28 févr.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (300)

Batisse et l'mal-moutrant.

Avant d'commincher à vous raqueonter l'histoire d'Batisse, j'viens de m'rinte queompte que ch'est d'jà l'treos chintième luméreo de l'rubrique in patois. L'ceu (pétête que je m'fais des illusieons in pinsant qu'i-d'a ein au moinse) qui m'areot ainsi li d'puis l'début, i-deot asteur comprinte l'Tournisien. Cha n'veut pos dire qu'i-sait l'parler, pasque pou cha i-feaut pouvoir l'acouter et l'pratiquer.

Adeon, j'vas, aujord'hui, vous parler d'Batisse, ein brafe garcheon qui a fini ses jours à l'hospice. I-éteot né dins l'quartier Saint-Brice, dins eine pétite maseon de l'rue Catrice. S'mamère feseot les ménaches et s'mopère ouvreot, chez Bossut, au filache. Ses parints éteot'ent malhureux d'vir que leur infant éteot malingreux. S'mopère pinseot souvint : "Quoisqu'on va faire ave li, ein p'tit queop d'vint et i-est à s'lit !".

Quand i-a été au P'tit Caiteau pou l'service militaire, au momint qui aveot eu s'dix-huitième anniversaire, l'docteur qui l'a ausculté, l'a tout d'suite réformé :" J'vous mets défintiv'mint in congé, on n'a pos b'soin d'malingampes dins l'armée. Dins l'train qui l'ram'neot à Tournai, tout l'leong du qu'min Batisse i-a brait. Ch'est l'deuxième feos dins s'vie qu'i-éteot ainsin raplati. L'prumière feos, ch'éteot à l'fabrique dusqu'on f'seot des briques, i-d'veot les sarger dins des camieons, mais pou ceulle tache i-éteot treop malaguéon, i-a vite orchu s'billet d'sortie sans chômache, ch'éteot ainsin quand on aveot eine pierte d'ouvrache.

A bramint d'cloquettes, i-a été seonné, pinsant qu'on alleot l'ingager mais quand l'patreon veyeot pa d'vant li l'p'tit maiguerleot, ch'éteot toudis parel, i-souffleot et i-li diseot : "J'n'ai pos b'soin d'ouverrier, pou l'momint on est complet".

I-a eu l'sanche de rincontrer Mossieu Anatole, qui aveot été, dins l'temps, directeur d'école. "Cha n'te direot rien d'aller ouvrer dins l'secteur public, i-n'seont pos aussi orwettiant que dins les fabriques". Grâce au p'tit meot que l'viel heomme li aveot deonné, i-est rintré dins ein établiss'mint scolaire comme ouverrier".

Ch'est là-vas qu'i a fait l'connissance du grand Martin, eine heomme qui habiteot du côté d'Marquain.

"Ichi, garcheon, te n'deos pus t'in faire, on est des fonctionnaires, pou ête foutu à l'huche, i-feaut avoir tué s'mopère et s'mamère. On comminche à huit heures tout l'temps, mais te peux d'jà faire malette in arrivant, on a deux heures pou nous eautes deîner, dins l'cauff'rie in hiver et déhors in été. A chinq heures, l'journée est normal'mint finie, mais i-est pus souvint quatre heures et d'mie. L'directeur i-est tout proche de l'pinsieon et i-n'fait pus beauqueop attintieon";

De s'vie, no Batisse i-n'aveot jamais été aussi bénaisse, on li anneoncheot qu'i-alleot pouvoir ouvrer à s'n'aisse. I-a pos fallu lommint pou qui comprenne que l'fameux Martin ch'éteot surtout et avant tout ein sapré fouteu d'gins. Jules, l'cuistot, li-a di d's'déméfier d'Martin qui éteot bin leon d'ête ein beon samaritain. "I-n'te feaut pos faire confiance à ein fafiou parel, tout à l'douche, i-sait bin faire morte-vielle".

Après eine sémaine, l'paufe Batisse, i-aveot d'jà mingé s'pain blanc, i-alleot vite apprinte ce qu'éteot ein mal-moutrant. Ein jour d'hiver qui f'seot bin freod, Martin l'a invéyé porter ein colis à véleo. A causse du noirglas, pou n'pos caire su l'pavé, Batisse i-a traversé l'mitan de l'ville à pied.

"J'vas ichi attraper eine mauvaisse croque" qui pinseot tout in poussant conte l'vint s'lourd véleo.

Martin, ein rude wiseu,  i-aveot trouvé l'solutieon, l'nettiache des pourchell'ries ch'éteot pou l'garcheon. Mais l'pire i-s'a passé, jusse à l'fin d'eine journée. Ch'éteot ein verdi du meos d'juin, pindant l'période des examens.

"Batisse, viens vite, i-a eine drôle d'affaire qui est restée coincée dins l'nochère, si i-pleut et qu'on n'l'inlève pos, elle va boucher l'déquinte d'ieau. Comme t'es pos pus épais qu'ein fil de fier te vas pouvoir facil'mint passer pa l'tabatière. Mi, passer pa l'petit treos ou bin m'panche elle claque ou bin j'risque d'rester in raque".

