31 mai
2015

10:33

Tournai : expressions tournaisiennes (313)

L'sémaine d'Edmeond.

Nous ov'là à l'fin Mai, acore ein meos d'passé, on va béteôt arriver à l'mitan d'l'ainnée et on n'a pos 'cor eu du bieau temps pindant au moinse eine journée. Edmeond i-s'délaminte. Li qui aime bin s'porméner, i-est obligé d'rester à s'maseon pasqu'à chaque feos qui sort ou bin i-pleut, ou bin i-fait du vint, ou bin i-fait freod. Dins s'gardin, l'tierre elle est sèque, elle forme eine croute, pasque l'vint d'bisse i-orsèque tout.

"Te vas vir, on n'va pos avoir d'été, on va toudis avoir tout au puque une vingtaine de degrés, de l'pluèfe, du vint et des oraches" qui m'a dit quand j'l'ai rincontré à l'rue des Clairisses pasque pou l'momint i-n'vas pus à Froyennes à causse des travéaux. I-aveot bin des cosses à m'raqueonter et mi, quand ch'est ainsin, j'n'ai plache pos eine, j'l'acoute d'eine orelle.

"In parlant d'travéaux, j'ai appris que cha va acore ête ein riche fourbi in ville, on a décidé d'orfaire l'parvis du bieffreo d'puis l'fausse porte de l'cathédrale jusqu'au bas de l'rue Saint-Martin. Cha d'vreot qu'mincher l'sémaine qui vient ! Les touristes inglais qui vienne'tent dormir à Tournai, à l'hôtel de l'plache Saint-Pierre, i-n'veont pus devoir aller à Dixmude pou vir des tranchées. La Ville elle n'a qu'à d'minder à Mossieu Deligne du Musée Militaire de prêter des costumes de l'prumière guerre mondiale pou afuler les ouverriers et on ara ichi, pou presque rien, eine orconstitution organisée dins l'cadre des chint ans de 14-18. Ch'est l'bourguémette de Comines qui bisquereot li qui truèfe que l'spectaque qui a été moutré pou l'venue de Platini, in décimpe d'l'année dernière, i-éteot treop tchier".

J'n'aime pos quanç'qu'i-comminche à parler des eautes, on n'ravise pos dins l'assiette du visin, i-minche c'qui veut et i-fait à mote (comme on dit : ein baudet qui fait à s'mote ch'est l'mitan de s'nourriture) ! I-a vu à m'n'air qui valeot mieux canger d'sujet.

"Les gins d'Saint-Piat i-seont fin bénaisses, i-parait qu'on va infin commincher l'démolitieon des anciennes usines TEI, de l'piscine Madame et des cambusses qui s'truèfe'tent dins l'ileot  compris inter l'Esqueaut, l'rue Madame, l'rue Saint-Piat et l'rue Cherquefosse. Ein soir que j'sus passé par là ave Fifinne, on a vu des rattes aussi grosses que des cats, dire qu'on app'leot ceulle rue, dins l'temps, l'rue Merdenchon, elle porteot mieux s'neom. Saint-Piat, ch'est quand même l'berche d'no ville, ch'est là-vas que no n'histoire elle a débuté, l'leong du fleuve". Ah ! Saint-Piat dusqu'on dit que l'sanche est là, l'quartier bin connu des soldats qui veneot'ent faire leu service à l'gazerne Saint-Jean ou à Ruquoy, au Tam-Tam et dins bin d'eautes petits caberdouches i-d'a pus d'ein qui ont passé dins l'quartier d'belles soirée et attraper d'fameusses preones. Saint-Piat et s'gramère Cucu, s'pichou et l'incien hospice. Saint-Piat et Madame Maenhout qui est l'marraine de tous les pus paufes de l'ville, des ceusses qui n'ont pos d'domicile, des ceusses qui ont faim et qui ont freod, des gins qui veont à l'Maseon du Pichou pou trouver ein peu d'caleur humaine. Madame Maenhout, ch'est not' abbé Pierre, no Père Gilbert, not' abbé Froidure, no Saint-Martin. Des gins ainsin i-in faudreot des chintaines pou v'nir in aide aux malhureux. Elle habit'reot à Paris, j'sus seûr qu'ein jour, elle rintrereot au Panthéon des Grands Hommes... tins... à propeos, t'as d'jà ormaqué qu'on n'diseot jamais des Grandes Feimmes ?".

"Bé neon, dins l'lanque françaisse, l'meot "Homme" i-désigne toute l'humanité"

"Ahais, comme j'l'ai appris l'pétite école, l'masculin l'importe toudis su l'féminin"

"T'as de l'sanche que Fifinne elle n'est pos là ! Te verreos ce qu'elle te direot au... masculin ! Elle est restée à s'maseon, elle n'est pos malate ?"

"Neon, neon... elle fait des commissieons au GB et après l'va aller querre  les sacs poubelle à l'Hôtel de Ville".

"I-faudreot lire l'gazette ou aller su l'site de l'Ville su internet, te verreos qu'asteur l'distributieon elle a lieu à L'Borgnette !".

"Ch'est cangé, ch'éteot si facile pou nous eautes et cha m'permetteot d'aller boire m'pinte su l'Grand-Plache in attindant Fifinne".

"Mi j'sus hureux, ch'est pos leon d'no maseon, j'vas pouvoir aller à pied, ch'est beon pou l'santé".

Ein cri i-a ortenti :

"T'es acore là, espèce de bruant, j't'attindeos dins l'rue de l'Tiête d'Or, j'in ai plein mes cabas et je n'sins pus mes bras". Fifinne elle venot d'arriver à bout de s'n'haleine.

"Quoique t'as acore tout acaté, vingt milliards, comme t'es là, t'as acore dépinsé tout tes liards ?".

"J'ai pris des légueumes pou faire de l'soupe, des fraises pou l'confiture, ein kileo d'castonate, malhureus'mint j'n'ai pos trouvé de l'Couplet, du chuque in morcieaux, de l'moutarte mais on n'truèfe pus de l'Vilain, des balleons noirs pou t'gorche mais i-n'ont pos été faits à Tournai mais in Flandre. Dis hardimint, d'puis ch'est grand marché européen, te n'sais pus rien minger des produits qui seont faits dins t'coin... et j'ai aussi acaté chinq kileos d'penn'tières".

"A midi, on f'ra des frites ?" qui a d'mindé Edmeond in s'pourléquant les babines.

"I-faudra bin... à l'heure qu'on va acore ichi rintrer à l'maseon, j'n'ai pos l'temps d'faire de l'ratatoule ave ein morcieau d'pourchéau".

Comme toudis, j'ai été sauvé pa l'arrivée d'l'autobus, i-ont queuru et ch'est à peine si i-m'ont dit à 'rvoir ! J'deos toudis eine fière candelle au TEC !

(lexique : ov'là : voilà / béteôt : bientôt / l'mitan : la moitié / au moinse : au moins / s'délaminter : se lamenter / porméner : promener / eine feos : une fois / freod : froid / l'gardin : le jardin / sèque : sèche / pasque : parce que / l'vint d'bisse : le vent du Nord / orséquer : déssecher / vir : voir / toudis : toujours / tout au puque : tout au plus / l'pluèfe : la pluie / les oraches : les orages / l'momint : le moment / à causse : à cause / des cosses : des choses / raqueonter : raconter / placher : placer / acouter : écouter / eine orelle : une oreille / ein riche fourbi : un fameux désordre / orfaire : refaire / l'bieffreo : le beffroi / qu'mincher : commencer / inglais : anglais / l'plache : la place / prumière : première / afuler : habiller, accoutrer / les ouverriers : les ouvriers / l'bourguémette : le bourgmestre (équivalent du maire en France) / bisquer : rager / truèfe : trouve  / l'spectaque : le spectacle / moutrer : montrer / décimpe : décembre / tchier : cher / quanç'que : quand / commincher : autre mot pour commencer / les eautes : les autres / raviser : regarder / l'visin : le voisin / i-minche : il mange / faire à s'mote : faire à sa mode / canger : changer / bénaisse : content / des cambusses : des vieilles maisons délabrées / l'Esqueaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse notre ville / des cats : des chats / l'berche : le berceau / là-vas : là-bas / l'leong : le long / dusque : où / l'sanche : la chance / l'gazerne : la caserne / les caberdouches : cabarets de nuit, cabarets louches / attraper eine preone : attraper une cuite, être ivre / gramère : grand-mère / l'pichou : fontaine située au pied de l'église Saint-Piat érigée en hommage à la chanson wallonne / les paufes : les pauvres / les ceusses : ceux / l'caleur : la chaleur / ainsin : ainsi / chintaines : centaines / seûr : sûr / ormarquer : remarquer / les feimmes : les femmes /  l'lanque : la langue / l'meot : le mot / ahais : oui / toudis : toujours / malate : malade / querre : chercher / asteur : maintenant / pos leon : pas loin / ortentir : retentir / ein bruant : désigne un hanneton, mot utilisé en patois pour désigner un paresseux / les cabas : les sacs pour commissions / quoisque : qu'est-ce que / les liards : l'argent / les légueumes : les légumes / l'castonate : la cassonade / du chuque in morcieaux : du sucre en morceaux / l'moutarte : la moutarde / les balleons noirs : bonbons, spécialité de Tournai, le Ballon noir est à Tournai, ce que la Bêtise est à Cambrai / l'gorche : la gorge / des penn'tières : des pommes de terre / s'pourléquer : se pourlécher / l'ratatoule : la ratatouille / pouchéau : porc, cochon / queurir : courir / eine candelle : une chandelle, un cierge).

S.T. mai 2015.

10:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

10:10

Tournai : le point sur les chantiers

Les chantiers terminés.

Que ce soit sur une autoroute, une nationale ou au cœur d'une ville, un chantier qui y est ouvert dérange très souvent et empoisonne régulièrement la vie des usagers ou des riverains. En fonction de sa localisation, celui-ci génère presque toujours des déviations, des interdictions de circuler, des embouteillages, de la poussière ou de la boue, du bruit, des vibrations, bref, un cortège de désagréments qui rendent la rénovation entamée peu sympathique auprès de ceux qui doivent la subir quotidiennement. Dès lors, c'est un énorme soulagement lorsqu'on voit des travaux prendre fin !

Deux importants chantiers ont été finis ces dernières semaines :

celui du parvis de la gare tout d'abord. Entamé en avril, il devait normalement se terminer en juin, les excellentes conditions météorologiques ont permis de le réaliser dans des délais beaucoup plus courts. Désormais, le plateau situé devant la gare est asphalté et les places dévolues aux divers usagers amenés à l'emprunter (bus, taxis et dépose-minute de navetteurs) sont bien délimitées par un marquage au sol judicieux. Ainsi, la grande esplanade (mal) pavée qui aurait pu jusqu'alors figurer au menu de Paris-Roubaix est déjà oubliée. C'est du bel ouvrage mais "pourvu que cela tienne" comme disent déjà certains Tournaisiens échaudés par les expériences vécues sur la Grand-Place, la place de Lille et la place Saint-Pierre.

