17 janv.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (294)

Mi, j'conneos Félicie...aussi !

On a bieau dire mais l'meonte i-est tout p'tit, ainsin ceulle sémaine j'ai orvu Félicie. J'aveos été vir ein amisse à l'hôpital quand j'ai fait ceulle rinconte pos banale. In plein mitan du couloir, au bras d'ein kiné, j'l'ai orconnue sans beauqueop d'difficultés.

"Mo bé, cha alors, ch'est pos possipe, ov'là ichi Félicie !" et, j'deos vous l'avouer, j'éteos saisi jusqu'à m'fusil.

J'vas ichi vous raqueonter l'histoire de ceulle file que j'ai connu dins l'temps et qui va béteôt fiêter ses quater-vingt chinq printemps comme areot dit m'n'amisse René Godet, ein des dernières poètes tournisiens que j'ai rincontré.  

Adeon, on éteot à l'fin des ainnées chinquante ou au comminch'mint des ainnées soixante. Félicie habiteot eine pétite maseon au Bas-Quartier, pos bin leon de l'plache Saint-Pierre et d'l'hôtel des peompiers. Elle deveot avoir trinte ans, à m'n'avis, et viveot ave s'mamère Amélie. M'gramère connisseot Amélie (qu'les gins du voisinache appeleot'ent l'matante) pasqu'i-z'aveot'ent évacué insanne au meos d'mai quarante. L'paufe feimme éteot veuve et n'aveot jamais pinsé à s'ormarier, Georges n'éteot jamais orvenu du camp dusqu'i-aveot été fait prisonnier. On a dit qu'i-éteot mort d'privatieons et qu'i-aveot été intiérré in sol teuteon.

Félicie qui éteot née dix ans avant la guerre aveot fait l'choix d'rester auprès s'mamère. Elle diseot :

"Si j'm'in vas, i-n'ara pus perseonne à l'maseon, m'mamère, tout seu, pourreot in morir ou perte l'raiseon". In mille nuef chint quater-vingt, j'l'ai appris avant-hier, elle a soigné Amélie qui aveot attrapé ein cancer. Jusque dins ses derniers moumints, elle li a moutré bramint d'dévouemint. Amélie est morte in quater-vingt-treos, in plein meos d'janvier et l'maseon étant trop grande, Félicie a déménagé. Comme m'gramère, elle aussi, elle nous aveot inter-temps quittés, j'n'ai jamais su dusqu'elle éteot allée d'meurer.

Ch'éteot eine beonne file, elle n'aveot qu'ein seul déféaut, elle avaleot toutes les bleusses qu'on li invinteot.

J'vous veos d'jà pinser : l'Optimisse i-areot pus nous raqueonter, après l'sémaine qu'on vient d'passer, eine histoire ein peu pus gaie. On n'sait pos l'canger, l'vie elle est ainsin, eine successieon d'beons et d'mauvais moumints. Ein jour, j'vous parle d'Edmeond et Fifinne, ein eaute, ch'est eine histoire comme les deux orphelines.  

Adeon, j'aveos perdu d'vue Félicie jusqu'au moumint de l'vir in kinésithérapie.

"Félicie, vous n'avez pos beauqueop cangé !".

"Ahais, mais j'ai bin du mau pou marcher !"

Du prumier queop, elle ne m'aveot pas orconnu, mais m'visache, i-li est bin vite orvenu :

"Ch'est vous qui v'neot, ave vo matante, tous les mardis quand j'habiteos acore ave m'mamère Amélie".

"Ch'est bin cha mais ch'éteot m'gramère" que j'li ai dit, mais j'ai bin vu qu'elle n'aveot pos compris.   

On a été jusque dins s'campe ave l'kiné et on a babiélé pindant tout l'après-deîner. Ch'est toudis ein véritape cardeonnette, je n'parveneos pos à in placher eine milette. J'ai vite compris que Félicie n'aveot pos cangé, qu'elle ne s'éteot jamais faite au progrès. Pire acore, elle n'aveot jamais compris ce qu'éteot l'second degré et elle preneot pou argint comptant tout ce qu'elle veyeot à l'télé.

In vrac, j'vas ichi vous livrer, tous les sujets qu'elle a abordés :

"Asteur, quand on orwette l'télé, i-a vraimint pou s'délaminter".

J'pinseos qu'elle alleot tout bell'mint m'parler de l'violence des journaux télévisés, des concours de canteus ou pétête même des programmes assez olé-olé. Neon, neon, elle m'a dit des cosses bin leon d'ête normales, pus surréalistes acore que Lessines et s'consel communal.

"Tous les jours, pou des publicités su ein poste français, on veot des animaux qui seont torturés. Des éléphants qu'on laiche caire in parachute d'puis bin héaut, feaut vir ces pachydermes, i-z'ont les z'orelles qui feont drapéau. On les invoie aussi, alfeos, l'treompe in avant glicher, tout rétalés, su ein toboggan. I-feaut intinte berler ces paufes biêtes de l'rache qu'i-ont l'pépette. L'girafe qu'on fait rintrer su eine patinoire, te truèfes cha normal, l'malhureuse, elle pourreot s'casser les gampes chaque feos elle se rétale. Et apprinte à danser à des tortues, cha j'n'aiveos acore jamais vu. Je l'dis toudis mais j'vas l'faire, j'vas écrire eine supplique à les ceusses qui ont fait interdire les animaux sauvaches dins les cirques, les ceusses qui voudreot'ent qu'on n'minge pus du foie gras, les ceusses qui ortirent des laboratoires les sinches et les tchiens, cha i-est, cha m'orvient... cha s'appelle Gaïa".

Je ne pouveos pos li espliquer que pou des publicités parelles, ch'est des trucaches, ce qu'on appelle des imaches virtuelles, elle n'areot pos compris ein seul meot et m'areot pris pou ein seot.

Adeon, j'li ai dit :

"Surtout n'écrivez pos aux gins d'Gaia, ch'est des débaltés, des intégrisses, ces gins-là. I-feaut s'attinte qu'ein bieau jour, ave tous leus édits, i-veont nous obliger à minger d'l'hierpe et des pichoulits. Pus d'viante, pus d'guernates, pus d'cuisses de guernoules, pus de pisseon et même pus de moules, pétête des viers d'fareine, on va devoir avaler des vitamines pou compinser l'manque d'protéines. ".

J'ai rajouté in riant :

"In puque vous allez invéyé les dompteus des animaux au chômache, vous n'trouvez pos que cha s'reot vraimint dammache !".

"A t'mote ?" qu'elle m'a dit Félicie et l'débabeinache i-a orpris :

"J'aveos ein jour intindu que Fernandel i-éteot mort, bé, m'garcheon, quoisqu'on nous fait pas tout acroire, i-n'a pos vielli, j'l'ai vu dins eine publicité, i-a pos lommint, pou ein marque d'huile, j'ai oblié l'neom je n'sais pus...j'ai des treos d'mémoire".

"Ch'est ein qui li orsanne" que j'li ai dit, "ch'est ein sosie" !

"Mo..., vingt bougres, bé i-est bin fait, on direot qu'ch'est l'vrai".

"Te sais bin comme j'ai toudis bin aimé no famile royale, m'mamère diseot toudis ch'éteot l'chimint national. T'as pos raviser "Panique au Palais"...No roi Albert, l'mopère a Philippe... bé, no chire, i-est teombé bin bas, j'pinsqe qu'i-d'vient maboule, i-jeue alfeos dins ein pièche à RTL et, tout du leong, i-raqueonte bramint d'cacoules. Même si i-n'a pus d'liards d'puis qui est à l'ortraite, i-n'devreot pas accepter des parelles bernettes".

"Bé...Félicie, ch'est acore ein sosie, ch'est pos li, ch'est André Lamy"

"Quoisque m'n'heomme i-fait ein roi, ch'est interdit pa la loi, ch'est eine usurpatieon d'identité, j'vas déposer plainte au parquet".

J'espère qu'elle ne ravise jamais No Télé, pasque si ein jour, elle veot canter tout nu l'bourguémette d'ein villache pos leon d'ichi, bé no brafe Félicie, elle va caire direct in bas de s'lit ! 

(lexique : l'meonte : le monde / ainsin : ainsi / ceulle : cette / orvu : revu / ein amisse : un ami / eine rinconte : une rencontre / in plein mitan : au beau milieu / orconnu : reconnu / ov'là : voilà / saisi jusqu'à m'fusil : expression plus guère utilisée signifiant profondément surpris / raqueonter : raconter / béteôt : bientôt / adeon : donc / l'comminch'mint : le commencement / pos bin leon : pas bien loin / s'mamère : sa mère / eine gramère : une grand-mère / l'matante : la tante / insanne : ensemble / ormarier : remarier / moumint : moments / moutrer : montrer / bramint (ou aussi gramint) : beaucoup / les bleusses : les blagues, les mensonges / canger : changer / j'ai bin du mau : j'ai bien mal, je souffre / l'prumier queop : le premier coup / l'campe : la chambre / babiéler : bavarder / l'après-deîner ; l'après-midi / eine cardeonette : un chardonneret, par extension une personne bavarde / eine milette : une miette, un petit peu / asteur : maintenant / orwettier : regarder / s'délaminter : se lamenter / bell'mint : bellement / des canteus : des chanteurs / pétête : peut-être / des cosses : des choses / caire : tomber / alfeos : parfois / glicher : glisser / berler : crier, hurler / de l'rache : de la rage, ici l'expression signifie tellement / avoir l'pépette (ou l'peupette) : avoir peur / te truèfes : tu trouves / les gampes : les jambes / apprinte : apprendre / toudis : toujours / les ceusses : ceux / les sinches : les singes / les tchiens : les chiens / parelles : pareilles / des débaltés : des excités / l'hierpe : l'herbe / les pichoulits : les pissenlits / des guernates : des crevettes / les guernoules : les grenouilles / du pisseon : du poisson / des viers de fareine : des vers de farine / dammache : dommage /  à t'mote : à ton idée, parfois utilisé pour dire : tu penses ? / débabeiner : raconter son histoire, ses petits malheurs / garcheon : garçon / acroire : croire / lommint : longtemps / orsanner : ressembler / l'chimint : le ciment / l'chire : le sire / bramint d'cacoules : énormément de mensonges, d'inventions / des liards : de l'argent / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire).

S.T. janvier 2015.

14:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

encore une fois , merci de me faire rire de bon matin....surtout durant cette période que nous traversons....

La semaine prochaine, je ferai lire les textes ou non, je les lirai à une de tes Muses !

Encore merci
R.

Écrit par : rauwers | 25/01/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.