30 mars
2015

10:03

Tournai : les festivités d'avril 2015

Ce premier mois de printemps voit apparaître de plus en plus d'activités extérieures et le l'agenda est encore bien chargé, extrêmement disponible sera celui qui pourra assister à toutes les manifestations proposées.

 

Mercredi 1er : Hôtel de Ville, Salon de la Reine, 18h : " La pratique du sport après 60 ans" par le Docteur Hubert Dereppe, Cardiologue spécialisé en réadaptation cardiaque au CHwapi, dans le cadre du cycle des "Conférences Santé".

Jeudi 2 : Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Rachmaninov" par Jean-Marc Onkelinx, Musicologie, conférence dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 3 : dans la rue Royale et sur les quais, de 6 à 18h : "Traditionnel Marché aux Fleurs du Vendredi Saint".

Vendredi 3 : au départ de l'église Saint-Quentin, 20h : "Traditionnel Chemin de Croix".

Samedi 4 : salle la Fenêtre, 19h30 : manche tournaisienne du "Mondial d'Impro Juniors", rencontres Suisse-Belgique et France-Québec

Samedi 4 : Halle-aux-Draps, 20h : "Les Filles, Celles Picardes", cabaret patoisant.

Dimanche 5 : Grand-Place, 13h30 : "départ de la 3e étape du Triptyque des Monts et Châteaux Tournai-Flobecq" course du calendrier international UCI Europe Tour classe 2.

Lundi 6 : Mont-Saint-Aubert : "Traditionnelle Marche à Bâton du Lundi de Pâques", animations diverses.

Lundi 6, plaine des Manœuvres, Hall des Sports, 10h : départ de la "4e Tournai générale", urbain trail.

Mercredi 8, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Olivier De Benoist", fournisseur d'excès.

Vendredi 10, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Jeff Panacloc et Jean Marc".

Vendredi 10 et samedi 11, Halle-aux-Draps, 20h : "Petit Cabaret" de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien.

Samedi 11, Esplechin, "La Bascule", 15h : "6e Boucles Esplechinoises" jogging sur un parcours campagnard de 9.350 km.

Samedi 11, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, à partir de 15h30 : "La Smala Festival" avec Sensimilia, la Screed Connexion, Omar Perry, Demi-Portion, Nuttea et bien d'autres groupes (reggae, roots, hip-hop, electric swing et World) sur deux scènes.

Samedi 11 et dimanche 12, Froyennes, Foyer Saint-Eloi : "36e exposition Toutes Collections" organisée par le Cercle des Collectionneurs de Froyennes.

Vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19, Tournai Expo, de 10 à 19h : "Le salon du Village Provençal", la véritable ambiance des marchés de Provence et du Sud de la France.

Vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19, esplanade de l'Europe : "13e Custom Meeting International", organisé par l'American Tournai Club.

Dimanche 19, Halle-aux-Draps : "Election de Miss Tournai".

Jeudi 23, Maison de la Culture, 14h30 : "Se nourrir de microbes, la solution pour une bonne santé" par Georges Daube, Professeur à l'ULg dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 24, Maison de la Culture, 13h : "Le cabaret de la personne handicapée". 

Vendredi 24 et samedi 25, Froyennes, la Petite Fabriek, 20h : "On a rendez-vous avec vous", textes et chansons de Georges Brassens par l'audition-spectacle de l'atelier technique de Marie-Christine Degraeve et les guitaristes de Bertrand Schot.

Vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 : "TournItalia prépare sa renaissance", week-end italien à Tournai proposé par le Collège Notre-Dame, exposition , conférences, activités pour enfants et repas italien, le dimanche, en la Halle-aux-Draps".

Samedi 25, Centre de la Marionnette, 11h : "Moustaches" par la Cie Zapoï, spectacle de Stanka Pavlo-Va, pour enfants dès 3 ans.

Samedi 25, église Saint-Paul, 20 h : "La MusiKaine joue pour Michaël", sous la direction de Raphaël Lahaise, concert philanthropique organisé par l'asbl Michaël.

Samedi 25, chapelle de l'Athénée Royal, 20h " Concert de Printemps" de l'orchestre à cordes du Conservatoire de Tournai sous la direction de Christiane Diricq, dans le cadre du festival "Contrastes".

Samedi 25, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Un duo dans le cactus", spectacle de Jérôme de Warzée.

Samedi 25, salle La Fenêtre, 20h : "Les Pi-menteurs" reçoivent Anne Bierna, spectacle humoristique.

Jeudi 30, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Les mécanismes mentaux du langage" par Alain Content, Professeur à l'ULg dans le cadre de l'Université du temps Disponible.

Jeudi 30, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17 et 20 h "Bhoutan, Ladakh, Sikkim, Perles de l'Himalaya" par Guy Cousteix, dans le cadre du cycle de conférences "Exploration du Monde".

Programme susceptible d'ajouts et/ou de modifications.

 

28 mars
2015

08:24

Tournai : expressions tournaisiennes (304)

Mais qu'ch'est bieau l'progrès !

Pou faire des écolomies et s'in mette plein les poches, d'puis chinquante ans, on n'arrête pus l'progrès. I-n'd'a pos ein qui a busié, ein jour, dins s'tiête que l'progrès i-pouveot aussi nous apporter l'misère pindant qui est in train d'inrichir, des grandes compagnies, les actionnaires.

I-est bin leon l'temps où l'pétit cinsier feseot acore l'ouvrache à l'main. Su l'barou saqué pa deux qu'vieaux, on l'veyeot partir su les camps, au ptit matin. I-hiercheot l'tierre, i-décruaudeot, i-déwaroqueot, i-copeot acore l'blé ave s'fauchille, i-étindeot l'purieau, i-creuseot les silleons et i-jeteot l's'minche. Pa d'rière li, on pouveot vir eine neuée d'moucheons orluquer les grains et déquinte rapid'mint. A midi, s'feimme li apporteot des tarteines au gambeon et eine boutelle de bière, pindant qui f'seot malette, au leon, l'cloque dins l'vieux clotier du villache sonneot l'Angélus et les criquieons feseot'ent intinte leu musique.

Asteur, ch'est ave d'greos ingins faisant ein boucan d'six chints diapes qu'on fait l'ouvrache, si avant i-falleot trinte heommes et feimmes pindant eine sémaine pou coper l'blé et faire des moies, asteur, ch'est fait in moinse d'eine journée que tout i-est terminé, rintabilité fait loi. Ch'est dins des ormorques saquées pa ein tracteur que les vaques elles s'in veont dins les pâtures, alors qu'avant, elles parteot'ent, tout douch'mint pa les qu'mins et aveot'ent l'temps d'y déposer leu brin.  

I-est bin leon l'temps dusque t'alleos dins les banques pou déposer ou ortirer d'l'argint. T'éteos alors orchu pa des amisses, des gins bin connus comme Mossieu Marcel du Cabaret Walleon qui ouvreot à l'BBL. Comme l'client i-éteot l'roi, on preneot l'temps d's'occuper d'li, d'li d'minder commint i-alleot, des nouvelles de s'famile. On li proposeot les plach'mints in fonctieon d'ses b'soins et, pou l'garder, on li donneot ein bieau intérêt.

Asteur, ch'est direct à l'machine, l'nouvieau guichetier i-s'appelle "informatique", ch'est à li que te deos t'adresser pou d'minder tes extraits, des liards, faire des vir'mints et même des plach'mints. Alfeos, et pus souvint qu'à s'tour, i-est in panne alors si te veux ête servi te deos queurir bin leon car on a serré toutes les p'tites aginces qui aveot dins les villaches. On oblige les gins à faire les opératieons à leu maseon, comme cha i-n'doive'tent pus sortir, i-veont béteôt n'pus avoir besoin d'gampes. Dire que l'heomme des cavernes i-sorteot acore pou aller querre s'rôti d'dinausore. Pou l'intérêt, après avoir ortirer les frais et payé l'préqueompte i-n'reste pus fauque des écapures, on direot que pou les banquiers l'vie elle est dure.  

Même à l'hôtel de ville, on s'a modernisé. Pou établir l'tasque su les piscines, on fait tout simplemint confiance à Google. On ravise, d'tout in héaut, les gardins des gins mais comme ch'n'est pos fort précis ces machins, on confond eine piscine ave eine trampoline et on prindreot bin ein étang à pisseons pou ein bassin d'natatieon. I-feaut vir m'visin, Edgard, comme i-a asteur l'pépette, i-creot qu'on va printe s'puche pou eine base d'linch'mint d'roquette et Mariette qui habite eine pétite maseon, au chemin d'En Bas, elle ne fait pus sortir s'tchien, des feos qu'on prindreot pou ein pitbull s'chihuahua.  

Pou les auteos, ch'est du parel au même, ch'est des modèles "pousse-bouteons". Pus d'clés pou intrer d'dins ou la mette in route, in ordinateur (acore li) dit pa dusque que te deos aller mais i-arrife alfeos qui peut s'tromper, ainsin ein ami qui d'veot aller à l'avenue Vert Bois à Tournai, i-s'a ortrouvé au mitan des camps à Béclers et ein camieon qui deveot v'nir in ville livrer, i-est resté bloqué toute eine journée dins l'ruelle des Noirets. Béteôt, on va même stationner sans les mains et sans problème mais gare à la casse quanç'qu i-caira in panne l'bieau système.  

Dins les grands magasins, on deot d'jà scanner ses artiques, si cha continue ainsin, béteôt on va d'voir les mette in boutique, garnir les rayeons et pétête même détcherquer les camieons. Perseonne n'se rind queompte que tous ces bazars automatiques, cha fait aller ein peu pus vite les imployés à l'tique

On t'offère asteur quater-vingts chaînes à l'télévisieon et te paies quarante eureos pou ceulle belle propositieon mais à l'fin du queompte, si t'es honnête te vas avouer que ch'est toudis les mêmes que t'orwettes ! Je n'sais pos si on peut appeler progrès, l'télé-réalité, vir des gins, à mitan tout nu, s'imbracher et puis s'amarvoyer, ch'est pas cha qu'i-m'feaut pou passer eine beonne soirée. Avant t'aveos "Trinte-six candelles" et "L'piste aux Etoiles", "Chinq colonnes à la Une" ou "Interville", cha valeot bin la "Nouvelle Star", "Koh Lanta" ou "l'tintatieon... su l'ile" ! 