Celui de l'axe Place Gabrielle Petit, rue Saint-Jean et rue des Croisiers, une des sorties de ville empruntée par de nombreux automobilistes aux heures de pointe et qui va voir sa circulation augmenter avec l'arrivée prochaine de l'école Saint-Luc dans les anciens locaux de Cofidis. Ces rues connaissaient de sérieux problèmes d'inondations lors de pluies torrentielles. L'égouttage refait, le nouveau revêtement en asphalte posé, on ose espérer que ces calamités vécues par les riverains seront désormais rangées au rayon des mauvais souvenirs.

Les chantiers en cours.

Les pelleteuses sont entrées en action dans la rue de l'Arbalète. On réalise les nouvelles fondations de cette ruelle typique qui relie la rue de l'Hôpital Notre-Dame à la rue Dame Odile dans ce qu'on appelle le Bas-Quartier.

Depuis plusieurs semaines, la rue Général Piron dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports est fermée à la circulation, On procède actuellement à la pose des bordures de trottoirs, le revêtement de la voirie quant à lui sera réalisé plus tard. Ce chantier est effectué dans le cadre de la construction du nouvel hôpital du Centre Hospitalier de Wallonie Picarde (le CHWapi) qui devrait normalement être totalement terminé à l'horizon 2017.

La rénovation des rues du quartier Saint-Pierre a débuté depuis quelques semaines, la place et les rues voisines avaient très mal vieilli, les pavés sciés qui composaient le revêtement s'étaient déchaussés très rapidement. La rue du Chevet Saint-Pierre est terminée. De petits pavés y ont été placés. Actuellement, le chantier s'est déplacé vers la ruelle d'Ennetières et la rue Poissonnière. Afin d'éviter que la place Saint-Pierre ne devienne une impasse, la rue de la Lanterne vient d'être, à nouveau, ouverte à la circulation permettant de rejoindre la rue du Curé Notre-Dame via la place Paul Emile Janson.

L'allée latérale de l'avenue de Maire comprise entre la rue du Pont Royal (ancienne chaussée de Roubaix) et la rue de Lannoy est en réfection. La partie la plus malade entre la rue de Lannoy et le rond-point de l'Europe sera réalisée plus tard, car le chantier est beaucoup plus complexe en raison du problème des inondations récurrentes qui est à solutionner à cette occasion.

Les travaux de rénovation de la traversée du village de Willemeau, débutés depuis plus d'un an, entrent dans leur phase finale. On peut espérer, sauf imprévu, que l'axe qui relie le village d'Ere à la chaussée de Douai serait rendu à la circulation pour la rentrée des classes de septembre.

Les chantiers qui doivent débuter.

Une des rues qui fut parmi les plus commerçantes de notre cité, la rue des Chapeliers est-elle maudite ? Elle a, tout d'abord, était interdite à la circulation dès le début du siècle en raison de problème de stabilité du chœur de la cathédrale. Elle fit ensuite l'objet d'une rénovation complète du revêtement de voirie dans le cadre du projet cathédral. Accessible à nouveau pour les piétons et les véhicules à partir de la rue de Paris, elle a été, à nouveau, fermée suite aux problèmes posés par un risque d'effondrement du système d'égouttage qui date des siècles passés à hauteur du parvis du beffroi. La réparation et le chemisage des égouts se terminent.

Très prochainement (on parle de début juin), l'entièreté du parvis du beffroi fera l'objet d'un important chantier, celui de la pose de nouvelles conduites de gaz, de câbles électriques et téléphoniques et du remplacement des dalles bleues par un matériau plus résistant. Posées, il y a à peine deux décennies, ces dalles n'ont pas résisté à l'usure du temps, leur enlèvement était devenu une nécessité dans ce carrefour touristique distribuant l'accès à la Grand-Place, au beffroi et à la cathédrale.

D'autres projets verront le jour dans un avenir plus ou moins éloigné, nous aurons l'occasion d'en reparler.

S.T. mai 2015.

27 mai
2015

08:44

Tournai : maisons de commerce au début du XXe siècle.

Tournai 1904-1939, tentative de reconstitution.

L'article paru le 8 avril dernier relatif aux maisons de commerce disparues durant les cinquante dernières années a attiré l'attention de quelques Tournaisiens qui m'ont fait part de leurs souvenirs par l'envoi d'un e-mail .

Si le visage de la ville a évolué, peu à peu, au cours des siècles, le vingtième, en raison des deux conflits mondiaux, l'a profondément remodelé.

J'ai tenté, cette fois, de recomposer celui présenté par la cité au début du vingtième siècle. Les plus anciens auront sans doute encore connu certaines de ces maisons qui avaient "pignon sur rue" entre 1904 et 1939.

Le choix a porté sur trois rues commerçantes de l'époque situées sur la rive gauche : la rue des Chapeliers (avant et après l'opération appelée : dégagement de la cathédrale), la Grand-Place, la rue de Cologne (devenue la rue de l'Yser).

Les publicités de ces magasins s'appellent encore les réclames et le style a quelque peu évolué depuis leur parution dans la presse et les programmes de l'époque.

La rue des Chapeliers (en 1904) :

Au n°  7 : "Ponceau-Delmotte" - Maison de Confiance - Confection pour Hommes et Enfants - Rayon spécial "Draperies" pour vêtements sur mesure - Imperméables.

Au n°  8 : "Maison Parain" - Chapellerie du Fashionnable - Chapeaux de feutre en tous genres et fantaisies - Assortiment de Chapeaux de 1ère communion - Spécialité de chapeaux de soie et sur mesure en 24 heures - Equipements de Garde Civique et Corps spéciaux - Fournisseur de la Police -  Fraîcheur - Elégance - Prix défiant toute concurrence.

Aux 12-14 et 16 : "La Maison Jules" - anciennement Majau-Capouillet - Maison de Confiance - Confections pour Hommes, Femmes et Enfants - Choix immense de vêtements confectionnés - Bel assortiment d'Etoffes pour les vêtement sur mesure - Coupe élégante et garantie - Façon soignée - Le plus grand et le plus bel assortiment possible en costumes d'enfants depuis 4 francs - Prix fixes.

A noter que cette maison existait encore à la fin du siècle dernier.

Au 23 et 26 : "Van Gheluwe- Coomans" - Papeterie - Fourniture de bureau - Librairie - Typographie - Lithographies - Autographies - Reliures - Travaux de luxe et ordinaires -  Travaux artistiques et commerciaux - Spécialité de registres (système perfectionné) garantis 10 ans - Copies de lettres de tous prix - Articles de voyage, malles, valises, sacs, etc... Bronzes, maroquineries et fantaisies, lampes, lampadaires, abat-jour en papier et en soie.

Aux 28-30 et 32 : "Maison Vve Auguste Cazy" - Costumes et confections pour Dames et Fillettes - Tissus pour robes, soieries, velours, Hautes Nouveautés - Tailleurs pour Dames et imperméables - Costumes pour Hommes et Enfants genre Marchand-Tailleur - Equipements pour tous les corps de la Garde Civique, uniformes et livrées - Draperies anglaises, françaises et écossaises - Deuil en 12 heures - Coupeurs et coupeuses se rendent à domicile à la demande du client  - Consultez les étalages, vous y verrez les Nouveautés pour la saison - tel : 69.

La rue des Chapeliers (en 1923) :

Aux 46 et 48 :  "L. et G. Lecrinier" - Maison de Confiance Choix immense de cadeaux pour fêtes : bronzes, marbres, objets d'art Services de Table et à café : cristaux, couverts, couteaux (aluminium garanti)  tel : 439.

En 1934, cette maison a pris pour enseigne "Au Val Saint-Lambert" Maison L. et G. Lecrinier. Tout pour votre table, pour garnir et embellir votre maison : des porcelaines, des faïences, des cristaux, des verreries, des vases, des coupes, des statuettes, des lampes, de vraies œuvres d'art signées des meilleurs artisans et aux meilleurs prix !

Cette maison, bien connue des Tournaisiens, a poursuivi son activité jusqu'au début du XXIe siècle.

La rue de Cologne (en 1904) :

Au n° 13 : "H. Dechaux - Dechaux et Fils" - Maison de Confiance - Bandagiste - Lunettes - aiguisage et réparations de tous les genres de rasoirs, cisailles...

Au n° 14 : "Charles Bouchart", coiffeur, posticheur, parfumeur. Travail en cheveux de tout genre. Dernière nouveauté : location de perruques ! 

Au n° 15 : "Ecole Professionnelle de Coupe et Couture pour Dames" - Direction : Me Carbonnelle - Enseignement de la coupe pour les vêtements - Genre tailleur - Essayages et corrections  - Méthode brevetée - Cours tous les jours - Pension dans la maison - Tailleurs et  tailleuses - Abonnements aux journaux de Mons. La Maison se charge du placement de ses élèves - Prospectus gratuit.

Au n° 30 : "Maison Hennard-Derasse", Spécialistes de Haute Nouveauté : soieries, rubans, dentelles - Ganterie en tous genres, etc... Choix immense de soieries pour garniture de robes.

Au n° 31 : "Georges Hartung", successeur : ancienne Maison Veuve Pottiez. Fabrique de couronnes en métal, perles, porcelaines et plantes artificielles - Cierges pour première communion - Beau choix de plantes d'appartements et de palmiers. Fleurs et plantes naturelles stérilisées - Tous les articles sont vendus à des prix avantageux.

Au n° 36 : "La Grande Teinturerie à Vapeur" - Maison Vve G. Sachs-Patz - Fondée en 1869. Usine et succursale : rue des Croisiers, 40.

L'installation considérable et le perfectionnement de l'outillage permettent à la Maison d'exécuter tous les travaux mieux soignés, plus vite et à des prix plus modérés que n'importe quelle autre maison - Noir spécial pour deuil et nettoyage à sec en 24 heures.

Au n° 40 : "Maison A. Bonnier-Mondo", chaussures de luxe et ordinaires - pantoufles et caoutchouc. (NDLR : à l'époque pour nettoyer, les femmes enfilaient encore des chaussures en caoutchouc, simplement désignées par ce mot).

La Grand-Place (en 1904) :

Au n° 7bis : "Maison Beckers", Marchand-Tailleur - Draperies françaises, anglaises, écossaises, Sur demande du client, nous nous rendons à domicile avec des échantillons -Même Maison : Parapluies, cannes et couvertures de voyage.

Au n° 13 : "Van Cauter" Bicyclettes et Motocyclettes - Machines à coudre et Coffres-forts - Echange - Location - Réparations - Machines d'apprentissage.

Au n° 15 : "Ernest Ponceau" Ameublement - Tapis de Tournai, linoléum, rideaux, literies. Dépôt de la Lincrusta Walton - Meubles de salon, salle à manger, chambre à coucher.

Notons qu'Ernest Ponceau était un des membres fondateurs de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien.

Au n° 67 : "Gillot-Laurent" (successeurs : Gillot-Journez) - Fabrique de chapeaux et de casquettes - Coiffures et équipements militaires - Fournisseur de l'Armée, des Pompiers, de la Police, de la Garde Civique. (la maison est située près du beffroi).