Batisse n'a pas osu li avouer qui aveot l'pépète quand i- s'ortrouveot à pus d'deux mètes. I-éteot pos à peine passé que l'tabatière elle éteot orserrée. Apeuté, i-a toqué au cassis et Martin li a berlé : "à 'r'voir, à lindi".

Ave s'main trannant au bout de s'bras, n'osant pos ravisé in bas, i-f'seot des appels désepérés à tous les étudiants qui veyeot passer mais les annochints, in plein mitan de l'cour, pinseot'ent qui leu diseot simplemint bonjour.

Eine beonne heure après, ch'est acor l'cuisinier qui l'a sauvé. Jules i-a mis l'directeur au courant mais l'eaute i-est parti in riant : "On veot bin qui n'a pos été à l'armée, Martin i-a fait cha pou plaisanter". Martin et l'directeur i-z'éteot'ent comme cul et qu'misse et on n'dit pos du mau d'ces amisses.

Ceulle histoire, elle s'a passé  i-a bin lommint, à l'usine ou dins les milieux d'l'inseign'mint, on n' connisseot pos 'cor l'notieon d'harcèl'mint. Cha s'reot asteur, i-a areot bin ein avocat que d'ceulle affaire i-areot fait ses choux gras.

 

(lexique : commincher : commencer / raqueonter : raconter / l'luméreo : le numéro / l'ceu : celui / pétête : peut-être / au moinse : au moins / li : lu / asteur : maintenant / comprinte : comprendre / pasque : parce que / écouter : écouter / adeon : donc / garcheon : garcon / l'maseon : la maison / s'mamère : sa mère / faire des ménaches :  travailler à journée, nettoyer chez des particuliers / s'mopère : son père / l'filache : travail du fileur / malingreux : malingre, maladif / ein queop : un coup / au P'tit Catieau : au Petit Château, centre de l'armée pour déterminer les aptitudes au service militaire / ein malingampe : un qui marche mal, un boiteux / tout l'leong du qu'min : tout le long de la route, du chemin / braire : pleurer / ête raplati : être anéanti / sarger : charger / malaguéon : maladroit / orchu : reçu / eine pierte : une perte / seonner à bramint d'cloquettes : sonner à bien des sonnettes, sonner à beaucoup de portes / pa d'vant : devant / ein maiguerleot : un maigrichon / ein ouverrier : un ouvrier / l'sanche : la chance / ne pas ête orwettiant : ne pas être regardant, ne pas trop aller au fond des choses / ichi : ici / ête foutu à l'huche : être mis à la porte / deîner : dîner :/ l'cauff'rie : la chaufferie / l'pinsieon : la pension, belgicisme pour retraite / beauqueop : beaucoup / ête bénaisse : être content / ouvrer : travailler / à s'n'aisse : à son aise / lommint : longtemps / sapré : sacré / ein fouteu d'gins : un moqueur, un railleur / s'démefier : se méfier / bin leon : bien loin / ein fafiou : un bavard / parel : pareil / tout à l'douche : tout doucement, sans faire mine d'y toucher / faire morte-vielle : cacher son jeu, faire semblant de rien / l'paufe : le pauvre / apprinte : apprendre / ein mal-moutrant : un sournois, un mauvais caractère, un jaloux / freod : froid / inveyer : envoyer / à causse : à cause / l'noirglas : le verglas / caire : tomber / l'mitan : le milieu /  attraper eine mauvaisse croque : attraper une sérieuse maladie /  ein wiseu : un paresseux / l'nettiache : le nettoyage / les pourchell'ries : les saletés, le désordre, les taudis, les maisons mal tenues /  jusse : juste / verdi : vendredi / l'meos : le mois / l'nochère : le chéneau / l'déquinte d'ieau : la descente d'eau, la gouttière / ein fil de fier : un fil de fer /  l'tabatière : fenêtre plate dans un toit qu'on rabattait / m'panche : ma panse, mon ventre / rester in raque : rester sans plus pouvoir bouger, être en panne / avoir l'pépète : avoir peur / les mètes : les mètres / orserrer : refermer / apeuté : effrayé / toquer : frapper, heurter / l'cassis : le châssis / berler : crier, hurler / tranner : trembler / raviser : regarder / les annochints : les innocents / in plein mitan : au beau milieu / acor : encore / ête comme cul et qu'misse  : être inséparables / du mau : du mal / les amisses : les amis).

S.T. féverrier 2015

19:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonjour ! Tu vas bien ?
Je reviens à toi pour te demander comment on dit "avoine" et "blé" en patois tournaisien ? Je suis en train d'écrire une saynète pour enfants, "Eperchin" au Moyen Age. Grand merci

Écrit par : Beaucarne | 03/03/2015

Répondre à ce commentaire

Avoine se dit "aveine" et blé c'est comme en français. Bien amicalement. Serge

Écrit par : serge | 03/03/2015

Répondre à ce commentaire

je viens seulement ce matin de lire ton blog!!!! Quelle joie de commencer la journée sur un texte en tournaisien ( j'adore et surtout continue !
bien à toi
Renelde

Écrit par : rauwers | 06/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.