Ch'est l'même cosse pou l'élestrique, i-a quarante-chinq ainnées, on a dit : "Ave l'nucléaire, on n'va pus pollué, l'air i-n's'ra pus malsain, tout ira fin bin" mais in mille-nuef-chint-quater-vingt six quand Tchernobyl i-a sauté in l'air, on a vu bramint d'gins attrapé ein cancer. Et asteur à Tihange ou bin à Doel ave les cintrales, Electrabel i-a bin de l'détoule. Les cuves elle seont findillées mais on dit qui n'a pos d'dinger qu'on deot pos s'inquiéter. A m'mote que les ceusses qui seont asteur à l'tiête de ces maseons, i-n'éteot'ent pos nés quand l'cintrale russe elle a fait esplosieon. Madame Marghem, no minisse de l'énergie, à l'télé, elle a dit : "I-n'feaut pos s'in faire, grâce au nucléaire, l'élestrique elle n'est pos tchère". I-a pos à dire mais l'progrès, ch'est surtout fait pa des apprintis-sorciers.

Dins les ainnées soixante, te feseos, in train, Bruxelles-Tournai ou bin l'inverse in eine beonne heure et l'convoi i-t'rameneot à t'maseon l'pus souvint à l'heure, ave les nouvieaux trains, on met dix à vingt minutes d'puque quanç'que tout va bin si i-n'a pos d'vol de câble, d'neiche, d'gel ou bin du grand vint. A la SNCB, on n'devreot pos faire confiance au progrès !

On n'arrête pos d'nous répéter que l'progrès ch'est fait pou no facilité. Ahais, i-feaut toudis l'dernière tablette, l'I-Pad ou bin l'I-pod à l'mote, cha nous déminche, ces cosses-là i-feaut qu'on les tripote. Ch'est ainsin que pou toute nouvieauté, on truèfe des liards pou les acater, i-feaut vir les gins queurir comme des seots, i-n'faut pos ichi braire si ein bieau jour, l'bac i-finit pa s'ortourner su l'pourcheau ! 

Après-deîner, ave m'feimme, on va aller s'porméner, cueillir des gringottes in faire des guerpes, des bieaux bouquets, observer les osieaux qui feont leu nid, vir, dins l'rieu, les prumières épinoques et, au passache, faire eine caresse à Médor, venu à l'porte du gardin, ormuer s'queue pou moutrer qui li aussi i-est contint. Dins eine cinse, su l'meont d'feumier, un queo va canter et pou li répeonte, su eine branque, ein mauviar va chiffler. Levant les is au ciel, on va pétête vir passer l'prumière arondielle. L'feond d'l'air, acore fraîque, va seûrmint nous deonner des guerzilleons, on va ormonter s'col jusqu'à pa d'zous l'minteon. Ch'est ein momint d'pur bonheur qu'on va là passer et, cha, l'progrès i-n'pourra jamais nous l'inl'ver.

(lexique : les écolomies : les économies / busier : penser / l'tiête : la tête / bin leon : bien loin / ein cinsier : un fermier / acore : encore / ein barou : un tombereau / saquer : tirer / des qu'vieaux : des chevaux / les camps : les champs / hiercher : herser / décruauder : enlever les cruaux, c'est-à-dire les mauvaises herbes / déwaroquer : briser les mottes de terre / coper : couper / eine fauchille : une faucille / l'puriau : le purin / l's'minche : la semence / Pa d'rière : derrière, par derrière / eine neuée : une nuée / des moucheons : des moineaux / orluquer : lorgner / déquinte : descendre / l'tarteine : la tartine : l'gambeon : le jambon / l'cloque : la cloche / l'clotier : le clocher / l'villache : le village / les criquieons : les criquets / asteur : maintenant / ein boucan des six chints diapes : littéralement un bruit des six cents diables, un bruit infernal / trinte : trente / des moies : des meules / in moinse : en moins / les ormorques : les remorques / les vaques : les vaches / les qu'mins : les chemins / l'brin d'vaque : la bouse de vache / dusque : où / ortirer : retirer / orchu : reçu / des amisses : des amis / ouvrer : travailler / des plach'mints : des placements / les liards : l'argent / queurir : courir / serrer : fermer / des gampes : des jambes / querre : chercher / fauque : seulement / des écapures : un petit pourboire / les tasques : les taxes / raviser : regarder / les gardins : les jardins / les pisseons : les poissons / avoir l'pépette : avoir peur / printe : prendre / l'puche : le puits / l'linch'mint : le lancement / l'tchien : le chien / des feos : des fois / parel : pareil / intrer : entrer / béteöt : bientôt / caire : tomber / les artiques : les articles / pétête : peut-être / détcherquer : décharger / s'rinte queompte : se rendre compte / aller à l'tique : aller pointer, aller au bureau de chômage / offère : offrir / toudis : toujours / orwettier : regarder / à mitan : à moitié / s'imbracher : s'embrasser / amarvoyer : tourmenter, agacer / les candelles : les chandelles / l'cosse : la chose / l'élestrique : l'électricité / bramint : beaucoup / avoir de l'détoule : avoir des ennuis / findiller : fendiller / à m'mote : selon moi, à mon avis / les ceusses : ceux / no minisse : notre ministre / tcher ou tchier : cher / d'puque : de plus / ahais : oui / l'mote : la mode / déminger : démanger / l'cosse : la chose / tripoter : manipuler / ainsin : ainsi / truèfe : trouve / acater : acheter / des seots : des sots / braire : pleurer / l'bac s'ortourne su l'pourcheau :  le bac se retourne sur le cochon, on reçoit un choc en retour, on doit tout recommencer /  après-deîner : après-midi / porméner ou pourméner : promener / des gringottes : des jonquilles /  faire des guerpes : faire des gerbes / les osieaux : les oiseaux / vir : voir / l'rieu : le petit ruisseau, le ru / les épinoques : les épinoches / ormuer : remuer / moutrer : montrer / eine cinse : une ferme / l'feumier : le fumier / l'queo : le coq / canter : chanter / eine branque : une branche / ein mauviar : un merle / chiffler : siffler / les is : les yeux / l'arondielle : l'hirondelle / fraîque : frais / des guerzilleons : des frissonnements / pa d'zous : dessous / ein momint : un moment).

S.T. Mars 2015.

 

08:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

26 mars
2015

13:41

Tournai : l'année 1859 sous la loupe.

L'année 1859, voici douze mois qui ne se signalent pas par de grands événements tant sur les plan international, national ou local.

L'actualité internationale est dominée par la guerre que se livre la coalition franco-sarde contre l'Autriche. Le 4 juin, la bataille de Magenta, un petit village lombard, verra la défaite de l'Autriche. Cette année est riche en naissance de futures personnalités : Guillaume II d'Allemagne (le 27 juin), Pierre Curie (le 15 mai), Arthur Conan Doyle, le romancier qui donnera vie au détective Sherlock Holmes (le 23 mai), Jean Jaures (le 3 septembre), Alfred Dreyfus, celui qui deviendra le héros malheureux d'une des plus déshonorantes affaires survenue au sein de l'armée française (le 9 octobre) et Georges Seurat, le futur peintre qui sera aussi un des fondateurs du Salon des Indépendants (le 2 décembre).

L'actualité nationale ronronne également, relevons néanmoins une déclaration de Charles Rogier qui, en réponse à un rapport de la commission des griefs publiés deux ans auparavant, soutient que la reconnaissance officielle de deux langues dans un même pays mettrait l'Etat en danger ! On constate donc que le conflit communautaire possède des racines profondément ancrées dans l'histoire de notre pays. Pendant ce temps, à Ostende, un règlement de police s'attaque aux maillots de bain, au nom de la décence : ils devront être composés d'un tricot et d'un pantalon de laine pour les hommes et d'un long vêtement de laine pour les femmes. Le 12 juin, Marie-Henriette, duchesse de Brabant, met au monde un fils, Léopold qui prendra le titre de comte de Hainaut.

L'actualité locale est également avare en événements durant cette année 1859. Nous avons délaissé les habituels faits divers que nous évoquons depuis l'année 1850 : une dizaine de chutes accidentelles ou de suicides ayant l'Escaut pour cadre, de nombreux accidents du travail comme celui de ce jeune homme, chutant du toit sur lequel il effectuait des réparations, au lieu-dit "Barges" ou encore les personnes renversées par des attelages, accidents de la circulation de l'époque ! Nous nous sommes intéressés aux quelques rubriques plus représentatives de la situation sociale de l'époque.

Les mouvements de population en 1858 (édition du 23 janvier 1859).

On dénombre 849 naissances qui se répartissent en 405 sujets masculins légitimes, 365 sujets féminins légitimes, 43 enfants de sexe masculin illégitimes, 36 enfants de sexe féminin illégitimes.

On enregistre 765 décès : 392 hommes et 373 femmes, parmi ceux-ci 43 enfants mort-nés.

L'année a été marquée par 225 mariages : 178 entre personnes célibataires, 14 entre célibataires et veuves, 22 entre veufs et filles et 11 entre veufs et veuves.

Aucun divorce n'a été prononcé !

Les bouchers affament les pauvres ! (éditions des 8 et 10 janvier 1859).

"Des réclamations s'élèvent partout contre l'excessive cherté de la viande qui continue à rester inaccessible aux ouvriers. Bien que le prix du bétail ait considérablement diminué, les bœufs, les veaux, les génisses et les moutons se vendent à peu près à la moitié de ce qu'ils se vendaient il y a deux ans (...), les bouchers semblent s'être concertés afin de rester fermes dans leurs prix, tandis que dans la majeure partie des villes du royaume, la viande est vendue à 50 ou 60 centimes, on doit encore, à Tournai, la payer à 70 et 80 centimes".

Les magistrats convoquent les bouchers ! (édition du 10 février).

"Nos magistrats ont fait appeler, en séance du collège, quelques-uns des principaux bouchers de cette ville et les ont engagés à réduire le prix de leur viande qui n'est plus en rapport avec celui du bétail sur pied. Les bouchers, qui ont plaidé leur cause avec beaucoup d'habileté, ont refusé toute espèce de diminution sur le bœuf, insensibles aux réclamations qui surgissent de toutes parts".

Le château César à Vaulx (édition du 1er février). 

