28 févr.
2015

19:24

Tournai : expressions tournaisiennes (300)

Batisse et l'mal-moutrant.

Avant d'commincher à vous raqueonter l'histoire d'Batisse, j'viens de m'rinte queompte que ch'est d'jà l'treos chintième luméreo de l'rubrique in patois. L'ceu (pétête que je m'fais des illusieons in pinsant qu'i-d'a ein au moinse) qui m'areot ainsi li d'puis l'début, i-deot asteur comprinte l'Tournisien. Cha n'veut pos dire qu'i-sait l'parler, pasque pou cha i-feaut pouvoir l'acouter et l'pratiquer.

Adeon, j'vas, aujord'hui, vous parler d'Batisse, ein brafe garcheon qui a fini ses jours à l'hospice. I-éteot né dins l'quartier Saint-Brice, dins eine pétite maseon de l'rue Catrice. S'mamère feseot les ménaches et s'mopère ouvreot, chez Bossut, au filache. Ses parints éteot'ent malhureux d'vir que leur infant éteot malingreux. S'mopère pinseot souvint : "Quoisqu'on va faire ave li, ein p'tit queop d'vint et i-est à s'lit !".

Quand i-a été au P'tit Caiteau pou l'service militaire, au momint qui aveot eu s'dix-huitième anniversaire, l'docteur qui l'a ausculté, l'a tout d'suite réformé :" J'vous mets défintiv'mint in congé, on n'a pos b'soin d'malingampes dins l'armée. Dins l'train qui l'ram'neot à Tournai, tout l'leong du qu'min Batisse i-a brait. Ch'est l'deuxième feos dins s'vie qu'i-éteot ainsin raplati. L'prumière feos, ch'éteot à l'fabrique dusqu'on f'seot des briques, i-d'veot les sarger dins des camieons, mais pou ceulle tache i-éteot treop malaguéon, i-a vite orchu s'billet d'sortie sans chômache, ch'éteot ainsin quand on aveot eine pierte d'ouvrache.

A bramint d'cloquettes, i-a été seonné, pinsant qu'on alleot l'ingager mais quand l'patreon veyeot pa d'vant li l'p'tit maiguerleot, ch'éteot toudis parel, i-souffleot et i-li diseot : "J'n'ai pos b'soin d'ouverrier, pou l'momint on est complet".

I-a eu l'sanche de rincontrer Mossieu Anatole, qui aveot été, dins l'temps, directeur d'école. "Cha n'te direot rien d'aller ouvrer dins l'secteur public, i-n'seont pos aussi orwettiant que dins les fabriques". Grâce au p'tit meot que l'viel heomme li aveot deonné, i-est rintré dins ein établiss'mint scolaire comme ouverrier".

Ch'est là-vas qu'i a fait l'connissance du grand Martin, eine heomme qui habiteot du côté d'Marquain.

"Ichi, garcheon, te n'deos pus t'in faire, on est des fonctionnaires, pou ête foutu à l'huche, i-feaut avoir tué s'mopère et s'mamère. On comminche à huit heures tout l'temps, mais te peux d'jà faire malette in arrivant, on a deux heures pou nous eautes deîner, dins l'cauff'rie in hiver et déhors in été. A chinq heures, l'journée est normal'mint finie, mais i-est pus souvint quatre heures et d'mie. L'directeur i-est tout proche de l'pinsieon et i-n'fait pus beauqueop attintieon";

De s'vie, no Batisse i-n'aveot jamais été aussi bénaisse, on li anneoncheot qu'i-alleot pouvoir ouvrer à s'n'aisse. I-a pos fallu lommint pou qui comprenne que l'fameux Martin ch'éteot surtout et avant tout ein sapré fouteu d'gins. Jules, l'cuistot, li-a di d's'déméfier d'Martin qui éteot bin leon d'ête ein beon samaritain. "I-n'te feaut pos faire confiance à ein fafiou parel, tout à l'douche, i-sait bin faire morte-vielle".

Après eine sémaine, l'paufe Batisse, i-aveot d'jà mingé s'pain blanc, i-alleot vite apprinte ce qu'éteot ein mal-moutrant. Ein jour d'hiver qui f'seot bin freod, Martin l'a invéyé porter ein colis à véleo. A causse du noirglas, pou n'pos caire su l'pavé, Batisse i-a traversé l'mitan de l'ville à pied.

"J'vas ichi attraper eine mauvaisse croque" qui pinseot tout in poussant conte l'vint s'lourd véleo.

Martin, ein rude wiseu,  i-aveot trouvé l'solutieon, l'nettiache des pourchell'ries ch'éteot pou l'garcheon. Mais l'pire i-s'a passé, jusse à l'fin d'eine journée. Ch'éteot ein verdi du meos d'juin, pindant l'période des examens.

"Batisse, viens vite, i-a eine drôle d'affaire qui est restée coincée dins l'nochère, si i-pleut et qu'on n'l'inlève pos, elle va boucher l'déquinte d'ieau. Comme t'es pos pus épais qu'ein fil de fier te vas pouvoir facil'mint passer pa l'tabatière. Mi, passer pa l'petit treos ou bin m'panche elle claque ou bin j'risque d'rester in raque".

Batisse n'a pas osu li avouer qui aveot l'pépète quand i- s'ortrouveot à pus d'deux mètes. I-éteot pos à peine passé que l'tabatière elle éteot orserrée. Apeuté, i-a toqué au cassis et Martin li a berlé : "à 'r'voir, à lindi".

Ave s'main trannant au bout de s'bras, n'osant pos ravisé in bas, i-f'seot des appels désepérés à tous les étudiants qui veyeot passer mais les annochints, in plein mitan de l'cour, pinseot'ent qui leu diseot simplemint bonjour.

Eine beonne heure après, ch'est acor l'cuisinier qui l'a sauvé. Jules i-a mis l'directeur au courant mais l'eaute i-est parti in riant : "On veot bin qui n'a pos été à l'armée, Martin i-a fait cha pou plaisanter". Martin et l'directeur i-z'éteot'ent comme cul et qu'misse et on n'dit pos du mau d'ces amisses.

Ceulle histoire, elle s'a passé  i-a bin lommint, à l'usine ou dins les milieux d'l'inseign'mint, on n' connisseot pos 'cor l'notieon d'harcèl'mint. Cha s'reot asteur, i-a areot bin ein avocat que d'ceulle affaire i-areot fait ses choux gras.

 

(lexique : commincher : commencer / raqueonter : raconter / l'luméreo : le numéro / l'ceu : celui / pétête : peut-être / au moinse : au moins / li : lu / asteur : maintenant / comprinte : comprendre / pasque : parce que / écouter : écouter / adeon : donc / garcheon : garcon / l'maseon : la maison / s'mamère : sa mère / faire des ménaches :  travailler à journée, nettoyer chez des particuliers / s'mopère : son père / l'filache : travail du fileur / malingreux : malingre, maladif / ein queop : un coup / au P'tit Catieau : au Petit Château, centre de l'armée pour déterminer les aptitudes au service militaire / ein malingampe : un qui marche mal, un boiteux / tout l'leong du qu'min : tout le long de la route, du chemin / braire : pleurer / ête raplati : être anéanti / sarger : charger / malaguéon : maladroit / orchu : reçu / eine pierte : une perte / seonner à bramint d'cloquettes : sonner à bien des sonnettes, sonner à beaucoup de portes / pa d'vant : devant / ein maiguerleot : un maigrichon / ein ouverrier : un ouvrier / l'sanche : la chance / ne pas ête orwettiant : ne pas être regardant, ne pas trop aller au fond des choses / ichi : ici / ête foutu à l'huche : être mis à la porte / deîner : dîner :/ l'cauff'rie : la chaufferie / l'pinsieon : la pension, belgicisme pour retraite / beauqueop : beaucoup / ête bénaisse : être content / ouvrer : travailler / à s'n'aisse : à son aise / lommint : longtemps / sapré : sacré / ein fouteu d'gins : un moqueur, un railleur / s'démefier : se méfier / bin leon : bien loin / ein fafiou : un bavard / parel : pareil / tout à l'douche : tout doucement, sans faire mine d'y toucher / faire morte-vielle : cacher son jeu, faire semblant de rien / l'paufe : le pauvre / apprinte : apprendre / ein mal-moutrant : un sournois, un mauvais caractère, un jaloux / freod : froid / inveyer : envoyer / à causse : à cause / l'noirglas : le verglas / caire : tomber / l'mitan : le milieu /  attraper eine mauvaisse croque : attraper une sérieuse maladie /  ein wiseu : un paresseux / l'nettiache : le nettoyage / les pourchell'ries : les saletés, le désordre, les taudis, les maisons mal tenues /  jusse : juste / verdi : vendredi / l'meos : le mois / l'nochère : le chéneau / l'déquinte d'ieau : la descente d'eau, la gouttière / ein fil de fier : un fil de fer /  l'tabatière : fenêtre plate dans un toit qu'on rabattait / m'panche : ma panse, mon ventre / rester in raque : rester sans plus pouvoir bouger, être en panne / avoir l'pépète : avoir peur / les mètes : les mètres / orserrer : refermer / apeuté : effrayé / toquer : frapper, heurter / l'cassis : le châssis / berler : crier, hurler / tranner : trembler / raviser : regarder / les annochints : les innocents / in plein mitan : au beau milieu / acor : encore / ête comme cul et qu'misse  : être inséparables / du mau : du mal / les amisses : les amis).

S.T. féverrier 2015

19:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

25 févr.
2015

09:12

Tournai : les festivités de mars 2015

Mars est le mois durant lequel se déroulent deux événements importants : la Piste aux Espoirs,  le 23e Festival international d'Artistes de Cirque et le Carnaval de Tournai.

 

Dimanche 1, Bourse aux Livres, avenue de Maire, 15h et 16h15, "Mini-Contraste ", concert pour les bébés et leurs parents (20 participants maximum), l'éveil à la musique chez les petits, par Clément Holvoet (violon/alto), Simon Diricq (saxophone) et Romain Dhainaut (violoncelle). 

Mardi 3, Grand Auditoire du Séminaire, 14h : "W.A. Mozart, voyage au cœur de l'Homme" conférence par Jean-Marie Onkelinx, Musicologue, dans le cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mardi 3, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 20h : le "Circus Marcel" présente son nouveau programme dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Mercredi 4, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 10h : le "Circus Marcel", en matinée scolaire, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Mercredi 4, Hôtel de ville, Salon de la Reine, 18h : "Apprivoiser le stress par la pleine conscience" conférence par Anne Marrez, psychologue au centre d'orthonutrition du CHwapi.

Mercredi 4, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 20h : "Maintenant ou Jamais" par le Circa Tsuica-Cheptel Aleikoum dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Jeudi 5, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 13h30 : "Le Poivre Rose" par la Compagnie du Poivre Rose, matinée scolaire, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Jeudi 5, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 19h : le "Circus Marcel" présente son nouveau programme dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Jeudi 5, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h30 : "Cordes" spectacle visuel et poétique d'Alexis Rouve présenté dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Vendredi 6, salle Saint-Lazare, 19h30 : "Toudis dins l'vint", cabaret patoisant par l'Bistreot Tournisien.

Vendredi 6, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 19h30 : "Le Poivre Rose" par la Compagnie du Poivre Rose, spectacle présenté dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Vendredi 6, Halle-aux-Draps, 22h : "Fanfare Circa Tsuica", spectacle gratuit proposé dans le cadre de la Piste aux Espoirs suivi d'une soirée festive.

Samedi 7, Grand-Place, sur le marché, 11h et 14h30 : "L'Arbre Nomade", à 12 h : "Les Insubmersibles", spectacles gratuits présentés par la Cie des Quatre Saisons, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, place de Marquain, 14h : le "9e Carnaval des Pires Ratés", rondeau final à 18h30.

Samedi 7, Plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 14h30 : "Carte blanche à Mômes Circus", l'école de cirque tournaisienne présente son spectacle dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 15h : "O temps d'O" par la compagnie française Barosolo, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Halle-aux-Draps, 15h et 18h : "Chez moi Circus", spectacle de l'artiste français Didier André, jongleur, acrobate et poète, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, au départ de la Maison de la Culture, à 15h30 et à 19h, la fanfare "Conjunto Afro" rejoint la Halle-aux-Draps dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Halle-aux-Draps, 16h : "Petit Frère" et "Entre Nous", deux spectacles présentés par la compagnie Franco-Belge Un de ces 4, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 17h30 : "Maintenant ou Jamais" par le Circa Tsuica-Cheptel Aleikoum dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h30 : "Extension" spectacle par le cirque Inextremiste dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Halle-aux-Draps, 21h30 : concert de la "Fanfare Zebatuca" suivie d'une soirée festive, dans le cadre de la Piste aux Espoirs, entrée libre.

