30 nov.
2014

09:28

Tournai : expressions tournaisiennes (288)

L'meos d'décimpe d'Edmeond !

L'agenda d'Edmeond i-est d'jà tout plein. On n'sareot pus mette ein seul meot d'dins. Li et s'feimme, i-veont ête in route tout l'temps. Décimpe, ch'est vraimint ein meos esquintant

"Et Quançque j'vas nettier m'maseon !" qu'elle s'a plaint Fifinne à Edmeond. .

Toudis pratique, jamais perdu, Edmeond i-li a répeondu :

"Bé, si on est pos là pindant l'journée, l'maseon elle ne s'ra pos pourchellée".

"T'aras toudis intérêt quançqu'on va rintrer d'avoir été pourméner, espèce de béard, d'inl'ver tes sorlets !"

"In hiver, te devreos bin savoir qu'i-a des ainnées, espèce de brayousse, que je n'mets pus d'sorlets, j'mets des botteines à daches pou n'pos glicher su l'noirglache".

"Bé, annochint, i-n'a pos 'cor gelé, in sang frais, te n'sareos pos glicher"

Des neoms d'ozieaux éteot'ent écangés, les orwettiant, in mi-même, j'ai pinsé : l'bouilleot comminche à cauffer et béteôt cha va déborder.

I-a mis eine demi-heure pou m'décrire tout, c'qu'in décimpe, i-z'alleot'ent vir.

L'prumier, ch'est sacré, ch'est Saint-Eloi et même si i-n'a pus ein seul chaudreonnier à Tournai, on a l'raminvrance de ceulle journée dusque t'inteindeos canter dins tous les cabarets : "Neon, neon, neon, Saint-Eloi i-n'est pos mort..." 

"Ahais, dins l'temps, ch'éteot l'prumière fiête aux quervés et l'meos i-n'f'seot que qu'mincher" Fifinne elle a berteonné.   

"L'chinq, ch'est ein verdi, on va à l'églisse Saint-Jacques acouter l'gospel, ch'est bieau à intinte tous ces gins qui cantent pou l'fondatieon Damien. On n'orgrette jamais les liards qu'on a deonné pasque cha sert à aider des gins bin malhureux".

"I-n'a pus bramint d'cafés dins l'quartier, là-vas on peut aller à l'aisse d'puis que l'Louvre i-a serré", Fifinne aveot l'air fin bénaisse.

L'six, ch'est Saint-Nicolas, comme j'sus resté ein grand infant, (ein riche colas) j'ai pris l'habitude d'aller boire ein pinte pou bin fiêter, l'ceu qu'on appelle l'saint patreon des écoliers.

"Ahais, mais après l'prumière t'arrêtes d'queompter" que Fifinne, in m'ravisant, elle a soupiré "T'aras toudis l'soin de l'nuit quand te vas rintrer, de n'pus berler "O Grand Saint-Nicolas" à dérinvier tout l'quartier.     

L'siept, l'diminche, on va faire l'Sainte-Barpe des peompiers, ch'est eine traditieon qu'on espère qu'elle va rester pasqu'asteur à Tournai, tout fout l'camp, pou tertous, ch'est déroutant ! Ch'est pétête pasqu'on n'est dirigé pa des gins qui n'eont pos du tout l'esprit tournisien.

On va minger au resto et l'après-deîner, on va à Eperchin pou l'marché de l'Noé, pindant qu'Fifinne elle acate bramint d'histoires, mi j'sus bin installé pa d'vant l'comptoir et l'ainnée passée à forche d'boire des mixtures, j'ai même attrapé, c'qu'on neomme, eine riche biture. Pou aller jusqu'au taxi, de l'Bascule et l'plache d'Eperchin, j'ai chanqu'lié et berloqué tout l'leon du qu'min. Bin seûr, arrivé l'maseon j'ai fait des jeones de cat et je n'te dis pos quoisque  mes orelles elles eont intindu à c'momint là.

"J'espère que ceulle ainnée, cha n'arriv'ra pus des histoires parelles", i-n'falleot pos ête fort malin pou comprinte que Fifinne éteot hors d'elle.    

L'lind'min, ch'est Sainte-Barbette, on va acore avoir du lari, les peompiers i-pourmène'tent dins les rues, in cortèche, su ein thème queusi. Ené, ceulle ainnée, si i-eont pinsé printe l'nouvieau gourvenemint, on risque dins les rues d'Tournai d'intinte surtout parler flamind.

Le week-end qui suit, on va aller su l'Grand'Plache vir les artisses tournisiens, i-a les Okidok, Mômes Circus, l'Cabaret Walleon et les "Fichelles picardes".

"Bé neon, greos pafiou, on dit les "Filles, Celles picardes" qu'elle a orprit Fifinne.

"Mo Dieu, j'sus saisi m'feimme que t'as ichi ein si bieau parlache, t'as mis t'lanque de diminche pou utiliser ein si bieau langache, douce rose qui égaye ma vie depuis que nous nous sommes rencontrés, te veos qu'mi aussi, quand j'veux, j'sais, comme ti, bin parler".

Après, on va aller à la Halle-aux-Draps, vir l'Marché d'Noë, ch'est l'même chaque ainnée mais on est habitué. I-fait là eine caleur d'seot à causse qu'i-a du meonte au point que j'sus obligé pou m'rafraîquir d'arrêter à toutes les buvettes, ch'est vrai, j'nai pos heonte. 

"Te fais tous les saints qu'on beot" qu'elle a dit Fifinne à s'biec-beos.

"I-n'feaut pos dire des affaires parelles, ch'est pou aider les malhureux, si j'deonne ainsin eine pétite dringuelle, ch'est pou soigner les lépreux. Ainsin, j'beos toudis eine Four Chapitre ave les gins de l'Fondatieon Follereau qui eont l'mauvaisse idée d'mette leu stand tout in héaut (bah, après quate ou chinq Four Chapitre on déquind pus facil'mint qu'on n'meonte). I-a là ein garcheon bin poli et bin honnête, ave s'beonne tiête toute rouche de l'rache qu'i-a quieaud, tins... te li mettreos eine barpe blanque , i-orsannereot au Père Noé ave ses cadieaux et l'eaute qui t'invite à acater tout plein d'machins, ave s'capieau d'palle te direos tout l'Père Damien".

"Fifinne elle veut aller vir l'Show Laser du soir, normal pasque qu'i-feaut qui fasse noir. Je n'sais pos si cha veaut l'queop mais au moinse on sara dusque passe'tent nos impeôts".

"A propeos, l'Optimisse, t'as vu l'treos qu'on a fait in plein mitan de l'Grand'Plache. Quand t'es deos à l'Halle-aux-Draps, du côté opposé au Baillache. Neon, te n'l'as pos vu, bé, mazette, te sais d'quoi i-t'feaut aller querre des beonnes neunettesQuoisque te dis, elles eont à peine ein meos, ch'est seûrmint ein modèle à glaches de beos. Ein grand carré d'quate mètes chinquante d'côté et d'ein mète d'profeond. Ch'est pou mette l'sapin. Bé hureus'mint qu'on n'est pos cait su l'incien puche qui deot toudis s'trouver là tout près, l'sapin, on n'areot pus vu que s'tiête si ch'est là qu'on d'veot l'déposer".

Edmeond et Fifinne, j'les conneos d'puis lommint, ch'est des véritapes Tournisiens, i-dise'tent que ch'est mieux eaute part, qu'à Tournai on n'fait rien mais quand on fait eine séquoi d'nouvieau, cha coûte tchier ou ch'est pos bieau. Comme à Tournai on aime l'dire, quand ch'est gratuit, i-s'in f'reot'ent morir.

Fifinne a raqueonté qu'au réveilleon de l'Noé, i-alleot'ent minger chez matante Nelly et moneonque René. Edmeond i-n'est pos fort quieaud pasque l'brafe heomme i-n'beot que d'l'ieau. I-a eine philosophie bin à li : "L'bière, cha appelle l'bière". J'veos que vous n'avez pos compris : Si in buvant te dépasses souvint l'seul, te t'ortruèfes bin vite dins ein cerqueul.

Edmeond protesta : 

"J'veux bin croire qu'i-n'feaut pos exagérer, mais moneonque René i-n'jamais qu'minché".

Fifinne répliqua : 

"Te devreos printe eximpe su li, au moinse, te passereos d'beonnes nuits".