On ne peut comparer ces publicités avec celles qui paraissent aujourd'hui. Il n'y a pas de slogan accrocheur, de titre racoleur, mais une simple description de ce qu'on peut trouver en magasin. Notons également l'utilisation de l'expression "Maison de Confiance", une désignation disparue faisant songer aux étoiles distribuées par certains guides.

Plus près de nous !

En 1923, on verra apparaître dans les programmes de "Tournai-Palace" tenu par Chelmy les réclames pour des maisons que beaucoup d'entre nous ont encore connues : La "confiserie modèle Maurice Faignard" qui stipule : "Hygiène de la bouche et de l'estomac, après les repas, 2 ou 3 Bêtises de Tournai facilitent la digestion" !, les chapeaux de "Madame Lucas" au 36 de la rue de Pont, les "déménagements Leroy-Leclercq" au 4 et 5 de la Terrasse Saint-Brice (NDLR : actuelle place Clovis), La "Poêlerie du Hainaut", Maison J. Bayet-Monnier à la rue de l'Yser, les magasins "A la Vierge Noire", au coin des rues Gallait et de la Tête d'Or, "la Maison Ch. Gisler, P. Henrion, successeur", bijoutier-Fabricant au 10 et 11 Grand-Place, "l'American Garage" concessionnaire Ford, au 23 de l'Avenue Van Cutsem, qui présente "l'atelier de réparation le plus moderne de Belgique", "l'armurerie Hauvarlet-Deghin" au 1 de la rue de l'Yser , la "New-Sports House Charles Duhaubois" au 13 de la rue du Cygne, la "Maison Smets", spécialiste du piano, fondée en 1880, à la rue Royale, la "Maison Waroquier", 30 rue de Pont, capsules et cires à bouteille.

(S.T. mai 2015)

24 mai
2015

10:25

Tournai : expressions tournaisiennes (312)

T'es ein vrai Tournisien si...

Bramint d'Tournisiens ont d'jà intindu parler de ceulle pache de "Face de Bouc" : "T'es ein vrai Tournisien si...". Par eximpe, si t'aimes bin tes cheonq clotiers, si te définds t'Peont des Treos, si te vas tous l'z ans à l'orvue du Cabaret Walleon, si l'Carnaval et les Quate Cortèches seont pou ti des fiêtes que te n'pourreos pos rater, si te conneos les paroles des "Tournisiens seont là", si t'as t'gosio serré quand te cantes "Mon cœur est rouge et blanc" si, si... ". Ahais, tout cha ch'est fin bieau mais i-a aussi l'orvers de l'médalle : comme on in veot dins tous les coins d'no Wallonie, i-a des Tournisiens toudis mau contints, des ceusses qui truèfe'tent toudis eine séquoi à ordire.

Ceulle sémaine, j'ai li dins les commintaires, su internet, que les gins i-mettent sous les artiques des gazettes, beauqueop d'réactieons à démoliner tout eine armée, ch'est malhureus'mint aussi l'apanache d'gins d'no cité.

Ainsin, à propeos des chinq chints mobihomes de l'concintratieon européenne qui seont arrivés jeudi su l'plaine pou passer quate jours à visiter Tournai, i-d'a eine qui a écrit :

"Cha va ête gai, d'jà qu'on n'sait pos parquer à Tournai, dusqu'on va mette s'n'auteo pou aller vir les fiêtes su l'Grand-Plache, j'sus d'jà orvenue ?".

Pou eine feos qu'i-a pus d'mille perseonnes, l'même week-end, v'nues d'France, de Hollande, d'Ingleterre, d'Allemane, du Luxembourg, d'Suisse, d'Espane ou bin acore d'Italie pou visiter no ville et faire vife no commerce qui d'a bin b'soin, ov'la d'jà eine pou démépriser ceulle organisatieon. L'paufe madame elle est perdue dins ses habitudes, dins s'pétit confort et elle a probablemint l'pépette d'faire dix mètes à pied.

Ch'est l'même aux carnevals, on intind des gins dire :

"A causse d'cha l'marché du saim'di i-a lieu à l'plache Crombez, bé queompte la d'zeur que j'vas traverser l'mitan de l'ville de Tournai. Mi, j'ai d'jà acaté mes commissieons, pasque, vierdi et saim'di, je n'vas bin à m'n'aisse à m'maseon, j'attinds bin vite lindi que tout cha soiche fini".

Et l'lindi au matin, on les intind berteonner pasque i-a des confetti su leur trottoir, ein indreot qui pinse d'puis lommint que ch'n'est pos à eusses à nettier. On les veot alors in train d'amarvoyer dins leu coin pasque à chaque feos qu'i-rintent, i-in a plein leu couloir. Si j'éteos à leu plache, j'prindreos tout simplemint eine brouche et j'balayereos m'devinture.

Asteur, quand on veot l'actualité, i-feaut bin orconnaite qu'on n'a pus beauqueop d'occasieons pou rire et s'amuser, alors, eine feos su eine ainnée pouvoir s'afuler, boire eine pinte et rigoler, ch'est pos treop d'minder mais i-a toudis ein rogneu pou démanoquer l'ouvrache des dévoués.

Les Amis d'Tournai i-s'dépinsent sans queompter pou organiser les cortèches. Douze meos d'traval pou faire venir à Tournai des sociétés folkloriques, pou composer les groupes qui intourent nos géants, pou trouver des musiques qui veule'tent (et save'tent) acore bin défiler (pou cha i-féaut aller vir les Hollandais), pou fleurir les chars. I a pos à dire, i-seont bin récompensés, d'puis eine dizaine ainnées, dins nos rues, i-n'a pus qu'ein teondu et deux pelés pou applaudir ces gins qui vienn'tent alfeos d'bin leon.  

Et ch'est ainsin pou tout : pou l'grante processieon, l'marché d'Noë su la Grand-Plache, l'braderie, l'concert de l'karmesse... Tous ces Tournisiens qui veont vir chez les visins si l'hierpe elle est pus verte, i-s'délamintent tout au leong d'eine sainte ainnée qui n'a jamais rien à Tournai. On s'deminde alfeos quoisqu'on deot faire pou les satisfaire, comme diseot eine vielle matante : "I-féaut d'jà ête ein bieau brin pou leu plaire".

Hier au soir, su l'Grand-Plache, ch'éteot l'fiête ave les "Stars des années 80", i-aveot là Désireless (j'l'aimeos mieux ave s'tignasse in hauteur qu'ave l'boule à zéreo qu'elle présinte asteur), i-aveot Jean-Pierre Mader (Macumba), Coockie Dingler (Ne la laisse pas tomber) et William de Début de Soirée. Si aveot pus d'treos mille perseonnes fin bénaisses qui ortrouveot'ent les cancheonnes de leu jeonesse, i-a eu aussi quelques bertonneux ou eine paire de mourdreux pou dire qu'à causse du bruit i-ont bin difficile à s'indormir dins leu lit.

Mi, i-a pos d'problème, même quand i-fait freod, j'sus au bas de l'rue des Puits l'Eau, pos leon de l'naïade, pou vir les carnavaleux li rinte ein hommache et pou assister au défilé des confréries, j'sus dins l'rue Royale pou l'marché aux fleurs du Verdi Saint, su l'Grand'Plache pou vir défiler nos géants ou bin pou "Tournai in Fiête", au pied d'no cathédrale pou l'marché fermier, su les bancs du parc communal pou l'concert de l'harmonie des peompiers, su les quais pou les Chiffonades, dins l'rue A Peos pou vir passer l'processieon, l'lindi de l'Braderie ave mes amisses de l'fondatieon Follereau ou dins no Halle-aux-Draps pou "Tournai la Page", "Tournai Toys", la "Halle gourmande" ou bin l'Marché d'Noë. J'vas aussi à l'Piste aux Espoirs, à l'fiête du quartier Saint-Lazare, au Pichou Saint-Piat pou fiêter l'cancheon walleonne, à l'Maseon d'la Culture pou l'Orvue du Cabaret, à l'salle La Fenêtre pou les soirées des "Pimenteurs" ou bin au Monumint aux Morts pou l'Armistice.

Comme vous l'avez adveiné, mes gins, j'ai pos b'soin d'ête sur "Face de Bouc" pou mi m'sintir un véritape Tournisien. Cha vous l'avez d'jà compris pasqu'autermint j'n'écrireos pos tous les saim'dis m'passieon pou m'cité natale.

(lexique : bramint : beaucoup / ceulle pache : cette pache / les cheonq clotiers : les cinq clochers (de la cathédrale Notre-Dame) / les quate cortèches : les quatre cortèges qui auront lieu cette année en septembre / l'gosio : le gosier / canter : chanter / ahais : oui / l'orvers : le revers / les mau contints : les mal contents / ceusses : ceux / eine séquoi : quelque chose / ordire : redire / les artiques : les articles / démoliner : démoraliser / dusque : où / orvenue : revenue / eine feos : une fois / vife : vivre / ov'là : voilà / démépriser : mépriser / l'paufe : la pauvre / avoir l'pépette : avoir peur / les carnevals : le carnaval (toujours au pluriel en patois) / à causse : à cause / queompter là d'zeur : compter là-dessus / l'mitan : la moitié / l'vierdi : le vendredi / l'saim'di : le samedi / soiche : soit / berteonner : grommeler, bougonner / pasque : parce que / ein indreot : un endroit / lommint : longtemps / eusses : eux / nettier : nettoyer / ête in train d'amarvoyer dins s'coin : être occupé à rager dans son coin / rinte : rentre / ein brouche : une brosse / l'devinture : la devanture / asteur : maintenant / orconnaite : reconnaitre / s'afuler : s'accoutrer de façon inhabituelle, bizarre / ein rogneu : un râleur / démanoquer : démolir / acore : encore / alfeos : parfois / leon : loin / les visins : les voisins / l'hierpe : l'herbe / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / quoisque : qu'est-ce que / matante : tante / l'tignasse : la chevelure / bénaisses : contentes / les cancheonnes : les chansons / des bertoneux : personnes qui bougonnent, qui grommellent / des mourdreux : des grincheux / freod : froid / les carnavaleux : les participants du carnaval / l'rue à peos : la rue as-poids (dans le quartier Sainte-Marguerite) / mes amisses : mes amis / l'Noë : la Noël / l'cancheon : la chanson / l'orvue : la revue / adveiner : deviner / autermint : autrement).

S.T. mai 2015.

10:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patois, picard |

20 mai
2015

09:58

Tournai : Bernard Clément, matricule 90 de la R.C.C.W.T.

La nouvelle génération du Cabaret Wallon Tournaisien.

tournai,cabaret wallon tournaisien,bernard clement,les p'tits rambilles,l'roi carnavalC'est en son domicile de la rue du Viaduc que nous avons rencontré Bernard Clément, celui-ci fait partie de ces "jeunes" talents tournaisiens qui sauvèrent la Royale Compagnie du Cabaret Wallon qui aurait été depuis longtemps moribonde sans l'apport de sang frais à partir du milieu des années nonante. Bernard est né à Tournai, à la clinique Saint-Georges, le 28 mars 1944.

