04 avril
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (305)

I-a des s'maines ainsin qui seont durtes.

Jeudi au matin, j'ai rincontré à Froyennes, mes amisses de l'rue Montifaut, Edmeond et s'feimme. Cha f'seot quate sémaines que je n'les aveos pus vus, j'deos vous l'avouer, l'heomme  j'l'ai à peine orconnuSaquant s'caddy, i-aveot du mau à avancher, à chaque queop d'vint on areot dit qu'i-alleot orculer.

"Bé vingt milliards... i-t'in feaut acore bin du temps, t'es acore pris d'tes gampes, espèce de bruant ?".

L'jour que Fifinne elle va li parler tout in doucheur, ch'est quand elle ara compris qu'i-vit s'dernière heure".

Inter les portes du magasin, dusqu'elle l'attindeot, i-a infin orjoint s'feimme, i-falleot vir comme i-tranneot, combin i-éteot à bout de s'n'haleine.

"Mo bé... Edmeond, j'te truèfe ichi tout raplati, quoisque t'as eu, t'as attrapé eine maladie ?".

"J'areos préféré ramasser eine maladie au moinse là, j'areos pu rester tout l'jour dins m'lit...Bé neon, neon, te n'saras jamais t'imaginer l'sémaine que Fifinne et mi on a passée".

"Si te veux me l'raqueonter, eh bé, mi, j'vas t'acouter".

"Te t'rappelles acore du solel qu'on aveot eu jeudi passé au matin, du queop, j'ai profité pou aller ouvrer eine paire d'heures à m'gardin. Comme j'éteos in forme et que je m'sinteos fin bin, ave m'louchet, pou mes penn'tières, j'ai fouï ein p'tit coin et comme d'puis lommint j'sus conte l'briscadache, j'ai fait, comme dit à No Télé, du compostache et jusse après l'deîner, j'ai acore été rat'ler mais au soir, au momint d'aller m'coucher, m'romatique i-a comminché à m'faire danser, je n'saveos pus plier mes gu'noux, j'éteos lèque des pieds jusqu'à m'cou, m'cœur buqueot, mes mains brûleot'ent et j'aveos m'deos in compote".

"Au matin, Mossieu l'grand Mimile, i-alleot tout avaler, mais au soir, l'Pétit Edmeond, i-alleot presque défunquer".

Quand Fifinne elle est in rache, cha s'veot tout d'suite su s'visache.

"Deux jours qu'i-a fallu pou m'ormette, j'te jure que je n'valeos pos tripette".

"Comme cha alleot mieux, on a été au marché, querre des légueumes su l'plache Crombez. On a eu l'malheur d'caire su l'greos Firmin, ein flamind qui habite eine cinse à Eperchin"

"Beste vrienden, on va aller dans le café pou boire un bière, c'est pas parce que ton femme est là que tu dois faire le fier".

I-n'a pos fallu lommint pou comprinte ce qui éteot arrivé quand j'ai vu Fifinne m'raviser ave ein air mauvais.

"Ah cha, on peut dire qu'i-n'éteot pus fier après avoir infilé chinq ou six bières, i-a fait des jeones de cat tout l'leon du qu'min et l'pire ch'est qu'i-berleot à mitan in flamind. I-a voulu orwettié l'course à l'télé et i-a dormi tout l'après-deîner. Quanç'qu'i-s'a déréveillé, l'prumière cosse qu'i-a d'mindé ch'est quis'qu'i-aveot gagné, j'li ai répeondu que ch'éteot l'prumier et i-est dev'nu comme ein inragé, ein possédé, j'ai pinsé qui areot fallu l'déchorchéler. I-éteot tell'mint débalté qu'à huit heures au soir, i-est meonté coucher. Ch'éteot pos fini, ch'est même là que tout à continué pasqu'i-aveot eine cosse qu'on aveot obliée, pou l' pus grand des malheurs, ch'éteot l'nuit du cang'mint d'heure. Cha fait quarante ainnées que c'nonoche, i-s'liève à deux heures au matin pou canger les horloches".

"D'puis quarante ainnées on dit à l'télé que ch'est à deux heures qu'on deot les canger, je n'sus pos ein wiseu qui l'cange au matin pou avoir l'escusse d'avoir dormi pus lommint !"

"Ahais, à deux heures de l'nuit quand l'coucou cante, l'arsoule i-va faire l'tour de toutes les toquantes, ch'est alors que t'intinds seonner ainsin l'horloche du saleon, l'big-ben, l'pindule de l'cuisine et l'carilleon. I-va aussi vir à l'télé et à l'ordinateur si cha s'a bin mis tout seu à l'heure. Quand i-a fini l'ouvrache et qui ormeonte, ch'est à c'momint là que l'moutarte elle me meonte, à chaque feos i-dit : l'ov'là tout est à l'beonne heure, te peux dormir tranquille, mon p'tit cœur, l'pétit coeur i-fait tell'mint des beonds qui li fout'reot su s'guife ein bieau et riche cachireon. A treos heures au matin (nouvelle heure), j'ai préparé l'déjeuner et à huit heures, l'deîner i-éteot d'jà prêt, à midi i-n'a pus eu qu'à l'récauffer, acore hureux, i-n'a pos eu d'détoule, ein sanche que j'aveos fait de l'ratatoule, eine sorte d'hoch'peot ave du bouli, d'z'hariqueots, des porgneons et des navieaux. J'ai toudis dit tout cha ch'est acore des manipulatieons et on n'sareot même pos dire l'bénéfice qu'on a à l'fin de l'saiseon. A l'Europe pou tout cha i-seont forts mais pou l'écolomie, là, i-feont l'mort. L'queoq et les glaines i-s'foutent pos mal du cang'mint, i cantent et i-glousse'tent toudis au même momint. Dins les étapes, les vaques on les trait à l'même heure tout au leon d'l'ainnée".

L'paufe Fifinne elle éteot tell'mint démeontée que si elle areot vu ein politicien elle l'areot déferloupé.  

"I-est beon va, on dormira bin l'nuit qui vient" li aveot dit Edmeond in s'mettant dins l'fauteul pa d'vant l'télévisieon.

"Ahais, on peut l'dire, pou cha, on a bin dormi, ch'est seûr, on a eu des queops d'vint à du chint à l'heure, l'meublier i-s'a involé de l'terrasse d'chez m'visin, j'ai attrapé, eine à eine, toutes les cayères dins m'gardin et l'lind'min au matin, ce quervé qui aveot dormi comme ein bébé, i-a berlé comme ein fuchéau dins tout l'ruache qu'on l'aveot volé. L'nuit d'mardi à mercredi, j'n'ai pos 'cor beauqueop dormi. Ceulle feos ichi, ch'est à causse de Fifinne qui a, comme à chaque feos au meos d'avril, acore fait eine zine. Pou les Pâques, obliant m'n'âche, elle a voulu faire l'grand nettiache, elle m'a fait ortirer les tapes, les armoires et les garnitures pou passer l'wassinque et inl'ver les arnitoiles qui aveot su les murs. Tout cha éteot tell'mint lourd que j'ai pinsé faire mes treos tours. J'lai prévenue, si te continues ainsin à m'arlocher, ch'est au Moulin à Cailloux que j'vas t'placher.

Acore tout ramati, Edmeond i-m'a dit :

"Oh quelle nuit" canteot dins l'temps Sacha Distel, mi j'areos pus aussi l'canter... mais au pluriel !"

"Ahais, Mossieu va canter, avanche toudis Sacha Distel et comminche pa mette dins l'machine les boutelles et n'oblie pos d'orsaquer l'ticket, sineon l'rimboursemint i-va acore nous passer sous l'nez".

I-a des ménaches ainsin qui seont toudis à l'tiête de l'ein l'eaute, on direot que les deux conjoints i-feont toudis à leu mote mais si i-restent insanne après autant d'ainnées, be... tout simplem'nt ch'est pasqu'i-n'eont jamais cessé d's'apouchenner!

