20 févr.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (299)

Mes carabistoules du saim'di ! 

Dins l'gazette ou à l'radio, i-n'est pos ein jour sans qu'on intind parler du chômache. I-a pus d'treos chint mille perseonnes qui seont à jocque et cachent après d'l'ouvrache. Comme ceulle branque elle comminche pa coûter tchier à l'Onem et au Forem, on n'a pos trouvé mieux que d'foute les gins qui n'truèf'tent pos d'imploi dehors du système. Cha s'appelle : l'solutieon d'facilité, ch'a l'avantache de n'pos treop d'minder à busier. Dire que des esperts se seont penchés su l'problème pou trouver ceulle solutieon à l'pétite sémaine. Savez mes gins, ch'n'est pos ein mystère, ch'est simplemint ein traval d'fonctionnaires. Vous allez vir ave ces zozos là, on va béteôt orvenir au temps d'Zola ! On va vir des chintaines d'perseonnes aux distributieons d'colis alimentaires comme ch'éteot l'cas aux pires momints d'l'dernière guerre. A Saint-Piat, à la Maseon du Pichou ou à Saint-Brice à celle des familes tous les jours, su les trottoirs, i-va avoir des saprées files.

J'ai l'raminvrance des ainnées chinquante quanç'que tertous i-aveot du traval. I-aveot alors bramint d'petits métiers et certains d'inter-nous n'les ont pos obliés. L'marchand d'carbeon qui déverseot, après les avoir queompter, l'contenu d'chaque sa pa l'rayère de cave. Toudis dins l'poussière, i-éteot noir comme eine gaillette. L'marchand d'glache qui, ave s'grand écorchwé et ses gants in cuir, rapporteot les blocs pou mette dins les glacières. L'marchand d'cancheons qui pou ein p'tit sou vindeot les paroles des succès du moumint, à l'rue des Cap'liers ou su l'marché, du saim'di au matin, l'marchand d'loques et d'pieaux d'lapins qui acateot vos vielles bricoles pou ein peu d'argint. L'marchand d'carabouya, ein greos africain qui rieot toudis d'toutes ses dints.   

Aujord'hui, j'vas vous dresser l'portrait d'ein cache-à-couanne. N'vous casser pos l'caboche, n'cacher pos dins vo tiête, vous n'l'avez seûrmint pos connu et, j'deos bin ichi vous l'avouer, mi neon pus. Ch'est eine histoire total'mint inventée même si elle va rapp'ler aux vieux Tournisiens, un heomme qu'on appeleot... "La Limace".  

Quand arriveot l'fin de l'sémaine, l'heomme alleot d'bistreot in bistreot trinqu'ballant s'viel accordéon déclinqué. On ne l'rincontreot que dins les quartiers populaires, à Saint-Piat, à Marvis et su l'plache Saint-Pierre. In ville, on diseot que ch'éteot ein baraqueu, ein moinse que rien qui resteot su ein terrain vague, pos bin leon d'Mulette, au forbou Saint-Martin. On pinseot qui d'veot v'nir de Roumanie, d'Allemane ou bin de Bulgarie.

Ave s'larque mareonne beauqueop treop courte, ortenue pa eine paire d'bertielles, s'quémisse gaunie rimplie d'orprisures et s'vieux jupeon tout mité, i-aveot l'air d'ein gingeot ! S'leonque chev'lure blanque et crolée deveot avoir oblié d'puis bin lommint à quoi orsanneot ein peine et s'bouque éteot à mitan cachée par eine barpe qui déquindeot jusque su s'panche. M'visin, l'écrénier, qui f'seot toudis des blaques à deux francs chinquante aveot eine feos dit in riant (pasqu'i-n'a qu'eusses pou rire de leu cacoules d'innochint d'Bornibus)  :

"In tout cas, i-n'vient pos d'Yougoslavie pasque... ein Yougo...s'lave".

A peine intré dins l'cabaret, i-s'laicheot caire su eine cayère, i-ouvreot s'n'instrumint aussi mate que li et i-commincheot à canter des cancheonnes dins l'lanque de s'pays. Ch'éteot de tristes airs, bin leon d'ête des carmagnolles qui nous areot'ent fait braire si, au moinse, on aveot compris les paroles. Après, i-passeot inter les tapes ave ein vieux capieau boule pou orchevoir des écapures. L'patreon li donneot alors eine pinte qui buveot tout d'eine seule traite. Bénaisse, i-sorteot alors du cabaret traînant les pieds dins des vieux sorlets à daches.