"Le bruit s'est répandu à Vaulx que les anciennes tours de Jules César, situées en cette commune, seraient bientôt exposées en vente. S'il en est ainsi, on peut s'attendre à voir ces derniers vestiges des siècles passés, appropriés bientôt à usage industriel, vu leur situation avantageuse à proximité de l'Escaut".

L'ivrognerie, le mal de l'époque (éditions des 11 février, 18 juin et 25 août).

Un lecteur écrit :

"Si la loi est impuissante à réprimer l'ivrognerie qui règne aujourd'hui, particulièrement dans la classe ouvrière, il semble que le police pourrait du moins empêcher les chants ou plutôt les beuglements nocturnes qui troublent le sommeil de citoyens paisibles. Ce désagrément se renouvelle chaque semaine, le dimanche et le lundi, dans tous les quartiers de la ville (...) Ce qu'il y a de déplorable c'est que dans ces troupes de tapageurs qui circulent jusqu'au milieu de la nuit, on remarque bon nombre d'ouvriers qui reçoivent des secours du Bureau de Bienfaisance par l'entremise des maîtres des pauvres !".

"La gendarmerie a arrêté et incarcéré à la prison des Carmes, le nommé Clauwarte, de la rue Marvis. Cet individu avait voulu, dimanche dernier, en état d'ivresse, tuer sa femme et son fils à coups de rasoir, mais il a été arrêté à temps. La femme de ce Clauwarte est dans un état complet d'éthésie (NDLR : mot probablement obsolète disparu du dictionnaire)".

"Le dimanche 21 août, la rue Haigne, d'habitude si paisible, était le théâtre d'un rassemblement occasionné par un scieur de long, qui cassait et pulvérisait le sordide mobilier de sa demeure. Là aussi, deux agents arrivèrent assez à temps (!) pour empêcher le pauvre ivrogne de jeter les débris à la tête des nombreux curieux que le spectacle avait attirés sur les lieux de ce vacarme".

Le malheur frappait inopinément (édition des 11 et 15 avril).

"Hier matin (dimanche 10 avril), vers 8h, au moment où sa fille qui faisait sa première communion, était encore à l'église, un homme de la rue des Augustins est tombé frappé de mort subite. Les cas de mort subite sont très fréquents dans notre ville, la semaine dernière, un homme est également tombé mort dans la rue Haigne".

"Nous avons dit un mot dans nos colonnes (NDLR : du 11 avril) du malheur affreux qui est venu frappé une pauvre femme de la rue des Augustins pendant qu'elle était allée conduire sa fille aînée à l'église de la Magdeleine (NDLR : église Sainte-Marie Madeleine aujourd'hui désaffectée) pour y faire sa première communion. Son mari qui paraissait complètement rétabli d'une maladie grave se disposait à aller à l'église. Elle le trouva mort lorsqu'elle revint chez elle. La veuve Delzenne, frappée d'une manière si terrible et si imprévue, est immédiatement tombée malade elle-même au point que, jusqu'au aujourd'hui, on craignait vivement pour ses jours. Elle a trois enfants, si la charité publique ne vient pas à son secours, elle va se trouver en proie à la plus affreuse misère, elle a déjà dû porter au Mont de Piété toute sa garde-robe suite à la maladie de son mari".

On parle encore des bouchers !!! (édition du 21 août).

"une scène assez scandaleuse s'est passée à la grande boucherie, une femme d'une commune des environs, a été battue par une bouchère qui s'était fait assister par l'un de ses garçons. Nos vigilants agents avaient mis fin à la lutte en dressant contravention à l'irascible bouchère et à son fils" (NDLR : peut-être la brave cliente avait-elle émis une critique à l'égard du prix de la viande ?)".

Toujours la pauvreté (édition du 7 juillet)."Suite à la réglementation communale ont le droit de recevoir l'instruction gratuite :

les enfants des personnes secourues par le Bureau de Bienfaisance et les enfants d'ouvriers qui n'ont que le produit de leur salaire journalier".

Le changement n'est (déjà) pas bien vu ! (édition du 27 novembre).

"On se plaint beaucoup dans notre ville de la décision que viennent de prendre les directions de la plupart des journaux de Bruxelles de ne plus envoyer en province, à dater du 1er janvier (NDLR : 1860), leur journaux que par l'entremise des postes. Il va en résulter que les journaux qui arrivent actuellement par le fourgon "Van Gend" et sont distribués à 8h du matin, ne seront plus, à l'avenir, distribués qu'à midi".

Plaisir d'hiver ! (édition du 15.12).

"Notre ville possède en ce moment deux magnifiques bêtes féroces. Ce sont deux énormes tigres de la mer glaciale vivant, mordant et mangeant. Ils sont logés dans une baraque établie sur la place du Parc (NDLR : actuelle place Reine Astrid) et se montrent au public pour la modique somme de 20 centimes par personne. Il suffit de suivre la foule". (NDLR : heureusement pour leur propriétaire Gaïa n'était pas encore passé par là).

(sources : Le Courrier de l'Escaut, éditions de l'année 1859).

S.T. Mars 2015.

13:41 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, année 1859, ivrognerie, pauvreté |

24 mars
2015

10:54

Tournai : du changement dans les prochaines semaines.

Une ville qui vit ou... qui veut encore vivre !

Sans que cela fasse l'objet de reportages réguliers sur les chaînes des télévisions belges (la RTBf et surtout RTL-TVI) - bien plus enclines pour leurs sujets d'actualité à se déplacer à Liège  Namur, Charleroi ou Mons - depuis plus d'une décennie, la ville de Tournai se transforme et s'embellit. Lors de leurs promenades, les Tournaisiens risquent de rencontrer plus souvent les caméras de TF1 et de France 3 dans les rues de la ville pour la réalisation de reportages touristiques que les voitures aux couleurs de la télévision commerciale belge qui se déplace uniquement pour des sujets graves comme... les frasques de"Dodo la Saumure"!

Des commerçants inquiets pour leur avenir.

Soucieux de vérité, précisons de suite, que la très longue phase de rénovation urbaine est mal ressentie par une large partie des habitants et par presque tous les commerçants situés dans l'intra-muros. Seul, le secteur "Horéca" tire encore momentanément son épingle du jeu, les autres propriétaires de boutiques se morfondant en attendant un hypothétique retour de la clientèle.

Des actions ont été annoncées, récemment, par l'échevine du commerce pour redynamiser celui du centre-ville, c'est absolument nécessaire à l'heure où le regard des commerçants tournaisiens se tourne, avec un certaine inquiétude, vers l'extension du centre commercial des "Bastions" dont les travaux ont débuté ce lundi 23 mars.

Un géant qui fait peur !

Dans le faubourg Est de Tournai, à l'horizon 2018, les 18.500 m2 actuels de surfaces commerciales passeront à 43.000 m2 et le centre regroupera une centaine d'enseignes en lieu et place de la quarantaine actuelle. L'implantation d'immenses zones commerciales dans la périphérie des villes n'est pas un phénomène récent et n'est certainement pas l'apanage de la seule ville de Tournai. On pourrait même dire que ce qui ne serait pas construit à Tournai, le serait immanquablement ailleurs. Ce chantier, par son importance et sa durée (trois ans), va générer de nombreux emplois directs et indirects et, une fois terminé, il offrira également environ 150 emplois permanents supplémentaires. Un effort non négligeable à l'heure où le chômage, des jeunes notamment, n'a jamais été aussi important dans notre région.

Pour accueillir le chaland, plus de 2.000 emplacements de parking seront disponibles (1.091 en souterrain et 904 en surface). C'est un peu plus de 25% de l'offre en centre-ville (qui se réduit peu à peu) et c'est surtout un stationnement gratuit et d'une durée non limitée dans le temps.

En ce moment, deux camps se dessinent : celui des "optimistes" parmi lesquels on retrouve nos décideurs politiques qui voient là une occasion d'amener la clientèle à Tournai grâce aux grandes enseignes qui, de toutes façons, ne se seraient pas installées, par manque de place, au centre-ville et celle des "pessimistes" qui regroupent les tenanciers de petits commerces qui voient un détournement de clientèle de la ville vers la périphérie. Si les acheteurs trouvent tout ce dont ils ont envie à l'extérieur, à part visiter la ville, quelle sera leur motivation pour faire du lèche-vitrine ! Les commerces du centre ne se résumeront-ils pas, à l'avenir, à des cafés, des restaurants, salons de thé ou snacks, à des magasins spécifiques de souvenirs ou d'artisans présentant des spécialités locales (boulangers, bouchers, traiteurs ou chocolateries) ! 

Comment revitaliser le centre-ville ?

Le but est d'amener au centre-ville, ces milliers de personnes qui se presseront dans la zone commerciale, comme le déclarait le bourgmestre sur l'antenne de No Télé, pour cela ne faudra-t-il pas prévoir une navette régulière (et gratuite) les incitant à venir visiter le riche patrimoine tournaisien.

Le nouveau plan qui entrera en vigueur le 1er avril prévoit de réglementer le stationnement dans toutes les rues situées à l'intérieur des boulevards périphériques, de ramener, partout, le temps autorisé avec disque à deux heures et de maintenir le stationnement payant dans l'hyper-centre. De même, le papillon qui sera déposé sur le pare-brise d'un automobiliste ayant négligé de retirer son ticket à l'horodateur ou de mettre son disque passera à 15 euros la demi-journée, coût d'une journée précédemment. En contrepartie, des cartes pour riverains, pour travailleurs et même pour certains étudiants, de plus de dix-huit ans, seront accessibles moyennant le paiement d'une redevance, des personnes qui pourront ainsi rester stationner au même endroit durant une longue durée, à condition de trouver une place libre près de chez eux ou près de leur lieu de travail !

Beaucoup sont d'avis (et l'Optimiste le partage) que cela ne va rien changer par rapport à la situation qui prévaut actuellement. Le plan de stationnement a été mis en œuvre, il y a quelques années, par l'échevin de l'époque, Michel Leclercq, dans le but avoué de forcer une rotation des véhicules permettant ainsi de toujours trouver des emplacements disponibles pour les clients des commerces. Cela s'est avéré totalement erroné dans la pratique, les voitures ventouses sont toujours omniprésentes et les chasser relève de l'exploit. La bonne idée de départ s'est tout simplement transformée en un "petit cochon-tirelire" pour la commune de plus en plus désargentée. Une bonne nouvelle est néanmoins apportée : la gratuité du samedi après-midi comme cela se faisait dans d'autres villes depuis toujours (Lille notamment) ! 