Dimanche 8, plaine des Manœuvres, 11h : "Carte blanche à Mômes Circus" dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, au départ de la plaine des Manœuvres vers la Halle-aux-Draps, 12 h : "Les éclaireurs", Cie Paris Benares, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Halle-aux-Draps, 12h30 : "Fanfunambule", spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs suivi d'un barbecue festif.

Dimanche 8, Grand-Place, 13h : "L'arbre Nomade" par la Cie des Quatre Saisons, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 15h : "Extension" par le cirque Inextremiste dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Halle-aux-Draps, 15h : "Chez moi Circus" par l'artiste français Didier André, jongleur, acrobate et poète, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Grand-Place, 15h : "L'arbre Nomade" par la Cie des Quatre Saisons, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, salle Saint-Lazare, 15h : "Toudis dins l'vint", cabaret patoisant par l'Bistreot tournaisien.

Dimanche 8, Grand-Place, 16h30 : "Le Cirque Démocratique de la Belgique" par la Cie Pol et Freddy, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Grand-Place, 17h30 : "Les éclaireurs" par la Cie Paris Benares, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 18h : "Maintenant ou Jamais" par le Circa Tsuica-Cheptel Aleikoum dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Halle-aux-Draps, 18h : "Chez moi Circus" par l'artiste français Didier André, jongleur, acrobate et poète dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h : "Hom(m)"par l'artiste belge Loïc Faure, jongleur, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Lundi 9, Maison de la culture, salle Jean Noté, 20h : "Les Chevaliers", spectacle loufoque par les Okidoks, le duo de clowns-acrobates tournaisiens dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Mardi 10, Grand Auditoire du séminaire, 14 h : "L'autoritarisme russe, un défi pour l'Europe" par Marie Mendras, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui. 

Mercredi 11, Maison de la Culture, Salle Jean Noté, 20h : "Sunderland", drame de Clément Koch et Alexis Goslain.

Jeudi 12, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Femmes de pouvoir, femmes politiques en Hainaut à la fin du Moyen-Age", conférence par Monique Maillard-Luypaert, Conservatrice du séminaire épiscopal de Tournai et Alain Marchandisse, Maître de recherche du FRS-FNRS à l'ULg dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 13, en soirée et samedi 14, après-midi : "Carnaval de Tournai", 35e édition sur le thème "Allez vous faire Fou".

Du vendredi 13 au lundi 16, Tournai-Expo : salon "Déco et Jardins", le salon de la décoration d'intérieur, du jardin et des piscines.

Dimanche 15, salle Saint-Lazare, 15h : "Toudis dins l'vint", cabaret patoisant par l'Bistreot Tournisien.

Mardi 17, Grand Auditoire du Séminaire, 14h : "Art et neuroscience, la représentation de l'espace en peinture" conférence par Marc Crommelinck, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui.

Mercredi 18, Maison de la Culture, 20h : "Hooverphonic" en concert. 

Jeudi 19, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Problèmes cardio-vasculaires des aînés", conférence par Philippe Van de Borne, Chef de Service du département cardiologie de l'hôpital Erasme ULB à Bruxelles, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 19, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20 h : "Luce" et "Mathieu B" en concert.

Vendredi 20, Centre de la Marionnette, 20h : "Soirée Cabaret" dans le cadre de la journée Mondiale de la Marionnette.

Vendredi 20, salle du Forum, 20h : "Silence en coulisses !" pièce par la Compagnie du Cœur au profit de Solidarité Afghanistan-Tournaisis.

Samedi 21, salle Saint-Lazare, 19h30 et dimanche 22, 15h : "Toudis dins l'vint" spectacle de cabaret par l'Bistreot Tournisien.

Samedi 21, Halle-aux-Draps, 20h et dimanche 22, 16h : "Les Filles-Celles Picardes", spectacle 2015.

Samedi 21 et dimanche 22, Halle-aux-Draps : "Festival brassicole"

Mardi 24, Grand Auditoire du séminaire, 14h : "Poèmes à Lou de Guillaume Apollinaire", conférence par Eveline Legrand, récitante et conférencière, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui.

Mardi 24 et Mercredi 25, Maison de la Culture, 20h : "Josephina" par la compagnie Chaliwaté, avec Sicaire Durieux et Sandrine Heyraut.

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Artistes fous, folies d'artistes : de l'expressionnisme au surréalisme" conférence par Donatienne Blanjean, Professeur à l'ULg, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 26, auditoire du séminaire, 19h30 : "A la découverte des tapisseries de Saint-Piat et Saint-Eleuthère", conférence par le chanoine Pierre-Louis Navez, Conservateur de la cathédrale et Administrateur des Amis de la Cathédrale, présentation de deux œuvres majeures du patrimoine de Notre-Dame.

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17h et 20h : "Les Belges du Bout du Monde" conférence par Adrien Joveneau, reporter à la RTBf, globe-trotter tournaisien dans le cadre du cycle Exploration du Monde.

Vendredi 27, salle La Fenêtre, 20h : "Improvisation" par les Souffleurs de Mots.

Vendredi 27 mars, Halle-aux-Draps, 20h : "Les Filles, Celles Picardes", cabaret patoisant.

Samedi 28, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "Quoipaspeut", spectacle non verbal par la compagnie 4Hoog/Jelle Marteel, dans le cadre des après-midis des Minis.

Samedi 28 mars, église Saint-Quentin, 20h : "Le Requiem de Fauré" avec Marcel Vanaud (baryton), Marie-Noëlle de Calatay (soprano), la chorale A Travers Chants dirigée par Michel Jakobiec, et le "Concerto pour orgue et orchestre" Etienne Walhain (organiste), un concert organisé par la Chapelle Musicale de Tournai.

Samedi 28, Créa-Théâtre, 20h : "Impro(théâtrale)Catch".

Samedi 28 mars, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h :  "l'Orchestre à Vent et le Big Band des Jeune du Conservatoire de Tournai" en concert.

Dimanche 29, place Verte, de 10 à 12h : "Rencontres Mains Vertes", échange de plantes, de semences, de graines et de conseils entre amateurs de jardinage.

Dimanche 29, Halle-aux-Draps, 16h : "Les Filles, Celles Picardes", cabaret patoisant.

(agenda susceptible d'ajouts ou de modifications)

S.T. février 2015.

23 févr.
2015

09:15

Tournai : Michel Cordier, un "globe-biker" !

Bouger pour conserver la santé, pour ne pas s'encroûter, ne pas s'ankyloser, pour rester en forme et garder sa jeunesse, je connais un habitant de Kain qui respecte à la perfection ces recommandations du monde médical. En matière de bicyclette, on peut même dire qu'il en connait un fameux rayon. Je prie les puristes de la langue française de m'excuser pour l'utilisation d'un néologisme, les temps sont révolus où on parcourait le monde uniquement en marchant, les cyclistes ont aussi le droit d'entrer dans le dictionnaire !

Portrait d'un cyclo.

La soixantaine bien sonnée, la crinière et la barbe blanchissantes, le regard pétillant derrière des lunettes, le Tournaisien Michel Cordier a probablement été vacciné, durant son jeune âge, avec un rayon de bicyclette. Pour surmonter les séquelles d'un grave accident dont il avait été victime dans le cadre professionnel, il a décidé, un jour, d'enfourcher le vélo. Je me souviens d'une première (et unique) sortie effectuée en sa compagnie, un circuit Tournai-Lille-Mouscron-Tournai organisé, un dimanche d'été, à l'occasion de l'anniversaire du beffroi de Lille. Sur la fin du parcours, montant à son rythme, il m'avait proprement largué sur les pentes du Mont Saint-Aubert. Totalement dégoûté par cette souffrance encourue pour hisser ma maudite carcasse au sommet de ce "redoutable" mont culminant à 146 mètres (!) d'altitude  avec un raidillon final de 10%, je me suis juré de ne plus rouler sur de longues distances tandis que lui avait confirmé là sa nouvelle passion. C'est donc tout naturellement qu'il s'est tourné vers un club de cyclotouristes, les "Audax de Tournai" créé quelques années auparavant. Pépinière de grands rouleurs, celui-ci a compté en son sein des hommes comme Maurice Vertonghen, Raymond Vallée, André Tignon... d'insatiables dévoreurs de kilomètres, connus sur toutes les routes de France et de Navarre qu'ils ont parcourues à maintes reprises. 

Avant d'en devenir le président en 1994, Michel Cordier participa aux randonnées du dimanche et aux différents brevets qui lui permettaient d'engranger des kilomètres mais l'homme avait faim de découvrir des horizons plus lointains, il rêvait peut-être en secret de parcourir l'Europe, voire le monde !

A son palmarès, on relève 18 diagonales françaises, ces randonnées réalisées en solitaire, sur une longue distance, faites d'une succession de journées d'efforts ponctuées de quelques heures de repos. Au départ des villes de Dunkerque, Brest, Hendaye, Perpignan, Menton et Strasbourg, elles sont neuf qui peuvent être parcourues dans les deux sens. Lors d'Euro-diagonales, Michel a aussi rallié Inverness (au Nord de l'Ecosse) à Brest, Dunkerque à Copenhague, Strasbourg à Budapest...

Cependant, l'épreuve, la plus chère et la plus exigeante aux yeux d'une majorité de cyclotouristes confirmés, reste Paris-Brest-Paris, créée en 1891 et qui a accueilli les premiers randonneurs en 1931. Il s'agit de parcourir les 1.200 km, soit à allure libre (les randonneurs), soit à la vitesse moyenne de 22,5 km/h (les Audax). Cet exploit demande 50 à 90 heures de selle avec quelques brefs moments de repos lors de ravitaillements. Michel Cordier en a réalisé six (cinq dans la catégorie randonneurs et une dans celle des audax).

2015, l'Amérique du Sud : la Colombie. 

Quitter l'Europe, rouler sur un autre continent, c'est le rêve de beaucoup de cyclotouristes. Un autre Tournaisien, Daniel Cauchie, connu sous le surnom de Danicau, avait, voici quelques années, déjà parcouru l'Alti-Plano (il conte ses voyages sur son site http://randonneurs.skynetblogs.be), Après avoir déjà roulé en Thaïlande, en janvier 2010, cette fois, Michel Cordier a décidé lui de parcourir la Colombie en participant à un voyage itinérant organisé et guidé par Christian Differding d'Alternative Cycle. 

Aussi, le 12 janvier dernier, avec bagages et matériel, il décollait de Zaventem à destination de Bogota via une escale à Madrid. Au départ de la capitale colombienne, ils étaient une douzaine de cyclos à s'être donné rendez-vous, ils étaient venus d'Ath, Tournai, Orly, Roanne, Paris, des Ardennes françaises et même du Québec. Ce groupe hétéroclite d'hommes et de femmes, unis par la passion du vélo, était composé de retraités, d'un taximan, d'un chef en restauration, d'un informaticien, d'un moniteur, d'un patron d'une entreprise de menuiserie et d'une employée d'imprimerie. Ils étaient accompagnés d'une voiture d'assistance technique transportant les valises d'étape en étape.

Voici des extraits du long récit que Michel Cordier m'a fait parvenir.

14.1 Bogota (alt. 2.640 m) à Gacheta (alt. 1719 m) sur une distance de 97 km.

Au moment du départ, Michel Cordier est légèrement inquiet, il craint de ne pas être en mesure de faire bonne figure car, le 23 décembre, après s'être entraîné, de nombreuses fois, à monter et remonter le Mont Saint-Aubert pour s'habituer à la succession de dénivelés auquel il allait devoir faire face, il a, au cours d'une randonnée en solitaire, fait une chute qui l'a contraint à quelques heures d'hôpital et provoqué dix jours d'arrêt. Néanmoins, tout se passe bien, en cette journée inaugurale malgré le raidillon final à 15%.

15.1 Gacheta (alt. 1713 m) - Tenza (alt. 1.562 m) sur une distance de 74 km.

Il ne s'agit pas de routes, nos cyclos découvrent des pistes en terre battue ou en gravillons. Ils font même une étrange rencontre, celle d'une vache tuée par un camion. Heureusement, le soir, c'est un steak de zébu qui ravigote nos pédaleurs.

16.1 Tenza (alt. 1562 m) - Villa de Leyva (alt. 2.130 m) sur une distance de 126 km.

Etape difficile en raison de l'altitude. Le soir, Michel Cordier déclare avoir mal aux cuisses, souffrir d'une légère blessure au périnée. La figure, les mains et les bras sont cuisants malgré la crème de protection appliquée généreusement. 

