12 déc.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (290)

Apprintissache.

Vous avez d'jà ormaqué qu'alfeos, dins eine conversatieon, vous avez tout à n'ein queop, l'raminvrance d'ein visache d'puis lommint oblié. Cha m'est acore arrivé hier, et j'vas finir pa accroire qu'i-a dins no tiête des p'tits tiroirs dusqu'on fourre tout intier les gins qu'on a ein jour rincontrés. Ch'a été l'cas ceulle sémaine pou l'vieux Barnabé.

Ahais, Barnabé ! J'aveos l'impressieon d'l'avoir toudis connu, comme si ch'éteot Mathusalem. Si m'tiête elle ne me jeue pos des tours (à m'n'âche, de s'prumière communieon, cha on s'in rappelle, mais on a bin du mau à s'souv'nir c'qu'on a fait l'velle). Adeon, Barnabé, i-habiteot pos leon de l'rue d'la Ture, eine rulette du quartier Saint-Piat. I-viveot dins eine pétite maseon basse, pos treop claire dusqu'i-falleot même pindant toute l'journée de l'leumière.

J'n'ai jamais bin su c'qui f'seot comme ouvrache. Les eins diseot'ent qu'i-éteot marchand d'loques, qui débarrasseot les guerniers ou qui cacheot à ferloupe. Des eautes pinseot'ent qu'i-éteot macheon. Mi j'pinse qu'i-éteot ein peu des deux : i-alleot ouvrer à l'constructieon des maseons et i-rapéqueot tout c'qui trouveot dins les chantiers d'démolitieon.

Comme areot dit m'mamère, ch'éteot pos ein mauvais sujet mais i-éteot pos ein jour qu'on n'l'intindeot pos berteonner. I-aveot toudis à 'r'dire su eine séquoi. L'temps qu'i-éteot treop quieaud ou bin treop freod, les gins qui n'inl'veot'ent pos les fuelles, l'neiche ou bin l'noirglas des trottoirs, les tasques qui éteot'ent treop élevées, les ouverriers qui garchenneot'ent l'ouvrache... ein maucontint !

Ch'éteot ein heomme d'p'tite tale, ein p'tit maiguerleot qui t'neot à peine dins ses mareonnes, hiver comme été, i-aveot ein béret su s'tiête et comme i-n'se raseot que l'diminche (quand i-n'l'oblieot pos) i-aveot toudis eine barpe de plusieurs jours. On n'saveot pos si elle aveot bin vite grisi ou bin si ch'éteot à causse du chimint. I-n'parleot pos à ses visins. Quand i-les veyeot, on l'intindeot mareonner ein ou deux meots sans savoir si cha vouleot dire beonjour ou bin beonsoir. L'pus souvint, i-rintreot dins s'maseon in claquant l'huche.

Ein bieau jour, l'grand Marcel qui d'meureot dins l'ruache, i-a été saisi pus qu'à quinze plaches, i-a vu qu'ein heomme aveot ramené eine belle auteo pa d'vant l'maseon d'Barnabé.

"I-n'va quand même pos apprinte à conduire à s'n'âche" que les gins diseot'ent, eusses qu'i-aveot'ent d'jà l'pépette du dallache. Ch'est à peine si i-sait mener s'vielle cariole, i-a eine différince inter eine auteo et ceulle bricole. Si fait, eine heomme ave li dins l'auteo est meonté et i-a moutré à Barnabé commint démarrer. I-seont partis faire eine porménate dins les villaches. Dins les ainnées soixante, on n'passeot pos 'core l'permis d'conduire. On appreneot ainsin avec ein eaute et puis on parteot, tout seu, au p'tit bonheur l'sanche !

L'heomme a ormis l'voiture l'leonque du trottoir, jusse in face de l'maseon Barnabé. L'lind'min au matin, tout l'ruache i-a été réveillé avant siept heures. Les gins pinseot'ent qui d'aveot'ent qui éteot'ent in train d'débagager. Neon, ch'éteot Barnabé qui chargeot l'galerie de s'n'auteo. I-aveot mis des planques ave ein p'tit drapéau rouche et pa d'zeur eine cuvelle.

Sans orwettier les gins, Barnabé i-a mis l'contact et i-a tell'mint accéléré que l'rulette elle s'a rimplie d'feumée, i-f'seot tout bleu. Les gins qui s'éteot'ent mis à tousser ont serré les ferniêtes mais i-seont restés pa d'rière leus cassis, d'véritapes péqueux qui attindeot'ent que Barnabé intre dins ein mur, comme au cirque i-z'attintent que l'lion bouffe l'deompteur. Barnabé, i-a fait deux beonds et... i-a calé. I-a saqué tant et puque su l'starter que, bin seûr, i-a noyé l'moteur. Infin, après dix minutes, i-est parti, bin que, pou ête honnête, diseons qu'i-a fait vingt mètes. Arrivé in face de l'porte du séminaire, dins l'rue des Jésuites, ave des pavés comme des capieaux d'curé, l'malheureux tranneot comme ein arpe à preones au momint de l'récolte. I-est arrivé treop vite dins l'virache pou printe l'rue des Files Dieu et on intindu ein fracas, les planques éteot'ent attéries su l'trottoir et l'cuvelle elle rouleot douch'mint au mitan de l'rue. Barnabé, i-a fait simblant de rien, i-a tout ormis su l'auteo et i-est parti tout bell'mint.

