24 mai
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (312)

T'es ein vrai Tournisien si...

Bramint d'Tournisiens ont d'jà intindu parler de ceulle pache de "Face de Bouc" : "T'es ein vrai Tournisien si...". Par eximpe, si t'aimes bin tes cheonq clotiers, si te définds t'Peont des Treos, si te vas tous l'z ans à l'orvue du Cabaret Walleon, si l'Carnaval et les Quate Cortèches seont pou ti des fiêtes que te n'pourreos pos rater, si te conneos les paroles des "Tournisiens seont là", si t'as t'gosio serré quand te cantes "Mon cœur est rouge et blanc" si, si... ". Ahais, tout cha ch'est fin bieau mais i-a aussi l'orvers de l'médalle : comme on in veot dins tous les coins d'no Wallonie, i-a des Tournisiens toudis mau contints, des ceusses qui truèfe'tent toudis eine séquoi à ordire.

Ceulle sémaine, j'ai li dins les commintaires, su internet, que les gins i-mettent sous les artiques des gazettes, beauqueop d'réactieons à démoliner tout eine armée, ch'est malhureus'mint aussi l'apanache d'gins d'no cité.

Ainsin, à propeos des chinq chints mobihomes de l'concintratieon européenne qui seont arrivés jeudi su l'plaine pou passer quate jours à visiter Tournai, i-d'a eine qui a écrit :

"Cha va ête gai, d'jà qu'on n'sait pos parquer à Tournai, dusqu'on va mette s'n'auteo pou aller vir les fiêtes su l'Grand-Plache, j'sus d'jà orvenue ?".

Pou eine feos qu'i-a pus d'mille perseonnes, l'même week-end, v'nues d'France, de Hollande, d'Ingleterre, d'Allemane, du Luxembourg, d'Suisse, d'Espane ou bin acore d'Italie pou visiter no ville et faire vife no commerce qui d'a bin b'soin, ov'la d'jà eine pou démépriser ceulle organisatieon. L'paufe madame elle est perdue dins ses habitudes, dins s'pétit confort et elle a probablemint l'pépette d'faire dix mètes à pied.

Ch'est l'même aux carnevals, on intind des gins dire :

"A causse d'cha l'marché du saim'di i-a lieu à l'plache Crombez, bé queompte la d'zeur que j'vas traverser l'mitan de l'ville de Tournai. Mi, j'ai d'jà acaté mes commissieons, pasque, vierdi et saim'di, je n'vas bin à m'n'aisse à m'maseon, j'attinds bin vite lindi que tout cha soiche fini".

Et l'lindi au matin, on les intind berteonner pasque i-a des confetti su leur trottoir, ein indreot qui pinse d'puis lommint que ch'n'est pos à eusses à nettier. On les veot alors in train d'amarvoyer dins leu coin pasque à chaque feos qu'i-rintent, i-in a plein leu couloir. Si j'éteos à leu plache, j'prindreos tout simplemint eine brouche et j'balayereos m'devinture.

Asteur, quand on veot l'actualité, i-feaut bin orconnaite qu'on n'a pus beauqueop d'occasieons pou rire et s'amuser, alors, eine feos su eine ainnée pouvoir s'afuler, boire eine pinte et rigoler, ch'est pos treop d'minder mais i-a toudis ein rogneu pou démanoquer l'ouvrache des dévoués.

Les Amis d'Tournai i-s'dépinsent sans queompter pou organiser les cortèches. Douze meos d'traval pou faire venir à Tournai des sociétés folkloriques, pou composer les groupes qui intourent nos géants, pou trouver des musiques qui veule'tent (et save'tent) acore bin défiler (pou cha i-féaut aller vir les Hollandais), pou fleurir les chars. I a pos à dire, i-seont bin récompensés, d'puis eine dizaine ainnées, dins nos rues, i-n'a pus qu'ein teondu et deux pelés pou applaudir ces gins qui vienn'tent alfeos d'bin leon.  

Et ch'est ainsin pou tout : pou l'grante processieon, l'marché d'Noë su la Grand-Plache, l'braderie, l'concert de l'karmesse... Tous ces Tournisiens qui veont vir chez les visins si l'hierpe elle est pus verte, i-s'délamintent tout au leong d'eine sainte ainnée qui n'a jamais rien à Tournai. On s'deminde alfeos quoisqu'on deot faire pou les satisfaire, comme diseot eine vielle matante : "I-féaut d'jà ête ein bieau brin pou leu plaire".

