04 juin
2015

Tournai : l'histoire du Corps des Volontaires-Pompiers Tournaisiens (2)

Le XIXe siècle.

1830 : la Belgique est naissante. Durant le mois d'octobre, Dominique Brunin est nommé commandant du Corps des Pompiers d'Audenarde et quitte Tournai. Le 20 novembre, Mr. Philippe Nève est désigné pour le remplacer, ce choix est entériné par le Conseil Communal, cinq jours plus tard.

Qui est Philippe Nève ?

Célibataire, Philippe Nève est âgé de 35 ans au moment de sa prise de fonction, il est né à Tournai 12 août 1795. Fils de Pierre Nève, médecin, et de Marie Pollet, son frère, François, est administrateur aux affaires publiques et sera également directeur du Mont-de-Piété. Philippe exerce quant à lui la fonction de secrétaire à l'Administration des hospices civils depuis 1828 et est devenu capitaine de la garde communale le 23 avril 1830. Il va prendre sa fonction à bras le corps portant, tout d'abord, l'effectif à 80 hommes à partir du 15 avril 1831, va faire acquérir de nouvelles pompes, créer le corps des Vétérans en 1832 et être également l'initiateur de l'harmonie composée de jeunes dont les parents sont pompiers. Philippe Nève sera également à l'origine de la création en 1836, de la "Compagnie tournaisienne d'assurances contre l'incendie" fondée par les Volontaires-Pompiers et dont les statuts seront approuvés par Arrêté Royal le 29 mai 1838. Bien plus tard, celle-ci sera absorbée par une importante compagnie d'assurance.

En 1834, les Volontaires-Pompiers emménagent dans un nouveau local situé à la rue Perdue, pas bien loin de l'habitation de leur commandant. En 1835, le corps est équipé d'une sixième pompe.

Le 21 mars 1841, lors d'une cérémonie, la Ville de Tournai remet au Corps des Volontaires- Pompiers la médaille commémorative en or pour services rendus à la population.

En 1843, il est décidé que, dorénavant, la nomination au grade de sous-officier et de caporal se fera par ancienneté.

Le 12 avril 1846, le Corps fête ses vingt-cinq années d'existence. A cette occasion, le Conseil Communal fait don aux pompiers d'une magnifique caisse d'argenteries frappées aux Armes de la Ville. Dans la foulée, le 23 mai, le Conseil Communal institue une médaille en or pour les officiers et en argent pour les vétérans ayant servi pendant vingt-cinq années.

Le 21 juin de la même année, le règlement organique du Corps est approuvé par Arrêté Royal.

Par Arrêté Royal également, en 1848, le Corps devient une partie de la Légion de la Garde Civique et en 1850, on équipe le poste fixe du théâtre communal d'une pompe aspirante et refoulante, avant que de nouvelles pompes soient acquises en 1854.

En 1855, pour ses vingt-cinq années de présence au sein du Corps des Volontaires-Pompiers tournaisiens, le commandant Philippe Nève reçoit du Conseil Communal une épée d'honneur.

L'année 1856 sera marquée par le déménagement du local. Le bail du bâtiment occupé à la rue Perdue depuis 1835 vient à échéance et ne peut être renouvelé. Ce sont des mécènes tournaisiens, les frères Crombez : Louis (futur bourgmestre), François et Benjamin qui mettent à disposition des hommes du feu, un hôtel particulier leur appartenant à la rue de l'Hôpital Notre-Dame. Le Corps des Pompiers y restera jusqu'en 1970, soit durant 114 ans.

Le 9 décembre 1860, le Corps des Volontaires Pompiers reçoit un nouveau drapeau.

Le 25 janvier 1862, âgé de 67 ans, le commandant Nève décède, il a passé trente-deux années à la tête du Corps. Franc-Maçon, désigné par le Grand Orient de Belgique pour installer la loge la Renaissance à Ath en 1839, il reçoit des funérailles religieuses en l'église Saint-Jacques et sera inhumé au cimetière du Sud.

Le 13 octobre de la même année, le Comte d'Hespel est désigné pour lui succéder. Il ne restera que huit années à ce poste de commandement et sera remplacé, le 31 octobre 1870, par Oscar Dapsens.  

En 1871 est organisé le jubilé des cinquante années d'existences du Corps, la Ville offre, à nouveau, une caisse d'argenterie. En cette même année, un dépôt de pompes est créé à la rue des Croisiers.

Le Corps, peu à peu, se modernise, le 25 novembre 1876, le Conseil Communal décide d'acquérir une pompe à vapeur.

En 1877, la ville de Tournai est divisée en quatre sections. Il existe encore à cette époque des veilleurs de nuit et des guetteurs au beffroi chargés de donner l'alerte en cas d'incendie. Il n'est pas facile de prévenir les pompiers en cas de sinistre, la téléphonie telle que nous la connaissons n'existe pas. Dès que des lueurs d'un départ de feu sont perçues, le tocsin appelle les hommes à se rendre au local. Nous constatons que dans les archives de l'époque, on n'utilise pas encore le nom de "caserne".

En 1888, le 5 juin, l'Administration communale fait l'acquisition d'une échelle aérienne équilibrée, celle-ci sera opérationnelle durant 52 années, jusqu'au bombardement de mai 1940.

Le 17 mai 1896 ont lieu les festivités marquant le 75e anniversaire du Corps des Volontaires- Pompiers Tournaisiens. Pour vingt-cinq années de service, le commandant Oscar Dapsens et le Capitaine Crombez sont fêtés par la remise d'une médaille en or frappée tout spécialement pour cette occasion. Un subside de 5.000 francs est accordé pour l'organisation de festivités publiques et le Corps reçoit une troisième caisse d'argenterie.

Le 10 décembre 1899, à quelques jours du nouveau siècle, le commandant Dapsens démissionne, il est nommé Président d'Honneur de la Société. Après Philippe Nève (32 ans), Oscar Dapsens, avec ses 28 années de présence la tête du Corps vient de réaliser le deuxième plus long "règne" à la tête des Pompiers Tournaisiens.

(à suivre).

S.T. mai 2015. 

Les commentaires sont fermés.