06 déc.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (289)

Eine leonque preone.

Je n'sais pos si j'vous ai d'jà parlé d'Batisse, ein heomme qui d'meureot, jadis, à l'rue Catrice. S'mamère, toute défoutue, diseot de s'garcheon, qu'i-éteot pus que seûrmint né sous l'signe du lum'cheon.

A peine ses is ouverts, on a vu qu'ceul infant, dins l'vie, i-prindreot toudis bin s'temps, qui s'reot lent. Quand l'mamère l'metteot à l'tette, i-éteot bénaisse, i-chiroteot alors l'loleo bin à s'n'aisse. Même pou fair s'pétit plouc avant de l'coucher, l'mamère deveot tout douch'mint l'arlocher.

Pus grand, quand ch'éteot l'momint d'partir pou l'école, i-n'orsanneot pos à eine fusée qui décolle. Combin d'feos, l'maîte i-l'a ortenu au soir, l'wardant à l'étude pou compinser s'n'ortard.

Au service militaire, i-a été réformé, pos pasqu'i-éteot treop greos ou i-aveot des plats pieds, mais les ceusses qui l'orchurent aveot'ent remarqué que l'guerre elle s'reot finie qu'i-n'areot pos 'cor tiré. In sortant, binhureux, du consel d'révisieon, i-a acore parvenu à rater l'train pou s'maseon.

"A Bruxelles, les gins ch'est tertous des dératés, su l'trottoir pou l'z'éviter, feaut ête afiqué". 

A vingt ans, i-a fait l'connissance d'eine safriquette, ein jeone file rincontrée du côté de l'Borgnette. Seul'mint pou Batisse elle aveot ein gros défeaut, elle viveot à chint à l'heure, toudis elle queureot.

"I-paraît que te fréquentes avec eine coureusse", li a dit, ein jour s'mamère, bin malheureusse. 

"Neon, j'vous asseure que ch'est ein file comme i-feaut, mais pou l'suife, j'vas devoir acater ein véleo".

Vous comperdez d'jà c'qui s'a passé, mes gins, l'liaiseon li fut fatale elle n'a pos duré lommint.

I-s'a vite consolé ave Marie-Louisse, eine feimme pus vielle que li qui habiteot Saint-Brice. Ch'est dins l'rue d'Marvis que c'phénomène i-resteot, elle ne bougeot pos à causse des ces chints kileos. No brafe Batisse, i-aveot là saquer l'greos leot, elle se déplacheot à l'vitesse d'ein escargeot. In puque, i-aveot trouver ein ouvrache fin tranquille, i-aveot été ingagé comme paveu à l'Ville. I-pouveot arriver à dix heures au matin, comme l'chef i-n'éteot pos là on n'li diseot rien. I-passeot presque toudis tout l'après-deîner à mette treos pelles de sabre et chinq ou six pavés. Quand au clotier d'no bieffreo sonneot chinq heures, i-ortourneot à s'maseon de s'pas d'sénateur. On n'deveot pos avoir l'pépette d'eine cosse, par bonheur, à l'fin de s'n'ouvrache i-n'sinteot jamais l'sueur.

Si j'queompte bin, i-n'a pos fallu pus d'deux ainnées, pou qu'on apprenne que l'ménache i-s'aveot séparé. Marie-Louisse elle a dit ainsin à eine amie : "ch'éteot pus possipe, i-alleot trop vite pou mi".

Ch'est au bal à chabeots qu'i-a rincontré Louison, eine file d'Saint-Piat qui nettieot à l'priseon. Batisse i-a tout d'suite vu que l'file éteot pou li, elle aussi elle aveot été réglé su... l'ralenti. I-n'falleot surtout pos s'attinte ç'que mon heomme, invite s'cavalière pou danser l'Charleston, i-aveot d'mindé à l'orchestre pou li et pou elle, l'cancheon qu'éteot l'Tango Corse d'Fernandel. Inlacés, su l'piste de danse, les deux amoureux onduleot'ent lint'mint su ein air langoureux.

E ch'est ainsin que l'mariache i-a été fixé, un saim'di à onze heures à Saint-Piat, in janvier. L'Batisse i-s'a l'vé à siept heures au matin, a mis ein bieau costume après avoir pris s'bain, pou l'toute prumière feos dins s'vie i-s'a dépêché, Louison, au bras de s'mopère, alleot arrivée. Tout le meonte sait que pou aller à Saint-Piat et s'n'églisse, i-n'a pos bin leon neon pus d'puis l'rue Catrice, Louison l'a attindu pindant eine demi-heure, acore eine feos, l'Batisse n'éteot pos à l'heure. I-éteot à bout d'haleine, rafulé, tout in nachefauqu'quate heures pou s'préparer ch'éteot pus de s'n'âche.

Ein an après, in féverrier, Louison s'a accouché, ch'est nuef heures tout plein que l'traval i-a duré. L'docteur i-a dit : "l'infant i-n'est pos pressé, ravisez ichi l'mamère elle est épuisée.

Batisse i-a dit : "Je n'sais pos d'qui y tient, m'heomme, dins no famille, on n'est pourtant pos des leongues preones !".

(lexique : eine leonque preone : littéralement une longue prune, désigne une personne qui n'est pas rapide / s'mamère : sa mère / défoutue : désolée / pus que : plus que / ein lum'cheon : un limaçon / les is : les yeux / l'mette à l'tette : lui donner le sein, lui donner la tétée / bénaisse : content / chiroter : siroter / du loleo : du lait en langage enfantin / bin à s'n'aisse : bien à l'aise / s'pétit plouc : son petit rot / arlocher : secouer / l'momint : le moment / orsanner : ressembler / des feos : des fois /  warder : garder / les ceusses : ceux / orchevoir : recevoir / bin hureux : bien heureux / tertous : tous / ête afiqué : être adroit / eine safriquette : une jeune fille délurée, intelligente / eine jeone file : une jeune fille / queurir : courir / suife : suivre / acater : acheter / comperdez : comprenez / lommint : longtemps / vielle : vieille / saquer : tirer / in puque : de plus / ein paveu : un paveur / toudis : toujours / l'après-deîner : l'après-midi / treos : trois / sabre : sable / clotier : clocher / le bieffreo : le beffroi / avoir l'pépette : avoir peur / j'queompte : je compte / l'ménache : le ménage, le couple / possipe : possible / l'bal à chabeots : le bal à sabots, un bal de village comme il y en avait dans les communes rurales jadis / nettier : nettoyer / s'attinte : s'attendre / l'cancheon : la chanson /  lint'mint : lentement / prumière : première / l'meonte : le monde / pos bin leon : pas bien loin / rafulé : les cheveux en désordre, mal coiffé / ête in nache : être en nage, trempé de sueur / fauque : seulement / à s'n'âche : à son âge / féverrier : février / raviser : regarder / ichi : ici).  

S.T. décimpe 2014

 

 

17:29 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.