Après avoir fréquenté l'école maternelle de la rue Cherquefosse, il effectuera ses études primaires à l'école Saint-Louis (actuelle école Saint-Piat) à la rue des Ingers. C'est là qu'il connaîtra un premier contact avec le théâtre et ses décors, c'est peut-être là aussi que naîtra sa passion des planches. Son père exerce la fonction de souffleur lors des représentations de pièces montées au sein de l'établissement scolaire dans lesquelles joue la toute jeune Jacqueline Leveau qui deviendra bien plus tard Madame Ghislain Perron et qui sera également membre de la troupe du "Royal Théâtre Wallon Tournaisien" d'Edgard Hespel et des revues du Cabaret Wallon.

Dès son plus jeune âge, avec ses parents, il ira voir les "revues de l'karmesse" (kermesse) qui se jouaient alors en la salle du cinéma Scala.

Après deux années d'études secondaires au Collège de Kain et une au collège Notre-Dame de Tournai, il opte, en janvier 1960, pour l'apprentissage du métier d'ébéniste avec un professeur qu'il connait particulièrement bien puisqu'il n'est autre que son père.

En 1976, Bernard Clément donne cours à la formation professionnelle et le 22 septembre 1976, il débute une carrière de vingt-huit années à l'institut d'enseignement professionnel spécial "Les Colibris" situé sur la place de Kain-Centre. Il sera bien entendu professeur de menuiserie et s'occupera de l'orientation de ces jeunes parfois défavorisés.

Depuis longtemps, son hobby est le cyclotourisme, il deviendra et est toujours président du Cyclo-Club de Kain et organisateur de nombreuses randonnées dans la région.

Fortuitement, en 2001, un ami le propose comme "Roi du Carnaval" de Tournai. A la suite de cet événement, Jean-Michel Carpentier, alors Président du "Cabaret des P'tits Rambilles" lui demande de commémorer ce moment par la composition d'une chanson. C'est ainsi qu'il crée "L'Roi du Carnaval" et l'interprète, accompagné au piano par Philippe De Smet, Président de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien. La même année, lors de la sortie des "Quatre Cortèges" des Amis de Tournai, il est sur le char des P'tits Rambilles interprétant avec eux les "cancheonnes tournaisiennes, les ceulles qu'on aime tell'mint bin qu'on in perdreot s'n'haleine à canter leu z'orfrains" (les chansons tournaisiennes, celles qu'on aime tellement bien qu'on en perdrait son haleine à chanter leurs refrains).

Tout cela ne peut que l'amener à tenter sa chance au concours Prayez organisé chaque année par le Cabaret Wallon Tournaisien afin de promouvoir le patois de notre cité. Il écrit "L'Lindi d'Pâques", une chanson qui n'attire pas spécialement l'attention d'un jury parfois très sévère qui fut même un temps trop élitiste. Loin d'être découragé (il aurait tant aimé savoir les raisons du rejet de la chanson afin de s'améliorer), il récidive l'année suivante et "Féaut que t'récappes" remporte, cette fois, un deuxième prix dans la catégorie chansons.

En cette année 2002, la compagnie des P'tits Rambilles est invitée par les membres du Cabaret Wallon pour figurer dans la revue annuelle. Après celle-ci, Bernard Clément décide de tenter la grande aventure tournaisienne et postule pour entrer à la Royale Compagnie. C'est chose faite, la demande est acceptée, il prend pour parrains Pierre Vanden Broecke et Vincent Braeckelaere. Le choix de ce dernier n'est pas le fruit du hasard, Vincent partageait avec Bernard la passion de la sortie cycliste du dimanche matin. Un jour, alors que Bernard venait de crever, il fut secouru par un bon samaritain en la personne de Vincent qui lui donna pompe et chambre à air, geste solidaire de tous les cyclos de la terre.

Il se souviendra longtemps du jour de la remise de la cravate, symbole de son appartenance à la vénérable institution tournaisienne, car il coïncide, en 2003, avec l'inauguration de la place Saint-Pierre rénovée. Si le revêtement de celle-ci n'a pas tenu ses promesses (c'est le moins qu'on puisse dire puisqu'une nouvelle rénovation du quartier est en cours), Bernard a tenu celles que ses pairs avaient détectées en lui, il est depuis douze ans non seulement chansonnier-compositeur-interprète mais également l'homme chargé de la création des décors pour les revues.

Ayant jusqu'à présent participé à treize revues, il en conserve un souvenir particulier :

"Annette Ponthieu, aujourd'hui disparue, participait à l'époque comme second rôle. Elle était la maman de Philippe Bourgueil, monteur bien connu dans le milieu cinématographique. Un soir de représentation, Philippe est venu l'applaudir avec son épouse Bérénice, présentatrice sur RTL-TVI mais également en compagnie de deux joyeux lurons, Benoit Poelvoorde et François Damiens. Malheureusement, les quatre compères sont arrivés, un tantinet, en retard et Bernard était sur scène quand il les vit s'installer aux places qui leur avaient réservées, prévenu par Annette de leur venue. Il va sans dire que l'entracte ne fut pas triste, ce soir-là, au bar de la Maison de la Culture".

Un autre excellent souvenir que Bernard Clément conserve, c'est sa prestation en qualité de soliste accompagné par la chorale Tornacum dans "L'cancheonne d'nos clotiers" (la chanson de nos clochers) d'Edmond Godart.

Au fil des années, son répertoire s'est enrichi et avec, entre autres : "A ma p'tite Zoé", chanson écrite pour sa petite fille, "On aimeot bin la vie", dédiée à trois jeunes, morts de la violence de certains individus, "Voyache à l'étringer", contant ses voyages à la mer, véritable expédition familiale, lorsqu'il était jeune, "Préparatieons" sur le thème des attentes auxquelles tous les hommes sont confrontés quand l'épouse se prépare, "No ville est belle", admiration d'un Tournaisien pour sa cité natale ou encore "Nos costumes i n'veont pus", sur le thème de la prise de poids constatée par les membres du Cabaret au moment de fêter le centenaire de la société ou "L'z'orclames", un véritable phénomène auquel nul n'échappe, Bernard Clément est devenu un pilier du Cabaret, ( attintieon, j'n'ai pos dit "ein potieau d'cabaret" pasque cha ch'est pos du tout l'même et les vrais Tournisiens i-veont m'comprinte !).

S.T. mai 2015

18 mai
2015

10:38

Tournai : l'Harmonie communale des Volontaires Pompiers

Depuis la création des zones de secours, le service incendie ne dépend plus directement de la Ville, celui de Tournai fait désormais partie de la zone de Wallonie Picarde qui regroupe, entre-autres, Ath, Mouscron et Tournai. La question se pose donc de savoir si l'Harmonie des Volontaires Pompiers peut encore être considérée comme communale. Va-t-on voir disparaître une phalange musicale créée à Tournai, il y a plus de 180 ans, une longévité qui la place parmi les plus anciennes société de la cité des cinq clochers ? 

1834- 2014 : coup d'œil sur une longue histoire.

C'est le 8 septembre 1834 que Mr. Gustave Delmotte, fondateur d'une société musicale composée de jeunes gens issus des familles de volontaires pompiers, la "Petite Musique", reçoit du commandant Philippe Neve l'accord, assorti de conditions, sur sa proposition de procurer une musique au Corps des Pompiers. Elle sera uniquement composée d'enfants de pompiers qui recevront gratuitement la formation musicale. Un an plus, sur sollicitation du commandant Neve, la phalange musicale sera officialisée et la ville lui accordera un subside.

Le 22 avril 1837, Gustave Delmotte démissionne et le choix des musiciens se porte sur Léonard Sernez, musicien au 4e régiment d'infanterie, pour les diriger. Ce choix sera entériné quelques jours plus tard, le 7 mai, par le Conseil du Corps des Pompiers.

Le 29 juillet 1838, la "musique des pompiers", comme on l'appelait à l'époque, participe au festival de Leuze.

Le 15 juillet 1839, l'administration communale édicte son règlement.

Le 14 novembre 1842, en présence du roi Léopold 1er, est inaugurée la ligne de chemin de fer reliant Mouscron à Tournai. La musique des pompiers interprète son répertoire lors de la réception des autorités qui se déroule dans la gare alors située au quai de l'Arsenal.

Les 24 et 25 mai 1846, la phalange va participer à la fête militaire qui se déroule à Roubaix.

Le 15 septembre de la même année, une grande réception est organisée par la Ville qui accueille la musique des Guides. La musique des volontaires pompiers est intégrée au cortège qui va parcourir les rues de la cité. L'ordre du cortège sera le suivant : le Corps des Pompiers avec tambour ouvre le défilé suivi de la Musique du 5e Régiment, vient ensuite la musique des pompiers avec détachement précédant celle des guides. La musique de la garde Civique précède un détachement d'artillerie. Au XIXe siècle, la foule était friande de ces parades militaires.

En 1847, lors de la visite du Gouverneur de la province, Léonard Sernez dirige la musique des pompiers et des amateurs choristes.

Par la loi du 8 mai 1848, article 26, le groupe prend l'appellation officielle d'Harmonie du Corps des Volontaires Pompiers de Tournai.

Le 11 octobre 1850, à Ostende, s'éteint à l'âge de 38 ans, la première reine des Belges, Louise-Marie d'Orléans, l'harmonie tournaisienne sera invitée à participer aux cérémonies civiles et religieuses.

Durant les cinq années qui vont suivre, l'harmonie participera à de nombreux festivals notamment à Renaix et à Lille où elle obtiendra un premier prix.

En 1863, après vingt-six années passées à la tête de la musique Léonard Sernez démissionne et est remplacé par Jean-Baptiste Neve, celui-ci ne fera qu'un bref passage à la direction musicale puisque le 30 septembre 1865, l'Administration communale désigne César Roge à la direction de l'harmonie.

Notons qu'en juillet 1867, la musique sera de service à la gare de Tournai pour saluer le passage du train du Sultan de Turquie.

Le 23 décembre 1893, après vingt-huit années passées à la tête du groupe musical César Roge s'en va, Quelques mois plus tard, il est remplacé par Fernand Godart. Ce dernier est de 31 ans, depuis 1886, il est attaché au Conservatoire de musique de Tournai en qualité de professeur. En 1919, il en sera même nommé directeur. Sous sa direction, l'harmonie va être, de nombreuses fois, primée notamment en 1902, année où elle remporte le concours international de Lille.

Arrivera le premier conflit mondial, l'harmonie se produira en 1915, en la Halle-aux-Draps lors d'un gala de charité.

A partir de 1921, l'harmonie communale des Volontaires Pompiers de Tournai sera dirigée par un autre professeur du Conservatoire, Désiré Verdière. Ce professeur de trompette est issu d'une famille de musiciens, son père exerçait la profession de luthier à la rue de la Triperie. Il va être à la base d'une tradition : le pot-pourri d'air tournaisiens interprété lors du concert d'ouverture de la kermesse de septembre sur le kiosque du parc communal. Désiré Verdière ne passera que sept années à la tête de la musique et sera remplacé, pour une courte période de trois ans par le Capitaine Léon Michel, chef de la musique militaire.

