26 juin
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (316)

Pressés comme des chitreons.

L'grand Gustave qui habite pos leon de chez Edmeond, ch'est ein véritape révolutionnaire. A quater-vingts ans bin sonnés, i-déméprisse tout et tertous, i-est toudis prêt à aller manifester mais, bin que ses visins n'arrête'tent pos de s'plaindre, i-d'a pos beauqueop pou l'accompagner.  

Quand on a l'malheur d'caire d'ssus au coin de l'rue, i-veaut mieux parler de l'pluèfe et du bieau temps pasque si te comminches à parler ave li d'politique ou bin d'écolomie, i-va t'tenir l'gampe pindant des heures intières, te n'as pos fini.

Au cours d'eine de mes porménates, verdi au matin, j'ai pos eu d'sanche, j'ai eu l'malheur d'croiser s'quémin.

"Bonjour Gustave, i-fait bieau aujourd'hui" que j'li ai tout de suite dit.

Je n'pouveos pos faire simblant de n'pos l'avoir vu, on n'éteot feauqu'à deux au mitan de l'rue.

I-m'a répeondu : "Acore hureux que l'solel i-est acore gratuit pou l'moumint pasque, ave les albrans qu'on a cha risque de n'pus durer lommint !".

J'ai bin vu dusqu'i-vouleot in v'nir, adeon, pou vite in finir, j'ai cangé d'conversatieon.

"Ravise l'jeone file qui passe, s'mamère elle f'reot bin de li acater ein nouvieau short, i-date seûrmint de s'prumière communieon, commint peut-on ête afulé, agimolé de l'sorte, i-a seûrmint restreint au lavache, ch'est eine véritape ferloupe, on n'peut pos dire que d'dins elle nache, on direot qu'i-a été arraché dins l'machine à lessiver, il feaudreot, au moinse, rassarcir les bords ou bin les coper !".

"Mo bé... ch'est Mégane, l'file à Marceline, bé neon, neon... ch'est eine nouvelle courte mareonne qu'elle a été querre, l'sémaine passée, dins eine boutique d'mote d'l'eaute côté de l'frontière. J'sus seûr qu'elle l'a payée bin pus tcher que si elle aveot acaté eine mareonne ordinaire. Ch'est ainsin asteur, i-feaut bin l'accepter, pus te vas à loque, pus te fais succès".

"T'as pétête pos tort, mi, Logan, l'pétit garcheon de m'cousin Roger, i-des mareonnes ave de treos comme si i-aveot pris dins des barbelés et, in puque, te verreos comme elles seont sales ses loques, quand je l'veos, on direot ein qui ouèfe à l'roque".

"Mais cha aussi, ch'est vindu ainsin et i-coûte aussi tchier ces vêt'mints!".

"Dire que nous eautes, quand pou fréquinter on sorteot, on éteot toudis tirés à quate épinques, on metteot eine quémisse blanque ave ein jabeot, des mareonnes pattes d'eph et des sorlets vernis, asteur pus t'as l'air d'un loqueteu, pus les files elles te ravisent ave des is d'merlan frit". 

"Nous eautes on est même pus des croulants, ch'est la vérité, pa d'vant parel spectaque, on est total'mint écroulé et i-a eine eaute cosse que te n'as pos ormaquée, les neoms de tous ces diales, cha s'appelle Mégane, Logan, Clio... béteôt, les parints i-veont les app'ler Dacia, Meriva ou bin Kadja !".

"Tout cha... ch'est bieau... asteur, mais dins vingt ou trinte ans, l'mote elle ara cangé et on dira d'eusses, orwette, l'vielle Mégane comme elle est décatie, comme elle est toute ridée, à vir s'carrosserie, à l'argus, elle n'est seûrmint pus coter !".

J'pinseos vraimint avoir écapper à ses tourmints : on n'aveot pos parler des liards ni des politiciens.

Comme ein cachireon su m'guife, cha m'est orvenu tout net, à l'vitesse d'ein spam qui cait su internet . J'ai simplemint dit :

"L'grand terrain dusqu'i-aveot des vaques près de t'maseon, i-n'est pos 'cor vindu ? Cha fait pus d'siept ans que l'incien propriétaire pourtant i-est disparu. Malhureux, quoisque j'aveos dit là, j'ai déclinché l'rafale, à croire qui n'attindeot qu'cha !

"Allez, dis me quisqu'i-va aller acater l'terrain, t'as vu ce qui nous pind au nez, on nous prind pou d' vrais annochints, ave "l'tasque chife" qui seont in train d'préparer, on va 'cor ête teondu comme des mouteons, on va acore nous presser comme des chitreons. Dix euros pa an et pa are pou l'tierre, si fait, ch'est paru dins l'gazette hier. Ahais, te m'as bin intindu, malhureux pêcheur, on va béteôt payer pou l'tierre qu'on est au d'seur. In deux mille ans, i-n'aveot pos acore eu ein parel agozil pou busier à eine solutieon aussi imbécile. Te paies d'j'à chinquante pou chint d'tasque su ce, qu'in ouvrant, t'as gagné, l'TVA su tout c'que t'as acaté, l'tasque su l'foncier, l'préqueompte su les intérêts, les tasques pou ti rouler et même pou t'arrêter, l'tasque su les déchets, l'tasque su les ieaux usées, l'tasque su les assurinces que te prinds pou t'protéger, l'tasque pou raviser l'télé, su les piscines que te vas à peine eine feos pindant l'été, su les distributeurs de billets, ein tasque su ce qu'on t'a légué, su...Beon, j'veos que t'attrapes des toupiries... aussi j'vas arrêter là m'litanie. Aujourd'hui, on tasque l'tierre, béteôt, cha s'ra l'air pasqu'in respirant te pollues l'atmosphère".