"L'ainnée dernière, on a bu d'l'ieau in mingeant de l'darne de saumeon, te veos d'ichi, l'Optmisisse, comme ch'éteot beon".

"Bé alors, cha vit dins l'ieau ein picheon" remarqua l'feimme d'Edmeond.

"Et l'marcassin des Ardennes ou putêot d'Bulgarie qu'on a mingé, te vas ichi m'dire que li aussi i-aveot appris à nager ?".

J'ai sinti que l'temps s'metteot tout douch'mint à l'orache, on sinteot chez Fifinne meonter eine sourde rache. J'm'escusse, j'deos m'in aller, m'bus i-va béteôt arriver que j'ai dit pou bin vite les quitter.

(lexique : décimpe : décembre / esquintant : éreintant, épuisant / quançque : quand est-ce que / nettier : nettoyer / pourcheller : salir / toudis : toujours / pourméner : promener / ein béard : un innocent, un nigaud / les sorlets : les souliers / eine brayousse : une pleurnicheuse / des botteines à daches : des bottines à clous / glicher : glisser / l'noirglache : le verglas / annochint : innocent / des ozieaux : des oiseaux / écangé : échangé / orwettier : regarder / l'bouilleot : cuve en cuivre servant à bouillir le linge lors des lessives de jadis / comminche : commence / cauffer : chauffer / vir : voir / l'prumier : le premier / l'raminvrance : le souvenir / ceulle : cette / dusque : où / canter : chanter / ahais : oui / l'fiête aux quervés : la fête aux ivrognes / berteonner : bougonner / l'chinq : le cinq / verdi : vendredi / acouter : écouter / intinte : entendre / les liards : l'argent / pasque : parce que / bramint : beaucoup / à l'aisse : à l'aise / serré : fermé / bénaisse : contente / ein colas : un niais / l'ceu : celui / queompter : compter / raviser : regarder / berler : crier à tue-tête / dérinvier : éveiller / l'siept : le sept / l'diminche : le dimanche / asteur : maintenant / tout fout l'camp : tout disparaît, tout part / tertous : tous / pétête : peut-être / l'après-deîner : l'après-midi / Eperchin : Esplechin, village rattaché à Tournai / l'Noé : la Noël / acater : acheter / pa d'vant : devant / à forche : à force / eine riche biture : un état d'ivresse plus que prononcé / l'plache : la place / chanqu'lier : chanceler / berloquer : tituber / tout l'leon du qu'min : tout le long du chemin / Bin seûr : bien sûr / faire des jeones de cat : littéralement faire des jeunes de chat signifie vomir / les orelles : les oreilles / parelle : pareille / comprinte : comprendre / avoir du lari : avoir de la joie / in cortèche : en cortège / queusi : choisi / éné : n'est-ce pas / flamind : flamand / ein pafiou : un qui s'exprime avec difficultés / l'parlache : le langage / l'langache : le langage également / faire eine caleur de seot : faire torride / à causse : à cause / du meonte : du monde / rafraîquir : rafraîchir / ein biec-beos : ein balourd, un nigaud / les malhureux : les malheureux / ein dringuelle : un pourboire, un petit montant / déquind  : descend /  ein garcheon : un garçon / rouche : rouge / quieaud : chaud / eine barpe blanque : une barbe blanche / orsanner : ressembler / l'capieau d'palle : le chapeau de paille / l'queop : le coup / au moinse : au moins / on sara : on saura / in plein mitan : au beau milieu / querre : chercher / des neunettes : des lunettes / quoisque : qu'est-ce que / ein meos : un mois / des glaches de beos : des glaces de bois, expression utilisée pour désigner des lunettes dont on ne voit au travers / quate mètes chinquante : quatre mètres cinquante / hureus'mint : heureusement / ein puche : un puits / lommint : longtemps / véritapes : véritables / eaute part : ailleurs / eine séquoi : quelque chose / tchier ou tcher : cher / morir : mourir / raqueonté : raconté / matante : tante / moneonque : oncle / l'seul : le seuil / ortruèfes : retrouves / cerqueul : le cerceuil / eximpe : exemple / l'picheon ou l'pisseon : le poisson / douch'mint : doucement / l'orache : l'orage / l'rache : la rage / béteôt : bientôt).

S.T. novimpe 2014. 

09:28 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

29 nov.
2014

09:07

Tournai : 1914-1918, les écrits du Général Antoine de Villaret (6)

Interrompus par l'actualité, revenons aux écrits du Général de Villaret concernant cette journée du 24 août 1914 à Tournai. Il y a près de quatre heures que les combats ont débuté. Les troupes allemandes n'ont progressé que de quelques centaines de mètres représentant la distance entre la Verte-Feuille à Rumillies et les abords du pont Morel. Lucide, le Général de Villaret comprend qu'il ne peut demander plus à ses braves qui se battent à un contre douze avec un armement obsolète.

11h20 : A ce moment, la situation se complique et devient des plus critiques !.

Nous entendons à notre gauche, tout près, dans la direction de la station, le crépitement des mitrailleuses.

Nous sommes débordés à gauche ! J'envoie Mairesse voir ce qui se passe de ce côté. Quand il arrive au square, il voit s'écouler vers sa gauche, au pas de course, les derniers hommes de la section de la 4e Cie que j'avais envoyée de ce côté deux heures avant; - il aperçoit plus loin, sur le mail (NDLR : probablement l'actuel boulevard des Nerviens) des mitrailleuses qui tirent.

Mais ces mitrailleuses, en position sur le côté droit du mail ne battent fort heureusement que le côté gauche.

Il retrouve enfin à la station, mais fort émus et sur le point de filer, les hommes de la 4e Cie qu'il était allé y placer à 10h15.

Il les rassemble rapidement, les place en travers du mail et leur fait exécuter quelques contre feux contre les mitrailleuses mais ces feux n'empêchent pas les mitrailleuses de redresser leur tir et d'enfiler, cette fois, le mail dans toute sa longueur.

Ne pouvant tenir davantage, Mairesse et les quelques hommes non blessés qui sont encore avec lui, cessent le tir et essaient de nous rejoindre en longeant au pas de course les maisons du mail.

11h25 : A ce moment, j'étais placé, avec la 3e Cie, derrière les maisons du mail (côté gauche); les 1ère et 2e Cies étaient à droite ou le long des maisons de la chaussée; Je suivais de loin les mouvements de Mairesse et de ses hommes et je voyais les rafales de mitrailleuses battre les maisons de l'autre côté du mail. Le danger était des plus pressants ! Attendre un instant de plus, c'était la boucherie, l'inutile boucherie !...

J'ordonne donc la retraite.

Mais pour que cette retraite ne tourne pas en débâcle et en déroute, je l'ordonne sur un ton calme. Je prescris d'abord à la 1ère Cie de partir, puis à la 2e, puis à la 3e.

Il y a d'abord un peu d'émotion que je parviens facilement à calmer, puis tout se passe avec ordre et rapidité, sans grandes pertes.

Quand Mairesse me rejoint, quand le feu des mitrailleuses s'est redressé et enfile complètement le mail, tout le monde est passé et gagne le Pont aux Pommes (NDLR l'actuel Pont-à-Pont), sauf moi et Lemoine !

Je traverse à mon tour, d'un pas très calme et Lemoine me suit au pas de gymnastique. Nous ne sommes atteints, ni l'un, ni l'autre : ce n'était pas notre tour ! Mairesse était déjà de l'autre côté et nous attendait.

Un peu par vanité et beaucoup pour montrer l'influence de l'attitude du chef sur celle de sa troupe, même si cette troupe est de qualité médiocre, même si le danger est des plus pressants, je citerai les extraits suivants :

"des mitrailleuses ennemies qui nous ont tournés par l'Ouest, nous tirent dans le flanc gauche, d'autres nous tirent de front, des coups de fusil partent des maisons, une pluie d'obus et de balles s'abat sur la colonne. Un peu de désordre se produit. Le Général, d'un calme parfait, ordonne la retraite vers la ville (rapport du cap. Vervoort)".

"Le Général, très calme au milieu de nous, donne l'ordre de battre en retraite, la position  devient désormais absolument intenable. Je m'emploie à rétablir l'ordre dans la compagnie et à faire filer les hommes rapidement et en ordre, en colonne par un, le long des maisons qui nous font aboutir à l'Escaut (NDLR par l'actuel axe : avenue des Volontaires, rue Morel, rue Du Quesnoy, église Saint-Brice, rue de Pont). Le Général veut bien me féliciter personnellement de ma manœuvre et de mon attitude (rapport du Lt. Dhoste, de la 2e Cie)".

