31 janv.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (296)

In Vino Veritas !

Quand j'ai rincontré, Edmeond, à Froyennes, vierdi, i-éteot grogneon et ov'là c'qui m'a dit :  

"Aujourd'hui, l'Optimisse, j'deos bin te l'avouer, je n'sais pus quoisque j'deos pinsé. I-a asteur dins l'actualité bramint d'sujets qui veaut mieux n'pus aborder.

Ainsin, prinds, par eximpe, l'plan d'mobilité qui devreot aérer no beonne vielle cité. L'projet i-est à peine né au début du meos d'janvier qu'i-a d'jà provoqué eine masse d'levées d'boucliers. Pou nos édiles, ch'est pou rinte pus facile l'circulatieon dins no ville mais pou les ceusses qui tienne'tent boutiques, malhureux, ch'est l'comminch'mint du désert économique.

Tout cha, ch'est ein problème d'mintalité et, d'puis quarante ainnées, elle a bin cangé :

Quand i-n'aveot pos 'cor beauqueop d'automobiles, les gins étaient beauqueop pus... mobiles, i-z'alleot'ent à pied à l'école, à l'ouvrache, vir les espositieons, porméner ou bin faire les commissieons. On n'pinseot pos à mette les magasins in déhors des cités pasque ch'éteot chez l'boucher, l'boulinger, l'épicier ou l'marchands d'sorlets du quartier qu'on aveot l'habitude d'aller. Ch'est même là-vas qu'on appreneot les p'tites nouvelles : l'naissance d'ein rotleot, l'mariache d'ein visin ou bin l'mort d'untel. A l'porte des écoles, quand les infants éteot'ent rintrés, les mamères raqueonteot'ent les p'tites misères sans vir l'temps passer.

A l'heure d'aujord'hui, quand on va in ville, ch'est au volant de l'automobile et on veut pouvoir stationner jusse face à l'indreot dusqu'on va acater. On n'sait pus faire chinq mètes quand on s'déplache pasque, sans conditieon, on est bin vite tout in nache. Ch'est aussi au volant de s'n'auteo que m'voisine Marceline, elle fait tout bell'mint s'léque-vitrine. "J'ai vu eine belle rope" qu'elle dit à s'n'heomme Emile, arrêtée in plein mitan de l'rue d'l'Yser, ave son mobile. Si on laicheot tout faire, pou aller à messe, certains automobilisses rintrereot'ent ave leur auteo dins l'églisse et au marché pou ein kileo d'tomates, madame s'fereot servir pa l'cassis de s'quate-quate.

Dis hardimint, même pus savoir aller à pied pou ein kileo d'tomates, i-a pos à dire, i-feaut ête vraimint dev'nu fate. "La fonction crée l'organe" m'aveot ein jour dit l'maîte Cambier, in sixième ainnée, bé, si ch'est vrai, béteôt les infants i-veont naîte sans gampes et sans pieds.

Quand j'm'in vas in ville, de m'maseon de l'rue Montifeaut, ch'est toudis à pied ou bin au bus quand i-fait freod. I-feaut vir au Viaduc, les infants qui veont l'matin à l'école faire l'file pindant ein quart d'heure, ave leu mopère, dins les bagnoles. L'pire ch'est qui n'feaut pos dire cha treop heaut pasque t'es tout d'suite pris pou ein vieux seot, i-feaut t'déméfier d'ces jocrisses, pou avoir dit la vérité, i-t'f'reotent rinserré à l'hospice.

Pour tout asteur, mi j'sus prudint et avant d'dire eine séquoi, j'busie bin. D'puis qu'"Tintin au Congo" i-a failli ête interdit, utiliser l'meot noir, pou mi, ch'est fini. Bin seûr, ch'a été dur pour m'habituer, m'vie elle a profondémint cangé. Asteur, pou qui m'soiche rien orproché, à l'estaminet, j'comminde ein café au lait. Te sais, ch'est pos qu'j'aime bin mais au moinse je n'risque pos d'imbêt'mints. Dire que j'fais faire d'l'ouvrache au noir, ch'est terminé, j'dis à tertous que j'ai imbauché ein ouvrier polonais ! T'areos vu Fifinne m'orwettier d'ein dreôle d'air quand j'li ai conseillé : "N'dis pus qui fait noir, dis qui n'fait pos clair". D'ailleurs, je n'fais pus l'noir quart d'heure pou économiser l'éclairache, j'dis à tertous que j'm'intraîne pou quand i-ara l'délestache. J'n'ai pus jamais les idées noires, je vis des momints d'désespoir. J'ai dû passer du chucolat noir à l'ceu au lait et je n'prinds pus des balleons noirs, j'chuche des balleons d'Tournai. J'ai même supprimé l'saveon noir pou nettier ch'est Mossieu Prope qui l'a rimplaché.