Autre aspect de la gestion communale qui amène de nombreuses réflexions (souvent négatives), le plan de mobilité communal. Résumons ce que nous avons entendu à ce sujet:  

"le futur plan de mobilité dont un des buts est d'empêcher la circulation de transit et de détourner ces automobilistes par les boulevards de ceinture va nuire au commerce local. De nombreux visiteurs qui sont également de nombreux acheteurs potentiels qui auraient pu découvrir la ville et avoir envie d'y revenir plus longuement seront ainsi détournés et iront voir ailleurs, là où ils se sentiront mieux accueillis ou moins rejetés !".

Je partage, en partie, cette remarque, elle concerne surtout les personnes étrangères qui voudraient traverser la ville afin de découvrir un lieu qu'elles ne connaissent pas ou peu. Par contre, les automobilistes locaux qui viennent, par exemple, de la chaussée de Lille pour se rendre directement à la chaussée de Bruxelles, de Renaix ou d'Audenarde réduiraient sérieusement les bouchons en empruntant les boulevards. Hélas, comment faire le tri entre ces différents types de "transit" !

Gérer un problème (stationnement et mobilité en sont indéniablement deux présents à Tournai), c'est se poser tout d'abord les bonnes questions, c'est émettre des solutions et étudier toutes les implications de celles-ci, malheureusement, c'est souvent là que le bât blesse chez les sociétés chargées des études : on répond à une demande sans se tracasser du reste !

L'avenir ?

Une étape importante dans l'amélioration des conditions de survie de nos commerçants sera la fin de ces longs travaux mais, ce n'est pas pour demain la veille, car il reste à :

- rénover la rue du Curé Notre-Dame et le Marché au Jambon (en mai paraît-il),

- à placer le mobilier urbain et l'éclairage public, à revoir le problème posé par le "fil d'or", à tracer certaines zones de stationnement (quand ?),

- à reconstruire des immeubles à l'emplacement des chancres que sont devenus le cinéma Palace et l'ancien immeuble du Courrier de l'Escaut (un promoteur est intéressé, un autre est depuis longtemps désigné !),

- à rénover la ruelle d'Ennetières, le Chevet Saint-Pierre, la rue Poissonnière, à construire un plateau face à l'ancien hôtel des pompiers et à refaire la place Saint-Pierre (les travaux ont débuté et vont durer jusqu'en automne),

- à rénover des façades d'immeubles typiques du Bas-quartier (les containers de chantier viennent d'être placés à la rue des Puits l'Eau)

- à terminer le chantier du conservatoire (le chantier en cours devrait se terminer à la fin de l'année),

- à réaliser le nouveau plateau de la gare (les travaux devraient débuter en avril),

- à rénover la place Verte dont une partie est interdite à la circulation depuis plus de deux ans,

- à terminer l'immense chantier de la cathédrale Notre-Dame (débuté en 2002 par la stabilisation de la tour Brunain et dont on n'a pas d'échéance pour l'achèvement).

La plupart de ces travaux achevés, on évoquera alors le remplacement du Pont à Ponts,  l'élargissement de l'Escaut, la transformation du Pont des Trous, la rénovation du Becquerelle et du quai Dumon (tout cela débuterai en 2016)...

Il faudra vivre vieux pour voir la fin des chantiers à Tournai et enfin pouvoir contempler le visage qu'on veut donner à la cité !

S.T. mars 2015.

10:54 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, commerce, bastions, stationnement, mobilité |

21 mars
2015

09:42

Tournai : expressions tournaisiennes (303)

Léon, ein beon p'tit garcheon !

Verdi, dins l'cour d'honneur de l'l'hôtel de ville, j'sus cait su Léon, ein garcheon du forbou d'Lille.

-"J'sus v'nu d'minder qui j'deveos vir comme Echevin pou avoir eine autorisatieon d'plach'mint, l'imployé communal m'a ravisé d'ein dreôle d'air quanç'que j'li ai dit que j'vouleos mette ein container".

"Ch'est pos ichi, vous d'vez aller à l'Borgnette, au Pont d'Maire et là-vas, bé... on va vous espliquer tout quoisqu'i-feaut faire".

-"Là-vas, j'n'ai pos eu l'temps d'raqueonter m'n'histoire intière que l'heomme tout débalté qui m'a orchu m'a fait taire. Sachez que quanc'que vous devez mette ein container, ch'est la police, au Becquerelle, qui gère ceulle affaire". J'ai à nouvieau traversé, l'mitan de l'ville, tout l'leong d'l'Esqueaut, i-aveot lommint que j'n'aveos pus fait autant d'kilomètes in véleo. In arrivant, l'brafe file qui éteot au guichet n'm'a pos tout d'suite orwettié, elle éteot occupée à téléphoner.

"Ah, mais on est asteur bin protégé, te sais Bernard, tout l'leong du qu'min, on a mis des barrières nadar".

Elle a quitté s'n'amisse avec orgret et m'a dit :

"vous avez vos papiers, deonnez les ichi ?".

"Vou v'nez pou queu ginre d'affaire ?"

-"Pou eine autorisatieon pou placher ein container".

"J'vas app'ler l'agint qui s'occupe d'cha, in attindant intrer toudis là"

Ch'est ainsin que j'ai découvert l'grande halle du bâtimint moderne d'no police communale.

Après vingt minutes d'ein leongue attinte su eine cayère, j'ai tinté d'orprinte contact avec no jeone policière.

"Ah ... mais i-va arriver, savez, i-n'a pos qu'vous à s'occuper"

Dix minutes après, i-a ein agint qui est arrivé.

"Mossieu Léon Ducacheu ? Av'nez ch'est à nous deux !"

"Vous allez commincher des travéeaux dins vo maseon ?"

J'deos l'avouer j'ai été saisi pa ceulle questieon !

"Ahais, j'vas orpeinte mes cassis et les pièches j'vas les tapisser".

"Ainsin, vous avez b'soin d'un container pou mette les déchets !".

Quand i-m'a dit cha je m'sus mis in colère :

"N'parlez pos ainsin de m'grand-père et de m'gramère, pasque ch'est pou eusses l'container, j'vas les garder près d'mi pasque j'les aime bin, j'vas béteôt les mette au feond du gardin".

L'policier i-m'a orwettié ave ein air annochint :

"Vous allez ichi faire comme chez les Flaminds"

"On n'est pos des sauvaches, ch'est l'grand confort, savez, cuisine, saleon et même eine campe pou coucher, dins l'container i-n'manque rien, i-a même, dins ein coin, eine pétite salle de bain".

"Comme i-n'save'tent pus beauqueop bouger à leu n'âche, i-veont ete fin bin installés, inter l'potager et l'compostache".

In puque, comme i-seont sourds, i-feont toudis aller l'musique à tout casser, là-vas, dins l'feond du gardin, i-n'ara pus perseonne d'dérinvié, i-feaut comprinte les gins, on aveot souvint des plaintes des visins, gramère fait berler André Claveau et grand-père i-est fan d'Luis Mariano".

J'éteos tell'mint saisi que j'n'aveos acore rien dit :

"Te n'vas quand même pos aller mette Adolphine et Martin, dins ceulle priseon métallique au feond du gardin ?".

"Bé, sifait, cha coûte feauque trinte mille eureos ceulle solutieon et tous les meos, i-veont m'rimbourser ein pétite séquoi ave leu pinsieon, j'vas pos les assassiner, i-donn'reont quoisqu'i- peuv'ent deonner".

"Mo bé, quoisque t'as, on direot que t'es tout ébeubi"

J'ai pinsé, ch'est l'diape que j'ai pa d'vant mi et j'li ai dit :

T'oblies que pou ti dev'nir ein fonctionnaire, i-ont fait cheinture et i-ont vécu dins l'misère. J'sais bin qu'les jeones i-n'eont pus bramint d'orconnaissance pou les parints mais d'là à les foute à l'huche, à les ruer au feond du gardin, cha dépasse l'intind'mint".

"Qui n'avanche pos, orcule, ch'est cha l'av'nir" qui m'a dit l'albran ave ein grand sourire.

Si ch'est cha l'av'nir qui nous pind au nez, si ch'est dins ein container que j'deos finir pa loger, j'préfère ortourner m'brouette et partir, au pus vite, orposer à Mulette.

Su l'air de "Torremolinos", l'ein d'ses pus bieaux succès, j'intinds d'jà no Sttella national s'mette à canter :

"On ira tous, tous, tous dins nos containers,

On ira tous, tous , tous finir no vie su tierre.

On ira tous, tous, tous dins nos containers,

Dins l'attinte de s'ortrouver au... chim'tière".

Je n'pouveos pus continuer à l'acouteradeon je n'pinseos pus qu'à m'éclipser. Tout à n'ein queop, l'temps i-a cangé et i-est dev'nu pus fraîque, près de l'statue d'Gallait, j'ai laiché caire l'pénénèque.  Au même momint, pa d'rière les neuaches, l'solel ave l'lune jeuer à cache-cache. On n'a pos eu d'sanche à l'ombre des cheonq clotiers, ch'est après l'éclipse que l'brume elle s'est infin levée. 