I-éteot toudis acerténé d'avoir à minger : on li offreot ein paquet d'frites, eine tarteine au gambeon ou au fromache, alfeos même des fricadelles ou ein sauret.

Comme eine arondielle, i-arriveot au début du printemps, aux prumiers bieaux jours et i-s'in ralleot à l'velle de l'Toussaint. Dusque i-passeot l'morte saiseon, personne n'l'a jamais su.

Ein jour du meos d'septimpe, pindant l'karmesse de no cité, alors que l'pluèfe s'éteot mise à caire à l'louque et qu'on éteot tout détrimpé, je m'sus ortrouvé près d'li, à l'intrée du magasin de l'Vierche Noire. Je n'sais pos c'qui m'a pris, j'li ai dit :

"I-n'fait pos fort bieau, aujord'hui !"

I m'a ravisé lommint ave ses is d'ein bieau gris, i-a esqueué s'tiête comme pou dire ahais, j'ai su qu'i-m'aveot compris.

"Tout à n'ein queop, j'l'ai intindu barboter  :

"Non, pas être belle journée !"

"Vous parlez no lanque ? " que j'li ai d'mindé.

"Non, moi parler... français"

"Bon sang mais c'est bien sûr" comme areot dit l'commissaire Bourel dins les "Chinq dernières minutes", eine vielle émissieon. I-n'comperdeot pos l'tournisien, comme vous mes gins quanç'que vous v'nez l'saim'di pou lire l'babillarte que j'vous écris. Ah mais, ch'est pos facile savez, l'patois pou l'parler i-feaut l'pratiquer.

L'heomme n'éteot pos aussi busieu que j'pinseos.

Ainsin, milette pa milette, i-m'a raqueonté s'vie. In mille nuef chint chinquante six, i-aveot quitté s'famile et bieau pays de Hongrie à causse d'l'arrivée des troupes du pacte d'Varsovie. Ave l'peu d'liards que li aveot deonné s'vielle mamère, i-aveot acaté ceulle caravane et i-a voulu aller jusqu'in Ingleterre. L'seule cosse qu'i-aveot emporté ch'éteot s'n'instrumint d' musique. J'ai appris qu'i-inseigneot l'musique au conservatoire d'Budapest. Quand i-est arrivé in Belgique i-a trouvé les gins sympathiques qu'i-est resté dins no pays. I-n'oseot pus ortourner in Hongrie pasqu'i-éteot considéré là-vas comme ein désalteu.

J'ai souvint orvu Anton, ch'est ainsin qui s'app'leot, et quand j'aveos l'cœur mansé, j'alleos acouter ses cancheons qui parleot'ent des files de Hongrie et des fiêtes pindant l'été l'leong du Danube. Ein neom orveneot toudis "Ninotchka", ch'éteot pétête l'ceu de s' mamère, j'n'ai jamais osu l'i d'minder. L'pus grand plaisi qu'on pouveot li faire ch'éteot d'li offrir eine faluche, cha li rapp'leot l'pain que s'mamère prépareot à s'maseon. Avant d'aller l'vir, j'alleos toudis in querre eine chez l'boulinger de l'rue Gallait.

Au début du meos d'avril, pindant eine paire de jours, j'ai attindu in vain son ortour. On n'l'a pus jamais vu, on n'a jamais su ce qu'il éteot dev'nu !

Tout cha s'a passé, i-a près d'soixante ans. Anton i-areot asteur pus d'chint dix ans. Pou seûr, qu'i-est parti au paradis des accordéonneus.

Quand l'vint d'bisse, l'hiver, chuffièle dins m'quémeinée, quand ses rafales viennent buquer su les battantes, j'creos orconnaite des accords de s'piano à bertielles et je m'mets alfeos à taper dins les mains pou rythmer l'air qu'i-est in train d'jeuer.

La, la, la, lala, lala ....Vas-y Anton jeue, t'es pus tout seu Anton, ravise tes amisses d'Saint-Piat et d'Saint-Brice, jeue à perte t'n'haleine, pou Ninotchka su les touches fais queurir tes deogts, jeue les bieaux morcieaux que j'aimeos intinte quand j'éteos rotleot. 

