11 oct.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (281)

Propeos d'ein lusoteu.

I-feaut profiter des derniers bieaux jours.

Béteôt, su no Grand-Plache désertée on va rintrer les terrasses des cafés, les tourisses i-veont oblier no cité jusqu'aux prochains meos d'avril ou d'mai et l'soir i-va caire d'pus in pus teôt, surtout qu'on cange les heures à l'fin du meos. Tournai, no belle cité, va hiberner à l'ombre maternelle des cheonq clotiers.

Adeon, profitant de ceulle sémaine baignée d'solel, j'ai fait eine dernière pourménade pa rues et les ruelles.

Vous aurez bin du mal à accroire ce que j'vas ichi vous faire savoir, j'ai été pus souvint qu'à m'tour au mitan du pavé que su les trottoirs dusqu'i-est pos facile d'mette ses pieds.

J'ai pu constater que pou les travéaux, i-aveot acore bin du pain su l'planche. I-in a beauqueop et on saureot pos dire que cha avanche. Si j'dresse ichi  ein leong l'bilan, ch'est pos ein "mise in boite" pou m'n'amisse Armand (pou les ceusses qui ne l' save'tent pos, Armand, ch'est l'échevin des travéaux).

Ainsin, l'pose du nouvieau revêt'mint à l'rue d'Courtrai, ch'est tout bouboule qu'on est in train de l'réaliser, i-a eine mitan de l'rue qui est d'jà dallée, su l'eaute i-n'veaut mieux pos passer.  Asteur qui a moinse d'visiteus au Centre du Tourisme, su l'plache Paul Emile Janson, on a infin qu'minché à mette les dalles l'leong des maseons. A l'plache de l'incien cinéma Palace, à l'rue d'l'Hôpital, à ciel ouvert, pou les ingins d'chantier, ch'est toudis ein garache et i-a toudis ein bull-dozer tout in héaut d'ein meont d'gravats qui attind l'ouvrache  !

Dins l'rue Royale, les ouverriers continuent à poser les tuauts, inter l'Becquerelle et l'rue des Campeaux obligeant ainsin les automobilisses venant d'la gare à passer pa d'vant l'bureau d'police et si l'intercommunale Ideta elle est dins ses nouvieaux et riches locaux, su l'coin du Becquerelle, d'puis ein beon meos, les trottoirs i-sont toudis interdits aux piéteons, on deot seul'mint les orfaire mais quand, ch'est là l'questieon.

Dins l'rue des Croisiers, i-a là ein malhureux boulinger, si te veux aller querre du pain, te peux statieonner t'carrette à pus d'chint mètes du magasin. Si te veux éviter d'caire ou d'pidouler, i-feaut absolumint t'équiper d'bottines d'sécurité. J'pinse d'puis m'dernière visite que cha n'a pos l'air d'aller fort vite. Eine feimme du quartier, elle m'a dit : "ch'est du leong mais ch'est même pos du beon, avant quand l'pluèfe, à l'rache du corps, elle cayeot, les égouts n'saveot'ent pos absorber toute l'ieau, asteur, l'ieau elle rinte bin d'dins mais cha dégobille ein peu pus leon à causse des mal'faceons. Ave les dernières grosses averses qu'on a eues, ch'éteot ein véritape bassin d'natatieon à la plache de l'rue.

L'Plache Verte elle n'a jamais si bin porté s'neom, cha fait deux ans asteur et cha paraît leong, i-a tant d'hierpe inter les pavés d'puis qu'on peut pus passer que les riverains i-ont l'impressieon que ch'est dins ein gardin qui veont parquer.

L'pose des impétrants elle est terminée, pos leon de m'maseon, à l'avenue des Peupliers, on a ouvert les trottoirs et à l'plache on a mis du laitier, l'interprisse qui d'veot les finir, bé, on n'la veot pos v'nir. Les gins veont rester ainsin ave de l'tierre pétête jusqu'à l'fin du prochain hiver.

On a fait ein grand treos à l'Porte Saint-Martin et on n'veot jamais ein ouverrier d'dins et... j'pourreos ainsin  continuer m'litanie comme ein curé car ch'est vrai que pou vir l'fin des travéaux à Tournai, bé, les gins i'n'save'tent pus à quel saint s'vouer.

Mais l'sous-sol de no cité, i-est train d's'orvinger, i-a comme qui direot des treos qui seont apparus au pied d'no bieffreo. L'origine de ceulle affaire, ch'est ein égouttache qui datereot, comme on m'a dit, du moyen-âche. I-passe dins nos égoût tant d'produits chimiques que cha a fini, comme vous l'adveinez, pa minger les briques. L'pire dins ceulle affaire, ch'est qu'on n'sait pos commint on va faire, on a interdit l'circulatieon aux camieons et aux auteos et on comminche à surveiller, du coin d'l'ouèl, les passants ein peu treop greos. J'creos même que ch'est pou béteôt, i-feaudra faire ein détour si on pèse pus d'chint kileos.  

J'veos d'jà ichi l'tablature, cha va ête du sport que d'faire meonter à tous les greos l'rue de l'tiête d'Or. J'vas commincher ein régime draconien pou n'pos devoir canger d'quémin.

(lexique : ein lusoteu : un flâneur / oblier : oublier / L'meos : le mois / caire : tomber / les cheoncq clotiers : les cinq clochers / adeon : donc / ceulle : cette / eine pourménade : une promenade / accroire : croire / au mitan : au milieu / dusque : où / avanche : avance / leong : long / ein amisse : un ami / les ceusses : ceux / asteur : maintenant / l'plache : la place / qu'mincher ou commincher : commencer / les ingins : les engins / toudis : toujours / les ouverriers : les ouvriers / les tuauts : les tuyaux / querre : chercher / pidouler : patauger dans la boue / eine feimme : une femme / l'pluèfe : la pluie / à l'rache du corps : de toutes ses forces / dégobiller : vomir / à causse : à cause / l'hierpe : l'herbe / l'gardin : le jardin / pos leon : pas loin / l'interprisse : l'entreprise / pétête : peut-être / s'orvinger : se venger / l'bieffreo : le beffroi / adveiner : deviner / l'ouèl : l'œil / l'tablature : la situation gênante, anormale, ridicule / canger d'quémin: changer de chemin).

S.T. Octobre 2014. 

13:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.