07 févr.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (297)

J'n'in sus toudis pos orvenu, j'viens d'vir que ch'est d'jà l'deux chint-nonante-septième feos que j'viens ichi vous foute l'barpe à l'fin de l'sémaine. I-a bramint d'gins qui vienne'tent lire mes artiques et qui m'invoie'tent, alfeos, ein p'tit meot pou m'dire que ch'n'est pos facile à comprinte même ave l'lexique. I-z'ont bin du corache d'continuer à lire mes carabistoules ou alors ch'est pasqu'i-z'aime'tent bin l'lanque des Tournisiens.

J'vas aujord'hui vous raqueonter l'histoire qui est arrivée à Maurice, ein garcheon qu'j'ai connu pasqu'i-éteot, comme mi, Unionisse. Au stade Horlait, on alleot ainsi vir insanne, l'diminche, les "Infants" du temps - i-feaut bin l'dire - que l'fotbal tournisien, i-éteot acore brillant. Maurice ch'éteot ein véritape supporter qui saveot incorager ses Rouge et Vert. I-éteot grand et fort mais i-éteot surtout bégueyeu, les meots resteot'ent dins s'bouque et sorteot'ent peu à peu.

"Ra... Ra... Ravise ichi, m'coco... m'coco... m'comarate, i-va.. i-va... i-va... ho... ho... hola !".

"Neon, neon, va, Vigin, i-n'va pos marquer, l'balle elle est d'jà d'l'eaute côté".

Quand l'foule, pou eine faute, grondeot, Maurice dins l'tribune, li, bondisseot :

"I-a... i-a... i-a pépé... i-a pépé... i-a pénalty et... et... l'ar... l'arbite... i... i... i-n'a... rien dit".

Dreot dins l'tribune, débalté, i-f'seot rire toute la foule : "ca... caca... cafoteu, bé... bé... bébé... berlou, an... an... andoulle".

In riant plein s'panche, ein jour, ein greos flamind d'Nieuport l'aveot surneommé l'Luc Varenne de l'rue des Sports.

"Ra... rav... ravise tes.. tes... pu... tes pupu... tes purleux, i... i... i-veont acor in... in printe... au... au moinse d... deux".

A chinq, pou éviter ein nouvieau conflit communautaire, on a été obligé d'séparer les deux supporters.  

Ein jour, j'li ai d'mindé :

"Quoisque te fais ainsin dins la vie, l'amisse ?"

"J'...J'...ouèfe, à... à... à... Les...Lesdain, pou...pou.. ein... ein... pépi... pépinièrisse".

L'saim'di au matin, i-vindeot des arpes, des fleurs et des compositieons florales su l'plache des Acacias, jusse au pied de l'cathédrale. Ahais, l'plache des Acacias, ch'éteot l'neom qu'on deonneot alors à la plache Paul Emile Janson.

"I... i... Ichi, les bieaux... les bieauxbieaux... dada... dahlias, vous... vous n'in... vous n'in avez ja... jamais vu des... des coco... des comme cha".

L'patreon li a dit :

"continte-toi d'm'avancher les plantes que l'client i-a d'mindé et pou l'reste, ein consel, te restes muet, arrête d'faire le seot et surtout n'dis pos ein meot".

Eine feos, l'patreon l'aveot intindu faire :

"hi...hi...hi"

"Quoisqu'i-a ?" qui li a dit.

'Ri... ri... rien, j'ai... j'ai... intin... intindu... eine... eine blaque et... et... j'...j'...j' ris".

L'patreon, ch'éteot eine fine mouque, i-s'a dit :

"Ave li, créneom de neom, J'tiens ichi eine riche attractieon".

Les eautes marchands pou vinte les fleurs i-berleot'ent, mais ch'est pa d'vant s'n'étal que les acateus s'rassimbleot'ent.

"I... i... i... i... i-va... i-va faire... bieau... d'... d'main ou bin i... i... i-va... i-va... i-va faire.... bin... binbin... fre... freod", pou chaque week-end qui commincheot, Maurice i-annoncheot l'météo.

L'paufe bégueyeu, malhureus'mint, i-a failli morir dins ein accidint.

I-éteot parti ave s'triporteur, huit jours avant l'Noë, pa l'rue de l'Tiête d'Or pour orjointe l'rue Gallait. I-transporteot ainsin les p'tits sapins commindés au marché du saim'di matin, tout à n'ein queop, in f'sant aller ses mains, i-a ormarqué qui n'aveot pus d'freins !

