15 mai
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (311)

Deux fines mouques.

Mado et Louis, i-seont toudis insanne, comme on dit dins no ville, i-seont comme cul et qu'misse. I-a deux ou treos ainnées, après ein court fréquintache, les deux ozieaux se seont mis in ménache, riant et plein d'espoir on peut dire que mes deux gins, i-s'intintent comme larreons in foire.

Mado, elle est née à Tournai, i-a pus d'quarante ainnées, ch'est eine tournisienne, eine vraie. Louis, li, i-a quitté s'cité natale pou débarquer, ein bieau jour, à l'ombre des cheonq clotiers. Vife dins l'cité d'Clovis, i-d'aveot toudis rêver, l'diale i-a quand même mis pus d'trinte ans pou s'décider ! Pindant six ainnées i-aveot fait ses études dins no cité. A l'époque Mado et li n'areot'ent pos pus s'rincontrer elle éteot aux Ursulines et li à l'Athénée.

On n'peut pos dire que l'prumière rinconte inter mes deux gins fut ein véritape queop d'foudre. A leu n'âche, i-a bin lommint que Cupideon n'tire pus ses flèques dins les fesses et que l'inveyé d'Amour préfère de leon queurir après l'jeonesse. A l'tape d'ein bistreot, i-ont écangé quelques propeos et, comme i-seont tous les deux intelligents, i-ont vite compris qu'i-z'aveot'ent d'z intérêts convergents, presque les mêmes opinieons, à chaque questieon, l'même solutieon. Ch'a été l'base d'eine unieon, pétête pos d'cœur mais seûrmint d'raiseon. Qui s'orsanne s'assimble !

Adeon, ov'là nos deux amisses qui ont fait causse commune (l'meot i-est amusant). I-ont bin vite eu, tous les deux, des visées su eine société qui d'mindeot qu'à ête dirigée. I-ont été vir, ein soir, les membres du comité et in deux queops d'cuiller à peot l'affaire a été réglée.

"Nous eautes, on est au bout d'no rouléau, on est fin réhusse, on veut bin vous laicher l'bouleot, on a bin des russes. On n'sait pus quoisqu'on deot acore inventer pou vir prospérer ceulle vielle société, si vous voulez, à deux, orprinte l'affaire, prenez-là, on vous accueille à bras ouverts".

Tous les membres de l'assimblée qui aveot'ent été convoqués, sans faire de m'noules, pou nos deux comarates i-ont voté. Ch'est ainsin que Louis, i-est asteur Présidint et que Mado, trésorière, veille su l'argint. A li l'pouvoir, à elle les liards ! Quand Louis i-deot, alfeos, s'absinter, Mado, elle est toudis là pou l'rimplacher. Ch'est chou-vert et vert-chou, rouche bonnet et bonnet rouche.

Comme ch'est deux fines mouques, i-ont vite compris que pou durer, i-d'veotent plaire à tous les gins qui formeot 'ent l'société.

"On d'vra pos ête toudis du même avis" qui a espliqué à Mado, l'malin Louis. "Quanc'que j'dirai noir, ti te diras ch'est puteôt gris". Les gins seont tell'mint biêtes qu'i-n'verront qu'du feu et i-d'ara toudis eine paire qui s'reont hureux.

Et ainsin, i-ont dirigé à eusses deux l'vielle société, prenant des décisieons qui d'mindeot'ent à tout l'meonte d'approuver.

Ein bieau jour, ortenu, bin leon d'Tournai, à causse de s'traval, Louis n'a pos su ête présint à l'assimblée générale. Deux adreots, deux jeunes leups qui areot'ent voulu ête les maîtes du jeu, pindant ceulle réunieon, ont osé faire eine propositieon. Mado les a acoutés ave attintieon mais sans jamais printe positieon. Au feond d'elle-même, Mado éteot total'mint in oppositieon, elle n'apprécieot pos beauqueop leu n'intervintieon.

"On verra cha l'prochain vierdi, à l'ortour de no Prési".

Ayant appris l'affaire pa Mado, l'ambitionneu Louis i-a dit : " On a ichi l'occasieon d'diviser les ceusses qui n'seont pos d'accord ave no gestieon, j'vas dire que j'pinse comme eusses et te diras que pou ti l'idée est malhureusse. Ainsin, on plaira toudis à eine majorité du comité et quanc'que l'affaire elle s'ra passée, n't'in fais pos, elle s'ra bin vite obliée".

Pa d'vant les gins qui li d'mindeot'ent si l'broule éteot dins l'ménache, si d'puis ceulle soirée i-z'éteot'ent in rache, si asteur l'temps i-éteot à l'orache, Mado répondeot à chaque feos qui n'aveot pos d'détoule, qui n'aveot pos d'imbroule, que dins leu couple chacun pouveot pinser comme i-vouleot sans pou autant que l'ménache valse su l'pal'teot.

Les gins i-ont vite conclu :

"On n'va pos ichi faire ichi l'fine bouque pasqu'on a à faire a deux fines mouques".

Pourtant, à leu maseon, ch'n'éteot pos toudis fiête, ch'éteot pus si souvint rosses et violettes. Mado orprocheot à Louis que pou soigner s'n'imache i-éteot dev'nu l'champieon du briscadache.

A chaque feos Louis répondeot :

"Te n'deos pos faire l'tiête pasque j'rue les liards pa l'ferniête, quand de l'caisse on verra l'feond, ch'est tout simpe, on aurmint'ra les cotisatieons. Ch'est ainsin que j'ai toudis fait et, crois me, cha a toudis marché. Les sous ch'est fait pou ête dépinsé et pus du tout pou ête wardés. L'temps d'nos mamères qui f'seot'ent des écolomies, i-a bin lommint que ch'est fini et bin fini. Ce que les gins i-veule'tent dins no société ch'est d'avoir toudis et acore des nouvieautés. Mi j'sus là pou leu deonner et ti t'es là pou payer. I-n'feaut pos faire l'fine bouque, après nous eautes... les mouques".

Mado a pinsé :

"Quoisqu'i-m'a pris, Mo Dieu, j'ai succombé aux charmes d'ein bieau parleu, d'ein afreonteu".

Ch'est vrai qui présinteot bin l'pétit Louis quand i-est arrivé à Tournai, l'Beon Dieu sans confessieon tertous i-li areot donné.

Louis n'est pos ein heomme à faire du sintimint, ch'est simpe, ave li in affaire on rinte d'dins. Ein jour, i-a queuru ein eaute cotreon, i-a trouvé eine eaute occasieon et, sans tambour, ni trompette, i-a laiché caire Mado comme eine vielle cauchette. D'puis l'paufe elle n'ose pus sortir, honteusse, elle se muche, dins l'société on a vite fait de l'ruer à l'huche. L'pouvoir, ch'est ainsin, ein jour du pavé t'es tout in héaut et après te t'ortruèfes dins l'ruchéau.

I-a bin lommint d'jà que ceulle histoire elle s'a passée mais i-a d'eautes Louis et d'eautes Mado qui devreot'ent s'in inspirer. L'roche tarpéenne elle est proche du Capitole, ch'est ce qu'j'ai ein bieau jour appris à l'école.

(lexique : eine mouque : une mouche / eine fine mouque : une personne rusée, une personne qui sait y faire / toudis insanne : toujours ensemble / l'quémisse ou la qu'misse : la chemise / l'fréquintache : le fréquentage / les ozieaux : les oiseaux / in ménache : en ménage / eine tournisienne : une tournaisienne / les cheonq clotiers : les cinq clochers, ainsi sont appelés les cinq tours de Notre-Dame de Tournai / vife : vivre / l'diale ou l'diape : le diable / l'prumière : la première / inter : entre / l'queop d'foudre : le coup de foudre / l'âche : l'âge / lommint : longtemps / les flèques : les flèches / préférer d'leon : préférer de loin / queurir : courir / l'jeonesse : la jeunesse / l'tape : la table / écanger : échanger / pétête : peut-être / seûrmint : sûrement / orsanner : ressembler / adeon : donc / ov'là : voilà / vir : voir /  nous eautes : nous autres / l'rouléau : le rouleau / ête fin réhusse : ne plus savoir que faire, être embarrassé / laicher : laisser / avoir bin des russes : avoir bien des difficultés / ceulle : cette / orprinte : reprendre / faire des m'noules : faire des embarras, prendre un air emprunté / les comarates : les camarades / les liards : l'argent / alfeos : parfois / rimplacher : remplacer / rouche : rouge / puteôt : plutôt  / biêtes : bêtes  / hureux : heureux  / tout l'meonte : tout le monde / ortenu : retenu / bin leon : bien loin / des adreots : des adroits / des leups ou leus : des loups / les maîtes : les maîtres / acouter : écouter / vierdi : vendredi / l'ambitionneu : l'ambitieux / malhureux : malheureux / quançque : quand, lorsque /  l'broule : la brouille / ête in rache : être en rage, en colère / l'orache : l'orage / l'détoule : la bataille / l'imbroule : l'embrouille / valser su l'pal'teot (ou voler su l'deos) : chuter, être en l'air / ichi : ici / l'bouque : la bouche / l'maseon : la maison / rosse : rose / orprocher : reprocher / l'imache : l'image / l'briscadache : le gaspillage /  l'feos : la fois / l'ferniête : la fenêtre / aurminter : augmenter / warder : garder / les mamères : les mères / les écolomies : les économies / toudis : toujours / ein bieau parleu : un beau parleur / ein afreonteu : un séducteur / simpe : simple / queurir l'cotreon : avoir des aventures galantes / caire : tomber / eine cauchette : une chaussette / l'paufe : la pauvre / s'mucher : se cacher / ruer à l'huche : mettre à la porte, exclure / t'ortruèfes : te retrouves ).

S.T. Mai 2015.

Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne peut être que fortuite.  

19:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end Serge malgré la grisaille, et à bientôt.

Écrit par : Un petit Belge | 16/05/2015

Répondre à ce commentaire

merci j'ai encore pu lire une nouvelle fois
une belle histoire en Tournaisien

A bientôt

Écrit par : rauwers | 21/05/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.