21 mars
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (303)

Léon, ein beon p'tit garcheon !

Verdi, dins l'cour d'honneur de l'l'hôtel de ville, j'sus cait su Léon, ein garcheon du forbou d'Lille.

-"J'sus v'nu d'minder qui j'deveos vir comme Echevin pou avoir eine autorisatieon d'plach'mint, l'imployé communal m'a ravisé d'ein dreôle d'air quanç'que j'li ai dit que j'vouleos mette ein container".

"Ch'est pos ichi, vous d'vez aller à l'Borgnette, au Pont d'Maire et là-vas, bé... on va vous espliquer tout quoisqu'i-feaut faire".

-"Là-vas, j'n'ai pos eu l'temps d'raqueonter m'n'histoire intière que l'heomme tout débalté qui m'a orchu m'a fait taire. Sachez que quanc'que vous devez mette ein container, ch'est la police, au Becquerelle, qui gère ceulle affaire". J'ai à nouvieau traversé, l'mitan de l'ville, tout l'leong d'l'Esqueaut, i-aveot lommint que j'n'aveos pus fait autant d'kilomètes in véleo. In arrivant, l'brafe file qui éteot au guichet n'm'a pos tout d'suite orwettié, elle éteot occupée à téléphoner.

"Ah, mais on est asteur bin protégé, te sais Bernard, tout l'leong du qu'min, on a mis des barrières nadar".

Elle a quitté s'n'amisse avec orgret et m'a dit :

"vous avez vos papiers, deonnez les ichi ?".

"Vou v'nez pou queu ginre d'affaire ?"

-"Pou eine autorisatieon pou placher ein container".

"J'vas app'ler l'agint qui s'occupe d'cha, in attindant intrer toudis là"

Ch'est ainsin que j'ai découvert l'grande halle du bâtimint moderne d'no police communale.

Après vingt minutes d'ein leongue attinte su eine cayère, j'ai tinté d'orprinte contact avec no jeone policière.

"Ah ... mais i-va arriver, savez, i-n'a pos qu'vous à s'occuper"

Dix minutes après, i-a ein agint qui est arrivé.

"Mossieu Léon Ducacheu ? Av'nez ch'est à nous deux !"

"Vous allez commincher des travéeaux dins vo maseon ?"

J'deos l'avouer j'ai été saisi pa ceulle questieon !

"Ahais, j'vas orpeinte mes cassis et les pièches j'vas les tapisser".

"Ainsin, vous avez b'soin d'un container pou mette les déchets !".

Quand i-m'a dit cha je m'sus mis in colère :

"N'parlez pos ainsin de m'grand-père et de m'gramère, pasque ch'est pou eusses l'container, j'vas les garder près d'mi pasque j'les aime bin, j'vas béteôt les mette au feond du gardin".

L'policier i-m'a orwettié ave ein air annochint :

"Vous allez ichi faire comme chez les Flaminds"

"On n'est pos des sauvaches, ch'est l'grand confort, savez, cuisine, saleon et même eine campe pou coucher, dins l'container i-n'manque rien, i-a même, dins ein coin, eine pétite salle de bain".

"Comme i-n'save'tent pus beauqueop bouger à leu n'âche, i-veont ete fin bin installés, inter l'potager et l'compostache".

In puque, comme i-seont sourds, i-feont toudis aller l'musique à tout casser, là-vas, dins l'feond du gardin, i-n'ara pus perseonne d'dérinvié, i-feaut comprinte les gins, on aveot souvint des plaintes des visins, gramère fait berler André Claveau et grand-père i-est fan d'Luis Mariano".

J'éteos tell'mint saisi que j'n'aveos acore rien dit :

"Te n'vas quand même pos aller mette Adolphine et Martin, dins ceulle priseon métallique au feond du gardin ?".

"Bé, sifait, cha coûte feauque trinte mille eureos ceulle solutieon et tous les meos, i-veont m'rimbourser ein pétite séquoi ave leu pinsieon, j'vas pos les assassiner, i-donn'reont quoisqu'i- peuv'ent deonner".

