28 mars
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (304)

Mais qu'ch'est bieau l'progrès !

Pou faire des écolomies et s'in mette plein les poches, d'puis chinquante ans, on n'arrête pus l'progrès. I-n'd'a pos ein qui a busié, ein jour, dins s'tiête que l'progrès i-pouveot aussi nous apporter l'misère pindant qui est in train d'inrichir, des grandes compagnies, les actionnaires.

I-est bin leon l'temps où l'pétit cinsier feseot acore l'ouvrache à l'main. Su l'barou saqué pa deux qu'vieaux, on l'veyeot partir su les camps, au ptit matin. I-hiercheot l'tierre, i-décruaudeot, i-déwaroqueot, i-copeot acore l'blé ave s'fauchille, i-étindeot l'purieau, i-creuseot les silleons et i-jeteot l's'minche. Pa d'rière li, on pouveot vir eine neuée d'moucheons orluquer les grains et déquinte rapid'mint. A midi, s'feimme li apporteot des tarteines au gambeon et eine boutelle de bière, pindant qui f'seot malette, au leon, l'cloque dins l'vieux clotier du villache sonneot l'Angélus et les criquieons feseot'ent intinte leu musique.

Asteur, ch'est ave d'greos ingins faisant ein boucan d'six chints diapes qu'on fait l'ouvrache, si avant i-falleot trinte heommes et feimmes pindant eine sémaine pou coper l'blé et faire des moies, asteur, ch'est fait in moinse d'eine journée que tout i-est terminé, rintabilité fait loi. Ch'est dins des ormorques saquées pa ein tracteur que les vaques elles s'in veont dins les pâtures, alors qu'avant, elles parteot'ent, tout douch'mint pa les qu'mins et aveot'ent l'temps d'y déposer leu brin.  

I-est bin leon l'temps dusque t'alleos dins les banques pou déposer ou ortirer d'l'argint. T'éteos alors orchu pa des amisses, des gins bin connus comme Mossieu Marcel du Cabaret Walleon qui ouvreot à l'BBL. Comme l'client i-éteot l'roi, on preneot l'temps d's'occuper d'li, d'li d'minder commint i-alleot, des nouvelles de s'famile. On li proposeot les plach'mints in fonctieon d'ses b'soins et, pou l'garder, on li donneot ein bieau intérêt.

Asteur, ch'est direct à l'machine, l'nouvieau guichetier i-s'appelle "informatique", ch'est à li que te deos t'adresser pou d'minder tes extraits, des liards, faire des vir'mints et même des plach'mints. Alfeos, et pus souvint qu'à s'tour, i-est in panne alors si te veux ête servi te deos queurir bin leon car on a serré toutes les p'tites aginces qui aveot dins les villaches. On oblige les gins à faire les opératieons à leu maseon, comme cha i-n'doive'tent pus sortir, i-veont béteôt n'pus avoir besoin d'gampes. Dire que l'heomme des cavernes i-sorteot acore pou aller querre s'rôti d'dinausore. Pou l'intérêt, après avoir ortirer les frais et payé l'préqueompte i-n'reste pus fauque des écapures, on direot que pou les banquiers l'vie elle est dure.  

Même à l'hôtel de ville, on s'a modernisé. Pou établir l'tasque su les piscines, on fait tout simplemint confiance à Google. On ravise, d'tout in héaut, les gardins des gins mais comme ch'n'est pos fort précis ces machins, on confond eine piscine ave eine trampoline et on prindreot bin ein étang à pisseons pou ein bassin d'natatieon. I-feaut vir m'visin, Edgard, comme i-a asteur l'pépette, i-creot qu'on va printe s'puche pou eine base d'linch'mint d'roquette et Mariette qui habite eine pétite maseon, au chemin d'En Bas, elle ne fait pus sortir s'tchien, des feos qu'on prindreot pou ein pitbull s'chihuahua.  

Pou les auteos, ch'est du parel au même, ch'est des modèles "pousse-bouteons". Pus d'clés pou intrer d'dins ou la mette in route, in ordinateur (acore li) dit pa dusque que te deos aller mais i-arrife alfeos qui peut s'tromper, ainsin ein ami qui d'veot aller à l'avenue Vert Bois à Tournai, i-s'a ortrouvé au mitan des camps à Béclers et ein camieon qui deveot v'nir in ville livrer, i-est resté bloqué toute eine journée dins l'ruelle des Noirets. Béteôt, on va même stationner sans les mains et sans problème mais gare à la casse quanç'qu i-caira in panne l'bieau système.  

