31 janv.
2015

14:37

Tournai : expressions tournaisiennes (296)

In Vino Veritas !

Quand j'ai rincontré, Edmeond, à Froyennes, vierdi, i-éteot grogneon et ov'là c'qui m'a dit :  

"Aujourd'hui, l'Optimisse, j'deos bin te l'avouer, je n'sais pus quoisque j'deos pinsé. I-a asteur dins l'actualité bramint d'sujets qui veaut mieux n'pus aborder.

Ainsin, prinds, par eximpe, l'plan d'mobilité qui devreot aérer no beonne vielle cité. L'projet i-est à peine né au début du meos d'janvier qu'i-a d'jà provoqué eine masse d'levées d'boucliers. Pou nos édiles, ch'est pou rinte pus facile l'circulatieon dins no ville mais pou les ceusses qui tienne'tent boutiques, malhureux, ch'est l'comminch'mint du désert économique.

Tout cha, ch'est ein problème d'mintalité et, d'puis quarante ainnées, elle a bin cangé :

Quand i-n'aveot pos 'cor beauqueop d'automobiles, les gins étaient beauqueop pus... mobiles, i-z'alleot'ent à pied à l'école, à l'ouvrache, vir les espositieons, porméner ou bin faire les commissieons. On n'pinseot pos à mette les magasins in déhors des cités pasque ch'éteot chez l'boucher, l'boulinger, l'épicier ou l'marchands d'sorlets du quartier qu'on aveot l'habitude d'aller. Ch'est même là-vas qu'on appreneot les p'tites nouvelles : l'naissance d'ein rotleot, l'mariache d'ein visin ou bin l'mort d'untel. A l'porte des écoles, quand les infants éteot'ent rintrés, les mamères raqueonteot'ent les p'tites misères sans vir l'temps passer.

A l'heure d'aujord'hui, quand on va in ville, ch'est au volant de l'automobile et on veut pouvoir stationner jusse face à l'indreot dusqu'on va acater. On n'sait pus faire chinq mètes quand on s'déplache pasque, sans conditieon, on est bin vite tout in nache. Ch'est aussi au volant de s'n'auteo que m'voisine Marceline, elle fait tout bell'mint s'léque-vitrine. "J'ai vu eine belle rope" qu'elle dit à s'n'heomme Emile, arrêtée in plein mitan de l'rue d'l'Yser, ave son mobile. Si on laicheot tout faire, pou aller à messe, certains automobilisses rintrereot'ent ave leur auteo dins l'églisse et au marché pou ein kileo d'tomates, madame s'fereot servir pa l'cassis de s'quate-quate.

Dis hardimint, même pus savoir aller à pied pou ein kileo d'tomates, i-a pos à dire, i-feaut ête vraimint dev'nu fate. "La fonction crée l'organe" m'aveot ein jour dit l'maîte Cambier, in sixième ainnée, bé, si ch'est vrai, béteôt les infants i-veont naîte sans gampes et sans pieds.

Quand j'm'in vas in ville, de m'maseon de l'rue Montifeaut, ch'est toudis à pied ou bin au bus quand i-fait freod. I-feaut vir au Viaduc, les infants qui veont l'matin à l'école faire l'file pindant ein quart d'heure, ave leu mopère, dins les bagnoles. L'pire ch'est qui n'feaut pos dire cha treop heaut pasque t'es tout d'suite pris pou ein vieux seot, i-feaut t'déméfier d'ces jocrisses, pou avoir dit la vérité, i-t'f'reotent rinserré à l'hospice.

Pour tout asteur, mi j'sus prudint et avant d'dire eine séquoi, j'busie bin. D'puis qu'"Tintin au Congo" i-a failli ête interdit, utiliser l'meot noir, pou mi, ch'est fini. Bin seûr, ch'a été dur pour m'habituer, m'vie elle a profondémint cangé. Asteur, pou qui m'soiche rien orproché, à l'estaminet, j'comminde ein café au lait. Te sais, ch'est pos qu'j'aime bin mais au moinse je n'risque pos d'imbêt'mints. Dire que j'fais faire d'l'ouvrache au noir, ch'est terminé, j'dis à tertous que j'ai imbauché ein ouvrier polonais ! T'areos vu Fifinne m'orwettier d'ein dreôle d'air quand j'li ai conseillé : "N'dis pus qui fait noir, dis qui n'fait pos clair". D'ailleurs, je n'fais pus l'noir quart d'heure pou économiser l'éclairache, j'dis à tertous que j'm'intraîne pou quand i-ara l'délestache. J'n'ai pus jamais les idées noires, je vis des momints d'désespoir. J'ai dû passer du chucolat noir à l'ceu au lait et je n'prinds pus des balleons noirs, j'chuche des balleons d'Tournai. J'ai même supprimé l'saveon noir pou nettier ch'est Mossieu Prope qui l'a rimplaché.

In intindant cha, j'éteos tout ébeubi, j'pinseos que ch'éteot ein rêve, que j'éteos acore indormi. Quoisque que m'heomme i-alleot là querre, j'pinseos : "Vraimint, Edmeond i-exagère."

Te n'deos pos réagir ainsin, rappelle-te c'qu'on dit alfeos : "on est toudis noirchi pa ein noir peot". Te n'vas pos ichi foute in l'air toutes nos traditieons et deonner à quelques brayous raiseon.

Comme i-m'simbleot débalté, on a, à nouvieau, cangé d'sujet.

In attindant no bourguémette, i-serre les cafés qui feont trop d'bruit de l'nuit, à Fifinne et à mi, cha a rud'mint cangé no vie, asteur quand j'rinte ave ein verre dins l'nez, nos disputes elles seont, comme à l'télé, sous-titrées. Elle m'attind ave eine pancarte dusqu'i-est marqué : "A m'mote que t'es acore bin arrangé", mi j'sors l'fuèlle que j'ai toudis su mi dusqu'i-est écrit : "Pus bas, Polo, i-n'est pos leon d'ichi".

Avant d'partir, Edmeond m'a ravisé, i-a souri et i-m'a dit : Ortiens bin cha, pou ête hureux dins l'vie, i-feaut jeuer la Muette de Portici".

"Ah, Ch'est grâce à ceulle pièche qu'on a eu no révolutieon".

"Pos si fort, n'dis pos cha ichi, ch'est pétête bourré d'espieons".

Pou t'nir des propeos ainsin, final'mint, j'pinse que m'heomme, i-t'neot tout simplement... eine riche preone

(lexique : vierdi : vendredi / grogneon : d'humeur maussade / quoisque : qu'est-ce que / asteur : maintenant / bramint : beaucoup / par eximpe : par exemple / rinte : rendre / les ceusses : ceux / l'comminch'mint : le commencement / canger : changer / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / porméner ou pourméner : promener / les sorlets : les souliers / là-vas : là-bas / ein rotleot : un roitelet, désigne un petit enfant / l'mariache : le mariage / ein visin : un voisin / les mamères : les mères / vir : voir / jusse : juste / acater : acheter / chinq : cinq / ête tout in nache : être en nage, en transpiration, baigné de sueur / tout bell'mint : tout bellement, à son aise / l'léque-vitrine : le léche-vitrine / eine rope : une robe / in plein mitan : au beau milieu / laicher : laisser / l'cassis : le chassis, la fenêtre / les gampes : les jambes / freod : froid / l'mopère : le père / s'démefier : se méfier / rinserrer : renfermer / dire eine séquoi : dire quelque chose / busier : penser / l'meot : le mot / orprocher : reprocher / au moinse : au moins / tertous : tous / orwettier : regarder / du chucolat : du chocolat / chucher : sucer / nettier : nettoyer / rimplacher : remplacer / ébeubi : fortement étonné, frappé de stupeur / querre : chercher / alfeos : parfois / on est toudis noirchi pa ein noir peot : littéralement, on est toujours noirci par un noir pot, signifie on est souvent blâmé par ceux qui devraient se taire / foute in l'air : envoyer en l'air / débalté : profondément énervé / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / serrer : fermer / l'fuèlle ; la feuille / Polo : diminutif de Paul-Olivier / pos leon d'ichi : pas loin d'ici / ortenir : retenir / jeuer : jouer / ceulle pièche : cette pièce / pétête : peut-être / tenir eine riche preone : avoir une fameuse cuite, être profondément enivré).

S.T. Janvier 2015.

14:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

28 janv.
2015

11:56

Tournai : les festivités de février 2015

C'est un agenda encore bien garni qui reprend les évènements de  ce deuxième mois de l'année, des artistes et des conférenciers de qualité, du sérieux et de l'humour, du jazz, de la musique classique et de la variété, bref, de quoi passer de bons moments alors que dehors le temps est venteux, pluvieux, frisquet...

Dimanche 1er, Tournai-Expo, de 9 à 19h : "13èmes journées internationales de l'élevage et de l'agriculture", concours de chevaux de trait, show équestre, expositions bovines, porcines et ovines, matériel agricole, mini-ferme, marché de produits fermiers.

Mardi 3, grand auditoire du Séminaire, 14h : "Du bon génie de l'inflation à l'ogre de la déflation", conférence de Bruno Colmant, Professeur à la Vlerickschool et à l'U.C.L., Membre de l'Académie Royale de Belgique, dans le cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mardi 3, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Luciola", spectacle chorégraphique par Dame de Pic - Cie Karine Ponties.

Jeudi 5, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Les mystères de l'île de Pâques, déconstruction d'un mythe", conférence de Nicolas Cauwe, Conservateur aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire, chargé de cours à l'U.C.L., dans le cadre de l'Université du Temps Disponible. 

Vendredi 6, Maison de la Culture, dès 18h30 : "Tournai Jazz Festival" avec le Conservatoire de Tournai, Thomas Enhco, Barbara Hendricks et son Blues Band, Bai Kamara Jr with Band.

Vendredi 6 février, salle du Forum, 20h15 : spectacle de variétés avec "Les Pi-Menteurs" (Anne Simon, Dominique Watrin, Loulou Godet en invité d'honneur le Mr. Volley tournaisien, Jean Louis Petit) et Bruno Coppens, dans le cadre du 175e anniversaire du collège Notre-Dame

Samedi 7, Hôtel de Ville, salon de la Reine  : "XXes olympiades d'orthographe".

Samedi 7, Maison de la Culture, dès 15 h :"Tournai Jazz Festival " avec Big Noise, Bojan Z, Herve Caparros Band et Sal La Roca, Paolo Fresu et Omar Sosa, Kenny Garrett Quintet, Guillaume Perret and the Electric Epic.

Dimanche 8, Bourse aux Livres, avenue de Maire, 15 h et 16h15 : "Mini-Contraste", festival musical pour les tout petits (enfants de moins de 2 ans), initiation à la musique classique par Clément Holvoet (violon et alto), Simon Diricq (saxophone) et Romain Dhainaut (violoncelle)

Dimanche 8, salle le Forum, 17h : "L'ensemble Ohana propose Arvo Pärt" avec l'ensemble vocal Chantecite".

