver d'l'ouvrache, te risques d'ête à joque lommint, acore hureux que te n'deos pus aller presque tous les jours à l'tique comme dins l'temps !".

Adonis i-comperdeot l'flamind et l'inglais, mais là ch'éteot treop li d'minder.

"Beon, ch'est pos tout cha, passeons asteur aux cosses sérieusses. Te vas qu'mincher par orsaquer eine line d'penn'tierres et des porieons pou l'soupe à Fifinne, te vas busier à mette des pichoulits aux lapins, te donn'ras ein queop d'otoire pasque l'tierre elle est sèque, te pins'ras à abuter mes asperches, pou ti arroser les cabusettes laiche bin déquinte tout douch'mint l'séeau dins l'puche, te vas orwettier si i-n'est pos temps d'ceuillir les groselles su l'gros'lier du feond, pou les preones, je n'pinse pos qu'elles soiche'tent d'jà meurtes, te viendras m'dire si l'chéléri i-pousse bin malgré l'sécresse et t'oblieras surtout pos d'ormette les otieus dins l'cahute avant d'partir".

Et dire qu'Adonis, su s'nordinateur i-aveot ein traducteur. Ichi, i-est resté tout paf.

"Et alors, Mossieu l'ingénieur, on a eine panne de secteur ?".

Fifinne aveot intindu tout ce que s'heomme aveot dit et elle est v'nue au secours du malhureux in traduisant ceulle tirade bin d'chez nous.

"Pindant que te vas ouvrer au gardin, m'garcheon, mi j'vas faire m'confiture d'séhu" qu'elle li a dit.

Au soir, au momint d'partir, pa d'rière Edmeond, elle li a deonné ein abeondreot.

Edmeond, in soupant, tout défrisé, i-a berteonné inter ses dints :

"Ch'est bin pasque je n'veux surtout pos attraper ein queop d'solel, autermint, j'n'ingagereos jamais ein fate parelle".

"L'fate i-a fait tout l'ouvrache que te li a d'mindé, et même puque, i-a dédruit tes jeones carottes et i-s'a même piqué in ortirant les cardeons et les orties"

"Quoisque te dis... i-a inl'vé mes orties, bé, ch'eteot pou ti faire de l'soupe que j'les aveos laiché pousser. J'ai bin vu clair, Adonis, ch'est pétête t'pétit mimisse, mais pou mi ch'est ein sapré artisse".

Quanç'que te n'in décopes pos des lourdes, te-truèfes toudis à r'dire ! Bin vite l'hiver que te soiches ein peu moinse mourdreux !

(lexique : ein queop d'solel ; un coup de soleil / quieaud : chaud / quanç'que : lorsque / ceulle cancheonne : cette chanson / 'cor : diminutif d'acor(e) qui signifie encore / l'récauff'mint : le rechauffement / alfeos : parfois / tout au puque : tout au plus / ein orache : un orage / rafraîquir : rafraîchir / démette l'temps : changer le temps / asteur : maintenant / faire ses treos tours (ou ortourner s'brouette) : mourir / l'ieau : l'eau / l'eaute : l'autre / annoncher : annoncer / dusque : où / annochint : innocent / répeonte : répondre / forcher : forcer / puteôt : plutôt / toudis : toujours / les battantes : sortes de volets extérieurs / ein quémisette : une chemisette, un "marcel" comme on dit en France / orwettier : regarder / bieau : beau / alleumé : allumé / raviser : autre forme de regarder / fiêter : fêter / ein gardin : un jardin / adeon : donc / gardeiner à s'plache : jardiner à sa place / ête cait de l'dernière pluèfe : être tombé de la dernière pluie, être encore naïf / jeone : jeune / avoir des bellés croles : avoir les cheveux bouclés / blanque : blanche / l'prumière feos : la première fois / tchier ou tcher : cher / ein louchet : une bêche / rat'ler : ratisser / déwaroquer : briser les mottes de terre / l'ouèl : l'œil / eine cosse : une chose / l'après-deîner : littéralement l'après-dîner, l'après-midi / comarate : camarade / chiffler : siffler, in chiffler eine : boire (une bière) d'un trait / l'paufe : le pauvre / comprinte : comprendre / ormarquer : remarquer / à causse : à cause / ses dints : ses dents / apprinte : apprendre / m'garcheon : mon garçon / faire des preones : parler sur un ton qui manque de naturel / ête à ti et à ta : être à tu et à toi, être familier / moutrer : montrer / commincher : commencer / ov'là : voilà / l'colas : le crétin, le naïf / godailler : boire avec excès / faire guinse : s'enivrer / orprinte : reprendre / ahais : oui / warder : garder / te ouèfes : tu travailles (deuxième personne du verbe ouvrer) / queompter : compter / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / ête à joque : être au chômage / lommint : longtemps / aller à l'tique : aller pointer (contrôle régulier des chômeurs aujourd'hui disparu) / i-comperdeot : il comprenait / beon : bon / qu'mincher : autre forme pour commencer / orsaquer : retirer / eine line de penn'tierres : une ligne de pommes de terre / des porieons : des poireaux / busier : penser / des pichoulits : des pissenlits / deonner ein queop d'otoire : donner un coup de binette / sèque : sèche / abuter : buter, faire des monts de terre / les asperches : les asperges / les cabusettes : les laitues pommées / laicher : laisser / déquinte : descendre / l'séeau : le seau / l'puche : le puits / les groselles : les groseilles / l'gros'lier : le groseillier / l'feond : le fond / les preones : les prunes / meurtes : mûres / l'chéléri : le céléri / l'sécresse : la sécheresse / oblier : oublier / ormette : remettre / les otieus : les outils / l'cahute : la cabane / ête tout paf : être saisi, interdit / ouvrer : travailler / du séhu : du sureau / ein abondreot : un pourboire, une dringuelle qu'on donne aux ouvriers / ête défrisé : être contrarié /  berteonner : maugréer / autermint : autrement /  ein fate : un paresseux, un fainéant / dédruire : démarier, éclaircir un semis / ortirer : retirer / les cardeons : les chardons / quoisque : qu'est-ce que / pétête : peut-être / l'pétit mimisse : petit mot montrant l'affection qu'on porte à un enfant / ein sapré artisse : un sacré artiste / ne pas in décoper des lourdes : ne pas faire grand-chose / te truèfes : tu trouves / mourdreux : hargneux).

S.T. juillet 2015.

 

11:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.