25 avril
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (308)

Edmeond, l'gardénier.

Ave l'ortour des bieaux jours, Edmeond i-passe ses journées dins s'gardin. Fifinne elle m'a dit :

"Si i-aveot fait bieau, jusse avant les Pâques, j'areos pu faire m'grand nettiache à m'n'aisse, Edmeond, eine feos qui est dins s'gardin, i-n'me fout pus l'barpe. D'puis l'meos d'féverrier, i-n'fait que d'aller dins s'cabane pou afuter ses otieus. I-n'a pus ein seul aiwisseu qui passe dins l'rue. J'pinseos d'jà ête fin tranquille, bé ahais... tous les chinq minutes i-m'app'leot, i-cacheot après s'n'louchet ou bin après s'n'instrumint pour déwaroquer, i-n'saveot pus dusqu'i-aveot mis ces fichelles. Te d'vreos vie s'pakusse, I- a ein fourbi pos possipe, ein cat n'ortruèv'reot pus ses jeones. Ein bieau jour, i-a fait eine archelle pour ringer s'matériel, te l'verreos, asteur, elle est rimplie d'agobiles et d'berloufes. M'n'heomme i-n' peut mal d'aller au container, i-tient tout, si on éteot tertous comme li, on pourreot serrer les parcs à Tournai !".

Ein buvant ave mi eine jatte de café, Fifinne elle éteot in train d'faire défiler s'caplet quançqu'Edmeond i-est arrivé.

"Combin d'feos que j't'ai d'mindé d'inl'ver tes chabeots quand te rintres à l'maseon, te n'pinses pos que j'vas toudis ête pa d'rière ti pou frotter l'bédoule que te ramènes".

Inter deux portes, Edmeond nous orwettieot comme ein béard !

"Et l'baudet, i-n'a même pos l'air d'comprinte ce que j'li dis. Bé mo Dieu, on peut dire qu'ave li, j'beos m'sang goutte à goutte. I-a des jours que j'sus lèque, j'ai pus d'mal ave li qu'eine mamère qui a éduqué eine nitée d'infants. Quoisqu'i-a 'cor que te restes ainsin comme ein babenneau ?".

"Bé, j'ai perdu l'crocheon de m'pelle, comme j'deos aller à l'jardinerie, je m'deminde si je n'vas pos acater aussi ein bineot".

"Eine affaire in puque que te vas mette ein chéchu et que te devras cacher après l'ainnée qui vient... Ein bineot ! Neon... mais on direot que t'as ein camp à ortourner".

"Ein beon courtieu, i-a d'beons otieus !".

Pou détinte l'atmosphère, je m'sus ortourné su Edmeond :

"Et quoisque te queomptes mette dins l'gardin, des légueimes ou bin des fleurs".

J'vas qu'mincher pa planter les penn'tières, avant j'les metteos à l'Saint-Joseph, mais l'tierre elle n'est pos acore assez quéaude, pus tard j'vas mette eine line d'cabusettes - ch'est les seules salates que j'minge -, j' vas semer du cherfoué et des ogneons, ein peu d'pichoulits, de l'barpe d'capuchin, des navieaux, des rameonaches, et puis, après avoir purlé, j'vas mette mes porieons. I-feaut toudis s'démefier, i-peut toudis orgéler".

"Te fais acore cha à l'incienne, in pralinant ?".

"Neon, j'n'ai pus d'fosse d'puis qu'on nous a raccordés à l'égout, ch'est fini l'jus d'basse-campe, ch'éteot pourtant ein beon produit naturel !".

"Si on veut !".

"J'ai aussi des meumeurtes et des tonnes. Dins l'feond du gardin, près de l'nobépeine, les gringottes ch'est d'jà presque la fin, j'vins béteôt avoir des mastuches et des tortiles".

'T'as jamais mis des rôsses ?"

"Neon, cha pique, cha orsanne treop à eine feimme, i-n'a pos d'rôsse sans épeines".  !".

Edmeond est v'nu s'assir à l'tape, ave ses greos déogts incrapés i-a pris ein chuque dins l'chuquerrier et i-a d'mindé à Fifinne :

"Feimme, Mets me ein goutte dins l'chéribeon pou faire eine bistoule".

Fifinne elle m'aime pos quançqu'i-parle ainsin, après tout elle n'est pos s'méquenne et s'répeonse elle est sèque et nette.

"Neon, neon, Chire, t'as d'jà assez bu aujord'hui, deux Moinette à l'apéritif, eine pétite goutte après l'deîner, des pralines à l'liqueur sans queompter tout ce que j'n'ai pos vu, j'voudreos bin vir l'boutelle d'vin qui est dins l'cabane, j'sus seûr et certaine qu'elle est d'jà bin intamée".

"I-a bin lommint qu'elle est finie, j'ai même oblié de l'rimplacher".

J'éteos acore eine feos face à des conversatieons d'bistreot, j'ai essayé, eine feos d'puque, d'canger d'sujet :

"Vous n'avez pos invie d'venir au concert, au soir, l'MusiKaine, elle jeue à l'églisse Saint-Paul, à huit heures au soir, et les bénéfices ch'est pou les infants et adultes hindicapés. Mi, j'vas chaque ainnée et ch'est toudis bin, te n'paies fauqu'dix eureos pou l'intrée et les infants qui n'ont pos douze ans, ch'est gratuit. Des concerts à c'prix là te n'in veos pus bramint".

