13 oct.
2014

Tournai : accident de Joseph Collie, le football tournaisien en deuil !

Le ciel était gris, ce dimanche 12 octobre après-midi. Vers 15h45, un cyclo roulait vers Tournai. Lorsqu'il aborda, à hauteur de Barry, l'important carrefour où la chaussée de Mons qu'il venait de quitter rejoint la chaussée de Bruxelles, il fut soudainement happé, par l'arrière, par un automobiliste venant de la Nationale 7. Que s'est-il passé ? Laissons à l'enquête le soin de le déterminer; .

L'infortuné cycliste a été projeté à une trentaine de mètres du point d'impact et est décédé sur le coup.

Voilà malheureusement un triste fait divers comme il s'en passe chaque jour sur les routes du Hainaut.

Quelques heures plus tard, l'identité de la victime connue, la nouvelle va rapidement se propager non seulement à Tournai, mais dans toute la région et jusque dans le Borinage : 

Joseph Collie a trouvé la mort dans cet accident.

Au moins tous les sportifs de la région connaissent Joseph Collie. Agé de 68 ans, il était originaire du village de Molenbaix, au pied du Mont Saint-Aubert, où il fit son apparition en équipe première. C'était durant la saison 1963-1964, au sein de l'équipe locale évoluant alors au niveau de la troisième Provinciale. Repéré par les "scouts" du Royal Racing Club Tournaisien, il y fut transféré, un an plus tard, passant directement de cette série inférieure à la troisième division Nationale.

C'est lors d'une rencontre remportée par les "Rats" tournaisiens au Racing de Malines en février 1965, qu'il fit ses débuts en équipe fanion (0-2 en faveur de Tournai). La semaine suivante, il fut à nouveau aligné contre le V.G. Ostende en visite à la drève de Maire. Cette rencontre fut à nouveau remportée par le club "Jaune et Noir" sur le score de 2-1. En deux dimanches, le petit gars de Molenbaix avait marqué trois des quatre buts de son équipe.

A la fin de la saison 66-67, il fêtera la montée du club en division deux Nationale et remportera avec l'équipe le "challenge Pappaert" attribué au team ayant, durant la saison, réalisé la plus longue série de rencontres sans défaite (14). Hélas, dans le courant de celle-ci, il fut victime d'une fracture d'un orteil et ne put être aligné que durant 21 rencontres.

Lors de la saison 1969-1970, lors de la rencontre disputée à domicile contre le C.S. Verviers, il fut désigné par l'entraîneur pour remplacer le gardien Michel Wilfart, blessé. Durant une mi-temps complète, il se démena comme un beau diable dans la cage tournaisienne et... le Racing l'emporta sur la marque de 2-1. 

Au cours de la saison 1971-1972, il fera une courte infidélité à son club puisqu'il évoluera au sein de l'Albert Elisabeth Club de Mons. Avec les Rouge et Blanc montois, il a failli décrocher le billet pour la première division nationale, devancé par le club du Standard de Lokeren.

En août 1972, il revient à Tournai et il permet de suite aux Racing de créer l'exploit, en coupe de Belgique, en s'imposant au Football Club Malinois, pensionnaire de l'élite, sur le score de 0-1. Il fut l'auteur de cet unique et précieux but.

En 1975, il quittera le Racing et signera pour le club voisin et rival de l'Union Sportive Tournaisienne. Il apportera à l'équipe sa science, sa maîtrise du jeu et son sens du but. Il évoluera ainsi avec les Patrick Voiturier, Marcel Rouneau, Claude Carbonnelle, Jacques Durieux, Philippe Engels, Dany Duquesne mais côtoya également les Jean-Jacques Casterman, Jean Marc Debaisieux, Pascal Depret , Jean Marc et Pierre Thonnard, Gildo Foda et Didier Quain.

Après six années passées au service des "Rouge et Vert", Joseph Collie devint joueur-entraîneur au Sporting Club de Quevaucamps et passa ensuite comme entraîneur au Football Club d'Hautrage.

Joseph Collie laissera également des regrets à ceux qui fréquentèrent le collège Sainte-Marie de Saint-Ghislain où il était un professeur de mathématiques apprécié.

Le football tournaisien a perdu un de ceux qui marqua de son empreinte sa longue histoire avant la catastrophique fusion voulue par l'ancien bourgmestre Christian Massy.

Il restera pour tous, un gentleman de stades.

(sources : "Hourra, Voici les Rats" de Jacques Lefebvre - "la R.U.S.T, des infants aux quater-vingt cheonq candelles" de Serge Tranchant" - presse locale)

S.T. octobre 2014

 

Commentaires

Sincères condoléances à sa famille, et bon week-end ensoleillé à toi, Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 18/10/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.