20 sept.
2014

Tournai : expressions tournaisiennes (278)

L'ortour d'Edmeond.

"Mo bé, ov'là ichi Edmeond, i-a bin lommint que s'aveot rincontré"

Ch'éteot à ein arrêt d'autobus. J'deos vous apprinte qu'asteur, je m'déplache in bus pour les trinte-chinq euros de m'carte annuelle. On dit que l'Tournisien quand ch'est gratuit i-s'in f'reot morir, même pou trinte chinq euros, éné. Si on les a deonnés, i-feaut in profiter ! 

"Quoisqu'on raqueonte d'puis l'dernière feos ?"

In posant ceulle questieon, j'alleos vite adveiner que l'bougre i-éteot in super-forme.

"Bé, ch'est toudis l'même, Fifinne et mi, on a été à l'karmesse su l'plaine et on n'est pos prêt d' ortourner. Ch'est pus les karmesses d'avant, au temps de l'Grand-Plache, te f'seos dix feos l'tour et te rincontreos, à chaque queop, eine paire d'amisses. Cha finisseot toudis pa ein verre (au moinse) à l'terrasse du Central, du Grand Bock ou du Bieffreo. On veyeot passer les gins du Cabaret Walleon, Jojo et Nénesse qui parteot'ent minger des boules à l'graisse, André Wuilbot qui salueot tous les gins qui rincontreot pasqu'i-est connu comme ein vieux sou, des grandes madames indiminchées qui aveot'ent l'grand frisseon à l'vue du sauvache soi-disant capturé dins l'jungle à Bornéo et présinté su l'estrade d'eine baraque, des bieaux mossieus qui s'dévergondeot'ent sur les qu'vieaux d'beos, Lucette, l'marraine des pompiers, qui diseot bonjour à tertous ave s' n'espressieon : cha va pétit. Ahais, dusqu'i-seont les karmesses d'avant"

"Bé, ahais, cha fait quinze ainnées que l'karmesse elle est su l'plaine, à l'avenue des Frères Rimbaut et mi aussi j'orgrette l'plache".

"Là-va, t'as pus eine terrasse d'bistreot, te deos boire t'pinte in canette sous eine tinte comme dins les fancy-fairs, alfeos servie dins des gobelets in plastic, ch'est l'rindez-vous des quervassins et si te les ravises ein peu treop,  i-comminche'tent pa t'ingeuler. Là-va, te n'veos pos eine connissance, à part l'jour de l'inauguratieon dusque te veos tous nos édiles, comme des infants, essayer tous les manèches car pou eusses ch'est gratuit ! Là-va, te n'rincontes pus des bieaux mossieus et des belles madames, neon, ch'est des garcheons à l'tîête rasée, rimplis d'tatouaches pourménant ave des greos tchiens et des files ave des mareonnes à treos, des annéaux dins leu nez comme on met aux vaques et des perles, in toc, infonchées dins leu boudaine"

"Pasque t'orwettes l'boudaine des files, t'es pos honteux ?"

"Je n'deos pos m'forcher pou les vir, elles les moutent à tertous ave des blouses qui ont seûrmint rétréci au lavache et ave cha i-z-ont des conversatieons, je n'te dis pos".

"Pasque t'acoutes aussi ce qu'i-raqueontent ? 

"Bé, feaut pos les acouter pou les intinte, i-berle comme des fuchéaux, pus fort que l'musique (si on peut acore app'ler cha de l'musique) des attractieons foraines".

Diminche dernier, on a été vir l'processieon. Ch'éteot beauqueop pus calme. I-aveot septante deux groupes, i-paraît que cha orprésinte près d'mille perseonnes qui ont ainsin défilé, in bieaux costumes, dins les rues dusqu'i-aveot deux ou treos pelés et ein teondu. Ave m'feimme, on a été l'vir passer treos feos, su l'Grand'Plache, à l'rue Royale et à l'plache de l'Evêché. Si tertous aveot'ent fait comme nous... bé les gins qui seont venus de Gand, d'Binche ou d'Ath pou participer au cortèche, i-z'areot'ent eu l'impressioen qui aveot des chintaines de spectateurs. M'feimme elle m'a fait rire in disant, pou eine processieon, on n'appelle pos cha de spectateurs, ch'est des fidèles... ahais, te pinses que l'meot i-est bin queusi que j'li ai dit.".

"Quand ch'est l'karmesse, l'Tournisien i-n'sait pos s'lever au matin et i-est treop lourd pou sortir d'tape à l'après-deîner. Mossieu Pierre Van Den Boeck, l'nouvieau Présidint, i-va devoir trouver eine eaute solutieon, i-va falloir faire eine processieon nocturne ! T'aras l'foule des ceusses qui comminchent à sortir à huit heures au soir mais je n'pinse pos que cha s'ra très "recueilli".

