03 juil.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (317)

L'temps passé i-est out.

Ov'là 'cor les grandes vacances et acore eine ainnée scolaire out. Quand j'veos les infants sortir l'dernier jour, j'orpinse toudis au temps dusque j'useos, mi aussi, mes feonds d'mareonne su les bancs de l'pétite école. Ch'éteot à ceulle de l'Porte d'Lille, j'conneos acore s'cancheonne dusqu'on diseot qu'elle éteot coquette, l'pus jolie de toutes les ceulles de l'cité, baignée d'air pur, d'verdure, d'fleurettes... les paroles i-ont seûrmint été écrites avant l'circulation des bus et des camieons su les boulevards de chinture, pasqu'on n'pouveot pus ouvrir eine ferniête sineon on n'intindeot pus l'maîte et on respireot les feumées des auteos qui attindeot'ent au feu rouche.  

On alleot du lindi au saim'di tout intier ave congé l'jeudi après-deîner. On commincheot à huit heures et demi et on finisseot à quatre heures. On pouveot même rester à l'étude jusqu'à chinq heures.

J'm'orveos partir, du matin, ave mes comarates in jeuant à marpes dins les rigoles. J'm'ortruèfe dins l'cour d'récréatieon quançqu'on jeueot au fotbal in attindant que l'maîte i-seonne l'cloque. On alleot querre no cache-poussière qui pindeot à ein porte-manteau à l'porte d'no classe et on s'metteot in rang, in silence.

On aveot pos eine tape et eine cayère comme asteur, ch'éteot ein vrai banc, in beos, ave ein incrier et ein crochet su l'côté pou mette pinte l'cartape. Au momint que l'cours commincheot, on preneot nos lifes et nos cahiers et on raviseot l'maîte écrire au tabléeau noir d'eine belle écriture, ave des lettes bin formées, au point qu'on areot tertous voulu savoir écrire comme li.

Ave les maîtes Hugé, Vincent, Legrand, Mouchon, Lorphèvre ou bin Cambier, on f'seot des dictées, du carcul, de l'géographie, on appreneot l'Histoire de no pays, deux feos pindant l'sémaine, Mossieu Robin i-donneot l'cours de gymnastique.

Au mitan de l'classe trôneot l'feu au carbeon, on i-metteot des boulets et bin souvint cha finqueot.

Dins chaque classe, i-aveot, au feond du local, l'baudet d'service, ein paufe malhureux qui n'éteot pos intéressé pa les études, i-attindeot d'avoir douze ans pou aller ouvrer ave s'mopère à l'fabrique !

Nos parints comme nous eautes; on aveot du respect pou l'instituteur, ch'éteot li qui nous transmetteot l'savoir qu'on areot besoin pou faire carrière pus tard. Quand on l'rincontreot in ville, on l'salueot toudis polimint. Ave l'curé et l'bourguémette, ch'éteot l'troisième personnache l'pus important dins no vie.

J'ai l'raminvrance des tapes d'multiplicatieon qu'on réciteot comme si on canteot ein cancheon. J'pinse acore à ces dictées que le maîte nous donneot in copant chaque phrase pou bin comprinte chaque meot :

"Noémie va à Ninove", i-orpreneot : No-é-mie... va... à ...Ni-no-ve" ou bin "Firmin a de beaux lapins... Fir-min a de beaux la-pins".

In géographie, on appreneot l'cours de l'Esqueaut, on saveot qu'i-intreot in Belgique à Bléharies, qu'i-arroseot Antoing et Tournai et qu'in suite i-parteot, après l'éclusse de Kain, vers la Flandre et Anvers pa Bossuyt, l'prumier villache in pays flamind.

In Histoire, on nous parleot d'Clovis qui éteot né à Saint-Brice, d'Jules César qui aveot dit que "de tous les peuples de la Gaule, les Belges étaient les plus braves", ch'est à c'moumint là que j'ai appris pou l'prumière feos, l'meot "chauvin" que j'pinseos qu'i-n'qualifieot que les Français qui seont nos visins.