18.1 Villa de Leyva (alt. 2.130 m) - Landazuri (alt. 941 m) sur une distance de 119 km.

Après une journée de repos consacrée au tourisme, le périple reprend et va être marqué par un fait qui aurait pu être très grave. Vers 15h, Michel Cordier, qui était en queue de groupe pour pouvoir photographier le paysage, découvre Raymond, son compagnon de chambre originaire des Ardennes françaises, étendu sur le ventre, inanimé. Il respire mais saigne du nez et du front. Des gens de l'endroit apportent des couvertures, une famille circulant en 4X4 se propose de le conduire à l'hôpital. Michel prend place à ses côtés, à l'arrière du véhicule. Chemin faisant, ils croisent l'ambulance se rendant sur le lieu de l'accident, transféré, l'infortuné cyclo arrive à l'hôpital de Velez où il sera recousu et plâtré. Il ne souffre pas de blessures graves mais sa traversée de la Colombie s'arrête là. Pendant ce temps, un camionneur s'est présenté à l'hôpital, il rapporte les vélos restés sur la route, une marque d'honnêteté et de solidarité extraordinaire. Michel Cordier va reprendre son itinéraire et refaire la première partie de l'étape qu'il avait déjà parcourue le matin.

19.1 Landazuri (alt. 941 m) - Puerto Berrio (alt. 112 m) sur une distance de 101 km.

Au cours de cette étape, le cyclo tournaisien s'écarte inconsciemment du tracé et se retrouve dans un quartier peu recommandable, il sera aimablement ramené à l'hôtel par une camionnette de la "Policia".

20.1 Puerto Berrio (alt. 112 m) - Yolombo (alt. 1.462 m) sur une distance de 108 km.

Si durant la nuit de violentes averses s'abattent sur la ville, la cité, elle, doit faire face à une importante coupure d'eau, ce qui empêche nos cyclos de prendre leur douche réparatrice. Le thermomètre indique 40°, c'est à la nuit tombée que le groupe est arrivé à l'hôtel.

21.1 Yolombo (alt. 1.462 m) - Santa Rosa des Osos (alt. 2.553 m) distance de 108 km.

Après une nuit orageuse, levé à 5h30, Michel Cordier va soudainement perdre le contact avec le groupe, les jambes ne tournent pas. En fait, le vieux briscard des randonnées cyclotouristes souffre tout simplement de la fringale, occupé à photographier les magnifiques paysages qu'il rencontre, il a oublié de s'alimenter. C'est une fatale erreur qui cale le moteur ! Les autres cyclos ont fini le repas de midi quand il les rejoint au restaurant. L'après-midi se passe en continuelles montées et descentes.

23.1 Santa Rosa de Osos (alt. 2.553 m) - Santa Fé de Antioquia (alt. 567 m) 121 km.

Le groupe a perdu Cinthya, venue du Québecq, quand elle le rejoindra plus tard, on apprendra qu'elle a souffert de Tourista, une affection courante dans ces pays où la chaleur règne.

24.1 Santa Fe (alt. 567 m) - Dabeida (alt. 420 m) sur une distance de 131 km.

Une étape marquée par un long faux-plat au départ, un vent contraire, des chantiers routiers et une piste poussiéreuse sur la fin de parcours. Tout cela sous une température frôlant les 35°.

25.1 Dabeida (alt. 420 m) - Chigorodo (alt. 34 m) sur une distance de 110 km.

Les cyclos progressent dans le décor typique des routes tropicales : des arbres, des fougères, de modestes habitations fleuries, du linge qui pend aux clôtures. La route les mène vers la Mer des Caraïbes.

26.1 Chigorodo (alt. 34 m) - Necocli (alt. 12 m) sur une distance de 95 km.

Au cours de celle-ci, ils découvrent la "route des bananiers", ce ne sont que plantations situées de part et d'autres de longues lignes droites balayées par un vent assez fort. Les bananes sont tentantes mais malgré d'âpres négociations dans le but de les acheter, ils ne s'en procureront aucune : toutes, jusqu'à la dernière, sont réservées pour l'exportation ou les restaurants locaux, de plus, il leur expliqué qu'elle ne sont pas comestibles crues mais destinées à la cuisine des restaurants. Le repas du soir (soupe et poisson) est rythmé par le bruit de la mer.

27.1 Necocli (alt. 12 m) - Arboletes (alt. 12 m) sur une distance de 78 km.

Route alternant tarmac et terre battue, longues lignes droites, une promenade en bord de mer.

29.1 Arboletes (alt. 12 m) - Santa Maria de los Vientos (alt. nulle) distance 118 km.

Vingt-cinq kilomètres contre le vent et quarante-cinq kilomètres de pistes d'où s'élèvent des tourbillons de poussière. Les cyclos atteignent le point le plus bas de leur périple. Le souper se déroule dans un grand bâtiment, sans mur, recouvert de feuilles de palmiers.

30.1 Santa Maria de los Vientos (alt nulle) - Tolu (altitude nulle) sur 80 kilomètres.

De longues lignes droites en tarmac, sans vent, et une entrée de ville qui fait songer aux abords de Naples avec ses déchets, ses détritus, ses plastics tout au long de la route.

31.1 Tolu - Cruz del Viso sur une distance de 99 kilomètres.

Au cours de cette étape, les cyclos vont découvrir un effondrement qui s'est produit au beau milieu de la route empêchant le passage du véhicule d'accompagnement et les obligeant à un détour par des pistes en terre et en gravillons.

1.2 Cruz del Viso - Carthagènes des Indes sur une distance de 54 kilomètres.

La dernière étape d'un long périple, la température oscille entre 39 et 41°. A l'approche de cette grande ville portuaire, les cyclos sont absorbés par une circulation très dense.

Le 2 février, fourbu mais heureux, le groupe regagne Bogota en avion (une heure de vol) d'où il s'envole pour Madrid qu'il atteindra après dix heures de vol. Il sera nécessaire de patienter encore cinq heures pour prendre un avion les amenant à Zaventem après 1h30.

C'est l'heure du bilan. :

Revenu chez lui, à deux pas du Mont Saint-Aubert, Michel Cordier a dû, durant les premiers jours, s'habituer à une importante différence de température car, sauf au sommet des cols, il y a une différence d'environ 30° à cette époque de l'année entre la Colombie et la Belgique, il faut aussi faire face au décalage horaire et, travail important, classer plus de 2.000 photos prises tout au long de ce "raid". Les cyclos ont parcouru près de 1.600 kilomètres et grimpé au total 22.000 mètres. Une magnifique expérience, un excellent sujet pour une soirée du cycle de conférences "Exploration du Monde".

Si vous voulez voir de nombreuses photos de cette randonnée hors du commun, je vous invite à rejoindre le site : http://tignon.andre.free.fr/ cliquez dans la colonne de gauche sur 16.2.2015 "Michel Cordier raconte son voyage en Colombie".

S.T. février 2015. 

20 févr.
2015

13:56

Tournai : expressions tournaisiennes (299)

Mes carabistoules du saim'di ! 

Dins l'gazette ou à l'radio, i-n'est pos ein jour sans qu'on intind parler du chômache. I-a pus d'treos chint mille perseonnes qui seont à jocque et cachent après d'l'ouvrache. Comme ceulle branque elle comminche pa coûter tchier à l'Onem et au Forem, on n'a pos trouvé mieux que d'foute les gins qui n'truèf'tent pos d'imploi dehors du système. Cha s'appelle : l'solutieon d'facilité, ch'a l'avantache de n'pos treop d'minder à busier. Dire que des esperts se seont penchés su l'problème pou trouver ceulle solutieon à l'pétite sémaine. Savez mes gins, ch'n'est pos ein mystère, ch'est simplemint ein traval d'fonctionnaires. Vous allez vir ave ces zozos là, on va béteôt orvenir au temps d'Zola ! On va vir des chintaines d'perseonnes aux distributieons d'colis alimentaires comme ch'éteot l'cas aux pires momints d'l'dernière guerre. A Saint-Piat, à la Maseon du Pichou ou à Saint-Brice à celle des familes tous les jours, su les trottoirs, i-va avoir des saprées files.

J'ai l'raminvrance des ainnées chinquante quanç'que tertous i-aveot du traval. I-aveot alors bramint d'petits métiers et certains d'inter-nous n'les ont pos obliés. L'marchand d'carbeon qui déverseot, après les avoir queompter, l'contenu d'chaque sa pa l'rayère de cave. Toudis dins l'poussière, i-éteot noir comme eine gaillette. L'marchand d'glache qui, ave s'grand écorchwé et ses gants in cuir, rapporteot les blocs pou mette dins les glacières. L'marchand d'cancheons qui pou ein p'tit sou vindeot les paroles des succès du moumint, à l'rue des Cap'liers ou su l'marché, du saim'di au matin, l'marchand d'loques et d'pieaux d'lapins qui acateot vos vielles bricoles pou ein peu d'argint. L'marchand d'carabouya, ein greos africain qui rieot toudis d'toutes ses dints.   

Aujord'hui, j'vas vous dresser l'portrait d'ein cache-à-couanne. N'vous casser pos l'caboche, n'cacher pos dins vo tiête, vous n'l'avez seûrmint pos connu et, j'deos bin ichi vous l'avouer, mi neon pus. Ch'est eine histoire total'mint inventée même si elle va rapp'ler aux vieux Tournisiens, un heomme qu'on appeleot... "La Limace".  

Quand arriveot l'fin de l'sémaine, l'heomme alleot d'bistreot in bistreot trinqu'ballant s'viel accordéon déclinqué. On ne l'rincontreot que dins les quartiers populaires, à Saint-Piat, à Marvis et su l'plache Saint-Pierre. In ville, on diseot que ch'éteot ein baraqueu, ein moinse que rien qui resteot su ein terrain vague, pos bin leon d'Mulette, au forbou Saint-Martin. On pinseot qui d'veot v'nir de Roumanie, d'Allemane ou bin de Bulgarie.

Ave s'larque mareonne beauqueop treop courte, ortenue pa eine paire d'bertielles, s'quémisse gaunie rimplie d'orprisures et s'vieux jupeon tout mité, i-aveot l'air d'ein gingeot ! S'leonque chev'lure blanque et crolée deveot avoir oblié d'puis bin lommint à quoi orsanneot ein peine et s'bouque éteot à mitan cachée par eine barpe qui déquindeot jusque su s'panche. M'visin, l'écrénier, qui f'seot toudis des blaques à deux francs chinquante aveot eine feos dit in riant (pasqu'i-n'a qu'eusses pou rire de leu cacoules d'innochint d'Bornibus)  :

"In tout cas, i-n'vient pos d'Yougoslavie pasque... ein Yougo...s'lave".

A peine intré dins l'cabaret, i-s'laicheot caire su eine cayère, i-ouvreot s'n'instrumint aussi mate que li et i-commincheot à canter des cancheonnes dins l'lanque de s'pays. Ch'éteot de tristes airs, bin leon d'ête des carmagnolles qui nous areot'ent fait braire si, au moinse, on aveot compris les paroles. Après, i-passeot inter les tapes ave ein vieux capieau boule pou orchevoir des écapures. L'patreon li donneot alors eine pinte qui buveot tout d'eine seule traite. Bénaisse, i-sorteot alors du cabaret traînant les pieds dins des vieux sorlets à daches.

I-éteot toudis acerténé d'avoir à minger : on li offreot ein paquet d'frites, eine tarteine au gambeon ou au fromache, alfeos même des fricadelles ou ein sauret.

Comme eine arondielle, i-arriveot au début du printemps, aux prumiers bieaux jours et i-s'in ralleot à l'velle de l'Toussaint. Dusque i-passeot l'morte saiseon, personne n'l'a jamais su.

Ein jour du meos d'septimpe, pindant l'karmesse de no cité, alors que l'pluèfe s'éteot mise à caire à l'louque et qu'on éteot tout détrimpé, je m'sus ortrouvé près d'li, à l'intrée du magasin de l'Vierche Noire. Je n'sais pos c'qui m'a pris, j'li ai dit :

"I-n'fait pos fort bieau, aujord'hui !"

I m'a ravisé lommint ave ses is d'ein bieau gris, i-a esqueué s'tiête comme pou dire ahais, j'ai su qu'i-m'aveot compris.

"Tout à n'ein queop, j'l'ai intindu barboter  :

"Non, pas être belle journée !"

"Vous parlez no lanque ? " que j'li ai d'mindé.

"Non, moi parler... français"

"Bon sang mais c'est bien sûr" comme areot dit l'commissaire Bourel dins les "Chinq dernières minutes", eine vielle émissieon. I-n'comperdeot pos l'tournisien, comme vous mes gins quanç'que vous v'nez l'saim'di pou lire l'babillarte que j'vous écris. Ah mais, ch'est pos facile savez, l'patois pou l'parler i-feaut l'pratiquer.

L'heomme n'éteot pos aussi busieu que j'pinseos.

