19 juin
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (315)

Queu belle époque on a l'sanche d'vife !

Je m'dis alfeos que nos inciens i-deveot'ent bin s'innuyer tout au leong d'eine sainte journée quand je m'rinds queompte que les gins d'asteur, i-orchoivent eine banse d'infos toutes les demi-heures, je m'dis qu'on est passé de l'pire des misères à l'indigestieon totale des faits divers.

I-n'feaut pos m'orwettier comme ein colas, vous voulez des eximpes, bé, tenez... les ov'là :

Eine famile elle n'est pos 'cor été prévenue d'ein drame qu'on sait d'jà qu'eine victime est morte dins ein accidint, ch'est d'jà su internet !

Les maîtes d'école i-n'ont pos 'cor ouvert les inv'loppes que les étudiants i-connaiss'tent d'jà les questieons qu'on va leu poser, ch'est d'jà su internet.

Ein imployé i-a mis l'main dins l'caisse et détourné les liards du patreon, on sait d'jà combin i-a volé, d'puis quanç'que cha a comminché et quisque ch'est, in grandes lettes on peut vir s'neom et on oblie l'loi Franchimont à ceulle occasieon, ch'est d'jà su internet.

Ein présidint va vir, in douche, eine file ave qui a eine liaiseon et s'photeo est d'jà parue avant même qu'i-n'soiche rintrer à s'maseon, ch'est d'jà su internet.

Tertous, asteur, on apprind quoisqu'i-s'a passé dins l'meonte intier presqu'in même temps que l'ceu à qui ch'a li est arrivé !

Mais l'pire dins tout cha, ch'est les commintaires qu'on truèfe sous les artiques, on direot qu'i-a des gins qui seont à l'affût pou pouvoir démépriser à leu n'aisse, d'véritapes interprisses d'démolitieon, des apprintis Sherlock Holmes, des frustrés qui distillent leu poiseon !

On dit alfeos que pou warder ses illusieons, pou vife hureux, i-n'veaut pos mieux lire les meots laichés pa ces mauvaisses lanques, ch'est vrai que ch'est eine solutieon mais ch'est aussi l'politique de l'autruche, ch'est nous faire acroire, comme à ein biec-beos, que l'meonte i-tourne reond et que tout i-est bieau.

Neon, neon, les amisses, mi j'vous l'dis tout net et j'vous l'répète, i-n'feaut pos printe pou argint comptant tout ce qu'on écrit su internet. On émet des jugemints, on condamne des gins, on n'respecte rien même pos des paufes familes in deul l'chagrin. Spécialisses de l'soris, des juches i-d'a bramint, pou ces grands braillards tout fait farine au moulin. On s'deminde vraimint pourquoi no policiers i-passe'tent acore leu temps à inquêter, pou leu rapport, bé... ch'est su internet qui devreot'ent d'aller, in ein clic, i-veont trouver là-vas ein tas d'témoins, des ceusses qui dormeot'ent pourtant au momint d'l'accidint, des eautes qui pinsent connaîte l'assassin, des obsédés de l'théorie du complot, des gins qui casse'tent du chuque su tous les deos.

I-s'reot pétête temps d'orvir l'notieon de l'liberté d'expressieon. Insulter et salir les eautes in restant anonyme, ch'est bin treop facile, on déverse s'bile sous l'surneom d'Much'tenflute, Mouquieu, Décholeu ou bin d'Greos Mimile !

Béteôt, les défeauts d'tertous i-veont ête étalés su internet, no vie privée elle va ête passée à l'moulinette.  

Je l'veos bin, vous êtes là à m'raviser ave ein air d'avoir deux airs, vous vous dites que j'raqueonte des mintiries, bé qu'minchez pa aller vir Facebook ou bin Twitter.

On a anneonché, diminche passé, qu'ein canteu n'aveot pus lommint à vife. L'lind'min, i-d'aveot d'jà ein eaute qui "twitteot" (ch'est ainsin que cha s'dit, ch'est l'nouvieau parlache, si vous voulez comprinte eine séquoi, vous d'vez apprinte l'langache) : "Mes condoléances à l'famile". Avouez quand même que ch'est ein fameux agozil.

Su Facebook, i-a des gins qui raqueontent ainsin leu vie, quoisqu'i-ont mingé à midi ou qui seont fin réhusses pasqu'i-voudreot'ent faire plaisi à leu mari, on apprind que leu cat i-a eu des jeones, qu'i-ont peint les murs de l'maseon in guéaune, que, malgré qu'i-aveot mingé pou goûter de l'tarte au risse, Batisse, l'pétit garcheon de l'file Panch'loute i-est orvenu de l'crèche ave l'drisse. Vous veyez, si vous n'voulez pos morir biête, i-vous feaut absolumint aller su internet.