Asteur tout cha a bin cangé. On n'jeue pus aux marpes, on part à l'école ave ses écouteurs à ses orelles pou acouter de l'musique d'rintchinchin, les infants d'siept ou huit ans n'comprennent pos ein meot d'inglais mais i-save'tent d'jà quoisque cha veut dire "I love you".

Dins l'cour, alfeos, i-d'a ein ou deux qui s'mettent à batt'lier comme des chiffonniers et i-d'a toudis ein parmi les ceusses qui orwettent pou les filmer ave s'portape et l'mette su internet. Pétête que m'n'heomme i-a invie d'dev'nir ein grand journalisse.

Dins l'inseig'mint, no minisses ont allégé l'programme (comme ch'est pos toudis des leumières, i-feont des décrets sans busier à c'qui va arriver). On n'peut pus d'minder aux infants d'asteur d'avoir l'tiête bin pleine, neon, on deot tout simplemint dév'lopper leu deon d'observatieon. Commint peut-on acore aller faire des dictées à des biec-beos qui su internet ou pa SMS dise'tent qui "kiffent grafe leu meuf" ou qui traitent leu maîte "d'bouffon". On va béteôt leu deonner des "cours de rien", l'néant ch'est à leu niveau.

Noémie va à Ninove et Firmin a de beaux lapins, l'dictée est dev'nue eine simpe analyse de texte :

"Commint s'appele l'file ? Dusqu'elle va ? Quoisqu'i-a Firmin ? Commint seont les biêtes d'Firmin ?".

Ch'n'est pos possipe qu'ave des questieons parelles i-d'a acore qui parvienn'tent à s'planter ! 

Les jeones i-s'in foutent que l'Esqueaut intre in Belgique à Bléharies et que Clovis i-est né à Tournai.

A Marcel, l'garcheon de m'visin, l'maîte i-a ein jour d'mindé : "Vous connaissez Clovis, vous pouvez me parler de lui".

"Ahais, bin seûr que je l'conneos, ch'éteot ein boxeur après la guerre et même que m'mopère i-l'appeleot Penn'tière (*)" qui a répeondu l'artisse.

Attintieon, l'Marcel, ch'est leon d'ête eine exceptieon, l'pétit Léon qui s'aveot mis à rire de s'comarate li i-a répeondu :

"Clovis, ch'est ein heomme qui a deonne s'neom à eine plache près d'l'églisse Saint-Brice".

Le carcul, ch'est pos mieux.

Avant on carculeot, l'heure d'arrivée d'ein train in gare d'Tournai sachant qu'in v'nant d'Bruxelles-Nord i-deveot faire nonante-chinq kilomètes à eine moyenne horaire d'quater-vingt-deux kilomètes par heure et qui s'arrêteot chinq minutes à Bruxelles-Midi, treos minutes à Enghien, etc...

Asteur, cha n'existe pus. Comme m'a dit ein professeur, cha n'sert pus à rien, d'toutes façeons, ave la SNCB, l'train i-n'est pus jamais à l'heure. Seul'mint quançqu'on a queusi eine minisse de l'mobilité, ch'est pos très "galant" pou eine heomme d'aller asséner parelle vérité.

Pou les rédactieons i-feont des efforts, eine connissance de m'feimme li a moutré fièr'mint l'texte que s'file elle aveot rédigé, j'vous le deonne comme j'l'ai orchu :

"Ce promené en ville ! (ch'éteot l'tite du devoir). Quand je vé me promené en ville, je voi qu'i-a beaukou de sallté, sa me répugne, il faux dire que les zommes verts font du bon travail, il son méritents. Ils ramase les détritu. Moi, je ne lésse jamais une canete sur un ban, et mes klopes je les mai à la poubel" (j'm'escusse de vous d'minder pardeon mais ch'est bin in Français dins l'texcte) 

L'instituteur li a mis siept et demi su dix in disant qu'i-jugeot avant tout l'feond et pos la forme, son soucis d'proprété, son côté écoleo, l'a importé su l'orthographe.

L'maîte i-a d'ailleurs mis, in rouche, dins l'colonne : "Bien mais il faut revoir l'orthografe" (sic).