Ainsin, milette pa milette, i-m'a raqueonté s'vie. In mille nuef chint chinquante six, i-aveot quitté s'famile et bieau pays de Hongrie à causse d'l'arrivée des troupes du pacte d'Varsovie. Ave l'peu d'liards que li aveot deonné s'vielle mamère, i-aveot acaté ceulle caravane et i-a voulu aller jusqu'in Ingleterre. L'seule cosse qu'i-aveot emporté ch'éteot s'n'instrumint d' musique. J'ai appris qu'i-inseigneot l'musique au conservatoire d'Budapest. Quand i-est arrivé in Belgique i-a trouvé les gins sympathiques qu'i-est resté dins no pays. I-n'oseot pus ortourner in Hongrie pasqu'i-éteot considéré là-vas comme ein désalteu.

J'ai souvint orvu Anton, ch'est ainsin qui s'app'leot, et quand j'aveos l'cœur mansé, j'alleos acouter ses cancheons qui parleot'ent des files de Hongrie et des fiêtes pindant l'été l'leong du Danube. Ein neom orveneot toudis "Ninotchka", ch'éteot pétête l'ceu de s' mamère, j'n'ai jamais osu l'i d'minder. L'pus grand plaisi qu'on pouveot li faire ch'éteot d'li offrir eine faluche, cha li rapp'leot l'pain que s'mamère prépareot à s'maseon. Avant d'aller l'vir, j'alleos toudis in querre eine chez l'boulinger de l'rue Gallait.

Au début du meos d'avril, pindant eine paire de jours, j'ai attindu in vain son ortour. On n'l'a pus jamais vu, on n'a jamais su ce qu'il éteot dev'nu !

Tout cha s'a passé, i-a près d'soixante ans. Anton i-areot asteur pus d'chint dix ans. Pou seûr, qu'i-est parti au paradis des accordéonneus.

Quand l'vint d'bisse, l'hiver, chuffièle dins m'quémeinée, quand ses rafales viennent buquer su les battantes, j'creos orconnaite des accords de s'piano à bertielles et je m'mets alfeos à taper dins les mains pou rythmer l'air qu'i-est in train d'jeuer.

La, la, la, lala, lala ....Vas-y Anton jeue, t'es pus tout seu Anton, ravise tes amisses d'Saint-Piat et d'Saint-Brice, jeue à perte t'n'haleine, pou Ninotchka su les touches fais queurir tes deogts, jeue les bieaux morcieaux que j'aimeos intinte quand j'éteos rotleot. 

(lexique : eine carabistoule : une histoire inventée / ête à jocque : expression plus guère utilisée qui signifie être au chômage / ceulle branque : cette branche / commincher : commencer / coûter tchier : coûter cher / truèf'tent : trouvent / busier : penser / béteôt : bientôt / saprées : sacrées / avoir l'raminvrance : se souvenir / chinquante : cinquante / quanç'que : quand / tertous : tous / bramint : beaucoup / l'carbeon : le charbon / queompter : compter / l'rayère de cave : le soupirail / toudis : toujours / eine gaillette ou gayette : un morceau de charbon / l'glache : la glace / ein écorchwé : un tablier / les cancheons ou cancheonnes : les chansons / rue des Cap'liers : rue des Chapeliers / acater : acheter / ein cache-à-couanne : peu usité de nos jours ce mot désigne un mendiant / s'casser l'caboche : se casser la tête, se triturer les méninges / cacher : chercher / seûrmint : sûrement / trinqu'baller : porter péniblement / déclinqué : délabré, en triste état / ein baraqueu : un gitan, un bohémien / ein moinse que rien : expression péjorative pleine de dédain pour une personne pauvre / pos bin leon : pas bien loin / Mulette : désigne le cimetière du Sud à Tournai, proviendrait du nom de la première personne qui y fut enterrée / l'forbou : le faubourg / s'larque mareonne : son large pantalon / ortenu : retenu / des bertielles : des bretelles / eine quémisse : une chemise / gaunie : jaunie / des orprisures : des reprises, réparations de couturière pour masquer une déchirure dans un tissu / ein jupeon : désigne le veston des hommes / i-aveot l'air d'ein gingeot : avoir l'air d'un dégingandé, une personne mal habillée et un peu ridicule / blanque : blanche / crolée : bouclée, frisée / orsanner : ressembler / ein peine : un peigne / l'bouque : la bouche / à mitan : à moitié / l'barpe : la barbe / l'panche : la panse, le ventre / l'visin : le voisin / l'écrénier : le menuisier / des blaques : des blagues, des plaisanteries / dire des cacoules d'innochint d'Bornibus : tenir des propos totalement idiots / caire : tomber / eine cayère : une chaise / ête mate : être fatigué, usé / l'lanque : la langue / braire : pleurer / au moinse : au moins / les tapes : les tables / ein capieau boule : un chapeau melon / orchevoir : recevoir / des écapures : petite monnaie donné en pourboire ou étrennes / bénaisse : content / des sorlets à daches : des souliers aux semelles cloutées / ête acerténé : être certain, expression peu usitée / eine tarteine au gambeon : une tartine au jambon / alfeos : parfois / des fricadelles : des boulettes de viande hachée / ein sauret : un hareng-saur / eine arondielle : une hirondelle / sétimpe : septembre / l'pluèfe : la pluie / à l'louque : à la louche / ête détrimpé : être trempé par la pluie / l'Vierche Noire : la Vierge Noire, magasin situé jadis au carrefour du Dôme / raviser : regarder / lommint : longtemps / esqueuer : secouer / tout à n'ein queop : tout à coup / barboter : parler entre ses dents, murmurer / quanç'que : quand / l'babillarte : la lettre / busieu : taciturne / milette pa milette : miette par miette / à causse : à cause / les liards : l'argent / l'mamère : la mère / l'cosse : la chose / ein désalteu : un déserteur / orvu : revu / mansé : serré, le cœur lourd / acouter : écouter / des files : des filles / l'leong : le long / pétête : peut-être / l'ceu : celui / osu : osé, du verbe osoir (oser) / eine faluche : petit pain rond et plat , normalement sans levain, aussi appelé eine tindue / vir : voir / querre : chercher / asteur : maintenant / pou seûr : pour sûr, certainement / ein accordéonneu : un accordéoniste / l'vint d'bisse chuffièle : la bise siffle / l'quémeinée : la cheminée / buquer : frapper / les battantes : les volets / jeuer : jouer / tout seu : seul / les amisse : les amis / queurir : courir / tes deogts : tes doigts / intinte : entendre / ein rotleot : un roitelet, par extension un jeune enfant).

S.T. féverrier 2015.

13:56 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

18 févr.
2015

11:00

Tournai : l'année 1858 sous la loupe.

Au moment d'aborder cette année 1858, il est important de se rappeler que les journaux de l'époque ne sont pas comparables à ceux qui paraissent actuellement, ils informent mais ne recherchent pas le sensationnel. Pas de gros titres, pas de "une" qui se distingue des trois autres pages, pas de documents photographiques, ni autres illustrations. Pour un lecteur du XXIe siècle, il est donc difficile de cibler aisément les informations dignes d'intérêt, celles qu'on voudrait trouver. Les plus représentatives de l'époque sont souvent noyées parmi des articles concernant les prix pratiqués sur le marché, les nominations de fonctionnaires communaux, les nécrologies et relations de funérailles de citoyens connus, les prix scolaires et même... la relation de sermons prononcés dans la cathédrale.

Sur le plan international, l'année débute par une tentative d'attentat, le 14 janvier, à l'Opéra, contre Napoléon III, elle est l'œuvre d'un révolutionnaire et patriote italien nommé Orsini. Cet homme de 39 ans sera guillotiné le 13 mars. On note également, en cette année, les naissances de Georges Courteline, le 25 juin, d'Eugène Ysaye, le 16 juillet, de Théodore Roosevelt, le 27 octobre et la création, en décembre, par Ferdinand de Lesseps, de la Compagnie du canal de Suez.

L'information nationale est également influencée par l'attentat manqué contre Napoléon III. Le gouvernement belge révise, en effet, le Code pénal et introduit une loi concernant les crimes et délits qui attentent aux relations internationales. Elle permet de poursuivre les criminels étrangers qui viendraient à choisir notre pays pour se réfugier et elle réprime les outrages dont se rendrait coupable la presse à l'égard d'agents diplomatiques présents sur le sol belge. Né d'un père flamand et d'une mère wallonne, Charles de Coster publie, cette année-là, les "Légendes flamandes". Anticlérical, il est opposé à une trop grande prépondérance de la culture française en Belgique et deviendra, par la suite, un des chantres du mouvement flamand.

Que s'est-il passé au niveau local en cette année 1858 ?

La population tournaisienne.

C'est une habitude de faire paraître en janvier, les mouvements de population enregistrés au cours de l'année écoulée, on peut ainsi lire son évolution (journal du 17 janvier 1858) :

Naissances :

légitimes de sexe masculin : 370, de sexe féminin : 359   soit 729.

illégitimes de sexe masculin : 47, de sexe féminin : 39   soit 86.

On enregistre donc : 815 naissances

Décès :

hommes 364, femmes 378  soit 742 décès  solde positif de 73 unités

Mariages entre garçons et filles : 185, entre garçons et veuves : 9, entre veufs et filles : 10 et entre veufs et veuves : 11  soit au total 215 unions officielles.

Au 31.12.1857, la population de Tournai s'élève à 30.773 habitants (journal du 2 décembre 1858).

Insécurité ?

"Depuis plusieurs mois, le parc communal reste ouvert la nuit (NDLR : jadis, le parc était ceinturé par des grilles, les derniers vestiges de celles-ci ont été retirés après le second conflit mondial). Nous n'avons pas besoin de dire ce qui en résulte d'inconvénients et de dangers au point de vue de la police et au point de vue des mœurs. Le parc reste un refuge assuré aux malfaiteurs qui viendraient d'avoir commis un délit et il offre un abri à toute sorte de libertinage. Au nom de la moralité et de la sécurité publique, nous demandons instamment qu'on rétablisse, au plus tôt, la clôture qui se trouvait jadis du côté de la place du Parc (NDLR : actuelle place Reine Astrid) et qu'on ferme, comme autrefois, les portes d'accès dans la soirée" (journal du 17.1.1858).

Gestion communale défaillante.

"Depuis plus d'un an, l'eau manque, et les pompes (NDLR : publiques) ne fonctionnent plus ou de manière insuffisante. Les habitants de ce quartier (Saint-Brice) ayant demandé la réouverture du puits situé dans l'impasse de la rue Haigne, puits qui a été ravi au public, nos bourgmestre et échevins répondent que les ressources de la ville ne permettent pas pareille dépense. Lorsque l'utilité publique est en jeu, nos magistrats ne devraient jamais rester en retard ! Les fonds communaux qui sont si souvent légèrement dépensés ne sauraient recevoir meilleure destination" !

Tout au long de l'année, des relations similaires apparaîtront :

"La disette d'eau devient de plus en plus grande. Les habitants sont obligés de s'en procurer à de plus grandes distances ! Les blanchisseuses s'en fournissent à l'Escaut". (journal du 22 avril).

Les mines de fer.

Certains l'ignorent mais à cette époque, on procédait encore à l'extraction de minerai de fer du côté de l'actuelle plaine des Manœuvres. La Tournaisienne Yvonne Coinne a d'ailleurs publié une étude intéressante à ce sujet.

"Un ouvrier travaillant à l'extraction du minerai près de la porte de Lille vient d'être victime d'un regrettable accident. Une pièce, s'étant détachée d'une des parois de la mine, lui a littéralement broyé la jambe. L'ouvrier, père de famille a dû subir l'amputation" (journal du 15 février).

"Des ouvriers qui travaillent à l'extraction du fer près de la porte de Lille viennent de découvrir une galerie dont la construction remonte, selon toute probabilité, au commencement du siècle dernier (NDLR : le XVIIIe siècle). Elle prend naissance à la rive gauche de l'Escaut et se prolonge bien avant dans la direction de la citadelle. C'est un ouvrage militaire. Les ouvriers l'ont parcouru dans une grande partie de son étendue". (journal du 27 mai).

La fraude.

"Deux hommes vêtus de blouses entraient mercredi en ville par la porte Saint-Martin. L'un d'eux prit sa course dans la direction de la rue des Aveugles, afin de se soustraire à une perquisition de la douane. Moins agile, sans doute, le second fut arrêté et introduit au corps de garde où l'on constata qu'il était porteur d'un certain nombre de chaussures en caoutchouc qui lui entouraient le corps et qu'il tentait d'introduire en fraude". (février 1858). 

Les maladies mortelles.

"La rougeole et le croup, maladies d'enfant, semblent avoir pris, depuis quelque temps, cette ville pour leur résidence. Un grand nombre de parents ont déjà vu mourir plusieurs enfants atteints de ces maladies". (journal du 10 avril).

Les travaux urbains.