Hier au soir, su l'Grand-Plache, ch'éteot l'fiête ave les "Stars des années 80", i-aveot là Désireless (j'l'aimeos mieux ave s'tignasse in hauteur qu'ave l'boule à zéreo qu'elle présinte asteur), i-aveot Jean-Pierre Mader (Macumba), Coockie Dingler (Ne la laisse pas tomber) et William de Début de Soirée. Si aveot pus d'treos mille perseonnes fin bénaisses qui ortrouveot'ent les cancheonnes de leu jeonesse, i-a eu aussi quelques bertonneux ou eine paire de mourdreux pou dire qu'à causse du bruit i-ont bin difficile à s'indormir dins leu lit.

Mi, i-a pos d'problème, même quand i-fait freod, j'sus au bas de l'rue des Puits l'Eau, pos leon de l'naïade, pou vir les carnavaleux li rinte ein hommache et pou assister au défilé des confréries, j'sus dins l'rue Royale pou l'marché aux fleurs du Verdi Saint, su l'Grand'Plache pou vir défiler nos géants ou bin pou "Tournai in Fiête", au pied d'no cathédrale pou l'marché fermier, su les bancs du parc communal pou l'concert de l'harmonie des peompiers, su les quais pou les Chiffonades, dins l'rue A Peos pou vir passer l'processieon, l'lindi de l'Braderie ave mes amisses de l'fondatieon Follereau ou dins no Halle-aux-Draps pou "Tournai la Page", "Tournai Toys", la "Halle gourmande" ou bin l'Marché d'Noë. J'vas aussi à l'Piste aux Espoirs, à l'fiête du quartier Saint-Lazare, au Pichou Saint-Piat pou fiêter l'cancheon walleonne, à l'Maseon d'la Culture pou l'Orvue du Cabaret, à l'salle La Fenêtre pou les soirées des "Pimenteurs" ou bin au Monumint aux Morts pou l'Armistice.

Comme vous l'avez adveiné, mes gins, j'ai pos b'soin d'ête sur "Face de Bouc" pou mi m'sintir un véritape Tournisien. Cha vous l'avez d'jà compris pasqu'autermint j'n'écrireos pos tous les saim'dis m'passieon pou m'cité natale.

(lexique : bramint : beaucoup / ceulle pache : cette pache / les cheonq clotiers : les cinq clochers (de la cathédrale Notre-Dame) / les quate cortèches : les quatre cortèges qui auront lieu cette année en septembre / l'gosio : le gosier / canter : chanter / ahais : oui / l'orvers : le revers / les mau contints : les mal contents / ceusses : ceux / eine séquoi : quelque chose / ordire : redire / les artiques : les articles / démoliner : démoraliser / dusque : où / orvenue : revenue / eine feos : une fois / vife : vivre / ov'là : voilà / démépriser : mépriser / l'paufe : la pauvre / avoir l'pépette : avoir peur / les carnevals : le carnaval (toujours au pluriel en patois) / à causse : à cause / queompter là d'zeur : compter là-dessus / l'mitan : la moitié / l'vierdi : le vendredi / l'saim'di : le samedi / soiche : soit / berteonner : grommeler, bougonner / pasque : parce que / ein indreot : un endroit / lommint : longtemps / eusses : eux / nettier : nettoyer / ête in train d'amarvoyer dins s'coin : être occupé à rager dans son coin / rinte : rentre / ein brouche : une brosse / l'devinture : la devanture / asteur : maintenant / orconnaite : reconnaitre / s'afuler : s'accoutrer de façon inhabituelle, bizarre / ein rogneu : un râleur / démanoquer : démolir / acore : encore / alfeos : parfois / leon : loin / les visins : les voisins / l'hierpe : l'herbe / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / quoisque : qu'est-ce que / matante : tante / l'tignasse : la chevelure / bénaisses : contentes / les cancheonnes : les chansons / des bertoneux : personnes qui bougonnent, qui grommellent / des mourdreux : des grincheux / freod : froid / les carnavaleux : les participants du carnaval / l'rue à peos : la rue as-poids (dans le quartier Sainte-Marguerite) / mes amisses : mes amis / l'Noë : la Noël / l'cancheon : la chanson / l'orvue : la revue / adveiner : deviner / autermint : autrement).

S.T. mai 2015.

10:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patois, picard |

Les commentaires sont fermés.