22 nov.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (287)

Un cadeau !

A l'approche de la période des fêtes, grâce à Mr. Moulron qui m'a remis ce document, c'est un petit cadeau que l'Optimiste souhaite faire aux amoureux de notre patois et aux fidèles de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien : une chanson d'Adolphe Wattiez (Le Cordier des Etoupières) interprétée lors de la 30e séance de cabaret et parue dans la revue "Les Cheonq Clotiers" du 21 décembre 1912.

On ne peut s'empêcher de voir certaines similitudes avec notre époque de grands travaux à Tournai puisque celle-ci est intitulée :

 

Lamintatieons d'ein habitant de l'rue d'Courtrai

sur l'air des "P'tits pavés" (orthographe de l'auteur)

 

J'ai canté su ein'n mass' d'affaires, su l'bur' (beurre), les uès (œufs), les thiens (chiens) mus'lés, més (mais), jamés (jamais) su les durs pavés qu'on mambourne (malmène, manipule butalement) qu'cha désespère. J'sés bin qui feaut toudis canger (changer); pou l'savoir j'sus bin plaché.

Ein matin, sési (saisi), je m'révelle, au bruit d'un foutu vieux barou (tombereau), qui, d'vant m'mazeon : premier casse-cou, pose ein meont d'grès in sintinelle. J'erwaite (je regarde) cha d'ein air défoutu (démoralisé), Més, j'n'aveos pos acor tout vu.

S'compagnieon, ein bieau greos tas d'sabre (sable), arrife après s'mette d'planteon dins l'rucheo (le ruisseau) par devant m'mazeon : de l'castonnate (cassonade) à planter d'z'arbres. Ch'est du ch'nu (un produit de qualité supérieure), ch'est tout c'qu'i a d'bieau, plaché pour ortenir les iéeaux (les eaux).

On inlièfe l'pavé antique pou l'rimplacher pa ein nouvieau, in grès, qui jeu l'rôle d'bourriéeau (bourreau) pour les gu'véeaux (chevaux) qui n'd'eont pos l'pratique. Comme eine églenne (uneglissoire comme celle faite par les enfants l'hiver) i'est glichant (glissant), tous lés jours, i-in colle d'su l'flanc.

Més, v'là qu'on parle de l'ieeau de l'Ville... In veyant (voyant) r'venir les paveux, te pinses à t'arrracher les ch'feux, Més, cha n t'avanch'ra pos ein mille. Te fés l'gueule à cés orvenus, pour foute l'pavé sans sous d'sus !

Infin, te t'dis, l'affaire est beonne, on a r'pavé tout est fini ! Te n'as pos l'temps d'dire "Dieu merci !" qu'on r'vient pou mette l'télépheonne. Pindant trois s'maines on t'barre l'rue, les gins feont l'tour, n'orpass'tent (repassent) pus !

Six meos après, l'gaz i-s'in mêle; à nouvieau, v'là l'petit pavé pioché, démeontibulé (démonté) et pindant n'quinzaine on pestielle (on peste, on râle), on jur' de d'voir marcher dins l'cras (endroit sale et gras) et l'bédoule (boue) in veux-tu, in voilà !

I paret que c'n'ertournache (retournement), on a pos tout à fet fini, puss'que (puisque), d'zous (dessous) l'pavé démoli, l'élestricité va print' plache. Nous alleons r'vir cés braf's paveux. Infin v'là tout, quoi c'que te veux !

Quand s'ra bin rétindu dins l'tierre, tout'celle ribambelle de tuyéeaux, pou n'pus jamés r'vir leus morcieèaux, dizeons tertous ein'n beonne prière et j'teons (jetons) su c'movais temps passé, eine Requiescat in pace.

 

Comme on le constate, aux environs de 1911-1912, d'importants travaux ont été réalisés à la rue de Courtrai, on y a placé de nouvelles canalisations de distribution d'eau et de gaz ainsi que des câbles de téléphone (dont c'était les premiers balbutiements) et ensuite l'électricité. Déjà à cette époque, on constate un manque flagrant de coordination de chantier par les divers intervenants, ce qui a le don, tout comme aujourd'hui, d'agacer les riverains. On dit que les (mauvaises) habitudes ont la vie dure, preuve encore puisqu'il est très difficile à notre époque de mettre d'accord lors de la réalisation d'un chantier : l'eau, le gaz, le téléphone, l'électricité et l'égouttage, cela doit faire partie de notre culture latine du "Bah, i-est beon, on l'f'ra quand on ara l'temps" ou pire encore, ce serait parce qu'on a eu de l'habitude de penser "Ch'est mi qu'i-est maîte et j'vas faire l'ouvrache quand j'l'arais décidé, j'vas pos ichi m'soumette" ! Il y a cent ans, c'était déjà la même chanson, tout cela ne consolera pas les riverains de la place Paul Emile Janson ou de la rue de Courtrai qui connaissent à nouveau de grands travaux.

S.T. novembre 2014.

10:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.