"On démolit depuis plusieurs jours déjà, les murailles qui entourent la troisième arche du Pont des Trous, formant anciennement la morgue. Le but de cette démolition est de rendre l'arche à son état primitif et de lui permettre de livrer passage à ceux qui tirent les bateaux. Un chemin de halage sera construit sur consoles, le long des murs d'enceinte et facilitera aux pilotes leur pénible travail". (journal du 6 mai).

"Le nouveau pont Notre-Dame s'achève en ce moment. On y a travaillé, nous ne savons pourquoi, une grande partie de la journée d'hier. Ce pont qui n'est pas beau, même pas passable, comme dit la Vérité (NDLR : journal opposé au Courrier de l'Escaut, défendant les thèses de la majorité libérale en place) présente un esprit disgracieux, lourd et massif". (journal du 6 septembre).

La violence omniprésente.

On ne compte plus les relations de rixes survenant en ville comme au quai du Marché aux Poissons (NDLR : déjà !), œuvres de militaires en goguette, de bagarres souvent sanglantes au sein de familles trouvant leur origine dans l'ivrognerie, de querelles d'amants. Deux faits ont retenu particulièrement l'attention :

"Dimanche dernier, c'était la ducasse de Saint-Maur. Ce petit village, ordinairement si tranquille, a été troublé pendant toute la nuit. Plusieurs rixes ont eu lieu et une entre autre avec gravité. La victime a reçu des coups violents. L'auteur qui est un habitué de toutes ces scènes de désordre et qui a déjà subi plusieurs condamnations s'est presque mis à nu pour être moins gêné dans la lutte qu'il avait soulevée. La gendarmerie s'est immédiatement mis en campagne et a ouvert une enquête". (journal du 2 juin 1858).

"Lundi dernier (NDLR : 6 septembre 1858), dans une rixe violente, une jeune fille du faubourg de Lille, âgée de 14 ans, a coupé avec un couteau le nez et la main droite à une de ses compagnes ayant environ 17 ans. Une mare de sang couvrait le lieu de cette scène sanglante et les vêtements de la victime portaient l'empreinte de cet acte de cruauté. Cette jeune fille a déjà donné des preuves d'une précoce perversité. Née dans une prison à Namur où sa mère était détenue, il semble qu'elle se souvienne de son origine" (journal du 11 septembre).

Ainsi se déroulait la vie quotidienne à l'ombre des cinq clochers en cette année 1858. Les faits évoqués pourraient aisément prendre place au sein des colonnes de la presse actuelle mais ils seraient alors présentés différemment.  Le lecteur cherchant désormais le sensationnel, la presse est bien obligée de s'adapter sous peine de disparaître

(sources : Le Courrier de l'Escaut - éditions de 1858)

S.T. février 2015

11:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, année 1858, fraude, faits divers |

14 févr.
2015

11:28

Tournai : expressions tournaisiennes (298)

Eine sémaine dins l'vie d'Edmeond.

Lindi.

8h au matin, l'nuef de féverrier, l'jour i-est à peine levé, Edmeond ouvère ein ouel, i-l'orferme et s'dminde dusqu'i-est, après i-gliche tout douch'mint eine gampe hors du lit, s'pied buque conte ses sorlets et i-sint alors l'naque du café que Fifinne, debout d'puis siept heures, a préparé. D'habitude, l'idée d'boire l'jatte d'cheribeon, qu'elle li fait, cha l'met d'beonne humeur pou tout l'journée mais aujourd'hui, ch'est bin leon d'ête l'cas i-est tout patraque, i-a mau à s'tiête, des toupiries et i-sint qui va faire des jeones de cat.

In l'veyant déquinte, Fifinne berteonne inter ses dints : "Ch'est lindi matin et ov'là l'quervassin".

I-feaut dire que l'velle au soir, Edmeond l'a fait forte, i-n'a pos été d'main morte, i-a presque vidé la mitan d'eine boutelle d'whisky in ravisant su France 3 l'inspecteur Barnaby. L' malhureusse Fifinne elle n'a presque pos dormi, car quand ch'est ainsin s'n'heomme i-ronfielle tout l'nuit.

Pou Edmeond, l'sémaine elle a mal comminché pindant deux jours, s'feimme elle a broussé.

Mercredi.

Edmeond, i-est parti passé s'soirée à l'réunieon pou l'plan d'mobilité.

J'ai pos pu m'impêcher d'li d'minder ce qu-i-aveot été faire là, ch'est pou les gins qui veont in auteo c't'affaire là.

"Bah, j'me sus fait tout p'tit dins la foule, cha m'intéresseot d'intinte toutes les cacoules, ein réunieon su l'plan d'mobilité, ch'est aussi comique qu'eine séance de Cabaret, mi j'n'sus pos concerné puisque j'fais toudis tout à pied, d'ailleurs, à Tournai, i-n'a pus qu'les vieux qui save'tent acore porméner, du momint qui sécuris'tent l'traversée du Viaduc, l'reste après... Cha ch'éteot bazar, sais-te, tertous i-berleot'ent, les gins i-éteot'ent in foufielle et chaque perseonne simbleot prier pou s'capelle. I-paraît même qui d'aveot ein qui, à chaque réunieon,  f'seot eine fixatieon su les Bastieons. Ahais, mais i-feaut comprinte les gins, les temps seont durs et ave l'crisse et les travéaux dins no cité qu'on n'sait pus quanç'qu'i-ont qu'minché, les magasins du centre d'l'ville, les eins après les eautes, i-ont serré. J'ai surtout ormarqué qu'alors qu'on parleot des rues du centre-ville, ch'éteot surtout de l'ZACC Morelle qu'i-donneot'ent in eximpe, nos édiles. Te t'rinds queompte, on va construire, dins ou treos ainnées, pus d'mille deux chints maseons inter Tournai-Expo et l'chaussée d'Renaix. I-va falloir trouver pus d'mille deux chints familes pou les acater ou bin les louer alors qu'i-a d'pus in pus d'malhureux qui veont au CPAS, li-même désarginté. A m'n'orelle, eine feimme m'a soufflé, ch'est pou les riches étringers qui veont v'nir ichi habiter et, ch'est tout à fait normal, i-veont payer les tasques communales. On comminch'reot pa arringer tous les taudis et les maseons inoccupées, on ortrouv'reot du logemint dins l'cœur de no cité et elle s'reot acore pus belle à visiter. Dis hardimint, i-feaute ête ein riche annochint pou oser proposer des projets ainsin". Edmeond i-aveot ortrouver s'teon d'tribun.

J'n'éteos pos tout à fait d'accord ave li car ch'est au momint dusque tout va mal qu'on doit busier à l'avenir même si i-n'est pos rosses et violettes.

Verdi.

Edmeond i-a dit à Fifinne : "On va fiêter Saint-Valentin".

"Pourquoi faire cha, aujord'hui, ch'est seul'mint d'main".

"Laiche me faire et te vas vir, te vas ichi ortrouver d'vieux souv'nirs"

Arrivés dins leu campe, Edmeond i-a intraver ses deux gampes, i-a attaché Fifinne su l'lit et i-a mis ein bandeau su ses is.

Fifinne n'éteot pos très rasseurée, elle se d'mindeot quoisqu'i-alleot s'passer".

Elle a intindu s'n'heomme déquinte l'z'escaliers, elle est restée tout seu, dins l'noir, alleongée.

Elle ne saveot pos qu'à c'momint là, dins l'saleon, Edmeond i-éteot pa d'vant l'télévisieon.

Dins l'meupe, i-aveot orpris... eine verre et s'boutelle d'whisky.

"Infin l'silence" qui diseot, tout bénaisse, j'vas pouvoir orwettier l'fotbal à m'n'aisse.

Tout à n'ein queop, i-a intindu un cri qui v'neot d'l'étache :

"Et alors, j'vas pos rester ainsin, quoisque te fais, espèce d'sauvache, te n'viens pos faire Dodo et m'ortirer l'bandeau". Comperdez-bin, l'majuscule à dodo, ch'n'est pos eine feaute dins l'meot, ch'est pasque m'subconscient in somme, i-est pétête toudis pollué pa l'procès du Carlton.  

A l'leumière, i-jeueot ave ein cindrier, in bieau modèle in pierre, et i-veyeot les couleurs canger.

"T'occupes pos, Fifinne, j'orwette les chinquante nuances du... grés".

Seul'mint, l'scénario qu'i-aveot imaginé, j'deos vous l'avouer, i-s'a mal terminé.

I-n'aveot pos d'menottes comme on veot au ciné et ch'est ave du papier collant qui l'aveot liée. Ein papier d'si beonne qualité qui n'a pus su l'inl'ver. Pou l'libérer, ave des ciseaux, i-a tout essayé même ave ses dint et i-a failli y-laicher s'dintier.

Fifinne éteot débaltée : "Quoisque te vas faire, espèce d'innochint"

"J'vas devoir attinte l'matin pou mi aller ch'est l'visin, je n'vas pos aller à onze heures li querre, in catastrophe, ein sécateur".

"Pourquoi pos eine tronçonneusse tant qu't'y es" qu'elle li a dit " après tout on est Verdi 13 aujord'hui" (*).

L'sémaine elle a fini comma elle a qu'minché, Fifinne elle a acore broussé.

In conclusieon, je n'sais pos si vous êtes comme Edmeond mais l'cinéma ch'est pos toujours fort beon ! Mi j'propose qu'on oblige à mette comme su les paquets d'cigarette : "trop d'ciné peu nuire à l'santé".

(*) Verdi 13 ou "Vendredi 13", film d'horreur suite de "Massacre à la tronçonneuse", tout l'meonte i-n'va pos vir parelles horreurs au cinéma, mi, sans arrière-pinsée, j'préfère Blanque Neiche ou les treos p'tits pourchéaux !

(lexique : Lindi : lundi / l'nuef de féverrier : le neuf février / ouvère : ouvrir / ein ouel : un œil / orfermer : refermer / dusqu'i-est : où il est / glicher : glisser / ein gampe / une jambe / buquer : heurter / ein sorlet : un soulier / l'naque : l'odeur / eine jatte d'cheribeon :  une tasse de très bon café / bin leon : bien loin / ête patraque : ne pas sentir dans son assiette / avoir du mau : avoir mal / des toupiries : des vertiges, des éblouissements / faire des jeones de cat : vomir / déquinte : descendre / berteonner : maugréer / ein quervassin : un ivrogne / la mitan : la moitié / raviser : regarder / ronfieller : ronfler /  commincher : commencer / brousser : bouder, faire la tête / intinte : entendre / les cacoules : les mensonges / toudis : toujours / porméner ou pourméner : promener / berler : crier, hurler / ête in foufielle : être dans tous ses états / prier pou s'capelle : prier pour sa chapelle, parler dans son propre intérêt / ahais : oui / quanç'que : quand / serrer : fermer / ein eximpe : un exemple / Te t'rinds queompte : tu te rends compte, tu es conscient / deux chints : deux cents / acater : acheter / les tasques : les taxes / arringer : arranger / annochint : innocent / ainsin : ainsi / busier : penser / fiêter : fêter / laicher : laisser / vir : voir / l'campe : la chambre / les gampes : les jambes / les is : les yeux / rasseurée : rassurée / l'meupe : le meuble / ête bénaisse : être content, heureux / orwettier : regarder / à s'n'aisse : à son aise, sans être dérangé / tout à n'ein queop ; tout à coup / pasque : parce que / pétête : peut-être / L'leumière : la lumière / jeuer : jouer / canger : changer / chinquante : cinquante / débaltée : exaspérée / innochint : innocent / attinte : attendre / l'visin : le voisin / querre : chercher / qu'mincher : commencer / parelles : pareilles / les pourchéaux : les cochons)

S.T. féverrier 2015.

11:28 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

11 févr.
2015

11:32

Tournai : un plan qui "mobilise" les Tournaisiens !

Une contestation "tous azimuts"

Ces derniers temps, il ne fait pas bon présenter à enquête publique ce que certains espèrent être quelques modifications allant dans le bon sens pour un nouveau visage de la cité. Ainsi, le plan communal de mobilité présenté par l'édilité tournaisienne n'échappe pas à la règle.

Dès qu'on apporte un élément nouveau à l'ombre des cinq clochers, celui-ci focalise, de suite, toutes les frustrations d'une population qu'on pourrait presque qualifier d'autiste tant elle repousse, bec et ongles, les nouveautés considérées, par elle, comme autant d'arrêts de mort.

On n'a jamais vu autant de levées de boucliers, que ce soit contre les éoliennes, l'élargissement du Pont des Trous, City-Parking, l'extension de la zone économique de Marquain, celle de la zone commerciale des Bastions ou... le tout nouveau plan communal de mobilité.

Le Tournaisien est-il rétrograde ? Ce qui se fait ailleurs n'est-il pas envisageable à Tournai ? Voudrait-il vivre comme jadis tout en possédant les avantages du modernisme ? Est-il devenu le champion de l'immobilisme ? Cela demande une analyse !