"Il faut battre en retraite. Heureusement le tir est mal réglé pendant que le gros de nos trois compagnies traverse le mail. Nous perdons quelques hommes et le feu est plus précis rapidement. Nous sommes les derniers. Le général traverse le boulevard au petit pas. Magnifique ! Je le suis au pas de gymnastique (journal du Lt. Lemoine)".

11h30 : nous battons en retraite mais sans hâte et sans désordre !

Il s'agit d'abord de passer l'Escaut sur le Pont aux Pommes et de prendre ensuite la direction de Cysoing (NDLR : municipalité du Nord de la France) par la route la plus courte, celle par laquelle est venue la colonne de gauche (Mayer) qui passe par Froidmont.

J'envoie Mairesse en avant pour orienter la colonne et je charge Lemoine de se rendre au Pont aux Pommes pour préparer notre passage si c'était nécessaire.

Le Pont aux Pommes est distant de 300 mètres environ du viaduc (NDLR : estimation légèrement optimiste, il y a plus de 900 mètres entre ces deux points). A la moitié de cette distance se trouve une patte d'oie voisine d'une petite église (NDLR : Saint-Brice). C'est à ce carrefour que se tenaient depuis 9h30, le Cdt Mayer et le Cap. Laval avec la moitié de la 4e Cie.

La partie de la rue entre le viaduc et la patte d'oie est exactement dans le prolongement de la route de Rumillies. Elle fut franchie sous le feu de l'artillerie et des mitrailleuses de Rumillies mais sans grandes pertes.

La partie de la rue comprise entre la patte d'oie et le Pont aux Pommes s'infléchit légèrement vers la gauche (NDLR ce qui n'est plus tout à fait le cas désormais, le pont étant plus dans l'axe du pont Morel) et ce léger changement de direction suffit pour (nous) mettre à l'abri des coups directs de la chaussée de Rumillies.

La colonne parvint donc rapidement et sans dommages au Pont aux Pommes. Cependant quelques hommes furent atteints entre le mail et la patte d'oie et même entre la patte d'oie et le Pont aux Pommes. C'est dans cette dernière partie de la rue que fut atteint le Cap. Laval par une balle (ricochée évidemment) qui le traversa du dos au ventre. (NDLR sans toucher d'organes vitaux), il eut néanmoins la force de suivre le mouvement de retraite en marchant soutenu par ses hommes.

Quoique peu dangereux, le feu de l'ennemi eut pour effet d'accélérer l'allure des éléments les plus "émus" de la colonne et je crois qu'une bonne partie du détachement en réserve à la patte d'oie fit partie de ces éléments.

(à suivre)

S.T. novembre 2014. (sources : écrits du général Antoine de Villaret remis à Charles Deligne, conservateur du Musée Militaire, par Madame Claire de Villaret, arrière petite-nièce du général).  

 

27 nov.
2014

17:21

Tournai : les festivités de décembre.

Décembre est le mois des fêtes par excellence, cette année les habitudes sont bouleversées mais les traditions demeurent.

 

Mardi 2, Auditoire du Séminaire, 14h : "Shakespeare, la comédie de la loi", conférence par François Ost, Professeur à l'institut Saint-Louis et à Genève, dans le cadre du cycle de conférences "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mercredi 3, salle La Fenêtre, 20h30 : "Les Croque-Notes chantent Brassens", une contrebasse, deux guitares, trois amis nous replongent dans l'ambiance d'un récital de Georges Brassens.

Jeudi 4, Maison de la Culture, salle Frank Lucas : "Burn-out et transition", conférence par Pascal Chabot, Professeur à l'IHECS, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 5, église Saint-Jacques, 20h : "Gospel for Life" avec Didier Likeng, Amanda Malela Mbuyia et Thérésa Kis, accompagnés de 100 choristes, concert philanthropique au profit de la Fondation Damien.

Vendredi 5 et samedi 6, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20 h : "Azimut" spectacle d'Aurélien Bory avec le groupe acrobatique de Tanger.

Dimanche 7, Esplechin, salle "La Bascule" : "17e Marché de Noël " du club des Jeunes "La Pérotte", artisanat de Noël, idées cadeaux, petite restauration, présence du Père Noël.

Dimanche 7, Froyennes, la Gueulière " Allais est de retour", spectacle humoristique.

Mardi 9, Auditoire du Séminaire, 14 h : "Ecrire pour vivre d'avantage", conférence par Colette Nys-Mazure, Poète, écrivaine, dans le cadre du cycle de conférences "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mardi 9 et mercredi 10, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h : "Discours à la Nation" d'Asciano Celestini et David Murgia - Prix du Public au festival Off d'Avignon 2013 - Meilleur Spectacle de Théâtre.

Jeudi 11, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "L'innovation. Qu'est-ce ? Pourquoi et Comment ? Quels défis pour l'Europe et la Wallonie ?", conférence par Luc Chefneux, Membre de l'Académie Royale de Belgique, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 11, église Saint-Paul, 20h, "Les Chœurs de l'Armée russe chantent Noël", chants traditionnels du folklore russe.

Vendredi 12, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Serge Lama en concert".

Vendredi 12, samedi 13 et dimanche 14, Marquain, Place, grange Jean Louis Vieren : "15e Marché de Noël" organisé par le Comité des Fêtes de Marquain, dégustation de bières artisanales, de soupe à l'oignon, de vin chaud, idées cadeaux, présence du Père Noël.  

Samedi 13, au départ de l'école du Château : Traditionnelle "Marche des Illuminations" organisée par Mont-Marche, deux circuits de 5 et 7 km.

Samedi 13, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "A Old Monk" avec Josse De Pauw et Kriss Defoort.

Samedi 13, salle La Fenêtre, 20h : "Les Souffleurs de Mots" spectacle d'improvisation.

Samedi 13 et dimanche 14, Halle -aux-Draps : traditionnel "Marché de Noël".

Samedi 13 et dimanche 14, Grand'Place, "chapiteau d'artistes régionaux" avec OkidoK, Bazar et Truc, la chorale d'Orroir, la conteuse fabienne Jacquemin, les élèves et professeurs du Conservatoire de Tournai, les Filles, Celles picardes, le Cabaret wallon Tournaisien, Mômes Circus, la Compagnie du Tarmac, la fanfare Toi-Même...

Dimanche 14, Templeuve, salle Satta : "Quoi ça est ?" comédie interprétée par la troupe de la Relève Saint-Eloi de Froyennes.

Dimanche 14, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17h30 : "Concert Viennois" dédié à Patrick Desauvage par l'Euro Symphonic Orchestra sous la direction de Pascal Peiffer, concert philanthropique organisé par la Confrérie des Cinq Clochers au profit de l'enfance déshéritée du Tournaisis.

Mercredi 17, Centre de la Marionnette, 16h : "Scènes à Noël - Les lettres au Père Noël", spectacle tout-public.

Jeudi 18, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h : "Les Mayas, 3.000 ans de civilisation", conférence par Françoise Fauconnier, Archéologue, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 18, Hôtel de Ville, Salon de la Reine, 18h : "La prothèse de hanche et autres prothèses articulaires" par le Dr. Lequenne, chirurgien orthopédiste au CHWApi, dans le cadre du cycle des Conférences-Santé.

Du vendredi 19 au mardi 30, entre 18 et 23h, Grand-Place "Show Laser" permanent (représentations de 15 minutes).

Du vendredi 19 au mercredi 24, Halle-aux-Draps : "La Halle de Noël", 80 artisans.

Samedi 20 et dimanche 21, Grand-Place : "Le Chapiteau des Artistes régionaux", spectacles de Noël.

Samedi 20, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 15 et 17 h : "Etc" par la Guimbarde/Danièle Gineves dans le cadre des Après-Midis Minis.

Samedi 20, salle la Fenêtre, 20h : "Cirque and Swing", spectacle monté par Mômes Circus, des trapézistes, jongleurs, danseurs, musiciens dans une soirée-cabaret.

Samedi 20 et dimanche 21, Centre de la Marionnette, 16h30 et 18h00 : "Scènes à Noël - les lettres au Père Noël" spectacle tout-public.

Samedi 27, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "Laila, à l'ombre de la Médina" de Mousta Largo, spectacle de conte et de musique dans le cadre des Après-Midi Minis.