Après le départ de Désiré Verdière, les chefs vont se succéder. Léon Michel quittera son poste en 1932 et sera remplacé par Eugène Landrieu, professeur du conservatoire. En 1934, celui-ci aura l'honneur de fêter le centenaire de l'harmonie. En 1936, Célestin Allard, autre professeur du conservatoire prendra sa succession et André Colin, directeur du Conservatoire, dirigera l'ensemble musical de 1938 à 1940. 

Après la seconde guerre mondiale, un homme va à nouveau diriger l'harmonie durant une assez longue période, Alfred Verdière, frère de Désiré, clarinettiste, soliste à la musique des Guides, chef de musique à Dottignies et professeur au conservatoire. Au moment de sa désignation, il est âgé de 50 ans. L'air sévère derrière ses lunettes aux très fines montures, cet homme, au grand cœur et fort sensible, est parfois qualifié de main de velours dans un gant de fer, il aime la discipline mais il adore avant tout la musique et son harmonie. Sous sa direction, le 7 août 1949, la musique obtient le 1er prix en division d'Honneur au concours de marche d'Ostende. Le 3 juin 1959, elle reçoit par nomination du Roi, le titre de "Royale". Pour des raisons de santé, Alfred Verdière se retire en 1961.

Anselme Dachy prend sa succession, pianiste de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien, compositeur, il insuffle un esprit plus moderne à son harmonie. Ses amis du Cabaret Wallon (Lucien Jardez, Marcel Roland...) viennent le soutenir et, dans le public, chanter toutes ses "cancheonnes tournaisiennes" rappelée lors du pot-pourri (on dit maintenant "medley") final.

Vingt et un ans plus tard, en 1983, il laisse sa place au sous-chef Raymond Delcroix. Promu au grade de sous-lieutenant-chef de musique, cet homme est un réel pédagogue, il est instituteur dans une des écoles communales et professeur au conservatoire. Il se trouve à la tête d'une harmonie forte de 70 musiciens et une clique de 16 tambours et trompettes. Il restera une bonne dizaine d'années à la direction du groupe. Lui succèdera Gaston Luc et désormais Sylvain Dupire.

L'harmonie communale des Volontaires Pompiers participe à tous les événements qui se déroulent dans la cité : au concert du Vendredi-Saint organisé sur le kiosque érigé à la rue Royale dans le cadre du Marché aux Fleurs, à l'ouverture de la journée des Quatre Cortèges des Amis de Tournai, au concert d'ouverture de la kermesse et à la grande Procession historique en septembre, aux festivités de  la Sainte-Barbe, sainte patronne des pompiers, au début du mois de décembre et donne également l'un ou l'autre concert de gala à Tournai ou à l'étranger. 

L'avenir ?

Hélas, depuis le début des années 2000, le nombre de musiciens va sans cesse en diminuant, ils sont encore une trentaine. Le jeune chef qui a repris la direction tente d'insuffler un esprit nouveau, les concerts sont toujours d'excellente qualité mais, malheureusement, il doit faire face à cette évolution inéluctable connue par tous les harmonies et fanfares, la désaffection des jeunes pour ce genre d'activité. On est en droit de se poser la question : pourquoi les jeunes font ils encore des années de conservatoire en parallèle avec les études pour ne pas exercer, par la suite, le talent qui est souvent le leur ? Était désormais confronté à une forme de snobisme de la part de parents qui obligent leurs enfants à aller au conservatoire, ceux-ci s'empressant d'oublier la musique une fois le diplôme obtenu. 

L'harmonie des Volontaires Pompiers de Tournai va-t-elle disparaître en raison de la réorganisation des zones de secours ou tout simplement par manque de musiciens ? On espère que les nouveaux dirigeants de celle-ci auront à cœur de conserver une tradition plus que centenaire.

(S.T. mai 2015)

15 mai
2015

19:15

Tournai : expressions tournaisiennes (311)

Deux fines mouques.

Mado et Louis, i-seont toudis insanne, comme on dit dins no ville, i-seont comme cul et qu'misse. I-a deux ou treos ainnées, après ein court fréquintache, les deux ozieaux se seont mis in ménache, riant et plein d'espoir on peut dire que mes deux gins, i-s'intintent comme larreons in foire.

Mado, elle est née à Tournai, i-a pus d'quarante ainnées, ch'est eine tournisienne, eine vraie. Louis, li, i-a quitté s'cité natale pou débarquer, ein bieau jour, à l'ombre des cheonq clotiers. Vife dins l'cité d'Clovis, i-d'aveot toudis rêver, l'diale i-a quand même mis pus d'trinte ans pou s'décider ! Pindant six ainnées i-aveot fait ses études dins no cité. A l'époque Mado et li n'areot'ent pos pus s'rincontrer elle éteot aux Ursulines et li à l'Athénée.

On n'peut pos dire que l'prumière rinconte inter mes deux gins fut ein véritape queop d'foudre. A leu n'âche, i-a bin lommint que Cupideon n'tire pus ses flèques dins les fesses et que l'inveyé d'Amour préfère de leon queurir après l'jeonesse. A l'tape d'ein bistreot, i-ont écangé quelques propeos et, comme i-seont tous les deux intelligents, i-ont vite compris qu'i-z'aveot'ent d'z intérêts convergents, presque les mêmes opinieons, à chaque questieon, l'même solutieon. Ch'a été l'base d'eine unieon, pétête pos d'cœur mais seûrmint d'raiseon. Qui s'orsanne s'assimble !

Adeon, ov'là nos deux amisses qui ont fait causse commune (l'meot i-est amusant). I-ont bin vite eu, tous les deux, des visées su eine société qui d'mindeot qu'à ête dirigée. I-ont été vir, ein soir, les membres du comité et in deux queops d'cuiller à peot l'affaire a été réglée.

"Nous eautes, on est au bout d'no rouléau, on est fin réhusse, on veut bin vous laicher l'bouleot, on a bin des russes. On n'sait pus quoisqu'on deot acore inventer pou vir prospérer ceulle vielle société, si vous voulez, à deux, orprinte l'affaire, prenez-là, on vous accueille à bras ouverts".

Tous les membres de l'assimblée qui aveot'ent été convoqués, sans faire de m'noules, pou nos deux comarates i-ont voté. Ch'est ainsin que Louis, i-est asteur Présidint et que Mado, trésorière, veille su l'argint. A li l'pouvoir, à elle les liards ! Quand Louis i-deot, alfeos, s'absinter, Mado, elle est toudis là pou l'rimplacher. Ch'est chou-vert et vert-chou, rouche bonnet et bonnet rouche.

Comme ch'est deux fines mouques, i-ont vite compris que pou durer, i-d'veotent plaire à tous les gins qui formeot 'ent l'société.

"On d'vra pos ête toudis du même avis" qui a espliqué à Mado, l'malin Louis. "Quanc'que j'dirai noir, ti te diras ch'est puteôt gris". Les gins seont tell'mint biêtes qu'i-n'verront qu'du feu et i-d'ara toudis eine paire qui s'reont hureux.

Et ainsin, i-ont dirigé à eusses deux l'vielle société, prenant des décisieons qui d'mindeot'ent à tout l'meonte d'approuver.

Ein bieau jour, ortenu, bin leon d'Tournai, à causse de s'traval, Louis n'a pos su ête présint à l'assimblée générale. Deux adreots, deux jeunes leups qui areot'ent voulu ête les maîtes du jeu, pindant ceulle réunieon, ont osé faire eine propositieon. Mado les a acoutés ave attintieon mais sans jamais printe positieon. Au feond d'elle-même, Mado éteot total'mint in oppositieon, elle n'apprécieot pos beauqueop leu n'intervintieon.

"On verra cha l'prochain vierdi, à l'ortour de no Prési".

Ayant appris l'affaire pa Mado, l'ambitionneu Louis i-a dit : " On a ichi l'occasieon d'diviser les ceusses qui n'seont pos d'accord ave no gestieon, j'vas dire que j'pinse comme eusses et te diras que pou ti l'idée est malhureusse. Ainsin, on plaira toudis à eine majorité du comité et quanc'que l'affaire elle s'ra passée, n't'in fais pos, elle s'ra bin vite obliée".

Pa d'vant les gins qui li d'mindeot'ent si l'broule éteot dins l'ménache, si d'puis ceulle soirée i-z'éteot'ent in rache, si asteur l'temps i-éteot à l'orache, Mado répondeot à chaque feos qui n'aveot pos d'détoule, qui n'aveot pos d'imbroule, que dins leu couple chacun pouveot pinser comme i-vouleot sans pou autant que l'ménache valse su l'pal'teot.

Les gins i-ont vite conclu :

"On n'va pos ichi faire ichi l'fine bouque pasqu'on a à faire a deux fines mouques".

Pourtant, à leu maseon, ch'n'éteot pos toudis fiête, ch'éteot pus si souvint rosses et violettes. Mado orprocheot à Louis que pou soigner s'n'imache i-éteot dev'nu l'champieon du briscadache.

A chaque feos Louis répondeot :

"Te n'deos pos faire l'tiête pasque j'rue les liards pa l'ferniête, quand de l'caisse on verra l'feond, ch'est tout simpe, on aurmint'ra les cotisatieons. Ch'est ainsin que j'ai toudis fait et, crois me, cha a toudis marché. Les sous ch'est fait pou ête dépinsé et pus du tout pou ête wardés. L'temps d'nos mamères qui f'seot'ent des écolomies, i-a bin lommint que ch'est fini et bin fini. Ce que les gins i-veule'tent dins no société ch'est d'avoir toudis et acore des nouvieautés. Mi j'sus là pou leu deonner et ti t'es là pou payer. I-n'feaut pos faire l'fine bouque, après nous eautes... les mouques".

Mado a pinsé :

"Quoisqu'i-m'a pris, Mo Dieu, j'ai succombé aux charmes d'ein bieau parleu, d'ein afreonteu".

Ch'est vrai qui présinteot bin l'pétit Louis quand i-est arrivé à Tournai, l'Beon Dieu sans confessieon tertous i-li areot donné.

Louis n'est pos ein heomme à faire du sintimint, ch'est simpe, ave li in affaire on rinte d'dins. Ein jour, i-a queuru ein eaute cotreon, i-a trouvé eine eaute occasieon et, sans tambour, ni trompette, i-a laiché caire Mado comme eine vielle cauchette. D'puis l'paufe elle n'ose pus sortir, honteusse, elle se muche, dins l'société on a vite fait de l'ruer à l'huche. L'pouvoir, ch'est ainsin, ein jour du pavé t'es tout in héaut et après te t'ortruèfes dins l'ruchéau.

I-a bin lommint d'jà que ceulle histoire elle s'a passée mais i-a d'eautes Louis et d'eautes Mado qui devreot'ent s'in inspirer. L'roche tarpéenne elle est proche du Capitole, ch'est ce qu'j'ai ein bieau jour appris à l'école.