Le plan de mobilité vilipendé.

Le nouveau plan de mobilité apparu dans nos boîtes aux lettres au mois de janvier a rapidement agité le lanterneau tournaisien. Il est vrai qu'il comporte des inepties qui ne peuvent avoir été commises que par des personnes ne possédant pas la sensibilité tournaisienne ou ayant travaillé sur un plan, dans un bureau, loin de la réalité de terrain.

Il est aussi important de savoir ce qui a été réellement demandé au bureau d'étude par le maître d'œuvre. Sait-on ce que l'on veut ? Il faut bien dire que cela n'a pas toujours paru très clair de la part de nos dirigeants !

Comment voit-on notre future ville ?

On a le choix entre une ville qu'on visite ou une cité qu'on évite. Un lieu vivant ou un simple dortoir !

Si on se place au niveau écologique, on rêve d'une ville sans voiture, où certains (qu'on nomme péjorativement "bobos") pourraient circuler librement à pied ou à vélo. De grandes artères désertées par la polluante automobile, où il ferait bon respirer à pleins poumons lors d'un jogging matinal ! Des rues d'un calme... assourdissant pour retraités retrouvant, avec bonheur, l'ambiance du début de XXe siècle ! Bien sûr, les habitants seraient obligés d'effectuer leurs achats dans les centres commerciaux situés à la périphérie où ils trouveraient de larges zones de stationnement... gratuit. Une solution qui donnerait une triste vision d'une ville futuriste totalement déshumanisée.

Si on se place au niveau économique, on rêve d'une cité, véritable lieu de rencontres et d'échanges culturels qui, comme au Moyen-Age, verrait des milliers de personnes venir faire leurs emplettes dans le centre, remplir les tiroirs caisses des commerçants, s'installer aux terrasses des cafés, fréquenter les restaurants et les salles de spectacle. Hélas, comme on sait que l'homme du XXIe siècle ne peut plus faire un mètre sans son véhicule, on assisterait alors, chaque jour, à des embouteillages homériques, on se déplacerait, paradoxalement, dans une circulation presque à l'arrêt ! "J'ai fait, ma chère, beffroi-Saint-Brice en vingt-cinq minutes, mon Dieu, très chère, vous avez été vite" .

Si on se place au niveau touristique, on conçoit que les visiteurs désireux de découvrir le riche patrimoine de la cité de Clovis souhaitent pouvoir se promener à l'aise, sans devoir, sans cesse, être sur le qui-vive et laisser la place aux véhicules, maîtres du pavé, prenant rapidement une photo-souvenir au risque de se retrouver sous les roues d'un conducteur arrogant. Des touristes quittant rapidement un endroit où ils ne se sentiraient qu'à moitié admis sans s'attarder dans les commerces ou prenant à peine le temps d'une consommation !

Comme on le voit, en fonction des sensibilités de chacun, il est difficile d'organiser un plan de circulation et de stationnement qui pourrait contenter des personnes aux objectifs si différents. Le "mix" est-il possible ? 

Deux problèmes bien distincts.

Le terme mobilité sous-entend deux problèmes bien distincts : la circulation dans la ville et le stationnement des véhicules.

C'est surtout aux heures de pointe que Tournai connait des problèmes de circulation, durant une tranche horaire de deux heures environ, le matin et en fin d'après-midi mais... c'est en permanence que la cité connaît des problèmes de stationnement. En semaine, Tournai accueille quotidiennement des milliers d'étudiants, des centaines de travailleurs et les week-ends, de nombreux promeneurs.

Pour répondre à cette constatation, les concepteurs du plan ont tout simplement décidé de :

- chasser les véhicules qui n'ont rien à y faire, en décourageant au maximum la circulation dite de "transit". De nombreux véhicules traversent, en effet, la ville sans s'y arrêter. A ceux-là, on conseille d'emprunter les boulevards périphériques. Cette sage solution doit cependant être attractive pour l'automobiliste soucieux d'économiser du carburant en réduisant son nombre de kilomètres mais voilà, pour différentes raisons (couloirs de bus, Chwapi, écoles, vire-à-droite...) on réduit les boulevards à une seule voie de circulation dans chaque sens du carrefour des Résistants à la gare en passant par le rond-point de l'Europe. Multiplier la circulation, c'est aussi multiplier la longueur des files ! 

- modifier en ville certains sens de circulation pour fluidifier le trafic avec parfois des inepties comme l'interdiction de remonter la rue Saint-Martin. Il ne faut pas connaître notre ville pour simplement oser proposer une telle solution. Celle-ci fait l'unanimité contre elle,  

- supprimer le double sens de circulation sur la Grand-Place et supprimer également le stationnement afin d'attirer les conducteurs vers le parking souterrain de la rue Perdue en sous-exploitation depuis son ouverture. La réaction des commerçants du forum laisse beaucoup de Tournaisiens dubitatifs. Ils ont réclamé ce parking durant des années. Ils n'encouragent pas son occupation mais au contraire le décrivent comme un lieu peu sûr, trop cher, encore trop éloigné de leurs commerces... Par rapport à la situation qui prévalait sur l'ancienne Grand-Place, la surface des terrasses des cafés et des restaurants a été largement multipliée. Des centaines et des centaines de personnes s'y donnent rendez-vous quotidiennement, ce qui doit normalement aussi profiter aux autres commerçants. Des deux tables et quatre chaises sous un pauvre parasol dont disposaient, jadis, la plupart des cafetiers, on est passé à des dizaines de tables, rarement libres entre les mois de mai et d'octobre,

- réduire le parking de quelques places, à certains endroits, comme sur le Pont-à-Pont, afin d'orienter les voitures-ventouses vers les aires situées aux entrées de ville comme sur l'esplanade du Conseil de l'Europe, la prison ou celui de la gare.

Que penser de ce plan ?

Les autorités communales ont peut-être pensé que ce plan de mobilité passerait comme une lettre à la poste, ils n'ont probablement pas anticipé la réaction épidermique des commerçants pour qui le discours est depuis longtemps bien rôdé : "no cars, no business" (pas de voitures, pas de commerce). Pour eux, ce plan sonne, ni plus, ni moins, le glas du commerce tournaisien.

Ils proposent d'autres solutions :

Certains souhaitent équiper la Grand-Place d'un système de barrières d'entrée et de sortie avec 30 ou 45 premières minutes gratuites (système qui a fait ses preuves dans la plupart des hôpitaux).

Certains reprochent que le parking de la rue Perdue est peu signalé, force est d'admettre, qu'ils ont totalement raison. Il faut pratiquement emprunter cette rue pour le découvrir. Dans d'autres grandes villes, de larges panneaux annoncent les parkings disponibles et signalent s'ils sont "libres" ou "complets". Pourquoi Tournai ne s'inspirerait-il pas de ces exemples au lieu de toujours se démarquer par... de l'à peu près !

Certains commerçants vont même jusqu'à brûler ce qu'ils ont adoré, ils veulent la réouverture du piétonnier de la Croix du Centre à la circulation, sous forme d'espace partagé, appliquant ainsi le principe du "tout à l'auto". A cela, on a envie de suggérer d'aller plus loin encore dans la réflexion et de donner satisfaction à une clientèle qui ne sait plus faire un mètre à pied en transformant leur commerce en "drive-in".

Certains critiquent la mise en sens unique d'une partie de la rue de Courtrai, obligeant les véhicules à faire le tour des établissements scolaires qui s'y trouvent. Pour une question de simple sécurité des usagers, ils n'ont pas tort, il suffirait d'interdire, le stationnement d'un côté de ce petit tronçon de façon à permettre aux véhicules de se croiser sans danger.

Conclusions.

Le plan communal de mobilité soulève pas mal de problèmes. Au point que des réunions ont été organisées, un peu en catastrophe, pour écouter les doléances et éteindre un début d'incendie parmi la population tournaisienne.

Soyons honnêtes, ce plan focalise tout d'abord des années de frustration connue par les commerçants des (trop) nombreuses rues en travaux. Ces chantiers qui durent depuis trop longtemps ont chassé le client tournaisien qui a pris d'autres habitudes en se rendant dans les grandes surfaces périphériques ou même dans d'autres villes. Combien de fois n'a-t-on pas entendu cette réflexion : "Je ne vais plus en ville pour me tordre les pieds, marcher dans la boue ou avaler de la poussière". Nos édiles se promènent-ils régulièrement dans les rues de la cité pour faire du lèche-vitrine ? Cela reste à prouver !

A propos du parking de la Grand-Place, les concepteurs ont, paraît-il, réalisé des comptages et ont remarqué la présence journalière de voitures ventouses pendant plusieurs heures. On est en droit de se poser la question : "Que font les contrôleurs de City-ParkingY-a-t-il des propriétaires de véhicules qui profitent d'un statut particulier" ? Personnellement, je signale que je n'ai jamais bénéficié d'un tel copinage et que les trois fois où j'ai dépassé, légèrement, l'horaire, avec le sens civique qui me caractérise, j'ai acquitté immédiatement ma dette envers l'administration communale ! 

Sans supprimer de places sur le forum, on pourrait déjà améliorer la situation en verbalisant systématiquement ceux et celles qui, au mépris de la sécurité des autres, stationnent, pour un temps plus ou moins long (pas pour une course rapide) là où c'est interdit : entre Halle-aux-Draps et le beffroi ou au pied du beffroi, réduisant l'espace à une seule bande de circulation et interdisant le croisement des véhicules, ceux qui stationnent sur les trottoirs ou aux coins de rues, sur la piste cyclable de la rue Perdue ou ceux qui débordent sur la voie de circulation de la Grand-Place. Il y a aussi les adeptes de l'arrêt en double file persuadés que les feux de détresse ont été placés à cet usage .

Pou amener un trafic plus fluide, il s'agit là uniquement d'une volonté politique afin d'éviter le laxisme qui a longtemps prévalu dans la cité des cinq clochers et de combattre une forme d'anarchie.

Que va-t-il ressortir des différentes réunions alors qu'on constate que les intérêts des uns et des autres sont diamétralement opposés et surtout que pense la "majorité silencieuse", ces Tournaisiens qui subissent depuis longtemps tous les désagréments et qui ont peur de donner leur avis de peur de mécontenter les uns ou les autres ?

(S.T. février 2015)

09 févr.
2015

09:19

Tournai : le visage de la cité en sera transformé

 

tournai,projet seine-nord,élargissement de l'ecaut,pont des trous,pont-à-pont,chantiers

Depuis de très nombreuses années, tel le monstre du Loch Ness ou une Arlésienne à la sauce tournaisienne, un projet revient régulièrement à la "une" de l'actualité. Attendu avec impatience par les uns ou voué aux gémonies par les autres, il ne laisse personne indifférent, ni les hommes politiques, ni les industriels, ni les défenseurs du patrimoine, ni même, à plus petite échelle, les habitants amoureux de leur cité des cinq clochers. Pendant que beaucoup d'eau coulait sous les ponts de notre fleuve, lui faisait très souvent couler beaucoup... d'encre sous la plume des journalistes.

Un projet vieux de près de trois siècles !

On peut allègrement remonter jusqu'à la première partie du XVIIIe siècle pour découvrir sa naissance lorsqu'un ingénieur militaire français propose de relier l'Escaut à la Somme. Ce projet, peut-être trop ambitieux pour l'époque, fera long feu et, par la suite, différentes moutures seront enterrées à peine présentées. Cela pour des raisons diverses : importantes difficultés pour la mise en œuvre résultant de la structure du terrain (on parlait alors de la création d'une voie navigable souterraine), manque de financements, développement du transport par rail tout d'abord, par la route ensuite et, surtout, manque de volonté politique.

Un projet qui refait surface !

En 2008, le projet refait surface, c'est à l'occasion du "Grenelle de l'Environnement et du développement du fret fluvial" soutenu par le gouvernement de Nicolas Sarkozy. Par décret du 11 septembre de cette année-là, le projet de "liaison Seine-Nord" est déclaré d'utilité publique et figure, dès lors, parmi les trente projets prioritaires définis par le gouvernement français. Porté par les régions du Nord de la France et par les Chambres de Commerce et d'Industrie, il consiste en la création d'un canal de 54 mètres de largeur et d'une longueur légèrement supérieure à une centaine de kilomètres. Celui-ci relierait l'Oise, au départ de Compiègne, au canal Dunkerque-Escaut dans la petite commune d'Aubencheul-au-Bac, située dans le Cambraisis. Durant les quatre années qui vont suivre, ce projet va sommeiller en raison d'une difficulté pour réunir la somme nécessaire à sa concrétisation. On parle à l'époque de 3,5 milliards d'Euros.

Un projet qui éveille des appétits !