Mercredi 31, Grand-Place, Minuit : "Feu d'artifice du Nouvel-An".

Programme susceptible d'ajouts et/ou de modifications.

S.T. novembre 2014 

25 nov.
2014

13:13

Tournai : la Chapelle Musicale de Tournai

Un orchestre de chambre de qualité !

L'orchestre de chambre "La Chapelle Musicale de Tournai" a été fondé en 1978. Il est constitué de musiciens professionnels diplômés des Conservatoires royaux de Belgique, de véritables amoureux de la musique soucieux de présenter un travail artistique abouti.

Cet ensemble musical, dirigé par Philippe Gérard depuis 1989, accompagne très souvent de jeunes solistes belges et étrangers. Il met notamment sa qualité musicale au service des candidats du concours international de piano André Dumortier qui se déroule chaque année à Leuze-en-Hainaut.

Philippe Gérard, un chef réputé !

Après des candidatures en Droit et Sociologie, Philippe Gérard a accompli ses études musicales au Conservatoire Royal de Bruxelles, il y a conquis les diplômes de piano et de musique de chambre et s'est vu décerner un premier prix de direction d'orchestre. Dirigeant "la Chapelle Musicale de Tournai" depuis 1989, il collabore également à des orchestres tels l'Orchestre Philarmonique de Liège, l'Orchestre National de Belgique ou l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie. Connu à l'étranger, il a notamment dirigé l'Orchestre de Syrie à Damas et à Homs, il a été invité à donner des master-classes de piano et de direction d'orchestre à Nankin. Avec l'OSEL (Louvain-la-Neuve), il a effectué des tournées en Provence et en Lettonie. Pianiste, Philippe Gérard est souvent invité par le Concours Musical Reine Elisabeth. Il est professeur de direction d'orchestre et accompagnateur au Conservatoire Royal de Bruxelles. Pour la qualité de son enseignement, il s'est vu décerner, en 2008, le prix "J.B. de la Haut".

Une collaboration fructueuse !

Reconnu et soutenu par la Communauté française de Belgique, l'ensemble tournaisien a accueilli de très nombreux artistes parmi lesquels : Abdel Rahman El Bacha, Jean-Claude Vanden Eynden, Stephen Salters, Marie et Sophie Hallinckx, Véronique Bogaerts , Marie-Noëlle de Callataÿ, Liviu Prunaru, Anton Dikov, David Cohen, Shadi Torbey, Thomas Blondelle, Talar Dekmanjian, Roberto Giordano, Philippe Koch, Denis Sunghô... 

L'ensemble a également développé des collaborations avec des chœurs belges et étrangers parmi lesquels nous citerons : le "Brussels Choral Society", les "Madrigal Singers", Le "Koninklijke Gentse Oratorium Vereninging" (Gand), le "Cercle choral européen", les "chœurs de l'I.M.E.P"... Les mélomanes eurent ainsi l'occasion de l'entendre dans la "Passion selon Saint-Jean", "L'Oratorio de Noël" de Jean Sébastien Bach, Le "Messie" de Häendel, " Die Jarhreszeiten" de Haydn, le "Requiem" de Gabriel Fauré ou celui de Mozart.

L'orchestre est régulièrement invité dans les grands festivals musicaux comme le Festival de Wallonie, le Juillet Musical de l'Aulne, le Festival de l'Eté Mosan, le Festival Midis-Minimes, la Nuit de Beloeil, le Festival international de jazz de Liège ou encore le Printemps Musical de Silly.

La Chapelle Musicale de Tournai se présente en formation de cordes, en orchestre de chambre ou en orchestre symphonique. Son répertoire va de la musique baroque à celle du XXe siècle et elle met à l'honneur, Benjamin Britten, Bartók, Stravinsky, Chostackovitch  mais aussi Pärt, Gorecki, Hindesmith, Bacri, Menier ou Zhang... parmi tant d'autres compositeurs. L'orchestre a aussi accompagné Nathalie Loriers, Philippe Aerts, Fabrice Alleman ou Reggie Washington dans des orchestrations de jazz.

En cette année 2014, on a pu l'écouter en janvier en l'église Saint-Jacques à Tournai en compagnie de la chorale "A Travers Chants" dirigée par Michel Jakobiec. A la fin de cette année, l'ensemble musical sera à Louvain-la-Neuve à Aula Magna, en février 2015, en l'ancienne chapelle de Choiseul à Tournai avec le Quatuor Scaldis dans le cadre du festival des Voix Intimes, en avril aux Soirées Musicales de Mont-sur-Marchienne en compagnie du clarinettiste Ronald Van Spaendonck...

La Chapelle Musicale de Tournai a enregistré de nombreux CD dans des œuvres de Britten, Brouwer, Mozart, Absil et Holst.  

Après avoir présenté en compagnie de la troupe des Bavards d'Europe, "La Vie Parisienne" et "La Belle Hélène", ce samedi 29 novembre, en la Maison de la Culture de Tournai (voir notre agenda des festivités de novembre) elle propose une autre œuvre de Jacques Offenbach, l'opéra-comique "Orphée aux Enfers". Un rendez-vous que les mélomanes ne manqueront pas car ils sont déjà assurés de la qualité de l'interprétation ! 

S.T. novembre 2014.

Remerciements à Jean-Claude Brunelle pour les renseignements fournis.

13:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

24 nov.
2014

09:34

Tournai : 1914-1918, les écrits du Général Antoine de Villaret (5)

Une troupe qui résiste et déclenche un baroud d'honneur !

En ce 24 août 1914, la 1ère armée allemande avait une mission bien précise, gagner Tournai, traverser l'Escaut et se rendre, au plus vite, à Denain (f) afin de prendre à revers les troupes anglaises qui avaient rompu le combat la veille à Mons. Les renseignements qu'elle avait probablement reçus, signalait que la ville n'était pas défendue, rien ne pouvait donc ralentir sa progression. Sauf que depuis le lever du jour, ce 24 août, environ 1.700 soldats français étaient entrés en ville. Les allemands pouvaient-ils savoir qu'ils étaient si peu nombreux ? A hauteur des quartiers Nord de la cité des cinq clochers, les Teutons se heurtèrent à l'avant-garde française, les premiers hommes tombent, le combat se poursuit durant l'avant-midi. Le général Antoine de Villaret continue à détailler chronologiquement les faits.

10h20 : le combat continue à l'entrée du viaduc (pont Morel) et de la passerelle et, en somme, tout mon monde se comporte bien sans que j'aie à intervenir directement.

Je profite de ce moment de répit relatif pour dicter à Lemoine un compte-rendu à la Division (je dis) que je suis attaqué par des forces très supérieures pourvues d'artillerie et de mitrailleuses, que j'ai éprouvé des pertes sérieuses, que je tiens encore, mais que, vraisemblablement, je serai bientôt obligé à la retraite. - Mais faute de cycliste ou de cavalier, ce rapport n'a pu être envoyé - Du reste, nous n'aurions pas été secourus.

10h40 : le feu de l'ennemi redouble : mousqueterie, mitrailleuse, shrapnels. Toutes les maisons, tous les jardins donnant sur la voie ferrée, du côté de Rumillies, tirent sur la 2e Cie et même un peu d'enfilade.

  • "La place devient intenable; les mitrailleuses entrent en jeu, un déluge de fer s'abat sur ce qui reste de la compagnie; je préviens le Général que je ne puis plus tenir, je fais reculer les débris de la compagnie et nous nous replions sur le mail (boulevard actuel) à côté de la 1ère Cie" (rapport du Cap. Vervoort).

Le propriétaire d'une maison qui donnait à la fois sur la voie ferrée et sur le mail indiqua cette voie de retraite aux quelques survivants de la 4e section qui lui durent vraisemblablement la vie.

Je vais voir, je constate, en effet, que la place n'est plus tenable et regagne le mail en longeant les maisons de droite.

Je frôle un manteau de couleur sombre accroché à une palissade. Je regarde : "Mais c'est mon manteau ! Mon cher manteau de voyage - en poil de chameau -". Je le décroche et je l'emporte !

Je l'examine : il n'a pas reçu une balle et il est là depuis deux heures ! Brave manteau ! Tu es encore plus indifférent au danger et plus invulnérable que ton maître ! Que de services ne m'avais-tu pas rendus déjà ! Et que de services ne m'as-tu pas rendus après cette dure journée ! Aussi, j'ai bien recommandé à mes officiers d'ordonnance de m'ensevelir dans tes plis si jamais il m'arrivait malheur ! Je ne veux pas d'autre linceul ! (NDLR : ce manteau existe toujours et est conservé par la famille du Général de Villaret !).