Mardi 10, grand auditoire du Séminaire, 14h : "La mémoire belge de la Grande Guerre", conférence par Laurence Van Ypersele, Professeur à l'université catholique de Louvain, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui.

Mercredi 11, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Punk Rock" pièce de Simon Stephens mis en scène par Olivier Coyette.

Jeudi 12, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Vers un nouveau christianisme , la mutation du christianisme occidental", conférence par Walter Lesch, Professeur à l'U.C.L. dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 13, Séminaire de Choiseul, 20h : "L'Orchestre de la Chapelle Musicale de Tournai et le quatuor Scaldis", concert dans le cadre du week-end "Musiciens des Tranchées, Compositeurs et Instrumentistes face à la Grande Guerre (1914-1918) et du festival de quatuors à cordes "Les voix Intimes".

Samedi 14, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "Le grand bond" Berlue/Valérie Joyeux, spectacle familial dans le cadre des "après-midis mini".

Samedi 14, salle la Fenêtre, 20h : "Festival d'Impro d'Amour" par la Cie Les Souffleurs de Mots dans le cadre de la Saint-Valentin.

Samedi 14, Séminaire de Choiseul, 20h : "Le Quatuor Danel", création de "Ghosts of Great Violence" dans le cadre du festival de quatuors à cordes "Les Voix Intimes".

Samedi 14, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Miossec" en concert.

Du dimanche 15 au mardi 17, Halle-aux-Draps, de 14 à 20h : "Euro-China", festival culturel chinois, acrobatie, Kung Fu Shaolin, danses calligraphiques, musiques et chants traditionnels, expositions...

Dimanche 22, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 18h : "L'affrontement", pièce de Bill C. Lewis, adaptée par Jean Piat avec Francis Huster et Davy Sardou, une organisation du club Soroptimist de Tournai.

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "De laine et de soie, splendeurs de la première Renaissance de Tournai", conférence par Michel-Amand Jacques, Administrateur des Amis de la Cathédrale, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17 et 20h : "L'Ecosse, terre d'îles", conférence par Dany Marique dans le cadre du cycle Exploration du Monde.

Vendredi 27, Tournai-Expo, de 10 à 19h, "salon S.I.E.P.", le salon des études et des professions.

Samedi 28, Tournai-Expo, de 10 à 18h, "salon S.I.E.P.", le salon des études et des professions.

Samedi 28, salle la Fenêtre, 20h : "Brussels Affair" en concert.

Samedi 28, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Sois Belge et Tais-toi !" spectacle humoristique d'André et Baudouin Rémy, une organisation du Lion's Club les Templiers.

(programme susceptible d'ajouts et/ou de modifications).         

S.T. janvier 2015.

24 janv.
2015

09:25

Tournai : expressions tournaisiennes (295)

Quand l'boyéau i-est démeonté !

On vient à peine d'ramasser ein p'tit queop d'freod et i-a d'jà bramint d'gins su l'pal'teot. A ceulle loterie, nos deux amisses de l'rue Montifeaut i-ont eusses aussi saqué l'greos leot.

Edmeond m'a raqueonté que ch'est arrivé, tout à n'ein queop, saim'di dernier, au moumint qu'i-z'alleot'ent commincher à déjeuner.

"Quand j'sus déquindu de m'lit, j'ai bin sinti que j'éteos abaudi, j'aveos l'impressieon d'avoir, comme on dit, des gampes d'flanelle, j'deveos faire attintieon pou pos que j'm'ingambielle. J'éteos tout berzèque et j'aveos des coliques, on areot dit que l'velle, j'aveos attrapé eine belle chique. J'ai dit à Fifinne que j'éteos tout aflati, elle m'a répeondu que cha n'éteot pos d'aujord'hui. Ch'est incroyape l'impathie qu'elle a quand j'sus dins c't'état là".

"Bé, i-n'feaut pos ête comme cha, va, t'es alfeos ein vrai cacanostra" qu'elle li a dit Fifinne qui elle neon pus n'aveot pos eine belle mine.

"Vas-y toudis, si t'aveos vu cha m'comarate quoisque j'ai attrapé là comme foirate. Je n'saveos pos rester in plache et après j'ai été pris d'démoquaches".

"Ahais, là, i-a bin fallu app'lé l'docteur, j'n'alleos pos nettier toutes les heures, j'li ai dit d'rester au cabinet, jusqu'à c'que l'docteur soiche arrivé".

"J'ai dû ouvrir l'porte du W.C., tellm'int, là-d'dins, j'éteos mansé, ch'est à huit heures au matin que Fifinne a télépheoné et ch'est à nué heures au soir qui est arrivé. Te m'conneos, j'li ai dit sans rire, ave vous, docteur, on a l'temps d'morir".

"Te n'es pos tout seu, Edmeond, j'sus à m'quarantaine maseon ! Hier au soir, quoisque vous avez mingé" qu'i-a qu'minché pa d'minder.

" Eh bé, comme d'habitude, l'verdi, pou souper, eine tarteine avec ein peu d'fachwé, eine sémaine su deux, ch'est ein cras sauret".

"Et j'parie qu'après vous avez bu ein beon verre" qui m'a dit l'médecin ave l'air d'avoir deux airs.

"Quand on a fini d'minger, j'ai jusse bu eine jatte de café".

"Au soir, l'café cha n'est pos conseillé, savez, cha impèche l'sommel d'arriver"

"Ch'éteot du pisse-tout-touteéné docteur, i-n'éteot pos fort, alfeos, Fifinne elle prépare du chéribeon à faire orlever ein mort".

"Adeon, vous n'me raqueontez pos d'cacoules, z'êtes bin seûr que ch'néteot pos eine bistoule ? Beon, beon... ainsin pou m'diagnostic, cha va aller vite, vous d'vez souffère comme tertous d'eine gastro-intérite. J'vas vous mette à l'ieau d'risse et au pain grillé et vous allez printe, treos feos pa jour, des cachets".

"Et alors, t'trait'mint du médecin, à c'que j'veos, i-t'as fait du bin ?"

"J'pinse que te m'conneos bin l'amisse, j'ai rimplaché ces foutus cachets pa ein grand verre d'pastis, ein ormète efficace et null'mint désagréape. J'peux t'assurer, ch'a été radical, eine heure après tout i-éteot orvenu normal. J'pinse même que su l'dose j'ai ein peu exagéré, car asteur j'suis tout orserré".

"Cha, quand Mossieu jeue les espécialisses et que Mossieu beot de l'biscurisse, Mossieu n'vient pos ichi braire après qu'i-est constipé, orserré et ch'est bin malhureux que su l'boutelle i-n'est pos marqué, surtout n' pos dépasser la dose indiquée" qu'elle a dit s'feimme in tapant su s'boudaine.

Et pou cha, te veux ein eaute ormète miraque, mon bonheomme, queure chez t'boulinger comminder eine tarte aux preones" que j'li ai conseillé.

Ave des is comme des révolvers, Fifinne elle m'a ravisé :

"Continue ainsin, te veux faire l'malin, si ch'est comme saim'di dernier, ch'est ti qui va v'nir nettier !".

L'lind'min que j'les ai rincontrés, ch'éteot à m'tour d'ête ramassé.

L'docteur i-m'a dit :

"J'vas t'mette au régime et t'deonner ein trait'mint"

"Mo Dieu, Docteur, n'me conseillez surtout po l'pastis, j'aime pos l'anisse, ni l'jus d'réglisse".

"Comme si que j'vas t'préscrire des affaires ainsin, ch'est des ormèrtes d'erbouteux,  d'quervassins".

Cha fait asteur treos jours que cha dure, j'ai du mau partout, j'ai des lanchures. J'minge des carottes cuites ave du risse, j'avale eine ou deux biscottes mais je n'beos pos d'pastis.

J'ai pris, comme l'docteur i-l'a dit, tous mes cachets et aujord'hui, ch'nest pos 'cor total'mint passé, j'vas même devoir arrêter m'babillarte, savez mes gins, j'vas devoir vous laicher pasque... j'sins acore qu'cha vient! ".

(lexique : l'boyéau est démeonté : le boyau est en colère / jusse : juste / ein p'tit qeuop d'freod : un petit coup de froid / bramint : beaucoup / ête su l'pal'teot : être su le paletot signifie être malade / ceulle : cette / les amisses : les amis / eusses : eux / saquer : tirer / tout à n'ein queop : tout à coup / déquindu : descendu / abaudi : épuisé / des gampes : des jambes : s'ingambieller : se prendre les jambes dans le tapis, perdre l'équilibre / ête berzèque : être ivre, saoul / l'velle : la veille / attraper eine belle chique : attraper une cuite carabinée / aflati : nonchalant / ein cacanostra : un faiseur de petits contes / neon pus : non plus / toudis : toujours / m'comarate : mon camarade / l'foirate : la diarrhée / l'plache : la place / des démoquaches : des vomissements /  ahais : oui / nettier : nettoyer / soiche : soit / ête mansé : être pris à la gorge, oppressé, angoissé / nué ou nuef : neuf / morir : mourir / quoisque : qu'est ce que / qu'mincher ou commincher : commencer / l'verdi : le vendredi / eine tarteine : une tartine / du fachwé : mot qui n'est plus guère utilisé, tête de boeuf cuite vendue par la boucher / ein cras sauret : un hareng-saur bien gras / avoir l'air d'avoir deux airs : avoir un air équivoque / du pisse-tout-toute : un café très léger, avec beaucoup d'eau / éné : n'est-ce pas / alfeos : parfois / du chéribeon : de l'excellent café / orlever : relever / adeon : donc / des cacoules : des mensonges / bin seûr : bien sûr / eine bistoule : dans le Nord  de la France et dans notre région, café additionné d'alcool, de genièvre de Wambrechies par exemple / souffère : souffrir / tertous : tous / l'ieau d'risse : l'eau de riz / printe : prendre / treos feos pa jour : trois fois par jour / faire du bin : faire du bien / rimplaché : remplacé / ein ormète : un remède / asteur : maintenant / ête orserré : littéralement être resserré, être constipé, ne pas savoir aller à selles / jeuer : jouer / les espécialisses : les spécialistes / on beot : on boit / l'biscurisse : décoction de réglisse en bâton dans de l'eau, mauvaise boisson, qualifie mauvaise bière / ichi : ici / braire : pleurer / s'boudaine : son ventre, sa bedaine / miraque : miracle / queurir : courir / les preones : les prunes / les is : les yeux / raviser : regarder / ti : toi / des erbouteux : un rebouteux / des quervassins : des ivrognes / avoir du mau : avoir mal / des lanchures : des élancements / pos 'cor : pas encore / m'babillarte : ma lettre / laicher : laisser / pasque : parce que).

