20 oct.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (282)

"Cha, ch'est cirque" !

In s'pourménant in ville, on peut vir les affiches de l'Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien qui anneonche s'n'orvue 2014.

"Cha ch'est cirque", ov'là ein vaste programme. Comme dit m'n'amisse Edmeond : "I-suffit d'ouvère l'gazette ou orwettier l'télévisieon pou trouver du sujet l'inspiratieon". Edmeond, i-parle bin, ch'est ein malin, même que d'temps in temps, j'l'appel'reos bin Edmond Rostand.

"Cha ch'est cirque" à la Chambre ! On a ichi vu, ceulle sémaine, ein véritape combat d'fauves dins l'arène du parlemint. Eine tigresse inragée attaquant l'dompteu. On a jamais vu ein spectaque parel chez Bouglione. On intindeot des rugiss'mints, pa momint, des groul'mints. Cha s'invectiveot, cha s'traiteot d'tout les neoms d'ozieaux, i-d'aveot qui berleot'ent pus fort que l'z'eautes. On a intindu parler d'ein Jambon d'Anvers (à m'mote qui n'a pos l'air aussi beon que l'ceu d'Ardenne) et d'ein eaute minisse que certains i-aveot'ent osé comparer à Frankenstein. A l'velle d'Haloween, ch'éteot l'cirque des horreurs qui plongeot dins l'désespoir les électeurs. Au mitan, i-aveot l'Prumier minisse libéral qui areot bin voulu ête mossieu Loyal. Quand j'ai vu cha à l'télé, cha m'a fit ormonter l'raminvrance du temps dusqu'on j'éteos à l'Athénée, quand l'préfet d'l'époque i-preneot des décisieons unilatérales qui n'aveot'ent pos l'assintimint des étudiants et du corps professoral, on orfuseot alors d'rintrer in cours et tertous éteot'ent alignés l'leong des murs de l'cour. A l'différince d'nos députés discutant à propeos d'ein rapport, li, tout seu, i-f'seot s'n'apparitieon dins ein silence de mort. Vir quate chints élèfes, dins l'cour de récréatieon, l'raviser, dins les is tout dreot, sans rien dire ch'éteot pus impressionnant que si i-z'aveot'ent berlé comme des fuchéaux !

"Cha ch'est cirque" au Standard de Liège ! L'club liégeois, des Claessen, Nicolay, Semmeling, au passé si glorieux, i-a même été battu pa Zulte-Waregem, l'dernier, à peine meilleu qu'ein club d'divisieon deux. Adeon, ov'là les standardmen tout à l'douche, à treos points de l'lanterne rouche, ch'est vrai et qu'on arrête à Sclessin d'botter in touche ! Pindant les vingt prumières minutes, on areot intindu eine mouque voler, chest ainsin que les supporters vouleot'ent s'moutrer mais, cha n'pouveot pos durer, tout au bout du queompte, on a vu ein riche berdélache à l'fin de la rinconte. Des jeones tatoués, l'visache caché comme pou eine attaque à main armée, avant l'fin i-ont sauté su l'terrain, l'arbite i-a eu peur in veyant ces maladrins, i-a arrêté l'match et les joueus, pos fiers, i-ont détalé comme des lapins. I-resteot deux à treos minutes à jeuer quançque les incidints i-ont éclaté. Si i-aveot des fauves au parlemint, ichi, i-aveot des clowns su l'terrain. L'luméreo qu'i-ont présinté n'a fait rire perseonne et à commincher pa l'intraîneu, i-eteot bin leon et i-n'pouveot pos l'cacher, d'ête gai Luzon. Mossieu Duchatelet, l'heomme qui a dépinsé bramint d'liards pour faire eine équipe de berleos, i-a parti pa l'pétite porte, vir... l'match à Saint-Trond. Ch'est ein niveau d'fotbal pus in rapport ave ses connissances de ce sport.