"Mo bé, quoisque t'as, on direot que t'es tout ébeubi"

J'ai pinsé, ch'est l'diape que j'ai pa d'vant mi et j'li ai dit :

T'oblies que pou ti dev'nir ein fonctionnaire, i-ont fait cheinture et i-ont vécu dins l'misère. J'sais bin qu'les jeones i-n'eont pus bramint d'orconnaissance pou les parints mais d'là à les foute à l'huche, à les ruer au feond du gardin, cha dépasse l'intind'mint".

"Qui n'avanche pos, orcule, ch'est cha l'av'nir" qui m'a dit l'albran ave ein grand sourire.

Si ch'est cha l'av'nir qui nous pind au nez, si ch'est dins ein container que j'deos finir pa loger, j'préfère ortourner m'brouette et partir, au pus vite, orposer à Mulette.

Su l'air de "Torremolinos", l'ein d'ses pus bieaux succès, j'intinds d'jà no Sttella national s'mette à canter :

"On ira tous, tous, tous dins nos containers,

On ira tous, tous , tous finir no vie su tierre.

On ira tous, tous, tous dins nos containers,

Dins l'attinte de s'ortrouver au... chim'tière".

Je n'pouveos pus continuer à l'acouteradeon je n'pinseos pus qu'à m'éclipser. Tout à n'ein queop, l'temps i-a cangé et i-est dev'nu pus fraîque, près de l'statue d'Gallait, j'ai laiché caire l'pénénèque.  Au même momint, pa d'rière les neuaches, l'solel ave l'lune jeuer à cache-cache. On n'a pos eu d'sanche à l'ombre des cheonq clotiers, ch'est après l'éclipse que l'brume elle s'est infin levée. 

(lexique : ein p'tit garcheon : un petit garçon, ici dans le sens d'un petit-fils / verdi : vendredi / cait : tombé / forbou : faubourg / vir : voir / plach'mint : placement / raviser : regarder / à la Borgnette, au Pont de Maire : lieu où se trouve le service des travaux de l'administration communale, pas loin du zoning commercial de Froyennes / là-vas : là-bas / orchu : reçu / quanc'que : quand / ceulle : cette / l'mitan : la moitié / lommint : longtemps / brafe : brave / eine file : une fille / orwettier : regarder / asteur : maintenant / l'qu'min : le chemin, la route / amisse : ami / orgret : regret / queu : quel / placher : placer / toudis : toujours / eine cayère : une chaise / orprinte : reprendre / av'nez : venez / commincher : commencer / les cassis : les châssis / orpeinte : repeindre / les pièches : les pièces / gramère : grand-mère / béteôt : bientôt / annochint  : innocent / ichi : ici / sauvache : sauvage / eine campe : une chambre / âche : âge / inter : entre / l'compostache : le compostage / in puque : de plus / dérinvier : réveiller / les visins : les voisins / berler : hurler / tell'mint : tellement / sifait : accentuation de l'affirmation / fauque : seulement / les meos : les mois / eine pétite séquoi : un petit quelque chose, presque rien / l'pinsieon : la pension, la retraite / ébeubi : extrêment stupéfait, interdit / l'diape : le diable / pa d'vant : devant / oblier : oublier / faire cheinture : faire ceinture, c'est-à-dire se priver / les jeones : les jeunes / bramint : beaucoup / foute à l'huche : jeter dehors, mettre à la porte / l'intind'mint : l'entendement / orculer : reculer / ein albran : un mauvais garnement, un bougre / ortourner s'brouette : décéder, mourir / Mulette : nom du cimetière du Sud qui porte le nom de la première personne qui y aurait été inhumé / canter : chanter / l'chim'tière : le cimetière / acouter : écouter / adeon : donc / tout à n'ein queop : tout à coup / canger : changer / fraîque : frais / laicher caire : abandonner / pa d'rière : derrière / les neuaches : les nuages / jeuer : jouer / l'sanche : la chance / les cheonq clotiers : les cinq clochers, expression par laquelle on désigne la cathédrale Notre-Dame avec ses cinq clochers).

S.T. Mars 2015.

09:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

comment d'habitude, un texte du genre te m'est de bonne humeur dès le matin!!

merci Serge

Écrit par : rauwers | 23/03/2015

Répondre à ce commentaire

L'histoire est connue mais rien que pour le patois, elle vaut la peine d'être lue; et pour notre société, commentée.

Écrit par : Boussemart Etienne | 24/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.