La rapide  retraite de la compagnie Vervoort avait été suivie d'une interruption du feu, du côté de l'ennemi comme du nôtre !

Il est certain que l'ennemi allait essayer un passage de la passerelle et du viaduc au pas de course.

Aussi, je prescrivais à la 1ère Cie (Cap. Giguet) et au Cap. Tardieu à qui il restait encore toute sa demi-compagnie, de se tenir prêts à foncer sur l'ennemi dès qu'il déboucherait sur le viaduc, et à Lemoine de prendre le commandement de ce qui restait de la 4e Cie et de quelques isolés qui se trouvaient là (en tout un adjudant et une quarantaine d'hommes) pour nous soutenir au besoin.

11h25 : ce que je prévoyais arrive ! Une petite colonne ennemie, une centaine d'hommes environ s'engagent sur le viaduc et la passerelle. Sans même leur donner le temps de déboucher, tout le monde se précipite vers eux, la baïonnette basse en craint : "En avant !". - Trois sections de la 1ère Cie, 2 sections de la 3e et les débris de la 2e Cie que leur brave capitaine avait rapidement ralliés.

Ils assistèrent au spectacle que je leur avais annoncé quelques instants auparavant, quand je leur disais de se tenir prêts : ils virent les Prussiens tourner les talons, fuir éperdument et disparaître à droite et à gauche, dans les rues et les premières maisons de Rumillies (NDLR : les maisons de la chaussée de Renaix situées juste après le pont).

Nous voilà revenus à l'entrée du viaduc ou de la passerelle et derrière les madriers de la voie ferrée.

Mais j'avais à peine eu le temps d'adresser quelques bonnes paroles de félicitations à mes braves petits soldats que le feu et surtout les mitrailleuses de l'ennemi nous obligeaient soit à nous "coller" le long des maisons de la chaussée, soit à regagner le mail.

(à suivre)

(sources : écrits du général Antoine de Villaret remis à Mr. Charles Deligne, conservateur du Musée Militaire de Tournai par Madame Claire de Villaret, arrière petite-nièce du militaire français).

S.T. novembre 2014

 

 

 

22 nov.
2014

10:40

Tournai : expressions tournaisiennes (287)

Un cadeau !

A l'approche de la période des fêtes, grâce à Mr. Moulron qui m'a remis ce document, c'est un petit cadeau que l'Optimiste souhaite faire aux amoureux de notre patois et aux fidèles de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien : une chanson d'Adolphe Wattiez (Le Cordier des Etoupières) interprétée lors de la 30e séance de cabaret et parue dans la revue "Les Cheonq Clotiers" du 21 décembre 1912.

On ne peut s'empêcher de voir certaines similitudes avec notre époque de grands travaux à Tournai puisque celle-ci est intitulée :

 

Lamintatieons d'ein habitant de l'rue d'Courtrai

sur l'air des "P'tits pavés" (orthographe de l'auteur)

 

J'ai canté su ein'n mass' d'affaires, su l'bur' (beurre), les uès (œufs), les thiens (chiens) mus'lés, més (mais), jamés (jamais) su les durs pavés qu'on mambourne (malmène, manipule butalement) qu'cha désespère. J'sés bin qui feaut toudis canger (changer); pou l'savoir j'sus bin plaché.

Ein matin, sési (saisi), je m'révelle, au bruit d'un foutu vieux barou (tombereau), qui, d'vant m'mazeon : premier casse-cou, pose ein meont d'grès in sintinelle. J'erwaite (je regarde) cha d'ein air défoutu (démoralisé), Més, j'n'aveos pos acor tout vu.

S'compagnieon, ein bieau greos tas d'sabre (sable), arrife après s'mette d'planteon dins l'rucheo (le ruisseau) par devant m'mazeon : de l'castonnate (cassonade) à planter d'z'arbres. Ch'est du ch'nu (un produit de qualité supérieure), ch'est tout c'qu'i a d'bieau, plaché pour ortenir les iéeaux (les eaux).

On inlièfe l'pavé antique pou l'rimplacher pa ein nouvieau, in grès, qui jeu l'rôle d'bourriéeau (bourreau) pour les gu'véeaux (chevaux) qui n'd'eont pos l'pratique. Comme eine églenne (uneglissoire comme celle faite par les enfants l'hiver) i'est glichant (glissant), tous lés jours, i-in colle d'su l'flanc.

Més, v'là qu'on parle de l'ieeau de l'Ville... In veyant (voyant) r'venir les paveux, te pinses à t'arrracher les ch'feux, Més, cha n t'avanch'ra pos ein mille. Te fés l'gueule à cés orvenus, pour foute l'pavé sans sous d'sus !

Infin, te t'dis, l'affaire est beonne, on a r'pavé tout est fini ! Te n'as pos l'temps d'dire "Dieu merci !" qu'on r'vient pou mette l'télépheonne. Pindant trois s'maines on t'barre l'rue, les gins feont l'tour, n'orpass'tent (repassent) pus !

Six meos après, l'gaz i-s'in mêle; à nouvieau, v'là l'petit pavé pioché, démeontibulé (démonté) et pindant n'quinzaine on pestielle (on peste, on râle), on jur' de d'voir marcher dins l'cras (endroit sale et gras) et l'bédoule (boue) in veux-tu, in voilà !

I paret que c'n'ertournache (retournement), on a pos tout à fet fini, puss'que (puisque), d'zous (dessous) l'pavé démoli, l'élestricité va print' plache. Nous alleons r'vir cés braf's paveux. Infin v'là tout, quoi c'que te veux !

Quand s'ra bin rétindu dins l'tierre, tout'celle ribambelle de tuyéeaux, pou n'pus jamés r'vir leus morcieèaux, dizeons tertous ein'n beonne prière et j'teons (jetons) su c'movais temps passé, eine Requiescat in pace.

 

Comme on le constate, aux environs de 1911-1912, d'importants travaux ont été réalisés à la rue de Courtrai, on y a placé de nouvelles canalisations de distribution d'eau et de gaz ainsi que des câbles de téléphone (dont c'était les premiers balbutiements) et ensuite l'électricité. Déjà à cette époque, on constate un manque flagrant de coordination de chantier par les divers intervenants, ce qui a le don, tout comme aujourd'hui, d'agacer les riverains. On dit que les (mauvaises) habitudes ont la vie dure, preuve encore puisqu'il est très difficile à notre époque de mettre d'accord lors de la réalisation d'un chantier : l'eau, le gaz, le téléphone, l'électricité et l'égouttage, cela doit faire partie de notre culture latine du "Bah, i-est beon, on l'f'ra quand on ara l'temps" ou pire encore, ce serait parce qu'on a eu de l'habitude de penser "Ch'est mi qu'i-est maîte et j'vas faire l'ouvrache quand j'l'arais décidé, j'vas pos ichi m'soumette" ! Il y a cent ans, c'était déjà la même chanson, tout cela ne consolera pas les riverains de la place Paul Emile Janson ou de la rue de Courtrai qui connaissent à nouveau de grands travaux.

S.T. novembre 2014.

10:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

20 nov.
2014

17:20

Tournai : 1914-1918, les écrits du général Antoine de Villaret (4)

Les défenseurs plient peu à peu.

NDLR : que peuvent faire 1.700 valeureux soldats vendéens face à des troupes teutonnes dix fois plus nombreuses et nettement mieux armées. D'un côté de vieux fusils "Lebel" datant de la guerre de 1870-1871 munis d'une baïonnette et de l'autre des mitrailleuses et des canons ? Ils pourraient rompre le combat dès les premiers affrontements qui se déroulent sur la chaussée de Renaix, ils préfèrent reculer progressivement et se positionner à hauteur du pont Morel. Ils ont une mission : défendre la ville !

8h55 : J'envoie Lemoine prescrire au Cdt Mayer de m'envoyer une Cie au viaduc (pont Morel) et de se porter, avec la 4e Cie et tous les isolés qu'il pourra ramasser, en réserve à la patte d'oie au carrefour voisin de l'église (Saint-Brice).