Dins les grands magasins, on deot d'jà scanner ses artiques, si cha continue ainsin, béteôt on va d'voir les mette in boutique, garnir les rayeons et pétête même détcherquer les camieons. Perseonne n'se rind queompte que tous ces bazars automatiques, cha fait aller ein peu pus vite les imployés à l'tique

On t'offère asteur quater-vingts chaînes à l'télévisieon et te paies quarante eureos pou ceulle belle propositieon mais à l'fin du queompte, si t'es honnête te vas avouer que ch'est toudis les mêmes que t'orwettes ! Je n'sais pos si on peut appeler progrès, l'télé-réalité, vir des gins, à mitan tout nu, s'imbracher et puis s'amarvoyer, ch'est pas cha qu'i-m'feaut pou passer eine beonne soirée. Avant t'aveos "Trinte-six candelles" et "L'piste aux Etoiles", "Chinq colonnes à la Une" ou "Interville", cha valeot bin la "Nouvelle Star", "Koh Lanta" ou "l'tintatieon... su l'ile" ! 

Ch'est l'même cosse pou l'élestrique, i-a quarante-chinq ainnées, on a dit : "Ave l'nucléaire, on n'va pus pollué, l'air i-n's'ra pus malsain, tout ira fin bin" mais in mille-nuef-chint-quater-vingt six quand Tchernobyl i-a sauté in l'air, on a vu bramint d'gins attrapé ein cancer. Et asteur à Tihange ou bin à Doel ave les cintrales, Electrabel i-a bin de l'détoule. Les cuves elle seont findillées mais on dit qui n'a pos d'dinger qu'on deot pos s'inquiéter. A m'mote que les ceusses qui seont asteur à l'tiête de ces maseons, i-n'éteot'ent pos nés quand l'cintrale russe elle a fait esplosieon. Madame Marghem, no minisse de l'énergie, à l'télé, elle a dit : "I-n'feaut pos s'in faire, grâce au nucléaire, l'élestrique elle n'est pos tchère". I-a pos à dire mais l'progrès, ch'est surtout fait pa des apprintis-sorciers.

Dins les ainnées soixante, te feseos, in train, Bruxelles-Tournai ou bin l'inverse in eine beonne heure et l'convoi i-t'rameneot à t'maseon l'pus souvint à l'heure, ave les nouvieaux trains, on met dix à vingt minutes d'puque quanç'que tout va bin si i-n'a pos d'vol de câble, d'neiche, d'gel ou bin du grand vint. A la SNCB, on n'devreot pos faire confiance au progrès !

On n'arrête pos d'nous répéter que l'progrès ch'est fait pou no facilité. Ahais, i-feaut toudis l'dernière tablette, l'I-Pad ou bin l'I-pod à l'mote, cha nous déminche, ces cosses-là i-feaut qu'on les tripote. Ch'est ainsin que pou toute nouvieauté, on truèfe des liards pou les acater, i-feaut vir les gins queurir comme des seots, i-n'faut pos ichi braire si ein bieau jour, l'bac i-finit pa s'ortourner su l'pourcheau ! 

Après-deîner, ave m'feimme, on va aller s'porméner, cueillir des gringottes in faire des guerpes, des bieaux bouquets, observer les osieaux qui feont leu nid, vir, dins l'rieu, les prumières épinoques et, au passache, faire eine caresse à Médor, venu à l'porte du gardin, ormuer s'queue pou moutrer qui li aussi i-est contint. Dins eine cinse, su l'meont d'feumier, un queo va canter et pou li répeonte, su eine branque, ein mauviar va chiffler. Levant les is au ciel, on va pétête vir passer l'prumière arondielle. L'feond d'l'air, acore fraîque, va seûrmint nous deonner des guerzilleons, on va ormonter s'col jusqu'à pa d'zous l'minteon. Ch'est ein momint d'pur bonheur qu'on va là passer et, cha, l'progrès i-n'pourra jamais nous l'inl'ver.

