27 sept.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (279)

 

L'Fiête de l'cancheon walleonne.

Tous l'z'ans quand vient l'karmesse, dins l'ville tout est joyeux. Je n'vas pas ichi commincher à vous canter eine cancheonne d'no folklore tournisien mais puteôt vous parler d'eine fiête qui fait l'beonheur, l'raviss'mint des habitants d'no cité : l'fiête de l'cancheon tournisienne qui a lieu in sétimpe dans l'saleon d'la Reine de l'Hôtel de Ville.

Nos cancheonniers de l'Royale Compagnie du Cabaret Walleon nous invitent à rinte hommache avec eusses à no patois et i-profitent de l'occasieon pou ormette les prix du concours Prayez.

Su l'queop d'dix heures au matin, presque toutes les cayères de la salle éteot'ent occupées, si l'public i-éteot nombreux, on n'peut pos dire qu'i-éteot d'prumière jeonesse. Les ch'feux blancs ou bin grisonnant rivaliseot'ent ave les coiffures décolorées pou cacher les outraches du temps, des p'tits rotleots i-n'd'aveot pos beauqueop.  

I-aveot pos bramint d'jeones pasqu'on n'apprind pus d'puis lommint l'patois dins nos écoles, ch'est considéré comme vulgaire et grossier, asteur pus te mets les preones dins les quertins, pus t'es considéré comme étant malin.

"Mon Dieu, ma chère, que cet homme parle bien et a de beaux raisonnements, en plus d'être beau, je suis sûre qu'il doit être intelligent".

Ahais, i-a ein bieau parlache et i-est bieau et cha suffit pou faire caire les feimmes su l'deos.

Ch'est ainsi que les grandes madames, elles juchent les eautes.

Ein qui a bin parlé, ch'est m'n'amisse et visin Christian Bridoux, l'nouvieau présidint, qui a eu l'honneur d'ouvère l'ban. J'sus seûr qu'i-tranneot dins ses mareonnes in arrivant pa d'vant l'micreo mais bin vite l'naturel i-est orvenu au galop. J'ai ortenu l'passache dusqu'i-a dit :

"Le patois fait partie de notre identité, de nos racines, nous est devise et lien".

Après tout parler français, ch'est parler dins l'patois de l'Ile de France qui a été pris ein jour comme référence.

L'patois, ch'est l'lanque de nos aïeux, ch'est des meots qui alfeos claqu'tent au vint ou berchent les infants, ch'est des espressieons qu'on n'truèfe nurvart ailleurs comme : "faire eine escampe à l'broque" (ceulle espression trouvant s'n'origine au jeu d'fier veut dire faire un écart de conduite), i-f'reot pinte s'mopère et s'mamère avec s'lanque (désigne une personne qui dit du mal de tout le monde) "on n'attind pos l'velle de l'processieon pou nettier ses cauderlats" (on n'attend pas le dernier moment pour exécuter une affaire urgente) ou acore ête infardélé  (c'est-à-dire être mal habillé). 

L'bourguémette f.f. i-a insuite pris l'parole pou s'escuser de n'pos bin savoir écrire l'tournisien mais moutrant à tertous qui saveot surtout bin l'parler. Ave li on a assisté à l'arroseur arrosé, dins des meots bin queusis il a dressés ein portrait de chaque cancheonnier.

L'Présidint du concours Prayez, mossieu René Deborgies, i-a présinté les lauréats de l'éditieon 2014, eine pétite cuvée mais d'ein grande qualité. I-aveot pos beauqueop d'rogins mais ch'aveot deonné du bin beon vin. Ein prumier prix in catégorie poème pou Gérard Platevoet ainsin qu'ein troisième prix in monoloques, ein deuxième prix in catégorie cancheonnes pou Marc Verhaeghe, infin "last but not least" comme direot'ent les inglais ein troisème prix in cancheonnes pou Madame Nancy Deleuze. Ainsi les feimmes exclues d'p'tits cabarets vienne'tent, d'pus in pus souvint, s'orvinger quançque ch'est l'concours Prayez.

I-a pos d'fiête sans eine séance d'Cabaret, sans ête nostalgiques, les joyeux compères ont été puiser cancheonnes et monoloques chez les inciens, aujourd'hui disparus. On a ainsin eu l'raminvrance d'Louis Urbain, l'éternelle fleur bleue, d'Lucien Feron à qui s'garcheon, Luc, i-a rindu ein vibrant hommache in f'sant, comme li, tout autant tranner l'ponteon, d'Jean Leclercq, ave s'deon inné d'observatieon, d'Anselme Dachy qui n'éteot pos seul'mint l'pianisse de l'Compagnie, à Richard Leclaire qui saveot si bin dépeinte les travers des gins, à André Dupriez dont l'bonhommie transparaisseot dins toutes ses cancheons et bin seûr à Albert Coens, l'auteur des orvues ave Eloi Baudimont, l'maîte des rimes et des effets comiques.  

On a eu aussi l'occasieon d'intinte no n'amisse Ghislain Perron qui nous a parlé d'ein rue qui n'est pos Perdue pou tertous. Réelle émotieon que d'acouter l'doyen du Cabaret ave ses nonantes printemps, toudis aussi caustique dins ses observatieons.

Ch'est su l'queop d'eine heure après-deîner qu'on a intamé l'vin d'honneur pou clôturer ceulle belle fiête.

Pétête que pindant l'ainnée qui vient i-ara des inseignants qui veont incourager l'patois et qu'in 2015, on ara infin des "ados" parmi les lauréats.

(lexique : l'cancheon : la chanson / l'karmesse : la kermesse, la foire / commincher : commencer / canter : chanter / eine cancheonne : autre mot pour chanson / putêot : plutôt / sétimpe : septembre / les cancheonniers : les chansonniers / rinte : rendre / eusses : eux / ormette : remettre / l'queop : le coup / les cayères : les chaises / jeonesse : jeunesse / le ch'feux : les cheveux / des rotleots : des roitelets, des jeunes enfants / bramint : beaucoup / des jeones : des jeunes / lommint : longtemps / asteur : maintenant / mette les preones dins les quertins : parler avec emphase (littéralement mettre les prunes dans les paniers en osier) / ein parlache : un langage / caire : tomber / l'deos : le dos / les eautes : les autres / m'n'amisse : mon ami / ein visin : un voisin / ouvère : ouvrir / tranner dins ses mareonnes : trembler de tout son être, avoir le trac / pa d'vant : devant / ortenu : retenu / dusque : où / l'lanque : la langue / les meots : les mots / alfeos : parfois / bercher : bercer / on n'truèfe nurvart : on ne trouve nulle part / eine broque : une broche (élément du jeu de faire) / pinte : prendre / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / l'velle : la veille / nettier : nettoyer / les cauderlats : les cuivres / acore : encore / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / moutrer : montrer / tertous : tous / queusis : choisis / des rogins : des raisins / prumier : premier / inglais : anglais / les feimmes :  les femmes / s'orvinger : se venger / quançque : quand, lorsque / les inciens : les anciens / l'raminvrance : le souvenir / faire tranner l'ponteon : faire trembler le ponton, l'estrade / l'pianisse : le pianiste / dépeinte : dépeindre / l'maîte : le maître / acouter :écouter / après-deîner : après-midi / ceulle : cette / pétête : peut-être / l'ainnée : l'année).

S.T. septembre 2014.

 

14:23 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Merci d'y être venu cher Serge, également pour cet excellent résumé et aussi de promouvoir, de ton côté, notre beau patois.

Écrit par : Luc FERON | 29/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.