(lexique : eine carabistoule : une histoire inventée / ête à jocque : expression plus guère utilisée qui signifie être au chômage / ceulle branque : cette branche / commincher : commencer / coûter tchier : coûter cher / truèf'tent : trouvent / busier : penser / béteôt : bientôt / saprées : sacrées / avoir l'raminvrance : se souvenir / chinquante : cinquante / quanç'que : quand / tertous : tous / bramint : beaucoup / l'carbeon : le charbon / queompter : compter / l'rayère de cave : le soupirail / toudis : toujours / eine gaillette ou gayette : un morceau de charbon / l'glache : la glace / ein écorchwé : un tablier / les cancheons ou cancheonnes : les chansons / rue des Cap'liers : rue des Chapeliers / acater : acheter / ein cache-à-couanne : peu usité de nos jours ce mot désigne un mendiant / s'casser l'caboche : se casser la tête, se triturer les méninges / cacher : chercher / seûrmint : sûrement / trinqu'baller : porter péniblement / déclinqué : délabré, en triste état / ein baraqueu : un gitan, un bohémien / ein moinse que rien : expression péjorative pleine de dédain pour une personne pauvre / pos bin leon : pas bien loin / Mulette : désigne le cimetière du Sud à Tournai, proviendrait du nom de la première personne qui y fut enterrée / l'forbou : le faubourg / s'larque mareonne : son large pantalon / ortenu : retenu / des bertielles : des bretelles / eine quémisse : une chemise / gaunie : jaunie / des orprisures : des reprises, réparations de couturière pour masquer une déchirure dans un tissu / ein jupeon : désigne le veston des hommes / i-aveot l'air d'ein gingeot : avoir l'air d'un dégingandé, une personne mal habillée et un peu ridicule / blanque : blanche / crolée : bouclée, frisée / orsanner : ressembler / ein peine : un peigne / l'bouque : la bouche / à mitan : à moitié / l'barpe : la barbe / l'panche : la panse, le ventre / l'visin : le voisin / l'écrénier : le menuisier / des blaques : des blagues, des plaisanteries / dire des cacoules d'innochint d'Bornibus : tenir des propos totalement idiots / caire : tomber / eine cayère : une chaise / ête mate : être fatigué, usé / l'lanque : la langue / braire : pleurer / au moinse : au moins / les tapes : les tables / ein capieau boule : un chapeau melon / orchevoir : recevoir / des écapures : petite monnaie donné en pourboire ou étrennes / bénaisse : content / des sorlets à daches : des souliers aux semelles cloutées / ête acerténé : être certain, expression peu usitée / eine tarteine au gambeon : une tartine au jambon / alfeos : parfois / des fricadelles : des boulettes de viande hachée / ein sauret : un hareng-saur / eine arondielle : une hirondelle / sétimpe : septembre / l'pluèfe : la pluie / à l'louque : à la louche / ête détrimpé : être trempé par la pluie / l'Vierche Noire : la Vierge Noire, magasin situé jadis au carrefour du Dôme / raviser : regarder / lommint : longtemps / esqueuer : secouer / tout à n'ein queop : tout à coup / barboter : parler entre ses dents, murmurer / quanç'que : quand / l'babillarte : la lettre / busieu : taciturne / milette pa milette : miette par miette / à causse : à cause / les liards : l'argent / l'mamère : la mère / l'cosse : la chose / ein désalteu : un déserteur / orvu : revu / mansé : serré, le cœur lourd / acouter : écouter / des files : des filles / l'leong : le long / pétête : peut-être / l'ceu : celui / osu : osé, du verbe osoir (oser) / eine faluche : petit pain rond et plat , normalement sans levain, aussi appelé eine tindue / vir : voir / querre : chercher / asteur : maintenant / pou seûr : pour sûr, certainement / ein accordéonneu : un accordéoniste / l'vint d'bisse chuffièle : la bise siffle / l'quémeinée : la cheminée / buquer : frapper / les battantes : les volets / jeuer : jouer / tout seu : seul / les amisse : les amis / queurir : courir / tes deogts : tes doigts / intinte : entendre / ein rotleot : un roitelet, par extension un jeune enfant).

S.T. féverrier 2015.

13:56 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.