S.T. janvier 2015

09:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

22 janv.
2015

13:33

Tournai : le point sur les chantiers de janvier.

Après avoir longuement feuilleté les pages de l'Histoire de Tournai, il est temps de revenir à l'actualité et celle-ci est toujours marquée par les nombreux chantiers qui fleurissent aux quatre coins de la cité. Ils concernent non seulement les voiries mais aussi la construction de nouveaux immeubles.

LA VOIRIE.

La cathédrale Notre-Dame.

Le vent coquin de ce début d'année l'a en grande partie dévoilée. Les grandes toiles plastifiées, en partie détachées, qui cachaient, à la vue des passants, la rénovation des tours Marie et de la Treille, ont été retirées pour des raisons de sécurité. Il faudra attendre l'enlèvement des "capuches" qui recouvrent le sommet des deux clochers pour juger enfin de la nouvelle vision offerte aux visiteurs.

Le parvis du beffroi.

Il est toujours interdit à la circulation des véhicules, en raison de l'effondrement toujours possible d'un ancien réseau d'égouttage, des grands bacs de fleurs délimitent le périmètre dit de sécurité. Si les commerçant font grise mine car dans notre civilisation vouée à l'automobile plus personne ne parvient encore à faire un petit détour à pied pour les visiter, le (rare) promeneur à cette époque de l'année, lui, y trouve momentanément son compte.

La place Paul-Emile Janson.

On a (enfin) posé son revêtement de pierre sur la plus grande surface. Il reste à daller l'espace réservé aux piétons le long du centre de Tourisme et de la résidence Cathédrale, un immeuble toujours en grande partie inoccupé et dont certains appartements sont désormais à vendre ou à louer.

La rue de Courtrai.

Sa rénovation étant terminée, elle a été, à nouveau, ouverte à la circulation, le 17 décembre. Il y a cependant lieu de tenir compte d'une modification importante : la mise en sens unique du tronçon compris entre les rues du Four Chapitre et des Choraux (interdiction de circuler dans le sens rue du curé Notre-Dame vers les Quatre Coins Saint-Jacques, soit sur une bonne centaine de mètres). Depuis son ouverture, il y a un mois, certains automobilistes ignorent (ou, le plus souvent, feignent ignorer) cette modification ce qui gène les conducteurs qui circulent dans la rue du Four Chapitre et souhaitent virer à gauche. Notons aussi le côté fort abrupt de la bordure située à l'angle des Quatre Coins Saint-Jacques. Elle a probablement été conçue par un architecte adepte des véhicules "tout-terrain".

Le plateau de la gare.

Depuis la mi-janvier, un chantier a débuté face à la gare de Tournai. Dès maintenant, le "vire à gauche" situé sur le boulevard, face à la station a été supprimé et l'accès au plateau de la gare n'est autorisé que pour les bus, les taxis et les usagers du parking de la SNCB. Le chantier est prévu jusqu'en juin 2015.

L'avenue des Peupliers.

La rénovation du dernier tronçon des trottoirs compris entre l'avenue Vert Bois et la rue Saint-Eleuthère est en cours. Dans quelques semaines, non seulement l'ensemble des trottoirs des quartiers Beau-Séjour et Vert-Bois aura été rénové, mais trois plateaux ont été aussi créés afin de ralentir la circulation dans cet endroit résidentiel. Excepté sur l'axe extérieur (Beau-Séjour-Peupliers), la circulation est désormais limitée à 30, voire 20 Km/h sur l'ensemble du quartier. Hélas, ces travaux ont fortement dégradé la voirie, de nombreux et importants nids de poule ont été créés par la circulation des lourds engins de chantier.

Rue de l'Hôpital Notre-Dame.

Situé dans le prolongement de la rue Royale, cet axe de traversée de ville amène les visiteurs en provenance de la gare vers le centre-ville et le centre du Tourisme. Depuis quelques années, il est LE chancre tournaisien par excellence. Sur le terrain vague résultant de la démolition du restaurant italien et de l'ancien cinéma Palace, un projet de création d'un hôtel de 80 chambres avaient été imaginé. Comme ce genre de bâtiment, en centre-ville, ne peut se concevoir sans création de possibilités de stationnement suffisantes, l'idée de garer les véhicules, en sous-sol, sur deux ou trois niveaux était apparue judicieuse. Hélas, la structure du sol, déterminée par la proximité de l'Escaut, ne permet pas la construction de celui-ci sans avoir recours à des techniques spéciales onéreuses. Lors des fouilles réalisées à cet endroit, l'eau remontait régulièrement. Honnêtement, nous pensons que n'est pas demain la veille qu'un nouveau projet permettant de vitaliser cette artère verra enfin le jour, surtout qu'on évoque quotidiennement et avec insistance la crise financière qui réduit les moyens financiers de la commune !

Boulevard Lalaing.

Dans le sens porte Saint-Martin vers l'hôpital, la pose d'impétrants est en cours.

LES PROJETS IMMOBILIERS

Rue Jean Cousin.

La première phase de construction d'une résidence composée de deux immeubles est terminée. La seconde est en cours.

La Corne Saint-Martin.

Situé sur la plaine des Manœuvres, le long de la chaussée de Douai, ce vaste projet prévoit la construction de cinq immeubles autour d'un espace comprenant un étang. Les deux premiers immeubles sont terminés, l'un est déjà occupé. Il semble que le promoteur immobilier attende que le taux d'occupation du second soit suffisant pour lancer la troisième phase.

L'ilot Desclée.

Dans la rue Barthélémy Frison, la réhabilitation des anciens bâtiments de l'imprimerie Desclée en lofts et appartements de standing se poursuit, certaines ailes sont terminées et déjà proposées à la vente ou à la location.

L'église Sainte-Marguerite.

Le projet avance, la nouvelle toiture est posée. Il a été rapporté durant le mois de décembre que la Ville avait abandonné, par manque de moyens financiers, le projet de salle culturelle au rez-de-chaussée. A l'heure actuelle, on ne connaît pas la destination qui sera donnée à ce lieu par le promoteur.

Les anciennes usines Allard.

Il s'agit de bâtiments industriels situés entre le quai des Salines et la rue de l'Ecorcherie. La transformation en appartements se poursuit. Il y a quelques semaines, un incendie à l'origine suspecte a ravagé une aile du bâtiment heureusement non encore aménagée.

Le complexe Ideta.

Le vaste complexe comprenant le siège social de l'intercommunale, de nombreux appartements de haut standing et des crèches est désormais terminé. Crèches et bureaux sont occupés depuis déjà quelques temps. L'entièreté des appartements le sera prochainement. En attendant, l'hôtel de maître, l'ancien siège social situé à la rue Saint-Jacques qui appartenait jadis à la famille Desclée de Maredsous, est mis en vente.

La résidence du Jardin de la Reine.

Situé à l'avenue de Troyes, à l'emplacement de l'ancien Casino, cet immeuble construit pour accueillir une trentaine d'appartements de standing et des bureaux au rez-de-chaussée est pratiquement terminé, il sera occupé prochainement.

Rue Frinoise.

La construction d'appartements sociaux à l'emplacement de l'ancienne brasserie Carbonnelle par le Logis Tournaisien et celle, située juste en face, d'appartements dans un immeuble sans cachet spécifique (projet architectural passe-partout) sur le site de l'ancien cinéma Eden se poursuivent. Ces chantiers sont dans la phase des aménagements intérieurs.

Rue Saint-Eleuthère.

Un important projet immobilier est en cours de réalisation. A terme, il sera composé d'un vaste garde-meuble à l'arrière, d'appartements et de commerces. Le gros-œuvre est déjà bien avancé.

Rue Paul Pastur.

Un chantier de construction d'appartements avait été délaissé par un promoteur failli. Il vient de reprendre au mois de janvier.

Notons encore que sous la plume de Pierre Vanden Broecke, amoureux du patrimoine tournaisien, le bulletin de janvier de l'asbl Pasquier Grenier signale de très nombreuses rénovations entreprises par des particuliers, certaines d'entre elles sont de la meilleure veine en ce qui concerne le respect de l'architecture :

- une maison du premier tiers du XVIIIe siècle à la rue Cambron,

- une grande maison à double-corps du XIXe siècle au quai Vifquin,

- une maison composant un hôtel de maître du XVIIIe siècle à la rue Cherequefosse,

- un immeuble en briques et pierre des XVII - XVIIIe siècle à la rue Saint-Piat,

- une maison à la façade d'inspiration néo-classique à la rue des Carliers,

- la façade d'une maison de style Louis XIV à la rue de la Ture,

- la toiture d'une maison située à l'angle de la rue du Ballon et de France,

- les façades de style Louis XIV de trois maisons situées sur la place de Lille. 

Signalons enfin l'excellent rénovation de la façade de l'imposant immeuble situé à l'angle des rues des Jésuites et des Filles-Dieu

D'autres projets verront bientôt le jour.

(S.T. janvier 2015)

13:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, rénovation, restauration, appartements |

21 janv.
2015

10:52

Tournai : 1914-1918, l'Armistice !

Les Anglais ont délivré la cité des cinq clochers et depuis le 8 novembre, le drapeau belge flotte à nouveau sur l'Hôtel de Ville.

Le 9 novembre, trois ponts provisoires sont jetés par le génie anglais sur l'Escaut. Ils se situent à la hauteur de la rue du Cygne, de la rue des Carliers et face aux usines Carton. Les troupes traversent le fleuve. Les Tournaisiens quittent les caves dans lesquelles ils se sont réfugiés depuis la mi-octobre et constatent les dégâts. Ils sont ahuris par ce qu'ils découvrent.

Les rapports des curés de paroisse.

"L'armistice a été proclamé le 11 à 11 heures du matin donc à 11h, le 11 du 11e mois. Le 12, à 11 heures, un Te Deum impressionnant à la cathédrale, le 15 également, tout aussi impressionnant, rehaussé de la présence des Autorités militaires anglaises et du chant enthousiaste de la Brabançonne, de Vers l'Avenir et du jeu par l'orgue du "God save the Queen" (NDLR : il devait dire "God save the King" puisque depuis 1901, l'Angleterre était dirigée par un roi)". (rapport du curé Plaquet de l'église de la Madeleine).

"Lorsque les Anglais eurent libéré Tournai et que, après quelques jours, les habitants du faubourg de Lille purent y avoir accès, ils se trouvèrent devant des ruines désolantes. Plusieurs centaines d'habitants ne purent rentrer dans leurs demeures qui avaient été complètement détruites par l'ennemi ou rendues inhabitables par l'action de projectiles. Des vols très nombreux et très conséquents furent constatés un peu partout. Beaucoup d'habitants n'avaient plus ni logement, ni mobilier. Les ornements, les bannières... qui avaient été enlevées dans les sacristies furent retrouvées, quelques semaines plus tard, dans une maison que les Allemands avaient occupé seule depuis assez longtemps" (rapport du curé de la paroisse Saint-Lazare).