Au soir, tous les visins éteot'ent su l'porte, i-attindeot'ent Barnabé ave impatience comme on attind l'passache d'eine étape du Tour de France. L'pétit Mimile, l'garcheon du p'tit Willy, i-éteot au coin de l'rue de l'Loucherie. "L'ov'là" qui a crié l'petit albran in orvenant in queurant. In moinse de temps qui feaut pou l'dire, tertous seont rintrés dins leu maseon. On areot dit que Barnabé orveneot après l'couvre-feu, i-n'aveot pus ein tchien su l'quémin. A côté de s'porte, i-aveot ein passache qui m'neot dins l'cour, tout jusse pou eine auteo passer. Barnabé i-a tourné, accéléré pou meonter l'bordure du trottoir, i-s'a ingouffré inter les deux murs et patatras, on a à nouvieau intindu ein grand fracas.

"Au secours, à l'aide, v'nez ichi m'aider, appelez les secours, les peompiers" qui a berlé Barnabé. Les gins seont sortis d'leu maseon et i-eont vu l'tablature. Barnabé, dins s'n'auteo i-éteot sous les planques de l'échafaudache, i-éteot coincé, comme intierré vivant. I-a fallu inl'ver tout l'fourbi. On li a dit de ne pos alleumer l'moteur qu'on alleot l'pousser jusque dins l'cour.

Quand i-est sorti du véhicule, i-n'a même pos ormercier ses visins, tout c'qu-ia trouvé à dire ch'est : "Ch'est malin, commint que j'vas sortir asteur !". L'auteo elle est restée dins l'cour pindant d'z'ainnées, i-n'a pus jamais osé printe l'volant. On l'intindeot alfeos mette l'moteur in marche, et pindant ein beon quart d'heure, i-resteot là, assis à l'plache du chauffeur, rêvant pétête qu'i-éteot su l'autoroute et qui rouleot à chint à l'heure.

(lexique : apprintissache : apprentissage / ormarqué : remarqué / alfeos : parfois / tout à n'ein queop : tout à coup / l'raminvrance : le souvenir / lommint : longtemps / accroire : croire / no tiête : notre tête / dusque : où / intier : entier / ceulle : cette / ahais : oui / toudis : toujours / jeuer : jouer / à m'n'âche : à mon âge / prumière : première / voir bin du mau : avoir bien du mal / l'velle : la veille / adeon : donc / pos leon : pas loin / eine rulette : une petite rue, une ruelle / l'leumière : la lumière / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / ein marchand d'loques : un chiffonnier / les guerneirs : les greniers / cacher à ferloupe : rechercher des vieux chiffons, des vieilles étoffes / ein macheon : un maçon / rapéquer : sauver, par extension reprendre pour soi ce qui est destiné à la destruction / m'mamère : ma mère / berteonner : grommeler / eine séquoi : quelque chose / quieaud : chaud / eine fuelle : une feuille / l'noirglas : le verglas / les tasques : les taxes / les ouverriers : les ouvriers / garchenner : abîmer, gâter / ein maucontint : un mal content / ein maiguerleot : une personne très maigre / les mareonnes : les culottes - eine mareonne s'utilise aussi pour un pantalon - / eine barpe : une barbe / grisir : devenir gris, griser / du chimint : du ciment / des visins : des voisins / mareonner : murmurer, parler très bas / l'huche : la porte / l'ruache : le quartier / ête saisi jusqu'à quinze plaches : expression qui s'emploie moins souvent qu'ête saisi jusqu'à s'fusil : être profondément surpris / pa d'vant : devant / apprinte : apprendre / eusses : eux / avoir l'pépette : avoir peur / l'dallache : le désordre, le remue-ménage / moutrer : montrer / eine porménate : une promenade / tout seu : tout seul / de l'sanche : de la chance / l'leonque : le long / jusse : juste / débagager : déménager / les planques : les planches / pa d'z'eur : dessus / orwettier : regarder / l'feumée : la fumée / les ferniêtes : les fenêtres / pa d'rière : par derrière / les cassis : les châssis / des péqueux : des curieux / saquer tant et puque : tirer tant et plus / bin seûr : bien sûr / des pavés comme des capieaux d'curés (chapeaux de curé) : des gros pavés bombés / tranner : trembler / ein arpe à preones : un prunier / l'virache : le virage / printe : prendre / au mitan : au milieu / l'garcheon : le garçon / l'passache : le passage / l'ov'là : le voilà / ein albran : un garnement / queurir : courir / tertous : tous / ein tchien : un chien / l'quémin : le chemin / berler : crier, hurler / l'tablature : la situation ridicule, gênante / l'fourbi : le désordre / ormercier : remercier / l'plache : la place / pétête : peut-être).

S.T. décimpe 2014.

19:44 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

mais grand Dieu où vas-tu chercher l'inspiration ???

Écrit par : rauwers | 15/12/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.