01 nov.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (284)

Raminvrances d'auteomne.

Même si l'solel luit acore, si l'thermomète bat des orcords, i-feaut bin s'faire eine idée, l'été i-est bel et bin terminé.

Ov'là qu'à nos portes eine saiseon seonne, rimplie d'mélancolie : ch'est l'auteomne.

Su les arpes, les fuelles gaunies frisseonnent et quittent ave orgrets l'ceu qui au printemps les a infantées. Là, su l'tierre, au pied du géant dénudé, l'gardénier viendra béteôt les rat'ler, les amonch'ler jusqu'à c'qu'un coup d'vint vienne, à nouvieau, les importer, destin éternel d'eine paufe pétite fuelle.

J'ai l'raminvrance de ces auteomnes d'avant, du temps dusque j'n'éteos qu'ein infant. Ave m'mamère, on alleot pourméner, à pied, l'diminche après-deîner. On ramasseot des fouelles pou les mette dins nos herbiers, des gaunes, des rouches, des brunes et même alfeos des celles trouées comme eine fine dintelle, pou nous eautes, ch'éteot alors, les pus orclamées, les pus belles. Inter deux papiers buvards, on d'veot les séquer avant d'les placher su eine pache d'no pus bieau cahier.  

Quand arriveot l'Toussaint, dins beauqueop d'familles, i-aveot toudis ein mopère, ein infant, ein mofrère qui n'éteot'ent pos orvenus de ceulle maudite guerre. Au p'tit matin, souvint pa ein brouillard à coper au coutieau, on parteot les bras rimplis d'potées à Mulette ou à Navieaux. Qu'i-soichent d'couleur blanque, mauve ou bin or, l'chrysanthème pou mi ch'a toudis été l'véritape fleur des morts.

M'gramère diseot toudis, ch'est resté dins m'souv'nir : ch'est à l'Toussaint et aux électieons qu'on veot l'meonte sortir. Pindant l'sémaine, il falleot vir l'dallache, tertous ave séeaux et brouches faiseot'ent l'grand nettiache. Après avoir jeter d'l'ieau, on frotteot, racleot, metteot d'l'ieau d'javel pou que l'pierre tombale soiche pus belle. L'portrait du grand'père ave ein air sévère simbleot surveiller qu'on oblie pos l'moindre chintimète carré, ch'est que pou l'Toussaint qui alleot arriver, tout, absolumint tout, d'veot blinquer.

Pa l'chaussée d' Willemeau, quand on ordéquindeot du chim'tière, on pinseot d'jà, tout bénaisse, au riche souper qu'on alleot faire. I-feaut dire que dins bramint d'maseons, les waufes de l'Toussaint, ch'éteot eine traditieon.

Gramère aveot préparé l'pâte jusse avant d'partir. Elle aveot bin touillé l'fareine, l'lait, l'oué, l' levure, l'chuque et l'bure et, pindant not'absence, l'pâte elle aveot l'vé et pris de l'consistance . Pou avoir de beonnes waufes bin cuites, il falleot ein feu d'infier, adeon, in rintrant, on ormetteot eine pell'tée d'carbeon et l'peot bin vite rougisseot. L'fier à waufes i-éteot graissé ave ein morcieau d'lard d'pourchéau et Gramère ave l'pâte rimplisseot tous les tréos. Quand elles arriveot'ent, fin dorées, dins l'assiette, on sinteot alors l'beonne naque qui m'rappelle acore asteur les soirs de Toussaint. On les mingeot ave du chuque blanc, de l'castonate ou bin de l'confiture. Aujord'hui, l'fier à l'élestrique a rimplaché l'cuisinière au carbeon et j'n'ortruèfe pus l'naque d'avant, cha n'sint pus aussi beon.