"Le village a fortement souffert (...) Durant la nuit du 8 au 9 novembre, par suite de l'explosion des mines placées près de l'estaminet de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, route de Renaix, tout a disparu estaminet et chapelle. On me dit que tous les décombres et la statue ont servi à combler quelque peu le trou profond occasionné par l'explosion". (rapport d'Emile Debongnies, curé de Mourcourt).

"La population ne parvenant plus à se loger abandonne la commune : de 930 habitants en 1913, elle n'en compte plus actuellement que 550" (rapport de A.G. Laurent, curé de Ramegnies-Chin)

"A l'église, on n'a plus retrouvé dans les décombres que deux cloches intactes, la troisième plus petite a les oreilles cassées, elle devra donc être refondue. Les ornements de la sacristie ont été respectés; on a volé seulement un vieux missel antique de valeur et un petit reliquaire aussi de valeur qui servait à donner la relique de Saint-Maur, à vénérer, aux pèlerins". (rapport de O. Houzé, curé de Saint-Maur).

"Grand soulagement et grande émotion les premiers jours. Depuis lors (NDLR : rapport établi le 20 mai 1919) la situation se caractérise par la stagnation des affaires due surtout au manque de voies de communication et par la facilité avec laquelle on se prête à la soif du plaisir et des fêtes qui s'est emparée des armées occupantes. Beaucoup, aussi bien au point de vue de la justice et du respect de la propriété qu'au point de vue de  l'honnêteté des mœurs, semblent avoir perdu les notions des principes chrétiens". (rapport d'oscar Buisseret, curé de saint-Brice). 

La lecture d'autres rapports établis dans le courant de l'année 1919 laissent poindre chez beaucoup de religieux un certain pessimiste par rapport à l'avenir.

Paul Rolland aborde brièvement la situation de la ville au sortir de la guerre.

"Quelque heureux que fût le résultat général de la guerre, Tournai sortait meurtrie de la douloureuse aventure. La ville avait déjà connu des occupations d'une durée analogue en 1513-1519, en 1709-1715, 1745-1749 mais rien ne ressembla plus à celle de 1914-1918 que celle du XVIe siècle. Survenue quasi exactement 400 ans plus tôt, à l'issue d'une période de déficience analogue, celle-ci avait préludé à la fin d'une ère de l'histoire tournaisienne".

Il dénombre 384 victimes directes, ce nombre englobe les Tournaisiens morts sur les champs de bataille, en déportation ou lors des différents combats qui eurent lieu dans la ville. A cela doivent s'ajouter, les victimes des privations, de la grippe espagnole et des maladies diverses qui se propagent toujours en période de disette... Le nombre d'habitants qui approchait des 38.500 en 1914 était réduit à 35.720 en 1918. Sur le plan économique, les voies de communication par la route, le chemin de fer ou le fleuve étaient impraticables ce qui empêcha un redémarrage rapide de l'industrie. Le bassin calcaire fut particulièrement préjudicié et les filatures ne furent pas soutenues par le pouvoir politique, certaines émigrèrent dans la région de Mouscron et Roubaix.

Avant-guerre, la ville de Tournai possédait de nombreux moulins (à farine, à huile ou à cailloux). La plupart de ceux-ci fut transformée en observatoire par l'occupant. De nombreux moulins de la rive gauche ont été dynamités lors de la retraite allemande en octobre 1918.  Evoquons parmi ceux-ci :

- le moulin des Radis, situé à proximité du chemin 34, à Kain, démonté en 1915,

- le moulin Dorchy, situé en bordure de la chaussée de Douai, dynamité en 1918,

- le moulin Lagache, situé en bordure du Vieux chemin de Willems, détruit le 20 octobre 1918,

La guerre n'a pas résolu le problème de la misère qui prévalait avant son déclenchement. La mort d'un mari, d'un père ou d'un fils, les nombreuses destructions d'habitation, le pillage systématique des ressources par l'occupant allemand l'ont amplifiée. Des familles à l'abri du besoin en 1914 ont basculé dans la pauvreté.

L'année 1919 va être marquée par une vague d'arrestations d'habitants ayant eu des accointances avec l'ennemi (femmes maîtresses de soldats allemands, dénonciateurs, personnes ayant fourni des aides diverses à l'occupant...) ou s'étant enrichis de façon malhonnête par le marché noir et la fraude.

Les années suivantes vont être marquées par le souvenir. On rend hommage, le 21 août 1919, dans le quartier Saint-Jean où elle demeurait avant-guerre, à une héroïne tournaisienne, Gabrielle Petit, fusillée par l'ennemi, le 1er avril 1916.

Suite à une souscription publique un monument aux morts sera érigé, en 1922, entre les avenues Van Cutsem et des Frères Haeghe, sur le tracé de l'ancienne "Petite Rivière".

Le 24 août 1924, l'inauguration de l'ossuaire et le 19 juin 1925, celle de la statue du Géant de Vendée, rappellent désormais la résistance dont firent preuve les Territoriaux de Vendée.

Lors des élections de 1924, les Tournaisiens votent pour la liste emmenée par Edouard Wibaut, reconnaissance certaine de son attitude patriotique durant l'occupation, lui qui avait préféré la déportation que de fournir des listes de chômeurs ou de travailleurs tournaisiens. La création d'un cartel socialiste-libéral va néanmoins rejeter dans l'opposition celui que la population (parmi laquelle les femmes avaient eu le droit de vote pour les élections communales) avait plébiscité dans les urnes. La politique politicienne reprenait ses droits !

La vie quotidienne reprend également son cours, la solidarité affichée au lendemain de la guerre s'estompe peu à peu. La page des faits divers des journaux se remplit, de nouveau, de larcins, de vols, de crimes ou de meurtres, des actes bien souvent perpétrés dans la sphère familiale, conséquences d'infidélités dans les couples, d'oisiveté, d'ivrognerie ou de jalousie. La guerre avait amené une décadence des mœurs, une frivolité nouvelle. Rien ne serait plus jamais comme avant !

Voici que s'achève ce long récit concernant la guerre 1914-1918 à Tournai. Il a été entamé le 14 avril 2014, il a permis de découvrir les écrits du major-Médecin Tournaisien Léon Debongnies, le témoignage du Général français Antoine de Villaret, témoin direct des évènements du 24 août 1914, la vie des tournaisiens sous l'occupation et l'armistice du 11 novembre.

Je remercie ceux et celles qui ont, de près ou de loin, collaboré à la réalisation de cette tranche d'Histoire tournaisienne : 

Mme Claire de Villaret, arrière-petite-nièce de l'officier français, Melle Jacqueline Driesens, Mme Aline Debongnies et les membres de la famille du Major-Médecin Léon Debongnies, Mrs. Charles Deligne et Jacques de Ceuninck.

Voici les sources consultées tout au long du récit :

"Manuscrits du Major Médecin Léon Debongnies" écrits quotidiennement du 1er août 1914 au 24 octobre 1914, date de sa mort sur le champ de bataille - "Relations des combats des Territoriaux de Vendée, le 24 août 1914" écrits lors de son emprisonnement à Thorgau par le général Antoine de Villaret - "Echos de la guerre 1914-1918 dans un semainier de l'église de la Madeleine", par Jean Dumoulin, Archiviste de l'Evêché et du Chapitre cathédral de Tournai et Jacques Pyckes, chercheur qualifié au F.N.R.S, archiviste adjoint du Chapitre cathédral de Tournai, Tome III des Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Tournai, 1982 - "Tournai 1914-1918, Chronique d'une ville occupée, édition des souvenirs d'Alexandre Carette-Dutoit" par Jacqueline Delrot, Licenciée en Histoire de l'Université de Liège dans les mémoires de la Société royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai - "Notes relatives aux quinze moulins à vent des faubourgs de Tournai au XIXe siècle " par Ghislain Perron, Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Tournai, tome X paru en l'an 2000 - "La Grande Guerre sous le regard de l'élite tournaisienne occupée, contribution à la culture de guerre" par Céline Detournay, étude publiée dans les Publications extraordinaires de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai, tome IX en 2003 - "Histoire de Tournai" par Paul Rolland, ouvrage publié chez Casterman en 1956 - "Comment la population du Grand Tournai a vécu la guerre 1914-1918", soixante-huit rapports inédits de prêtres et religieux de l'époque, par Thierry Bertrand (+) et Jacques Pycke, ouvrage paru dans la collection Tournai, Art et Histoire en 2014 - "Au nom de tous les Nôtres, 1914-1918, tranch(é)es de vies de Tournai et d'ailleurs" ouvrage collectif édité par les Ecrivains publics de Wallonie Picarde en août 2014 - "Le Courrier de l'Escaut " éditions parues durant le premier conflit mondial.

S.T. janvier 2015.

 

10:52 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, guerre 1914-1918, de villaret, debongnies, armistice |

19 janv.
2015

10:18

Tournai : 1914-1918, le dernier mois d'occupation !

Nous voici donc arrivés à la mi-octobre, même si on rapporte que les alliés gagnent peu à peu du terrain, les Tournaisiens ne peuvent pas encore s'imaginer que la fin de la guerre est proche. Le pire reste à venir, la libération de la cité des cinq clochers va coûter de nombreuses vies et apporter des ruines supplémentaires.

L'ordre d'évacuation de la ville.

Le dimanche 13 octobre, un arrêté pris par l'occupant est placardé. Il stipule que les habitants de Tournai sont libres de quitter la ville par Havinnes, Maulde ou Melles mais que, dans quelques jours, l'évacuation forcée de l'ensemble de la population sera ordonnée à destination de Louvain. La majorité des Tournaisiens temporise, quelques familles quittent néanmoins la ville.

Le lundi 14, cinq chariots sont en attente sur la plaine des Manœuvres, ils sont à la disposition des civils souhaitant partir. Personne ne se présente.

Selon Alexandre Carette, une liste d'un millier de noms de notables a été remise à l'occupant par l'administration communale afin de les transporter en train, s'ils en expriment le désir, vers une région occupée mais moins menacée par l'avancée des alliés.

Les alliés se rapprochent de la frontière.

Des avions alliés bombardent des habitations à la rue des Jésuites, au quai Dumon et à la rue du Viaduc.

Le mardi 15 octobre, les Allemands affichent l'ordre d'évacuation de force des habitants. Celle-ci aura normalement lieu le lendemain. La ville de Tournai est entrée dans la zone des opérations, la défense de l'Escaut nécessite cette mesure énergique et humanitaire. Les Allemands commencent le placement d'explosifs sur les différents ponts. Sur intervention de l'administration communale, le Pont des Trous est épargné.

Le vendredi 18, les hommes entre 17 et 50 ans qui sont restés dans le village de Chercq sont emmenés par le pont d'Allain vers Bruxelles.

Le samedi 19, une rumeur circule en ville, elle annonce que les Alliés sont à Ascq et Bachy (NDLR : deux localités du Nord de la France proches de la frontière). Durant la nuit, pour retarder leur progression, les Allemands font sauter tous les ponts de la ligne de chemin de fer reliant Tournai à Orchies (Nord de la France).

Le dimanche 20 octobre, l'occupant exige l'évacuation de tous les habitants des faubourgs et des boulevards, ils doivent se diriger vers les villages ou vers le centre de la ville. Les maisons de la rive droite de l'Escaut sont transformées en une ligne de défense. On y place des mitrailleuses aux fenêtres et des pièces de gros calibre sont placées à l'avenue Van Cutsem et face à l'école Marvis. Pendant ce temps, les Allemands creusent des tranchées aux entrées de ville situées sur la rive gauche dans le but de retarder l'avancée des troupes alliées.

L'école communale de la porte de Lille et une maison du boulevard Lalaing sont incendiées "accidentellement" par des soldats allemands.

Le mercredi 23, on annonce que les premiers soldats alliés sont arrivés au faubourg de Lille et à la plaine des Manœuvres mais qu'ils ont été forcés de reculer sous le feu nourri des Allemands tapis dans les tranchées du boulevard Bara.

Le vendredi 25 octobre, les Anglais sont signalés dans le bois d'Ere et sur une ligne allant du hameau de Barges au cimetière du Sud. Les Tournaisiens les plus pauvres (la populace comme les désigne Alexandre Carette qui montre une fois de plus son esprit bourgeois) pillent le charbon de l'usine Deruyter abandonnée par les Allemands.

Le dimanche 27, le ciel est lumineux et la température un peu fraîche lorsqu'une vingtaine d'avions lâche sur la ville des petits bulletins sur lesquels on peut lire : "Confiance, vous serez libérés le 28". L'après-midi, le village de Rumillies subit un violent bombardement, de nombreuses maisons, encore debout, sont touchées, notamment à la "cité Delneste" au faubourg Morelle. Un habitant, Mr; André Hivre, réfugié à l'hôpital civil qui sert d'observatoire pour les guetteurs allemands, est tué par la chute d'un obus.

Le mercredi 30, de nombreuses maisons sont touchées par des obus, c'est le cas des habitations de Madame Vasseur Delmée située au pied du beffroi, de Madame Jacob et de sa fille au boulevard Léopold (NDLR : Melle Louise Jacob avait 19 ans en ce mois de novembre 1918, elle fut par la suite professeur, sa maison était située entre l'école d'Horticulture et le rue Saint-Eleuthère, elle est décédée en août 1982, à l'âge de 83 ans, elle se déplaçait toujours en bicyclette) mais aussi de maisons situées à la rue des Clairisses, à la rue des Chapeliers ou sur la Grand-Place.

Le 1er novembre, le cimetière du Sud étant situé en zone interdite, personne ne se rend sur la tombe d'un défunt à l'occasion de la Toussaint ou du Jour des Morts. Cinq personnes ont perdu la vie sur la place du Parc (NDLR : actuelle place Reine Astrid) et une au domicile de Madame Germiny Duquesne.

Le dimanche 3, vers 7h du matin, les Allemands dynamitent le clocher de l'église Saint-Antoine à la chaussée de Saint-Amand mais celui-ci résiste. La population tournaisienne se terre dans les caves car les bombardements anglais sont désormais quotidiens, les rues de la cité des cinq clochers sont désertes.

Le lundi 4, un avion anglais est abattu par l'artillerie allemande, il tombe dans l'Escaut à hauteur du pont Notre-Dame, l'aviateur est recueilli et fait prisonnier.

Le mercredi 6, par pur vandalisme, les Allemands dynamitent la statue de Barthélémy Dumortier qui se dresse sur le quai des Salines. L'Administration communale proteste et reçoit de vagues excuses de la part des responsables. Cette statue ne représentait pourtant pas un objectif stratégique.

Durant la nuit du 7 au 8 novembre, une série d'explosions secouent la ville, les Allemands pour protéger leur retraite font sauter les ponts sur l'Escaut y compris le pont d'Allain.

Le 8 novembre, un employé du service des eaux, venu examiner la rupture d'une conduite à hauteur du Pont de Fer est abattu par un Allemand. Ceux qu'on ne nomme plus que "Boches" font un dernier baroud d'honneur (ou d'horreur) en déversant quantité d'obus sur la rive gauche touchant le beffroi, la cathédrale et de nombreuses maisons. Dans l'exercice de ses fonctions, le garde-champêtre Lethorey est tué par un éclat d'obus à la chaussée de Lille.

Ce 8 novembre 1918, à midi, les Anglais arrivent à l'Hôtel de Ville, les soldats allemands ont emporté leur drapeau qui y flottait depuis quatre ans. Le drapeau belge le remplace aussitôt !

(à suivre)

S.T. janvier 2015.

17 janv.
2015

14:20

Tournai : expressions tournaisiennes (294)

Mi, j'conneos Félicie...aussi !

On a bieau dire mais l'meonte i-est tout p'tit, ainsin ceulle sémaine j'ai orvu Félicie. J'aveos été vir ein amisse à l'hôpital quand j'ai fait ceulle rinconte pos banale. In plein mitan du couloir, au bras d'ein kiné, j'l'ai orconnue sans beauqueop d'difficultés.

"Mo bé, cha alors, ch'est pos possipe, ov'là ichi Félicie !" et, j'deos vous l'avouer, j'éteos saisi jusqu'à m'fusil.

J'vas ichi vous raqueonter l'histoire de ceulle file que j'ai connu dins l'temps et qui va béteôt fiêter ses quater-vingt chinq printemps comme areot dit m'n'amisse René Godet, ein des dernières poètes tournisiens que j'ai rincontré.  

Adeon, on éteot à l'fin des ainnées chinquante ou au comminch'mint des ainnées soixante. Félicie habiteot eine pétite maseon au Bas-Quartier, pos bin leon de l'plache Saint-Pierre et d'l'hôtel des peompiers. Elle deveot avoir trinte ans, à m'n'avis, et viveot ave s'mamère Amélie. M'gramère connisseot Amélie (qu'les gins du voisinache appeleot'ent l'matante) pasqu'i-z'aveot'ent évacué insanne au meos d'mai quarante. L'paufe feimme éteot veuve et n'aveot jamais pinsé à s'ormarier, Georges n'éteot jamais orvenu du camp dusqu'i-aveot été fait prisonnier. On a dit qu'i-éteot mort d'privatieons et qu'i-aveot été intiérré in sol teuteon.

Félicie qui éteot née dix ans avant la guerre aveot fait l'choix d'rester auprès s'mamère. Elle diseot :

"Si j'm'in vas, i-n'ara pus perseonne à l'maseon, m'mamère, tout seu, pourreot in morir ou perte l'raiseon". In mille nuef chint quater-vingt, j'l'ai appris avant-hier, elle a soigné Amélie qui aveot attrapé ein cancer. Jusque dins ses derniers moumints, elle li a moutré bramint d'dévouemint. Amélie est morte in quater-vingt-treos, in plein meos d'janvier et l'maseon étant trop grande, Félicie a déménagé. Comme m'gramère, elle aussi, elle nous aveot inter-temps quittés, j'n'ai jamais su dusqu'elle éteot allée d'meurer.

Ch'éteot eine beonne file, elle n'aveot qu'ein seul déféaut, elle avaleot toutes les bleusses qu'on li invinteot.

J'vous veos d'jà pinser : l'Optimisse i-areot pus nous raqueonter, après l'sémaine qu'on vient d'passer, eine histoire ein peu pus gaie. On n'sait pos l'canger, l'vie elle est ainsin, eine successieon d'beons et d'mauvais moumints. Ein jour, j'vous parle d'Edmeond et Fifinne, ein eaute, ch'est eine histoire comme les deux orphelines.  

Adeon, j'aveos perdu d'vue Félicie jusqu'au moumint de l'vir in kinésithérapie.

"Félicie, vous n'avez pos beauqueop cangé !".

"Ahais, mais j'ai bin du mau pou marcher !"

Du prumier queop, elle ne m'aveot pas orconnu, mais m'visache, i-li est bin vite orvenu :

"Ch'est vous qui v'neot, ave vo matante, tous les mardis quand j'habiteos acore ave m'mamère Amélie".

"Ch'est bin cha mais ch'éteot m'gramère" que j'li ai dit, mais j'ai bin vu qu'elle n'aveot pos compris.   

On a été jusque dins s'campe ave l'kiné et on a babiélé pindant tout l'après-deîner. Ch'est toudis ein véritape cardeonnette, je n'parveneos pos à in placher eine milette. J'ai vite compris que Félicie n'aveot pos cangé, qu'elle ne s'éteot jamais faite au progrès. Pire acore, elle n'aveot jamais compris ce qu'éteot l'second degré et elle preneot pou argint comptant tout ce qu'elle veyeot à l'télé.

In vrac, j'vas ichi vous livrer, tous les sujets qu'elle a abordés :

"Asteur, quand on orwette l'télé, i-a vraimint pou s'délaminter".

J'pinseos qu'elle alleot tout bell'mint m'parler de l'violence des journaux télévisés, des concours de canteus ou pétête même des programmes assez olé-olé. Neon, neon, elle m'a dit des cosses bin leon d'ête normales, pus surréalistes acore que Lessines et s'consel communal.

"Tous les jours, pou des publicités su ein poste français, on veot des animaux qui seont torturés. Des éléphants qu'on laiche caire in parachute d'puis bin héaut, feaut vir ces pachydermes, i-z'ont les z'orelles qui feont drapéau. On les invoie aussi, alfeos, l'treompe in avant glicher, tout rétalés, su ein toboggan. I-feaut intinte berler ces paufes biêtes de l'rache qu'i-ont l'pépette. L'girafe qu'on fait rintrer su eine patinoire, te truèfes cha normal, l'malhureuse, elle pourreot s'casser les gampes chaque feos elle se rétale. Et apprinte à danser à des tortues, cha j'n'aiveos acore jamais vu. Je l'dis toudis mais j'vas l'faire, j'vas écrire eine supplique à les ceusses qui ont fait interdire les animaux sauvaches dins les cirques, les ceusses qui voudreot'ent qu'on n'minge pus du foie gras, les ceusses qui ortirent des laboratoires les sinches et les tchiens, cha i-est, cha m'orvient... cha s'appelle Gaïa".

Je ne pouveos pos li espliquer que pou des publicités parelles, ch'est des trucaches, ce qu'on appelle des imaches virtuelles, elle n'areot pos compris ein seul meot et m'areot pris pou ein seot.

Adeon, j'li ai dit :

"Surtout n'écrivez pos aux gins d'Gaia, ch'est des débaltés, des intégrisses, ces gins-là. I-feaut s'attinte qu'ein bieau jour, ave tous leus édits, i-veont nous obliger à minger d'l'hierpe et des pichoulits. Pus d'viante, pus d'guernates, pus d'cuisses de guernoules, pus de pisseon et même pus de moules, pétête des viers d'fareine, on va devoir avaler des vitamines pou compinser l'manque d'protéines. ".

J'ai rajouté in riant :

"In puque vous allez invéyé les dompteus des animaux au chômache, vous n'trouvez pos que cha s'reot vraimint dammache !".

"A t'mote ?" qu'elle m'a dit Félicie et l'débabeinache i-a orpris :

"J'aveos ein jour intindu que Fernandel i-éteot mort, bé, m'garcheon, quoisqu'on nous fait pas tout acroire, i-n'a pos vielli, j'l'ai vu dins eine publicité, i-a pos lommint, pou ein marque d'huile, j'ai oblié l'neom je n'sais pus...j'ai des treos d'mémoire".

"Ch'est ein qui li orsanne" que j'li ai dit, "ch'est ein sosie" !

"Mo..., vingt bougres, bé i-est bin fait, on direot qu'ch'est l'vrai".

"Te sais bin comme j'ai toudis bin aimé no famile royale, m'mamère diseot toudis ch'éteot l'chimint national. T'as pos raviser "Panique au Palais"...No roi Albert, l'mopère a Philippe... bé, no chire, i-est teombé bin bas, j'pinsqe qu'i-d'vient maboule, i-jeue alfeos dins ein pièche à RTL et, tout du leong, i-raqueonte bramint d'cacoules. Même si i-n'a pus d'liards d'puis qui est à l'ortraite, i-n'devreot pas accepter des parelles bernettes".

"Bé...Félicie, ch'est acore ein sosie, ch'est pos li, ch'est André Lamy"

"Quoisque m'n'heomme i-fait ein roi, ch'est interdit pa la loi, ch'est eine usurpatieon d'identité, j'vas déposer plainte au parquet".

J'espère qu'elle ne ravise jamais No Télé, pasque si ein jour, elle veot canter tout nu l'bourguémette d'ein villache pos leon d'ichi, bé no brafe Félicie, elle va caire direct in bas de s'lit ! 

(lexique : l'meonte : le monde / ainsin : ainsi / ceulle : cette / orvu : revu / ein amisse : un ami / eine rinconte : une rencontre / in plein mitan : au beau milieu / orconnu : reconnu / ov'là : voilà / saisi jusqu'à m'fusil : expression plus guère utilisée signifiant profondément surpris / raqueonter : raconter / béteôt : bientôt / adeon : donc / l'comminch'mint : le commencement / pos bin leon : pas bien loin / s'mamère : sa mère / eine gramère : une grand-mère / l'matante : la tante / insanne : ensemble / ormarier : remarier / moumint : moments / moutrer : montrer / bramint (ou aussi gramint) : beaucoup / les bleusses : les blagues, les mensonges / canger : changer / j'ai bin du mau : j'ai bien mal, je souffre / l'prumier queop : le premier coup / l'campe : la chambre / babiéler : bavarder / l'après-deîner ; l'après-midi / eine cardeonette : un chardonneret, par extension une personne bavarde / eine milette : une miette, un petit peu / asteur : maintenant / orwettier : regarder / s'délaminter : se lamenter / bell'mint : bellement / des canteus : des chanteurs / pétête : peut-être / des cosses : des choses / caire : tomber / alfeos : parfois / glicher : glisser / berler : crier, hurler / de l'rache : de la rage, ici l'expression signifie tellement / avoir l'pépette (ou l'peupette) : avoir peur / te truèfes : tu trouves / les gampes : les jambes / apprinte : apprendre / toudis : toujours / les ceusses : ceux / les sinches : les singes / les tchiens : les chiens / parelles : pareilles / des débaltés : des excités / l'hierpe : l'herbe / les pichoulits : les pissenlits / des guernates : des crevettes / les guernoules : les grenouilles / du pisseon : du poisson / des viers de fareine : des vers de farine / dammache : dommage /  à t'mote : à ton idée, parfois utilisé pour dire : tu penses ? / débabeiner : raconter son histoire, ses petits malheurs / garcheon : garçon / acroire : croire / lommint : longtemps / orsanner : ressembler / l'chimint : le ciment / l'chire : le sire / bramint d'cacoules : énormément de mensonges, d'inventions / des liards : de l'argent / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire).

S.T. janvier 2015.

14:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

15 janv.
2015

17:47

Tournai : 1914-1918, quatre années d'occupation (6)

En cette fin d'année 1917, hormis quelques résistants dont on apprend le plus souvent les activités contre l'ennemi lors de leur arrestation, plus personne à Tournai n'ose espérer une libération prochaine du territoire. L'occupant est parvenu à saper le moral d'une grande partie de la population qui vit désormais au rythme des perquisitions, des saisies, des ordonnances, des vexations. Pourtant dès le premier jour de l'année 1918, des signes vont apparaître dans... le ciel.

Les Allemands aux abois.

Durant la nuit du 1er au 2 janvier 1918, des combats entre aéroplanes se déroulent au-dessus du champ d'aviation de Ramegnies-Chin. En ville, l'occupant est de plus en plus nerveux, les Allemands ne présentent plus cette morgue, cette belle assurance du soldat teuton à qui rien ne résiste qu'ils affichaient tout au long des années qui se sont écoulées depuis octobre 1914. Hoppfer intensifie ses ordonnances notamment en ce qui concerne l'éclairage. Tout doit être occulté afin de ne laisser filtrer aucun rai de lumière. Le général allemand semble de plus en plus tracassé par la fréquence des raids aériens alliés.

Pour le troisième hiver consécutif, la météo se montre capricieuse. A partir du 7 janvier, jour du "Lundi perdu", le gel s'intensifie et la neige tombe recouvrant le sol d'une couche d'environ vingt centimètres. Le 10, le temps se radoucit brutalement et la fonte rapide des neiges provoque de nouvelles inondations, les riverains du rieu de Barges ont les pieds dans l'eau tout comme ceux de Warchin.

Tout est désormais prétexte à amende : non déneigement des trottoirs, détention de blé, non déclaration de cuivre..., Alexandre Carette déclare dans ses mémoires qu'en un mois, pour les cantons d'Antoing et de Tournai, environ 880.000 marks ont ainsi été payés par la population.

Le 31 janvier, les propriétaires d'immeubles doivent obligatoirement afficher, sur un tableau placé à l'entrée des habitations, le nom des personnes qui y demeurent. Il est interdit désormais de déménager et même de passer la nuit en dehors du domicile régulier.

Le 9 mars, les Tournaisiens sont réveillés par une formidable explosion. La rumeur se répand que des patriotes ont fait sauter un train entier de munitions du côté de Chièvres ou de Brugelette.

On ne sait pas encore si cela ressemble à un baroud d'honneur mais à partir du mois d'avril, les troupes allemandes lancent une offensive sur le front entre La Bassée et Armentières, dans le Nord de la France. Les Anglais reculent, ce qui permet aux soldats germaniques de prendre le Mont Kemmel, véritable observatoire sur le front de l'Yser. Foch contre-attaque et les déloge, à peine un mois plus tard. L'envahisseur commence à douter.

A partir du mois de mai, on va assister à de nombreux bombardements de la ville de Tournai et de ses environs. Le 3, des bombes tombent à proximité du Pont des Trous et dans les rues Guillaume Charlier et Jeanne d'Arc. Elles détruisent la grande verrière de la gare qui devait probablement être l'objectif des alliés. Le 23, c'est le village de Marquain qui est victime de bombardements. Le berger logeant dans la ferme Leuridan est tué, deux voisins sont blessés ainsi qu'un officier allemand. Un hangar d'aviation semblait accolé à cette ferme. 

Le 27 juin, c'est au tour du centre-ville d'être bombardé : la rue du Cygne où une dame du nom de Dufour est tuée chez elle, les rues du Limousin et du Château, l'avenue Leray, le quartier Saint-Brice et le boulevard Léopold sont les cibles de cette attaque aérienne des alliés. La nuit suivante, un bombardement massif a lieu sur le village de Chercq et le faubourg de Valenciennes. Au cours de celui-ci, l'aile gauche de la maison d'Alexandre Carette située au boulevard du Midi a été détruite. Ce dernier habitait provisoirement en ville, son immeuble ayant été réquisitionné pour loger le lieutenant-colonel d'artillerie von Mellentein et un caporal télégraphiste, ceux-ci trouvèrent la mort lors de ce raid qui tua également un nombre inconnu de soldats allemands à proximité du pont d'Allain. Environ nonante bombes tombent sur la ville lors de la nuit du 1er au 2 juillet.

Au mois de juillet, le bourgmestre Stiénon du Pré décède. D'impressionnantes funérailles sont organisées le 30 juillet en la cathédrale Notre-Dame, détail qui n'est pas anodin, en tête du cortège marchent quatre officiers allemands et la Kommandantur a fait livrer une couronne. C'est l'échevin de Rick qui fait fonction de premier magistrat de la ville. Celui-ci est en conflit ouvert avec un autre membre de l'assemblée, Mr. Victor Carbonnelle, il l'a même accusé, à tort et publiquement, de fraude au niveau de sa distillerie. Il a pu être prouvé que la distillerie Carbonnelle avait toujours déclaré toutes les quantités produites, à cette occasion deux clans se sont, à nouveau, formés au sein de l'hémicycle tournaisien (libéraux contre catholiques). 

Les déportations.

Jusqu'à présent, les déportations avaient été réalisées individuellement ou par petits groupes. Cette fois, on assiste à des déportations massives. Le 25 mai, 700 hommes sont conduits à la gare par trente gendarmes. Ceux-ci repoussent sans pitié les femmes et les enfants de ces malheureux qui partent pour Haubourdin. Le 31 mai, suite à une perquisition du couvent, 18 Jésuites sont déportés, convaincus d'espionnage au profit des alliés.

Le 6 octobre ce sont les hommes de Chercq, Willemeau et Ere qui sont déportés.

Le 11 octobre, tous les hommes qui restent à Tournai sont déportés. Une ordonnance a été publiée quelques jours auparavant : 

Le 11 octobre 1918, à 7 h du matin (heure allemande) doivent se présenter au contrôle dans la caserne d'infanterie avec leur bagage à main, tous les hommes de la commune de Tournai soumis au contrôle à l'exception de ceux indiqués ci-après. Il faut se munir de vivres pour un jour au moins. Ne doivent pas se présenter :

tous les ouvriers occupés au chemin de fer militaire, par la direction militaire des cours d'eaux et les gardiens de ponts de l'Escaut,

tous les employés et ouvriers du services des eaux, de l'usine à gaz et de l'électricité, ainsi que les pompiers et les agents de police pour autant qu'ils étaient attachés à ces services avant le 1er octobre 1918,

les employés du comité Hispano-hollandais inscrits dans les livres de l'officier du ravitaillement pour la population civile (Mr. le Capitaine Willis à Mons, valable au 1er octobre 1918).

Les estropiés, infirmes et gravement malades sont également exemptés.

Le curé de la paroisse du Sacré-Cœur donne une version de ces faits :

"Le 11 octobre 1918, par ordre de l'autorité boche, entre deux haies de soldats armés de fusils, les Tournaisiens furent conduits, à pied, jusque dans un village proche de Bruxelles, pour continuer, si l'armistice n'était pas intervenu, jusqu'en territoire allemand. En route, ils logeaient dans des granges, des écuries, des greniers ou des églises; ils faisaient tous leurs repas en plein air, sur les chemins, même par la pluie. Ils étaient astreints de traîner non seulement leurs bagages mais aussi ceux des soldats qui les accompagnaient. Quatre à cinq fois par jour avait lieu une halte d'un quart d'heure. Onze cents de ces évacués furent recueillis par deux prêtres flamands près de Hal et certains furent hospitalisés, d'autres moururent en route".

L'avance des troupes alliés va bientôt permettre de libérer la cité des cinq clochers ! 

(à suivre)

(sources : "Souvenirs d'Alexandre Carette" par Madame Jacqueline Delrot, Licenciée en Histoire de l'Université de Liège, parus dans le tome IX des Mémoires de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai en 1997 - "La Grande Guerre sous le regard de l'élite tournaisienne occupée", étude de Céline Detournay parue dans les Publications extraordinaires de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai en 2003 - "Au nom de tous les Nôtres 1914-1918", ouvrage collectif publié par les Ecrivains publics de Wallonie picarde en août 2014 - "Comment la population du Grand Tournai a vécu la guerre 1914-1918 - rapports des curés de paroisses et de supérieurs de couvents" de Thierry Bertrand et Jacques Pycke, ouvrage paru en 2014 - "Echos de la guerre 1914-1918 dans un semainier de l'église de la Madeleine à Tournai" par Jean Dumoulin, chanoine archiviste de l'Evêché et du Chapitre cathédral et Jacques Pycke, chercheur qualifié au F.N.R.S archiviste, article paru dans le tome III des mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Tournai - "Le Courrier de l'Escaut", éditions du journal parues en 1918.

(S.T. janvier 2015)

17:47 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, 1914-1918- déportations, bombardements, hoppfer |

14 janv.
2015

10:08

Tournai : 1914-1918, quatre années d'occupation (5)

A la date du 1er janvier 1917, voici déjà vingt-sept mois que les troupes allemandes occupent la cité des cinq clochers. Une occupation qui s'est soudainement durcie avec le passage de la ville en "zone-étape". Le Tournaisien se doute que l'année qui commence sera encore très difficile, mais il ne sait pas à quel point !

Les conditions de vie se dégradent encore et toujours.

En ces premiers jours de janvier, les condition atmosphériques viennent aggraver la situation. Les pluies abondantes de la fin décembre ont gonflé les rus et les ruisseaux jusqu'à les faire déborder. Le village de Warchin, le faubourg Morelle mais aussi d'autre faubourgs voient une grande partie de leurs habitations sous eau. Bientôt la pluie sera remplacée par le froid et la neige. De terribles conditions qui coûteront la vie aux plus faibles, aux plus exposés. Entre le 1er et le 7 février, on dénombre 49 morts rien qu'en ville, c'est, selon Alexandre Carette, cinq à six fois plus que la moyenne habituelle en cette période de l'année.

Au même moment, de nouvelles restrictions sont apparues, elles touchent cette fois l'électricité. Dès 17h30, la ville est plongée dans la plus lugubre obscurité. Les seules habitations brillamment éclairées sont celles occupées par les officiers allemands. Pour ceux-ci aucune restriction, bien au contraire, on éclaire et on chauffe sans regarder à la consommation. Les Tournaisiens, quant à eux, ont été obligés de ressortir des appareils dont ils ne se servaient plus depuis longtemps, tels les "crachets", ces lampes à huiles dégageant de la fumée et une odeur très prononcée et les bonnes vieilles bougies. Comme ces produits ont eux aussi tendance à se raréfier, le plus souvent, on s'éclaire en ouvrant le couvercle du poêle, à la lueur dansante des braises, ce qu'on appelle "les soirées à l'écrienne" et on va se coucher tôt !

"L'Œuvre des Vieux Souliers" présidée par l'ancien bourgmestre, Victor Carbonnelle, récolte des vieilles chaussures souvent fort usées qu'elle répare pour les distribuer aux nécessiteux. Elles sont récoltées à domicile ou bien déposées au 14 de la rue de l'Athénée, à la rue de Cologne chez M. Dechaux, à la rue Royale à la Taverne française ou encore chez Mr. Carpentier, à la rue Fauquez.

La presse propose également des solutions pour venir en aide à une population démunie, on découvre ainsi cette suggestion :

"Comme il devient difficile de trouver des sabots en raison du manque de bois pour leur confection, on propose aux responsables communaux de faire abattre les deux rangées d'arbres, de taille inégale, à la chaussée de Lille et à la chaussée de Douai. Le bois servirait d'une part à la fabrication des sabots et, d'autre part, à la confection de fagots qu'on pourrait acquérir au magasin communal".

Les diverses réquisitions effectuées par l'occupant sont si régulières et si importantes qu'elles épuisent désormais les ressources de la commune, Alexandre Carette qualifie ce régime de retour à l'esclavage et au servage.

Le Tournaisien écrasé par l'occupant allemand.

En février, les "Boches" pratiquent la saisie des téléphones et des fils de fer, interdisent également, sans qu'on en connaisse la raison, la culture des trèfles, la saillie des juments et ordonnent la castration des chevaux.

Le 6 avril, l'occupant impose l'heure allemande, chaque horloge est avancée d'une heure (NDLR : il s'agit de l'heure toujours en application, à notre époque, durant l'été).

Le 16 avril, en la cathédrale Notre-Dame, un obit solennel est célébré pour le repos de l'âme des soldats tournaisiens tombés au champ d'honneur.

Le 7 mai, de nombreux Tournaisiens passent devant le conseil de guerre instauré par l'occupant. Beaucoup sont condamnés à des amendes mais onze d'entre eux dont les noms seront placardés le 7 juin sont condamnés à des peines d'emprisonnement allant de 2 mois à 2 ans. Il s'agit de François Mondo, joaillier, 62 ans, du Baron del Fosse et d'Espierres, propriétaire terrien, 48 ans, de Paul Brasseur, ingénieur, d'Henri Leroy, séminariste, 23 ans, de Marie Landrien, fille d'un cabaretier, 29 ans, de Victor Richeling, ébéniste, 51 ans, d'Edmond Carbonnelle, tourneur en fer, 37 ans, de Victor Honoré, rentier, 67 ans, de Victor Bail, horloger, 54 ans, de Joseph Devred, étudiant ingénieur, 21 ans et de Victor Masure, père jésuite, 52 ans. 

D'autres Tournaisiens se dressent contre l'occupant : Gabrielle Petit et Louise de Bettignie (cette dernière est originaire du Nord de la France mais habitant Tournai), elles collaborent à des service d'espionnage (NDLR : voir les articles que nous leur avons consacrés).   

Le 22 mai, les Tournaisiens sont confinés chez eux, dès 7h du matin, avec interdiction de sortir avant 13h. Le Kaiser Guillaume arrive en gare à 8h00, traverse la ville et, au boulevard Bara, pratiquement à hauteur de la rue Prévot (NDLR : actuelle rue Jean Noté), remet 600 décorations aux soldats et officiers. Il quitte la ville en fin de matinée après avoir visité la cathédrale.

Ce même jour, dans le courant de l'après-midi, une petite escadrille d'avions survole la ville. Une déflagration est perçue par les habitants, une bombe vient d'exploser à proximité de l'église Sainte Marie-Madeleine. Une dame qui se trouve dans le corridor de sa maison est atteinte par des éclats et décède moins d'une heure plus tard. Elle laisse quatre enfants en bas-âge. Quatre personnes sont également blessées à des degrés divers, une cinquantaine de maisons sont endommagées, les vitraux de l'église sont brisés.

La baisse de la moralité publique.

Les rapports des curés de paroisse font état d'un abaissement alarmant du sens moral, celui-ci est constaté tant chez les bourgeois que chez les ouvriers. Certains bourgeois ont des complaisances coupables envers l'ennemi, exercent un trafic avec sa complicité ou travaillent volontairement pour l'occupant. De nombreuses femmes et jeune filles se compromettent avec des soldats allemands et deviennent leurs "mascottes" (NDLR : terme encore utilisé à l'époque pour désigner ce qu'on nomme aujourd'hui une maîtresse). Chez les ouvriers, l'oisiveté (NDLR : mère de tous les vices comme il est dit) et la paresse les amènent à l'ivrognerie, à la fraude et au vol. Des domestiques volent leurs patrons comme dans une ferme à Esplechin. On assiste également à des règlements de compte ou à des actes de mauvais gré édicté par la jalousie. Ainsi, en juillet 1917, dans un jardin ouvrier du faubourg Morelle, une main malveillante coupe une centaine de plants de tabac et les abandonne sur le jardin, simple plaisir de nuire à autrui ?

Tracasseries, vexations, nouvelles condamnations.  

Un avis du commandant d'étape, le sinistre Hoppfer, stipule que la population ne peut se permettre aucun écart de conduite, que les soldats cantonnés chez l'habitant doivent être traités, à tous points de vue, mieux que les étrangers et les belges, quels qu'ils fussent. Alexandre Carette rapporte à ce sujet l'incident suivant qui s'est déroulé aux magasin Van Rolleghem. : un soldat allemand souhaite obtenir des bretelles, mais trouve le prix de celles qu'on lui présente beaucoup trop élevé. La vendeuse lui dit simplement :

"J'en ai à plus bas prix".

Elle sera condamnée parce que le "Boche" a compris ou a feint comprendre le mot "saloperie".

En juillet, septembre et octobre, huit civils sont convaincus d'espionnage et fusillés dans l'enceinte de la caserne d'infanterie (NDLR : actuelle caserne Ruquoy ou existe toujours un mémorial à l'endroit appelé "mur des fusillés") parce qu'ils ont osé braver l'ennemi. Parmi eux deux femmes, Flore Lacroix et Georgine Danel et un jeune homme d'à peine dix-sept ans, Léon Marlot de Roubaix.