"Aa... aa... attin... attintieon, mes... mes... gins, j'... j'... n'ai pu... pupu... pus de freins".

Mais l'temps que l'phrase elle sorte in intier, ch'est presque deux chints mètes qu'i-aveot fait.

I-a battu tous les orcords de l'déquinte de l'rue de l'Tiête d'Or. I-falleot vir comme i-éteot brinqu'balé, su s'selle, à causse des mauvais pavés. Croyez-me, je n'vous raqueonte pos d'cacoules, même l'pétit sapin i-aveot les boules.

Je m'dis qu'i-a dû ête ein véritape as du slalom pou passer sans imcombres l'carr'four du Dôme. Si jamais i-vireot dins l'rue des Puits l'Eau, i-plongeot direct dins l'Esqueaut

I-a ormeonté à fond, l'rampe du Peont à Peont !

I-est arrivé in face du Belvédère et (t'nez vous bin à vos cayère) i-a dit, tout apeuté" :

"J'ai bin cru que m'dernière heure, elle aveot seonné".

Orprenant s'n'haleine, i-a même rajouté, in orwettiant l'clotier d'l'églisse :

"J'pinse que j'deos eine fière candelle à Saint-Brice".

Si on dit qu'cha deonne alfeos des ailes, l'pépette, cha li a permis, à li, d'parler d'eine seule traite".

Ein passant s'a précipité pou l'réconforter. Ein heomme bin connu dins tout Tournai, ein professeur d'dictieon fraîqu'mint ortraité

"Ah mais... ah mais cha... on... on... on peut di... dire que... que... vous... vous m'a... m'avez fait... peu... peur? Mais... mais... quoisqu...i. quoisqu'i m'a... mama... m'arriffe... ov... ov'là... que... que j'bè... J'bébé... j'bèque asteur !

(lexique : toudis : toujours / vir : voir / orvenu: revenu / feos : fois / ichi : ici / foute l'barpe : barber, ennuyer / bramint : beaucoup / les artiques : les articles / alfeos : parfois / ein meot : un mot / comprinte : comprendre / du corache : du courage / des carabistoules : des calembredaines / l'lanque : la langue / raqueonter : raconter / ein garcheon : un garçon / unionisse : unioniste, supporter du club de football de l'Union de Tournai, aujourd'hui, hélas, disparu / insanne : ensemble / les Infants : les Enfants, surnom donné aux joueurs de l'Union / véritape : véritable / incorager : encourager / ein bégueyeu : un bègue / l'bouque : la bouche / raviser : regarder / m'comarate : mon camarade / dreot : droit / débalté : déchaîné / ein cafoteu : un bricoleur / ein berlou : une personne atteinte de strabisme, personne qui louche / andoulle : andouille / rire plein s'panche : faire bonne chère à rire / les purleux : vient du verbe purler qui signifie étendre le purin, invective de supporters à l'adresse de mauvais joueurs (au football) / au moinse : au moins / chinq : cinq / l'amisse : l'ami / j'ouèfe : présent de l'indicatif du verbe ouvrer signifiant travailler / des arpes : des arbres / jusse : juste / ahais : oui / avancher : avancer / ein consel : un conseil / l'seot : le sot / eine mouque : une mouche, ête eine fine mouque : être rusé / eine blaque : une blague, un histoire comique / vinte : vendre / berler : hurler, crier à tue-tête / pa d'vant : devant / les acateus : les acheteurs / bieau : beau / freod : froid / commincher : commencer / anneoncher : annoncer / l'paufe : le pauvre / morir : mourir /  l'Noë : la Noël / orjointe : rejoindre / tout à n'ein queop : tout à coup / ormarqué : remarqué / les orcords : les records / l'déquinte : la descente / brinqu'baler : secouer / des cacoules : des mensonges / l'Esqueaut : l'Escaut / l'Peont-à-Peont : le Pont-à-Pont ou anciennement le pont aux Pommes / l'Belvèdere : le Belvédère était un café situé à l'angle de la rue des Campeaux et du Pont-à-Pont, devenu par la suite, à la fin du siècle dernier, le British Grenadier / l'cayère : la chaise / apeuté : apeuré / orprenant : reprenant / orwettier ou raviser : regarder / l'clotier : le clocher / eine candelle : une chandelle, / l'pépette ou aussi l'peupette : la peur / fraîqu'mint ortraité : fraîchement retraité / béguer : bégayer).

S.T. féverrier 2015.

09:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.