"Cha ch'est cirque" au Fotbal Club de Tournai. I-seont beons derniers, les "Sang et Or" et de l'division 3, i-veont béteôt ête dehors. A forche d'racler les feonds d'tiroirs pou acater les joueus que même l'moinse malin d'ein p'tit club n'veut, les dirigeants du stade Luc Varenne, toudis bin inspirés, i-ont fini pa ridiculiser no beonne ville de Tournai. Avant, on canteot fier'mint : "Ch'est l'Unieon qui s'amène" ou bin "Hourrah, voici les Rats", asteur nos "Sang et Or" i-prenne'tent des piles à tour de bras. L'bieau stade d'Kain, i-a vu déserter bramint d'Tournisiens et l'fotbal de l'cité des chinq clotiers, i-s'ra mort à l'fin d'l'année.

"Cha ch'est cirque" dins les aéroports ! Tertous i-a l'esquite d'l'attraper d'puis qu'l'Ebola i-est là ! Bé pou n'pos orvenir avec i-suffit tout simpl'mint de n'pos aller là-va. Mi, j'comprinds les gins qui ouèfent à Zaventem, j'me sus mis mi-même in quarantaine, je n'sors pus, j'ai mis ein pédiluve pou l'désinfectieon des gins qui intrent à m'maseon. Tout les chinq minutes, j'prind m'timpérature et j'ai l'pépète quand j'orsins eine courbature. Quand, hier, j'ai eu des nausées, j'ai dit à m'feimme tout inquiété : "j'pinse que cha comminche comme cha quançqu'on on a attrapé l'virus Ebola". Ahais qu'elle m'a dit, mais cha arrife aussi alfeos quand on a chifflé treos ou quate Brunehéaut. M'visin qui a ouvré chez Dapsens, li i-est toudis plein d'bon sens, i-m'a dit, "Cha sert à rien d'printe l'timpérature in sortant d'l avieon, si l'fièfe elle comminche l'lind'min à s'maseon. "Ah mais que j'li ai répeondu, nos heommes politiques i-save'tent pourquoi, ainsin on n'pourra pos leu reprocher de n'pos avoir fait eine séquoi" !

In attindant, j'vas ichi jeuer l'rôle du batteu d'caisse, même si cha n'sappelle pus l'orvue de l'karmesse, av'nez, à la Maseon de l'Culture, av'nez mes gins, vous pouvez ête seûrs qui va avoir d'l'amus'mint et que contrair'mint au Parlemint, à Sclessin ou à Kain, à parel spectaque, vous in aurez pou vot' argint !

(lexique : in s'pourménant : en se promenant / vir : voir / anneoncher : annoncer / l'orvue : la revue / eine amisse : un ami / ouvère : ouvrir / orwettier : regarder / ichi : ici / ceulle : cette / ein spectaque parel : un pareil spectacle / des groul'mints : des grondements / les ozieaux : les oiseaux / berler : crier, hurler / à m'mote : selon moi, à mon idée / l'ceu : celui / l'velle : la veille / au mitan : au milieu / ormonter l'raminvrance : remonter le souvenir / dusque : où / orfuser : refuser / tertous : tous / raviser : regarder / les is : les yeux / les fuchéaux : les putois / rouche : rouge / tout à l'douche : tout doucement / eine mouque : une mouche / moutrer : montrer / l'queompte : le compte / l'berdélache : la manifestation de mécontentement / des jeones : des jeunes / quançque : quand / l'luméreo : le numéro / bin leon : bien loin / bramint d'liards : beaucoup d'argent / des berleos : des veaux / béteôt : bientôt / à forche : à force / l'moinse : le moins / canter : chanter / asteur : maintenant / les chinq clotiers : les cinq clochers / avoir l'esquite : avoir peur / orvenir : revenir / ouèfent : travaillent / avoir l'pépète : avoir peur / commincher : commencer / treos ou quate : trois ou quatre / l'fièfe : la fièvre / eine séquoi : quelque chose / l'batteu d'caisse : le batteur de caisse, celui qui faisait une annonce / av'nez : venez / seûrs : sûrs).

S.T. octobre 2014. 

 

 

13:49 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.