"J'aveos ravisé l'cortèche d'Ath à No Télé, pasque Mossieu Jean Pierre Winberg, l'directeur, i-est bien orchu pa les autorités et pa les Athois et i-a même été fait membre des sociétés d'géants. Du queop, i-va rimpiler pou eine ou deux ainnées d'puque. J'vas pinser qu'i-est à s'guife pou l'tarte à mastelle. Tous les gins i-z'éteotent dins les rues, ch'est pus d'liesse, ch'est presque d'l'hystérie collective. Quand l'pétit David i-lanche l'balle dins l'treos de l'boudaine du géant Gouyasse (que cha veut dire Goliath là-va), l'foule elle berle, les gins pleurent d'bonheur, on arloche l'pauve gosse, héros de toute eine cité. Quand l'fanfare comminche à jeuer l'air du Grand Gouyasse et que l'posture elle s'met à danser, les gins i-seont in transe et i-s'mettent à ruer des pièches aux porteurs. J'ai jamais vu eine ambiance parelle à Tournai ou à Mouscron. Les gins restent dins les rues d'puis l'verdi au soir jusqu'au lindi au matin. Du bourguémette à l'ouverrier ch'est des gins qui sav't'ent acore s'amuser, rire et faire l'fiête, ch'est pos des tristes sires comme dins no cité qui foutent l'camp quand i-a eine séquoi. J'comprinds Mossieu Jean Pierre, si i-vouleot faire eine émissieon parelle dins l'cité des chinq clotiers, i-devreot ingager dix mille figurants pou deonner l'impression qu'i-a du meonte, comme No Télé i-est désarginté, i-areot du mau à trouver les liards pou les payer".

"Bé t'as fini d'déblatérer ainsin su tertous, i- a quand même eu l'braderie !"

"Ha, pasque ti t'as fait braderie, bé, m'garcheon, te n'sais pos ce qu'ch'est d'faire braderie. T'as pourméné su ein grand marché comme l'saim'di su l'Grand-Place. T'aveos les éternels Pakistanais ave leu vêt'mints à chinq euros qui seont tout larches quand t'les a nettiés deux feos, les marchands d'CD ou bin d'saucisseons secs à casser l'restant d'tes dints. Dusqu'i-seont les boniminteus qui t'feseot'ent accroire que leu gramère été toudis vierche, dusqu'i-éteot'ent l'marchand d'carabouya et l'marchand d'lavante ave s'baudet, dusqu'i-z'éteotent les ceusses qui vindeotent des vieuse'ries in étant grimés. Hureus'mint qu'ave Fifinne j'ai pu m'assir su ein banc à l'buvette de l'Guilde du Mutieau. J'ai bu ceulle beonne bière, cuvée espéciale, et mingé ein morcieau d'mutieau qui comme l'morcieau d'madeleine d'Proust m'a deonné l'raminvrance de m'jeonesse"

"Je n'saveos pos que t'aveos des lettes, te conneos Marcel Proust, bé  tins...cha m'fait plaisi"

"Cha qu'j'ai des lettes, j'peux même te dire que ch'est ein estrait d'A la recherche du tank perdu", ch'est ein life bin connu !

"L'intelligince a ses limites !" que j'ai pinsé.

Pindant ein moumint, j'aveos même eu peur qu'i-m'dise, bé ahais, Marcel... ch'éteot ein heomme de l 'rue A Peos"

La d'zeur, l'bus i-est arrivé, i-prind l'K barré, connissant s'goût immodéré pou l'jus d'houbleon, cha cayeot bin.

"J'espère te vir bétêot" que j'li ai dit, j'aime bin intinte ainsin, pindant des heures, des cours d'philosophie. Ch'éteot pou mi ein peu eine rinconte inattindue !

(lexique : l'ortour : le retour / ov'là ichi : expression signifiant voilà ici / lommint : longtemps / asteur : maintenant / morir : mourir / éné : locution se rapprochant du n'est-ce pas français / raqueonter : raconter / ceulle : cette / adveiner : deviner / toudis : toujours / l'karmesse : la kermesse / dix feos : dix fois / à chaque queop : à chaque coup / les amisses : les amis / les boules à l'graisse : les beignets / indiminchée : endimanchée / l'sauvache : le sauvage / les qu'vieaux d'beos : les chevaux de bois / ahais : oui / orgretter : regretter / là-va : là-bas / alfeos : parfois / les quervassins : les ivrognes, les personnes ivres / eine connissance : une connaissance / dusque : où (dusque t'es ? : où es-tu ?) / pourméner : promener / ein tchien : un chien / des mareonnes à treos : des pantalons troués / les vaques : les vaches / l'boudaine : le ventre / orwettier : regarder / forcher : forcer / vir : voir / moutrer : montrer / seûrmint : sûrement / l'lavache : le nettoyage / acouter : écouter / berler comme des fuchéaux : crier comme des putois / beauqueop : beaucoup / chintaines : centaines /  l'meot : le mot / queusi : choisi / l'après-deîner : l'après-midi / eaute : autre / raviser : regarder / orchu : reçu / ête à s'guife : faire preuve de gourmandise / lancher : lancer / arlocher : secouer / jeuer : jouer / ruer : jeter / parelle : pareille / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / l'ouverrier : l'ouvrier / i-foutent l'camp : littéralement : ils lèvent le camp, ils s'en vont /  eine séquoi : quelque chose / les chinq clotiers (ou aussi les cheonq clotiers) : les cinq clochers de la cathédrale Notre-Dame / du meonte : du monde / avoir du mau : avoir du mal / garcheon : garçon / larches : larges / nettiés : nettoyés /  accroire : croire / l'gramère : la grand-mère / vierche : vierge / les vieus'ries : les vieilleries / l'mutieau : plat tournaisien sorte de tête pressée / l'raminvrance : le souvenir / l'jeonesse : la jeunesse / des lettes : des lettres (avoir des lettes : être cultivé) / l'moumint : le moment / là d'zeur : là-dessus / caire : tomber / béteôt : bientôt / intinte : entendre).

(S.T. septembre 2014) 

 

 

12:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.