En 2012, Nicolas Sarkozy cède la présidence à François Hollande et on croit que le projet va, une nouvelle fois, être classé sans suite, surtout lorsqu'on entend les propos émis par Ségolène Royal. Le coût a été, entretemps, estimé à 7 milliards d'euros, à un moment où la France est sommée par l'Europe de réaliser des économies afin de réduire son endettement. Néanmoins, ce projet a éveillé des intérêts au niveau européen, la Belgique (Flandre et Wallonie) s'y intéresse de près et on commence à entrevoir une liaison des canaux wallons qui viendrait s'y greffer. La Flandre va beaucoup plus vite, elle l'intègre déjà dans les chantiers qu'elle réalise notamment sur la Lys.

Au début de l'année 2013, deux acteurs importants estiment que le contexte économique permettrait sa mise en œuvre. Il s'agit du ministre français, délégué aux Transports, le nordiste Frédéric Cuvillier et du PACO (Port Autonome du Centre et de l'Ouest), représentant la Belgique. On vante ses atouts : il permettrait de désengorger les voies de communication routières menant de Paris vers le Nord de la France (notamment l'autoroute A1, Paris-Lille, souvent au bord de la saturation), il assurerait le transport des marchandises du Sud de la France jusqu'à Rotterdam et inversement et, argument de poids en période de crise économique, il générerait pour sa mise en œuvre près de 5.000 emplois directs et par la suite 25.000 emplois durables dans le secteur fluvial, logistique et industriel. La mise en service prévue en 2017, délai irréaliste, aura lieu plus que probablement en 2023 ou 2024 ! La commission européenne vient d'ailleurs de lancer un appel à projet de 11 millions d'euros.

La ville de Tournai est directement concernée par le projet wallon.

Face à ce projet générateur de revenus économiques, la Wallonie picarde a été de suite partie prenante et cette participation au projet a un prix : un important bouleversement de notre paysage urbain. On répète souvent que les patrons carriers sont les premiers intéressés par la mise à grand gabarit de l'Escaut. C'est vrai, mais ils ne sont pas les seuls. Si la C.C.B, Holcim et les carrières Lemay y voient des possibilités de rationnaliser le transport de leurs produits, des entreprises comme les Ateliers Louis Carton, les Enrobés du Tournaisis, BBE Béton et bien d'autres ne regardent pas d'un mauvais œil cette possibilité de passer de la route à la voie fluviale. C'est dans ce but avoué que la plate-forme de chargement et de déchargement de Vaulx est en cours de construction.

Modifier le gabarit de l'Escaut dans la traversée de Tournai ne pourra se réaliser sans entraîner d'importants travaux qui vont nous préoccuper durant de nombreuses années (par expérience, on peut estimer leur durée à une petite décennie). Sont concernés, en effet, les quais Taille-Pierre et des Poissonsceaux, le quai Saint-Brice, le Pont-à-Pont, le quai Sakharov, le remarquable Pont des Trous et les quais Donat Casterman et des Vicinaux. Plus loin, un important chantier modifiera totalement la configuration de l'écluse de Kain empiétant largement sur les terrains situés à l'arrière du zoning commercial de Froyennes qui deviendra riverain du fleuve.  

Comment réaliser ce chantier sans (trop) démolir ce qui vient d'être fait ?

Pour ne pas donner l'impression de jeter les financements publics par les fenêtres et par respect pour les habitants de la rive gauche du fleuve qui ont, par trop, souffert des travaux de rénovation des quais des Salines, Notre-Dame et du Marché aux Poissons ainsi que du quartier cathédral, l'élargissement, en centre-ville, devra être réalisé sur la rive droite. Il sera nécessaire de faire sauter le goulot du quai Saint-Brice permettant ainsi d'adoucir une courbe impossible à négocier par des convois beaucoup plus longs que les actuelles péniches. Cette option concerne également le Pont-à-Pont qui devra être élargi. Un nouvel ouvrage, un peu plus haut et plus long le remplacera. Il faudra ensuite élargir le Pont des Trous.

Pas touche à mon pont !

Ce chantier, depuis qu'il a été évoqué, fait débat au sein de la ville de Tournai. Les défenseurs du patrimoine tournaisien y voient un geste sacrilège. Ils rappellent que le Pont des Trous est la dernière porte d'eau qui subsiste au Nord de l'Europe, qu'il est le monument probablement le plus photographié de Tournai par les touristes après la cathédrale Notre-Dame. Il fait partie, au même titre que les tours Marvis, de la dernière enceinte communale dont les remparts ont été détruits à la fin du XIXe siècle. Il est difficile de concilier deux notions diamétralement opposées. Mettant en évidence son riche patrimoine historique, Tournai se veut être une ville touristique et souhaite attirer, à ce titre, de très nombreux visiteurs belges ou étrangers générateurs de revenus pour le commerce local mais, en même temps, la Ville se doit de défendre ses industries car, sans elles, le chômage serait plus élevé qu'il n'est actuellement. Est-ce une quadrature du cercle ? Entre les ardents défenseurs de l'immobilisme et les passionnés du tout détruire pour reconstruire, il faut savoir naviguer ! C'est le cas de le dire ! Comme dirait un capitaine que nous avons tous connu durant notre jeunesse : "Ce n'est pas facile, moussaillon, mille milliards de mille sabords !".

Une consultation populaire ou une mascarade ?

On peut, en effet, être déçu par la tournure qu'ont pris les événements. Du moins contraignant au plus moderniste, du plus onéreux au moins coûteux, six projets ont été présentés à l'avis de la population tournaisienne. Une majorité de participants s'est portée sur l'élargissement de la porte centrale et inévitablement la réduction des arches latérales. On conservait ainsi l'image du pont. Il est important de rappeler que cette consultation réalisée sur internet n'est nullement contraignante pour ses instigateurs. Ce n'est donc pas le projet choisi par des Tournaisiens qui sera mis en œuvre par le service des voies hydrauliques, celui-ci a opté pour le modernisme (n'allons pas jusqu'à dire "outrancier") qui consiste en la démolition des arches en pierre et à leur reproduction en résine. On souhaite créer une sorte de fantôme du Pont des Trous, un ersatz comme ces produits servis durant l'occupation pour remplacer le produit original. L'honnêteté de la part des pouvoirs publics eut été d'avouer à la population qu'on avait choisi la solution la moins contraignante en terme de travaux et delà la moins onéreuse en terme de coût. On a passé outre les vœux des Tournaisiens décidant, à Namur ou ailleurs, ce qui serait bien pour eux. Silence dans les rangs ! "Les orwettiants (c'est-à-dire ceux qui regardent, en patois) n'ont rien à dire !" comme on dit à l'ombre des cinq clochers !

Pourtant, il faut bien avouer à la population tournaisienne actuelle que le Pont des Trous qu'on lui présente comme la porte d'eau du Moyen-Age faisant partie des remparts qui ceinturaient le ville n'est plus que l'ombre de l'originale. Depuis cette période de notre histoire, on lui a retiré les herses qui empêchaient les invasions par le fleuve et on lui a enlevé sa couverture qui reliait les deux tours. Protégé lors du premier conflit mondial, le pont a été bombardé lors du second. On a démoli ses arches pour les reconstruire en les modifiant par l'élargissement de la partie centrale au détriment des parties latérales et on a rehaussé les tours, un travail qui fut même considéré comme un exploit technique pour l'époque !

Le passage central d'une largeur de 11m30 est trop étroit, on n'arrête pas de nous le répéter, aussi pour l'élargir des quelques dizaines de centimètres nécessaires au passage des futurs convois fluviaux, autant voir beaucoup plus large, "Au diable l'avarice et les avaricieux". Il faut savoir qu'il est prévu, à terme, d'y faire transiter des convois de péniches d'un maximum de 185 m de long et 11m40 de large et quand la cabine du marinier se trouve à plus de 175 m de la proue, il est difficile de viser, avec justesse, le passage ! En élargissant au maximum, de mauvaises langues disent que certains préfèrent avoir une vision à longue échéance et rêvent sans doute de voir circuler de véritables paquebots porte-conteneurs sur l'Escaut ! Réflexion grotesque (je l'admets) mais... il y a des décisions prises dans des bureaux dont il vaut parfois mieux rire pour ne pas nuire à sa santé ! 

Tout cela, c'est pour quand finalement ?

En Wallonie, ce projet est appelé "Seine-Escaut Est" car le canal principal passera par Lille et la Flandre. les porteurs du projet évoquent une mise en service définitive en 2025. 

A l'heure actuelle, les chantiers concernant la cité des cinq clochers sont "phasés" de la façon suivante :

- 2016-2017 : (c'est déjà dans une année !!!) travaux au Luchet d'Antoing et au quai Vifquin,

- 2017-2018 : travaux à la halte nautique, au quai Taille-Pierre et des Poissonsceaux,

- 2018-2019 : travaux au quai Saint-Brice et construction du nouveau Pont-à-Pont,

- 2019-2020 : travaux au quai Sakharov et au Pont des Trous

Ensuite, le chantier concernera le quai Donat Casterman et le quai des Vicinaux qui lui fait face.

Un peu plus loin ! 

L'aménagement de l'écluse de Kain devra également être réalisée. D'importants travaux seront nécessaires et l'élargissement de l'Escaut empiètera sur la rive gauche derrière le centre commercial de Froyennes jusqu'aux locaux de la Poste.

Tout est déjà dit ?

Oui et non. Ces travaux s'inscrivent dans un cadre qui dépasse largement les frontières de la Wallonie picarde, tout comme pour la ligne TGV Bruxelles-Lille-Paris ou Londres, l'avis de Tournai ne pèsera pas très lourd dans la balance au moment des prises de décisions définitives. Pourtant, le bourgmestre Rudy Demotte a promis à sa population, dans le courant de l'année 2014, qu'il n'y aurait pas de feu vert pour le début des chantiers dans le centre-ville sans subsides compensatoires pour l'amélioration de la rive droite.

En son temps, un de ses prédécesseurs, Raoul Van Spitael a réalisé un coup de force en imposant la règle de l'alternat à la place de cet élargissement déjà souhaité, cette fois les ukases risquent de venir non seulement de la Wallonie mais aussi de l'Europe. On verra alors si les Tournaisiens sont respectés par ces instances de décisions et si le mot solidarité existe bien dans le vocabulaire européen. On a, en effet, tout à crainte d'une Europe où les décisions sont parfois prises ailleurs qu'à Bruxelles !

(Sources : rapport des voies hydrauliques de Wallonie - articles parus dans la presse locale - recherches personnelles)

S.T. janvier 2015.

07 févr.
2015

09:51

Tournai : expressions tournaisiennes (297)

J'n'in sus toudis pos orvenu, j'viens d'vir que ch'est d'jà l'deux chint-nonante-septième feos que j'viens ichi vous foute l'barpe à l'fin de l'sémaine. I-a bramint d'gins qui vienne'tent lire mes artiques et qui m'invoie'tent, alfeos, ein p'tit meot pou m'dire que ch'n'est pos facile à comprinte même ave l'lexique. I-z'ont bin du corache d'continuer à lire mes carabistoules ou alors ch'est pasqu'i-z'aime'tent bin l'lanque des Tournisiens.

J'vas aujord'hui vous raqueonter l'histoire qui est arrivée à Maurice, ein garcheon qu'j'ai connu pasqu'i-éteot, comme mi, Unionisse. Au stade Horlait, on alleot ainsi vir insanne, l'diminche, les "Infants" du temps - i-feaut bin l'dire - que l'fotbal tournisien, i-éteot acore brillant. Maurice ch'éteot ein véritape supporter qui saveot incorager ses Rouge et Vert. I-éteot grand et fort mais i-éteot surtout bégueyeu, les meots resteot'ent dins s'bouque et sorteot'ent peu à peu.

"Ra... Ra... Ravise ichi, m'coco... m'coco... m'comarate, i-va.. i-va... i-va... ho... ho... hola !".

"Neon, neon, va, Vigin, i-n'va pos marquer, l'balle elle est d'jà d'l'eaute côté".

Quand l'foule, pou eine faute, grondeot, Maurice dins l'tribune, li, bondisseot :

"I-a... i-a... i-a pépé... i-a pépé... i-a pénalty et... et... l'ar... l'arbite... i... i... i-n'a... rien dit".

Dreot dins l'tribune, débalté, i-f'seot rire toute la foule : "ca... caca... cafoteu, bé... bé... bébé... berlou, an... an... andoulle".

In riant plein s'panche, ein jour, ein greos flamind d'Nieuport l'aveot surneommé l'Luc Varenne de l'rue des Sports.

"Ra... rav... ravise tes.. tes... pu... tes pupu... tes purleux, i... i... i-veont acor in... in printe... au... au moinse d... deux".

A chinq, pou éviter ein nouvieau conflit communautaire, on a été obligé d'séparer les deux supporters.  

Ein jour, j'li ai d'mindé :

"Quoisque te fais ainsin dins la vie, l'amisse ?"