(lexique : les écolomies : les économies / busier : penser / l'tiête : la tête / bin leon : bien loin / ein cinsier : un fermier / acore : encore / ein barou : un tombereau / saquer : tirer / des qu'vieaux : des chevaux / les camps : les champs / hiercher : herser / décruauder : enlever les cruaux, c'est-à-dire les mauvaises herbes / déwaroquer : briser les mottes de terre / coper : couper / eine fauchille : une faucille / l'puriau : le purin / l's'minche : la semence / Pa d'rière : derrière, par derrière / eine neuée : une nuée / des moucheons : des moineaux / orluquer : lorgner / déquinte : descendre / l'tarteine : la tartine : l'gambeon : le jambon / l'cloque : la cloche / l'clotier : le clocher / l'villache : le village / les criquieons : les criquets / asteur : maintenant / ein boucan des six chints diapes : littéralement un bruit des six cents diables, un bruit infernal / trinte : trente / des moies : des meules / in moinse : en moins / les ormorques : les remorques / les vaques : les vaches / les qu'mins : les chemins / l'brin d'vaque : la bouse de vache / dusque : où / ortirer : retirer / orchu : reçu / des amisses : des amis / ouvrer : travailler / des plach'mints : des placements / les liards : l'argent / queurir : courir / serrer : fermer / des gampes : des jambes / querre : chercher / fauque : seulement / des écapures : un petit pourboire / les tasques : les taxes / raviser : regarder / les gardins : les jardins / les pisseons : les poissons / avoir l'pépette : avoir peur / printe : prendre / l'puche : le puits / l'linch'mint : le lancement / l'tchien : le chien / des feos : des fois / parel : pareil / intrer : entrer / béteöt : bientôt / caire : tomber / les artiques : les articles / pétête : peut-être / détcherquer : décharger / s'rinte queompte : se rendre compte / aller à l'tique : aller pointer, aller au bureau de chômage / offère : offrir / toudis : toujours / orwettier : regarder / à mitan : à moitié / s'imbracher : s'embrasser / amarvoyer : tourmenter, agacer / les candelles : les chandelles / l'cosse : la chose / l'élestrique : l'électricité / bramint : beaucoup / avoir de l'détoule : avoir des ennuis / findiller : fendiller / à m'mote : selon moi, à mon avis / les ceusses : ceux / no minisse : notre ministre / tcher ou tchier : cher / d'puque : de plus / ahais : oui / l'mote : la mode / déminger : démanger / l'cosse : la chose / tripoter : manipuler / ainsin : ainsi / truèfe : trouve / acater : acheter / des seots : des sots / braire : pleurer / l'bac s'ortourne su l'pourcheau :  le bac se retourne sur le cochon, on reçoit un choc en retour, on doit tout recommencer /  après-deîner : après-midi / porméner ou pourméner : promener / des gringottes : des jonquilles /  faire des guerpes : faire des gerbes / les osieaux : les oiseaux / vir : voir / l'rieu : le petit ruisseau, le ru / les épinoques : les épinoches / ormuer : remuer / moutrer : montrer / eine cinse : une ferme / l'feumier : le fumier / l'queo : le coq / canter : chanter / eine branque : une branche / ein mauviar : un merle / chiffler : siffler / les is : les yeux / l'arondielle : l'hirondelle / fraîque : frais / des guerzilleons : des frissonnements / pa d'zous : dessous / ein momint : un moment).

S.T. Mars 2015.

 

08:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonjour, Je viens de mettre un post sur le plat que l'on voudrait voir reconnu par le patrimoine immatériel de l'Unesco.
Peux-tu, si tu veux bien sûr, me donner un lien de ton site pour mettre dans mon post au sujet du Lundi perdu?
Bon week-end.

Écrit par : Véronique66 | 28/03/2015

Répondre à ce commentaire

Que de vérités, tu nous a ici, justement rappelées ! Hélas ... ou Heureusement, la vie moderne d'un monde assisté ! Quand à l'erreur dans le relevé des piscines ou plutôt le relevé des "taches bleues vues du ciel", joli coup de pub d'un parti de la majorité communale ; du moins, c'est mon avis. :-)

Écrit par : jacques De Ceuninck | 29/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.