(lexique : ein p'tit garcheon : un petit garçon, ici dans le sens d'un petit-fils / verdi : vendredi / cait : tombé / forbou : faubourg / vir : voir / plach'mint : placement / raviser : regarder / à la Borgnette, au Pont de Maire : lieu où se trouve le service des travaux de l'administration communale, pas loin du zoning commercial de Froyennes / là-vas : là-bas / orchu : reçu / quanc'que : quand / ceulle : cette / l'mitan : la moitié / lommint : longtemps / brafe : brave / eine file : une fille / orwettier : regarder / asteur : maintenant / l'qu'min : le chemin, la route / amisse : ami / orgret : regret / queu : quel / placher : placer / toudis : toujours / eine cayère : une chaise / orprinte : reprendre / av'nez : venez / commincher : commencer / les cassis : les châssis / orpeinte : repeindre / les pièches : les pièces / gramère : grand-mère / béteôt : bientôt / annochint  : innocent / ichi : ici / sauvache : sauvage / eine campe : une chambre / âche : âge / inter : entre / l'compostache : le compostage / in puque : de plus / dérinvier : réveiller / les visins : les voisins / berler : hurler / tell'mint : tellement / sifait : accentuation de l'affirmation / fauque : seulement / les meos : les mois / eine pétite séquoi : un petit quelque chose, presque rien / l'pinsieon : la pension, la retraite / ébeubi : extrêment stupéfait, interdit / l'diape : le diable / pa d'vant : devant / oblier : oublier / faire cheinture : faire ceinture, c'est-à-dire se priver / les jeones : les jeunes / bramint : beaucoup / foute à l'huche : jeter dehors, mettre à la porte / l'intind'mint : l'entendement / orculer : reculer / ein albran : un mauvais garnement, un bougre / ortourner s'brouette : décéder, mourir / Mulette : nom du cimetière du Sud qui porte le nom de la première personne qui y aurait été inhumé / canter : chanter / l'chim'tière : le cimetière / acouter : écouter / adeon : donc / tout à n'ein queop : tout à coup / canger : changer / fraîque : frais / laicher caire : abandonner / pa d'rière : derrière / les neuaches : les nuages / jeuer : jouer / l'sanche : la chance / les cheonq clotiers : les cinq clochers, expression par laquelle on désigne la cathédrale Notre-Dame avec ses cinq clochers).

S.T. Mars 2015.

09:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

19 mars
2015

13:50

Tournai : Michel Liénard, un gardien de talent !

tournai,michel lienard,racing de tournai,gardienUn sportif tournaisien.

Les anciens de la famille "Jaune et noir" ont appris le décès de Michel Liénard, survenu le 17 mars 2015.

Au Racing de Tournai, Michel Liénard était un clubman dans l'âme. Il a fait partie de cette longue lignée d'excellents gardiens qui officièrent dans le club de l'avenue de Maire : les Maurice Descamps, Gilbert Bouckzoone, Didier Vandenabeele, Freddy Balcaen, Marc Daniel, Eric Decorné, Michel Wilfart ou encore Luc Paul (qu'on avait connu précédemment à l'Union).

Né le 22 mars 1932 (il est décédé à cinq jours de son 83e anniversaire), c'est à l'âge de 20 ans, en 1952, que Michel Liénard disputa son tout premier match au sein de l'équipe première, sur le terrain de la Louvière. Lors cette première apparition, les spectateurs comprirent que le Racing avait trouvé en lui un tout grand gardien, tant par la taille que par le talent. Succédant à Gilbert Bouckzoone, il officiera dans les buts durant plus de 15 saisons, écrivant avec ses équipiers les plus belles pages du club. 

La Coupe de Belgique en 1956.

Sur le terrain du Heysel, sur le score de 2-1, les Jaune et Noir prirent la mesure du C.S. Verviers, qui venait d'être sacré champion de la division II, division dans laquelle les deux clubs rivaux évoluaient alors. Pour parvenir à ce stade de la compétition, les Rats avaient successivement écarté trois clubs de division I et non des moindres : le Beerschot, le Standard et Beeringen. Au cours de cette mémorable rencontre, sous les yeux d'un autre Tournaisien bien connu, Luc Varenne, Michel Liénard ne s'en était pas laissé compter par les vedettes de l'équipe adverse qu'étaient les Pannaye, Nelissen, Gorissen ou Lormans (auteur du but égalisateur). Paul (dit Popol) Deneubourg et Roger Lambreth avaient été les buteurs des Rats.

Le challenge Pappaert.

Ce challenge était alors attribué à l'équipe de division nationale réalisant la plus longue série de rencontres sans connaître la défaite. Au crépuscule de la saison 57-58, il fut attribué aux Jaune et Noir pour une série de quinze rencontres sans avoir mordu la poussière.

L'accès à la division I.

L'attribution du challenge Pappaert alla de paire avec la montée en Division I Nationale. Au cours de la saison 57-58, le Racing de Tournai rencontra les plus grands clubs belges de l'époque : Anderlecht, le FC Liégeois, le Standard, le Beerschot, La Gantoise, l'Antwerp, l'Union Saint-Gilloise ou encore l'Olympic de Charleroi. Trop léger pour cette expérience néanmoins enrichissante pour les joueurs, le club termina avant-dernier entre Saint-Trond (14e) et Tilleur (16e). Michel Liénard avait connu la joie et l'honneur d'évoluer au sommet de la hiérarchie footballistique belge.

Des prestations époustouflantes.

Tendant ses longs bras, bondissant devant l'attaquant, Michel Liénard fut l'auteur de prestations éblouissantes permettant bien souvent à son club de remporter les points nécessaires.

Lors d'une rencontre disputée sur le terrain du Football Club Malinois, en septembre, 1960, il fut, une fois encore, comme le titrait la presse "éblouissant" et "intraitable". Il annihila les effort de l'attaque locale et, bien que dominé, le Racing conserva le partage.

Lors d'une prestation à Mouscron, durant la saison 66/67, au cours d'un derby régional décisif pour l'attribution du titre en Division III, il fut assez sérieusement blessé au front par un joueur adverse qui laissa "traîner" la jambe au moment où il s'emparait du ballon. Soigné, il revint quelques minutes plus tard, le front entouré d'un "turban" blanc et termina la rencontre remportée par le Racing qui voyait ainsi s'ouvrir les portes de la Division II. La photo de ce "fakir" bloquant la balle, la détournant ou se couchant fit la "une" des reportages consacrés à la rencontre.   

Pour son incroyable carrière, pour ses prestations, pour sa simplicité et sa gentillesse, Michel Liénard fut souvent récompensé notamment par le "Mérite Sportif tournaisien" ou par les "Etoiles", un prix décerné par le Courrier de l'Escaut, le journal local... Il resta un exemple pour la jeunesse, principalement pour ceux qui fréquentaient les équipes d'âge du club de l'avenue de Maire.

A la fin des années soixante, il céda le relais à Didier Vandenabeele, un jeune gardien français, comme lui pétri de talent, mais il resta fidèle au club de ses débuts pour assurer l'un ou l'autre dépannage notamment au sein de l'équipe réserve.

A un âge où beaucoup avaient depuis bien longtemps remisé les crampons, Michel Liénard faisait encore des apparitions lors de rencontres disputées par les anciennes gloires du Racing ou dans des équipes de vétérans.

N'allez pas croire que cet excellent gardien, fidèle à ses couleurs, fit fortune grâce à ses exploits sur les  pelouses des plus grands stades belges. A une époque où le sport en général et le football en particulier n'étaient pas encore asservis à l'argent (osons même dire gangréné), les joueurs recevaient une prime de match en fonction du résultat obtenu mais aucune autre rémunération, aussi, ceux qui faisaient vibrer les supporters le dimanche travaillaient-ils durant la semaine. Michel Liénard livrait la bière et tenait un café, local d'un club de supporters Jaune et Noir, situé à l'angle de la rue de la Culture et de la rue Barthélémy Frison, bien entendu, à l'enseigne du "Café des Sports".

(sources : "Hourrah, voici les Rats", ouvrage de Jacques Lefebvre, paru chez Gamma Sport en 1983, la presse locale notamment "Le Courrier de l'Escaut" dont est extrait la photo).

S.T. mars 2015.

13:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, michel lienard, racing de tournai, gardien |

17 mars
2015

10:50

Tournai : une petite ville qui a tout d'une grande !

Plan communal de mobilité, plan de stationnement, horodateurs, zones bleues, parking souterrain, embouteillages aux heures de pointe, insécurité, incivilités... tout cela n'est pas ou n'est plus l'apanage des grandes cités, il est, en effet, terminé le temps des petites villes de province bien tranquilles où il ne se passait pratiquement rien et où les habitants goûtaient la joie de vivre dans la plus grande des quiétudes !

La mobilité.

Il suffit de se déplacer aux heures de pointe pour constater que les routes menant aux entrées de la ville se caractérisent, matin et soir, par de longues files de véhicules qui amènent ou reconduisent ceux qui ont encore la chance d'y avoir un emploi et surtout les très nombreux écoliers et étudiants fréquentant les différentes formes d'enseignement (ils sont plus de 7.000). Parmi ceux-ci, les Français représentent un contingent non négligeable, preuve de la qualité de l'enseignement tournaisien d'une part et de la difficulté de trouver des possibilités dans l'Hexagone d'autre part.

Entre sept et neuf heures et quinze et dix-huit heures, sur la Nationale 7 (Bruxelles-Ath-Tournai), c'est une longue procession de véhicules qui commence au rond-point Lemay (à la sortie de l'autoroute E42) pour atteindre la Porte de Marvis. Les problèmes sont similaires sur toutes les autres axes permettant l'entrée dans la cité des cinq clochers (carrefour des Résistants, porte Saint-Martin, Porte de Lille, rond-point de l'Europe ou du Viaduc). Le problème semble insoluble car trop de véhicules arrivent ou partent en même temps. Si on y regarde de plus près, on verra qu'une majorité de ceux-ci est occupée par le seul conducteur et que les transports en commun sont bondés, parfois même à la limité de la capacité des véhicules. Une réduction drastique de la circulation passe donc par la solution du covoiturage qui permettrait d'aérer les rues, au propre comme au figuré !

Le stationnement.

Voilà, le casse-tête permanent de l'échevin de la mobilité : où stationner tous ces véhicules qui entrent en ville ? On estime à environ huit mille places de stationnement disponibles à l'intérieur de la ceinture des boulevards. Avant même l'arrivée des itinérants journaliers, il faut déjà compter les véhicules appartenant aux habitants permanents de la cité qui ne possèdent pas tous un garage. Il faut tenir compte des étudiants étrangers possédant un kot à Tournai et qui mobilisent une place "à la semaine". On a donc déjà réduit d'une bonne moitié, le nombre de places disponibles. Celles qui restent vont être âprement disputées ! Il faut alors intégrer la demande des commerçants de l'intra-muros qui souhaitent une rotation des véhicules pour faciliter l'accès à leur commerce par la clientèle, il faut intégrer les places destinées aux personnes à mobilité réduite, il faut aussi assurer aux riverains la possibilité de stationner à proximité de leur habitation. On découvre ainsi les éléments de la quadrature du cercle qui empoisonnent ceux qui souhaitent trouver des solutions au problème !