(lexique : eine mouque : une mouche / eine fine mouque : une personne rusée, une personne qui sait y faire / toudis insanne : toujours ensemble / l'quémisse ou la qu'misse : la chemise / l'fréquintache : le fréquentage / les ozieaux : les oiseaux / in ménache : en ménage / eine tournisienne : une tournaisienne / les cheonq clotiers : les cinq clochers, ainsi sont appelés les cinq tours de Notre-Dame de Tournai / vife : vivre / l'diale ou l'diape : le diable / l'prumière : la première / inter : entre / l'queop d'foudre : le coup de foudre / l'âche : l'âge / lommint : longtemps / les flèques : les flèches / préférer d'leon : préférer de loin / queurir : courir / l'jeonesse : la jeunesse / l'tape : la table / écanger : échanger / pétête : peut-être / seûrmint : sûrement / orsanner : ressembler / adeon : donc / ov'là : voilà / vir : voir /  nous eautes : nous autres / l'rouléau : le rouleau / ête fin réhusse : ne plus savoir que faire, être embarrassé / laicher : laisser / avoir bin des russes : avoir bien des difficultés / ceulle : cette / orprinte : reprendre / faire des m'noules : faire des embarras, prendre un air emprunté / les comarates : les camarades / les liards : l'argent / alfeos : parfois / rimplacher : remplacer / rouche : rouge / puteôt : plutôt  / biêtes : bêtes  / hureux : heureux  / tout l'meonte : tout le monde / ortenu : retenu / bin leon : bien loin / des adreots : des adroits / des leups ou leus : des loups / les maîtes : les maîtres / acouter : écouter / vierdi : vendredi / l'ambitionneu : l'ambitieux / malhureux : malheureux / quançque : quand, lorsque /  l'broule : la brouille / ête in rache : être en rage, en colère / l'orache : l'orage / l'détoule : la bataille / l'imbroule : l'embrouille / valser su l'pal'teot (ou voler su l'deos) : chuter, être en l'air / ichi : ici / l'bouque : la bouche / l'maseon : la maison / rosse : rose / orprocher : reprocher / l'imache : l'image / l'briscadache : le gaspillage /  l'feos : la fois / l'ferniête : la fenêtre / aurminter : augmenter / warder : garder / les mamères : les mères / les écolomies : les économies / toudis : toujours / ein bieau parleu : un beau parleur / ein afreonteu : un séducteur / simpe : simple / queurir l'cotreon : avoir des aventures galantes / caire : tomber / eine cauchette : une chaussette / l'paufe : la pauvre / s'mucher : se cacher / ruer à l'huche : mettre à la porte, exclure / t'ortruèfes : te retrouves ).

S.T. Mai 2015.

Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne peut être que fortuite.  

19:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

12 mai
2015

12:55

Tournai : l'année 1863 sous la loupe.

Note : En raison de l'absence d'archives du journal "Le Courrier de l'Escaut" pour l'année 1862, à la bibliothèque de Tournai, nous passons directement à l'année 1863.

Sur le plan international, l'année 1863 enregistre la fondation, à Genève, le 9 février, de la Croix-Rouge, organisation internationale humanitaire, par Henri Dunant (Prix Nobel de la Paix 1901). Aux Etats-Unis, la guerre de Sécession entre dans sa troisième année, elle est marquée par la bataille de Chancellorsville, en mai, qui voit la victoire du sudiste Lee, suivie deux mois plus tard par celle, très sanglante, de Gettysburg qui enregistre, cette fois, la défaite des Confédérés. En novembre, le Sud est coupé en deux grâce à une nouvelle victoire de Grant. On note les naissances du Baron Pierre de Coubertin, le 1er janvier, il sera le père des Jeux Olympiques de l'ère moderne, d'Henri Ford, le 30 juillet, le premier grand constructeur automobile américain ou de Jules Destrée, le 21 août, homme politique belge. Parmi les disparitions, il y a celles du peintre français Eugène Delacroix, le 13 août, et du poète Alfred de Vigny, le 17 septembre.

Sur le plan national, l'actualité est marquée par les élections législatives de juin qui voient un sensible affaiblissement de la majorité libérale. Celle-ci conserve néanmoins 57 sièges pour 51 à l'opposition emmenée par le parti catholique. A Tervueren, à l'auberge du Renard, va s'installer le peintre tournaisien, Hippolyte Boulanger. Le lieu deviendra le rendez-vous des peintres paysagistes qui fonderont "l'Ecole de Tervueren". La Belgique négocie avec les Pays-Bas, le rachat du péage de l'Escaut.

Sur le plan local, parmi les faits divers, parfois sordides, un fait domine l'actualité de l'année : la misère qui est omniprésente.

Les mouvements de la population tournaisienne en 1862 (Courrier de l'Escaut du 11.01).

Au 31 décembre 1862, le nombre d'habitants s'élève à 31.184, soit 97 unités de moins par rapport à l'année précédente;

Au niveau des naissances, on a enregistré :

légitimes de sexe masculin : 347, légitimes de sexe féminin : 336.

illégitimes de sexe masculin : 32, illégitimes de sexe féminin : 34 soit au total : 749 naissances.

Les décès concernent :

Enfants de sexe masculin : 197, enfants de sexe féminin : 168

Célibataires de sexe masculin : 55, célibataires de sexe féminin : 62

Mariés de sexe masculin : 90, mariées de sexe féminin : 63

Veufs, 49, veuves : 77    soit au total : 761 décès (excédent de 12 par rapport au naissances)

Personnes venues élire domicile à Tournai : 799, personnes ayant quitté la ville : 884

(excédent des départs sur les arrivées : 85).

L'état-civil a officialisé 188 mariages :

garçons et filles : 164, garçons et veuves : 9, veufs et filles : 10, veufs et veuves : 5.

Aucun divorce n'a été prononcé.

(NDLR : pour la première fois les catégories de personnes sont bien définies. Il est remarquable de constater que les chiffres sont de plus en plus affinés. Malgré l'informatique, l'état-civil qui paraît aujourd'hui dans les journaux est beaucoup plus rudimentaire que celui d'il y a cent cinquante ans. Cela nous permet de constater l'importance de la mortalité infantile). 

Un pont de Fer bien chancelant (Courrier de l'Escaut du 14.01).

En séance du 13 janvier, le conseil communal a pris la décision suivante :

"Le passage sur le pont "dit de fer", près de la station (NDLR : la gare se trouvait alors sur le quai de l'Arsenal, actuel quai Sakharov) est interdit aux voitures de roulage et exclusivement réservé aux piétons et aux voitures suspendues. La circulation des voitures de roulage pourra avoir lieu par le pont Notre-Dame, par la rue de l'Hôpital et par le quai Notre-Dame, décision prise vu l'état préoccupant dudit pont de Fer".

Les fortifications (Courrier de l'Escaut du 2.03).

"Suite à l'interpellation de l'honorable Mr. B. Du Mortier, Mr le Ministre de la Guerre (NDLR : le vocabulaire a changé, on l'appellera par la suite le Ministre de la Défense) vient de donner des ordres pour commencer le travail de démolition des fortifications de notre ville. La démolition devra commencer par les points où les fortifications peuvent menacer la citadelle, c'est-à-dire les portes de Saint-Martin et de Valenciennes".

La misère (Courrier de l'Escaut, éditions des 23, 26 mars, 1er avril et 26 juillet).

"La belle fondation que Mr. de Bettignies a fait au Béguinage en faveur de neuf pauvres femmes veuves de notre ville est sur le point de recevoir son exécution. Déjà les titulaires sont désignées et elles iront prochainement prendre place dans le logement riant et salubre que leur fournit la charité du généreux donateur. (...) Logements commodes et agréables, ils se composent de deux pièces, l'une au rez-de-chaussée, l'autre à l'étage, d'un grenier, d'une cave, d'une cour, d'un "curoir" et d'un hangar, d'une citerne et d'un puits à l'usage commun. Chaque pourvue recevra un pain par semaine. Voilà donc neuf femmes à l'abri de la misère et qui pourront, à l'aide de leur travail quotidien, élever honorablement leurs petits enfants". (NDLR : style mélodramatique qui n'est plus d'usage de nos jours).

"Une distribution de pain et de viande a été faite aux enfants pauvres de la paroisse Notre-Dame qui ont été admis à la première communion par notre bourgmestre, Mr. De Rasse, dont l'un des fils y a été admis".

"Le nombre de bénéficiaires de la classe indigente s'accroit de jour en jour dans notre ville. Nous apprenons, avec la plus vive satisfaction, que Mr. Constentin Chaffaux va personnellement remettre en vigueur cette admirable institution du Moyen-Age qu'est la table des pauvres. A ses frais, le premier vendredi de chaque mois, Mr. Chaffaux réunira à sa table dix pauvres vieillards auxquels il servira, de ses propres mains, une magnifique portion de morue et de pommes de terre".

"Depuis quelques années, le Bureau de Bienfaisance de Tournay (NDLR : pour rappel , orthographe de l'époque) fait distribuer par l'intermédiaire des comités de charité des paroisses, des lits en fer aux indigents inscrits sur la liste qui justifie le besoin de cet objet de couchage. Ces lits ne sont confiés qu'à titre de prêt et restent la propriété de l'administration, aussi portent-ils l'estampille de cette dernière pour que personne ne puisse prétexter cause d'ignorance. En conséquence tous les détenteurs de pareils lits ne peuvent s'en dessaisir au profit d'un tiers et seront poursuivis correctionnellement du chef d'abus de confiance et punis conformément aux lois. Seront également poursuivis tous ceux qui en deviendraient possesseurs à titre d'achat, d'échange ou de toute autre manière. Les agents du Mont de Piété sont invités à ne pas les recevoir et à signaler les délinquants au Bureau de Bienfaisance".

Résultats des élections (Courrier de l'Escaut du 11 septembre).

Les élections se sont tenues le 10 septembre. Dans le canton de Tournai,  3.038 personnes ont exprimé un vote, (NDLR : seuls les hommes issus de la bourgeoisie et selon leur richesse sont admis au vote), billets blancs : 0, billets nuls : 7. Louis Dumortier (parti Catholique) : 1.270 voix, Charles Rogier (Parti Libéral) : 1.759 voix.

Le journal comporte le sous-titre suivant : Le succès de Mr. Rogier à Tournay est l'œuvre d'une corruption épouvantable).

La "Foire de Septembre" est misérable (Courrier de l'Escaut du 19 septembre).

"Rien de plus misérable que notre foire cette année. Quelques tristes baraques, un cochon tatoué, l'éternelle tentation de Saint-Antoine, et un chien-lion en composent, pour ainsi dire, tout le menu. La Dame d'Espinoy et Mr. Rogier doivent, d'après les apôtres du libéralisme tournaisien, tenir lieu de toutes espèces de divertissement" (NDLR : on inaugure en effet, en ce mois de septembre, la statue de Christine de Lallaing, princesse d'Espinoy).

