15 nov.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (286)

Les distractieons d'Edmeond !

Ceulle sémaine, l'brafe Edmeond i-est tout ortourné, d'puis lindi i-n'arrête pos de s'délaminter. Ch'est qu'mon heomme, pou s'distraire, ch'est vraimint pos banal, ave Fifinne i-va au Consel Communal.

Verdi, après-deîner, l'rincontrant su l'quai, i-m'a raqueonté quoisqu'i-ch'a là tout passé.

"Mi, j'aime acore bin d'aller à l'Hôtel de Ville vir les luméreos présintés pa nos édiles, i-a alfeos des scènes dignes des grands films à succès tell'mint l'jeu des acteurs i-atteint là des sommets.

J'vas ichi t'espliquer l'soirée que, là-vas, j'ai passée.

Su l'queop d'siept heures, l'public i-attind dins le hall qu'on ouvère les portes de ce qu'j'appelle l'salle du music-hall. Quand t'es assis, te les veos, ein à ein, printe plache su l'ponteon et cha accintue l'impressieon d'ête au Cabaret Walleon. Ein des prumiers, ch'est même ein incien cancheonnier, te sais l'ceu ave ses ch'feux bleonds toudis bin peignés. L'dernier à s'assir, au mitan d'tous mes gins, ch'est no bourguémette, i-orwette si tertous i-seont là et, seul'mint alors, l'séance elle est ouverte.

Quand cha a qu'minché, j'ai dit, tout bas à m'feimme (pasque là, ch'est comme au jeu d'fier, les orwettiants n'ont rien à dire) : "i-seont in forme, i-d'a même ein qui m'a souri, j'pinse, Fifinne, qu'on va acore ichi avoir du lari". Tout au feond d'mi, j'aveos l'espoir, d'passer eine soirée sans histoires. 

Patatraf, j'aveos oblié d'lire l'programme dins l'journal et malheureus'mint l'sujet du jour ch'éteot l'budget communal. Après eine ou deux communicatieons, l' présidint i-a passé l'parole à Madame Liénard, eine bin brafe feimme qui est aussi pou nous eautes l'échevine des vieillards. A l'Halle-aux-Draps, elle nous invite à minger, tous l'z'ans quand i-arrife l'fin d'l'ainnée. Su m'cayère, j'la raviseos ave les is d'Rodrigue pou Chimène et m'orwettiant l'orgard de Fifinne n'éteot pos l'même. J'ai ormarqué que très rapid'mint, elle a pris eine tiête d'intierr'mint pou dire que l'confectieon n'aveot pos été facile, que l'situatieon de l'ville éteot d'pus in pus difficile, qu'elle aveot été confreontée à eine équatieon, qu'i-falleot trouver pos leon d'treos millieons et qu'on n'pouveot pus faire d'écolomies, à forche d'saquer d'zeur on aveot asséqué l'pis. Elle aveot probablemint raiseon dins c'qu'elle diseot là pasqu'on veot tous les jours qui n'a pas rien qui va : l'présidinte du CPAS elle-va béteôt d'voir quéter aux portes des églisses in disant: "pou les paufes d'no cité, s'i-vous plait, comperdez que ch'est la crisse".

J'éteos parti à l'Hôtel de Ville pou m'distraire, bé, au contraire, j'éteos prêt à braire. Ainsin l'préqueompte de m'pétite maseon à la rue Montifaut, j'ai intindu qu'i-alleot aurminter d'ein fameux queop. Eine parelle meontée des chintimes additionnels, cha n's'a jamais vu, ch'est sinsationnel ! Ch'est ein hold-up, eine attaque à main armée, te t'sins volé mais te devras quand même payer. Si ein albran vole t'carte d'identité, asteur pou l'déclaratieon te vas devoir payer, béteôt i-faudra d'minder si pou les frais t'es aussi asseuré.

Jeudi, l'docteur i-a dit à Fifinne d'aller faire ein examen au laboratoire pasqu'elle l'aveot appelé pou des tornioles, l'velle au soir. "On va aller à pied" que j'l ai dit "i-n'a pos leon de l'maseon au Chwapi". Quand on est arrivé, on pinseot qu'eine grèfe aveot été déclinchée, i-aveot des gins su ein file jusqu'à l'porte d'intrée. Su l'queop d'nuef heures et demi, in foufielle, ein heomme est sorti, j'sus ichi d'puis avant siept heures au matin, t'es saisi que m'tinsieon elle est meontée à vingt. Fifinne m'a dit : "J'viens d'orchevoir l'luméreo quate-chint trinte" ave les rindez-vous j'pinse qu'on va ichi attinte. On a attindu treos heures tout plein et m'paufe Fifinne elle éteot à jeun. Quand on est infin sorti du laboratoire du Chwapi, au moinse, elle saveot pourquoi elle aveot des toupiries !

"Aller à l'Hôtel de Ville et aussi au Chwapi, te conneos les indreots dusqu'on a du plaisi. Si te truèfes que ch'est eine distractieon d'aller au Consel Communal, te d'vreos alfeos assister à ein procès au tribunal, si t'as de l'sanche, te va vir des gins qui seont pa d'vant l'juche pou ein brin d'tchien, ou acore, eine qui aime bin minger, eine badoulette qui a volé dins ein magasin eine belle côtelette"

"Mi, si ch'est gratuit... j'm'in f'reos morir" qui m'a dit Edmeond in s'mettant à rire.

(lexique : ceulle : cette / ortourné : retourné / lindi : lundi / s'délaminter : se lamenter, pleurnicher / verdi : vendredi / aorès-deîner : après-midi / acore : encore / vir : voir / les luméreos : les numéros / alfeos : parfois / ichi : ici / là-vas : là-bas / su l'queop d'siept heures : sur le coup de sept heures / plache : place / prumiers : premiers / cancheonnier : chansonnier / toudis : toujours / au mitan : au milieu / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / orwette : regarde / tertous : tous / qu'minché ou comminché : commencé / les orwettiants : les spectateurs / i-a du lari : il y a de la joie / brafe : brave / l'cayère : la chaise / raviser ou orwettier : regarder / les is : les yeux / ormaquer : remarquer / eine tiête d'intierr'mint : une tête d'enterrement, un air affecté / pos leon : pas loin / des écolomies : des économies / a forche de saquer d'zeur : à force de tirer dessus / asséquer : assécher / vous comperdez : vous comprenez / braire : pleurer / l'préqueompte : le précompte immobilier, taxe sur la propriété immobilière / aurminter : augmenter / parelle : pareille / ein albran : un garnement, un mauvais garçon / asteur : maintenant / béteôt : bientôt / asseuré : assuré / des tornioles : des vertiges, sensations de tournis / l'velle : la veille / in foufielle ou en fouffiête : dans tous ses états / au moinse : au moins / les toupiries ou tornioles : vertiges / les indreots : les endroits / te truèfes : tu trouves / de l'sanche : de la chance / pa d'vant : par devant / l'juche : le juge / ein brin d'tchien : une déjection canine / eine badoulette : une femme présentant de l'embonpoint, une obèse / morir: mourir )

S.T. novimpe 2014.      

 

 

09:03 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.