31 mai
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (313)

L'sémaine d'Edmeond.

Nous ov'là à l'fin Mai, acore ein meos d'passé, on va béteôt arriver à l'mitan d'l'ainnée et on n'a pos 'cor eu du bieau temps pindant au moinse eine journée. Edmeond i-s'délaminte. Li qui aime bin s'porméner, i-est obligé d'rester à s'maseon pasqu'à chaque feos qui sort ou bin i-pleut, ou bin i-fait du vint, ou bin i-fait freod. Dins s'gardin, l'tierre elle est sèque, elle forme eine croute, pasque l'vint d'bisse i-orsèque tout.

"Te vas vir, on n'va pos avoir d'été, on va toudis avoir tout au puque une vingtaine de degrés, de l'pluèfe, du vint et des oraches" qui m'a dit quand j'l'ai rincontré à l'rue des Clairisses pasque pou l'momint i-n'vas pus à Froyennes à causse des travéaux. I-aveot bin des cosses à m'raqueonter et mi, quand ch'est ainsin, j'n'ai plache pos eine, j'l'acoute d'eine orelle.

"In parlant d'travéaux, j'ai appris que cha va acore ête ein riche fourbi in ville, on a décidé d'orfaire l'parvis du bieffreo d'puis l'fausse porte de l'cathédrale jusqu'au bas de l'rue Saint-Martin. Cha d'vreot qu'mincher l'sémaine qui vient ! Les touristes inglais qui vienne'tent dormir à Tournai, à l'hôtel de l'plache Saint-Pierre, i-n'veont pus devoir aller à Dixmude pou vir des tranchées. La Ville elle n'a qu'à d'minder à Mossieu Deligne du Musée Militaire de prêter des costumes de l'prumière guerre mondiale pou afuler les ouverriers et on ara ichi, pou presque rien, eine orconstitution organisée dins l'cadre des chint ans de 14-18. Ch'est l'bourguémette de Comines qui bisquereot li qui truèfe que l'spectaque qui a été moutré pou l'venue de Platini, in décimpe d'l'année dernière, i-éteot treop tchier".

J'n'aime pos quanç'qu'i-comminche à parler des eautes, on n'ravise pos dins l'assiette du visin, i-minche c'qui veut et i-fait à mote (comme on dit : ein baudet qui fait à s'mote ch'est l'mitan de s'nourriture) ! I-a vu à m'n'air qui valeot mieux canger d'sujet.

"Les gins d'Saint-Piat i-seont fin bénaisses, i-parait qu'on va infin commincher l'démolitieon des anciennes usines TEI, de l'piscine Madame et des cambusses qui s'truèfe'tent dins l'ileot  compris inter l'Esqueaut, l'rue Madame, l'rue Saint-Piat et l'rue Cherquefosse. Ein soir que j'sus passé par là ave Fifinne, on a vu des rattes aussi grosses que des cats, dire qu'on app'leot ceulle rue, dins l'temps, l'rue Merdenchon, elle porteot mieux s'neom. Saint-Piat, ch'est quand même l'berche d'no ville, ch'est là-vas que no n'histoire elle a débuté, l'leong du fleuve". Ah ! Saint-Piat dusqu'on dit que l'sanche est là, l'quartier bin connu des soldats qui veneot'ent faire leu service à l'gazerne Saint-Jean ou à Ruquoy, au Tam-Tam et dins bin d'eautes petits caberdouches i-d'a pus d'ein qui ont passé dins l'quartier d'belles soirée et attraper d'fameusses preones. Saint-Piat et s'gramère Cucu, s'pichou et l'incien hospice. Saint-Piat et Madame Maenhout qui est l'marraine de tous les pus paufes de l'ville, des ceusses qui n'ont pos d'domicile, des ceusses qui ont faim et qui ont freod, des gins qui veont à l'Maseon du Pichou pou trouver ein peu d'caleur humaine. Madame Maenhout, ch'est not' abbé Pierre, no Père Gilbert, not' abbé Froidure, no Saint-Martin. Des gins ainsin i-in faudreot des chintaines pou v'nir in aide aux malhureux. Elle habit'reot à Paris, j'sus seûr qu'ein jour, elle rintrereot au Panthéon des Grands Hommes... tins... à propeos, t'as d'jà ormaqué qu'on n'diseot jamais des Grandes Feimmes ?".

"Bé neon, dins l'lanque françaisse, l'meot "Homme" i-désigne toute l'humanité"

"Ahais, comme j'l'ai appris l'pétite école, l'masculin l'importe toudis su l'féminin"

"T'as de l'sanche que Fifinne elle n'est pos là ! Te verreos ce qu'elle te direot au... masculin ! Elle est restée à s'maseon, elle n'est pos malate ?"

"Neon, neon... elle fait des commissieons au GB et après l'va aller querre  les sacs poubelle à l'Hôtel de Ville".

"I-faudreot lire l'gazette ou aller su l'site de l'Ville su internet, te verreos qu'asteur l'distributieon elle a lieu à L'Borgnette !".

"Ch'est cangé, ch'éteot si facile pou nous eautes et cha m'permetteot d'aller boire m'pinte su l'Grand-Plache in attindant Fifinne".

"Mi j'sus hureux, ch'est pos leon d'no maseon, j'vas pouvoir aller à pied, ch'est beon pou l'santé".

Ein cri i-a ortenti :

"T'es acore là, espèce de bruant, j't'attindeos dins l'rue de l'Tiête d'Or, j'in ai plein mes cabas et je n'sins pus mes bras". Fifinne elle venot d'arriver à bout de s'n'haleine.

"Quoique t'as acore tout acaté, vingt milliards, comme t'es là, t'as acore dépinsé tout tes liards ?".

"J'ai pris des légueumes pou faire de l'soupe, des fraises pou l'confiture, ein kileo d'castonate, malhureus'mint j'n'ai pos trouvé de l'Couplet, du chuque in morcieaux, de l'moutarte mais on n'truèfe pus de l'Vilain, des balleons noirs pou t'gorche mais i-n'ont pos été faits à Tournai mais in Flandre. Dis hardimint, d'puis ch'est grand marché européen, te n'sais pus rien minger des produits qui seont faits dins t'coin... et j'ai aussi acaté chinq kileos d'penn'tières".

"A midi, on f'ra des frites ?" qui a d'mindé Edmeond in s'pourléquant les babines.

"I-faudra bin... à l'heure qu'on va acore ichi rintrer à l'maseon, j'n'ai pos l'temps d'faire de l'ratatoule ave ein morcieau d'pourchéau".

Comme toudis, j'ai été sauvé pa l'arrivée d'l'autobus, i-ont queuru et ch'est à peine si i-m'ont dit à 'rvoir ! J'deos toudis eine fière candelle au TEC !

(lexique : ov'là : voilà / béteôt : bientôt / l'mitan : la moitié / au moinse : au moins / s'délaminter : se lamenter / porméner : promener / eine feos : une fois / freod : froid / l'gardin : le jardin / sèque : sèche / pasque : parce que / l'vint d'bisse : le vent du Nord / orséquer : déssecher / vir : voir / toudis : toujours / tout au puque : tout au plus / l'pluèfe : la pluie / les oraches : les orages / l'momint : le moment / à causse : à cause / des cosses : des choses / raqueonter : raconter / placher : placer / acouter : écouter / eine orelle : une oreille / ein riche fourbi : un fameux désordre / orfaire : refaire / l'bieffreo : le beffroi / qu'mincher : commencer / inglais : anglais / l'plache : la place / prumière : première / afuler : habiller, accoutrer / les ouverriers : les ouvriers / l'bourguémette : le bourgmestre (équivalent du maire en France) / bisquer : rager / truèfe : trouve  / l'spectaque : le spectacle / moutrer : montrer / décimpe : décembre / tchier : cher / quanç'que : quand / commincher : autre mot pour commencer / les eautes : les autres / raviser : regarder / l'visin : le voisin / i-minche : il mange / faire à s'mote : faire à sa mode / canger : changer / bénaisse : content / des cambusses : des vieilles maisons délabrées / l'Esqueaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse notre ville / des cats : des chats / l'berche : le berceau / là-vas : là-bas / l'leong : le long / dusque : où / l'sanche : la chance / l'gazerne : la caserne / les caberdouches : cabarets de nuit, cabarets louches / attraper eine preone : attraper une cuite, être ivre / gramère : grand-mère / l'pichou : fontaine située au pied de l'église Saint-Piat érigée en hommage à la chanson wallonne / les paufes : les pauvres / les ceusses : ceux / l'caleur : la chaleur / ainsin : ainsi / chintaines : centaines / seûr : sûr / ormarquer : remarquer / les feimmes : les femmes /  l'lanque : la langue / l'meot : le mot / ahais : oui / toudis : toujours / malate : malade / querre : chercher / asteur : maintenant / pos leon : pas loin / ortentir : retentir / ein bruant : désigne un hanneton, mot utilisé en patois pour désigner un paresseux / les cabas : les sacs pour commissions / quoisque : qu'est-ce que / les liards : l'argent / les légueumes : les légumes / l'castonate : la cassonade / du chuque in morcieaux : du sucre en morceaux / l'moutarte : la moutarde / les balleons noirs : bonbons, spécialité de Tournai, le Ballon noir est à Tournai, ce que la Bêtise est à Cambrai / l'gorche : la gorge / des penn'tières : des pommes de terre / s'pourléquer : se pourlécher / l'ratatoule : la ratatouille / pouchéau : porc, cochon / queurir : courir / eine candelle : une chandelle, un cierge).

S.T. mai 2015.

10:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonne semaine Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 02/06/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.