(lexique : ainsin : ainsi /durte : dure / mes amisses : mes amis / quate : quatre / orconnu : reconnu / saquer : tirer / avoir du mau : avoir mal / avancher : avancer / ein queop : un coup / orculer : reculer / les gampes : les jambes / ein bruant : désigne un hanneton mais qualifie un paresseux / in doucheur : en douceur / inter : entre / dusque : où / tranner : trembler / j'truèfe : je trouve / ête raplati : être anéanti par suite d'infortune / quoisque : qu'est-ce que / raqueonter : raconter / acouter : écouter / acore : encore / ouvrer : travailler / l'gardin : le jardin / l'louchet : la bêche / les penn'tières : les pommes de terre / fouïr : bêcher / lommint : longtemps / l'briscadache : le gaspillache / jusse : juste / rat'ler : ratisser / m'romatique : mon rhumatisme / commincher : commencer / les gu'noux : les genoux / buquer : frapper, cogner très fort / l'deos : le dos / défunquer : trépasser / l'rache : la rage / l'visache : le visage / s'ormette : se remettre / n'pus valoir tripette : ne plus valoir grand'chose / querre : chercher / des légueumes : des légumes / caire : tomber / eine cinse : une ferme / Eperchin : Esplechin, petit village au Sud de Tournai, à quelques hectomètres de la frontière française / comprinte : comprendre / raviser : regarder / chinq : cinq / faire des jeones de cats : vomir / tout l'leon du qu'min : tout le long du chemin / berler : hurler / à mitan : à moitié / orwettier : autre mot pour regarder / quanç'que : quand / déréveiller : réveiller / l'cosse : la chose / inragé : enragé / déchorcheler : exorciser / oblier : oublier / l'cang'mint : le changement / l'nonoche : le crétin / l'horloche : l'horloge / ein wiseu : un fainéant / ahais : oui / canter : chanter / l'arsoule : l'arsouille / vir : voir / tout seu : tout seul / l'ouvrache : le travail / l'moutarte : la moutarde / des beonds : des bonds / s'guife : sa figure / ein cachireon : une gifle / récauffer : réchauffer / hureux : heureux / avoir de l'détoule : avoir des misères / eine sanche : une chance  l'ratatoule : la ratatouille, le ragoût / ein hoch'peot : ragoût avec viande et légumes / du bouli : du bouilli / des hariqueots : des haricots / des porgneons : des poireaux / des navieaux : des navets / toudis : toujours / des écolomies : des économies / l'queoq (ou l'queo) : le coq / les glaines : les poules / s'foute pos mal : bien se moquer / les étapes : les étables / les vaques : les vaches / ête démeontée : être dans une colère noire / déferlouper : mettre en charpie / pa d'vant : devant / seûr : sûr / l'meublier : le mobilier / l'visin : le voisin / les cayères : les chaises / l'quervé : l'ivrogne / berler comme un fuchéau (ou fussieau) : crier comme un putois / ceulle feos ichi : cette fois-ci /  à causse : à cause / faie eine zine : être d'humeur difficile et avoir une idée en tête / l'âche : l'âge / l'nettiache : le nettoyage / les tapes : les tables / l'wassinque : la serpillière / les arnitoiles : les toiles d'araignée / faire ses treos tours : expression signifiant mourir / arlocher : secouer / l'Moulin à Cailloux : maison de retraite située au Nord de la ville à l'emplacement d'un ancien moulin / placher : placer / ramati : fatigué (à rapprocher de l'expression être mate) / orsaquer : retirer / les ménaches : les ménages / faire à leu mote : faire à leur mode, faire ce qu'on a envie sans s'occuper de l'autre / insanne : ensemble / s'apouchenner : se dorloter, bien se soigner).

S.T. avril 2015.

 

10:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

mais où vas-tu chercher tout ça !!!!!!.....

Écrit par : rauwers | 10/04/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.