14 févr.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (298)

Eine sémaine dins l'vie d'Edmeond.

Lindi.

8h au matin, l'nuef de féverrier, l'jour i-est à peine levé, Edmeond ouvère ein ouel, i-l'orferme et s'dminde dusqu'i-est, après i-gliche tout douch'mint eine gampe hors du lit, s'pied buque conte ses sorlets et i-sint alors l'naque du café que Fifinne, debout d'puis siept heures, a préparé. D'habitude, l'idée d'boire l'jatte d'cheribeon, qu'elle li fait, cha l'met d'beonne humeur pou tout l'journée mais aujourd'hui, ch'est bin leon d'ête l'cas i-est tout patraque, i-a mau à s'tiête, des toupiries et i-sint qui va faire des jeones de cat.

In l'veyant déquinte, Fifinne berteonne inter ses dints : "Ch'est lindi matin et ov'là l'quervassin".

I-feaut dire que l'velle au soir, Edmeond l'a fait forte, i-n'a pos été d'main morte, i-a presque vidé la mitan d'eine boutelle d'whisky in ravisant su France 3 l'inspecteur Barnaby. L' malhureusse Fifinne elle n'a presque pos dormi, car quand ch'est ainsin s'n'heomme i-ronfielle tout l'nuit.

Pou Edmeond, l'sémaine elle a mal comminché pindant deux jours, s'feimme elle a broussé.

Mercredi.

Edmeond, i-est parti passé s'soirée à l'réunieon pou l'plan d'mobilité.

J'ai pos pu m'impêcher d'li d'minder ce qu-i-aveot été faire là, ch'est pou les gins qui veont in auteo c't'affaire là.

"Bah, j'me sus fait tout p'tit dins la foule, cha m'intéresseot d'intinte toutes les cacoules, ein réunieon su l'plan d'mobilité, ch'est aussi comique qu'eine séance de Cabaret, mi j'n'sus pos concerné puisque j'fais toudis tout à pied, d'ailleurs, à Tournai, i-n'a pus qu'les vieux qui save'tent acore porméner, du momint qui sécuris'tent l'traversée du Viaduc, l'reste après... Cha ch'éteot bazar, sais-te, tertous i-berleot'ent, les gins i-éteot'ent in foufielle et chaque perseonne simbleot prier pou s'capelle. I-paraît même qui d'aveot ein qui, à chaque réunieon,  f'seot eine fixatieon su les Bastieons. Ahais, mais i-feaut comprinte les gins, les temps seont durs et ave l'crisse et les travéaux dins no cité qu'on n'sait pus quanç'qu'i-ont qu'minché, les magasins du centre d'l'ville, les eins après les eautes, i-ont serré. J'ai surtout ormarqué qu'alors qu'on parleot des rues du centre-ville, ch'éteot surtout de l'ZACC Morelle qu'i-donneot'ent in eximpe, nos édiles. Te t'rinds queompte, on va construire, dins ou treos ainnées, pus d'mille deux chints maseons inter Tournai-Expo et l'chaussée d'Renaix. I-va falloir trouver pus d'mille deux chints familes pou les acater ou bin les louer alors qu'i-a d'pus in pus d'malhureux qui veont au CPAS, li-même désarginté. A m'n'orelle, eine feimme m'a soufflé, ch'est pou les riches étringers qui veont v'nir ichi habiter et, ch'est tout à fait normal, i-veont payer les tasques communales. On comminch'reot pa arringer tous les taudis et les maseons inoccupées, on ortrouv'reot du logemint dins l'cœur de no cité et elle s'reot acore pus belle à visiter. Dis hardimint, i-feaute ête ein riche annochint pou oser proposer des projets ainsin". Edmeond i-aveot ortrouver s'teon d'tribun.

J'n'éteos pos tout à fait d'accord ave li car ch'est au momint dusque tout va mal qu'on doit busier à l'avenir même si i-n'est pos rosses et violettes.

Verdi.

Edmeond i-a dit à Fifinne : "On va fiêter Saint-Valentin".

"Pourquoi faire cha, aujord'hui, ch'est seul'mint d'main".

"Laiche me faire et te vas vir, te vas ichi ortrouver d'vieux souv'nirs"

Arrivés dins leu campe, Edmeond i-a intraver ses deux gampes, i-a attaché Fifinne su l'lit et i-a mis ein bandeau su ses is.

Fifinne n'éteot pos très rasseurée, elle se d'mindeot quoisqu'i-alleot s'passer".

Elle a intindu s'n'heomme déquinte l'z'escaliers, elle est restée tout seu, dins l'noir, alleongée.

