09 mai
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (310)

L'pétit Mimile.

Vous avez d'jà ormarqué qu'on rinconte, alfeos, dins no vie des familes bin malhureusses, des heommes et des feimmes qu'on direot que l'ciel i-n'a pos eu pitié d'eusses. Ainsin, aujord'hui, j'vas ichi, vous raqueonter l'histoire d'Emile, ein p'tit rambile qui habiteot, dins l'temps, au forbou d'Lille.

I-deot ête né, in quarante-siept, jusse après la guerre et i-éteot infant d'file, ch'est pétête eine sanche qui-n'a jamais connu s'mopère, ein agozil dont bramint d'gins s'déméfieot'ent in ville. Toudis fourré dins les caberdouches et les bistreots, i-alleot ainsin d'branque in branque comme ein ozieau. Afreonteu, i-saveot parler aux jeones files et, l'affaire faite, i-parteot hureux et fin tranquille.  

Elle a bin eu du mérite, l'paufe Cécile à élever ein albran comme l'pétit Mimile. On peut même dire qu'elle n'a jamais eu l'vie facile, elle, qui pou gagner ses croûtes gardeot des infants à s'domicile.

A l'âche de siept ans, l'curé de l'paroisse, ein père capuchin, eine heomme qui aveot beon cœur à voulu l'mette su l'dreot qu'min in l' prenant pou les messes comme infant d'chœur. Malhureus'mint pou li, cha n'a pos duré lommint, l'Mimile i-éteot bin leon d'ête ein p'tit saint. Ch'éteot acore eine époque, d'avant l'concile, dusqu'i-falleot cangé d'plache l'évangile, l'badouleo portant l'life des saintes écritures, i-a pris dins rope rouche et ch'est vraimint pos difficile d'adveiner l'tablature. Cha été l'cabériole, l'tiête in avant, Emile in perditieon, i-est parti à l'horizontale et i-a cait à côté du banc d'communieon. L'curé i-a vite fait d'li pardeonner pasque des cosses ainsin cha peut toudis arrivé. Mais l'beon père à l'barpe blanque i-n'a pus ri quanç'que Mimile i-a rimplaché l'vin d'messe pa du whisky. Directemint après l'office i-a passé à confessieon et ave deux "pater" et treos "avé" i-a ortourné à s'maseon

A l'école, on peut pos dire qu'i-a fait l'bonheur de s'n'instituteur, l'plache qui a toudis préférée ch'éteot près du radiateur. L'hiver, l'innui et l'caleur aidant, bin souvint, no Mimile i-s'indormeot su s'banc, i-falleot alors intinte l'fracas que cha f'seot quanç'qu'in bas de l'tape i-bourleot. Quand l'maîte l'appeleot : "Dupotieau (ch'éteot s'neom) au tableau, prenez une craie, on va faire une dictée",  Mimile n'aimeot pos beauqueop l'meot, i-éteot pus fort ave l'éponche pou tout effacer. "Est-ce qu'il y en a un parmi vous qui pourrait me dire ce qui signifie le mot syntaxe ?". Pou toute répeonse, les infants raviseot'ent l'maîte, l'bouque ouverte. Tout à n'ein queop, on a vu ein deogt s'lever bin héaut. "Mi M'ssieu, mi M'ssieu !", ch'éteot pos possipe, ein miraque, ch'éteot Dupotieaux. "L'saint taxe, ch'est l'fiête du saint patreon des gins qui ouèf'tent aux contributieons". L'maîte i-a tell'mint eu du lari, i-a tell'mint ri comme ein seot, qu'eine feos ormis de s'fou-rire, i-n'a pus busier à li mette ein zéreo.

Sans diplôme, Mimile i-a eu bin des russes pou trouver d'l'ouvrache, dins s'vie d'adulte, l'arsoule i-a fait, au moinse, chinquante plaches. Ch'éteot ein p'tit vicieux, i-saveot bin ortirer s'n'épinque du jeu, pou n'pos s'faire licincier-i-aveot même trouvé eine riche solutieon, i-alleot vir l'docteur et i-diseot avoir attrapé eine maladie à causse de s'professieon. Orprésintant pou eine firme d'apéritifs, i-a invinté eine maladie du tube digestif, démarchant pou des cigarettes de marque, feumer l'rindeot tout patraque, ouvrant comme distributeur d'publicités, i-a souffert d'romatique à ses pieds, ingagé dins la constructieon comme baudet pou ein macheon, montant su l'éthielle, i-attrapeot l'vertiche au prumier écheleon, pris in pitié pa ein vieux boulinger de s'quartier, i-a dit avoir attrapé ein allergie à l'fareine de blé, comme peinte, i-éteot daltonien, i-n'veyeot pos l'différince inter du géaune et du brun... arrêteons là ceulle liste, ch'est bin simpe, on pourreot, à l'infini, multiplier les eximpes.

A soixante ans, au momint d'introduire s'dossier pou s'pinsieon, l'heomme qui l'a orchu à l'hôtel de ville i-a fait eine hausse d'tinsieon. Inter les périodes qui aveot été au chômache et ceulles qui aveot été, d'timps in temps, à l'ouvrache, i-a fallu près d'eine demi-journée pour mette à jour s'dossier. L'pire pou l'brafe imployé ch'est l'questieon qui li a posée : "Vous savez m'carculer, cobin, chaque meos, j'vas toucher ?". "Quoisque vous dites, fauqu'cha, bé mi qui a fait chinquante plaches, j'vas toucher moinse qu'au chômache, on n'peut pos dire que nos dirigeants i-save'tent récompinser l'corache".

J'vous veos v'nir, vous allez m'deminder quoisqu'asteur i-fait, i-n'fait pos grand cosse pindant ses journées et, croyez me, j'sus bin triste de l'rincontrer. Toudis attifé d'démisses que li deonne l'feimme de s'visin, Alice, i-pormène inter les portes des cabarets et ceulles des églisses. S'surneom i-a été bin vite trouvé, on l'appelle "Dupotieau d'cabaret" ch'est là qu'i-va investir les pièches que les gins li ont données. Alfeos, in foufielle, i-berle : "Les banques elles ne deonnent pus d'intérêt à part des cacahuètes et ichi on sait s'récauffer et s'foute ein beonne pinte pa d'rière l'gos'lette, j'préfère putêot m'rincer la dalle que d'faire eine déclaratieon fiscale".

Ch'est seûrmint pos ce qu'aveot rêvé l'brave Cécile, l'soigneusse d'infants de l'chaussée d'Lille qui areot tout deonné pou s'pétit Mimile.

(lexique : ormarquer : remarquer / alfeos : parfois / eusses : eux / ainsin : ainsi / raqueonter : raconter / ein rambile : un enfant espiègle / l'forbou : le faubourg / jusse : juste / ein infant d'file : désigne un enfant d'une fille-mère / pétête: peut-être / l'sanche : la chance / s'mopère : son père / ein agozil : un triste sire / bramint : beaucoup / se déméfier : se méfier / toudis : toujours / les caberdouches : les maisons louches, les cafés douteux / ein branque : une branche / ein ozieau : un oiseau / ein afreonteu : un séducteur / jeone : jeune / l'paufe : la pauvre / ein albran : un garnement / l'âche : l'âge / l'capuchin : le (père) capucin / mette su l'dreot qu'min : mettre sur le droit chemin / lommint : longtemps / bin leon : bien loin / acore : encore / canger : changer / l'plache : la place / l'badouleo : l'enfant indolent / l'rope rouche : la robe rouge / adveiner : deviner / l'tablature : la situation gênante / l'cabériole : la cabriole, la culbute / caire : tomber / pasque : parce que / des cosses : des choses / l'barpe blanque : la barbe blanche / ortourner : retourner / quanç'que : quand, lorsque / l'innui : l'ennui / l'caleur : la chaleur / intinte : entendre / bourler : tomber / l'maîte : le maître / l'meot : le mot / l'éponche : l'éponge / raviser : regarder / l'bouque : la bouche / tout à n'ein queop : tout à coup / l'deogt : le doigt / l'miraque : le miracle / ouvrer : travailler / avoir du lari : avoir du plaisir / ein seot : un sot / busier : penser / avoir bin des russes : avoir bien du mal, bien des difficultés / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / l'arsoule : l'arsouille, l'enfant turbulent / au moinse : au moins, au minimum / l'épinque : l'épingle / orprésintant : représentant / feumer : fumer / des romatiques : des rhumatismes /  ein macheon : un maçon / l'éthielle : l'échelle / l'fareine : la farine / géaune : jaune / simpe : simple / ein eximpe : un exemple / l'pinsieon : la pension (en Belgique), la retraite (en France) / orchu : reçu / inter : entre /  ceulles : celles / d'timps in temps : de temps en temps (à remarquer que le mot temps s'écrit dans cette expression sous deux formes différentes) / carculer : calculer / cobin : combien, on peut aussi dire combin / l'meos : le mois / quoisque : qu'est-ce que / fauqu'cha : seulement cela / l'corache : le courage / j'veos : je vois / asteur : maintenant / attifé : mal habillé, vêtu avec mauvais goût / les démisses : les habits de seconde main / l'feimme : la femme / l'visin : le voisin / porméner : promener / les pièches : les pièces / in foufielle : dans tous ses états / berler : hurler / récauffer : réchauffer / s'foute : se mettre, s'envoyer / pa d'rière : par derrière / l'gos'lette : la pomme d'Adam, le gosier / putêot : plutôt / seûrmint : sûrement).

Ein potieau d'cabaret : en tournaisien, une personne qui est appuyée au bar du matin au soir !

S.T. mai 2015.

13:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.