Le nouveau plan communal qui entrera en vigueur le 1er avril prochain tente de répondre à ces diverses demandes contradictoires. Le stationnement sera réglementé sur l'entièreté du territoire compris entre les boulevards de ceinture : dans l'hyper-centre, il sera payant comme auparavant. Ces dernières semaines, on a remplacé les vieux horodateurs par de nouveaux modèles intégrant pièces de monnaie et carte de banque. On a introduit la notion de "premier quart d'heure gratuit" permettant d'effectuer une visite rapide dans un commerce (achat d'un journal, de pain...), un disque est d'ailleurs prévu à cet effet. Le reste des rues sera en "zone bleue" limitée à deux heures (les zones "quatre heures" plus excentrées du centre ont été supprimées).

Cela va-t-il résoudre tous les problèmes et mettre les automobilistes sur le même pied d'égalité ? Peut-être, si ...les automobilistes étrangers qui stationnent sans vergogne se moquant de la réglementation sont également poursuivis et payent la même redevance de 15 euros par demi-journée pour non-respect des règles de stationnement. On chassera ainsi les voitures ventouses qui squattent les places pour une longue durée.

Le parking souterrain de la rue de Perdue.

Celui-ci, réclamé à cors et à cris par les commerçants pour qui il constituait une possibilité supplémentaire de stationnement à proximité des commerces du centre, est loin de faire recette. Plus d'un an après son ouverture, il est sous-utilisé, ses gestionnaires évoquent un taux d'occupation d'à peine 50%. Il est pourtant plus avantageux que le parking en surface.

Il est donc à la limite inconcevable de constater qu'alors que ce parking affiche toujours la mention : "libre", des conducteurs, le plus souvent étrangers à la ville, stationnent leur véhicule en dépit du bon sens et surtout dans le non-respect du code de la route. On les retrouve sur les passages pour piétons ou sur les trottoirs (rue Perdue), devant des panneaux interdisant le stationnement, ou en dehors de la zone prévue pour celui-ci (rue des Maux, Grand-Place, rue du Four-Chapitre ou rue de Courtrai) ou encore, là où il est totalement interdit de circuler (plateau de la gare)... Ils profitent probablement d'un sous-effectif de notre police communale qui a malheureusement bien d'autres chats à fouetter lors des week-ends ou d'une certaine mansuétude de leur part. Si tout un chacun remarque et peste parfois contre ces faits, les patrouilles régulières qui parcourent les rues de la ville ne sont pas sans l'observer.

L'insécurité.

Soyons très prudents lorsqu'on aborde la problématique de l'insécurité, ce mot devient, peu à peu, le symbole d'une époque où la violence est plus marquée. Le sentiment d'insécurité est-il objectif ou subjectif ? N'est-il pas parfois amplifié par certains pour justifier leur vision ultra-sécuritaire ? Quel jeu joue la presse "à sensation" dans cette problématique ?

L'Optimiste a consulté les chiffres de la criminalité en région wallonne publié par la police fédérale. Ils peuvent paraître révélateurs mais il ne faut pas tomber dans le piège de la  comparaison car, chacun sait que "comparaison n'est pas raison".

En Wallonie, chaque région possède ses particularités. Plus la cité est étendue et peuplée, plus les chiffres seront élevés, seul le ratio entre les faits et l'importance de la population peut apporter une certaine indication. Tournai n'est pas Liège ou Charleroi.

Certaines régions sont marquées par le chômage engendré par la crise économique et financière qui marque ce début de siècle, on sait que l'oisiveté est mère de tous les vices mais, là aussi, il ne faut pas en faire une généralité. D'autres lieux sont situés en zone frontalière et on constate que la criminalité s'exporte plus facilement.

Nous avons comparé trois villes de Wallonie picarde : Ath, Mouscron, Tournai. La ville d'Ath ne peut être assimilée à la zone frontalière, comme ses consœurs d'Enghien et de Lessines, elle s'apparente plus à une ville-dortoir pour les personnes travaillant à Bruxelles ou à Mons.  

En 2014, on a enregistré, en région wallonne, 15.566 cambriolages dans les habitations (Ath : 121, Mouscron : 277 et Tournai : 313), 339 arrachages de sac (Ath : 1, Mouscron 3, Tournai : 27), 2.946 vols avec violence mais sans possession d'arme pour les perpétrer ( Ath : 13, Mouscron : 39, Tournai : 84), 8.380 faits de dégradation de véhicules : (Ath : 81, Mouscron : 169, Tournai : 209), 12.530 vols dans un véhicule (Ath : 81, Mouscron : 295, Tournai : 321),  2.649 vols de véhicules  (Ath : 11, Mouscron : 96, Tournai : 58),  1.246 vols de bicyclettes (Ath : 36, Mouscron : 96, Tournai : 58), 2.943 vols à la tire (Ath : 10, Mouscron : 23, Tournai : 70), 3.049 vols à l'étalage (Ath : 18, Mouscron : 49, Tournai : 123) enfin 929 vols à main armée ont été recensés (Ath : 3, Mouscron : 26, Tournai : 25).

La violence à Tournai (vols à l'étalage, vols de GSM, agressions de personnes) est avant tout le fait d'une bande d'individus, bien connus des services de police, souvent multirécidivistes ou de bandes urbaines du Nord de la France, ayant, un jour, pris le quai du Marché aux Poissons et les environs de la place Saint-Pierre pour donner libre cours à leur violence.

Notons que le récent carnaval s'est déroulé dans une atmosphère bon-enfant, il y a bien eu quelques individus, imbibés d'alcool et cherchant la bagarre qui ont subi une arrestation administrative mais cela ne se distingue pas par rapport à la normalité. Il y a et il y aura toujours des poivrots enclins à chercher noise aux autres, il y a et il y aura toujours l'un ou l'autre qui roulera dans le caniveau, il y a et il y aura toujours des "camés" à la recherche d'argent facile pour acheter leur dose, cela a toujours existé mais n'obtenait pas l'écho qu'une certaine presse, avide de sensations, met en exergue quotidiennement !

L'installation souvent annoncée de caméras et le renfort des effectifs de police devraient être deux excellentes mesures pour rassurer la population et l'inviter, comme avant, à se promener tranquillement à Tournai, le soir. Pourvu que la volonté politique soit présente ! "Sécurité et Civisme" étaient les maîtres-mots du discours de Pol-Olivier Delannoy en janvier 2015.

Les incivilités.

Fléau de notre époque, le manque de civisme flagrant est également à la base d'un sentiment d'insécurité. Paquets de frites, cannettes, papiers jetés sur la voie publique, tags sur les bâtiments du centre-ville, déjections canines, poubelles traînant sur les trottoirs quelques jours avant la collecte bihebdomadaire ou hebdomadaire... les "petits hommes verts" ont bien du souci à se faire. Pour avoir pris la défense de l'honnête citoyen, l'échevin délégué à la fonction mayorale a, de suite, été qualifié de "sheriff" par ceux et celles qui sont peut-être à la base de ces incivilités. On vit une époque où la moindre remarque choque profondément celui qui se sent concerné, la liberté dont nous jouissons ne nous donne pas le droit de tout faire comme on a envie.

Un peu plus de civisme de la part des habitants et des visiteurs rendrait à la ville cette notion de cité où il fait bon vivre qui fut la sienne jusqu'il y a une ou deux décennies ! 

(sources : statistiques de la police fédérale, presse locale).

S.T. Mars 2015.

14 mars
2015

12:25

Tournai : expressions tournaisiennes (302)

Voyache, voyache !

Malgré s'grand âche, Edmeond i-est parti in voyache, ch'est ce qu'j'ai appris in l'rincontrant jeudi.

Je n'sais pos quoisqu'i-s'a passé, j'ai fait ein beond dins le temps, j'sus arrivé au 14 mars de l'ainnée deux mille vingt-chinq, à siept jours du printemps. Ch'est ein vrai miraque d'ête acore su tierre et in beonne santé, i-feaut que j'vous raqueonte, dins l'détal, tout ce qui s'a là passé. 

Ch'est au meos d'janvier 2017 que tout a comminché quanç'que Laetitia elle a présinté l'budget de n'beonne ville de Tournai. Ein déficit pus grand que l'tréau de l'carrière de Barche qu'elle a espliqué, pindant deux heures, in leong et in larche. Pou l'résorber, cha n'a pos fait ein pli et, jamais à court d'idée, nos édiles ont voté eine tasque su les auteos qui rintreot'ent in ville. I-aveot ein péache à chaque porte d'intrée et j'vous l'asseure, l'prix i-n'éteot pos deonné : t'orcheveos ein ticket à ein guichet délivré pa eine sorte d'vigile et au moumint d'sortir te payeos pou l'temps que t'aveos passé in ville. Bin seûr, eine décisieon parelle cha a fait tort au commerce local, li qui v'neot d'jà d'batt'lier conte l'plan d'mobilité communale. Les gins rintreot'ent, comme des dératés, dins ein cabaret pou chiffler eine pinte vite fait bin fait, on n'attindeot pus que l'boulinger i-cope l'pain, chez l'boucher, pou aller pus vite, on acateot du mutieau ou du filet américain.

Après, in 2018, i-a eu l'meos d'mai dusque tous les gins i-ont paniqué. Electrabel, eine feos acore, pou inrichir ses actionnaires, i-a pris l'décisieon d'faire tourner à feond les cintrales nucléaires. L'cuv'lache i-n'a pos résisté et tout i-a failli sauter. On a dû queurir dins les pharmaç'ries faire l'file pindant des jours et des nuits pou acater des cachets pou que no thyroide elle soiche protégée. Madame Margem, no minisse d'l'énergie, est passée su No Télé et elle a dit : "Brave gins d'Tournai, i-n'a pos d'dinger, l'approvisionn'mint in élestrique i-est asseuré. Si ein délestache on deot subir, d'toutes les façeons, on n's'ra pus là pou l'vir".