"Ahais, nos dirigeants i-ont besoin d'bramint d'liards, asteur on queompte toudis in milliards".

"Pou quoi faire tous ces milliards, te sareos me l'dire, on fait des écolomies dins tous les secteurs : les pompiers, la police, l'inseign'mint, l'sécurité sociale, on bloque les salaires, à tertous on fait peur...".

"T'oblies eine cosse, ch'est l'Europe l'causse. Tous ces pays qui seont rintrés pa l'grande porte et qui n'aveot'ent rien, bé, on deot asteur cotiser pou eusses comme pou les ceusses qui ont vécu pindant d'z'ainnées au-d'seur de leurs moyens. L'argint couleot à fleots, i-ont vécu comme des nababs à crédit, i-n'payeot'ent presque pos d'impeôts, i-construiseot'ent leu maseon sans permis, i-ouvreot'ent au noir sans jamais ête pris, i-parteot'ent in vacances treos feos su l'ainnée visiter tous les pays".

"Ch'éteot des cigales et nous eautes on est les formiches".

"In puque, non-contints d'nous gruger nos écolomies, on les veot v'nir pa chintaines et milliers, chez nous, ouvrer presque gratuit, nos ouverriers i-seont au chomâche et les patreons comminchent pa plier bagaches... adeon, pou les payer... les tasques i-feaut les aurminter, t'as compris l'tabléau, nos politiciens i-ont invinté, des Danaïdes, l'nouvieau tonnieau".

Pou eine feos, j'l'ai acouté jusqu'au bout, j'deos dire qu'i-n'aveot pos tort du tout. 

"On a vindu tout no savoir, fermé nos mines et no sidérurgie, on a cédé toutes nos industries à des interprisses multinationales qui seont dins d'eautes pays. Grâce aux ceusses qui ont signé les contrats, te t'ortruèfes pieds et poings liés, tout ce que mes gins décident, bé, te n'as plus qu'à payer, te vas aller faire des manifestations, apeuter les gins, inter nous, à quoi cha sert, t'es ein pays in voie d'sous-développ'mint".

Gustave m'a orwettié, m'a souri et ave eine mine réaliste i-m'a dit simplemint dit : "Allez, à'rvoir... l'Optimiste".

(lexique : ein chitreon : un citron / pos leon : pas loin / véritape : véritable / quater-vingts : quatre-vingts / démépriser : dénigrer / tertous : tous / toudis : toujours / les visins : les voisins / beauqueop : beaucoup / caire : tomber / l'pluèfe : la pluie / pasque : parce que / commincher : commencer / l'écolomie : l'économie / l'gampe : la jambe, tenir l'gampe : ne pas lâcher quelqu'un / l'porménate : la promenade / verdi : vendredi / l'sanche : la chance / l'quémin : le chemin / feauque : seulement / au mitan : au milieu / acore : encore / l'moumint : le moment / les albrans : les garnements, les mauvais sujets, les mauvais ouvriers / lommint : longtemps / dusque : où / adeon : donc / canger : changer / ravise l'jeone file : regarde la jeune fille / s'mamère : sa mère / acater : acheter / seûrmint : sûrement / ête afulé : être accoutré, être mal fagoté / agimolé : mal habillé / restreindre : rétrécir / l'lavache : le lavage, le nettoyage, la lessive / eine ferloupe : un haillon, un lambeau / elle nache : elle nage / au moinse : au moins / rassarcir : raccomoder / coper : couper / eine mareonne : une culotte / querre : chercher / l'mote : la mode / j'sus seûr : je suis sûr, je suis certain / tcher : cher / asteur : maintenant / aller à loque : être déguenillé / pétête : peut-être / ein garcheon : un garçon / des treos : des trous / in puque : de plus / i-ouèfe à l'roque : il travaille à la carrière (où on extrait la pierre) / tchier : autre mot pour cher / ête tiré à quate épinques : être correctement habillé, être sur son trente et un / eine quémisse blanque : une chemise blanche / les sorlets : les souliers / ein loqueteu : une personne en guenilles / les is : les yeux / pa d'vant parel spectaque : devant pareil spectacle / ormarquer : remarquer / les neoms : les noms / les diales : les diables / béteôt : bientôt / orwettier : autre mot pour regarder / décatir : perdre ses forces, s'étioler / vir : voir / écapper : échapper / les liards : l'argent / ein cachireon su l'guife : une gifle dans la figure / orvenir : revenir / des vaques : des vaches / quisque : qui est-ce que / des annochints : des innocents / l'tierre : la terre / ahais : oui / au d'seur : dessus / ein parel agozil : un pareil triste sire, un pareil malotru / busier : penser / l'tasque : la taxe / l'préqueompte : le précompte (impôt payé sur les intérêts et revenus bancaires / les ieaux : les eaux / avoir des toupiries : avoir des vertiges, avoir la tête qui tourne / bramint : beaucoup / oblier : oublier / la causse : la cause / ouvrer : travailler / les formiches : les fourmis / les chintaines : les centaines / les ouverriers : les ouvriers / les bagaches : les bagages / aurminter : augmenter / eine feos : une fois / acouter : écouter / les interprisses : les entreprises / aux ceusses : à ceux / te t'ortruèfes : tu te retrouves / apeuter : effrayer, faire peur / inter nous : entre nous)

S.T. juin 2015.    

19:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.