Il parvient rapidement et sain et sauf, malgré les nombreux projectiles qui battent la rue (compte-tenu qu'il se rend vers Saint-Brice, on peut estimer que l'axe formé par la rue Morel et Du Quesnoy sont déjà sous le feu allemand) jusqu'à toucher la cathédrale, au pont aux Pommes (Pont-à-Pont) qu'il trouve relevé; il confie son cheval à un habitant qui se trouvait là, traverse l'Escaut sur une passerelle qui était à une cinquantaine de mètres de là et transmet l'ordre au CDT Mayer qui se trouvait précisément de l'autre côté du pont avec le Cap. Tardieu. Comme la 3e Cie et la moitié de chacune des 3e et 4e Cies, l'autre partie de ces compagnies étaient dispersées par sections et demi-sections, à la garde des divers ponts de l'Escaut.

Il lui prescrit de faire baisser immédiatement le pont pour que nous ne soyons pas jetés à l'eau dans le cas où nous serions ramenés un peu vivement. Comme toujours, le Cdt présente des objections -"Mais je n'ai qu'une compagnie !" - - "J'ai fait lever le pont parce qu'il faut bien que je le garde".

Il obéit néanmoins. Le pont est abaissé et Lemoine et le Cap. Tardieu viennent me rejoindre au mail (l'actuel boulevard) avec un détachement composé de la moitié de la 3e Cie et de la moitié de la 4e Cie.

Après leur départ, le Cdt Mayer s'occupe avec l'aide du Cap. Laval (Cdt la 4e Cie) de réunir au rond-point de l'église, les éléments des 3e et 4e Cies qui lui restent.

A aucun moment, tout le monde l'a remarqué, l'idée ne lui est pas venue de se rapprocher peu ou prou de la ligne de feu, je ne dirai pas que je le crois lâche car je ne le pense pas, mais je le crois très prudent et très calculateur.

Il était d'avis que les territoriaux n'étaient pas fait pour être en première ligne et se battre.

Il estimait aussi qu'un officier qui avait gagné sa retraite par de longues années de service, n'était pas fait pour se faire casser les reins au seul profit de la "Princesse" et il mettait résolument ses actes en rapport avec ses idées.

9h15 : quand le détachement Tardieu arrive à moi, après avoir rapidement traversé la rue où sifflaient les balles et quelques obus et après avoir croisé un certain nombre de blessés, les rangs étaient en désordre et une forte émotion étreignait visiblement tout le monde, y compris le capitaine.

Je constate sans m'en étonner car le baptême du feu de tous ces pauvres gens était vraiment un peu rude.

Je les fais placer à l'abri des premières maisons du mail, du côté gauche. Je les calme, je leur parle, je rétablis l'ordre dans les sections, plaçant les hommes de la 3e Cie derrière ou contre les maisons et les hommes de la 4e Cie à six pas en arrière sous la rangée d'arbres; puis je leur fait approvisionner les magasins de leurs fusils et mettre baïonnette au canon leur donnant comme exemple la 1ère Cie que le Cap. Giguet, à quelques pas d'eux, maintenant en colonne de Cie, à genoux, dans un ordre parfait.

Je vais, du reste, d'un pas tranquille, d'une compagnie à l'autre, et je remarque avec plaisir que mon calme relève tous les courageux chancelants.

J'aperçois le Cap. Vervoort, dont la Cie est toujours en première ligne, avec la main gauche entourée d'un mouchoir ensanglanté. Il venait d'être frappé d'un éclat d'obus à la face dorsale de la main (à 9h15). Je le fais engager pour le moins à aller se faire panser dans une pharmacie voisine. Mais ce brave soldat me fit répondre qu'il n'en avait pas le temps. Je vais alors à lui, je lui adresse toutes mes chaudes félicitations en félicitant aussi ses hommes qui continuent à tenir tête crânement à un ennemi très supérieur et qui inflige des pertes sensibles.

9h25 : quand je constate que le détachement Tardieu est un peu remis en mains (!), j'envoie une section de la 4e Cie, sous les ordres du sergent-major, aller prendre position au-delà de la gare. Je ne suis pas fâché de me savoir garder à gauche !

10h00 : inquiet également pour ma droite, je prescris au Cap. Giguet d'envoyer une de ses sections (il désigne la 4e) prendre place à l'extrémité Sud du mail, sur la chaussée de Bruxelles.

10h05 : à ce moment arrive le cycliste de la 7e Cie du 83e (Cap. Delailau) portant au Cdt Delahaye le rapport d'occupation de Kain par cette compagnie. Ce rapport que je conserve puisque le Cdt Delahaye n'existe plus est daté de 9h45. J'en donne bien vite connaissance à tout le monde en disant : "Bonne affaire, une section à la gare, une compagnie à Kain, nous voilà bien gardés à gauche !".

Hélas j'étais loin d'avoir la confiance que je montrais !

Le cycliste du 83e m'avait dit qu'il avait reçu de nombreux coups de feu en venant de Kain, surtout le long de la station, et je me rendais bien compte, par le bruit des coups de feu, que l'ennemi se rapprochait d'une façon inquiétante de ce côté.

(à suivre)

S.T. novembre 2014 - écrits reçus de Madame Claire de Villaret, petite-nièce du général, par l'entremise de Charles Deligne, conservateur du Musée Militaire de Tournai.

 

17:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

19 nov.
2014

09:37

Tournai : 1914-1918, les écrits du Général Antoine de Villaret (3)

Suite n°1 de la "Note sur les positions du 2e Bataillon du 83e.

Dès 8h du matin, ce 24 août 1914, les évènements se précipitent. Le Commandant Gaston Delahaye est tué sur la chaussée de Renaix, il est tombé devant une maison où habite une petite fille terrorisée à la vue de ce spectacle qu'elle ne pensait probablement jamais connaître. On peut délimiter la zone des combats de la façon suivante : premiers contacts avec l'ennemi à hauteur du carrefour de la Verte-Feuille à Rumillies, les combats s'étendent ensuite à toute la chaussée de Renaix sur une zone large de quelques centaines de mètres de part et d'autre des habitations, pour déboucher sur le pont Morel et la gare. Poursuivons la découverte de la note du Général de Villaret.

8h30 : Je m'engage sur la passerelle pour aller voir ce qui se passait de l'autre côté de 2e Cie (Cap. Vervoort) mais à peine parvenu au milieu, je vois venir à moi une section qui se retire au pas de course, suivie à une dizaine de mètres, du Cap. Vervoort et de deux autres sections de la compagnie qui défendait le viaduc (NDLR le pont Morel) et la passerelle en avant.

Ces trois sections étaient en position depuis un quart d'heure à peine lorsqu'elles furent violemment attaquées par l'ennemi, maître de Rumillies.

Peu après les sections sont attaquées à leur tour par des fractions ennemies qui les débordent à gauche d'abord, puis à droite et quelques hommes sont encore tués.

Jugeant avec raison la position intenable plus longtemps, le Cap. Vervoort fait prévenir le Cap. Giguet qu'il est obligé de se replier et prescrit aux 3 sections qu'il a avec lui de traverser le viaduc ou la passerelle au pas de course et d'aller occuper l'autre côté de la voie ferrée, à côte de la 4e section.

C'est le mouvement qui s'exécutait au moment où je commençais moi-même la passerelle en sens inverse.

Malheureusement, la passerelle et surtout le viaduc étaient balayés par les balles et les shrapnels et, malgré la rapidité du mouvement de retraite, une dizaine d'hommes furent tués en instant près de moi -"deux ont le ventre ouvert, un homme a la tête emportée, un autre un bras arraché, un autre est projeté par-dessus la balustrade du viaduc, sur la ligne de chemin de fer" - (rapport du Cap. Vervoort).

Mais grâce au calme, au sang-froid, au tranquille courage du Cap. Vervoort, ces pertes n'entraînent aucun désordre et nous n'avons aucune peine, cet officier et moi, à arrêter ses hommes et à leur faire occuper une nouvelle position à l'extrémité du viaduc, du côté de la ville.

8h35 :

- La 1ère section barrant le viaduc.

- La 2e section barrant la passerelle et derrière une partie de l'estacade de la clôture de droite.

- La 3e section à gauche de la 1ère, derrière l'estacade de la clôture.

- La 4e section restant sur sa première position, c'est-à-dire à la droite de la 2e.

8h45 : A ce moment, quelques fuyards du 83e débouchent du viaduc en courant, certains sont "ramassés" au passage par une balle ennemie, les autres continuent leur fuite éperdue en direction de la cathédrale.

Cet incident jette un froid parmi mes hommes.

Un flottement se produit; quelques paquets font instinctivement demi-tour et esquissent un commencement de retraite.