In 2020, après l'carrefour du Dôme, au bout de l'rue des Puits l'Eau, on a construit ein nouvieau peont pa d'zeur l'Esqueaut. Comme in ville, i-n'passeot pus d'auteos, des problèmes d'circulatieon cha n'in a pos posé beauqueop. Pou tester l'résitance de l'ouvrache, on a été tout douch'mint, on a usé de l'méthode appelée "l'prudince de l'indien". Avant d'faire passer les premières carrettes, on a invéyé in éclaireur, à pied, no bourguémette. Quanç'qu'i-a été passé, Mossieu Rudy, s'ortournant et ravisant derrière li, i-a dit, : "Asteur, Polo, ch'est à ti". Su l'quai des Poissonsceaux, l'échevine Ludivine crieot : "N'y va pos pos, Polo, n'y va pos". On aveot ainsin doublé l'poids, Polo, fier'mint, i-est passé et l'peont i-n'a même pos trimbloté. Mais au momint dusque l'prumier camieon i-a passé su l'peont, i-a eu ein craqu'mint et l'ouvrache i-s'a findu tout du leong. Hureus'mint, on a pu rattrapé, au dernier momint, l'brafe ouverrier.

In 2022, no pays i-a malhureus'mint connu l'scissieon et chez les Walleons, on a pu su payer les pinsieons. Alors, ch'est dins l'quartier Saint-Piat, qu'on a vu l'misère, i-aveot des files d'treos chints mètes à l'soupe populaire et, ch'n'est vraimint pos ein hasard, que l'Maseon du Pichou, elle occupeot désormais les bâtimints du Grand Bazar.

A l'fin d'l'ainnée 2023, i-n'a pus eu eine banque à Tournai, ein p'tit peu à l'feos on les aveot tertous serrées. Là aussi pou les actionnaires, l'personnel i-coûteot trop tcher. Comme les gins n'saveot'ent pus payer l'facture d'internet, dins les poches on n'aveot même pus eine clopinette. L'paquet d'toubaque i-coûteot deux chints eureos et i-n'a pus qu'dins les magasins d'nuit qu'on trouveot acore ein boutelle d'apéreo.

L'ainnée passée, in 2024, on a été obligé d'serrer pindant six meos l'hôpital du Chwapi, tout cha, eine nouvelle feos, à causse de l'résistance des bactéries. Si t'éteos à mitan in beonne santé, i-n'valeot mieux pos y aller passer ein examen, même si on n't'aveot rien trouvé, bé, t'éteos presque seûr d'ête mort l'lind'main. Pire acore, à forche d'nous faire minger des insectes et eautes affaires, on a tertous été malate de "l'grippe à viers".

I-a eu ein bieau mariache qui a ormué l'tout Tournai, l'ceu inter les Filles Celles Picardes et l'Cabaret. On a bin vite ormarqué que tout i-aveot cangé, pou les soirées, asteur, au cabaret walleon, on beot d'l'ieau ou bin du Spa chitreon. Les "Fichelles" tienne'tent les heommes à la baguette, même que l'nouvieau local ch'est au centre de l'marionnette.

No beonne vielle gare de Tournai elle est dev'nue l'musée de la SNCB. On peut même vir ein tabléeau intitulé pa ein p'tit malin : "Ceci n'est pos ein train !". I-a treos ans, inter l'boule de cristal et l'boulier-compteur, Madame Galant l'a décrété : pou ête à peu près seûr que l'train i-arrive à Bruxelles à l'heure on a supprimé l'arrêt dins l'cité des chinq clotiers. In Wallonie picarte i-n'a pus que deux lines, Ath-Anvers et Jurbise-Malines.

L'Plache Saint-Pierre elle est interdite à l'circulatieon, on deot li faire d'nouvelles fondatieons. In 2015, elle aveot été complét'mint orfaite mais deux ans pus tard, les pavés jeueot'ent d'jà les castagnettes. On n'a toudis pas intamé l'traval d'rénovatieon du chœur de l'cathédrale et su l'plaine, l'maseon de la Culture est intourée d'échafaudaches, i-a dix ans qu'on promet aux Tournisiens d'commincher l'ouvrache. Près d'no plache Verte, l'grosse Tour elle a perdu s'corset, i-est cait tout seu lors d'une timpête au meos d'janvier.

Pa d'vant mes is ébeubis, sans intervenir, j'veyeos tout cha défiler comme din ein délire, j'ai même vu arrivé eine manifestatieon ave à s'tiête Raymonde et Goblet : "Je n'aime pos d'faire cha mais on n'a pos l'choix " qu'elle diseot aux affiliés.

Avec eusses, je m'sus mis à berler : "Ce n'est qu'ein début, cha n'ait que qu'mincher".

Tout à n'ein queop, j'ai été fortemint mambourné et je m'sus éveillé. M'feimme, Fifinne, elle feseot eine dreôle de tiêté, elle m'orwettieot avec air ein peu biête.

"Quoisqu'i-t'prinds, l'amisse, te d'viens seot, cha fait dix minutes que te berles comme ein fussieau".

"Bé je n'sais pos, chérie, j'ai dû réver, ch'est à peu près certain".

"L'feos qui vient, quanç'que te rêves, soiche ein peu pus malin",

"Tout i-va très bien dins no beonne ville d'Tournai, quoisque te t'in vas là imaginer, si te continues ainsin j'vas t'faire rinserré !".

(lexique : âche : âge / voyache : voyage / quoisque : qu'est-ce que /ein beond ; un bond / siept : sept / ein miraque : un miracle / acore : encore / l'meos : le mois / commincher : commencer / l'tréau : le trou / l'carrière de Barches : la carrière du hameau de Barges est bien connue de ceux qui pratique la plongée / in leong et in larche : en long et en large / eine tasque : une taxe / ein péache : un péage / orchevoir : recevoir / parelle : pareille / batt'lier : batailler / chiffler : siffler, boire d'un trait / acater : acheter / l'mutieau : spécialité tournaisienne, sorte de pâté grossièrement haché et épicé / eine feos : une fois / queurir : courir / les pharmaç'ries : les pharmacies / in élestrique : en électricité / pa d'zeur : par-dessus / l'Esqueaut : l'Escaut / beauqueop : beaucoup / douch'mint : doucement / les carrettes : les charrettes, par extension les voitures / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / s'ortourner : se retourner / raviser : regarder / trimbloter : trembler légèrement / dusque : où / l'ouverrier : l'ouvrier / tertous : tous / serré : fermé / tcher : cher / l'toubaque : le tabac / à causse : à cause / à mitan : à moitié / seûr : sûr / à forche : à force / ormarquer : remarquer / canger : changer / asteur : maintenant / inter : entre : vir : voir / l'line : la ligne / orfaite : refaite / jeuer : jouer / toudis : toujours / caire : tomber / tout seu : tout seul / les is ébeubis : les yeux ébahis / berler : crier / qu'mincher : commencer / tout à n'ein queop : tout à coup / mambourné : secoué / orwettier : regarder / l'amisse : l'ami / ein fussieau : un putois / rinserré : renfermé).

S.T. mars 2015

12:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

09 mars
2015

10:06

Tournai : le siège de 1340 (2)

Un siège de huit semaines.

A la fin du mois de juillet 1340, les Alliés resserrent peu à peu leur étau. 

Les Anglais et les hommes du comte Robert d'Artois sont établis à la porte "Saint-Martin". On dénombre 200 chevaliers, 4.000 hommes d'armes et 9.000 archers.

Les Flamands de Jacques Van Aertevelde, au nombre de 60.000 communiers, se trouvent face à la porte de la "Sainte-Fontaine" appelée par la suite des "Sept-Fontaines" (actuel boulevard Léopold) et de la porte d'eau (le Pont des Trous). Ils occupent les deux rives de l'Escaut.

Le comte de Hainaut avec 2.000 hommes et les Hollandais forts de 20.000 hommes sont proches des Anglais à la porte "Saint-Martin".

Au Pont-à-Rieu campent le duc de Brabant, 400 chevaliers et 20.000 communiers de Bruxelles, Louvain, Malines et Anvers.

Sur la rive droite de l'Escaut, on retrouve quelques troupes commandées par le duc de Gueldre, le marquis de Brandebourg et le comte de Bergues.

Les premiers assauts auront pour cadre la "porte de Lille", la porte de la Sainte-Fontaine et le Pont des Trous. Les assaillants sont soutenus dans leur action par sept gros engins lançant de lourdes pierres décrites comme "des grés trois fois gros comme la tête" depuis la porte Coquerelle et par une batterie flamande située aux Prés Porcins (actuelle avenue de Maire) où campe Jacques Van Aertevelde. La cité n'est pas en reste, elle place des engins du même type au Bruille (actuel quartier du Château), à la porte Blandinoise, face à l'église Sainte-Marguerite (derrière la porte de Lille) et à la rue des Ingers.

A propos de ce siège, les historiens racontent maintes anecdotes mêlant petits faits et parfois même le merveilleux et dont la véracité n'a pu être vérifiée :

Un aventurier, prétendant être ingénieur, proposa au comte du Hainaut de mettre le feu à la ville en envoyant par-dessus les murailles des chats à la queue desquels une étoupe poissée enflammée aurait mis le feu aux toits de chaume communiquant ainsi l'incendie de maison en maison. On rassembla tous les chats qu'on avait pu trouver et on les enferma dans l'église de Kain. Quant à l'ingénieur chargé de la mise en œuvre du plan, ayant reçu ses cent écus d'or, il disparut avant de le mettre à exécution.  

Les Gantois, membres du diocèse de Tournai à l'époque, avaient le privilège de porter la statue de Notre-Dame lors de la grande procession de septembre, les laïcs flamands ayant refusé d'effectuer cette démarche, ils envoyèrent donc quatre dominicains se présenter à la porte de la Sainte-Fontaine pour offrir leur présent,: une riche couverture pour la châsse de Notre-Dame. Les Tournaisiens refusèrent ce cadeau en rappelant que l'évêque du diocèse avait excommunié les Flamands. Face à ce refus, les dominicains se mirent à pleurer à chaudes larmes, pour les consoler, on prit la couverture mais on leur interdit l'entrée dans la cité.

Un gentilhomme de l'armée d'Edouard III avait promis à sa dame qu'à la première ville française qui serait assiégée, il lancerait un trait contre chaque tour ou qu'il mourrait. Monté sur son cheval, il entreprit le tour de l'enceinte communale. Il décocha son premier trait sur la porte de la Sainte-Fontaine, traversa l'Escaut et tira ainsi sur chaque tour. Ayant presque accompli le tour de la ville assiégée, à hauteur de la dernière porte, la porte Blandinoise, il reçut un coup d'arbalète qui le blessa à mort. Passant devant la porte de la Sainte-Fontaine où il avait débuté cette promesse faite à sa dame, il rejoignit le camp et alla expirer dans la tente du roi. Le "carreau" qu'il avait lui-même retiré fut envoyé à la dame sur sa demande.  