Le journal parle d'elle en termes peu élogieux, mettant à mal une légende, celle de la femme qui, en l'absence de son mari parti guerroyer, galvanisait les troupes du haut des remparts pour sauver Tournai des troupes d'Alexandre Farnèse.

Une dernière petite information qui fait sourire.

"Nous avons appris qu'un individu, en profond état d'ivresse, dans un café du faubourg Saint-Martin, avait été arrêté par le Police pour avoir volé... une vache sur le marché de Tournai. (NDLR : pas facile à dissimuler une pareille pièce, son forfait accompli avait-il conduit le bovidé à... la rue Muche-Vache ???).

Ainsi va la vie à Tournai en l'an de grâce 1863. Le clivage de la population est bien net et les pauvres sont majoritaires.

(Sources : le Courrier de l'Escaut, éditions de l'année 1863)

S.T. mai 2015.

 

12:55 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, 1863, misère, rogier, pont de fer |

09 mai
2015

13:40

Tournai : expressions tournaisiennes (310)

L'pétit Mimile.

Vous avez d'jà ormarqué qu'on rinconte, alfeos, dins no vie des familes bin malhureusses, des heommes et des feimmes qu'on direot que l'ciel i-n'a pos eu pitié d'eusses. Ainsin, aujord'hui, j'vas ichi, vous raqueonter l'histoire d'Emile, ein p'tit rambile qui habiteot, dins l'temps, au forbou d'Lille.

I-deot ête né, in quarante-siept, jusse après la guerre et i-éteot infant d'file, ch'est pétête eine sanche qui-n'a jamais connu s'mopère, ein agozil dont bramint d'gins s'déméfieot'ent in ville. Toudis fourré dins les caberdouches et les bistreots, i-alleot ainsin d'branque in branque comme ein ozieau. Afreonteu, i-saveot parler aux jeones files et, l'affaire faite, i-parteot hureux et fin tranquille.  

Elle a bin eu du mérite, l'paufe Cécile à élever ein albran comme l'pétit Mimile. On peut même dire qu'elle n'a jamais eu l'vie facile, elle, qui pou gagner ses croûtes gardeot des infants à s'domicile.

A l'âche de siept ans, l'curé de l'paroisse, ein père capuchin, eine heomme qui aveot beon cœur à voulu l'mette su l'dreot qu'min in l' prenant pou les messes comme infant d'chœur. Malhureus'mint pou li, cha n'a pos duré lommint, l'Mimile i-éteot bin leon d'ête ein p'tit saint. Ch'éteot acore eine époque, d'avant l'concile, dusqu'i-falleot cangé d'plache l'évangile, l'badouleo portant l'life des saintes écritures, i-a pris dins rope rouche et ch'est vraimint pos difficile d'adveiner l'tablature. Cha été l'cabériole, l'tiête in avant, Emile in perditieon, i-est parti à l'horizontale et i-a cait à côté du banc d'communieon. L'curé i-a vite fait d'li pardeonner pasque des cosses ainsin cha peut toudis arrivé. Mais l'beon père à l'barpe blanque i-n'a pus ri quanç'que Mimile i-a rimplaché l'vin d'messe pa du whisky. Directemint après l'office i-a passé à confessieon et ave deux "pater" et treos "avé" i-a ortourné à s'maseon

A l'école, on peut pos dire qu'i-a fait l'bonheur de s'n'instituteur, l'plache qui a toudis préférée ch'éteot près du radiateur. L'hiver, l'innui et l'caleur aidant, bin souvint, no Mimile i-s'indormeot su s'banc, i-falleot alors intinte l'fracas que cha f'seot quanç'qu'in bas de l'tape i-bourleot. Quand l'maîte l'appeleot : "Dupotieau (ch'éteot s'neom) au tableau, prenez une craie, on va faire une dictée",  Mimile n'aimeot pos beauqueop l'meot, i-éteot pus fort ave l'éponche pou tout effacer. "Est-ce qu'il y en a un parmi vous qui pourrait me dire ce qui signifie le mot syntaxe ?". Pou toute répeonse, les infants raviseot'ent l'maîte, l'bouque ouverte. Tout à n'ein queop, on a vu ein deogt s'lever bin héaut. "Mi M'ssieu, mi M'ssieu !", ch'éteot pos possipe, ein miraque, ch'éteot Dupotieaux. "L'saint taxe, ch'est l'fiête du saint patreon des gins qui ouèf'tent aux contributieons". L'maîte i-a tell'mint eu du lari, i-a tell'mint ri comme ein seot, qu'eine feos ormis de s'fou-rire, i-n'a pus busier à li mette ein zéreo.

Sans diplôme, Mimile i-a eu bin des russes pou trouver d'l'ouvrache, dins s'vie d'adulte, l'arsoule i-a fait, au moinse, chinquante plaches. Ch'éteot ein p'tit vicieux, i-saveot bin ortirer s'n'épinque du jeu, pou n'pos s'faire licincier-i-aveot même trouvé eine riche solutieon, i-alleot vir l'docteur et i-diseot avoir attrapé eine maladie à causse de s'professieon. Orprésintant pou eine firme d'apéritifs, i-a invinté eine maladie du tube digestif, démarchant pou des cigarettes de marque, feumer l'rindeot tout patraque, ouvrant comme distributeur d'publicités, i-a souffert d'romatique à ses pieds, ingagé dins la constructieon comme baudet pou ein macheon, montant su l'éthielle, i-attrapeot l'vertiche au prumier écheleon, pris in pitié pa ein vieux boulinger de s'quartier, i-a dit avoir attrapé ein allergie à l'fareine de blé, comme peinte, i-éteot daltonien, i-n'veyeot pos l'différince inter du géaune et du brun... arrêteons là ceulle liste, ch'est bin simpe, on pourreot, à l'infini, multiplier les eximpes.

A soixante ans, au momint d'introduire s'dossier pou s'pinsieon, l'heomme qui l'a orchu à l'hôtel de ville i-a fait eine hausse d'tinsieon. Inter les périodes qui aveot été au chômache et ceulles qui aveot été, d'timps in temps, à l'ouvrache, i-a fallu près d'eine demi-journée pour mette à jour s'dossier. L'pire pou l'brafe imployé ch'est l'questieon qui li a posée : "Vous savez m'carculer, cobin, chaque meos, j'vas toucher ?". "Quoisque vous dites, fauqu'cha, bé mi qui a fait chinquante plaches, j'vas toucher moinse qu'au chômache, on n'peut pos dire que nos dirigeants i-save'tent récompinser l'corache".

J'vous veos v'nir, vous allez m'deminder quoisqu'asteur i-fait, i-n'fait pos grand cosse pindant ses journées et, croyez me, j'sus bin triste de l'rincontrer. Toudis attifé d'démisses que li deonne l'feimme de s'visin, Alice, i-pormène inter les portes des cabarets et ceulles des églisses. S'surneom i-a été bin vite trouvé, on l'appelle "Dupotieau d'cabaret" ch'est là qu'i-va investir les pièches que les gins li ont données. Alfeos, in foufielle, i-berle : "Les banques elles ne deonnent pus d'intérêt à part des cacahuètes et ichi on sait s'récauffer et s'foute ein beonne pinte pa d'rière l'gos'lette, j'préfère putêot m'rincer la dalle que d'faire eine déclaratieon fiscale".

Ch'est seûrmint pos ce qu'aveot rêvé l'brave Cécile, l'soigneusse d'infants de l'chaussée d'Lille qui areot tout deonné pou s'pétit Mimile.

(lexique : ormarquer : remarquer / alfeos : parfois / eusses : eux / ainsin : ainsi / raqueonter : raconter / ein rambile : un enfant espiègle / l'forbou : le faubourg / jusse : juste / ein infant d'file : désigne un enfant d'une fille-mère / pétête: peut-être / l'sanche : la chance / s'mopère : son père / ein agozil : un triste sire / bramint : beaucoup / se déméfier : se méfier / toudis : toujours / les caberdouches : les maisons louches, les cafés douteux / ein branque : une branche / ein ozieau : un oiseau / ein afreonteu : un séducteur / jeone : jeune / l'paufe : la pauvre / ein albran : un garnement / l'âche : l'âge / l'capuchin : le (père) capucin / mette su l'dreot qu'min : mettre sur le droit chemin / lommint : longtemps / bin leon : bien loin / acore : encore / canger : changer / l'plache : la place / l'badouleo : l'enfant indolent / l'rope rouche : la robe rouge / adveiner : deviner / l'tablature : la situation gênante / l'cabériole : la cabriole, la culbute / caire : tomber / pasque : parce que / des cosses : des choses / l'barpe blanque : la barbe blanche / ortourner : retourner / quanç'que : quand, lorsque / l'innui : l'ennui / l'caleur : la chaleur / intinte : entendre / bourler : tomber / l'maîte : le maître / l'meot : le mot / l'éponche : l'éponge / raviser : regarder / l'bouque : la bouche / tout à n'ein queop : tout à coup / l'deogt : le doigt / l'miraque : le miracle / ouvrer : travailler / avoir du lari : avoir du plaisir / ein seot : un sot / busier : penser / avoir bin des russes : avoir bien du mal, bien des difficultés / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / l'arsoule : l'arsouille, l'enfant turbulent / au moinse : au moins, au minimum / l'épinque : l'épingle / orprésintant : représentant / feumer : fumer / des romatiques : des rhumatismes /  ein macheon : un maçon / l'éthielle : l'échelle / l'fareine : la farine / géaune : jaune / simpe : simple / ein eximpe : un exemple / l'pinsieon : la pension (en Belgique), la retraite (en France) / orchu : reçu / inter : entre /  ceulles : celles / d'timps in temps : de temps en temps (à remarquer que le mot temps s'écrit dans cette expression sous deux formes différentes) / carculer : calculer / cobin : combien, on peut aussi dire combin / l'meos : le mois / quoisque : qu'est-ce que / fauqu'cha : seulement cela / l'corache : le courage / j'veos : je vois / asteur : maintenant / attifé : mal habillé, vêtu avec mauvais goût / les démisses : les habits de seconde main / l'feimme : la femme / l'visin : le voisin / porméner : promener / les pièches : les pièces / in foufielle : dans tous ses états / berler : hurler / récauffer : réchauffer / s'foute : se mettre, s'envoyer / pa d'rière : par derrière / l'gos'lette : la pomme d'Adam, le gosier / putêot : plutôt / seûrmint : sûrement).

Ein potieau d'cabaret : en tournaisien, une personne qui est appuyée au bar du matin au soir !

S.T. mai 2015.

13:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

06 mai
2015

10:15

Tournai : l'année 1861 sous la loupe.

En cette année 1861, quelques événements vont retenir l'attention des historiens.