- Une seconde de plus et c'est la fuite générale !

- Mais je n'attends pas cette seconde !

- Je me place au centre de la chaussée, bien en vue des hommes des deux compagnies et, avec un calme parfait, avec bonne humeur, presque avec gaîté, je leur parle, je leur dis que les Vendéens n'ont pas l'habitude de fuir et même de battre en retraite quand ils ont un bon fusil dans la main et de bonnes cartouches dans le fusil !

Mon attitude et aussi celle des quelques officiers qui sont là : Vervoort, Giguet, Dhoste, Lemoine, Mairesse, leur rendant confiance en eux-mêmes et en leur chefs, à partir de ce moment, tous ces braves gens, soldats médiocres, insuffisamment encadrés, vont faire honnêtement leur devoir contre un ennemi de valeur et pourvu de mitrailleuses et de canons !...

8h50 : Le feu est maintenant vif de part et d'autre.

Malgré les pertes assez sérieuses qu'elle subit encore, la Cie Vervoort fait bonne contenance.

Je vais à elle, je félicite leur chef et je dis aux hommes : "C'est très bien les enfants".

Je fais renforcer la gauche de la ligne Vervoort par quelques hommes de la 1ère Cie, puis jugeant ma présence inutile pour le moment sur la ligne de feu, je me porte un instant à l'abri des maisons du mail.

Le chef de station vient me trouver. Il m'informe qu'il vient de faire évacuer la gare par tout le personnel parce que des obus venaient de tomber sur le bâtiment.

Un cycliste du 83e arrive et, sans autres renseignements, me confirme la mort du Cdt Delahaye.

Je reviens vers la ligne de feu.

La Cie Vervoort continue à bien tenir et à infliger à l'ennemi des pertes qui doivent être sérieuses puisqu'elles ont arrêté son élan.

Néanmoins, je remarque que l'ennemi étend son front sur notre gauche, en face de la station (NDLR : de l'autre côté des voies sur ce qui deviendra l'actuel boulevard Eisenhower), et cette circonstance, jointe à la communication du chef de gare, au décès du Cdt Delahaye et à la fuite éperdue de quelques hommes de son bataillon, m'inquiète !

Je voudrais bien savoir ce qu'est advenu, ce que devient la bataillon du 83e.

Je prescris donc à Lemoine de traverser la voie ferrée soit par la chaussée de Bruxelles, soit par la station, et de tâcher d'avoir des nouvelles du 83e.

Il se disposait à partir et avait déjà déposé, sur une balustrade voisine de la passerelle mon manteau, qu'il portait depuis trois quarts d'heure et ma sacoche, lorsque je le rappelle en lui disant : "Inutile, vous n'en reviendrez pas !".

A ce moment d'ailleurs, les mitrailleuses ennemies entrent en jeu et balaient le viaduc, la passerelle et leurs abords, la fusillade, elle aussi, redouble de violence.

J'ai l'impression que l'ennemi prépare un passage de vive force.

(à suivre)

S.T. novembre 2014.

17 nov.
2014

09:56

Tournai : 1914-1918, les écrits du général Antoine de Villaret (2)

Note sur les positions du 2e Bataillon du 83e.

NDLR : nous poursuivons la retranscription des notes du Général Antoine de Villaret concernant la journée du 24 août 1914. La première partie présentait les différentes positions adoptées par les 83e et 84e bataillon à leur arrivée à Tournai et la description du début de l'engagement. Dans la seconde partie, le général se focalise plus spécifiquement sur le bataillon commandé par le commandant Delahaye. C'est en effet à Rumillies et le long de la chaussée de Renaix que le combat va être engagé, le pont Morel étant, à cet endroit, le lieu de franchissement de la voie ferrée. Nous sommes à quelques centaines de mètres de la gare de Tournai.

6h30 : le Bat. rejoint par la 7e Cie franchit le viaduc (Pont Morel) et s'engage sur la route de Rumillies. Dès que la dernière Cie est passée, le Cdt Delahaye réunit les cdts de Cie pour donner ses instructions en face de l'école des Frères (Evoque-t-il ici le couvent situé le long de la chaussée de Renaix ou l'école où étaient logés des séminaristes, le long du chemin menant de Rumillies à Warchin ?).

La 8 Cie (Lt Guérin) sera chargée de la défense du secteur Vaulx-Warchin.

la 6e Cie (Cap. Surcouf) défendra Rumillies.

La 7e Cie (Cap. Delaliau) se portera à Kain, défendra cette localité et un passage à niveau sur la voie ferrée.

La 5e Cie (Cap. Ferrand) représenté seulement par une section (Lt Lemauf) en réserve.

Critique du général de Villaret :

Cette disposition était vicieuse.

Au lieu de faire occuper Vaulx, Warchin, Rumillies et Kain par de simples postes comme il en avait reçu l'ordre, c'est-à-dire au maximum par des sections, il y employait 3 Cies trop éloignées l'une de l'autre pour se soutenir et ne gardait en réserve qu'une section. Il en résultait que d'où que vint l'attaque, sa ligne était enfoncée à coup sûr.

L'avant-garde allemande se présenta par les routes de Frasnes et de Renaix et refoula sans peine l'escadron du 3e Dragons et se trouva immédiatement au contact de la 6e Cie (Lt Surcouf).

8h15 : comme je l'ai dit, à 7h40, j'avais envoyé Mairesse demander au Cdt Mayer de m'envoyer 2 compagnies. Il se rendit rapidement place de l'Hôtel de Ville et transmit l'ordre.

Mais le Cdt Mayer, je ne le sus que plus tard, n'obéit qu'en maugréant et en faisant observer, assez haut pour être entendu de ses voisins, civils et soldats, que c'était absurde de vouloir défendre une ville de 40.000 habitants avec aussi peu de monde, que les territoriaux n'étaient pas fait pour être placés ainsi en première ligne, etc, etc... Néanmoins, en présence de l'insistance de Mairesse, il prescrivait aux deux compagnies réunies sur place, près de lui, de suivre l'officier d'Etat-major, mais il se gardait bien de les accompagner comme il aurait dû.

Vers 7h55, les deux compagnies (1ère, Capitaine Giguet et 2e, Capitaine Vervoort) sous les ordres du Capitaine Giguet, se mettent en marche vers le viaduc (rappel : le pont Morel) précédées par Mairesse qui fait abaisser le pont aux Pommes (Pont-à-Pont) qu'on avait relevé, et m'envoie le Cap. et le Lt de l'escadron de dragons, qu'il trouve de l'autre côté du pont, avec leurs hommes, prêts à filer à l'anglaise.

Le Cap. Giguet place la 1ère Compagnie en réserve, à l'abri des maisons du mail, à une cinquantaine de mètres environ à l'arrière de l'entrée du viaduc et prescrit à la 2e compagnie (Cap. Vervoort) de se porter en 1ère ligne en avant du viaduc et de la passerelle. Ce viaduc par lequel la route de Tournay à Frasnes, par Rumillies, traverse la voie ferrée à une assez grande hauteur, est en construction, mais il est presque terminé. Le tablier n'est pas encore posé (les travaux avaient débuté en 1912, d'après une photo de l'époque, il le garde-fou n'avait pas encore été posé) mais le sol est bétonné sur le point d'être cimenté. En attendant qu'il soit achevé, le viaduc est longé, du côté sud par une assez large passerelle en bois, permettant le passage des piétons et des voitures.

Chargé de défendre l'accès du viaduc et de la passerelle, le Cap Vervoort a placé une demi-section commandée par l'adjudant Gréau sur la route de Rumillies, derrière une barricade construite le matin vers 5h1/2 par la 1ère Compagnie et commandant la route de Rumillies ainsi qu'un chemin à gauche, parallèle à la voie ferrée (NDLR : probablement l'actuel boulevard Eisenhower).

Il a placé 2 sections 1/2 à l'entrée du viaduc; une demi-section derrière les madriers de l'estacade de la voie ferrée, à gauche du viaduc, une section derrière une levée de terre qui barre le viaduc et une couchée sur la passerelle.

La 4e section a été laissée à l'entrée ouest du viaduc, du côté de la ville, derrière les madriers de clôture de la voie ferrée, à droite de la passerelle, battant de son feu la ligne de chemin de fer ainsi que les jardins des maisons de Rumillies, à droite de la passerelle vers Warchin.