D'autres vont échapper à la mort, voici deux récits collectés dans les rapports des prêtres de paroisses :

"Henri Papegay et Irma François de Kain, cultivateurs, ayant recueilli des pigeons voyageurs lancés en parachute par les alliés, furent arrêtés, ainsi que leur fils René, âgé de 15 ans. Convaincus d'espionnage pour avoir lâché les pigeons après avoir rempli la feuille de renseignements qui leur était attachée, ils furent condamnés à mort et leur fils à trois ans de prison, le 9 décembre 1917. Grâce à l'intervention de plusieurs personnes et à la supplique adressée par la duchesse d'Arenberg à l'empereur Guillaume, ils seront graciés en février 1918 et envoyés en forteresse" (rapport du curé de la paroisse Notre-Dame de la Tombe à Kain).

"Le bourgmestre d'Orcq, Mr. Ghislain, fut expulsé du village, de septembre à décembre 1917 pour avoir allumé un feu afin de brûler des déchets et l'avoir laissé couver toute la journée. Celui-ci s'est réactivé en soirée en raison du vent. Des aviateurs anglais ont bombardé le champ d'aviation allemand situé à proximité". Les Allemands y voient un lien de cause à effet, ce feu avait été allumé volontairement pour guider les alliés" (rapport du curé du village d'Orcq).

"Une Kommandantur est installée à Templeuve en novembre 1917, à partir de ce jour, il n'y a plus de communications possibles pour les habitants avec les villages voisins de Blandain, Ramegnies-Chin et Bailleul" (rapport du curé de Templeuve).

Une troisième année complète d'occupation se termine, les Tournaisiens se demandent ce que va leur réserver l'année 1918.

(à suivre)

(sources : "La Grande Guerre sous le regard de l'élite tournaisienne occupée" de Céline Detournay, étude parue dans le tome IX des Publications extraordinaires de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai en 2003 - "Comment la population du Grand Tournai a vécu la guerre 1914-1918" de Thierry Bertrand et Jacques Pycke, ouvrage paru en 2014 - "Au nom de tous les Nôtres" ouvrage collectif publié par les Ecrivains publics de Wallonie picarde en août 2014 - Les éditions du "Courrier de l'Escaut" parues en 1917. Je remercie également Mme Jacqueline Driesens et Mr. Jacques De Ceuninck pour les documents ou renseignements fournis).

S.T. janvier 2015.

12 janv.
2015

16:29

Tournai : 1914-1918, quatre années d'occupation (4)

En ce début d'année 1916, la situation n'est pas des plus brillantes dans la cité des cinq clochers. Elle va encore s'aggraver durant l'été lorsque Tournai entrera dans l'étape (l'etappengebiet).

La solidarité s'organise.

Les Tournaisiens ont retrouvé leur organe de presse. Depuis la mi-novembre, le journal "Le Courrier de l'Escaut" paraît à nouveau, sous la forme d'un petit format de quatre pages, édité seulement trois fois par semaine. Il informe ses lecteurs à propos du ravitaillement, publie les listes de soldats morts au front, donne de nombreux conseils aux ménagères afin de réaliser des miracles avec le peu qui est à disposition dans les magasins et tient une rubrique des faits divers locaux. Sa rédaction affiche une grande neutralité laissant le soin à d'autres quotidiens, créés à cet effet, de vanter les exploits de la "glorieuse" armée allemande.

Contrairement à l'année précédente, l'hiver est rigoureux, Alexandre Carette écrit que la neige tombe fréquemment jusqu'à la fin du mois de mars. Ces mauvaises conditions atmosphériques représentent un vecteur important pour la propagation de maladies parmi une population affaiblie par une alimentation restreinte. La terrible grippe espagnole qui va se répandre dans toute l'Europe et la rougeole, souvent mortelle à l'époque pour les jeunes enfants, sont deux des principales affections qui vont toucher la population tournaisienne.

Dans pareilles circonstances, la solidarité reprend le dessus et vont voir le jour : "l'Œuvre de secours au soldat prisonnier, l'Aide aux orphelins, les Fourneaux économiques, les soupes populaires, les goûters d'enfants, les jardins ouvriers (NDLR : les premiers seront créés aux environs du Palais de justice), la goutte de lait, l'aide aux enfants débiles...  Ces organismes reçoivent des subsides accordés par le Comité de Secours national, des dons de familles aisées et parfois les bénéfices d'un concert, d'une pièce de théâtre ou d'une représentation de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon. 

L'Œuvre de secours au soldat prisonnier recueille de l'argent par des quêtes (NDLR : ce mot a été progressivement abandonné au profit de collectes) dans les églises, des séances instructives ou récréatives afin de venir en aide aux soldats indigents.

Le 9 janvier, se déroule en la cathédrale Notre-Dame, le sacre de Mgr Crooy, successeur de Mgr Walraevens, décédé en octobre 1915. Cette cérémonie devait avoir lieu en décembre, mais la bulle papale annonçant sa désignation comme évêque du diocèse de Tournai est parvenue avec beaucoup de retard.

La presse publie des chiffres concernant l'évolution de la population tournaisienne, on constate qu'en 1913, il y avait eu 601 naissances et seulement 449 en 1915 (soit une baisse de près de 25%), notons que des enfants nés durant le premier trimestre avaient été conçus avant que la guerre n'éclate ! Le nombre de mariages est plus représentatif : de 270 en 1913, il tombe à 108 en 1915 (baisse de 60%).

Le 18 avril, le colonel von Bissing visite Tournai, rencontre le général Hoppfer et l'évêque Crooy qui lui réserve, dit-on, un accueil glacial.

Le 20 avril, un aéroplane allemand qui vient de décoller d'un champ situé à proximité de l'asile d'aliénés (NDLR : appellation donnée à l'époque à l'institution de Défense sociale) s'écrase suite à une violente rafale de vent sur la boulevard du Midi (NDLR : l'actuel boulevard du Roi Albert), ses munitions explosent, le pilote est tué, son accompagnateur gravement brûlé. L'autorité militaire allemande transfère rapidement le corps de la victime et le blessé à Douai, ville du Nord de la France, où était basée l'escadrille dont dépendait cet équipage.

Les 12 et 13 mai, les corps des soldats vendéens qui avaient été enterrés au Chemin 37, le 25 août 1914, sont déterrés par des soldats qui les transfèrent au cimetière du Sud. Le corps du commandant Delahaye est gardé 48 heures au couvent de la Verte-Feuille et ensuite inhumé dans le caveau de la famille Dutoit. 

D'avril à juin, la ville est occupée par des soldats originaires de Westphalie, ces hommes semblent plus appréciés que ceux qui les précédèrent en ville, ils sont disciplinés, ne troublent pas l'ordre public et se montrent courtois avec la population. Leurs officiers, par contre, sont des ivrognes, organisant beuveries et orgies...

L'etappengebiet.

Pendant ce conflit, la ville de Tournai s'est malheureusement trouvée dans la "grenszone" (la zone frontière). Jusqu'au 30 septembre 1916, elle se trouve dans le régime du gouvernement général. A partir du 1er octobre, la ville va se retrouver dans le régime d'Etape de la VI Armée allemande. Les Tournaisiens sont désormais séquestrés dans un territoire dont il est difficile de sortir et sont sous la coupe du général Hoppfer, un homme impitoyable qui va encore plus les harceler.

Pour les Tournaisiens, l'établissement de l'Etape ressemble à un retour au servage :

"C'est l'établissement de l'esclavage par les grossiers et brutaux bavarois de la VIe armée. Plus de liberté, ni d'indépendance pour nous : nos maisons, nos biens, nos personnes leur appartiennent alors que les lois nous défendent à nous, civils, de poser le moindre acte d'hostilité contre un soldat, le soldat, lui peut tout se permettre contre nous...".

Dans la presse, des tribunes libres laissent transpirer l'opinion des Tournaisiens et elle n'est pas tendre envers ceux qui s'enrichissent profitant de la situation, on y ressent l'existence d'un marché noir orchestré par ceux qui possèdent des produits de première nécessité à vendre . C'est le cas dans "Les nouvelles de l'Avenir du Tournaisis" datées d'octobre et novembre 1916.

Le 3 octobre 1916, la Grand Quartier Général allemand publie l'avis suivant :

Les personnes capables de travailler peuvent être contraintes de force au travail, même en dehors de leur domicile, dans le cas où, pour cause de jeu, d'ivrognerie, d'oisiveté, de manque d'ouvrage ou de paresse, elles seraient forcées à recourir à l'assistance d'autrui, pour leur entretien ou l'entretien de personnes qui sont à leur charge.

Le lendemain de cette publication, le général Hoppfer, commandant de l'Etape, demande la liste des chômeurs à la Commission d'aide au travail et ensuite à l'Administration communale. Il se voit opposer un double refus. Cette demande sème une zizanie au sein du conseil communal, certains préconisent que ce soit la Ville qui fasse appel à des ouvriers pour des travaux sans désignation de nature. D'autres refusent catégoriquement cette "soumission à l'ennemi". Cette mesure fut malheureusement adoptée, les membres patriotes étant minoritaires. Peu de Tournaisiens répondent à cet appel d'offre de travail. Les Allemands exigent 45 maçons et 45 journaliers pour les travaux de réalisation d'un champ d'aviation à Ramegnies-Chin. Aucun homme ne s'étant présenté, dans la nuit du 10 au 11 octobre, 47 ouvriers sont arrêtés et déportés au camp d'Holzminden en compagnie de l'échevin Wibaut, qui avait fait partie du front du refus au sein du Conseil communal.

Alexandre Carette, bourgeois libéral anticlérical met en exergue l'attitude de l'évêque : Mgr Crooy ne prend parti ni pour le bourgmestre, ni pour les échevins .

Le 19 octobre, Hoppfer exige la liste de tous les chômeurs de moins de cinquante ans. Face au refus, il inflige une amende de 200.000 marks à la Ville et une astreinte de 2.000 marks par jour de retard. Hoppfer est un véritable fou furieux  qui n'admet pas qu'on lui résiste ! Les échevins Edouard Landrieu, Albert Allard et Edouard Valcke sont, à leur tour, déportés à Holzminden. La ville persistant dans son refus est désormais redevable de 769.000 marks.

Au même moment, 188 hommes sont arrêtés et déportés à Prémontré, Jolimetz et Sainte-Preuve. Cinquante-cinq d'entre eux vont mourir des mauvais traitements infligés parmi lesquels le "roctier" Herman Planque d'Allain (NDLR : voir l'article que nous lui avons consacré).

(à suivre)

(sources : voir articles précédents).

S.T. janvier 2015