03 janv.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (293)

A r'voir à Mossieur Jean-Pierre et binv'nue à Mossieu Manu.

L'pus souvint, le 31 décimpe, on a l'raminvrance des cosses qui se seont passées, meos après meos, pindant l'ainnée. A Tournai-Expo, dins les locaux d'No Télé, l'télévisieon d'Wallonie Picarte, ch'a été eine journée rimplie d'émotieon. Après trinte-siept ans, Jean-Pierre Winberg, l' directeur-fondateur, i-est parti à l'pinsieon.

Inter nous, in ravisant leu journal télévisé de l'Saint-Sylvestre, cha m'a foutu ein sapré queop d'vieux.

M'feimme et mi, on éteot pa d'vant l'poste, ein saim'di d'novimpe 1977, au moumint du deîner quand, tout à n'ein queop, eine imache, in noir et blanc, est apparue su no n'écran, on veyeot no vieux peont des treos tout branlant su l'air de "ch'est ainsin dins no ville". L'technique n'éteot pétête pos acore parfaite, mais, pou eine prumière feos, on moutreot no Tournai su eine antenne, elle in éteot l'vedette. D'puis trinte-siept ans, No Télé et nous on a vielli insanne.  

I-feaut bin dire qu'i-aveot lommint qu'on attindeot qu'on parle de no beonne vielle cité à l'radio ou bin à l'télévisieon. On aveot même pinsé avoir ein studio de Radio-Hainaut dins eine maseon du bas de l'rue Saint-Martin, mais la "ReuTeuBeu" a toudis été ein peu frileusse quand on évoqueot l'neom de l'cité des chinq clotiers. On ormerciera jamais assez André Gevrey d'avoir ortransmis l'Orvue su l'antenne nationale.

On a appris qu'eine binte de jeones qui aimeot'ent les moyens modernes d'communicatieon monteot'ent des émissieons dins ein guernier du boul'vard du roi Albert jusse avant d'queurir au pylône de l'télé-distributieon à Maulde pou injecter l'programme su l'câpe. Ch'éteot ein véritape miraque quand i-z'éteot'ent à l'heure et hureus'mint pou eusses qui n'aveot pos acore de radars su les routes.  

Bin vite, on leu a trouvé des locaux su l'plaine des Manouèfes, dins les sous-sols de l'Maseon de l'Culture et bin seûr, rapid'mint, l'télévisieon tournisienne elle a deonné l'parole aux habitants.

I-aveot ainsin les émissieons communautaires, des paches d'anthologie : les gins de l'résidence Carbonnelle qui s'plaigneot'ent qui n'aveot pos ein p'tit bistreot dins l'nouvieau quartier, les gins du rieu d'Barges qui restereont dins les annales ave ces meots :

"Ichi, ch'est tout le brin du faubourg Saint-Martin et des Marocains (les gins de l'cité du Maroc) qui cait d'dins !".

Du noir et blanc, l'télé tournisienne elle est passée aux couleurs, ch'est ainsin qu'on a vu les soirées des électieons dusque tous les élus s'bousculeot'ent au portilleon, on pouveot ainsi vir des gins rouches d'bénaiss'té, bleus ou verts d'rache, gaunes d'jalous'té.

Ainsin, l'soir du votache dusque Raoul van Spitael i-a fait ein infant dins l'deos des Sociaux-Chrétiens in s'alliant ave les Bleus de Mossieu Bertouille, on a intindu Georges Sénéca faire s'n'intrée fracassante su l'platéeau in berlant bin fort : "J'sus outré, Mossieu l'bourguémette". Mi j'aveos du lari, comme du temps qu'on orwettieot les pièches d'Pierre Sabbagh : "Au théâtre, ce soir".

No Télé nous a fait vife l'incendie du Tournai-Shopping et les derbies inter l'Unieon et l'Racing, les cabarets walleons et l'grande processieon, les jeux d'bourles ou bin d'fier. I-a même eu ein bieau film réalisé au Carmel de Kain, app'lé "Epouses de Dieu" qui a même orchu ein prix du meilleu court-métrache in France. No Télé, ch'éteot P"opol et D'siré" qui seont partis ave Eloi Baudimont et Bruno Coppens qui nous a prouvé qu'i-aveot du talent in animant les jeux du saim'di à midi. No Télé ch'éteot aussi les orcettes de Louis Willems ou bin acore "Roulez jeunesse".  

Mais l'ov'la... No Télé i-a voulu vir pus grand (et treop vite?), les responsapes i-ont décidé d'ouvère l'antenne aux villes du Hainaut Occidental comme s'app'leot alors no Wallonie picarte. Cha n'a pos été simpe, Rumes et Mouscron i-ont lommint hésité, les cang'mints d'heommes ou d'majorité ont tout arringé. Asteur, No Télé nous présinte l'actualité de Warneton et Comines à Enghien et Bernissart.  

I-a deux ans, l'directeur Mossieu Winberg i-a saqué su l'signal d'alarme, l'train d'No Télé i-risqueot béteôt d'dérailler, cha commincheot à coûter treop tchier. Ave l'présidint du consel d'administratieon, i-a pris s'bâteon d'pèlerin et i-a fait l'tour de toutes les popottes pou d'minder eine aurmintatieon de l'contributieon des communes affiliées.