Pasqu'ein jour, i-n'feaut pos rire, on n'sara pus vife sans savoir tout cha, on n'sara pus s'in passer, cha s'ra no morcieau quotidien d'chucolat.  

"Hureus'mint qu'on a cha pou nous distraire" qui m'dit m'visin Armand qui passe ainsin toutes ses journées pa d'vant s'n'écran !

"Big Brother" qu'on a asteur pris l'habitude de l'surneommer dins no quartier, i-n'sait pos c'que cha veut dire, i-n'conneot pos ein meot d'inglais.

Les habitants de l'maseon tout au bout de l'rue, i-ont écrit de l'sémaine : "On est parti in vacances, ne nous inveyez pus des mails, on n'va pos les lire adeon ch'est pos la peine".

A leu plache, j'areos rajouté : "l'éthielle elle est au feond du gardin, pa d'rière l'heyure et l'cassis du prumier, i-n'ferme pos bin, pou l'ouvère i-n'est pos dur, ... Avisse aux mauvais garcheons, ch'est l'moumint d'venir voler à la maseon" !

Tant qu'on y est... alleons-y casquette, on va tout mette su internet.

Ein ortraité va écrire : "aujord'hui je n'bouge pas de m'maseon, l'facteur i-va rapporter m'pinsieon".

Ein ivrone va dire : "Tous les soirs j'rinte quervé à m'maseon mais on n'm'a jamais fait souffler dins l'balleon".

Eine serpette mettra : "Mes parints i-pinse'tent que j'sus in train d'réviser pou m'n'examen oral, bé i-a bin lommint que j'sus passée pa l'ferniête pou ortrouver m'copain au bal".

Et dire que pou ête informés les gins de m'n'âche, i-éteot'ent obligés d'acouter les coméraches.

Mais queu belle époque on a l'sanche de vife, on n'sareot pus orvenir in arrière pourtant i-z'éteot'ent pétête pus hureux que nous eautes nos mopères et nos mamères.  !

(lexique : l'sanche : la chance / alfeos : parfois / tout au leong : tout au long / se rinte queompte : se rendre compte / asteur : maintenant / eine banse : une manne / orwettier : regarder / ein colas : un crétin, un niais / ein eximpe : un exemple / 'cor : diminutif d'acore : encore / l'maîte d'école : le maître, l'instituteur / les liards : l'argent / commincher : commencer / quisque ch'est : qui est-ce / eine lette : une lettre / vir : voir / oblier : oublier / ceulle : cette / partir in douche : filer à l'anglaise / eine file : une fille / i-soiche : il soit / tertous : tous / quoisque : qu'est-ce que / l'meonte : le monde / l'ceu : celui / on truèfe : on trouve / les artiques : les articles / démépriser : mépriser / à leu n'aisse : à leur aise / les interprisses: les entreprises / warder : garder / vife : vivre / laicher : laissé / l'lanque : la langue / faire acroire : faire croire / ein biec-beos : un innocent / printe : prendre / l'deul : le deuil / l'soris : la souris / l'juche : le juge / bramint : beaucoup / là-vas : là-bas / du chuque : du sucre / l'deos : le dos / pétête : peut-être / orvir : revoir / faire ein ouvrache à much'tenflute : faire un travail sans soin, bâclé / ein mouqieu : un mourdreux / ein décholeu : une personne qui éjecte une autre pour prendre sa place / beteôt : bientôt / raviser : autre mot pour regarder / des mintiries : des mensonges / qu'mincher : autre forme pour commencer / anneoncher : annoncer / ein canteu : un chanteur / lommint : longtemps / l'parlache : le langage / eine séquoi : quelque chose / l'langache : autre mot pour langage plus proche de l'expression française / ein agozil : un balourd / ête fin réhusse : être embarrassé / l'cat : le chat / les jeones : les jeunes / guéaunes : jaunes / l'tarte au risse : tarte au riz, spécialité wqllonne / l'drisse : la diarrhée /  morir biête : mourir idiot / pasque : parce que / ein morcieau : un morceau / du chucolat : du chocolat / l'visin : le voisin / ainsin : ainsi / pa d'vant : devant / ein meot : un mot / inveyer : envoyer / adeon : donc / l'plache : la place / l'éthielle : l'échelle / l'gardin : le jardin / l'heyure : la haie / l'cassis : le châssis / l'prumier : le premier / ouvère : ouvrir / avisse : avis / l'moumint : autre mot pour moment / ein ortraité : un retraité / l'pinsieon : la pension, ce mot désigne en Belgique la retraite / ein ivrone : un ivrogne / quervé : ivre / eine serpette : une fille hargneuse, désobéissante / l'ferniête : la fenêtre / ortrouver : retrouver / l'âche : l'âge / acouter : écouter / les coméraches : les commérages, propos de commères / orvenir : revenir / nos mopères : nos pères / nos mamères : nos mères).

S.T. juin 2015.  

19:39 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.