12 avril
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (306)

Ov'là eine nouvelle qui va in orfroidir pus d'ein !

Batisse ch'n'est pos ein mauvais garcheon mais i-traîne d'puis toudis eine dreôle d'réputatieon. Dins l'ruache, les gins qui l'connaisse'tent ein peu l'appelle'tent d'puis lommint l'roi des coulteux. Li, i-n'attind pos l'prumier avril et l'jour du pisseon pou raqueonter, à tertous, des histoires de s'n'invintieon.

"L'ville elle est in faillite" qu'i-a dit pos pus tard que l'sémaine dernière "et on va vinte l'meublier d'tout l'hôtel de ville aux inchères". L'feos d'avant, i-a dit que no bourguémette qui aime bin faire du véleo i-alleot faire Paris-Roubaix ave l'mailleot d'l'équipe Lotteo et qu'in guisse d'intraîn'mint, i-monteot et i-déquindeot l'rue Saint-Martin et que même i-tranneot su s'selle qançqu'i-rouleot dins l'rue de l'Citadelle. I-paraît qu'i-va ainsin de l'Dorcas à la cité militaire pou s'habituer aux pavés du boyéau d'Arenberg. L'vielle Lalie, l'sœur de s'mopère qui habite à Saint-Piat s'deminde toudis dusqu'i-va querre tout cha. "Bé ch'est dins m'tiête qui dit l'minteu ave ein air biête"

I-feaut vir alfeos l'tiête des ceusses à qui l'albran i-fout des bleusses. In l'acoutant comme des biec-beos, i-d'a qui mordent d'dins, et à leu tour, i-raqueontent l'affaire in ayant l'air d'riches annochints.

L'connissant aussi bin qu'ein et ein feont deux, je m'déméfie toudis des propeos de c'gonfleu ! Ainsin j'ai eu des doutes pos pus tard qu'hier, quançqu'i-m'a dit : "te sais que no ville elle est presque dernière !".  

"Quoisque t'as acore là trouvé, l'amisse, comme radotache ?".

"Bé j'te parle simplemint du Moustique et de s'sondache ! ".

Comme j'n'aveos pos l'air de percuter et m'a alors tout espliquer. Mi, j'pinseos qui alleot m'parler des Sang et Or qui de l'Divisieon treos seont béteôt déhors. Neon, néon, ch'est l'class'mint d'ein hebdomadaire qui d'minde aux habitants si d'leu ville i-seont fiers !

On a posé bramint d'questieons aux gins, on a d'mindé commint i-éteot l'invironn'mint, commint on jugeot dins l'commune l'mobilité, on a posé l'questieon de l'propreté et du sintimint d'sécurité, on a évalué l'vie in société, si tertous i-éteot'ent  fin contints, si i-deveot'ent attinte lommint pou eusses avoir ein log'mint. Bin seûr, cha n'pouveot pos rater din ein parel sondache, i-a bin fallu qu'on parle aussi du taux d'implois et du d'chômache.

"Et alors, m'fieu, quoisqu'i-ont répeondu à tout cha, les Tournisiens ?".

"Bé, on n'peut pos dire, bin leon d'là, qu'on a orchu ein bieau bulletin !".

I-a deux chints soixante-siept villes de Wallonie qui ont été classées et te sais quoi... ch'est Charleroi qui-est dernier !".

"Cha, ch'est pos eine surprisse, on l'areot bin adveiné, ch'est malhureux mais ch'est eine ville sinistrée et les politiciens qui, dins l'temps, l'ont dirigée, on n'peut pos dire qui li ont fait eine belle publicité, d'ailleurs l'nouvieau bourguémette que ch'est Mossieu Paul Magnette i-n'veut pus qu'on dise du mal de s'cité, asteur quand te vas l'visiter, te deos absolumint l'incinser. I-a acore deux ou treos ainnées, i-d'aveot beauqueop qui s'amuseot'ent à dire que ch'éteot Chicago, cha ch'n'est pos bin, on n'dit pos des affaires ainsin, ch'est fini, asteur ch'est in Amérique qu'on appelle l'ville de Chicago, l'Charleroi américain".  

"I-n'feaut pos critiquer les eautes qui seont acore pus mau classées, i-feaut examiner quoisqu'i s'a passé pou no vieux Tournai ?". Pou comprinte i-n'feaut pos ête ein visionnaire, i-suffit d'lire ave attintieon l'questionnaire".

"Te sais bin que pou l'mobilité, à Tournai, i-a eu eine levée d'boucliers et l'plan de stationn'mint i-n'a fait que des mécontints. En ce qui concerne l'sécurité, i-suffit d'aller s'pourméner su les quais, i-a des bindes organisées d'Outre-Quiévrain qui vienn'tent ichi, l'verdi et saim'di, pou faire l'queop d'poing. L'propreté des rues, elle laiche à désirer, les sacs poubelles i-seont sortis alfeos treos jours avant l'tournée et ch'est là le hic, ch'est pos normal dins eine ville touristique. Pou les tasques on est les prumiers, on bat des orcords d'puis d'z'ainnées. Pou évaluer, au pus jusse, l'pauvreté et no pouvoir d'achat, i-feaut aller vir l'Maseon du Pichou à Saint-Piat, pasque là-vas, in orvenant au temps de l'soupe populaire, on moutre à tertous qui a acore bin de l'misère".

"Je m'déméfie quand même des sondaches et d'leu sincérité, on vit eine époque dusque les gins aime'tent bin démépriser. Ainsin, si on truèfe qui fait sale dins les rues de l'cité, bin les gins qui y habitent i-n'eont qu'à commincher à nettier. Si on saveot acore faire dix mètes à pied, on areot pétête pus d'facilité pou parquer ou s'déplacher. On est tertous dev'nu, un peu à l'feos, des handicapés au point que dins l'magasin ave l'auteo i-feaudreot rintrer".

Bin seûr, dins l'vie d'ein heomme politique tout n'est pos toudis rosses et violettes mais i-n'feaut surtout pos mette l'sondache de l'gazette aux oubliettes, nos édiles doive'tent faire bin attintieon pasque tout cha, cha orsanne à ein vote sanctieon.

Après, Batisse i-a comminché à parler du lindi d'Pâques au Meont et de s'traditionnelle et bin connue "marche à bâteons".

"Ch'est chinq mille unijambistes qu'on a là réunis, ch'est l'Courrier d'l'Escaut qui l'a écrit : "Chinq mille bottines à l'assaut du Mont" et jusse après chinq mille chinq chints marcheux à l'marche à bâteon". Fais l'queompte si te sais acore faire eine multiplicatieon, ou bin les gins aveot'ent mis eine bottine et ein sorlet, ou bin l'ceu qui a fait l'artique i-n'sait pos bin queompter".

J'sus abonné à ceulle gazette d'puis d'z'ainnées et j'aime bin quand les cacoules des eautes i-nous feont ormarquer mais ichi ce que j'vas dire ch'nest pos bieau mais pou eine feos l'bac i-s'a ortourné su l'pourchéau".

Inter nous, j'sus d'jà in train de d'minder quoisque, ceulle sémaine, Batisse i-va acore invinté. Si jamais i-dit que la Smala Festival, su l'plaine, elle-n'a pos fait d'bruit, mi qui n'a pas beauqueop dormi de l'nuit, j'vas acore vite comprinte que ch'est eine mintirie !

(lexique : orfroidir : refroidir / l'ruache : le quartier / lommint : longtemps / ein coulteu : une personne qui raconte des bobards / ein pisseon : un poisson / tertous : tous / l'meublier : le mobilier / l'bourguémette : le bourgmestre en Belgique, le maire en France / in guisse : en guise / déquinte : descendre / tranner : trembler / quançque : quand, lorsque / ainsin : ainsi / l'mopère : le père / toudis : toujours / querre : chercher / l'minteu : le menteur / biête : bête / vir : voir / alfeos : parfois / les ceusses : ceux / l'albran :  le mauvais garçon / les bleusses : les mensonges /  acouter : écouter / ein biec-beos : un naïf / ein annochint : un innocent / s'déméfier : se méfier / ein gonfleu : un qui raconte des histoires à dormir debout / quoisque : qu'est-ce que / béteôt : bientôt / bramint : beaucoup / bin seûr : bien sûr / parel : pareil / m'fieu : en patois picard utilisé pour garçon ou fils / les Tournisiens : les Tournaisiens / bin leon : bien loin / orchevoir : recevoir / adveiner : deviner / asteur : maintenant / beauqueop : beaucoup / les eautes : les autres / s'pourméner : se promener / l'verdi : le vendredi / l'saim'di : le samedi / l'queop : le coup / laicher : laisser / les tasques : les taxes / l'orcord : le record / jusse : juste / orvenir : revenir / moutrer : montrer / dusque : où / démépriser : mépriser, dire du mal / on truèfe : on trouve / commincher : commencer / nettier : nettoyer / pétête : peut-être / s'déplacher : se déplacer / des rosses : des roses / pasque : parce que / orsanner : ressembler / l'queompte : le compte / ein sorlet : un soulier / eine cacoule : une plaisanterie, un bobard / l'pourchéau : le cochon, ici l'expression signifie tout s'effondre, on a le choc en retour / inter : entre / eine mintirie : un mensonge);

S.T. avril 2015.

10:04 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.