In intindant cha, j'éteos tout ébeubi, j'pinseos que ch'éteot ein rêve, que j'éteos acore indormi. Quoisque que m'heomme i-alleot là querre, j'pinseos : "Vraimint, Edmeond i-exagère."

Te n'deos pos réagir ainsin, rappelle-te c'qu'on dit alfeos : "on est toudis noirchi pa ein noir peot". Te n'vas pos ichi foute in l'air toutes nos traditieons et deonner à quelques brayous raiseon.

Comme i-m'simbleot débalté, on a, à nouvieau, cangé d'sujet.

In attindant no bourguémette, i-serre les cafés qui feont trop d'bruit de l'nuit, à Fifinne et à mi, cha a rud'mint cangé no vie, asteur quand j'rinte ave ein verre dins l'nez, nos disputes elles seont, comme à l'télé, sous-titrées. Elle m'attind ave eine pancarte dusqu'i-est marqué : "A m'mote que t'es acore bin arrangé", mi j'sors l'fuèlle que j'ai toudis su mi dusqu'i-est écrit : "Pus bas, Polo, i-n'est pos leon d'ichi".

Avant d'partir, Edmeond m'a ravisé, i-a souri et i-m'a dit : Ortiens bin cha, pou ête hureux dins l'vie, i-feaut jeuer la Muette de Portici".

"Ah, Ch'est grâce à ceulle pièche qu'on a eu no révolutieon".

"Pos si fort, n'dis pos cha ichi, ch'est pétête bourré d'espieons".

Pou t'nir des propeos ainsin, final'mint, j'pinse que m'heomme, i-t'neot tout simplement... eine riche preone

(lexique : vierdi : vendredi / grogneon : d'humeur maussade / quoisque : qu'est-ce que / asteur : maintenant / bramint : beaucoup / par eximpe : par exemple / rinte : rendre / les ceusses : ceux / l'comminch'mint : le commencement / canger : changer / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / porméner ou pourméner : promener / les sorlets : les souliers / là-vas : là-bas / ein rotleot : un roitelet, désigne un petit enfant / l'mariache : le mariage / ein visin : un voisin / les mamères : les mères / vir : voir / jusse : juste / acater : acheter / chinq : cinq / ête tout in nache : être en nage, en transpiration, baigné de sueur / tout bell'mint : tout bellement, à son aise / l'léque-vitrine : le léche-vitrine / eine rope : une robe / in plein mitan : au beau milieu / laicher : laisser / l'cassis : le chassis, la fenêtre / les gampes : les jambes / freod : froid / l'mopère : le père / s'démefier : se méfier / rinserrer : renfermer / dire eine séquoi : dire quelque chose / busier : penser / l'meot : le mot / orprocher : reprocher / au moinse : au moins / tertous : tous / orwettier : regarder / du chucolat : du chocolat / chucher : sucer / nettier : nettoyer / rimplacher : remplacer / ébeubi : fortement étonné, frappé de stupeur / querre : chercher / alfeos : parfois / on est toudis noirchi pa ein noir peot : littéralement, on est toujours noirci par un noir pot, signifie on est souvent blâmé par ceux qui devraient se taire / foute in l'air : envoyer en l'air / débalté : profondément énervé / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / serrer : fermer / l'fuèlle ; la feuille / Polo : diminutif de Paul-Olivier / pos leon d'ichi : pas loin d'ici / ortenir : retenir / jeuer : jouer / ceulle pièche : cette pièce / pétête : peut-être / tenir eine riche preone : avoir une fameuse cuite, être profondément enivré).

S.T. Janvier 2015.

14:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

Les commentaires sont fermés.