Conscientes de l'publicité que cha leu apporteot, bramint ont accepté d'deonner eine rawette supplémentaires, d'eautes ont orfusé et d'eautes acore sont orvenus su leu parole. Ch'est là tout l'malheur de no régieon, i-d'a qui n'save'tent pos si i-in feont partie ou pos, i-d'a des paufes et i-d'a des riches. I-d'a qui feont des écolomies et d'eautes qui jette l'argint pa les cassis. Ch'est cha qu'on appelle l'démocratie !

Ch'est vrai que même à Tournai, cha râle ein peu. D'puis qu'No télé est devenue l'télé régionale, on parle d'moinse in moinse de l'ville qui fut s'berche, l'cité des chinq clotiers qui li a deonné ses lettes de noblesse. Finies les émissieons communautaires, supprimées les ortransmissieons in direct de l'processieon ou des quate cortèches, du jeu d'fier ou du jeu d'bourle, du consel communal in intier. I feaut bin admette que si j'aime bin l'cortèche d'Ath qui est inscrit au patrimoine immatériel de l'Unesco (j'y ai d'jà été pus d'eine feos), l'vir tous l'z'ans, in leong et in larche, pindant deux jours tout plein, ch'est pétête ein peu beauqueop pa rapport à d'eautes évén'mints. Chaque ainnée, Mossieu Cannuyez et Mossieur Ducastel, deux sommités à qui j'tire m'capieau, i-raqueontent toudis l'même, l'contraire cha nous étonnereot puisque cha n'cange pos. On conneot l'combat d'David conte Gouyasse et s'bonimé aussi bin qu'les Athois, on sait tout su l'barque ave l'sauvache ou su les chars des nuef provinces ou d' l'agriculture... L'amisse Jean-Pierre, li, i-a été fait citoyen d'honneur, cha li orveneot bin et j'sus seûr qui n'crache pos su l'tarte à mastelle.  

Au moumint du départ d'Jean-Pierre Winberg, i-reste bin du pain su l'planque pou Manu Guévart qui va printe s'plache. On nous dit que l'télé elle a fait eine cure d'amaigriss'mint, qu'elle prépare d'jà les lind'mins, tout ce qu'on espère, ch'est d'vife des lind'mins qui... cantent.

On ne peut que souhaiter eine beonne ortraite à Mossieu Jean-Pierre et faire les vœux pou Manu d'eine excellente carrière. Allez, saim'di midi, j'vas acore ête pa d'vant m'n'écran comme d'puis trinte-siept ans !

(lexique : à r'voir : au revoir binv'nue : bienvenue / / décimpe : décembre / l'raminvrance : le souvenir / les cosses : les choses / l'meos : le mois / l'pinsieon : la pension (en Belgique), la retraite / inter : entre / leu : leur / ein sapré queop : un sacré coup / pa d'vant : devant / saim'di : samedi / l'moumint : le moment / l'deîner : le dîner, le repas de midi (en Belgique) / tout à n'ein queop : tout à coup / pétête : peut-être / l'prumière : la première / moutrer : montrer / insanne : ensemble / lommint : longtemps / pinsé : pensé / toudis : toujours / ortransmis : retransmis / eine binte d'jeones : une bande de jeunes / ein guernier : un grenier / jusse : juste / queurir : courir / l'câpe : le câble / ein véritape miraque : un véritable miracle / hureus'mint : heureusement / eusses : eux / acore : encore / bin seûr : bien sûr / les paches : les pages / ein bistreot : un café / l'brin : les matières fécales / caire d'dins : tomber dedans / dusque : où / vir : voir / rouche d'bénaiss'té : rouge de contentement, de joie / gaune : jaune / la jalous'té : la jalousie / l'votache : le vote / berler : crier, hurler / l'bourguémette : le bourgmestre (en Belgique), le maire / avoir du lari : avoir du plaisir / orwettier : regarder / les pièches : les pièces / vife : vivre / les bourles : les boules / l'fier : le fer / orchu : reçu / les orcettes : les recettes / ov'là : voilà / ouvère : ouvrir / simpe : simple / les cang'mints : les changements / asteur : maintenant / saquer : tirer / béteôt : bientôt / commincher : commencer / tchier : cher / eine aurmintatieon : une augmentation / bramint : beaucoup / ein rawette : un supplément / orfusé : refusé / orvenus : revenus / des paufes : des pauvres / des écolomies : des économies / pa les cassis : par les fenêtres / d'moinse in moinse : de moins en moins / l'berche : le berceau / les chinq clotiers : les cinq clochers / les lettes : les lettres / in leong et in larche : en long et en large / l'capieau : le chapeau / raqueonter : raconter / canger : changer / Gouyasse : Goliath en patois d'Ath / l'sauvache : le sauvage / l'tarte à mastelles : tarte aux amandes spécialité de la Ducasse d'Ath / l'planque : la planche / printe : prendre / canter : chanter).

S.T. janvier 2015.

11:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.