"J'...J'...ouèfe, à... à... à... Les...Lesdain, pou...pou.. ein... ein... pépi... pépinièrisse".

L'saim'di au matin, i-vindeot des arpes, des fleurs et des compositieons florales su l'plache des Acacias, jusse au pied de l'cathédrale. Ahais, l'plache des Acacias, ch'éteot l'neom qu'on deonneot alors à la plache Paul Emile Janson.

"I... i... Ichi, les bieaux... les bieauxbieaux... dada... dahlias, vous... vous n'in... vous n'in avez ja... jamais vu des... des coco... des comme cha".

L'patreon li a dit :

"continte-toi d'm'avancher les plantes que l'client i-a d'mindé et pou l'reste, ein consel, te restes muet, arrête d'faire le seot et surtout n'dis pos ein meot".

Eine feos, l'patreon l'aveot intindu faire :

"hi...hi...hi"

"Quoisqu'i-a ?" qui li a dit.

'Ri... ri... rien, j'ai... j'ai... intin... intindu... eine... eine blaque et... et... j'...j'...j' ris".

L'patreon, ch'éteot eine fine mouque, i-s'a dit :

"Ave li, créneom de neom, J'tiens ichi eine riche attractieon".

Les eautes marchands pou vinte les fleurs i-berleot'ent, mais ch'est pa d'vant s'n'étal que les acateus s'rassimbleot'ent.

"I... i... i... i... i-va... i-va faire... bieau... d'... d'main ou bin i... i... i-va... i-va... i-va faire.... bin... binbin... fre... freod", pou chaque week-end qui commincheot, Maurice i-annoncheot l'météo.

L'paufe bégueyeu, malhureus'mint, i-a failli morir dins ein accidint.

I-éteot parti ave s'triporteur, huit jours avant l'Noë, pa l'rue de l'Tiête d'Or pour orjointe l'rue Gallait. I-transporteot ainsin les p'tits sapins commindés au marché du saim'di matin, tout à n'ein queop, in f'sant aller ses mains, i-a ormarqué qui n'aveot pus d'freins !

"Aa... aa... attin... attintieon, mes... mes... gins, j'... j'... n'ai pu... pupu... pus de freins".

Mais l'temps que l'phrase elle sorte in intier, ch'est presque deux chints mètes qu'i-aveot fait.

I-a battu tous les orcords de l'déquinte de l'rue de l'Tiête d'Or. I-falleot vir comme i-éteot brinqu'balé, su s'selle, à causse des mauvais pavés. Croyez-me, je n'vous raqueonte pos d'cacoules, même l'pétit sapin i-aveot les boules.

Je m'dis qu'i-a dû ête ein véritape as du slalom pou passer sans imcombres l'carr'four du Dôme. Si jamais i-vireot dins l'rue des Puits l'Eau, i-plongeot direct dins l'Esqueaut

I-a ormeonté à fond, l'rampe du Peont à Peont !

I-est arrivé in face du Belvédère et (t'nez vous bin à vos cayère) i-a dit, tout apeuté" :

"J'ai bin cru que m'dernière heure, elle aveot seonné".

Orprenant s'n'haleine, i-a même rajouté, in orwettiant l'clotier d'l'églisse :

"J'pinse que j'deos eine fière candelle à Saint-Brice".

Si on dit qu'cha deonne alfeos des ailes, l'pépette, cha li a permis, à li, d'parler d'eine seule traite".

Ein passant s'a précipité pou l'réconforter. Ein heomme bin connu dins tout Tournai, ein professeur d'dictieon fraîqu'mint ortraité

"Ah mais... ah mais cha... on... on... on peut di... dire que... que... vous... vous m'a... m'avez fait... peu... peur? Mais... mais... quoisqu...i. quoisqu'i m'a... mama... m'arriffe... ov... ov'là... que... que j'bè... J'bébé... j'bèque asteur !

(lexique : toudis : toujours / vir : voir / orvenu: revenu / feos : fois / ichi : ici / foute l'barpe : barber, ennuyer / bramint : beaucoup / les artiques : les articles / alfeos : parfois / ein meot : un mot / comprinte : comprendre / du corache : du courage / des carabistoules : des calembredaines / l'lanque : la langue / raqueonter : raconter / ein garcheon : un garçon / unionisse : unioniste, supporter du club de football de l'Union de Tournai, aujourd'hui, hélas, disparu / insanne : ensemble / les Infants : les Enfants, surnom donné aux joueurs de l'Union / véritape : véritable / incorager : encourager / ein bégueyeu : un bègue / l'bouque : la bouche / raviser : regarder / m'comarate : mon camarade / dreot : droit / débalté : déchaîné / ein cafoteu : un bricoleur / ein berlou : une personne atteinte de strabisme, personne qui louche / andoulle : andouille / rire plein s'panche : faire bonne chère à rire / les purleux : vient du verbe purler qui signifie étendre le purin, invective de supporters à l'adresse de mauvais joueurs (au football) / au moinse : au moins / chinq : cinq / l'amisse : l'ami / j'ouèfe : présent de l'indicatif du verbe ouvrer signifiant travailler / des arpes : des arbres / jusse : juste / ahais : oui / avancher : avancer / ein consel : un conseil / l'seot : le sot / eine mouque : une mouche, ête eine fine mouque : être rusé / eine blaque : une blague, un histoire comique / vinte : vendre / berler : hurler, crier à tue-tête / pa d'vant : devant / les acateus : les acheteurs / bieau : beau / freod : froid / commincher : commencer / anneoncher : annoncer / l'paufe : le pauvre / morir : mourir /  l'Noë : la Noël / orjointe : rejoindre / tout à n'ein queop : tout à coup / ormarqué : remarqué / les orcords : les records / l'déquinte : la descente / brinqu'baler : secouer / des cacoules : des mensonges / l'Esqueaut : l'Escaut / l'Peont-à-Peont : le Pont-à-Pont ou anciennement le pont aux Pommes / l'Belvèdere : le Belvédère était un café situé à l'angle de la rue des Campeaux et du Pont-à-Pont, devenu par la suite, à la fin du siècle dernier, le British Grenadier / l'cayère : la chaise / apeuté : apeuré / orprenant : reprenant / orwettier ou raviser : regarder / l'clotier : le clocher / eine candelle : une chandelle, / l'pépette ou aussi l'peupette : la peur / fraîqu'mint ortraité : fraîchement retraité / béguer : bégayer).

S.T. féverrier 2015.

09:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

05 févr.
2015

17:56

Tournai : d'autres chantiers proches ou dans un futur lointain

Continuons à examiner la série de chantiers qui s'ouvrent un peu partout, que ce soit intra-muros ou dans les villages, dans un article suivant, nous évoquerons ceux qui vont nous préoccuper dans un avenir plus ou moins éloigné.

Willemeau.

Entre la chaussée de Douai et la chaussée de Valenciennes s'étendent les villages de Willemeau et d'Ere ainsi que le hameau Barges. Tout comme celle de Warchin et de Rumillies, cette zone est sujette à de fréquentes inondations. Les recherches effectuées dans la presse locale, depuis le début des années 1850, démontrent que, lors de longues périodes pluvieuses ou de rapides fontes de neige en hiver ou lors de violents orages en été, ces deux villages et ce hameau traversés par le "rieu (ruisseau) de Barges" ont toujours connu des épisodes de crues plus ou moins violents. Le rieu de Barges qui, depuis la frontière française, s'écoule paisiblement pour rejoindre l'Escaut devient parfois tumultueux. Gonflé par les eaux, il se laisse aller à des épanchements qui dérangent profondément les riverains et, après quelques heures de liberté, regagne son lit et reprend cet aspect serein qui fait tout son charme. 

Si, historiquement, on relève de nombreux débordements, il semble que ces derniers soient un peu plus importants ces dernières années et les habitants ont souvent eu les pieds dans l'eau. Ils se disent qu'on ne peut plus comparer la situation prévalant au XIXe siècle à celle des années 2000 et ils n'ont pas tort !

Cependant, on peut y voir des causes multiples :

- l'abondance des précipitations subies depuis quelques années que certains attribuent au réchauffement climatique, sans avoir analysé le problème en profondeur et obtenu des preuves irréfutables,

- la position géographique de ces trois entités, situées au creux d'un vallon dont les pentes, de part et d'autre, ramènent les eaux vers le point le plus bas, c'est-à-dire vers le rieu,

- la création dans les années nonante de la ligne TGV Bruxelles-Lille-Paris ou Londres ayant séparé le bassin hydrographique en deux,

- les nouvelles méthodes agricoles qui voient les fermiers labourer dans le sens de la pente de façon à empêcher les eaux de stagner sur leur terrain et à les envoyer vers le rieu,

- l'incivisme de certains qui rejettent des déchets dans le rieu (branches, pots de peinture, planches...) avec la conséquence inéluctable de créer des barrages lorsqu'ils arrivent à des rétrécissements comme le sont les ponts donnant accès aux habitations ou aux champs et prairies.

Suite aux dernières importantes inondations qui interdirent, à chaque fois, d'emprunter la route entre Ere et Willemeau, des travaux ont été entrepris :

les berges ont été stabilisées par des gabions et des filets, une détection automatique (le projet Saphir signalant aux riverains lorsque la cote d'alerte est atteinte) a été posée, le rieu a été curé et des tonnes de déchets retirés entre Willemeau et Tournai.

L'enquête diligentée par les différents services concernés par le problème a aussi permis de révéler que le pertuis situé sous la place de Willemeau n'était pas (ou plus) dimensionné pour absorber ce trop plein d'eau. L'administration communale de Tournai a profité de rénover totalement la place du village en même temps qu'on entreprenait la réfection de l'égouttage.  

Il faudra encore prendre son mal en patience pour découvrir, dans quelques mois, la nouvelle traversée de Willemeau.

La rénovation du Conservatoire de Tournai.

Ce bâtiment remarquable aussi appelé "le tambour à pattes" par certains vieux tournaisiens date de 1829 et est l'œuvre de l'architecte Bruno Renard. Il comporte des classes dévolues au solfège, au chant, à la musique et à l'art dramatique ainsi qu'une salle des concerts. Mille sept cents élèves environ y suivent des cours. Menacé de ruine, sa démolition avait été sérieusement envisagée au début des années 1970 (un promoteur avait fait le projet d'ériger, à sa place, une tour qui, elle aussi, aurait fait de l'ombre au beffroi et à la cathédrale). Il a été, par la suite... très mal rénové.

Les éléments de stuc placés au-dessus des colonnes du péristyle, autour des fenêtres et afin de décorer les corniches étaient tout simplement constitués de matériaux intérieurs (avec même des morceaux de frigolite), les changements de température et les pluies s'infiltrant, ils se sont vite désagrégés. Il y a dix ans, le bâtiment étant dans un tel état de délabrement, il a fallu placer des filets anti-pigeons (ceux qui avaient pris l'habitude de s'y rassembler achevant de détruire les éléments de façade) et ensuite poser des barrières "Héras" pour protéger les passants des chutes intempestives de briques ou de plâtre.

Sa rénovation devenait urgente mais elle fut longtemps marquée par une valse "hésitation" de la part des édiles de l'époque.

Finalement, le chantier a débuté dans le courant de l'année 2014 et le toit et les façades sont pratiquement terminés. Dans quelques mois, ce sera l'intérieur qui verra débarquer les firmes de travaux afin de réaliser des transformations destinées à apporter un peu plus de confort aux usagers.

Tout comme la place de Willemeau, il faut également prendre son mal en patience. Dans deux ans, l'enseignement de la musique à Tournai retrouvera son joyau ! 

L'aménagement de la Place Verte à Tournai.

Cette place de la rive droite n'a jamais si bien porté son nom. Les habitants du quartier en ont fait un lieu de rencontres "écologiques" : bourses d'échange de plantes, barbecue entre voisins, rencontres de pétanque durant les soirées d'été ou tout simplement causette sur les bancs... Cette réappropriation de l'espace public, comme cela se passait encore il y a quelques décennies, a attiré l'attention des autorités communales qui ont décidé, avec l'expertise d'un partenaire hollandais de "Lively City", d'y créer une aire de jeux pour les plus jeunes composée d'un toboggan, de barres d'équilibre, paniers de basket, jeu de marelle... Ces travaux d'aménagement ont débuté récemment.  

La poursuite de la rénovation de façades.

Après la rénovation des façades de la place Saint-Pierre et du piétonnier de la Croix du Centre, trente façades supplémentaires seront rénovées dans le cadre de la programmation européenne pour dynamiser le cœur des villes. Cette fois, c'est dans la rue des Chapeliers et la partie basse de la rue des Puits l'Eau que se concentreront les chantiers. Il est à noter que, seulement, 10 % des frais de rénovation sont à charge des propriétaires des maisons concernées.  

(S.T. janvier 2015)