L'lind'min, ch'éteot l'jour des Morts, on a toudis confondu Toussaint et jour des Morts, des feimmes ortourneot'ent à Mulette ou à Navieaux pou s'orcueillir su l'teombe d'un défunt. Pindant qu'à voix basse, au Beon Dieu, elles adresseot'ent eine pétite prière, elles ne pouveot'ent s'impêcher d'pinser :

"Mo Dieu, m'brafe Louis, t'as acore eu bramint d'fleurs... tins... au mitan, cha ch'est seûrmint l'potée de t'sœur, j'l'orconneos elle prind toudis les mêmes couleurs... Ceulle-là, l'toute blanque, cha vient probablemint de t'cousine Hortense, ceulle qui est mariée à Achille et qui habite asteur in France... Là-vas, au feond tout près de l'creox, ch'est mes chrysanthèmes ave ein p'tit meot : à m'n'vieux Louis que j'aime.. Ainsin, si j'fais l'queompte et si j'ai bien ravisé, ch'est comme les eautes ainnées, i-a pos d'fleurs d'Albert, comme toudis, i-a acore oblié s'mofrère. Ave s'nouvelle compane Arlette, l'ein fait pocheon, l'eaute l'cannette ! Je n'voudreos pos démépriser mais mi quand j'veos cha j'sus révoltée".

Eine beonne sémaine pus tard, le onze novimpe, les infants des écoles, drapéau in tiête, alleot'ent défiler pa d'vant l'monumint aux morts des deux guerres. Ein incien combattant f'seot ein discour pou rappeler tous ces jeones tués pou avoir défindu no liberté. L'quinze, à l'école, on aveot congé pou l'fiête du Roi et jusqu'à l'fin du meos, les infants aller vir dins les magasins l'grand Saint-Nicolas. L'auteomne alleot mieux s'terminer qui n'aveot comminché ! Tout bell'mint, l'hiver alleot arriver, mais cha ch'est eine eaute histoire qu'ein bieau jour j'vas vous raqueonter.

 

(lexique : raminvrances : souvenir / acore : encore / des orcords : des records / ov'là : voilà / les fuelles gaunies : les feuilles jaunies / des orgrets : des regrets / l'ceu : celui /  l'gardénier : le jardinier / béteôt : bientôt / rat'ler : ratisser / amonch'ler : amonceler / importer : emporter / dusque : où / m'mamère : ma mère / pourméner : promener / les fouelles : autre orthographe pour feuilles / rouches : rouges / alfeos : parfois / nous eautes : nous autres / orclamées : réclamées / inter : entre / séquer : sécher / placher : placer / eine pache : une page / beauqueop : beaucoup / mopère : père / m'mofrère : mon frère / orvenu : revenu / ein brouillard à coper au coutieau : littéralement un brouillard à couper au couteau, un brouillard très dense / Mulette : ce nom désigne le cimetière du Sud, il serait celui de la première personne qui y fut inhumée / Navieaux : ce mot signifiant "navets" désigne le cimetière du Nord situé derrière la gare / blanque : blanche / véritape : véritable / gramère : grand-mère / l'dallache : a beaucoup de signification mais ici est pris dans le sens d'activité, de remue-ménage / les séeaux : les seaux / les brouches : les brosses / l'nettiache : le nettoyage / ave : avec / oblier : oublier / ein chintimète : un centimètre / blinquer : luire, briller / ordéquinte : redescendre / tout bénaisse : tout content / bramint : beaucoup / les waufes : les gaufres (se rapproche du néerlandais waffel) / jusse : juste / touiller : mélanger / l'fareine : la farine / ein ouè  : un œuf / l'chuque : le sucre / l'bure : le beurre / ein feu d'infier : un feu d'enfer / adeon : donc / l'carbeon : le charbon / l'peot : le pot / l'fier à waufes : le fer à gauffres / ein morcieau : un morceau / l'pourchéau : le porc, le cochon / les tréos : les trous / l'beonne naque : la bonne odeur, le parfum / asteur : maintenant / l'castonate : la cassonade, la vergeoise / à l'élestrique : à l'électricité / j'ortruèfe : je retrouve / toudis : toujours / des feimmes : des femmes / au mitan : au milieu / seûrmint : sûrement / là-vas : là-bas / l'creox : la croix / ein p'tit meot : un petit mot / ainsin : ainsi / l'queompte : le compte / ravisé : regarder / les ainnées : les années / l'ein fait l'pocheon, l'eaute l'cannette : ils agissent mal tous les deux / démépriser : dénigrer, critiquer, dire du mal.../ novimpe : novembre / pa d'vant : devant / les jeones : les jeunes / les meos : les mois / comminché : commencé).

S.T. novimpe 2014  

 

14:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.