Fifinne elle m'a ravisé :

"Ch'n'est pos de l'musique de rintchintchin... hein.. pasqu'asteur quand i-a eine soirée, te les intinds berler (dire qu'on appelle cha canter) jusqu'à nulle heure au matin. On direot alfeos les cris des mamères dins les douleurs de l'infant'mant ou bin des gins qui ont eu leu main prise dins eine machine à coper des morcieaux".

"Ch'est de l'beonne musique d'variétés. Mossieu Lahaise, l'chef, ch'est ein orphève in la matière pou queusir des airs que les gins aime'tent bin.

" Ah... bé qui soit, te viens nous querre, vers siept heures et in attindant Edmeond i-va passer dins l'cuvelle, mi je n'vas pos au spectaque ave ein noir fouan... Te mettras t'belle mareonne et t'nouvieau jupeon qu'on a acaté pou l'communieon du p'tit Jules, l'pétit garcheon du visin".

Allez à t'taleur mes gins.

(lexique : l'gardénier : le jardinier / l'ortour : le retour / l'gardin : le jardin / jusse : juste / l'nettiache : le nettoyage / à m'n'aisse : à mon aise, sans stress / eine feos : une fois / foute l'barpe : ennuyer / féverreir : février / afuter : aiguiser / les otieus : les outils / ein aiwisseu : un aiguiseur / ahais : oui / chinq : cinq / cacher après : chercher / l'louchet : la bêche  / déwaroquer : briser les mottes de terre / dusque : où / les fichelles : les ficelles / ein pakusse : mot d'origine flamande provenant de pack huis désigne une remise / ein fourbi : un désordre / ein cat : un chat / les jeones : les jeunes / eine archelle : une étagère / asteur : maintenant / des agobiles : des objets sans valeur, des bricoles / des berloufes : des loques / tertous : tous / serrer : fermer /  faire défiler s'cap'let : littéralement "faire défiler son chapelet" ce signifie dire tout ce qu'on sait à propos d'un sujet / quançque : quand, lorsque / les chabeots : les sabots / toudis : toujours / ëte pa d'rière : être derrière / l'bédoule : la boue / inter : entre / orwettier comme ein béard : regarder comme un nigaud la bouche ouverte / l'baudet : l'âne / ête lèque : être vidé / eine mamère : une mère, une maman / eine nitée : une nichée / quoisque : qu'est-ce que / ein babenneau : un naïf / l'crocheon : partie horizontale située en haut d'un manche de bêche / acater : acheter / ein bineot : sorte de charrue pour biner / in puque : de plus / mette eine chéchu : mettre quelque part / ein camp : un champ / ortourner : retourner / ein courtieu : un jardinier à rapprocher du mot courtil petit jardinet / queompter : compter / les légueimes : les légumes / qu'mincher : commencer / des penn'tières : des pommes de terre / quéaude : chaude / des cabusettes : des laitues pommées / eine salate : une salade / du cherfoué : du cerfeuil / des ogneons : des oignons / des pichoulits : des pissenlits / de l'barpe de capuchin : de la barbe de capucin un des ingrédients de la salade tournaisienne du Lundi Perdu / des navieaux : des navets / des rameonaches : des ramonages, sorte de gros radis noir / purler : puriner, étendre le purin, engrais naturel / les porieons : les poireaux / s'déméfier : se méfier / orgéler : geler à nouveau / praliner : tremper le bas de poireau dans le purin bien souvent sorti de la fosse au moyen d'un seau / l'basse-campe : la latrine / les meumeurtes : les mûres / les tonnes : les groseilles à maquereau / l'nobépeine : populairement l'aubépine / des gringottes : des jonquilles /  béteôt : bientôt / des mastuches : des capucines / des tortiles : des clématites / des rôsses : des roses / orsanner : ressembler / les épeines : les épines / s'assir : s'asseoir / l'tape : la table / les deogts : les doigts / incraper : encrasser / ein chuque : un sucre / ein chuquerrier : un sucrier / l'chéribeon : un excellent café / eine bistoule : un mélange de café et d'alcool en Picardie / l'méquenne : la servante / sèque : sèche / chire : sire / l'deîner : le dîner / vir : voir / seûr : sûr / lommint : longtemps / oblier : oublié / eine feos d'puque : une fois de plus / canger : changer / jeuer : jouer / fauque : seulement / bramint : beaucoup / rintchintchin : de la mauvaise musique / berler : crier / canter : chanter / alfeos : parfois / coper : couper / des morcieux : des morceaux / queusir : choisir / querre : chercher / siept : sept / l'spectaque : le spectacle / ein fouan : une taupe, désigne surtout un homme très sale / l'mareonne : le pantalon / l'jupeon : le veston, mot devenu peu à peu obsolète / l'visin : le voisin / à t'taleur : à toute à l'heure (surtout utilisé en France), à tantôt (plutôt utilisé en Belgique).

S.T. avril 2015. 

10:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.