Lors d'un violent assaut qui dura toute une journée face au Pont des Trous, plusieurs assaillants flamands virent soudain la Vierge, qui volait, d'une démarche légère sans toucher la muraille, traversait le pont une épée flamboyante à la main suivie d'une légion de jeunes soldats ailés. La nouvelle se répandit rapidement parmi l'armée flamande terrorisée et, au grand dam de Jacques Van Aertevelde, celle-ci retira sa flottille qui tentait de pénétrer dans la cité par le fleuve.

Alors que la famine commençait à menacer Tournai, les troupes alliées manifestèrent des signes de lassitude. Ce sont surtout les Brabançons qui, les premiers, commencèrent à montrer des signes d'infidélité à la cause des Alliés. On rapporte que Jacques Van Aertevelde condamna de nombreux hommes pour désertion ou trahison. Un ménestrel brabançon qui avait chanté au pied des murailles et à qui un Tournaisien avait répondu fut condamné. Un clerc brabançon fut condamné à mort et enfermé dans un tonneau hérissé de clous à l'intérieur qu'on fit rouler du haut du mont de la trinité (Mont Saint-Aubert)...

Voyant le siège s'éterniser, le roi de France recourut aux bons offices de sa sœur Jeanne, mère du comte du Hainaut. C'est elle qui provoqua la conférence d'Esplechin, petite bourgade située au sud de la ville à deux pas de l'actuelle frontière française. Celle-ci se tint dans l'église et décréta, le 21 septembre 1340, une trêve d'un an qui fut par la suite reconduite.

Dès que la nouvelle fut connue en ville, toutes les cloches églises sonnèrent. Jusqu'alors lorsque la "Bancloque" ou le "Vigneron" sonnaient, c'était pour appeler les habitants aux murailles, cette fois, les Tournaisiens laissaient éclater leur joie. L'évêque, Mgr. André de Ghini Malpiglia célébra un office pontifical suivi d'une procession solennelle. La ville fut illuminée, le vin servi à profusion sur la Grand-Place et des chants de victoire montèrent des différents quartiers de la ville. On organisa, durant des jours, des joutes et des tournois.

On allait assister à une renaissance de la cité des cinq clochers. En reconnaissance de cette résistance, le roi de France annula le décret de 1332 et rendit à la Ville tous les droits qui lui avaient été enlevés à l'occasion de celui-ci. 

(Sources : "Histoire de Tournai et du Tournésis" de Chotin - "Histoire de Tournai" de Paul Rolland.

S.T. mars 2015. 

07 mars
2015

16:08

Tournai : expressions tournaisiennes (301)

Ch'est béteôt fiête aux cheonq clotiers.

Verdi et saim'di prochain, no cité va vife au rythme du carnaval du Laetare.

L'traditieon de ceulle fiête, elle ormeonte à l'nuit des temps. Comme je n'sus pos ein chintenaire, je n'sareos pos vous dire commint cha s'passeot au début du sièque dernier, mais j'ai l'raminvrance du carnaval des ainnées chinquante. Tout d'abord, i-n'aveot pos seul'mint lieu à l'mi-carême mais commincheot d'jà l'diminche d'avant l'mardi gras.

Les gins s'déguiseot'ent bin souvint ave des nipes et des démisses mais alfeos aussi ave des bieaux costumes comme on in veot au carnaval de Venise. Su l'bord du soir, on rincontreot dins les rues bramint d'gins portant ein feaux-visache qui alleot'ent d'cabaret in cabaret pou intriguer les ceusses qui éteot'ent attablés. I-aveot là des Pierreots au visache blanqui, des dominos ave ein loup pou cacher leu figure, des fausses baraqueuses qui f'seot'ent simblant d'dire l'beonne avinture...

Pou n'pos ête orconnus, i-cangeot'ent leur veox et si, dins l'cabaret, ein client refuseot d'leu offère ein verre à boire, i-s'in alleot'ent in criant "sans liards".

I-a eu pindant deux ou treos ainnées, ein cortèche qui s'formeot su l'boulevard Bara, jusse pa d'vant de m'maseon. I-aveot toudis ein groupe qui m'fouteot l'esquite, ch'éteot l'ceu des Déchaînés, de l'rue As-Peos. Eine vingtaine de grands noirs ave des lanches et des boucliers in osier, des sinches et même ein gorille dins eine cache saquée pa eine camionnette. L'cortèche i-débuteot au bas du boulevard mais ch'éteot presque tout in héaut que l'groupe des Déchaïnés i-s'rassimbleot.

Pou n'rien rater mais pou bin m'sintir in sécurité, j'monteos à l'étache et j'raviseos pa l'ferniête l'touillache. Ces brafes gins i-arriveot'ent ein heure à l'avanche et comme l'nature elle a ses dreots, i-aveot toudis ein sauvache ou ein sinche qui d'mindeot à m'mamère pou aller à l'toilette s'satisfaire. Ein jour, i-d'a ein qui aveot seûrmint mal compris, pétête pasque m'mamère elle ne parleot pos l'swahili et au lieu d'aller au feond de l'maseon ou l'treône i-éteot, i-li a pris l'idée d'meonter les escaliers et d'passer s'tiête dins l'pièche dusque je m'trouveos. J'ai tell'mint berlé que j'ai tertous éveillé les ceusses qui f'seot'ent l'sieste dins l'quartier. Je m'veyeos déjà importer pa King-Kong tout in héaut du toit. M'cri i-a dû orsanner à l'ceu d'Tarzan et m'n'heomme i-est parti in courant. I-a été total'mint estoqué que s'pieaux de l'biête elle éteot toute mouillée. I-aveot tell'mint eu l'pépette qui a même oblié d'aller à l'toilette.

Quand passeot l'caneon ave les confetti, m'gramère d'mindeot toudis d'serrer les cassis mais i-falleot ouvère les ferniêtes toute grande quand les Gilles de Saint-Piat lancheot'ent les oranches. J'aimeos vir l'groupe des Grosses Tiêtes, i-aveot là l'tiête d'ein infant, un greos babache qui sourieot, bénaisse, i-aveot aussi ceulle d'ein vieux chiqueu à neunettes ou acore l'vielle feimme, ave ein aire mauvais comme eine Marie-galousse, i-aveot les tiêtes d'Laurel et Hardy ou acore d'Charlot.

On n'sait pos pourquoi mais l'carnaval i-a tout à n'ein queop disparu à l'fin des ainnées chinquante jusqu'au comminch'mint des ainnées quater-vingt.

Asteur, ch'est pus parel, i-a d'abord "l'Nuit des Intrigues" du verdi au soir. Ch'est in spectaque qui nous fait bin souvent porméner dins les rues et les rulettes d'Tournai. On rinconte des magiciens, des funambules, des jongleus, on veot des heommes marcher l'leong des murs du bieffreo, ch'est mis in scène pa Mossieu Zo, ein poète qui sait acore faire rêver les gins. Cha s'termine pa ein feu d'artifice qui deonne l'coup d'invoi du carnaval.

L'saim'di à midi, les carnavaleux orchoivent l'clé de l'cité des mains du Bourguémette, l'ville elle est à eusses pou l'mette in fiête. De l'Grand-Plache à l'Naïade, du Pichou Saint-Piat aux quais d'l'Esqueaut, ch'est eine chintaine d'confréries et des gins masqués pa milliers qui s'mettent à défiler. Les "Monsignores" tout dreot sortis du film la Folie des Grandeurs ave Louis De Funes, les "Pétasses" ein groupe d'files pourtant bin polies et bin honnêtes, les "Loups Garous", "l'Ptits Rambiles" qui seont l'âme du carnaval, les "Schtroumpfs", les "Pires ratés"...

On nous dit qui va faire bieau, si vous voulez vife eine belle fiête, avoir bin du lari et ortourner chez vous ave des imaches plein vo tiête av'nez au Carnaval de Tournai, ch'est les 13 et 14 mars !

(lexique : béteôt : bientôt / les cheonq clotiers : les cinq clochers, cette expression désigne la cathédrale / verdi et saim'di : vendredi et samedi / vife : vivre / ceulle : cette / ein chintenaire : un centenaire / l'sièque : le siècle / avoir l'raminvrance : avoir le souvenir / chinquante : cinquante / commincher : commencer / les nipes ou les démisses : les vieux vêtements usagés / alfeos : parfois / bramint : beaucoup / ein feaux-visache : un masque représentant un personnage / les ceusses : ceux / blanqui : blanchi / des baraqueuses : des gitanes, des bohémiennes / orconnus : reconnus / canger : changer / l'veox : la voix /  offère : offrir / sans liards : expression signifiant désargenté, pauvre type / l'cortèche : le cortège / jusse pa d'vant : juste devant / toudis : toujours / avoir l'esquite : avoir peur mais aussi avoir une diarrhée de frayeur / des lanches : des lances / des sinches : des singes / saquer : tirer / à l'étache : à l'étage / raviser : regarder / l'touillache : la mêlée, le tohu-bohu / brafes : braves / à l'avanche : à l'avance / ein sauvache : un sauvage / m'mamère : ma mère / seûrmint : sûrement / pétête : peut-être / l'pièche : la pièce / dusque : où / berler : hurler / tertous : tous / orsanné : ressemblé /  estoqué : abasourdi / avoir l' épète : avoir peur / oblier : oublier / m'gramère : ma grand-mère / serrer : fermer / les oranches : les oranges / ein greos babache : un enfant avec de grosses joues pendantes / bénaisse : content / ein chiqueu : une personne qui mâche du tabac / les neunettes : les lunettes / eine Marie-galousse ; une sorcière / tout à n'ein queop : tout à coup / asteur : maintenant / parel : pareil / ein spectaque : un spectacle / porméner ou pourméner : promener /  les rulettes : les ruelles / l'leong : le long / l'bieffreo : le beffroi / orchevoir : recevoir / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / l'Esqueaut : l'Escaut / eine chintaine : une centaine / des files : des filles / avoir bin du lari : avoir bien du plaisir / ortourner : retourner / les imaches : les images)

S.T. mars 2015

16:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |