31 mai
2015

Tournai : le point sur les chantiers

Les chantiers terminés.

Que ce soit sur une autoroute, une nationale ou au cœur d'une ville, un chantier qui y est ouvert dérange très souvent et empoisonne régulièrement la vie des usagers ou des riverains. En fonction de sa localisation, celui-ci génère presque toujours des déviations, des interdictions de circuler, des embouteillages, de la poussière ou de la boue, du bruit, des vibrations, bref, un cortège de désagréments qui rendent la rénovation entamée peu sympathique auprès de ceux qui doivent la subir quotidiennement. Dès lors, c'est un énorme soulagement lorsqu'on voit des travaux prendre fin !

Deux importants chantiers ont été finis ces dernières semaines :

celui du parvis de la gare tout d'abord. Entamé en avril, il devait normalement se terminer en juin, les excellentes conditions météorologiques ont permis de le réaliser dans des délais beaucoup plus courts. Désormais, le plateau situé devant la gare est asphalté et les places dévolues aux divers usagers amenés à l'emprunter (bus, taxis et dépose-minute de navetteurs) sont bien délimitées par un marquage au sol judicieux. Ainsi, la grande esplanade (mal) pavée qui aurait pu jusqu'alors figurer au menu de Paris-Roubaix est déjà oubliée. C'est du bel ouvrage mais "pourvu que cela tienne" comme disent déjà certains Tournaisiens échaudés par les expériences vécues sur la Grand-Place, la place de Lille et la place Saint-Pierre.

Celui de l'axe Place Gabrielle Petit, rue Saint-Jean et rue des Croisiers, une des sorties de ville empruntée par de nombreux automobilistes aux heures de pointe et qui va voir sa circulation augmenter avec l'arrivée prochaine de l'école Saint-Luc dans les anciens locaux de Cofidis. Ces rues connaissaient de sérieux problèmes d'inondations lors de pluies torrentielles. L'égouttage refait, le nouveau revêtement en asphalte posé, on ose espérer que ces calamités vécues par les riverains seront désormais rangées au rayon des mauvais souvenirs.

Les chantiers en cours.

Les pelleteuses sont entrées en action dans la rue de l'Arbalète. On réalise les nouvelles fondations de cette ruelle typique qui relie la rue de l'Hôpital Notre-Dame à la rue Dame Odile dans ce qu'on appelle le Bas-Quartier.

Depuis plusieurs semaines, la rue Général Piron dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports est fermée à la circulation, On procède actuellement à la pose des bordures de trottoirs, le revêtement de la voirie quant à lui sera réalisé plus tard. Ce chantier est effectué dans le cadre de la construction du nouvel hôpital du Centre Hospitalier de Wallonie Picarde (le CHWapi) qui devrait normalement être totalement terminé à l'horizon 2017.

La rénovation des rues du quartier Saint-Pierre a débuté depuis quelques semaines, la place et les rues voisines avaient très mal vieilli, les pavés sciés qui composaient le revêtement s'étaient déchaussés très rapidement. La rue du Chevet Saint-Pierre est terminée. De petits pavés y ont été placés. Actuellement, le chantier s'est déplacé vers la ruelle d'Ennetières et la rue Poissonnière. Afin d'éviter que la place Saint-Pierre ne devienne une impasse, la rue de la Lanterne vient d'être, à nouveau, ouverte à la circulation permettant de rejoindre la rue du Curé Notre-Dame via la place Paul Emile Janson.

L'allée latérale de l'avenue de Maire comprise entre la rue du Pont Royal (ancienne chaussée de Roubaix) et la rue de Lannoy est en réfection. La partie la plus malade entre la rue de Lannoy et le rond-point de l'Europe sera réalisée plus tard, car le chantier est beaucoup plus complexe en raison du problème des inondations récurrentes qui est à solutionner à cette occasion.

Les travaux de rénovation de la traversée du village de Willemeau, débutés depuis plus d'un an, entrent dans leur phase finale. On peut espérer, sauf imprévu, que l'axe qui relie le village d'Ere à la chaussée de Douai serait rendu à la circulation pour la rentrée des classes de septembre.

Les chantiers qui doivent débuter.

Une des rues qui fut parmi les plus commerçantes de notre cité, la rue des Chapeliers est-elle maudite ? Elle a, tout d'abord, était interdite à la circulation dès le début du siècle en raison de problème de stabilité du chœur de la cathédrale. Elle fit ensuite l'objet d'une rénovation complète du revêtement de voirie dans le cadre du projet cathédral. Accessible à nouveau pour les piétons et les véhicules à partir de la rue de Paris, elle a été, à nouveau, fermée suite aux problèmes posés par un risque d'effondrement du système d'égouttage qui date des siècles passés à hauteur du parvis du beffroi. La réparation et le chemisage des égouts se terminent.

Très prochainement (on parle de début juin), l'entièreté du parvis du beffroi fera l'objet d'un important chantier, celui de la pose de nouvelles conduites de gaz, de câbles électriques et téléphoniques et du remplacement des dalles bleues par un matériau plus résistant. Posées, il y a à peine deux décennies, ces dalles n'ont pas résisté à l'usure du temps, leur enlèvement était devenu une nécessité dans ce carrefour touristique distribuant l'accès à la Grand-Place, au beffroi et à la cathédrale.

D'autres projets verront le jour dans un avenir plus ou moins éloigné, nous aurons l'occasion d'en reparler.

S.T. mai 2015.

Commentaires

Les chantiers, c'est jamais agréable, en particulier les commerçants qui voient leur chiffre d'affaires diminuer. Mais le résultat en vaut souvent (mais pas toujours...) la peine. Bon week-end Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 30/05/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.