Elle ne saveot pos qu'à c'momint là, dins l'saleon, Edmeond i-éteot pa d'vant l'télévisieon.

Dins l'meupe, i-aveot orpris... eine verre et s'boutelle d'whisky.

"Infin l'silence" qui diseot, tout bénaisse, j'vas pouvoir orwettier l'fotbal à m'n'aisse.

Tout à n'ein queop, i-a intindu un cri qui v'neot d'l'étache :

"Et alors, j'vas pos rester ainsin, quoisque te fais, espèce d'sauvache, te n'viens pos faire Dodo et m'ortirer l'bandeau". Comperdez-bin, l'majuscule à dodo, ch'n'est pos eine feaute dins l'meot, ch'est pasque m'subconscient in somme, i-est pétête toudis pollué pa l'procès du Carlton.  

A l'leumière, i-jeueot ave ein cindrier, in bieau modèle in pierre, et i-veyeot les couleurs canger.

"T'occupes pos, Fifinne, j'orwette les chinquante nuances du... grés".

Seul'mint, l'scénario qu'i-aveot imaginé, j'deos vous l'avouer, i-s'a mal terminé.

I-n'aveot pos d'menottes comme on veot au ciné et ch'est ave du papier collant qui l'aveot liée. Ein papier d'si beonne qualité qui n'a pus su l'inl'ver. Pou l'libérer, ave des ciseaux, i-a tout essayé même ave ses dint et i-a failli y-laicher s'dintier.

Fifinne éteot débaltée : "Quoisque te vas faire, espèce d'innochint"

"J'vas devoir attinte l'matin pou mi aller ch'est l'visin, je n'vas pos aller à onze heures li querre, in catastrophe, ein sécateur".

"Pourquoi pos eine tronçonneusse tant qu't'y es" qu'elle li a dit " après tout on est Verdi 13 aujord'hui" (*).

L'sémaine elle a fini comma elle a qu'minché, Fifinne elle a acore broussé.

In conclusieon, je n'sais pos si vous êtes comme Edmeond mais l'cinéma ch'est pos toujours fort beon ! Mi j'propose qu'on oblige à mette comme su les paquets d'cigarette : "trop d'ciné peu nuire à l'santé".

(*) Verdi 13 ou "Vendredi 13", film d'horreur suite de "Massacre à la tronçonneuse", tout l'meonte i-n'va pos vir parelles horreurs au cinéma, mi, sans arrière-pinsée, j'préfère Blanque Neiche ou les treos p'tits pourchéaux !

(lexique : Lindi : lundi / l'nuef de féverrier : le neuf février / ouvère : ouvrir / ein ouel : un œil / orfermer : refermer / dusqu'i-est : où il est / glicher : glisser / ein gampe / une jambe / buquer : heurter / ein sorlet : un soulier / l'naque : l'odeur / eine jatte d'cheribeon :  une tasse de très bon café / bin leon : bien loin / ête patraque : ne pas sentir dans son assiette / avoir du mau : avoir mal / des toupiries : des vertiges, des éblouissements / faire des jeones de cat : vomir / déquinte : descendre / berteonner : maugréer / ein quervassin : un ivrogne / la mitan : la moitié / raviser : regarder / ronfieller : ronfler /  commincher : commencer / brousser : bouder, faire la tête / intinte : entendre / les cacoules : les mensonges / toudis : toujours / porméner ou pourméner : promener / berler : crier, hurler / ête in foufielle : être dans tous ses états / prier pou s'capelle : prier pour sa chapelle, parler dans son propre intérêt / ahais : oui / quanç'que : quand / serrer : fermer / ein eximpe : un exemple / Te t'rinds queompte : tu te rends compte, tu es conscient / deux chints : deux cents / acater : acheter / les tasques : les taxes / arringer : arranger / annochint : innocent / ainsin : ainsi / busier : penser / fiêter : fêter / laicher : laisser / vir : voir / l'campe : la chambre / les gampes : les jambes / les is : les yeux / rasseurée : rassurée / l'meupe : le meuble / ête bénaisse : être content, heureux / orwettier : regarder / à s'n'aisse : à son aise, sans être dérangé / tout à n'ein queop ; tout à coup / pasque : parce que / pétête : peut-être / L'leumière : la lumière / jeuer : jouer / canger : changer / chinquante : cinquante / débaltée : exaspérée / innochint : innocent / attinte : attendre / l'visin : le voisin / querre : chercher / qu'mincher : commencer / parelles : pareilles / les pourchéaux : les cochons)

S.T. féverrier 2015.

11:28 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon dimanche Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 15/02/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.