Cha m'a fait pinsé à ein prof d'université qui donneot ein cours d'mécanique quantique, ein étudiant li avait fait ormarqué que l'meot "accélératieon" n'preneot pos deux "L" mais qui falleot deux "C". Vexé, l'prof li a répeondu que pou carculer l'vitesse des bosons et des fermions, ch'n'éteot pos nécessaire d'savoir qu'i-n'aveot pos deux "L" mais qu-i-aveot deux "C" à accélératieon.

Asteur, ch'est le parints qui seont les maîtes, Mossieu deot s'démefier, quançqu'i-deonne eine punitieon à ein infant  pasqu'i-risque d'avoir l'mopère et l'mamère su l'deos, d'ête rattindu à l'porte d' l'école, d'orchevoir des neoms d'ozieaux et pétête même eine marnioufe. Ch'est fini l'temps des  belles salutatieons, ch'est dev'nu l'époque des cachireons ! L'infant roi diriche l'maseon.

Quand j'veos tout cha, j'vas béteôt créer un blog uniqu'mint rédiger in langache SMS, comme cha je n'arais pus à m'fatiguer à raviser après les "fotes de francé" et j'sus seûr qui d'a beauqueop qui veont ainsin v'nir m'lire et pétête mette des commintaires car i-d'a pus bramint !  

(lexique : le temps passé i-est out : le temps passé est fini, on ne peut plus revenir en arrière / ov'là 'cor : voilà encore / j'veos : je vois / j'orpinse toudis : je repense toujours / dusque : où / mes feonds d'mareonne : mes fonds de culotte / ceulle : celle / l'cancheonne : la chanson / seûrmint : sûrement / l'chinture : la ceinture / pasque : parce que / l'ferniête : la fenêtre / l'maîte : le maître, l'instituteur / l'feumée : la fumée / rouche : rouge / l'saim'di : le samedi / l'après-deîner : l'après-midi (après le dîner) / commincher : commencer / j'm'orveos : je me revois / les comarates : les camarades / jeuer à marpes : jouer aux billes /  je m'ortruèfe : je me retrouve / qaunç'que : lorsque / l'cloque : la cloche / querre : chercher / pinde : pendre / eine tape : une table / eine cayère : une chaise / asteur : maintenant / in beos: en bois / ein incrier : un encrier / ein cartape : un cartable / les lifes : les livres / raviser : regarder / les lettes : les lettres / tertous : tous / du carcul : du calcul / eine feos : une fois / au mitan : au milieu / carbeon : charbon / finquer : fumer, enfumer / l'paufe : le pauvre / ouvrer : travailler / s'mopère : son père / nous eautes : nous autres / l'bourguémette : le bourgmestre (le maire) / l'personnache : le personnage / j'ai l'raminvrance : j'ai le souvenir / l'cancheon : autre mot pour désigner la chanson / coper : couper / orprinte : reprendre / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai )/ l'prumier villache : le premier village / flamind : flamand / l'visin : le voisin / canger : changer / les orelles : les oreilles / acouter : écouter / rintchinchin : qualifie une mauvaise musique / siept : sept / alfeos : parfois / batt'lier : se batailler / ein portape : un portable / pétête : peut-être / ein biec-beos : un naïf / parelle : pareille / i-s'in foutent : ils s'en moquent / Penn'tierre : pomme de terre surnom de Clovis Lequenne, le personnage a réellement existé, certain l'ont connu travaillant à la compagnie du gaz où il était chargé du relevé les compteurs, il avait participé à de nombreux combats de boxe /eine plache : une place / nonante-chinq : quatre-vingt-quinze  / queusir : choisir /  eine connissance : une connaissance / moutrer : montrer / orchu : reçu / l'tite : le titre / s'démefier : se méfier / l'mamère : la mère / ête rattindu : être attendu, tomber dans un guet-apens / les ozieaux : les oiseaux / eine marnioufe ou bin ein cachireon : une gifle / l'maseon : la maison / l'langache : le langage / bramint : beaucoup).

S.T. juillet 2015

16:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.