C'est avant tout vers l'actualité internationale que les regards vont se porter. Aux Etats-Unis, le 12 avril, débute la "Guerre de Sécession". Elle oppose les Etats-Unis d'Amérique désignés sous le nom de "l'Union" aux Etats Confédérés d'Amérique, "la Confédération". C'est une guerre entre le Nord et le Sud (Nordistes et Sudistes) qui trouve son origine dans la proposition de loi d'Abraham Lincoln, devenu président en janvier, d'abolir l'esclavagisme. Elle durera quatre ans. En Europe, le 2 janvier, Guillaume Ier (Guillaume, Frédéric, Louis de Hohenzollern) devient le roi de Prusse. Titre qu'il changera en Empereur d'Allemagne en 1871. La France fait face à une importante vague de froid, en janvier, une épaisse couche de neige recouvre le pays et on enregistre des températures de l'ordre de -17° à Calais. L'année 1861 est celle des naissances d'Aristide Maillot, sculpteur et peintre français et de Georges Méliès, un des premiers réalisateurs de films, tous deux nés le 8 décembre. Elle est aussi celle de la mort, le 17 janvier, d'une courtisane célèbre, Lola Montes, de son vrai nom Marie, Dolores, Eliza, Rosanna Gilbert, née en Irlande en 1821, courtisane et danseuse exotique, maîtresse du roi Louis de Bavière, immortalisée dans les années cinquante par l'actrice Martine Carol.

L'actualité nationale est également marquée par cette importante vague de froid qui sévit en janvier. C'est dans notre pays que Victor Hugo termine son roman "Les Misérables". Il avait quitté l'ile de Guernesey, où il s'était exilé et loge désormais à proximité de la butte du lion de Waterloo, un lieu mythique qui lui permet de ressentir parfaitement la fin de l'épopée napoléonienne et de la dépeindre dans son roman.

L'actualité locale est toujours aussi monotone, d'elle, on dirait maintenant qu'elle est un copié-collé de celles des années précédentes, mais on verra que certains sujets vont faire débat et donner du blé à moudre aux journalistes de l'époque.

La population tournaisienne au 31.12.1860 (Courrier de l'Escaut du 6 janvier).

Cette rubrique qui paraît traditionnellement au début du mois de janvier nous renseigne que le nombre d'habitants est de 31.190, en augmentation de 128 unités par rapport à l'année précédente.

On a enregistré au niveau des naissances légitimes : 347 de sexe masculin et 336 de sexe féminin. Au niveau des illégitimes : 36 de sexe masculin et 31 de sexe féminin, soit un total de 750 naissances.

678 décès ont été portés à la connaissance des autorités communales, ils ne comprennent pas les enfants mort-nés et les personnes étrangères à la cité, ils se décomposent en 304 de sexe masculin et 374 de sexe  féminin, soit au total : 678 décès.

Les mouvements de la population ont vu 889 personnes venir habiter la ville et 833 la quitter.

183 mariages ont été célébrés, 152 entre garçons et filles, 12 entre garçons et veuves, 17 entre veufs et filles  et 2 entre veufs et veuves. Il n'y a eu aucun divorce de prononcé.

La vague de froid de janvier.

Celle-ci semble avoir été très rude et elle a fait l'objet d'un court article dont le style fait parfois... froid dans le dos :

"L'hiver qui ne nous ménage pas a déjà fait de nombreuses victimes. Nous ne parlons pas des lièvres asphyxiés sous la neige et des pauvres petits oiseaux que le froid et la faim ont fait périr. Les organes de presse signalent la mort soit de vieillards, soit d'enfants qu'on a trouvés gelés à la campagne" (!).

Le peuple réclame des fêtes (Courrier de l'Escaut du 1er février). 

"Plusieurs Tournaisiens de la localité (sic) se plaignent de l'absence complète de fêtes dans notre ville. Ils n'ont pas réfléchi, sans doute, que presque toutes les grandes familles étaient en deuil. Nous aimons à espérer que l'argent qui, en d'autres circonstances, aurait été consacré à des dépenses de luxe tournera au profit de la charité. Les pauvres souffrent tant cet hiver".

Où va se situer le nouveau "Palais de Justice" ? (Courrier de l'Escaut des 30 janvier, 4 février...).

La localisation du nouveau Palais de Justice fait débat, chacun défend son choix tant au conseil communal que dans le courrier des lecteurs. Jusqu'alors on le voyait s'ériger dans la "Grand'Garde", à côté de la Halle-aux-Draps ou au Becquerelle. A la fin du mois de janvier, un nouvel emplacement fait son apparition : au Marché au Jambon. Les détracteurs font remarquer que ce lieu de construction va occasionner d'importantes dépenses. Il va falloir acquérir la maison Bruyenne, les deux maisons voisines ainsi que celle de la Veuve Allard à la rue des Choraux. Pour la visibilité qui sied à ce genre de bâtiment, il faudra également acheter la propriété du Sieur Campe qui forme l'angle de la rue Tête d'Argent et du Marché au Jambon.

On évoque également de le construire au bout de la place du Parc (NDLR : l'actuelle place Reine Astrid) mais certains trouvent qu'il va rompre la perspective que le lieu offre.

Le 4 février, le journal annonce :

"Le Conseil Communal a dans sa séance de samedi résolu la question si longtemps discutée de l'emplacement du Palais de Justice. Le terrain de la Grand'Garde a été adopté à une grande majorité et nous pensons que la majorité de nos citoyens sera satisfaite de cette résolution".

Un corbillard pour indigents (Courrier de l'Escaut du 11 février).

"Nous avons eu l'occasion de voir l'une des voitures funèbres destinées à conduire l'indigent à sa dernière demeure. Nous pensons qu'il n'existe pas, en Belgique, un corbillard-coupé on l'on puisse placer aussi convenablement le prêtre, l'enfant de chœur et le parent du défunt qui désire l'accompagner jusqu'au cimetière. Nous félicitons vivement l'administration de Bienfaisance d'avoir créé cette bonne constitution qui est toute dans l'intérêt de la moralité, de l'économie et de la dignité de la classe indigente". (NDLR : tout cela transpire une forme de paternalisme de l'époque) !

Débat autour du peintre Louis Gallait (Courrier de l'Escaut des 7 avril et 3 octobre).

"Le retour à Bruxelles de Mr. Gallait, avec un portrait du Saint-Père, qu'il a fait à Rome est ajourné jusqu'à la fin du mois de mai. Mr. Gallait est retenu dans la Ville-Eternelle par l'exécution d'un tableau qu'on dit très remarquable. La toile de l'illustre peintre représente Pie IX distribuant des médailles à l'armée française. Mr. Gallait est resté à Rome afin de peindre d'après nature les hommes marquants qui ont assisté à cette cérémonie. Ce tableau figurera, nous dit-on, à la prochaine exposition d'Anvers.".

"Nos renseignements particuliers nous permettent de vous informer que Mr. Gallait a promis d'exposer dans sa ville natale le chef-d'œuvre qu'il rapporte de Rome. Celui-ci sera exposé en l'Hôtel de Ville durant les fêtes de septembre".

Si les Tournaisiens sont fiers de leur peintre, le journal "l'Indépendant" se permet une critique, pour le moins, acerbe à son égard, on peut notamment y lire :

"Son tableau manqué de l'exposition des corps des comtes d'Egmont et de Hornes est un exemple frappant de la faiblesse de son inspiration. Un artiste doué de la force dramatique nécessaire au peintre d'histoire eût mis en évidence la signification politique de l'événement, il ne serait pas contenté de peindre le fait de l'Histoire, il aurait peint l'histoire du fait. Mr. Gallait s'en est bien gardé, il a montré deux cadavres entourés de quelques hommes inertes".

"Une critique vulgaire et ignorante !", voilà comment est commenté par le Courrier de l'Escaut cet article paru le 23 octobre dans l'Indépendant.

Déjà ! (Courrier de l'Escaut du 4 novembre).

"Le train de Bruxelles qui arrive à 9 heures trente n'est entré en gare que vers onze heures. Ce long retard provient d'un déraillement arrivé au convoi, au sortir du tunnel, en avant de Braine-le-Comte". (NDLR : il n'y avait que des voyageurs et peu de navetteurs à l'époque).

Un départ regretté (Courrier de l'Escaut du15 avril).

"Bruno Renard, architecte, a quitté notre ville l'un des jours de la semaine passée pour aller à Bruxelles. Mr. Renard laissera à Tournay (NDLR : orthographe de l'époque) les plus honorables souvenirs et son départ excitera les plus profonds regrets de toutes les personnes qui ont eu rapport avec lui et ont été à même d'apprécier ses qualités et son talent".

Débat autour de la statue de Christine de Lallaing (Courrier de l'Escaut 24 avril).

Le projet de statue représentant Christine de Lallaing fait débat, l'extrait du courrier d'un lecteur adressé au journal est représentatif de la division qui existe entre certains Tournaisiens :

"Une statue de femme qui ne surmonte pas un monument doit être faite en marbre et non en bronze (...) l'emplacement du parc communal doit être préféré à celui de la Grand'Place (NDLR : orthographe de l'époque)... On aurait dû songer à faire un concours entre les sculpteurs tournaisiens !".

Ce à quoi le journal répond : "Qu'elle soit en marbre ou en bronze, dans le parc ou sur la place, peu nous importe !". Ces propos étaient les prémices de la longue polémique qui allait s'installer entre les autorités communales et religieuses, Christine de Lallaing étant, tout simplement, le symbole du protestantisme à Tournai !

Mécontents de l'administration (Courrier de l'Escaut du 22 septembre).

"Il parait que les jeux populaires qui devaient être l'un de nos principaux attraits de notre kermesse n'auront pas lieu. Les sociétés populaires mécontentes de l'administration communale ont refusé leur concours. Nous serons donc privés du délicieux mât de cocagne et nous ne ferons pas encore, cette année, connaissance avec le spirituel Cochonnet" .

Description d'un champ de foire au XIXe siècle (Courrier de l'Escaut du 25 septembre).

"Les petits théâtres en plein vent abondent cette année sur notre champ de foire mais, jusqu'à dimanche dernier, jour de l'ouverture du Cirque et de l'arrivée du géant, on ne voyait pas ce qu'on appelle en style forain... de grandes baraques (NDLR : aujourd'hui on les qualifie de gros métiers). Certes les Houillères et le travail des porions, le verre filé, les panoramas et dioramas, les chevaux de bois, les pommes de terre frites et les crocodiles ont bien leur parfum et leur mérite mais cela est insuffisant. Le champ de foire semble désert quand il ne possède pas de grosses baraques !".

Ce qui va changer au 1er janvier 1862 (Courrier de l'Escaut du 7 décembre).

"MM les voyageurs sont informés qu'à dater du 1er janvier prochain, le signal de départ ne sera plus donné au moyen de la trompette. Les convois se mettront en marche au premier coup de sifflet du chef de train !". (NDLR : vraiment, on n'arrête pas le progrès !).

Tout ces articles nous donnent une vision de la vie à Tournai en cette année 1861, il y a encore, entre autres, les accidents de charriots, les très nombreuses chutes dans l'Escaut avec le plus souvent des conséquences dramatiques, les accidents du travail, les vols domestiques, les morts foudroyantes, les nombreuses processions et le tirage au sort pour le service militaire.

(Sources : les éditions du Courrier de l'Escaut de l'année 1861).

S.T. mai 2015.