Tel est le dispositif que je trouve à mon arrivée, dispositif sur lequel, à ce moment, même, l'ennemi dirige un feu violent de mousqueterie et l'artillerie.

Je vais d'abord à la 1ère compagnie dont les hommes quoique à l'abri des maisons du mail sont très émus par le bruit des projectiles qui frappent à leur gauche et derrière eux. Je les rassure et adresse quelques mots d'encouragement à leur chef, le lieutenant Dhoste dont l'attitude, quoiqu'un peu agitée, est excellente.

Je me porte ensuite, toujours suivi de Lemoine et de Mairesse, vers le viaduc et la passerelle. J'y trouve le Capitaine Giguet, seul, examinant avec beaucoup de calme le terrain et étudiant la façon dont il pourra utiliser pour soutenir la retraite éventuelle de la 2e Cie (Cap. Vervoort) qui défend l'autre bout du viaduc.

Je le félicite pour son calme et son sang-froid, qualités particulièrement nécessaires avec des soldats impressionnables, comme nos territoriaux, je cause un instant avec lui : "On tiendra, mon général" me dit-il très crânement quand je le quitte.  

(à suivre)

sources : écrits remis à Charles Deligne, conservateur du Musée Militaire de Tournai, par Madame Claire de Villaret, petite-nièce du général Antoine de Villaret.

 

15 nov.
2014

09:03

Tournai : expressions tournaisiennes (286)

Les distractieons d'Edmeond !

Ceulle sémaine, l'brafe Edmeond i-est tout ortourné, d'puis lindi i-n'arrête pos de s'délaminter. Ch'est qu'mon heomme, pou s'distraire, ch'est vraimint pos banal, ave Fifinne i-va au Consel Communal.

Verdi, après-deîner, l'rincontrant su l'quai, i-m'a raqueonté quoisqu'i-ch'a là tout passé.

"Mi, j'aime acore bin d'aller à l'Hôtel de Ville vir les luméreos présintés pa nos édiles, i-a alfeos des scènes dignes des grands films à succès tell'mint l'jeu des acteurs i-atteint là des sommets.

J'vas ichi t'espliquer l'soirée que, là-vas, j'ai passée.

Su l'queop d'siept heures, l'public i-attind dins le hall qu'on ouvère les portes de ce qu'j'appelle l'salle du music-hall. Quand t'es assis, te les veos, ein à ein, printe plache su l'ponteon et cha accintue l'impressieon d'ête au Cabaret Walleon. Ein des prumiers, ch'est même ein incien cancheonnier, te sais l'ceu ave ses ch'feux bleonds toudis bin peignés. L'dernier à s'assir, au mitan d'tous mes gins, ch'est no bourguémette, i-orwette si tertous i-seont là et, seul'mint alors, l'séance elle est ouverte.

Quand cha a qu'minché, j'ai dit, tout bas à m'feimme (pasque là, ch'est comme au jeu d'fier, les orwettiants n'ont rien à dire) : "i-seont in forme, i-d'a même ein qui m'a souri, j'pinse, Fifinne, qu'on va acore ichi avoir du lari". Tout au feond d'mi, j'aveos l'espoir, d'passer eine soirée sans histoires. 

Patatraf, j'aveos oblié d'lire l'programme dins l'journal et malheureus'mint l'sujet du jour ch'éteot l'budget communal. Après eine ou deux communicatieons, l' présidint i-a passé l'parole à Madame Liénard, eine bin brafe feimme qui est aussi pou nous eautes l'échevine des vieillards. A l'Halle-aux-Draps, elle nous invite à minger, tous l'z'ans quand i-arrife l'fin d'l'ainnée. Su m'cayère, j'la raviseos ave les is d'Rodrigue pou Chimène et m'orwettiant l'orgard de Fifinne n'éteot pos l'même. J'ai ormarqué que très rapid'mint, elle a pris eine tiête d'intierr'mint pou dire que l'confectieon n'aveot pos été facile, que l'situatieon de l'ville éteot d'pus in pus difficile, qu'elle aveot été confreontée à eine équatieon, qu'i-falleot trouver pos leon d'treos millieons et qu'on n'pouveot pus faire d'écolomies, à forche d'saquer d'zeur on aveot asséqué l'pis. Elle aveot probablemint raiseon dins c'qu'elle diseot là pasqu'on veot tous les jours qui n'a pas rien qui va : l'présidinte du CPAS elle-va béteôt d'voir quéter aux portes des églisses in disant: "pou les paufes d'no cité, s'i-vous plait, comperdez que ch'est la crisse".

J'éteos parti à l'Hôtel de Ville pou m'distraire, bé, au contraire, j'éteos prêt à braire. Ainsin l'préqueompte de m'pétite maseon à la rue Montifaut, j'ai intindu qu'i-alleot aurminter d'ein fameux queop. Eine parelle meontée des chintimes additionnels, cha n's'a jamais vu, ch'est sinsationnel ! Ch'est ein hold-up, eine attaque à main armée, te t'sins volé mais te devras quand même payer. Si ein albran vole t'carte d'identité, asteur pou l'déclaratieon te vas devoir payer, béteôt i-faudra d'minder si pou les frais t'es aussi asseuré.

Jeudi, l'docteur i-a dit à Fifinne d'aller faire ein examen au laboratoire pasqu'elle l'aveot appelé pou des tornioles, l'velle au soir. "On va aller à pied" que j'l ai dit "i-n'a pos leon de l'maseon au Chwapi". Quand on est arrivé, on pinseot qu'eine grèfe aveot été déclinchée, i-aveot des gins su ein file jusqu'à l'porte d'intrée. Su l'queop d'nuef heures et demi, in foufielle, ein heomme est sorti, j'sus ichi d'puis avant siept heures au matin, t'es saisi que m'tinsieon elle est meontée à vingt. Fifinne m'a dit : "J'viens d'orchevoir l'luméreo quate-chint trinte" ave les rindez-vous j'pinse qu'on va ichi attinte. On a attindu treos heures tout plein et m'paufe Fifinne elle éteot à jeun. Quand on est infin sorti du laboratoire du Chwapi, au moinse, elle saveot pourquoi elle aveot des toupiries !

"Aller à l'Hôtel de Ville et aussi au Chwapi, te conneos les indreots dusqu'on a du plaisi. Si te truèfes que ch'est eine distractieon d'aller au Consel Communal, te d'vreos alfeos assister à ein procès au tribunal, si t'as de l'sanche, te va vir des gins qui seont pa d'vant l'juche pou ein brin d'tchien, ou acore, eine qui aime bin minger, eine badoulette qui a volé dins ein magasin eine belle côtelette"

"Mi, si ch'est gratuit... j'm'in f'reos morir" qui m'a dit Edmeond in s'mettant à rire.

(lexique : ceulle : cette / ortourné : retourné / lindi : lundi / s'délaminter : se lamenter, pleurnicher / verdi : vendredi / aorès-deîner : après-midi / acore : encore / vir : voir / les luméreos : les numéros / alfeos : parfois / ichi : ici / là-vas : là-bas / su l'queop d'siept heures : sur le coup de sept heures / plache : place / prumiers : premiers / cancheonnier : chansonnier / toudis : toujours / au mitan : au milieu / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / orwette : regarde / tertous : tous / qu'minché ou comminché : commencé / les orwettiants : les spectateurs / i-a du lari : il y a de la joie / brafe : brave / l'cayère : la chaise / raviser ou orwettier : regarder / les is : les yeux / ormaquer : remarquer / eine tiête d'intierr'mint : une tête d'enterrement, un air affecté / pos leon : pas loin / des écolomies : des économies / a forche de saquer d'zeur : à force de tirer dessus / asséquer : assécher / vous comperdez : vous comprenez / braire : pleurer / l'préqueompte : le précompte immobilier, taxe sur la propriété immobilière / aurminter : augmenter / parelle : pareille / ein albran : un garnement, un mauvais garçon / asteur : maintenant / béteôt : bientôt / asseuré : assuré / des tornioles : des vertiges, sensations de tournis / l'velle : la veille / in foufielle ou en fouffiête : dans tous ses états / au moinse : au moins / les toupiries ou tornioles : vertiges / les indreots : les endroits / te truèfes : tu trouves / de l'sanche : de la chance / pa d'vant : par devant / l'juche : le juge / ein brin d'tchien : une déjection canine / eine badoulette : une femme présentant de l'embonpoint, une obèse / morir: mourir )

S.T. novimpe 2014.      

 

 

09:03 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |