08 janv.
2015

Tournai : le plan communal de mobilité !

Les Tournaisiens ont reçu, voici quelques jours, dans leur boîte aux lettres, l'actualisation du plan de mobilité de la cité des cinq clochers. Ils peuvent consulter le rapport de synthèse sur www.tournai.be et transmettre leurs remarques et suggestions sur mobilité@tournai.be

Le but du plan.

Ce plan a pour but d'organiser la mobilité de tous les usagers afin d'améliorer le quotidien des habitants dans tous leurs déplacements. Il est précisé qu'il est adaptable et évolutif en fonction du développement de la Ville.

Faire cohabiter différents moyens de locomotion est progressivement un casse-tête pour tous les gestionnaires communaux. Chaque jour, au cours des bulletins de radioguidage émis aux heures de pointe, un seul mot revient : "files". Si Tournai n'est pas une très grande ville à l'instar de Bruxelles, Anvers ou Liège, la partie intra-muros est confrontée chaque matin (7h30-9h00) et chaque soir (15h30-18h) à des embouteillages à l'origine de pertes de temps, d'énervements et de pollution.

Les embouteillages quotidiens.

Les points noirs sont principalement : la chaussée de Lille, le carrefour des Résistants, la chaussée de Bruxelles, la chaussée de Renaix, l'avenue de Maire pour les entrées en ville tandis que le soir, l'axe beffroi-porte Morelle est totalement saturé tout comme les boulevards de ceinture (principalement Bara et Léopold), incapables d'absorber le flot de véhicules.

Solutions envisagées.    

La solution est de réduire le nombre de voitures circulant dans l'intra-muros et pour cela, il y a lieu de dissuader les automobilistes qui se contentent uniquement de traverser la ville et les inviter à emprunter les boulevards périphériques. Il y a également lieu d'inviter les personnes qui viennent passer la journée au centre-ville à utiliser les parkings situés sur la plaine des Manœuvres (où de nombreuses places supplémentaires pourraient être créées à l'emplacement du chapiteau installé pratiquement en permanence) ou celui de la gare. Pour cela, il est cependant nécessaire de sécuriser la traversée des boulevards où beaucoup d'automobilistes  (surtout étrangers à la ville) feignent ignorer la limitation de vitesse à 50km/h et à 30km/h là où il y a des établissements scolaires.

Le stationnement, autre problème.  

Le stationnement au centre-ville reste un problème majeur. Il faut savoir que plusieurs milliers d'étudiants fréquentent les établissement scolaires, le plus souvent situés intra-muros. Cette situation engendre des difficultés de circulation et de stationnement. Pour s'en convaincre, il suffit de constater la plus grande facilité pour circuler durant les périodes de congés. Le nombre de conducteurs qui stationnent, sans vergogne, sur les trottoirs, en double file ou dans des virages à proximité des établissements scolaires à l'heure de la sortie est en constante augmentation. Réclamé durant des années, le parking de la rue Perdue reste étrangement vide, est-il victime d'un sentiment d'insécurité ?  

L'analyse du plan.

Il a le mérite d'aborder les différents modes de locomotion mais il comporte des incohérences :

il est ainsi préconisé de mettre à sens unique la rue Saint-Martin dans le sens de la descente vers le beffroi afin de désengorger le carrefour Saint-Martin, que fait-on des voitures venant de la rue de la Tête d'Or, une des deux seules possibilités pour traverser Tournai du Nord au Sud, devront-elles emprunter la Grand-Place pour sortir de la ville à la porte de Lille. Peut-être mais on prévoit, par ailleurs, de réserver uniquement le forum tournaisien aux piétons durant les beaux jours, les véhicules venant de la rue de la Wallonie n'auront plus qu'une solution, celle de virer vers la place Reine-Astrid. Toutefois, on souhaite diriger les véhicules vers cette même place par le boulevard du Roi Albert pour soulager la rue Saint-Martin. Avec les autos venant du beffroi ou de la rue d'Espinoy, la place Reine-Astrid et son vaste parking risque de devenir un enfer à certains moments de la journée surtout aux entrées et sorties du Conservatoire ! 

La rue des Chapeliers devient totalement piétonne et prolonge ainsi le piétonnier de la Croix du Centre. La place Paul-Emile Janson, là où se trouve le Centre de Tourisme devient-elle un cul de sac ?  

Il est préconisé d'inverser le sens de circulation à la rue Duquesnoy afin de faciliter la pénétration en ville par la porte Morelle. Ainsi le soir, le long serpent qui démarre à la rue de la Wallonie devra passer par la rue de l'Athénée en coupant la route aux usagers venant de la rue Duquesnoy. Si un "cédez le passage" est placé à cet endroit, les gens venant de la rue Morel et Duquesnoy attendront bien longtemps pour s'intégrer, par contre s'il y a une priorité de droite, le long serpent risque de bloquer un peu plus encore.

Les bandes de circulation de la Grand-Place sont en très mauvais état, lorsque celle-ci sera mise en zone piétonne, on autorisera néanmoins les véhicules les plus lourds (c'est-à-dire les autobus du Tec) à y passer! Ne peuvent-ils pas trouver un autre itinéraire et déposer les usagers aux abords de la Grand-Place ou comme à Mons utiliser des véhicules plus légers. Il semble que les TEC ne voient que leur avantage au détriment du reste !

Voici quelques réflexions, elles n'engagent que leur auteur, elles seront transmises au service mobilité.

(S.T. janvier 2014). 

14:21 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, plan de mobilité, circulation, stationnement, parking |

Les commentaires sont fermés.