23 sept.
2014

Tournai : la cité des cinq clochers ignorée par les instances wallonnes

Incroyable mais vrai ! (ou quand Paul Magnette et Paul Furlan dribblent Rudy Demotte !)

C'est un article paru ce mardi 23 septembre dans le Courrier de l'Escaut sous la signature de Géry Eykerman qui a retenu toute notre attention et titillé notre légendaire chauvinisme tournaisien.

Pendant longtemps, la Wallonie a été réduite à deux grandes villes : Charleroi et Liège. Carolos et Liégeois se considéraient souvent comme le nombril de la région francophone du pays. Grâce à leurs industries, principalement sidérurgiques, elles étaient connues au-delà de nos frontières.

La création de la Région Wallonne et l'installation de son gouvernement à Namur a permis à la petite cité mosane de sortir, elle aussi, du lot tandis qu'héritant du titre de "capitale culturelle de Wallonie", Mons, vint former le quatuor des grandes villes de Wallonie, grâce surtout à la présence de celui qui allait devenir, bien plus tard, le Premier Ministre du gouvernement fédéral.

Cinq autres villes réparties le long de la dorsale wallonne allaient composer un second peloton : Mouscron, Tournai, La Louvière, Seraing et Verviers, Ces villes, rayonnant sur les régions qui les entourent et comptant au moins 50.000 habitants, ont été désignées comme "grandes villes" par le gouvernement fédéral du temps où l'entièreté du territoire belge était de sa compétence.

Pouvant être assimilées à des petites capitales régionales (Tournai est la capitale de la Wallonie picarde), ces villes, par les services qu'elles offraient à la population de la région, recevaient, en compensation, des moyens provenant des fonds structurels européens pour leur redéploiement économique et leur revitalisation.

La note de politique régionale du nouveau gouvernement wallon sous la houlette du carolo Paul Magnette a repris huit villes au lieu de neuf dans la notion de grandes villes wallonnes éjectant... Tournai. Faisant fi de ses 70.000 habitants, de son patrimoine historique beaucoup plus riche que celui de Mons (soit dit en passant), du rayonnement économique sur toute une région où le dynamisme est encore de mise, de sa participation à l'Euro-métropole (ou peut-être à cause de celle-ci qui éveillerait des jalousies politiciennes), de son titre d'une des plus anciennes villes de Belgique partagé avec Arlon et Tongres.

Qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas d'un simple oubli mais bien d'un nouveau partage du gâteau pour tirer à soi une plus grande part.

Tournai est la ville de Rudy Demotte, ancien Ministre-Président de la Région Wallonne détrôné par l'ambitieux Magnette et actuel Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une fonction qui, aux yeux de nombreux électeurs, semblerait, de plus en plus, assimilée à une voie de garage honorifique. Tournai est, pour les Liégeois et les Carolos, le lointain far-west de la Wallonie, qu'ils situent parfois en Flandre, parfois en France car pour eux la Wallonie s'arrête à Mons !

Comme justification donnée par ces spécialistes, jamais à court d'arguments quand il s'agit de défendre leurs initiatives, il paraît que Tournai est une ville riche, dont le rendement de l'impôt des personnes physiques est très proche de la moyenne wallonne. Est-ce à dire que des villes qui dépensent régulièrement et sans compter pour la mise sur pied de manifestations de prestige, le font alors que leur population tire le diable par la queue ? Ce ne serait pas à l'honneur de leurs dirigeants !

Un vrai tournaisien de souche se doit de défendre sa ville, le blog "Visite Virtuelle de Tournai" chante, depuis sept ans, la cité des cinq clochers, ses enfants célèbres, ses faits historiques, son patois, c'est donc dans la même logique que cet article a été rédigé. Il risque de ne pas plaire à tout le monde mais comme disait Molière : "Qui se sent morveux, qu'il se mouche !".

(S.T. septembre 2014) 

19:18 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, wallonie, wallonie picarde |

Commentaires

Il est clair que Rudy Demotte et Tournai sont les perdants de l'après-élections. J'ai mis sur mon blog un lien vers les cérémonies de Tournai.

Écrit par : Un petit Belge | 23/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.